Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Troisième partie. Vers une gestion de l’érosion

Chapitre VI. Asseoir la non-urbanisation des zones menacées pour accompagner leur recul

Texte intégral

1Dans une optique de gestion rationnelle de l’érosion inéluctable des côtes, il est essentiel de limiter autant que possible la pression économique qui peut peser sur les espaces menacés de disparaître à l’horizon d’un siècle. L’idée est alors d’être en mesure de les abandonner à la mer, tout à fait librement ou en accompagnant leur recul par des actions peu coûteuses.

2Compte tenu des limites que montrent les diverses protections réglementaires, il est tout à fait évident que la maîtrise foncière publique est encore le meilleur atout pour maintenir hors du marché les zones que l’on ne désire pas défendre.

A — L’inconstructibilité des zones menacées

1. L’extension de la bande des 100 mètres

— Définition de la bande des 100 mètres

3Dans les espaces non urbanisés, l’interdiction établie par la loi de janvier 1986 de toute construction qui n’exige pas la proximité immédiate de la mer dans « une bande littorale de 100 mètres à compter de la limite haute du rivage » est devenue un outil de gestion de l’évolution de la ligne de rivage.

4L’exception établie pour certaines installations a suscité beaucoup de commentaires. Quels établissements peuvent en bénéficier ? Un hangar ostréicole ou un centre de thalassothérapie doivent-ils nécessairement être implantés au plus près de la mer ? Ces questions alimentent un certain nombre de contentieux sans qu’il soit encore réellement possible de dresser très précisément une liste des dérogations envisageables.

5Pour comprendre ces possibilités de dérogation, il convient de se rappeler que la règle d’inconstructibilité n’a pas été établie pour répondre à l’érosion, mais pour préserver un accès au littoral. Or « on imagine bien que la houle se moque bien de savoir si l’ouvrage qu’elle rencontre a vocation ostréicole ou touristique » (Giraud, 1987). L’extension à plus de 100 mètres, envisagée par la loi de 86 en cas d’érosion marine, conserve ces exceptions.

6Si, dans son principe cette règle est claire et devient une mesure de limitation des risques, elle pose dans son application, outre le problème de la délimitation de la ligne de côte, la question de la prise en compte du temps, de la durée, dans cet espace mobile. Sur des littoraux qui reculent en moyenne de 2 m/an et parfois beaucoup plus, comment envisager une remise en cause aussi rapide de la limite des zones constructibles ? Si l’on sait de plus que les côtes reculent par à-coups, qu’une dune peut perdre plus de 20 mètres au cours d’une seule tempête, la mise en place d’un espace aussi restreint est la source de bien des soucis futurs.

7Toutefois, le texte prévoit la possibilité d’étendre la protection à plus de 100 mètres « lorsque des motifs liés à la sensibilité des milieux ou à l’érosion des côtes le justifient ». Cet élargissement dépend de la commune qui peut, si elle le souhaite, interdire les constructions à l’intérieur d’une bande beaucoup plus large dont elle apprécie l’étendue selon les conditions locales. L’article L.146-4 définit une largeur minimum — 100 m — mais pas de maximum. Les terrains doivent être classés en ND (zone naturelle non constructible) dans les Plans d’Occupation des Sols (aujourd’hui PLU). En règle générale, les POS ont progressivement intégré cette protection dans leurs révisions successives. Ils ont pour la plupart adopté une protection très large dans les secteurs domaniaux, dans les ZNIEFF, les sites inscrits… en somme dans tous les espaces déjà protégés.

8En revanche, quelques terrains communaux ou privés, situés en limite des zones déjà urbanisées, ont reçu une protection a minima. On prendra une nouvelle fois l’exemple de Lacanau, dont la dune nord, communale et totalement déstabilisée, est protégée sur les 100 premiers mètres, puis prend le statut de zone d’urbanisation future. Ceci en contradiction avec le rapport de présentation de son Plan d’Occupation des Sols, qui consacre un chapitre éloquent au risque d’érosion marine.

9Cette règle a été établie de façon très générale, et pour tous les types de côtes. En ce qui concerne le massif dunaire Aquitain, il est tout à fait évident qu’une protection de 100 mètres n’a aucun sens : elle s’arrête au milieu du plateau ! Dès les débuts de son édification, c’est bien l’ensemble dune-lette-forêt de protection qui a été conçu pour protéger la forêt de production. Ce système extrêmement fragile occupe environ 500 mètres, il ne peut être amputé sous peine de perdre totalement sa cohérence et sa fonction.

10Il est donc tout à fait essentiel d’adapter la largeur de la zone inconstructible aux particularités régionales. C’est ce que propose le Schéma de Cohérence de la DRE Aquitaine.

— L’extension à 500 m proposée en Aquitaine

11Neuf ans après la loi littoral, le schéma de cohérence proposé par la DRE Aquitaine réexamine la notion de « bande des 100 mètres ». Il considère qu’une frange littorale totalement soustraite à l’urbanisation peut jouer un rôle dans la protection contre l’érosion. Plus encore, il affirme que, pour être efficace, cet espace « doit être constitué d’un cordon dunaire, d’une lette et d’une frange forestière » (DRE, 1996), (fig. 45 et 46).

Fig. 45 – Proposition de principe régional. Bande littorale (DRE Aquitaine, 1996)

Fig. 46 – Extension de la profondeur de la zone inconstructible

12Les auteurs du schéma de cohérence ont bien vu que les zones les plus sensibles sont bien les abords des zones bâties. Ils insistent sur le fait que « la définition de cette bande doit s’effectuer strictement en limite des zones déjà urbanisées », soulignant ainsi la pression particulière que ces secteurs supportent.

13On ne peut que comprendre la réticence des élus locaux à geler à l’urbanisation des terrains aussi attractifs. Dans ces petites communes littorales qui vivent en grande partie du tourisme, la décision de renoncer à tirer profit des espaces les plus « porteurs » a quelque chose de suicidaire. Électoralement impopulaire (les propriétaires se sentent lésés), financièrement déficitaire (non seulement les terrains ne rapportent rien, mais ils coûtent), la nécessité de conserver le caractère naturel des espaces les plus proches du rivage doit être expliquée sans relâche. On ne peut que militer ici pour que l’effort de communication soit poursuivi, sans accabler au préalable les élus de tous les reproches.

14En attendant que ce dialogue porte ses fruits, et parce que l’analyse de la situation actuelle montre que seule une prescription forte — la loi littoral — a permis d’assurer la non-constructibilité à long terme dans les 100 premiers mètres, il serait opportun que l’adaptation proposée par le Schéma de Cohérence soit reprise sous une quelconque forme obligatoire.

2. Pour une maîtrise foncière publique « en profondeur »

  • 1 La régression des côtes a également modifié par endroits la structure foncière ; ainsi la station d (...)

15En Aquitaine, la maîtrise foncière publique est considérable et remonte au siècle dernier. Vers 1860, les Ponts et Chaussées contrôlaient 94 % des côtes de Gascogne, c’est-à-dire 217 km sur les 220 km de rivage des deux départements. Si les aliénations du Second Empire ont presque exclusivement concerné les dunes internes — seuls 6 km de côte reviennent à des particuliers, dont 4 km au Pilat —, le fait essentiel dans les Landes est bien la quasi éviction de l’État au sud du département. Sur 40 km, il ne garde rien d’autre que la dune littorale. Au début de ce siècle, en revanche, il cède une quinzaine de km de dunes pour permettre l’installation des stations balnéaires répondant à l’engouement naissant pour le tourisme littoral. La continuité du domaine de l’État est ainsi brisée. Le grignotage reprend dans les années soixante, sous l’égide de la MIACA, avec la cession de 3,1 km à Seignosse le Penon et de 800 m à Port d’Albret1. La longueur des dunes domaniales reste toutefois considérable, bien supérieure à ce que l’on observe dans les autres départements français.

16Le retour à l’acquisition foncière publique est sensible depuis une vingtaine d’années avec la création du Conservatoire du Littoral et de la TDENS, permettant d’acquérir les espaces les plus remarquables et/ou les plus menacés. En dépit de l’arsenal des protections réglementaires existantes, les adjudications avaient en effet très souvent conduit à l’urbanisation des sites littoraux ou à leur abandon sans entretien. Chacun étant convaincu qu’une « zone inconstructible » n’est qu’une « zone non encore constructible », les espaces privés destinés à rester naturels, dont la valeur marchande est donc quasiment nulle, restent donc dans l’attente d’un changement de la réglementation leur permettant de rejoindre les prix extrêmement élevés des zones urbanisables (Comby, 1995.) La régression de la côte ne paraît donc acceptable que sur les domaines non urbanisés de l’État. Leur profondeur conditionne l’efficacité et la pérennité des actions.

— La profondeur des propriétés publiques

17L’existence d’une large zone tampon à jamais inconstructible est tout à fait indispensable pour une gestion sereine de la régression inéluctable des rivages. Sur le littoral Aquitain, cette bande de protection correspond à l’ensemble dune-lette-forêt de protection, soit une largeur d’environ 500 mètres.

18La propriété publique a montré son efficacité à garder hors du marché des espaces par ailleurs extrêmement attractifs. Plus des 3/4 du linéaire côtier océanique des départements des Landes et de la Gironde sont ainsi propriétés de l’État, inaliénables et inconstructibles.

19Un examen plus précis montre toutefois que seulement 54,5 % de ces terrains ont plus de 500 mètres de large (tableau 4, fig. 47).

