Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Deuxième partie. De la défense contre la mer à l’aménagement du littoral : les outils de la gestion

Chapitre III. La défense contre la mer : première gestion visible de l’érosion

Texte intégral

1La gestion de la ligne de côte n’est qu’un élément de la gestion du littoral. Si les Pays-Bas et les États-Unis nous montrent que la défense contre la mer peut être envisagée dans un contexte plus large d’aménagement des zones côtières, la France est encore bien loin d’une approche intégrée des littoraux. Cependant des pistes se dessinent. D’une politique de stricte réponse aux « agressions » naturelles, on passe progressivement à une réflexion plus large, tirant les leçons du vieil adage selon lequel il vaut mieux prévenir que guérir.

2A. Miossec (1993) souligne que « la défense côtière, c’est véritablement la première gestion visible de la nature littorale ». En France, celle-ci est à la charge du Ministère de la Mer (quand il existe) à travers les services maritimes de la navigation. Ce service entretient des relations fortes avec le ministère de l’Équipement puisque c’est le Conseil Général des Ponts et Chaussées qui réfléchit à la mise en place d’une politique raisonnée de défense des littoraux. C’est donc autour du corps des ingénieurs des Travaux Publics de l’État que s’est structurée l’organisation responsable des travaux de défense contre la mer. Les dunes littorales, quand à elles, sont confiées au ministère de l’Agriculture à travers l’Office National des Forêts.

3La défense du littoral s’effectue bien souvent sous la pression des événements. Le spectacle des érosions brutales causées par les tempêtes exceptionnelles est largement décrit par la presse. Les dunes taillées en falaise, les immeubles menacés de basculer sur l’estran, sonnent l’alerte. Des opérations d’urgence sont alors entreprises. C’est ainsi que l’on est amené à conforter les perrés, allonger les épis, apporter du sable pour reconstituer les plages et « sauver la saison ».

4L’approche la plus répandue consiste donc à panser les plaies et à concevoir ou conforter les systèmes de défense. Un des éléments d’explication de cette démarche est à rechercher dans la compétence donnée aux riverains de défendre leurs biens au lendemain de la Révolution. Les outils juridiques créés alors sont toujours applicables, mais leurs modifications récentes ont fait glisser la charge financière de la défense vers les collectivités. C’est ainsi qu’en Aquitaine comme ailleurs des opérations de protection de propriétés privées sont en grande partie financées par les deniers publics.

A — Les techniques classiques de défense

5Le constat de l’érosion n’appelle de réponse que pour défendre les implantations humaines de l’écoumène littoral.

6Les premières digues dont l’histoire fait mention datent du Moyen Âge. Elles cherchaient à protéger les terres riveraines de la mer du Nord pour les mette en culture. Les techniques hollandaises ont diffusé le long des côtes jusqu’à parvenir aux îles du centre atlantique, Noirmoutier et Ré (Miossec, 1998). Sur le littoral gascon, on ne rencontre ce type de défense ancienne qu’à l’intérieur du Bassin d’Arcachon, les terres stériles qui bordent l’océan ayant découragé jusqu’au siècle dernier toute implantation humaine sur le littoral.

7Toutefois, l’assainissement des landes de Gascogne par la fixation des dunes a considérablement modifié le paysage régional, la naissance du tourisme balnéaire a rapproché les Aquitains de cet océan qui les épouvantait.

8L’élévation de l’avant-dune conçue comme un rempart protégeant la nouvelle forêt de production, puis la projection vers le rivage des bourgs anciens pour créer les nouvelles stations balnéaires, sont les signes de cette prise de possession des rivages aquitains. Les techniques développées ailleurs ont bien sûr été appliquées ; les perrés et épis sont apparus très vite pour protéger les nouvelles constructions.

  • 1 Rapport à la Société Royale d’Agriculture. Baron de MORTEMART de BOISSE, 1840.

9Si, au milieu du siècle dernier, on pouvait lire que « c’est parce que le travail de destruction de l’Océan épouvante, qu’il est utile, qu’il est grand, qu’il est national, d’essayer de le suspendre »1, les propos modernes reprennent, avec certes moins d’emphase, l’idée de la lutte contre les « forces hostiles » de la nature. Il n’est question que de « défense contre les assauts de l’océan », de « difficile combat contre la mer », d’« agression »… C’est alors une véritable guerre qui est déclenchée, que la mobilisation de l’ingénierie toute puissante doit permettre de gagner.

10Tout un arsenal de techniques a donc été développé au sein duquel il est classique, quoiqu’infondé, d’opposer les techniques « dures », de type maçonneries, aux techniques « douces » ou « souples », comme les rechargements en sable ou l’entretien du cordon dunaire, les deux approches se combinant bien souvent pour assurer une protection tout en conservant une plage au-devant des espaces défendus.

11Chronologiquement, les maçonneries ont précédé les méthodes souples, ces dernières venant souvent corriger les effets négatifs de la rupture des mouvements sédimentaires.

12Les objectifs visés par les différentes techniques sont résumés dans le tableau 1.

