Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Conclusion

Texte intégral

1L’évolution des relations que nous entretenons avec notre environnement a transformé notre approche de la gestion de l’érosion des côtes sableuses. Aujourd’hui, la volonté de dompter les forces jugées « hostiles » de la nature laisse la place aux interrogations sur la manière de gérer le développement des activités humaines tout en préservant le futur.

2Les mesures de l’évolution passée dont nous disposons aujourd’hui montrent les sites les plus sensibles, et la tendance générale à l’érosion. Si les recherches restent à poursuivre pour mieux comprendre les mécanismes sédimentaires, si les projections avancées ne peuvent être d’une grande précision, la certitude d’une évolution dans le sens de la régression est désormais établie.

3Dès lors, il convient de s’interroger sur la façon dont nous entendons occuper « durablement » ces rivages instables qui nous attirent tant.

4Idéalement, la dune ne devrait pas être bâtie. Toute introduction de structures rigides dans un ensemble mouvant par essence perturbe les échanges sédimentaires et amplifie les effets de l’érosion. Cette situation « idéale » est néanmoins celle de la majeure partie du littoral aquitain. L’impressionnante maîtrise foncière publique héritée du siècle dernier a en effet soustrait à l’urbanisation de très vastes espaces au sein desquels la gestion de l’érosion des rivages peut être appréhendée en dehors des contraintes habituelles liées à l’existence de zones bâties. Sur ce très long cordon dunaire élevé naguère comme un rempart protégeant la forêt de production des assauts de la mer, l’ONF montre le chemin d’une approche nouvelle en accompagnant la dune dans son recul.

5Si cette révolution montre ses limites en n’envisageant pas encore le retour aux formes libres d’avant la fixation, et si on pourrait souhaiter qu’elle aille parfois jusqu’à l’acceptation totale du caractère inexorable de la régression en ne s’y opposant pas, elle est néanmoins l’un des signes les plus éloquents de ce changement d’attitude.

6La maîtrise foncière publique des espaces menacés de disparaître représente donc l’un des principaux atouts de l’Aquitaine pour une gestion relativement sereine de l’érosion. Cette emprise de l’État est confortée depuis une vingtaine d’années grâce à la politique d’acquisition des sites les plus vulnérables par le Conservatoire du Littoral, la gestion de ces sites étant souvent confiée à l’ONF. Les deux organismes d’État, aidés depuis peu par les départements, conjuguent donc leurs efforts pour asseoir la mise hors du marché immobilier des espaces littoraux les plus vulnérables. Les exemples développés ici ont montré l’importance de la profondeur de cette maîtrise foncière pour que le recul de la dune, accompagné ou non, soit possible.

7Dans les espaces urbanisés, en revanche, petites stations balnéaires nées pour la plupart au début du XXe siècle, l’Aquitaine n’a pas montré de réelle originalité : comme ailleurs, les digues, perrés épis, sont venus défendre les fronts de mer urbanisés. La même question se pose alors ici comme sur d’autres littoraux : comment concilier la présence de l’urbanisation littorale avec l’avancée de la mer ? Les pistes à suivre seront donc les mêmes que sur d’autres côtes sableuses. Des pistes techniques, bien sûr, qui verront préférer les méthodes dites « douces » de rechargement de sable, même si celles-ci seront moins performantes ici que dans des systèmes moins ouverts, mais avant tout une réflexion sur l’aménagement de l’espace littoral.

8En premier lieu, il apparaît que tous les fronts de mer ne peuvent être défendus : les systèmes efficaces (ouvrages ou rechargements) sont trop onéreux pour les généraliser à tous les espaces menacés. La protection totale, la fixation de la ligne de côte doit être réservée aux sites dont la valeur, culturelle, esthétique ou économique, la justifie. L’évolution de la loi de 1807, qui faisait reposer la défense sur les seuls riverains, vers un financement par la collectivité, doit conduire à la définition et à l’identification des secteurs à défendre. Nous avons vu que, pour les deux exemples étudiés au moins, la protection réalisée ou envisagée ne peut pas être vraiment justifiée par la valeur des biens protégés. Il conviendrait donc, avant de partir à la chasse aux subventions, de définir les priorités à long terme dans une concertation qui rassemble tous les partenaires potentiels.

