Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Première partie Antiquité et Moyen Âge : du monstre au monstrueux

La figure du Minotaure : Virgile, Énéide, VI, 26

Patrice Cambronne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dépeignant le portail du temple de Cumes, Virgile présente un ensemble de figures ayant trait à la légende crétoise (Cnossos, le Labyrinthe, Ariane, le Minotaure). Quel rapport entretiennent celles-ci avec la suite du chant VI, consacré, comme on sait, à ce que l’on appelle – de manière impropre – la Descente aux Enfers ? Enserré dans un réseau symbolique, le Minotaure pourrait bien signifier, ici, la double valence de l’Amour.

I. Au cœur de la légende crétoise

Figure monstrueuse, mi-homme, mi-taureau, le Minotaure occupe une place de choix au cœur du cycle généralement connu sous le nom de Légende crétoise, dont voici l’une des nombreuses versions, la plus connue.

Zeus, ayant ravi la jeune Europe1, lui donna trois enfants : Minos, Rhadamante, Sarpédon2. Après bien des rivalités, Minos, briguant le pouvoir suprême en Crète, dressa un autel à Poséidon, lui demandant de faire surgir de la mer un taureau, qu’il lui offrirait en sacrifice ; le dieu l’exauce et voici qu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search