1. Les ouvrages

13Les ouvrages longitudinaux de haut de plage (murs, digues de front de mer, perrés, revêtements rigides de dunes) ont pour objet d’assurer la protection de la zone terrestre située immédiatement derrière eux. Ils n’assurent ni la protection des zones voisines à l’amont ou à l’aval du transport littoral, ni l’arrêt du recul du rivage au droit de leur implantation ou des zones voisines. L’érosion au droit de l’ouvrage est masquée par le maintien de la ligne de côte, mais la plage et les petits fonds continuent leur régression.

14Les brise-lames présentent l’avantage de n’être pas implantés sur la ligne de côte, ils cassent les vagues avant qu’elles ne déferlent sur la plage. En diminuant ainsi l’énergie des houles, ils permettent l’accumulation des sédiments en transit à leur abri. Leur principal inconvénient, outre leur aspect parfois inesthétique qu’il n’y a pas lieu de discuter ici, est d’ordre financier. Construits sur les petits fonds de l’avant côte, ils nécessitent la mobilisation d’une ingénierie très lourde et sont de ce fait très coûteux.

Technique

Objectif

Système

Exemples

ouvrages longitudinaux de haut de plage

casser l’énergie des vagues

digues, murs ou enrochements

Hossegor, Le Pyla

ouvrages longitudinaux d’avant plage ou brise-lames

briser les vagues avant qu’elles ne déferlent sur la plage

ouvrage installé sur les petits fonds et provoquant une réflexion ou une absorption de l’énergie des houles

Les Arros, Les Huttes (Nord-Médoc)

ouvrages transversaux

retenir le sable en transit

épis en bots, enrochement ou maçonnerie

largement utilisé

rétablissement artificiel d’un ansit littoral ou by-passing

prélever les sédiments bloqués errière un ouvrage pour ensuite les transférer à l’aval de cet ouvrage

pompage et réinjections de sable

non utilisé en Aquitaine malgré un projet à Capbreton

remodelage de l’estran

compenser l’insuffisance des houles à assurer la remontée des matériaux

répartition des matériaux sur l’estran et le haut de plage pour rétablir un profil régulier

Pointe de Grave, Soulac, Biscarrosse

rechargement ou alimentation artificielle de la plage en sédiments

corriger te déficit sédimentaire

apport de sable depuis tes zones d’extraction

Anglet, Capbreton, Le Pyla, Lacanau…

réhabilitation du cordon dunaire

éviter l’arasement et la disparition des dunes

*canaliser les flux touristiques pour éviter le piétinement ‘fixer te sable par des plantations

pratiquement sur l’ensemble du cordon dunaire aquitain non urbanisé

drainage et pompage de ta nappe phréatique de la plage

absorber l’énergie de la vague et permettre ainsi le dépôt de sable

mise en place de canalisations équipées de filtres et reliées à une station de pompage pour abaisser le toit de la nappe phréatique de la plage.

non utilisé en Aquitaine

Tableau 1 – Les techniques de défense contre la mer

15Pour rétablir le transit littoral interrompu par les ouvrages transversaux, épis ou jetées d’aménagement des embouchures, la technique de « by-passing » est elle aussi onéreuse, même si l’utilisation qui en est faite sur les côtes des États-Unis en montre tous les avantages. Aucune expérience de ce type n’a encore été tentée en France.

16On compte actuellement en France environ 1300 structures transversales (de type épis), et 800 ouvrages longitudinaux (digues, perrés, murs). La longueur développée de la côte « protégée » est de 500 km, soit un peu plus de 10 % du linéaire côtier hexagonal, ce qui correspond en moyenne à 97 m d’ouvrage par km de rivage (Off. Parl. Éval. Pol. Publ., 1997).

17La côte Aquitaine apparaît relativement pauvre en structures de défense. Cependant la longueur développée totale des ouvrages recensés, si elle se situe en dessous de la moyenne nationale, atteint tout de même 80 m par km de rivage.

  • 2 Il n’est pas possible de détailler ici les implantations et le fonctionnement de ces protections. (...)

18La carte présentée dans la figure 32 permet de constater qu’ils sont concentrés sur des espaces très localisés. Principalement dans les zones d’embouchures (de la pointe de Grave à Soulac, sur la côte du Pyla, aux débouchés des courants de Contis et Mimizan, du lac artificiel de Port d’Albret, dans la zone de l’Adour…), mais aussi au-devant de certains fronts de mer balnéaires (l’Amélie, Montalivet, Lacanau)2.

2. Le remodelage de l’estran et les rechargements des plages

19Les traumatismes engendrés par les ouvrages de protection ont mis en évidence les limites de ces structures et de nouvelles méthodes ont été cherchées en s’appuyant sur une meilleure connaissance des mécanismes morphologiques du littoral. Si la défense souple a été testée aux États-Unis dès 1922 avec le rechargement de la plage de Coney Island, c’est surtout à partir des années 50-60 que la technique s’est développée (Miossec, 1998). Il faut bien reconnaître que l’expérience française en la matière est encore bien timide, n’allant souvent pas au-delà du remaniement du stock existant sur la plage elle-même (Sornin, 1990).