9La multiplicité des acteurs aux intérêts souvent contradictoires mais aussi presque toujours légitimes, ne rend pas la chose aisée. Depuis que la décentralisation a donné aux communes la responsabilité de l’urbanisation de leur territoire, les découpages du littoral par une quelconque instance autoritaire, de type MIACA, ne peuvent plus être décidés « depuis Paris ». Si les principes édictés par la loi littoral ont montré leur efficacité à contenir le développement anarchique de l’urbanisation littorale, la pression demeure très forte sur les quelques espaces où il est encore possible de bâtir. Nous avons vu que tout invite les communes au développement urbain, incitations fiscales, pression des groupes de promotion immobilière, absence de stratégie d’ensemble visant le long terme. La coopération intercommunale balbutiante ne permet pas d’envisager à l’heure actuelle une quelconque réflexion à large échelle. Bien que la Région Aquitaine réfléchisse actuellement à une nouvelle Mission pour l’Aménagement Littoral qui serait adaptée aux données de la décentralisation, c’est une nouvelle fois les services de l’État qui « montent au créneau » en faisant entrer l’érosion marine dans le champ des risques naturels. Si, dans un premier temps, cette démarche a été assez mal perçue au niveau local, elle apparaît toutefois comme particulièrement propice à la prise de conscience de la nécessité de repenser totalement les stratégies du passé.

10En dehors des espaces « naturels », dont la protection apparaît en Aquitaine assez bien acquise, et en dehors des fronts de mer que l’on entend défendre coûte que coûte, c’est bien sur les espaces plus ou moins bâtis mais non essentiels que les efforts d’imagination doivent se porter. Pour peu que l’on accepte de raisonner sur une période de temps assez longue, il semble possible d’adapter ces espaces au recul du rivage, de les reculer avec lui. Ici aussi, la propriété du sol apparaît comme l’une des principales clefs d’une politique efficace. Compte tenu des pressions extrêmement fortes que subissent les rares espaces qui échappent à la règle d’inconstructibilité dans la bande des 100 premiers mètres, il ne peut être envisagé de demander à des propriétaires privés de renoncer, sans aucune compensation, à utiliser des terrains et des villas qu’ils sont souvent acquis à grand prix. Quand des immeubles sont menacés, on pourrait imaginer que les fonds que les communes réussissent à mobiliser pour la défense soient utilisés pour le rachat de ces immeubles. Nous avons vu l’engrenage qui a conduit Lacanau à la construction d’un système de défense de plus de 1 km de longueur, initialement prévu pour défendre 2 bâtiments, dont un poste de secours. Le rachat du bâtiment privé par la collectivité, et sa destruction, auraient permis de créer une « zone tampon » entre la plage et les autres constructions, installées beaucoup plus à l’est. L’aménagement des zones « libérées » en jardin public devient alors une alternative intéressante : espaces pseudo-naturels certes, mais zones non aedificandi qui permettent d’attendre.

11En retrait de ces « dunes-parcs », sur les terrains dont la longévité peut être estimée à moins d’un siècle, une politique de rachat concertée pourrait également permettre l’installation d’habitats légers, éventuellement déplaçables, mais qui, en tout état de cause, ne demanderaient pas à être un jour défendus. Si on se rappelle qu’à la fin du siècle dernier, les premiers propriétaires de résidences secondaires sur la dune avaient construit leurs maisons en bois, sur un sol qui ne leur appartenait pas, on peut imaginer, pour peu que les collectivités publiques gardent ou étendent leur maîtrise foncière des terrains les plus exposés, d’y installer des bâtiments légers utilisant les ressources de la forêt toute proche. Il y a là un défi à lancer aux architectes et urbanistes : qu’ils imaginent de nouvelles formes d’habitat temporaire, qu’ils fassent de l’éphémère et non du durable dans les zones vouées à être englouties. L’Aquitaine se prête de toute évidence à ce genre d’expérience. Dans l’un des plus grands massifs forestier d’Europe, l’existence de propriétés communales potentiellement urbanisables permet peut-être de répondre à la demande d’hébergements touristiques dans les zones menacées par l’érosion, en évitant le durcissement et la défense des immeubles classiques.

12L’érosion des côtes ne peut plus être envisagée aujourd’hui simplement comme la défense des lieux habités contre la mer. L’évolution des relations que nous entretenons avec notre environnement nous enseigne que désormais, gérer l’érosion consiste davantage chercher des comportements d’adaptation qu’à résister à un phénomène que l’on sait inexorable. Les pistes esquissées ici montrent que l’Aquitaine possède la plupart des atouts pour y tenter de nouvelles expériences, qui pourront peut-être servir d’exemples à d’autres littoraux.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540