Tableau 4 – La profondeur des terrains domaniaux du littoral aquitain

Fig. 47 – La profondeur des terrains domaniaux du littoral aquitain

20Que plus de la moitié du littoral soit ainsi protégé de façon durable est tout à fait exceptionnel si l’on compare cette situation à celle des autres littoraux français. Notre attention se portera sur les secteurs où la protection est plus fragile, puisque insuffisante pour organiser sur le long terme le recul inéluctable du littoral.

21Les zones 1 et 3 — Nord du Médoc et Sud des Landes — rassemblent les segments dans lesquels la dune domaniale est étroite. En l’état actuel des choses, l’acceptation du recul y semble délicate, et même presque impossible quand la propriété domaniale est constituée d’une dune stricto sensu adossée à l’urbanisation.

22Si les dunes sont bordées à l’est par des espaces forestiers, en revanche, la possibilité d’élargir le domaine de l’État par l’acquisition d’une bande de terrain suffisante pour asseoir la protection doit être envisagée.

23Ainsi, et pour ne citer qu’un exemple, le secteur situé immédiatement au nord de la zone urbanisée de Seignosse Le Penon, dans les Landes, permet d’apprécier la convergence des actions de l’État et du Département pour conforter la protection foncière des espaces naturels littoraux. Les terrains domaniaux gérés par l’ONF sont ici assez étroits (300 à 400 m), en bordure de la forêt communale. Une partie de cette forêt est soumise au régime forestier et le Conservatoire possède actuellement 54 ha en arrière de la dune domaniale et au contact de l’urbanisation. L’observation de la ZPENS, instituée par le département, et des projets d’acquisition du CELRL, montre que l’intention est ici de constituer une large zone de protection qui, entre autres avantages qui sortent du cadre de cette étude, permettrait à l’ONF de gérer sans contrainte la dune littorale (fig. 48).

— L’acquisition foncière publique

24S’il convient de ne pas assimiler trop rapidement l’acquisition foncière publique et la protection de l’environnement, il n’en demeure pas moins que, globalement, la domanialité a permis la préservation de nombreux espaces naturels. En Aquitaine, les quelques dérapages de la MIACA, qui ont conduit au nom de l’État à la réalisation d’ensembles touristiques en lisière de l’Océan, ne peuvent occulter les immenses forêts domaniales inhabitées et la continuité de la dune littorale « naturelle » gérée par l’ONF.

Fig. 48 – Structure foncière de la partie nord-ouest de la commune de Seignosse (Landes)

25Dans son rapport sur le littoral de mars 1998, l’Office Parlementaire d’Évaluation des Politiques Publiques fait reposer l’action foncière directe sur un raisonnement simple : « puisque c’est le marché qui progressivement fait monter la pression pour la transformation et l’usage des sols, il faut que les collectivités publiques achètent des terrains pour les soustraire à toute tentation et les préserver, donc soit l’État et les Collectivités Publiques parviennent à maîtriser le marché foncier au travers des instruments de régulation existants, soit ils interviennent directement sur le marché en devenant propriétaires de terrains littoraux suffisamment nombreux pour permettre une politique d’ensemble. »

  • 2 Qui estime détenir 23 % de la parie non urbanisée de la façade atlantique et 74 % des rivages giron (...)
  • 3 Propriétaire de près de 10 % du linéaire côtier métropolitain.
  • 4 Qui ont acquis un peu plus de 100 km de côte au titre de la TDENS.

26Les opérateurs publics susceptibles de développer la maîtrise foncière du littoral avec comme objectif une mise en valeur environnementale sont, nous l’avons vu, l’Office National des Forêts2, le Conservatoire du littoral3, et, dans une moindre mesure, les départements4.

27Aujourd’hui, parmi ces 3 sources d’acquisition, seul le Conservatoire du littoral dispose d’une réelle stratégie d’agrandissement de son domaine. Les arguments présentés en faveur de l’acquisition foncière en tant qu’instrument de préservation du littoral sont les suivants :

  • « l’arsenal législatif et réglementaire de plus en plus complet et de mieux en mieux appliqué ne suffit pas à garantir une protection pérenne… ;

  • il ne permet pas de conduire une gestion active indispensable au maintien de la qualité des milieux… ;

  • les dispositions de l’article L.135 du code de l’urbanisme qui prévoient l’aide à la gestion d’espaces naturels privés par voie de convention passées entre les collectivités publiques et les propriétaires concernés n’ont connu qu’un succès limité : elles impliquent une adhésion forte de ces propriétaires aux objectifs poursuivis, qui est loin d’être générale. »

28En Aquitaine, les acquisitions réalisées par le Conservatoire ont privilégié des espaces soumis à de très fortes pressions foncières. Les dunes de Seignosse, la pointe de Capbreton, mais aussi le domaine de Certes et la corniche basque, proches des urbanisations, ont empêché l’extension des zones urbaines et le grignotage des espaces naturels périphériques. L’objectif annoncé serait de maîtriser 12 000 ha, parmi lesquels, outre les marais du nord Médoc et de l’estuaire de la Gironde, les étangs et courants landais, les sites dunaires du sud landais avec leurs zones humides associées (dunes de Seignosse, dunes du Métro à Tarnos) menacées par l’urbanisation et le morcellement. C’est en effet dans ce dernier secteur, attiré par la conurbation Bayonne-Anglet-Biarritz, que l’emprise de l’ONF est la moins forte de tout le littoral, la zone de l’ancien lit de l’Adour étant, nous l’avons vu, restée à l’écart des préemptions du siècle dernier.

29Le rapport du Conservatoire souligne également la frilosité des départements à s’engager dans une gestion active des sites. Toutefois, les négociations engagées depuis quelques années montrent une évolution largement positive avec l’utilisation des produits de la TDENS à l’entretien des sites et à l’accueil du public (Musson, 1999).

30À travers l’exposé de l’achat des terrains de l’AFU du Cap-Ferret, en Gironde, nous nous proposons de montrer comment la maîtrise foncière publique, et elle seule, a permis la réhabilitation d’un site dont les multiples protections réglementaires n’avaient pu empêcher la dégradation.

. Acquisition des terrains de l’AFU du Cap-Ferret par le CELRL

  • 5 Pendant un temps, les autorités administratives bloquent les ventes, mais les dérogations se multip (...)

31Jusqu’au début du XXe siècle, la presqu’île du Cap-Ferret appartenait entièrement à l’État et n’était que ponctuellement occupée sur sa rive orientale par quelques cabanes de pêcheurs et d’ostréiculteurs. Ce site exceptionnel, seulement accessible par bateau depuis le port d’Arcachon, a séduit des visiteurs de plus en plus nombreux. Les « cabanes », théoriquement réservées aux titulaires de concessions ostréicoles, étaient louées pendant les mois d’été et parfois vendues aux nouveaux touristes5.

32Cette évolution concerne essentiellement la façade du Bassin d’Arcachon, où les terrains se font de plus en plus rares. Les dunes océanes, fixées comme partout ailleurs au XIXe siècle, restent toujours propriétés publiques. Après la première guerre mondiale, l’optimisme quant au succès et à la pérennité de la fixation ont toutefois conduit l’État à céder une partie de ses propriétés. En 1919, l’État échange donc avec un propriétaire varois 493 ha au sud de la presqu’île contre 2 550 ha de forêts méditerranéennes. Ce vaste terrain, destiné à être loti, a été divisé dès l’année suivante. Les spéculations immobilières, faillites et mutations de sociétés qui se multiplient entre les deux guerres, ont entraîné des morcellements de propriété jusqu’à une période récente.

33En 1993, au moment de l’« affaire » très médiatisée des Ensablés du Cap-Ferret, la situation foncière était la suivante (fig. 49) :

34— au nord : dune domaniale ;

35— au sud : 169 ha acquis par le Conservatoire en 1980 puis en 1984, et sur lesquels des travaux de restauration et de stabilisation avaient été réalisés entre 1988 et 1993 ;
13 ha de terrains boisés privés, étirés sur plus de 2 km.

36— à l’est : une zone urbanisée dont la partie occidentale subit des ensablements permanents, principalement causés par les mouvements des dunes très dégradées de la façade océane.

  • 6 Association Foncière Urbaine de remembrement ayant pour objet « le remembrement des parcelles situé (...)

37— à l’ouest : une bande de 2,2 km de long et de 400 m de large (environ 83 ha), appartenant à 147 propriétaires regroupés depuis 1977 au sein d’une AFU6.

38C’est l’ensemble de ces 83 ha et des 13 ha de la bande rétro-dunaire du sud qui seront l’objet d’une procédure d’expropriation et entreront dans le patrimoine du Conservatoire du Littoral. Depuis 1986, ces terrains étaient théoriquement sous la protection de la loi littoral, mais la commune de Lège Cap-Ferret a attendu 1993 pour modifier son plan d’occupation des sols dans le sens de la loi. Jusqu’à cette dernière date, la zone concernée était « constructible sous réserve de travaux de fixation » (UD et I NA).

Fig. 49 – Situation foncière de la Pointe du Cap-Ferret en 1993

39Les propriétaires membres de l’AFU considéraient leurs terrains, en se référant au marché de la presqu’île et en raison de leur situation exceptionnelle, comme des biens de grande valeur. La question était alors pour eux de réaliser les travaux de fixation, préalable nécessaire à l’urbanisation. Le devis établi en 1981 estime à 2 MF (0,3 M€) la somme nécessaire pour fixer les dunes.

