Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Troisième partie Des Lumières à l’époque moderne : l’exhibition du monstrueux, le retour des monstres

Le monstrueux dans le théâtre de Carlo Gozzi

Susanne Winter

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il est vrai que, selon la célèbre formule de Horkheimer et d’Adorno dans La dialectique de la raison, le programme des Lumières est le désenchantement du monde1, on peut sans aucun doute qualifier le théâtre de Carlo Gozzi de contre-programme. En 1761, la première représentation à Venise d’une pièce fiabesque de Gozzi, L’amore delle tre melarance (L’amour des trois oranges), met en scène un nouveau théâtre qui se présente comme la contrepartie du théâtre réformé préconisé par Carlo Goldoni, auteur de théâtre contemporain. À la comédie de caractères et au drame bourgeois, caractérisés par la recherche du naturel et du vraisemblable ainsi que par l’imitation – quant aux caractères et aux conditions – de la réalité, Gozzi oppose un théâtre fantastique, merveilleux et invraisemblable. Des titres comme II re cervo (Le Roi cerf), La donna serpente (La femme serpent) ou Il mostro turchino (Le monstre turquois) mettent en relief le côté fiabesque et renvoient d’emblée à l’imaginaire monst...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search