Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Troisième partie Des Lumières à l’époque moderne : l’exhibition du monstrueux, le retour des monstres

Formes et figures du monstrueux fin de siècle : une esthétique tératologique

Sébastien Paré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La littérature de la fin du XIXe siècle se caractérise, entre autres motifs, par ses obsessions pour l’artifice, le rare et l’excessif. Ceux qu’il est coutumier d’appeler les décadents s’inscrivent dans la lignée de Baudelaire et se plaisent à proclamer unanimement que « la nature a fait son temps ». Depuis Les Fleurs du Mal, en effet, dont Des Esseintes est un lecteur assidu, le naturel et l’harmonieux sont désormais considérés avec suspicion. La recherche de l’équilibre des formes ne constitue plus le seul critère esthétique. « Le Beau est toujours bizarre1 » et, de ce fait, il se tourne vers des motifs nouveaux et volontiers provocateurs, qui privilégient les images de putréfaction, à l’instar de la charogne baudelairienne, se complaisant, de manière générale, dans toutes les déviances, se faisant le chantre de toutes les difformités. Pour autant, il s’agit moins de se livrer à un recensement exhaustif de la multitude de monstres qui fourmillent dans la littérature fin de siècle,...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search