  • 7 En fait ces demandes n’ont jamais reçu de réponse de l’Administration. Ce mutisme équivaut, après 4 (...)

40Les propriétaires demandent alors des subventions pour réaliser ces travaux, subventions qui leur sont refusées, de même que leur projet de remembrement7. Le désir des pouvoirs publics de reconstituer sur la presqu’île un vaste domaine protégé en continuité avec les dunes domaniales du nord sert à lui seul à expliquer le refus de toute aide aux propriétaires désireux d’urbaniser cette zone.

41En 1992, le site a été classé en zone de préemption des espaces naturels sensibles (ZPENS) et inclus dans un périmètre de risque. Les terrains deviennent alors inconstructibles en raison de leur « exposition à des risques d’avancée dunaire et d’érosion marine ».

42En outre, les propriétaires des parcelles voisines de celles de l’AFU, constamment ensablées en raison de l’absence d’entretien de la dune ouest, se regroupent dans l’association « SOS Sable », laquelle se retourne en justice contre l’AFU.

Photo 10 – Envahissement de la rue des Bernaches (Cap-Ferret, Gironde) avant les travaux (cliché J. Favennec, ONF) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © Eds Lavoisier

43Avec le temps, l’état des dunes s’est considérablement dégradé et le nouveau devis de travaux s’élève à 8 MF (1,22 M€). L’AFU est dans l’incapacité de faire face à cette dépense au moment où, par arrêté ministériel du 16 décembre 1993, elle est mise en demeure de réaliser les travaux de fixation. Devant la carence de l’AFU, l’expropriation est prononcée, les terrains entrent dans le patrimoine du Conservatoire du Littoral en mars 1994. Les anciens propriétaires sont indemnisés pour le franc symbolique.

Photo 11 – La dune des Ensablés (Cap-Ferret, Gironde) avant et après la première tranche de travaux (clichés J. Favennec, ONF) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © Eds Lavoisier

  • 8 Ce montant, supérieur la valeur de l’estimation sur la base de 1 F/m2 (0,15 €) est sans doute expli (...)

44Le coût de ce sauvetage mérite qu’on s’y arrête. L’achat des terrains s’est élevé à 2,5 MF (0,38 M€)8, leur restauration à 8,2 MF (1,25 M€).

45Même si dans cette affaire, en réalité beaucoup plus complexe que la brève synthèse que nous en avons donné, les propriétaires ont beaucoup de torts, on ne peut que comprendre leur rancœur devant l’indemnité symbolique qu’ils ont dû accepter. Les travaux visant à maîtriser l’érosion marine sont, nous l’avons vu, à la charge du riverain et le cahier des charges de 1919 leur faisait obligation de restaurer la dune et de lutter contre les phénomènes éoliens. Qu’ils n’aient pas, pendant toutes ces années, engagé de travaux n’est certainement pas excusable mais le problème d’ensablement ne s’est en réalité posé qu’à partir de 1965. J.-L. Duparc (1983) a montré dans sa thèse que l’état de dégradation dans lequel se trouvaient les dîmes au lendemain de la guerre était imputable en partie aux dégâts causés par la construction des blockhaus, mais était surtout la conséquence de l’absence d’entretien dans les années d’avant guerre. Ce n’est qu’à la fin des années cinquante que l’ONF a entrepris un vaste remodelage mécanique des dunes domaniales. L’État, lui non plus, n’a donc pas entretenu ses propriétés jusqu’à une période récente. Sur les terrains de ce qui allait devenir l’AFU, la multiplicité des propriétaires, dont l’intérêt pour les parcelles est très variable, n’a pas permis d’engager de tels travaux. Le piétinement par les nombreux estivants qui fréquentent le Cap-Ferret n’a fait qu’aggraver la situation. Les difficultés du remembrement n’ont jamais permis la création du lotissement, en dépit de l’avis favorable de la préfecture qui, en 1977, accepte cette idée. N’étant pas constitué, il ne pouvait être clos et soustrait par ses propriétaires au piétinement. La réhabilitation de la parcelle sud, acquise par le Conservatoire, et le bon état de la dune nord, rendaient encore plus criante la dégradation des terrains de l’AFU.

46Si cet exemple est un peu particulier dans la mesure où la plupart des terrains du Conservatoire sont acquis à la suite de procédures amiables, il souligne néanmoins la faiblesse des protections réglementaires quant à la sauvegarde de ce type de site. En dépit de classements en ZNIEFF 2, en ZPENS, au titre des articles L.146-4 et L.146-6 de la loi littoral et de la définition d’un périmètre de risque, rien n’a été fait pour entretenir les dunes. Rien n’a été construit, certes, mais rien non plus n’a été réellement protégé. Par leur abandon, les terrains de l’AFU étaient bel et bien revenus à cet état de nature que l’on rencontrait avant la fixation du siècle dernier où les dunes, mobiles par essence, se déplaçaient vers l’intérieur des terres sous l’effet du vent. Mais cette mobilité naturelle ne pouvait être ici tolérée puisqu’elle menaçait l’urbanisation voisine. La fixation est devenue indispensable pour prévenir l’ensablement des propriétés de la rue des Bernaches.

  • 9 Les mesures réalisées par l’IFREMER (1999) montrent tout de même un recul de 65 m entre 1966 et 199 (...)

47En reprenant les terrains qu’il avait concédés au début du siècle, l’État a certes signifié sa volonté de transformer une zone potentiellement urbanisable en espace protégé mais non en espace naturel comme cela aurait pu être le vœu du Conservatoire. Le front urbanisé est aujourd’hui situé à 500-600 m du rivage, ce qui fait dire peut-être un peu hardiment9 aux responsables de l’ONF qu’il « laisse une marge de manœuvre suffisante pour accompagner le recul modéré de la dune » (Favennec, 1996).

48Un des moyens trouvés pour empêcher l’urbanisation des terrains de l’AFU avait consisté dans l’établissement d’un périmètre d’Exposition aux Risques. La complexité de la procédure nécessaire en avait toutefois grandement limité l’efficacité. Le principe consistant à interdire les constructions à l’intérieur des zones à risques est récemment revenu à l’ordre du jour avec la création des PPR.

3. Les Plans de Prévention des Risques Naturels Prévisibles (PPR)

49La mise en place des PPR, qui dans leur logique ressemblent fort aux Plans d’Exposition aux Risques (PER) qui les ont précédés, se place « dans le contexte des rapports de force issus des lois de décentralisation » (Romi, 1993). Ces « documents étatiques » ont pour objectif premier de limiter les conséquences des phénomènes naturels sur les activités humaines.

50On peut légitimement s’interroger sur la capacité de cette réglementation nouvelle, qui vient s’ajouter à toutes celles déjà existantes, à infléchir dans le sens de la responsabilisation les rapports que nous entretenons avec notre environnement. « On construit en zone inondable, parce qu’on vous garantit que les crues seront maîtrisées par le barrage dont on justifiera l’urgence de la construction » (Romi, 1993). Il en est de même pour le littoral : on construit au plus près de l’eau des immeubles qu’il est immédiatement nécessaire de protéger avec tout l’arsenal de digues, perrés, enrochements dont on dispose.

51Néanmoins, on pourrait penser avec certains qu’« au lieu de faire des plans coûteux et inutiles, il faudrait développer le système… des cartes de risque : les gens, au vu de ces cartes, décident de construire ou de ne pas construire » (Tazieff, 1988). Mais si l’idée de la « transparence de la cartographie » est présente dans quelques pays, les cartes des zones à risques ne sont disponibles en France qu’aux autorités responsables. On ne peut que militer ici pour que cette cartographie soit obligatoirement présentée à tout acheteur potentiel, et jointe à l’acte de transaction immobilière. Il y a fort à parier qu’on verrait alors moins de constructions dans les zones inondables ou, pour le sujet qui nous intéresse, dans les zones menacées par l’érosion marine. La cartographie des risques (et sa très large diffusion) est le support absolument nécessaire d’une politique de prévention.

— L’adaptation des PPR aux phénomènes littoraux

52Les conséquences catastrophiques des inondations qui ont touché le Grand Bornan en 1987 et Vaison la Romaine en 1992 ont mis en doute l’efficacité des instruments de prise en compte des risques naturels dans l’aménagement. La faible utilisation des prescriptions du code de l’urbanisme en mesure de protéger dans les POS les zones menacées, ainsi que le retard et la lourdeur de la mise en place des Plans d’Exposition aux Risques (PER), ont conduit l’État à relancer la politique de prévention des risques.

53Un des points essentiels du programme initié par le Comité Interministériel du 24 janvier 1994 est de limiter strictement le développement des zones exposées.

54La loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement, communément appelée loi Barnier, a donc créé le nouvel instrument que sont les Plans de Prévention des Risques Naturels Prévisibles (PPR) qui « visent à limiter, dans une perspective de développement durable, les conséquences humaines et économiques des catastrophes naturelles ». Il s’agit d’une procédure unique quel que soit le risque envisagé, créée par la refonte des procédures existantes et dotée de moyens financiers importants.

55Au regard de la définition du risque naturel donnée par le Comité d’Évaluation de la Politique Publique de Prévention des Risques Naturels, il apparaît que l’érosion des côtes appartient clairement aux catégories envisagées dans ce type de schéma. En effet, dans ce rapport, le risque est identifié comme « un événement dommageable, doté d’une certaine probabilité, conséquence d’un aléa naturel survenant dans un milieu vulnérable. Le risque résulte donc de la conjonction de l’aléa et d’un enjeu, la vulnérabilité étant la mesure des dommages de toutes sortes rapportés à l’intensité de l’aléa » (rapport Corn. Éval. Pol. Publ., 1997).

