Versión clásicaVersión móvil

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Première partie Antiquité et Moyen Âge : du monstre au monstrueux

La figure du Minotaure : Virgile, Énéide, VI, 26

Patrice Cambronne

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Dépeignant le portail du temple de Cumes, Virgile présente un ensemble de figures ayant trait à la légende crétoise (Cnossos, le Labyrinthe, Ariane, le Minotaure). Quel rapport entretiennent celles-ci avec la suite du chant VI, consacré, comme on sait, à ce que l’on appelle – de manière impropre – la Descente aux Enfers ? Enserré dans un réseau symbolique, le Minotaure pourrait bien signifier, ici, la double valence de l’Amour.

I. Au cœur de la légende crétoise

Figure monstrueuse, mi-homme, mi-taureau, le Minotaure occupe une place de choix au cœur du cycle généralement connu sous le nom de Légende crétoise, dont voici l’une des nombreuses versions, la plus connue.

Zeus, ayant ravi la jeune Europe1, lui donna trois enfants : Minos, Rhadamante, Sarpédon2. Après bien des rivalités, Minos, briguant le pouvoir suprême en Crète, dressa un autel à Poséidon, lui demandant de faire surgir de la mer un taureau, qu’il lui offrirait en sacrifice ; le dieu l’exauce et voici qu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search