Fig. 32 – Répartition des ouvrages de défense sur le littoral aquitain

— Remodelage de l’estran

20Il s’agit alors simplement de répartir le sable sur l’estran et le haut de plage pour rétablir un profil régulier. Le sédiment est remonté à partir de la laisse de basse mer où, dans certaines conditions, apparaît un bourrelet de déferlement constitué de matériaux grossiers. Une telle remontée limite la disparition des matériaux vers le large et atténue le pouvoir d’érosion des houles frontales et obliques, moins efficaces sur le nouveau profil et sur les sables de granulométrie plus élevée (STCPMVN, 1998). Ce système peut donc permettre la reconstitution temporaire d’une plage lorsque l’abaissement de la partie supérieure de l’estran, provoqué par les houles de tempêtes, n’est pas comblé par les apports des houles de beau temps.

21Le remodelage d’un estran rendu aussi continu que possible avec le cordon dunaire, a ainsi été réalisé de 1959 à 1969 du nord de Soulac à l’anse des Huttes où 1,2. 106 m3 de sable ont été repris sur le bas estran et de 1969 à 1971 dans les 750 m situés au sud de Saint Nicolas, pour un volume de 700 000 m3 (LCHF 1987). Depuis 1972, ces remodelages massifs ont été arrêtés pour laisser la place à des rectifications plus ponctuelles (en particulier le colmatage des baïnes). Si les résultats obtenus paraissent satisfaisants, il est certain que ces rectifications du profil des plages ne sauraient à elles seules arrêter le recul du rivage. La régression actuelle de l’anse des Huttes, dépourvue d’ouvrages « lourds », montre bien que si ces travaux freinent temporairement l’érosion, ils ne la stoppent pas. Tout au plus contribuent-ils à l’entretien des ouvrages en évitant que les érosions locales viennent menacer les fondations des brises mer (LCHF, 1987).

22Depuis 1994, à Soulac, à Montalivet, des quantités variables de sable sont remontées chaque année au printemps. À Biscarrosse, c’est à la fin de l’été que le sédiment est artificiellement stocké sur le haut estran pour protéger les aménagements récents des tempêtes hivernales.

23Le but de ces remodelages, au demeurant assez peu coûteux (1 ou 2 bulldozers suffisent à remonter le sable en quelques heures au droit des sites à protéger), est donc essentiellement utilisé pour conforter les ouvrages en place ou les revêtements de dunes.

— Alimentation artificielle (« renourishment »)

  • 3 Les aspects techniques du rechargement ont été abondamment décrits par différents auteurs et en pa (...)

24Partant du principe que le déficit sédimentaire est le principal responsable du recul des rivages, l’alimentation artificielle entend corriger cette carence sans perturber, comme le font les ouvrages, les processus dynamiques naturels. Il s’agit donc de trouver une source de sédiments facilement accessible, de granulométrie légèrement supérieure à celle du sable originel, et de déverser les sables collectés sur le haut de la plage à traiter, dans les petits fonds, ou encore en amont de la dérive littorale3.

25Cette source peut être une carrière, et le matériau est alors transporté par camion jusqu’à la plage de destination. À Capbreton par exemple, le sable qui s’accumule à l’abri de la digue nord du Boudigou est transporté chaque année au printemps jusqu’aux plages sud. Cette opération consiste à rétablir artificiellement les apports naturellement effectués par la dérive littorale et ici bloqués par l’effet d’épi de la digue (photo 5).

Photo 5 – Préparation de la plage de Capbreton avant la saison touristique (Journal des propriétaires de la Côte Sud des Landes, no 31, mai-juin 1999)

26Mais généralement, on préfère utiliser les réserves de sédiments immergés de l’avant côte, qui sont alors aspirés par une drague flottante et refoulés vers la plage à l’aide d’une conduite le plus souvent immergée. C’est le cas de l’alimentation artificielle des côtes du Pyla où, chaque année en mai-juin, 50 000 à 90 000 m3 de sable sont prélevés dans un chenal voisin pour ensuite être déposés sur ce qu’il reste des plages après la construction des murs de protection.

27Le troisième cas de figure est celui où les sédiments sont prélevés dans les chenaux portuaires puis déversés dans les petits fonds. Les vagues remodèlent ces dépôts et peuvent les remonter vers les plages. Ainsi les plages d’Anglet sont-elles nourries des sables extraits du chenal extérieur de l’Adour.

28La longue côte rectiligne d’Aquitaine, à haute énergie marine et éolienne, n’est pas très favorables à la stabilité des plages ainsi reconstituées. O.H. Pilkey (1988) a en effet montré que les plages de fond de baie, bien abritées, résistent bien mieux que les estrans rectilignes alimentés par une puissante dérive littorale. Si la présence d’épis peut contribuer à allonger la durée de vie des plages nourries artificiellement, les tempêtes sont particulièrement destructrices sur les plages rechargées. Les semaines qui suivent le dépôt non encore reprofilé par les vagues sont les plus critiques. Pour cette raison, les apports sont, sur nos côtes, effectués au printemps, avant la saison touristique, et doivent être renouvelés pratiquement chaque année.