56L’aléa est « un phénomène naturel d’occurrence et d’intensité donnée » (Guide général des PPR, 1997). Sa définition doit toutefois être ajustée en fonction de chaque type de risque naturel.

57En ce qui concerne le littoral, trois types d’aléas ont été retenus :

  • l’érosion du trait de côte, en particulier le recul des côtes sableuses ;

  • les submersions des terres situées en dessous des plus hautes eaux ;

  • les avancées dunaires.

58Les enjeux, « personnes, biens, activités, moyens, patrimoine, etc. susceptibles d’être affectés par un phénomène naturel, s’apprécient aussi bien pour le présent que pour le futur ». Le risque naturel suppose donc l’existence de biens et/ou d’activités dommageables, qu’il s’agit de protéger.

59L’Université de Caen a réalisé pour le Ministère de l’Environnement un guide méthodologique de l’élaboration des PPR littoraux afin d’en présenter le contenu et de définir les méthodes permettant d’aboutir aux documents réglementaires. Il présente dans une première partie les phénomènes susceptibles d’être pris en compte, recul du trait de côte, submersions et avancées dunaires, et le cadre géologique de ces risques. Ces derniers doivent être envisagés, et cela mérite d’être souligné, non pas selon un découpage administratif, mais à l’échelle d’un bassin de risque, notion plus ouverte correspondant à un « système naturel présentant des caractéristiques homogènes d’un point de vue géographique, morphologique et hydrodynamique » (Guide méthodologique des PPR littoraux, 1997).

60La méthodologie d’élaboration est décrite dans une deuxième partie, qui détaille les pièces nécessaires à l’établissement d’un plan. Il ne nous paraît pas utile d’exposer ici les différentes étapes de cette élaboration. Notons simplement quelques éléments qui permettent d’éclairer la spécificité de la prise en compte du risque d’érosion des côtes sableuses.

61Tout d’abord, l’aléa possède ici une définition particulière. Il s’agit d’« une bande de terrain qui peut être détruite à l’échéance de 100 ans ». De même, dans le cas de la progression d’un front dunaire, il faut considérer « une bande de terrain qui sera recouverte par la dune à l’échéance de 100 ans ».

62La mise en évidence du risque passe par la réalisation d’une cartographie de l’évolution du trait de côte, basée sur une analyse historique du phénomène. Le taux d’érosion moyen annuel est alors déduit. Une approche similaire permet de visualiser la progression des dunes et de déterminer le taux d’avancement moyen annuel. Dans les deux cas, les auteurs du rapport insistent sur l’intérêt de souligner les impacts d’événements météorologiques de forte intensité, comme les tempêtes.

63Il est alors possible de dessiner des cartes d’aléas (en général sur le fond topographique de l’IGN au 1/25 000e, agrandi au 1/10 000e), ce qui revient à délimiter les zones menacées de disparaître à l’horizon de 100 ans. Des traits de côte intermédiaires, à 20 ans ou à 50 ans, peuvent être mentionnés.

64Si la côte est défendue par des ouvrages qui ne figent pas le rivage (épis, brise-lames, rechargements en sédiments, protections dunaires), l’impact de ces ouvrages est pris en considération dans l’évolution future. Pour les ouvrages longitudinaux qui fixent la position de la côte, l’extrapolation à 100 ans doit reposer sur l’étude de l’évolution des zones voisines non protégées. L’objectif est alors d’attirer l’attention sur la nécessité de l’entretien de ces structures pour en garantir la pérennité et réduire le risque.

65Le document le plus important et qui constitue en quelque sorte l’aboutissement de la démarche est incontestablement le plan définissant les zones dans lesquelles le risque est suffisamment fort pour qu’il justifie l’interdiction de tout type d’aménagement et les zones à risque moyen ou faible dans lesquelles la constructibilité pourra être assortie de conditions.

66Ce zonage s’appuie sur la carte des aléas, classés en 3 niveaux (tableau 5). On aboutit à une typologie sommaire, mais claire :

Niveau d’aléa

Niveau 3
Aléa fort

Niveau 2
Aléa d’intensité moyenne

Pas d’aléa
aléa négligeable

Zonage réglementaire correspondant

Zone inconstructible

Zone constructible sous conditions

Zone constructible sous réserve du respect du POS ou des autres législations en vigueur

Tableau 5 – Zonage des niveaux de risque (d’après Guide méthodologique des PPR littoraux, 1997)

67L’érosion marine et les avancées dunaires sont classées dans la troisième catégorie, celle des aléas forts.

68Cette étape permet de passer de l’analyse technique — aboutissant à la cartographie des aléas — à l’élaboration des prescriptions permettant la sauvegarde des biens et des personnes dans les zones à risques. Ce zonage tient compte à la fois de l’aléa (recul du trait de côte et progression de l’abrupt dunaire) et des enjeux (nombre d’habitants et les équipements de la zone à risque). En règle générale une zone d’aléa fort doit devenir inconstructible (tableau 6). Cependant, des exceptions sont prévues pour les « centres urbains ».

69Il semble que l’on touche là un point sensible puisque, si l’on regarde le littoral aquitain, on peut observer deux types de zones :

  • les espaces non urbanisés dont nous avons parlé précédemment et qui sont durablement protégés par leur statut foncier et par la loi littoral, les PPR ne les concernent pas ;

  • les zones urbaines : fenêtres communales correspondant aux fronts de mer urbanisés et, nous l’avons vu, le plus souvent défendues des assauts de la mer.

Tableau 6 – Aléas et urbanisation (1100 = inconstructible dans la zone côtière comprise entre le trait de côte actuel et le trait de côte à 100 ans) (d’après Guide méthodologique des PPR littoraux, 1997)

  • 10 La circulaire du 24 avril 1996 concerne les dispositions applicables au bâti existant en zone inond (...)

70L’interprétation que l’on donnera de la notion de centre urbain parait donc à la base des possibilités d’utilisation efficace des PPR littoraux. Leur définition a été donnée par la circulaire du 24 avril 1996 : « Ceux-ci se caractérisent notamment par leur histoire, une occupation du sol de fait importante, une continuité du bâti et la mixité des usages entre logements, commerces et services. »10 En ce qui concerne ces zones, la même circulaire précise que « des adaptations peuvent être apportées aux dispositions applicables ».

71On dispose encore de très peu d’éléments pour préciser cette définition. Quand l’occupation du sol devient-elle « importante » ? En quoi un site est-il caractérisé par son « histoire » ? Où s’arrête la « continuité du bâti » ? Le flou des termes employés rejoint les incertitudes de la loi littoral (espaces remarquables, proches du rivage…). Il faudra bien répondre à ces questions puisque c’est essentiellement au niveau des fronts de mer urbanisés que l’érosion des côtes est la plus préoccupante.

72Enfin, le document final élaboré en concertation avec la ou les communes concernées doit être annexé au Plan d’Occupation des Sols (aujourd’hui PLU).

73Il n’existe encore aucun Plan de Prévention des Risques concernant la menace de l’érosion marine. Un seul PPR littoral était approuvé à la fin de 1998 ; il concerne les risques d’inondation des communes de L’Ile Tudy et de Combrit en Bretagne. Néanmoins, un certain nombre de projets sont en gestation, notamment en Aquitaine.

— Le PPR pilote du département de la Gironde

74Dans le cadre de cette réflexion sur la mise en place des PPR littoraux, la Préfecture de la Gironde a initié, via la DDE, une étude préliminaire visant à définir les aléas.

  • 11 Les détails des prévisions du LARAG/SOGREAH sont présentés dans La gestion de l’érosion du littoral (...)

75La cartographie prospective de l’évolution du trait de côte et des avancées dunaires a été confiée au LARAG et à la SOGREAH11.

  • 7 cartes au 1/25 000e ont été dessinées pour l’ensemble du littoral girondin ;

  • 3 cartes au 1/10 000e précisent la situation pour les secteurs urbanisés.

76Des profils schématiques de l’évolution future des massifs dunaires ont également été dessinés (fig. 50).

77L’avis du LARAG et de la SOGREAH est que la plus grande partie du littoral girondin ne pose pas de problème majeur. En effet, n’étant pas urbanisée, elle est soumise à la règle d’inconstructibilité des 100 premiers mètres du fait de la loi littoral.

78Certains secteurs, en revanche, seront dans une situation très critique à plus ou moins long terme :

  • la ville de Soulac sur Mer, où la pérennité de la frange littorale de la zone urbanisée va dépendre des protections constituées par le brise-mer des Arros et le front de mer. Ce dernier n’apparaît pas capable, à l’échéance de 10 ans environ, de faire face au processus d’érosion marine, il devra être conforté et sans doute complété par d’autres aménagements.

  • à l’Amélie, il paraît difficile d’empêcher le recul au droit de l’agglomération étant donné l’importance du recul de l’ensemble du secteur. Il est vraisemblable que cela conduise à moyen terme à un recul « contrôlé » qui conduira à abandonner à la mer certaines zones urbanisées comme cela a été le cas depuis la fin du siècle dernier.

  • dans la partie extrême du Cap-Ferret, mis à part l’avancée dunaire qu’il est possible de contrôler, la très grande ampleur des phénomènes naturels en rend la maîtrise, tant du point de vue technique qu’économique, pratiquement illusoire.

