Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Première partie Antiquité et Moyen Âge : du monstre au monstrueux

Du recyclage des monstres mythologiques à l’invention d’un monstrueux chrétien : La Divine Comédie de Dante Alighieri

Peter Kuon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Divine Comédie a été écrite à une époque, le début du XIVe siècle, où la tératologie médiévale était déjà bien articulée. Il convient d’en rappeler les présupposés essentiels afin de pouvoir cerner l’originalité de la position de Dante.

Aristote, dans De generatione animalium (IV, 3, 31), avait défini le monstre comme un écart à la nature, voire un produit contraire à la nature dans son cours ordinaire1. Cette définition posera problème aux Pères de l’Église qui se demandent comment Dieu tout-puissant permet l’existence d’êtres allant à l’encontre de sa création : Portenta, écrit Isidore de Séville, non sunt contra naturam, quia divina voluntate fiunf2 Or, s’il est vrai que les monstres naissent par volonté divine, il faut s’interroger sur leur signification, d’autant plus que leur nom même exige cet effort herméneutique, comme l’explique saint Augustin : Monstra sane dicta perhibent a monstrandv, quod aliquid significandv demonstrent3 La science des monstres au Moyen Âge explique...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search