Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Troisième partie Des Lumières à l’époque moderne : l’exhibition du monstrueux, le retour des monstres

Juif errant ou homme éternel ? Ahasver comme monstre du progrès au XIXe siècle

Clemens Peck

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est qu’à la fin du xviiie et au début du XIXe siècle que la figure d’Ahasver commence à errer à travers les poésies, les épopées et les romans de la littérature romantique, mais la différence qu’on y observe par rapport à la légende médiévale du Juif errant est vraiment très importante. Alors que, d’un côté, Ahasver était simplement considéré comme la personnification monstrueuse du judaïsme collectivisé et hypostasié, de l’autre côté, la figure du Juif condamné à une errance sans trêve ni répit se montre, dans la grande littérature, comme l’image de la personnification la plus individuelle de la poésie et de l’humanisme. Dans la suite du XIXe siècle, dont le cadre discursif est formé par l’histoire du progrès, l’impérialisme et le nationalisme, ce sont les vieux attributs de la variabilité et de V errance qui font d’Ahasver le frontalier idéal évoluant entre les pôles mentionnés ci-dessus : splendeur et misère du progrès, homme éternel et Juif errant – Ahasver incarne toujours...

Auteur

Université de Salzburg

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search