  • dans le secteur du Pyla, où le processus d’érosion est dû au déplacement vers l’est du chenal, les perrés implantés en haut de l’estran n’ont aucun effet sur le maintien du talus du chenal.

  • les sites de Lacanau et de Montalivet, s’ils demeurent sensibles paraissent moins critiques ; le recul devant rester de l’ordre de 50 m dans le prochain siècle. À supposer que les ouvrages de protection soient renforcés, l’érosion sera plus importante au sud.

Fig. 50 – Évolution du front de dune à l’échéance de 20 ans et de 100 ans au niveau de la Pointe du Cap-Ferret (Gironde) (LARAG-SOGREAH, 1997)

79Le but de cette étude était de créer un document informatif à l’attention des communes du littoral girondin. C’est la mise en évidence de la tendance au recul qui importe ici. Les positions futures du trait de côte et de l’abrupt dunaire ont été visualisées sur des documents graphiques par des traits colorés, très « visibles ». L’évolution du front dunaire a été représentée sur des coupes schématiques au niveau des sites les plus vulnérables. L’idée est donc de sensibiliser les élus locaux à l’ampleur des risques, d’obliger les municipalités à ouvrir les yeux sur l’évidence de l’érosion de leurs rivages et d’en prendre acte dans leurs projets d’aménagement.

  • 12 Article 1er de la loi 95-101 du 2 février 1995.

80C’est donc à partir de ce type d’étude que les services de l’État peuvent entamer la procédure d’élaboration des PPR. En effet « l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances techniques et scientifiques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir le risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable »12. La cartographie peut donc être modifiée ultérieurement si les conditions naturelles ou la connaissance du risque ont évolué.

81Ce document a été diffusé dans les communes du littoral girondin pendant l’été 1997. Si les premières réactions ont été pour le moins réservées, des évolutions notables semblent apparaître tout récemment. Ressenties bien légitimement comme une reprise en main des destinées locales par les services de l’État, critiquées pour leur manque de fiabilité, les conclusions du LARAG/SOGREAH commencent à parvenir jusqu’à la table des négociations au moment de la révision des POS.

82C’est ainsi qu’au Porge, l’extension d’une aire d’accueil touristique, initialement dessinée parallèlement à la côte pourrait être réorientée vers l’intérieur des terres. À Hourtin, des possibilités d’urbanisation en retrait du rivage sont à l’étude dans le cadre de la révision du POS. Aucune de ces actions n’est encore finalisée, mais on peut tout de même espérer, sous réserve d’une bonne dose d’optimisme, que quelques PPR pourront être approuvés dans un proche avenir.

83Application du principe de précaution à la gestion du risque d’érosion marine, le déplacement des constructions vers les espaces non menacés semble frappé au coin du bon sens. La mise en application de ce principe simple est néanmoins difficile et ce pour bien des raisons. Tout invite les communes à développer l’urbanisation littorale : incitations fiscales, disponibilités foncières réduites qui poussent à utiliser tous les espaces encore légalement accessibles, image valorisante du développement urbain en tant que signe d’une politique active et ambitieuse, pression des groupes de promotion immobilière… Les communes isolées ne peuvent donc pas, seules, s’imposer les contraintes que le gel de l’urbanisation suppose. En d’autres temps, la MIACA a imposé les vues de l’État sur l’aménagement du littoral Aquitain. Aujourd’hui, l’heure n’est plus aux grands schémas d’aménagement et c’est sur la scène locale que les actions se décident. Il n’en demeure pas moins que la gestion du risque d’érosion marine se doit de dépasser le cadre trop étroit des PLU, même si elle doit se traduire dans ces documents.

84Si les négociations sur la définition des PPR sont encore assez tendues, on peut toutefois noter que les débats houleux qu’elles ont générés ont servi à mettre en évidence la nécessité de repenser notre attitude face à l’érosion du littoral.

85Définir les zones menacées à l’horizon d’un siècle pour les soustraire à l’urbanisation participe de la même logique que la proposition d’étendre les dispositions de l’article L.146 de la loi littoral à 500 m, disposition éventuellement soutenue par l’acquisition foncière publique. Il s’agit bien de mettre hors du marché foncier les zones les plus sensibles et de s’assurer une marge de manœuvre suffisante pour tenter, non plus de s’opposer à l’érosion, mais de composer avec elle en accompagnant le recul de la dune, ainsi que le fait l’ONF sur plus des 3/4 du littoral aquitain.

B — Le recul accompagné de la dune non bâtie

86Le long cordon dunaire au profil « idéal », édifié au XIXe siècle, est devenu Tune des composantes majeures du paysage littoral aquitain. Ce formidable stock de sable est sans cesse amputé par les houles, déformé par le vent, piétiné par les promeneurs.

87Après avoir, pendant plus d’un siècle, tenté de maintenir la rectitude et le profil de ce rempart sableux, l’ONF s’efforce aujourd’hui d’accompagner la dune dans son recul inexorable.

1. Le modelage du cordon dunaire calibré et le maintien du profil idéal

88Si la fixation des dunes de Gascogne a été décidée dès 1801, par l’arrêté des Consuls de la République créant la Commission des Dunes, ce n’est que 20 ans plus tard que la nécessité de créer une zone de protection entre l’Océan et les premiers boisements est apparue.

89La recherche des caractéristiques morphologiques de ce qui allait devenir le long cordon dunaire caractéristique du littoral gascon a donné lieu, dans les années 1820, à des débats extrêmement houleux au sein des services de l’État, Ponts et Chaussées et Eaux et Forêts, chargés de cette mission. Le profil « idéal » de Goury l’emportât : haute de 10 à 15 m, la dune artificielle présente dans sa partie centrale un plateau subhorizontal de 50 à 60 m de large, à peine incliné vers l’estran, qui s’avance en pente douce vers la mer et tombe de façon plus abrupte vers l’est (fig. 51). Cet édifice devait être continu, sans brèche ni siffle-vent susceptible d’emporter les sables de l’estran vers l’intérieur des terres.

Fig. 51 – Profil idéal de Goury (Mémento technique des dunes d’Aquitaine, LGPA-ONF, 1988)

90Sur des terrains domaniaux, en dehors de toute initiative privée, ce grand œuvre a été réalisé à l’initiative et sous le contrôle exclusif de l’État.

91À la fin du XIXe siècle, la côte est entièrement aménagée, la dune protectrice édifiée et fixée tout au long des rivages aquitains. Les 224 km de cordon dunaire continu marquent le triomphe des ingénieurs et l’apogée de l’école française des dunes. Buffault, Conservateur des Eaux et Forêts de 1910 à 1940, pouvait affirmer en 1913 : « Il nous paraît n’y avoir aucune innovation à apporter à la technique de fixation des dunes et de défense contre la mer. » À la veille de la première guerre mondiale, les dunes sont en bon état, régulièrement entretenues par les gardes cantonniers, et aucune difficulté majeure ne se dessine.

92Cet optimisme, mais aussi l’arrivée de la guerre, a conduit à ralentir puis à abandonner les travaux d’entretien ; les crédits alloués ont fondu, les gardes cantonniers appelés au front. Les grandes tempêtes des années 1912 à 1926 ont ainsi été particulièrement dévastatrices sur certains secteurs pratiquement laissés à l’abandon. La végétation se dégrade, les figures d’érosion apparaissent et le bel édifice se déséquilibre dans l’entre deux guerres, à l’époque de la naissance des stations balnéaires de la Côte d’Argent.

93L’occupation allemande du début des années quarante a accéléré la dégradation de ces espaces fragilisés. Hérissée de blockhaus, zébrée par les chemins d’accès, la dune artificielle qui supportait le mur de l’Atlantique était au lendemain de la deuxième guerre mondiale largement déstabilisée. Les déminages d’après guerre, en créant de vastes excavations, ont encore amplifié les effets de l’érosion éolienne et les grandes tempêtes de 1946 ont mis en évidence la gravité de la situation.

94Les travaux de restauration ont commencé en 1948, sur des crédits accordés au titre des dommages de guerre mais la raréfaction de la main d’œuvre, en grande partie causée par le déclin du gemmage, a conduit au bouleversement des méthodes traditionnelles. À partir de 1958, Jounet utilise le bulldozer à chenille pour un chantier pilote à Mimizan. Le reprofilage, selon le profil idéal de Goury, à l’aide d’engins mécaniques, a été généralisé à partir de 1960 à l’ensemble du littoral.

95Pendant près de 25 ans, les Eaux et Forêts — puis l’ONF à partir de 1964 — ont donc reprofilé systématiquement le cordon dunaire sur un plan rectiligne. La technique, schématisée par G. Estève (fig. 52), consistait à gommer les irrégularités à l’aide d’énormes bulldozers pour retrouver les caractéristiques du profil de Goury. La végétation était totalement arrachée lors de ces opérations et la dune « mise à blanc » pouvait alors être couverte de branchages. Des brise-vent, de type ganivelle ou filets de plastique, disposés perpendiculairement au vent sur le versant ouest avaient pour but de piéger le sable. Dans un deuxième temps, on repiquait des oyats sur le versant ouest et sur le plateau ainsi préparés. Ces végétaux, grands fixateurs de sable, étaient le plus souvent installés en quinconces afin de limiter le bossellement ultérieur. Les espèces accompagnatrices de l’oyat pouvaient alors s’installer ; à l’avant, l’Agropyrum se développait spontanément dans la frange la plus proche de l’estran, si les conditions le permettaient.