B — La pratique et le coût de la défense

29Rien n’oblige l’État ou les communes à édifier des ouvrages propres à protéger les propriétés publiques ou privées de l’érosion marine. Les propriétaires riverains n’y sont en principe pas contraints non plus.

  • 4 Association Syndicale Autorisée.

30Toutefois, l’adhésion obligatoire à une association de type ASA4, dont l’un des objectifs est la défense contre la mer, peut les y contraindre.

31Ce système, qui oblige les propriétaires isolés à se regrouper en associations, lesquelles sont plus facilement subventionnées, a permis l’édification d’un certain nombre d’ouvrages qui n’auraient sûrement pas vu le jour si leur financement avait dû être assuré par quelques propriétaires isolés.

32La défense des lieux habités est donc pratique courante. Sa charge en a progressivement glissé des propriétaires riverains aux collectivités locales, avec, jusqu’à ces dernières années, une participation de l’État.

33Propriétaire du Domaine Public Maritime, seul habilité à autoriser les travaux de défense, L’État demeure ainsi l’intervenant clef du système, même si sa participation financière est aujourd’hui réduite.

1. La défense contre la mer est en principe à la charge du riverain

34Le cadre juridique de la défense côtière est basé sur l’idée de l’intégrité des propriétés riveraines. Depuis la loi du 16 septembre 1807, c’est aux propriétaires que revient la responsabilité de la protection de leurs biens contre l’érosion. Les modifications apportées par la loi sur l’eau de 1992 ne remettent pas en cause ce principe, même si elles donnent désormais la place principale aux collectivités.

— La loi du 16 septembre 1807

35Il s’agit aujourd’hui encore du texte de référence au sein du régime juridique de lutte contre l’érosion marine. Tout est dit dans son article 33 : « lorsqu’il s’agira de construire des digues à la mer, ou contre les fleuves, rivières et torrents navigables, la nécessité en sera constatée par le gouvernement, et la dépense supportée par les propriétés protégées, dans la proportion de leur intérêt aux travaux, sauf le cas où le gouvernement croirait utile et juste d’accorder des secours sur les fonds publics. »

36C’est donc la défense des propriétés qui est l’objectif visé par les travaux de protection. Le constat de la nécessité des travaux, c’est-à-dire l’autorisation d’organiser la défense, est apporté par l’État mais la charge financière repose fondamentalement sur les propriétaires riverains, éventuellement aidées par la collectivité.

37Contemporaine du Code Civil, qui a consacré le droit de propriété, cette loi est toujours en vigueur près de deux siècles après sa promulgation. Elle concerne tous les travaux, en bord de mer ou de rivière, et quelle que soit la situation foncière des terrains, sur le domaine public maritime ou en dehors de celui-ci.

38La loi de 1807 a été modernisée ultérieurement, en 1865 en permettant le regroupement des riverains concernés en associations syndicales, en 1936 puis en 1971, 1973 et 1974 par la possibilité d’intervention des collectivités locales dans le financement des travaux. La loi de 1973, en particulier, permettait aux collectivités locales (en plus de l’État) de prendre en charge les travaux lorsque ceux-ci présentaient un intérêt général. Mais les textes de 1973 ont été abrogés (plus ou moins clairement) par la loi sur l’eau de 1992, sans toutefois remettre en cause le rôle majeur attribué désormais aux collectivités territoriales.

— Les modifications apportées par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992

39C’est principalement dans son article 31 et dans les deux décrets d’application du 23 mars 1993 qu’il convient de chercher le régime applicable aujourd’hui en complément de celui de 1807. Il appartient toujours en principe aux propriétaires riverains d’assurer par eux-mêmes la défense de leur bien. Les collectivités territoriales peuvent entreprendre sans autorisation, ni déclaration des travaux justifiés par un danger grave et présentant un caractère d’urgence. Le problème est ici celui de l’évaluation, par les collectivités publiques, de l’urgence ou du danger. Il peut être en effet très commode d’invoquer cet argument pour se dispenser des procédures de déclaration ou d’autorisation et justifier ainsi des solutions lourdes dont le bien-fondé et les impacts ne sont pas alors examinés.

40Si les travaux envisagés ne présentent pas ce caractère d’urgence, la procédure de leur mise en œuvre est dictée à la fois par la qualité du maître d’ouvrage (collectivité territoriale ou particulier) et par le coût prévisionnel des travaux. Toutefois, le défaut de cohérence de ce texte avec les dispositions antérieures rend caduque l’application de certaines dispositions.

41La loi laisse à la charge des collectivités territoriales le coût des travaux qu’elles ont prescrits ou exécutés. Néanmoins, celles-ci peuvent « faire participer aux dépenses de premier établissement, d’entretien ou d’exploitation des ouvrages les personnes qui ont rendu les travaux nécessaires ou qui y trouvent un intérêt ». Enfin, il peut être intéressant de noter que l’entretien des ouvrages réalisés est désormais obligatoire, y compris pour l’État, puisque la loi sur l’eau concerne toutes les collectivités territoriales et donc l’État lui-même.

