Desktop versionMobile Version

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

Sirènes, fées et autres créatures marines dans le surréalisme (Breton, Desnos, Crevel)

Jean-Michel Devésa

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Dans le surréalisme, la femme aura été aimée et célébrée comme la grande promesse, celle qui subsiste après avoir été tenue1. (André Breton)

Les acteurs du surréalisme et la critique qui a commenté leurs productions avec empathie ont considéré que le mouvement avait exalté la femme et œuvré à son émancipation en récusant les préjugés véhiculés par la société patriarcale, à travers notamment « l’amour fou » ou « sublime » préconisé par André Breton et Benjamin Péret2, pour lesquels l’amour, en tant qu’« expression du désir » et « conquête de la connaissance », est « le moteur central de l’activité humaine », ainsi que le rappelle Gérard Legrand. C’est ce point de vue que celui-ci soutient dans les articles « Amour » et « Femmes » du Dictionnaire du surréalisme et de ses environs3.

Cette perspective a été discutée et remise en cause notamment par la fraction féministe de la génération, qui, aux environs de 1968, a assisté et a parfois participé à la reconnaissance et à la légit...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search