96La nouvelle dune, installée à quelques mètres en retrait par rapport à sa position initiale, « enregistrait » donc le recul du rivage. Sa très grande fragilité, due à la destruction de sa végétation diversifiée, est considérablement amplifiée par son élévation globale : des 12 à 15 mètres considérés par Goury comme des valeurs optimales, on est passé à 25 mètres en moyenne, et parfois même 32 mètres comme au nord de Lacanau (Barrère, 1986). Avec cette élévation, la compression éolienne est accrue sur le versant externe, le vent devient plus efficace sur le plateau et on assiste à des turbulences dans la lette.

Fig. 52 – Les étapes du reprofilage systématique (Estève, 1980) dans « La vie dans les dunes du Centre-Ouest : flore et faune », ouvrage collectif, Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest, numéro spécial 4,1980. © Société Botanique du Centre-Ouest

97Les travaux réalisés sur plus de 100 km entre 1958 et 1980 n’ont pas toujours donné les résultats escomptés. La durée de vie d’un reprofilage est estimée à 30 ans dans les conditions les plus favorables ; au delà, le profil se déforme inévitablement. L’érosion marine, la fréquentation touristique grandissante et de multiples erreurs techniques peuvent réduire ce délai à 10 ans. À Biscarrosse par exemple, la reconstitution opérée entre 1960 et 1970 n’a pas même tenu 10 ans. Dans le Médoc, rien ne subsiste en 1982 des 6 km traités en 1964 à cause de l’érosion marine. Dans le sud des Landes encore, sur les 8,5 km restaurés entre 1960 et 1964, 2 km sont totalement détruits au début des années quatre-vingt et le reste doit être sans cesse entretenu (Duparc, 1983).

98L’image de la dune rectiligne est alors très forte ; les irrégularités, même si elles sont en principe tolérées et ne nuisent qu’« au coup d’œil », sont corrigées. Cette image a perduré jusqu’à une époque récente. On la rencontre par exemple sur la presque totalité des plaquettes diffusées par les Eaux et Forêts puis par l’ONF, montrant des dunes parfaitement calibrées, rares aujourd’hui sur le terrain (Favennec, 1995).

99Vers le milieu des années soixante-dix, la technique des reprofilages systématiques est remise en cause. Si ces méthodes lourdes, traumatisantes mais rapides étaient parfaitement justifiées par l’urgence qu’il y avait à réparer les dégâts importants de l’après-guerre, elles correspondaient aussi à une certaine idée de la dune calibrée, maîtrisée, rempart entre la mer et la forêt. Dans cette période qui voit la naissance des mouvements écologistes, les associations, au-delà de l’Aquitaine, contestent la puissance de la technicité, les élus sont de plus en plus critiques. Le « splendide isolement » des ingénieurs s’effrite. En Aquitaine, l’ONF prend les devants en se tournant vers l’Université.

2. La coopération ONF – Université et l’élaboration de la doctrine nouvelle

100Dès le début des années 1980, la réflexion sur la gestion des dunes littorales s’est enrichie grâce à la collaboration étroite entre l’ONF, qui n’est pas encore dotée d’un service littoral, et l’Université de Bordeaux 3. Cette démarche correspond, pour J. Favennec, responsable de la cellule littoral au sein de l’Office, à une réelle rupture : « L’ONF apprend à évoluer avec le monde scientifique, redécouvre les milieux dunaires à travers une nouvelle grille de lecture. » Cette coopération a permis de mettre au point des documents d’analyse et de gestion utilisables par les techniciens pour guider leurs interventions.

101Un atlas des types de dunes au 1/25 000e a été établi dans sa première version de 1981 à partir de photographies aériennes et d’observations de terrain, puis complétée en 1990 par l’utilisation des images à haute résolution fournies par le satellite SPOT. Ce document, appelé à être mis à jour régulièrement, permet de suivre l’évolution du littoral dunaire classé en segments homogènes. En associant les caractéristiques de la couverture végétale et ceux de sa morphologie, il répertorie 11 types de dunes dont il fait apparaître les différents états de l’évolution. Dans les secteurs où les techniciens pensent devoir intervenir, des cartes écodynamiques au 1/5 000e décrivent très précisément les différentes formes de relief et de végétation.

102Le mémento technique des dunes est un autre outil proposé par les universitaires. Partant du principe qu’il devient nécessaire « d’unifier le vocabulaire et d’expliciter jusque dans leurs nuances, les termes qui seront couramment employés dans les principaux documents de travail », il décrit, sous forme de fiches thématiques, les principales caractéristiques morphologiques et botaniques rencontrées et leur signification écodynamique.

103Parallèlement, l’Université assure la formation du personnel à la rédaction des documents d’analyse et de conduite des travaux.

104Cette « révolution culturelle » ne va pas sans mal. Si un certain nombre d’agents semblent favorables à ce changement d’attitude, beaucoup rechignent à remettre en cause les techniques lourdes. La dune rectiligne, au profil parfaitement équilibré, piqueté de touffes d’oyat disposées en quinconces rigoureuses, sans tuc ni caoudeyre, était pour les hommes de terrain la preuve du travail bien fait. La dune portait leur marque.

105L’idée pourtant a fait son chemin et aujourd’hui bien peu d’agents de terrain, et encore moins de techniciens s’insurgent encore contre les « chardons qui gênent le gourbet » ou déplorent les profils imprévus et étranges que prend la dune. Le bossellement est admis et tous s’accordent à reconnaître l’importance d’une couverture végétale diversifiée. On peut également penser que la gestion des sites appartenant au Conservatoire du Littoral a participé à cette évolution : la coopération de ces deux organismes d’État aux philosophies si différentes engendre bien souvent des débats extrêmement productifs sur le plan de l’appréhension du littoral.

106C’est par le contrôle des mouvements éoliens, en empêchant le stock sableux de progresser vers l’intérieur des terres, que les gestionnaires peuvent amortir les effets de l’érosion marine. La dune rempart est ainsi accompagnée dans son recul.

3. Le recul accompagné

107La nouvelle doctrine de l’Office, exposée dans le dossier qu’il a consacré à l’espace littoral, repose sur l’acceptation de la mobilité naturelle des dunes. Les expériences passées et les réflexions menées avec les scientifiques ont permis de comprendre :

  • qu’il est illusoire de rechercher la fixité ;

  • que les dunes sont étroitement liées aux plages qu’elles bordent, les échanges ne doivent donc pas être rompus ;

  • que la couverture végétale est la clef du contrôle de la dynamique dunaire ;

  • que les formes complexes représentent des équilibres temporaires qui ne doivent pas être contrariés.

108Il s’agit donc de moduler les interventions selon les phases d’évolution de la côte.

109En période d’érosion marine, le pied du versant externe est découpé en falaise vive. La compression du vent accélère le transit sableux, crée brèches, caoudeyres et siffle-vent. L’idée est alors de piéger le sable dans les dépressions du plateau et de limiter le saupoudrage de l’arrière-dune (fig. 53).

Fig. 53 – Traitement applicable en phase d’érosion marine (Favennec, 1996) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © ONF

110En phase de répit d’érosion, en revanche, il est essentiel de favoriser la couverture végétale et particulièrement la banquette à Agropyrum du pied ouest. On peut alors tenter de retenir le sable près de la plage à l’aide de brise-vent. Le stock sédimentaire ainsi constitué sera un modérateur efficace de la phase érosive suivante (fig. 54). On estime que ce stockage frontal peut être de l’ordre de 10 m3/ml/an, ce qui équivaut pour un répit de 10 ans au stockage de 100 000 m3 de sable par kilomètre de côte (Favennec, 1996).

111Dans tous les cas, il est indispensable de réduire les impacts de la fréquentation humaine. Si la dune abrite une forêt de production, ce qui est le cas le plus fréquent, la libre évolution est même envisageable. Des expérimentations ont été faites à Merlimont (Pas de Calais) dans le cadre d’un programme Life financé par la Communauté Européenne. Le retour aux formes totalement libres n’a pourtant pas été tenté en Aquitaine malgré l’existence de vastes secteurs hors de toute pression.

Fig. 54 – Traitement applicable en phase de répit d’érosion (Favennec, 1996) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © ONF

112Nous décrirons l’application de ce principe de recul très maîtrisé à travers deux exemples. Tout d’abord celui d’un site de large profondeur, loin de toute urbanisation mais fréquenté pendant les mois d’été (Messanges), puis celui d’un segment dunaire adossé à un lotissement (Hossegor).

. Gestion d’un site de large profondeur fréquenté par le public : la dune de Messanges

113La gestion de la dune de Messanges, dans le sud du département des Landes, exprime assez clairement la doctrine d’accompagnement des phénomènes naturels. De nouvelles techniques y ont été appliquées qui pourront servir de modèle pour d’autres sites, en Aquitaine ou peut-être ailleurs.

114Il s’agit d’un site très fréquenté durant les mois d’été pour son aspect « naturel » et « sauvage ». On ne trouve aucune construction dans la lette ni dans la forêt de production, en grande partie privée, qu’elle protège. Les seules infrastructures rencontrées sont une route départementale de tracé est-ouest donnant accès à un parking situé dans la lette et un poste de surveillance de baignade (fig. 55).

115L’érosion marine entre 1943 et 1968 a été estimée par l’ONF à 0,2 m/an en moyenne. On se trouve ici dans la partie la plus stable du littoral aquitain.

116En 1982, le diagnostic établi par J.-L. Duparc (LGPA) qualifie de moyen l’état général de la dune. Le plateau présente « un état de végétalisation fort satisfaisant », exception faite de l’abrupt externe qui se présente comme « une falaise vive élevée qui menace à moyen terme la stabilité de tout l’édifice dunaire ». Le secteur est en phase d’érosion.