42Le régime juridique actuellement en vigueur peut donc être représenté — de façon très synthétique — par le schéma suivant (fig. 33).

2. La défense est en pratique assurée par les collectivités locales

43L’observation de la pratique actuelle montre que la maîtrise d’ouvrage des travaux revient généralement aux communes (ou parfois aux associations syndicales), plus rarement aux départements et de façon rarissime aux propriétaires isolés. La procédure d’autorisation des travaux est devenue relativement complexe aujourd’hui. Depuis une vingtaine d’années, les textes réglementaires se sont multipliés, introduisant beaucoup d’ambiguïté dans le système de décision. Le schéma présenté dans la figure 34 résume les dispositions applicables aux projets d’ouvrages selon qu’ils se situent sur le DPM ou des terrains privés, qu’ils soient à l’initiative de particuliers ou de collectivités locales.

Fig. 33 – Le régime juridique de la défense contre la mer depuis 1992

44Il s’agit là des procédures théoriques et la pratique est loin d’être transparente, comme le souligne le Directeur Départemental de l’Équipement du Morbihan dans une lettre adressée au préfet de ce département : « Dans la pratique le respect de ces dispositions est loin d’être absolu en raison des pratiques locales entrées dans les habitudes » (cité in Miossec, 1993). Il y a fort à parier que ce type de constat dépasse le cadre d’un département breton…

Fig. 34 – Dispositions applicables aux projets d’ouvrages de défense contre la mer (d’après DDE du Morbihan, in Miossec, 1993, adapté)

45Il est fréquent que les maîtres d’ouvrage ne demandent aucune participation aux propriétaires des immeubles protégés. En revanche, les demandes de subventions en direction des Régions et des Départements sont presque systématiques. Dans la mesure où l’intérêt général d’un projet est démontré, parce qu’il se situe sur le DPM ou qu’il vise à reconstituer une plage par exemple, la collectivité tout entière est logiquement sollicitée pour participer à sa réalisation qui souvent dépasse les capacités financières des communes.

46Le refus ou l’accord de ces subventions est en principe conditionné par un certain nombre de critères plus ou moins clairement définis et qui n’ont souvent qu’un rapport lointain avec la qualité technique du projet. Ainsi, la lecture de la réponse du Conseil Général de la Gironde à une demande de subvention adressée par la commune de La Teste en 1993 peu illustrer, pour ce département, les pratiques locales.

47Il s’agit ici d’un dossier concernant des travaux de confortation de la dune du Pyla, dans un secteur dunaire dégradé par l’érosion éolienne. Après avoir souligné que :

48— « ce dossier n’entre pas dans les critères habituels d’intervention du Conseil Général » ;

49— qu’« il s’agirait de réaliser des travaux de maîtrise d’œuvre publique sur des terrains privés » et qu’en conséquence l’acquisition foncière semblerait un préalable nécessaire à la décision de travaux ;

50… le Conseil Général « a décidé de [vous] attribuer une aide de 240 000 F (36 588 €) ».

51Le raisonnement avancé par le Département est le suivant. N’étant pas maître d’ouvrage, il n’a aucun droit de regard sur les projets qu’il subventionne. Il accorde ou refuse son aide selon ses disponibilités financières et selon que l’État ou la Région sont ou non engagés dans le projet. Il n’y a, à ce niveau, aucune lecture « technique » du dossier. Ici, c’est la participation acquise de la Région qui motive l’accord du Département, en dépit des obstacles majeurs qu’il avance. Si, en l’occurrence, le projet concerné n’est en soi pas contestable du point de vue technique, et si cette grande souplesse montre la possibilité de dépasser la rigidité du cadre administratif, les arguments avancés pour justifier cet accord laissent tout de même peser des doutes sur les processus de décision.

3. Le coût de la défense contre la mer

52La multiplicité des acteurs rend difficile l’évaluation du coût global de la défense contre la mer qui pourrait s’élever à près de 120 MF (18,3 M €) chaque année, dont 45 à 55 % pour la façade Atlantique (IFREMER, 1992).

  • 5 Les coûts recensés ici datent pour la plupart du rapport présenté par le LCHF en 1986 ; ils ont ét (...)

53La valeur totale des ouvrages existants a été estimée en 1992-1993 par la SOGREAH à 5 milliards de F (0,75 milliards d’€), et Tordre de grandeur des interventions, a pu être évalué comme suit5 :

54Ces chiffres représentent des moyennes reflétant assez mal les écarts très importants selon les types de côte. Si l’on regarde les coûts réels des travaux réalisés en Aquitaine dans la période récente (de 1992 à 1994 à Lacanau et au Pyla), ou les projets budgétisés (à Soulac en 1995), on peut affiner quelque peu les fourchettes pour les ouvrages de cette région :

Perré en enrochement

6 400 à 8 400 F/ml (975,6 à 1 280,6 €)

Épi en enrochement

11 000 à 21 000 F/ml (1 677 à 3 201,5 €)

Rechargement

27 F/m3 (1 677 à 3 201,5 €) (Soulac)

  • 6 L’État s’est également engagé en 1997 à hauteur de 30 MF (4,6 M€) sur 5 ans pour la restauration ( (...)

