Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

Sirènes, fées et autres créatures marines dans le surréalisme (Breton, Desnos, Crevel)

Jean-Michel Devésa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le surréalisme, la femme aura été aimée et célébrée comme la grande promesse, celle qui subsiste après avoir été tenue1. (André Breton)

Les acteurs du surréalisme et la critique qui a commenté leurs productions avec empathie ont considéré que le mouvement avait exalté la femme et œuvré à son émancipation en récusant les préjugés véhiculés par la société patriarcale, à travers notamment « l’amour fou » ou « sublime » préconisé par André Breton et Benjamin Péret2, pour lesquels l’amour, en tant qu’« expression du désir » et « conquête de la connaissance », est « le moteur central de l’activité humaine », ainsi que le rappelle Gérard Legrand. C’est ce point de vue que celui-ci soutient dans les articles « Amour » et « Femmes » du Dictionnaire du surréalisme et de ses environs3.

Cette perspective a été discutée et remise en cause notamment par la fraction féministe de la génération, qui, aux environs de 1968, a assisté et a parfois participé à la reconnaissance et à la légit...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search