Fig. 55 – Situation de la dune de Messanges (Landes)

117Le plan d’intervention propose à cette époque un « reprofilage du versant ouest avec une pente de 11° sur les parties de la dune les plus dégradées » ainsi qu’un « écrêtage léger au bull et couverture du sommet de la falaise ». On peut lire également que « pour de multiples raisons, aussi bien économiques qu’écologiques, il n’est plus possible de réagir systématiquement en reculant la dune par refrofilage généralisé ». Il faut donc rechercher une doctrine plus « souple vis-à-vis du milieu naturel ». On peut donc noter là une première évolution des techniques de gestion. Il n’est plus question de recalibrer la dune entière mais de traiter uniquement le glacis externe.

118L’ONF engage les travaux en 1984 : le glacis externe est reprofilé au bull, les sables rejetés sur la plage. Ce secteur était alors en phase d’érosion et, comme l’avait prévu le LGPA, une nouvelle falaise d’ordre pluri-métrique s’est alors formée. Le plateau, mis à blanc par les travaux, a été couvert puis planté d’oyats. Les années qui suivirent ne virent aucun entretien de la dune partiellement reprofilée si bien qu’en 1990, un nouveau diagnostic, réalisé par l’ONF, fait état d’une « falaise fortement éolisée, qui tend vers un glacis de déflation totalement dévégétalisé. La plage d’envol représente alors près de 500 m pour une largeur de 40 m. L’abrupt interne est fortement alimenté en sable. Le reste du plateau est caractérisé par l’halophilation de sa végétation » (ONF, 1990).

119Dans l’analyse des travaux exécutés dans le cadre du programme LIFE, G. Granereau (1997) a exposé les réflexions engagées alors et qui « ont fait ressortir la faiblesse du parti d’intervention adopté pour cette opération : traumatisme du reprofilage, faiblesse des entretiens et manque de réflexion globale ».

120L’échec du reprofilage partiel de 1984 doit être mis au compte des « inévitables tâtonnements… de la mise au point d’une technique de traitement des falaises » (ONF, 1990), il doit être perçu comme une étape dans la réflexion sur la gestion des dunes.

121À partir de 1992, les travaux exécutés dans le cadre du programme LIFE ont été effectués, et cet élément est essentiel, dans une période de répit de l’érosion. En effet, les expériences passées ont montré la vanité des traitements en période de passage de « pics d’érosion » et la doctrine nouvelle évoquée précédemment exclue les interventions pendant les phases régressives. Le glacis externe, très dégradé, a été traité cette fois-ci en utilisant une technique plus douce, sans recherche de profil particulier, technique dite de « l’écrêtage mécanisé », moins traumatisante pour la végétation. Une pelle mécanique, travaillant à partir des zones non végétalisées en contrebas, réduit les aspérités des corniches vives tout en maintenant une certaine diversité du relief.

122Le maintien des rhizomes fractionnés par l’engin et l’installation d’une couverture de genêts peuvent faire espérer la reprise naturelle de la végétation, sans plantation nouvelle. Dans la zone de contact avec la plage, en revanche, la reconstitution de la banquette est favorisée par la plantation d’Agropyrum.

123Les plantations ont été protégées par une clôture placée sur le haut de la plage et des panneaux d’information ont été implantés afin d’expliquer les mesures de protection (photo 12).

124Le cliché réalisé lors de la mission de photographie aérienne de 1994 montre les premiers effets du traitement appliqué : le pied de dune s’est installé 25 m à l’est de sa position de 1983, le plateau est bosselé, couvert d’une végétation diversifiée qui ne peut qu’augmenter la stabilité du milieu.

125Le traitement de la dune par elle-même a pu être conforté par la prise en compte de la fréquentation touristique avec la mise en place d’un Plan-Plage à partir de 1992. Outre les aménagements des parkings sous couvert forestier, les accès à la plage ont été repensés, limitant de façon très sensible le piétinement des dunes (photo 13). Des couvertures de pins, de genêts, voire dans certains endroits d’ajoncs, ont été utilisées à la fois pour éviter l’envol du sable mais aussi pour dissuader les errements du public.

Photo 12 – La clôture 3 fils prévient le piétinement du site traité (Messanges, Landes) (cliché G. Granereau, été 1995) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © Éds Lavoisier

Photo 13 – Clôture et panneaux d’information aux abords du parking de Messanges (Landes) (cliché G. Granereau)

126Il s’agit ici d’un exemple de recul accompagné. Bien que les conditions soient propices au retour à des formes libres (la domanialité de la dune la mettant hors d’atteinte des pressions urbanistiques, sa mitoyenneté avec une profonde zone forestière laissant un espace de recul possible), c’est ici un choix de compromis qui a été fait. En période de répit d’érosion, stabiliser la face externe afin de stocker le sable au plus près de sa source et de limiter la déflation, permettre à la végétation du plateau de se diversifier, quel que soit le profil adopté par la dune et son degré de bossellement. Ici, la dynamique naturelle est freinée par la végétation. La dune reste « en bon état » et peut jouer son rôle d’atténuateur des processus érosifs.

. Gestion d’un site étroit protégeant un espace urbanisé : la dune de la côte sauvage à Hossegor

127Dans des conditions assez proches de celles de Messanges, mais avec une contrainte beaucoup plus importante, la dune du Semis à Hossegor est un autre exemple de l’accompagnement de l’évolution naturelle.

128Au moment de son acquisition par le Conservatoire du Littoral en 1981, cette frange dunaire de 1,8 km de long était particulièrement dégradée. L’achat par le CELRL a été la seule façon d’entreprendre des travaux de réhabilitation après une longue période d’abandon au piétinement des 30 000 touristes qui fréquentent ce site chaque été. L’ancien propriétaire, la Société des Bains de Mer d’Hossegor, avait acheté cette dune à l’État au début du siècle dans le but d’y développer une urbanisation de front de mer. Les projets n’ont pas été réalisés, et comme au Cap-Ferret, à Lacanau ou bien à Vieux-Boucau, la dune n’a pas été entretenue.

129L’urbanisation s’est ensuite considérablement développée depuis les années soixante. Au lotissement du lac, créé dans l’entre deux guerres, se sont ajoutées les réalisations de la MIACA, dans le cadre de l’UPA 9. La dune de la Côte Sauvage se trouve désormais enclavée dans cet espace urbanisé jusqu’au pied de la dune blanche (fig. 56, photo 14).

130La contrainte majeure vient ici de la présence d’un lotissement ancien entre la dune et le lac d’Hossegor, et de l’existence d’une route parallèle à la plage, très fréquentée en été puisqu’elle permet de rejoindre la grande plage et le fond du lac sans contourner ce dernier. Actuellement, cette route se situe à 150 m du pied ouest de la dune, au niveau de l’abrupt d’envahissement. Elle était régulièrement ensablée et souvent impraticable pendant les mois d’hiver.

Fig. 56 – Situation de la dune de la Côte Sauvage (Hossegor, Landes)

Photo 14 – La dune de la Côte Sauvage (Hossegor, Landes) © Office de tourisme d’Hossegor, 1990

131L’acquisition de la dune de la Côte Sauvage s’est faite pendant les premières années de l’existence du Conservatoire. Aujourd’hui, la présence d’une contrainte telle qu’une route parallèle au rivage conduirait cet organisme à en refuser l’acquisition. Tel est le cas de Vensac, dans la commune de Montalivet, en Gironde, où le CELRL subordonne l’achat du site au déplacement de la route départementale vers l’est afin de pouvoir ménager un espace de recul suffisant. Elle s’est faite aussi à une époque charnière du point de vue de l’aménagement du littoral : à la fin de la « période MIACA » mais avant la loi littoral. Il s’agissait bien alors de sauver ce qui pouvait encore être sauvé…

132De 1981 à 1985, les travaux ont été réalisés par la commune, gestionnaire de la dune en suivant partiellement le plan d’intervention proposé par le LGPA et les conseils d’un cabinet privé. Ils ont consisté pour l’essentiel à la mise en défens du site et à une couverture partielle du plateau.

133En 1985, le nouveau diagnostic réalisé par le LGPA souligne « l’accentuation des formes de dégradation, due à la déflation éolienne ; entre 1981 et 1985, les photographies aériennes montrent un recul de la corniche de l’ordre de 1 m par an » (Barrère, 1985).

134Un nouveau plan d’intervention est alors proposé qui insiste, avant tout traitement de la dune sur la nécessité de poursuivre l’effort d’infrastructure afin de prévenir le piétinement. La stratégie consiste à traiter la partie ouest en priorité, par écrêtage mécanisé et plantations d’Agropyrum comme cela sera fait plus tard à Messanges, puis à gérer le plateau par des couvertures et plantations appropriées. Ces travaux sont réalisés par l’ONF, alors que la commune met en place les caillebotis d’accès à la plage et les panneaux destinés à l’information du public.

135En 1995, un nouveau plan de gestion quinquennal est défini dont les objectifs prioritaires consistent à :

  • « assister l’évolution naturelle sans chercher à la contrer…

  • améliorer la connaissance des espèces (inventaires, cartographie)…

  • … organiser le passage du public…

  • … chercher à stocker un maximum de sable côté ouest… en phase d’érosion marine, contrôler au mieux la translation de la dune » (CELRL, 1995).