55L’aide de l’État n’est pas systématique. Quand elle est accordée, elle n’excède pas 10 à 30 % du coût initial des travaux. Dans les dernières années, on a pu assister à un désengagement de l’État : si la ligne budgétaire « défense contre la mer » s’élevait à la fin des années 80 à près de 9 MF (1,37 M€), elle était nulle en 1994 et dépassait à peine 3 MF (0,46 M€) en 1996 (fig. 35). Notons toutefois une dotation exceptionnelle de 28 MF (4,3 M€) en 1990 à la suite des tempêtes catastrophiques de 19896.

Fig. 35 – Le Financement par l’État de la défense des côtes (Office Parlementaire d’évaluation des politiques publiques. La politique maritime et littorale de la France, t. 6 : Le littoral, 1998)

56Jusqu’en 1991, en Aquitaine, les opérations de défense contre la mer ont été subventionnées par l’État à hauteur de 20 % du montant TTC des travaux. Les départements apportent souvent une aide complémentaire.

C — La défense des fronts de mer en aquitaine

57C’est donc une pluralité d’intervenants qui organisent et financent la défense des fronts de mer. Les techniques utilisées sont, nous l’avons vu, relativement variées, et, le plus souvent toute la palette des outils disponibles est utilisée. S’il serait par conséquent assez vain de définir une typologie des systèmes de défense, il est cependant possible, à travers les trois exemples que nous nous proposons de développer, de cerner trois approches de la protection contre la mer des espaces urbanisés en Aquitaine :

  • au Pyla, c’est pour protéger un ensemble de propriétés privées que la côte a été totalement artificialisée depuis près de 80 ans.
  • à Lacanau, la défense d’un bâtiment a déclenché un engrenage d’opérations plus ou moins novatrices qui, en maintenant la ligne de côte au droit de la façade urbanisée, ont créé un promontoire appelé à être sans cesse conforté.
  • à Biscarrosse, la création d’un jardin public face à l’Océan est une réalisation particulièrement originale qui, si elle semble bien peu assortie au paysage Aquitain, présente l’énorme avantage d’asseoir la non-urbanisation de la frange la plus proche du rivage.

1. La défense du trait de côte du Moulleau à la corniche du Pyla

58À l’entrée du Bassin d’Arcachon, le rivage compris entre Le Moulleau et Pilat-plage a perdu 400 à 500 m. entre 1875 et 1922. Pour tenter d’enrayer cette érosion, les riverains du Pilat, regroupés depuis 1927 dans une association de copropriétaires de type ASA, ont entrepris la construction d’ouvrages de défense (fig. 36).

Fig. 36 – Les ouvages de protection entre Le Moulleau et la Corniche du Pyla (Gironde) (d’après SMNG, 1995, modifié)

59En 1986, le LCHF recensait sur ces 4,5 km de côte, 71 épis, perpendiculaires à un perré de ciment. Les 13 premiers sont en enrochements, 11 sont en béton armé, les autres en bois ou mixtes béton et bois. Leur longueur varie de 26 à 61 m. Une vingtaine d’épis de bois ont aujourd’hui disparu, démantelés par les tempêtes ou submergés par le creusement du chenal.

60Tous ne furent pas financés par les riverains. Dans la période la plus récente, les travaux réalisés entre 1982 et 1993 furent financés par la commune de La Teste, avec le soutien du Département de la Gironde, de l’ASA des riverains, de la Région Aquitaine, et, dans une moindre mesure, de l’État.

61Malgré les efforts importants que la construction de ces structures a imposés, l’érosion continue, menaçant les ouvrages en place. Ce secteur est très vulnérable. Dépendant directement de l’évolution des passes d’entrée du Bassin d’Arcachon, il subit de plein fouet la migration du chenal du Pyla vers la côte. Les relevés bathymétriques de 1991-1992 montrent une érosion de 1,5 m/an, décroissante vers le nord, visible par la disparition des plages entre La Corniche et l’avenue de la Garolle. Dans cette zone où le courant de flot prédomine, le transit littoral Sud-Nord est limité par le recul de sa source d’approvisionnement : la dune du Pyla, au sud du décrochement de la Corniche. Cet arrêt de l’alimentation en sable et les effets ici très affirmés de la houle sont à l’origine de l’amaigrissement de l’estran et de la mise à nu de la base verticale des perrés. Les mouvements dans le profil prédominent alors, entraînant les sables vers le fond du chenal où ils sont définitivement perdus.

62C’est pour compenser cette perte sédimentaire que les épis ont été construits. Cependant, la faiblesse du transit littoral hypothèque grandement leur efficacité. Si certains parviennent à piéger un peu de sable par temps calme, le creusement du chenal, en les submergeant à marée haute, a totalement anéanti la capacité de la plupart de ces structures. Depuis plus de 20 ans, quelques épis ont été reconstruits, d’autres confortés, sans permettre pour autant la reconstitution d’une plage permanente.

