Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Deuxième partie De la Renaissance à l’Âge classique : le monstrueux apprivoisé, banni ou refoulé

La Chimère de Descartes ou le monstre dans les limites de la simple raison

Sabine Forero Mendoza

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Chimère hante les textes cartésiens, seule ou en compagnie d’autres créatures mythologiques telles que satyre, sirène ou hippogriffe. L’animal fabuleux qui brouille les partages spécifiques et qui, si l’on en croit Hésiode1, sévit dans les zones de friche où frontières et divisions s’effacent, semble étonnamment déplacé chez le penseur rationaliste, soucieux d’introduire clarté et distinction dans l’ordre entier des connaissances. L’apparition, pour fantastique et inattendue qu’elle soit, n’en répond pas moins à des enjeux métaphysiques très classiques que Gilles Deleuze n’hésite pas à qualifier de dramatiques :

Le possible est la modalité immédiate de la pensée. Ce que vous pensez en tant que vous le pensez, vous le posez comme possible. Où commence le drame ? C’est que la pensée en elle-même ne dispose d’aucun moyen pour distinguer le possible et le réel. […] Vous vous faites un concept de chimère, animal fabuleux. Qu’il y ait ou qu’il n’y ait pas des chimères, ça change beaucou...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search