Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Troisième partie. Vers une gestion de l’érosion

Vers une gestion de l’érosion

Full text

1Les connaissances accumulées sur la réalité de l’érosion par la mer d’un littoral toujours plus attractif nourrissent depuis quelques années un certain nombre de réflexions sur l’aménagement et la gestion des rivages. Actuellement, « il est possible d’énoncer des principes d’action sur les milieux côtiers permettant d’éviter l’impasse qui conduit à une défense obligée du littoral, coûteuse pour la collectivité et nuisible à l’environnement. L’objectif est de gérer l’espace pour ne pas être contraint un jour de protéger contre l’érosion et la submersion par la mer des aménagements qui y sont implantés » (Paskoff, 1993).

2La question de la gestion de l’érosion marine est donc avant tout une question d’aménagement de l’espace littoral. S’il paraît difficile d’imaginer que la France s’interroge sur la gestion de ses rivages comme l’ont fait les Hollandais qui, après une vaste consultation nationale, ont défini très concrètement l’attitude à tenir devant la menace de submersion d’une grande partie de leur territoire, nous avons vu que la réflexion a, dans notre pays, notablement progressé depuis une trentaine d’années. Aujourd’hui, tous les outils — techniques, juridiques — sont là pour une gestion à peu près cohérente, même si la multiplicité des acteurs rend les jeux de pouvoir et les processus de décision extrêmement complexes.

3Aujourd’hui, les conséquences de l’élévation inéluctable du niveau de la mer, du tarissement des apports sédimentaires des fleuves et rivières, des effets pervers des systèmes classiques de défense, sont d’autant plus marquées que les littoraux sont les zones les plus densément peuplées de la planète. L’érosion des rivages appelle alors des réponses, non seulement techniques, mais politiques, qui s’inscrivent dans la réflexion sur la place de l’Homme dans son environnement. Les interrogations sur la possibilité de soutenir un niveau de développement qui ne mette pas en péril les ressources de la planète, qui permette de léguer un monde « viable » aux générations futures, montrent le nouveau visage de la gestion des interrelations entre les phénomènes naturels et les activités humaines.

4Après la conquête de la nature, l’heure est aujourd’hui à sa protection. Pour le problème qui nous occupe ici, cette évolution est marquée par le glissement de la défense contre la mer vers la protection de notre environnement contre les effets perturbateurs des activités humaines. La condamnation des systèmes de défense dits « lourds » (qui artificialisent les dunes et empêchent les échanges sédimentaires) et la mise en cause de l’urbanisation galopante (qui, outre qu’elle défigure les côtes, fait peser sur ces espaces ressentis désormais comme extrêmement fragiles des pressions multiples que la complexité des rapports de forces rend difficiles à maîtriser) sont les signes de ce glissement. La loi de 1986 illustre le consensus obtenu autour de la nécessité de protection des espaces non encore urbanisés. Si l’érosion marine n’est pas directement visée par ce texte, nous avons vu qu’un certain nombre de mesures prises peuvent aller dans le sens d’une prise en compte des fluctuations du rivage dans la gestion.

5De nouvelles pistes se dessinent donc, qui montrent que la question de l’érosion marine prend sa place dans l’aménagement et la gestion de l’espace littoral. L’accompagnement de la dune dans son recul, l’utilisation de la législation sur les risques pour les phénomènes de régression des côtes, l’adaptation de la bande des 100 m inconstructibles aux spécificités régionales mais aussi les stratégies foncières qui tentent de soustraire à l’urbanisation les espaces les plus fragiles, sont les éléments les plus significatifs de cette approche. Même si, nous l’avons vu, l’Aquitaine reste relativement préservée du grignotage qui défigure d’autres littoraux, il y est également nécessaire de poser la question du caractère inéluctable de la progression des espaces urbanisés ou bien de la justification de la défense coûteuse de biens dont la valeur est souvent évoquée mais rarement estimée.

6L’action publique peut alors être orientée autour de deux axes principaux : asseoir la non urbanisation des zones menacés à l’horizon d’un siècle pour accepter et accompagner leur recul, organiser l’aménagement à large échelle pour ne réserver la défense qu’aux sites jugés indispensables.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540