Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

Artifice et réalisme dans Oh les beaux jours de Samuel Beckett : le monstrueux représenté par la bienséance

Gabriele Blaikner-Hohenwart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Situer la pièce : remarques préliminaires

Pour Beckett, En attendant Godot (1952) était une mauvaise pièce1. Le décor représente en mimésis le monde (un arbre : la nature, une route : la civilisation) et Estragon et Vladimir, l’humanité. Est représentée aussi l’attente. Les personnages sont, comme dans le théâtre traditionnel de cette période, des antihéros, mais ces antihéros n’évoluent pas dans l’espace et le temps. Ils demeurent présents sans être dirigés par ces deux axes : en attendant Godot2...

Le dialogue dramatique, constitutif pour le langage humain, garde, grâce à la syntaxe, son caractère théâtral conventionnel, tout en se rapprochant déjà du genre musical, où la langue devient prétexte pour la musique, à travers une rhétorique qui cherche avant tout rythme et musicalité. Les thèmes musicaux, structurés par des répétitions, des reprises et des variations, entrent en concurrence avec la sémantique, le propre du langage humain. En témoigne la chanson emblémat...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search