63Force a donc été de passer à une nouvelle forme d’action. Depuis le début années 80, ce sont les rechargements en sable qui assurent le maintien d’une plage pendant la saison touristique. Chaque année, 11 000 m3 de sable sont déposés sur les plages du Pilat par voie terrestre, et 90 000 m3 sont refoulés sur les rivages du Moulleau par une drague à partir du banc du Bernet. L’hiver suivant emporte les fragiles dépôts et la transfusion doit reprendre au printemps suivant.

  • 7 Il peut être intéressant de noter ici que les Services Maritimes sont à la fois chargés de l’étude (...)

64Perrés, épis, rechargements, n’ont en rien stoppé l’érosion, même si le trait de côte, correspondant ici globalement avec la ligne des perrés, est maintenu. Le creusement s’accentue et avec lui la menace de démantèlement de « la ligne Maginot » protégeant les propriétés riveraines. L’inquiétude devant l’ampleur de l’érosion et la croissance des coûts de réparation des ouvrages et de l’alimentation artificielle a conduit la commune de La Teste à concevoir un projet d’« aménagement » du littoral du Pyla. L’étude en fut confiée à la Direction de l’Aménagement et de l’Environnement du Port Autonome de Bordeaux et aux services Maritimes de la Navigation de la Gironde7. Les solutions proposées restent dans la même logique que les aménagements précédents et reposent sur :

  • la construction d’un perré en forme de musoir au sud de la Corniche ;
  • la protection du haut de plage par des enrochements (sur 0,5 km dans la partie sud) ;
  • le rechargement des plages et du talus du chenal pour un volume de 860 000 m3.

65Le montant total de ces travaux avoisine 23,5 MF (3,58 M€).

  • 8 Ces travaux ont consisté à déposer sur le flanc de la dune des houppiers de pins maritimes afin de (...)

66Au sud de la zone artificialisée, l’érosion est considérable puisque la dune du Pyla avance vers l’intérieur des terres de 3 à 4 m/an (photo 6). La forte pente de cette dune, son piétinement par le million de touristes qui la visitent chaque année et les prélèvements illicites de sable dans ce site classé favorisent et accélèrent l’érosion éolienne. La commune a donc programmé des travaux de stabilisation dunaire pour un montant de 794 000 F (121 044 €)8.

67Les violentes tempêtes de l’automne 1993 et de l’hiver 1994 ont profondément dégradé le rivage au niveau de la Corniche. Les élus décident alors de faire entreprendre sans délai la construction de l’ouvrage en enrochement, en utilisant une procédure d’urgence (photo 7).

Photo 6 – La dune du Pyla, au sud de la zone défendue © « Bleu ciel » – M. Le Collen

68Il sera beaucoup plus important que l’ouvrage prévu en 1992 : le montant des travaux de ce seul perré passe de 1 MF (0,15 M€) en 1992 à 2,5 MF (0,38 M€) TTC en 1994.

  • 9 10,6 MF (1,62 M€) de travaux sur les ouvrages + 1,6 MF/an (0,24 M€) de rechargement en sable.

69L’ensemble des travaux de protection du trait de côte a donc coûté plus de 12 MF (1,83 M€) de 1982 à 19959, et 20 MF (3,05 M€) sont encore nécessaires pour terminer le programme de défense prévu en 1992.

70La cause de l’érosion (le déficit sédimentaire créé par le déplacement vers le nord-est du chenal du Pyla) n’est pas traitée. La complexité des cycles d’évolution des passes du Bassin d’Arcachon a donné lieu à un grand nombre de travaux qui montrent l’ampleur et la puissance des phénomènes physiques intervenant dans les processus morphosédimentaires de ce secteur. L’affrontement est ici nécessairement voué à l’échec. Les ouvrages protégeant les villas nécessitent de constantes restaurations, les plages offertes aux estivants doivent être reconstituées chaque année. Ce travail de Sisyphe n’aura de répit que le temps de fonctionnement d’une prochaine phase à un seul chenal permettant l’atterrissement des sables transportés par la dérive littorale.

Photo 7 – L’enrochement de la Corniche (le Pyla, Gironde) (cliché ONF, 1994). © ONF

71On ne peut donc pas parler ici d’aménagement, mais simplement de défense des habitations installées sur le front de mer. Bien que la contribution des riverains ne soit pas négligeable, le coût en est essentiellement supporté par la collectivité. Se pose alors la question de la justification de cette défense. C’est bien entendu la valeur des constructions menacées qui est avancée, pour l’essentiel des immeubles ou des maisons individuelles de grand standing, valorisant la commune de La Teste qui est prête à de lourds investissements pour conserver cette population saisonnière aisée. Cette attitude, de ce point de vue, semble somme toute justifiable, si néanmoins la valeur de ces bâtiments est réellement à la hauteur des dépenses engagées pour les protéger, ce que nous tenterons de démontrer plus loin.

2. Le front de mer de Lacanau (photo 8)

72La création et le développement de Lacanau Océan répondent au schéma traditionnel aquitain. Simple projection vers le littoral d’un bourg ancien, l’urbanisation, d’abord implantée dans la lette, est venue s’installer sur l’avant-dune. La station récente montre un classique front de mer occupé par des parkings au-devant de petits immeubles.