136Une autre « innovation » intéressante est l’élaboration d’un plan de financement des différents travaux pour les cinq années à venir, qui devrait permettre le suivi et l’entretien des réalisations. En effet, dans un milieu aussi dynamique, toute interruption de l’entretien est à l’origine de dommages qu’il est très coûteux et très difficile de corriger. La prévision des coûts d’entretien, et non plus simplement des coûts de réhabilitation, est ici prise en compte comme elle devrait l’être systématiquement au démarrage de tout projet de travaux dunaires.

137Les premiers résultats semblent encourageants : la végétation est relativement abondante et diversifiée (on note en particulier la réapparition du Lys Mathiole, espèce protégée caractéristique des dunes du sud landais), la route auparavant sans cesse ensablée est maintenant dégagée en permanence, la présence d’un site « sauvage » mais maîtrisé représente un atout pour le tourisme. Cependant, les perspectives de ce site sont limitées : la présence de la route entrave la dynamique naturelle, le recul est ici impossible… jusqu’au jour où la nature l’imposera.

138Ces deux exemples montrent clairement que le recul accompagné n’est réellement possible à long terme que si l’on dispose d’une marge de manœuvre suffisante. C’est la dune rempart dans toute sa profondeur qu’il s’agit d’accompagner dans son recul, soit une bande d’environ 500 m. La présence d’infrastructures lourdes juste en arrière de cette bande (route, urbanisation) viendra nécessairement remettre en cause cette démarche puisqu’il faudra protéger, défendre ces implantations. Il apparaît que, parmi la multitude d’outils juridiques dont le gestionnaire dispose, l’acquisition foncière soit le seul garant de la pérennité de ses actions. Mais la propriété de la seule dune littorale est alors insuffisante, c’est une zone beaucoup plus large dont il devient nécessaire de disposer pour envisager sereinement d’accompagner durablement le recul du rivage des zones perçues comme naturelles, parce que non urbanisées.

139L’accompagnement de la dune dans son recul représente donc une très nette évolution dans l’appréhension des phénomènes naturels. La régression de la côte est ainsi admise mais, si l’attitude d’affrontement n’a plus cours, toutes les actions entreprises ne visent qu’à contenir le phénomène, à en atténuer les effets. La raison première de l’exhaussement et de la fixation des avant-dunes d’Aquitaine était la protection d’un important patrimoine forestier, créé pour assainir et apporter quelque prospérité à une région particulièrement déshéritée. Cette forêt de production est aujourd’hui, et depuis la fin du gemmage, de peu de rapport.

140On peut donc, à l’heure actuelle, s’interroger sur le bien fondé du maintien à tout prix de ce rempart protecteur. Les quelques hectares de pins susceptibles d’être alors engloutis ne méritent sans doute plus l’effort consenti pour les protéger.

141En ce qui concerne l’érosion marine, la pérennité de ce stock mobilisable est sans nul doute l’élément le plus important pour atténuer les phénomènes érosifs. Il semblerait toutefois opportun d’évaluer le bien fondé de cette résistance. Il paraît en effet tout à fait envisageable, à l’heure d’un vaste mouvement de « retour à la nature », de réellement accepter les fluctuations du rivage dans ces vastes domaines inhabités et peu productifs.

142L’expérience mériterait en tout état de cause d’être tentée.

143À titre pédagogique tout d’abord, elle permettrait de montrer un paysage dunaire littoral vraiment naturel et s’inscrirait ainsi dans la vague montante d’un tourisme de nature répondant aux aspirations nouvelles. La redécouverte des paysages d’avant la fixation, de la « nature sauvage » qui sert d’argument publicitaire à bon nombre de stations, peut être un moyen d’attirer ces nouveaux touristes, lassés de leurs journées de bronzage et de leur studio « les pieds dans l’eau ».

144Elle pourrait également être intéressante au nom de la diversité des paysages. La monotonie des longues plages d’Aquitaine, qui répond à l’uniformité oppressante de la forêt, n’est pas leur meilleur atout, loin s’en faut. Que quelques dunes de sable vif, que quelques formes chaotiques viennent rythmer ces 200 km de rivage ne peut que réjouir l’œil, car il y a fort à parier que ces paysages ne seraient plus aussi épouvantables et effrayants que les voyageurs du début du siècle dernier les avaient décrits.

145C’est enfin pour aller jusqu’au bout de la gestion de l’érosion marine que l’abandon de certains espaces doit être tenté. Gérer l’érosion ne consiste pas uniquement à lui résister, plus ou moins souplement, mais à parfois l’accepter pleinement, quand elle ne menace pas des implantations humaines jugées indispensables, pour la contenir là où on ne peut la tolérer. Le littoral Aquitain possède la plupart des atouts pour élaborer une approche raisonnée : d’énormes espaces non urbanisés, une propriété foncière publique considérable et une stratégie touristique reposant sur l’attractivité des espaces naturels. Il serait dommage de ne pas utiliser ces potentialités pour laisser les phénomènes naturels modeler librement les paysages là où la dynamique naturelle ne menace pas grand-chose.

Notes

1 La régression des côtes a également modifié par endroits la structure foncière ; ainsi la station de Lacanau, créée en 1899 dans la lette prélittorale, est désormais au contact direct de l’océan depuis la disparition de la dune entre 1950 et 1965 (DUPARC, 1983).

2 Qui estime détenir 23 % de la parie non urbanisée de la façade atlantique et 74 % des rivages girondins et landais.

3 Propriétaire de près de 10 % du linéaire côtier métropolitain.

4 Qui ont acquis un peu plus de 100 km de côte au titre de la TDENS.

5 Pendant un temps, les autorités administratives bloquent les ventes, mais les dérogations se multiplient, en partie pour répondre aux difficultés des ostréiculteurs face à la crise de l’huître plate qui les menace de ruine.

6 Association Foncière Urbaine de remembrement ayant pour objet « le remembrement des parcelles situées à l’intérieur de son périmètre et la modification corrélative de l’assiette des droits de propriété, des charges et servitudes y attachées et d’autre part la réalisation des travaux de voirie et réseaux divers s’y rattachant ».

7 En fait ces demandes n’ont jamais reçu de réponse de l’Administration. Ce mutisme équivaut, après 4 mois, à un refus.

8 Ce montant, supérieur la valeur de l’estimation sur la base de 1 F/m2 (0,15 €) est sans doute explicable par le grand nombre de propriétaires indemnisés, certains ayant négocié par eux-mêmes le montant de l’indemnisation et obtenu de meilleures conditions.

9 Les mesures réalisées par l’IFREMER (1999) montrent tout de même un recul de 65 m entre 1966 et 1998, soit environ 2 m/an.

10 La circulaire du 24 avril 1996 concerne les dispositions applicables au bâti existant en zone inondable, mais la notion de centre urbain est reprise dans le guide des PPR littoraux.

11 Les détails des prévisions du LARAG/SOGREAH sont présentés dans La gestion de l’érosion du littoral dunaire aquitain, CLUS-AUBY, 2000.

12 Article 1er de la loi 95-101 du 2 février 1995.

Table des illustrations

Légende Fig. 45 – Proposition de principe régional. Bande littorale (DRE Aquitaine, 1996)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 46 – Extension de la profondeur de la zone inconstructible
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Tableau 4 – La profondeur des terrains domaniaux du littoral aquitain
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 47 – La profondeur des terrains domaniaux du littoral aquitain
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 48 – Structure foncière de la partie nord-ouest de la commune de Seignosse (Landes)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 49 – Situation foncière de la Pointe du Cap-Ferret en 1993
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 10 – Envahissement de la rue des Bernaches (Cap-Ferret, Gironde) avant les travaux (cliché J. Favennec, ONF) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © Eds Lavoisier
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Photo 11 – La dune des Ensablés (Cap-Ferret, Gironde) avant et après la première tranche de travaux (clichés J. Favennec, ONF) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © Eds Lavoisier
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau 6 – Aléas et urbanisation (1100 = inconstructible dans la zone côtière comprise entre le trait de côte actuel et le trait de côte à 100 ans) (d’après Guide méthodologique des PPR littoraux, 1997)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 50 – Évolution du front de dune à l’échéance de 20 ans et de 100 ans au niveau de la Pointe du Cap-Ferret (Gironde) (LARAG-SOGREAH, 1997)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 51 – Profil idéal de Goury (Mémento technique des dunes d’Aquitaine, LGPA-ONF, 1988)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 52 – Les étapes du reprofilage systématique (Estève, 1980) dans « La vie dans les dunes du Centre-Ouest : flore et faune », ouvrage collectif, Bull. Soc. Bot. Centre-Ouest, numéro spécial 4,1980. © Société Botanique du Centre-Ouest
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 53 – Traitement applicable en phase d’érosion marine (Favennec, 1996) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © ONF
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 54 – Traitement applicable en phase de répit d’érosion (Favennec, 1996) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © ONF
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 55 – Situation de la dune de Messanges (Landes)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photo 12 – La clôture 3 fils prévient le piétinement du site traité (Messanges, Landes) (cliché G. Granereau, été 1995) dans Biodiversité et protection dunaire. Actes du colloque ONF, 1996, Bordeaux. Paris, Éds Lavoisier, 1997. © Éds Lavoisier
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Photo 13 – Clôture et panneaux d’information aux abords du parking de Messanges (Landes) (cliché G. Granereau)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 56 – Situation de la dune de la Côte Sauvage (Hossegor, Landes)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 14 – La dune de la Côte Sauvage (Hossegor, Landes) © Office de tourisme d’Hossegor, 1990
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1194/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540