Desktop versionMobile Version

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Première partie Antiquité et Moyen Âge : du monstre au monstrueux

La figure du Minotaure : Virgile, Énéide, VI, 26

Patrice Cambronne

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Dépeignant le portail du temple de Cumes, Virgile présente un ensemble de figures ayant trait à la légende crétoise (Cnossos, le Labyrinthe, Ariane, le Minotaure). Quel rapport entretiennent celles-ci avec la suite du chant VI, consacré, comme on sait, à ce que l’on appelle – de manière impropre – la Descente aux Enfers ? Enserré dans un réseau symbolique, le Minotaure pourrait bien signifier, ici, la double valence de l’Amour.

I. Au cœur de la légende crétoise

Figure monstrueuse, mi-homme, mi-taureau, le Minotaure occupe une place de choix au cœur du cycle généralement connu sous le nom de Légende crétoise, dont voici l’une des nombreuses versions, la plus connue.

Zeus, ayant ravi la jeune Europe1, lui donna trois enfants : Minos, Rhadamante, Sarpédon2. Après bien des rivalités, Minos, briguant le pouvoir suprême en Crète, dressa un autel à Poséidon, lui demandant de faire surgir de la mer un taureau, qu’il lui offrirait en sacrifice ; le dieu l’exauce et voici qu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search