Photo 8 – Le front de mer de Lacanau © « Bleu ciel » – M. Le Collen

73La Commune est gestionnaire de la fenêtre urbanisée. Pour les travaux d’aménagement du littoral, elle s’appuie sur le Syndicat Mixte de Lacanau, créé en 1975, au sein duquel elle assume la maîtrise d’ouvrage de tous les travaux de défense contre la mer, à parité avec le Conseil Général de la Gironde. L’objectif de Lacanau, clairement énoncé dans le rapport de présentation de son Plan d’Occupation des Sols, est tourné vers le développement des activités touristiques passant par l’urbanisation du front de mer et le maintien d’une plage attractive.

74Pour répondre à la menace que l’érosion marine fait peser sur les espaces bâtis, un programme expérimental de défense a été lancé en 1976 dont les différentes étapes méritent d’être détaillées.

75La première phase des travaux, qui s’étend globalement de 1976 à 1984, a consisté à fixer la plage centrale au droit des bâtiments les plus menacés : le poste de secours et le restaurant Le Kayoc, tous deux installés très près de la plage (fig. 37).

Fig. 37 – Les travaux de défense du front de mer de Lacanau réalisés entre 1976 et 1984

76Une protection longitudinale en bois a donc été installée au pied de la dune en 1976, confortée ensuite par des blocs de pierre. Les violentes tempêtes de 1979 ont eu raison de cet ouvrage de 130 mètres qui a dû être reconstruit dans cette même année, et allongé deux ans plus tard.

77En 1981-1982, une nouvelle série de tempêtes hivernales a provoqué la fuite d’un important stock sableux. Afin de rétablir une plage attractive pour les estivants attendus, des rechargements ont été réalisés au cours du printemps suivant. Dans un second temps, l’enrochement a été prolongé vers le nord et un escalier d’accès à la plage du même coup installé. En 1984, un nouvel allongement vers le sud a porté le linéaire protégé à 750 mètres.

78Si la mise en place de la palissade et son alourdissement progressif ont sauvé les deux bâtiments menacés en fixant le trait de côte au droit de la plage centrale de Lacanau, ces travaux ont aussi provoqué de façon tout à fait prévisible l’amaigrissement significatif de l’estran menacé à court terme de disparition.

79Le Syndicat Mixte de Lacanau a donc entrepris une deuxième phase de travaux destinés à favoriser l’engraissement général de la plage (fig. 38).

Fig. 38 – Les travaux de défense du front de mer de Lacanau réalisés entre 1986 et 1994

80Un premier épi de 108 mètres a été construit dans la partie sud en 1986. L’efficacité de l’ouvrage ayant été jugée encourageante mais non satisfaisante, sa longueur fut portée à 145 mètres en 1988, ceci afin que son extrémité atteigne la ligne des basses mers de vives eaux et qu’il réponde ainsi aux conditions optimales de fonctionnement d’une telle structure.

81Ce bon résultat a conduit à étendre la zone de réengraissement en construisant en 1992, un deuxième épi à 300 mètres au nord du premier. D’une longueur initiale de 70 mètres, il fut allongé à 115 mètres l’année suivante, puis à 145 mètres en 1994 pour égaler la longueur du premier épi. Deux nouveaux épis ont été prévus en 1996, mais non encore réalisés, au nord et au sud de la zone actuellement défendue.

82Toutefois, la présence de ces ouvrages transversaux n’a pas permis de faire l’économie de l’entretien des perrés. Les houles d’hiver parviennent parfois à dépasser les défenses frontales pour atteindre la dune, menaçant ainsi la stabilité des enrochements.

83Des réensablements de la plage ont été effectués en 1990 ainsi qu’un reprofilage de la dune à partir de l’extrémité nord de l’enrochement sur une longueur de 500 mètres. Cet enrochement a aussi été prolongé vers le nord en 1993 afin de protéger la « Maison de la Glisse » ; la longueur totale de la protection longitudinale étant ainsi portée à 1 500 mètres.

84De nouveaux reprofilages ont encore été entrepris en 1994, et l’entretien annuel de la dune piétinée par les touristes et rendue très vulnérable aux attaques du vent représente une charge non négligeable pour le budget communal.

85Le coût de ces 20 ans de travaux successifs peut être partiellement estimé à 7 MF (1,07 M€), et décomposé de la façon suivante :

Tableau 2 – Coût de 20 ans de travaux de défense à Lacanau Océan (Gironde)

86L’efficacité des enrochements apparaît nettement sur les vues aériennes de la station, par comparaison avec la dune non protégée. Le décrochage particulièrement marqué à l’extrémité nord de l’enrochement a fait dire à certains que Lacanau se transformait progressivement en presqu’île, ou en tombolo.

87En même temps que la ligne de rivage était fixée, des aménagements sont venus « mettre en valeur » le front de mer. Le boulevard de la plage a été rénové en 1986, assorti de promenades piétonnes et de parcs de stationnement, et prolongé en 1992. La dernière tranche de travaux, en 1998 et 1999, a permis la réalisation de parkings supplémentaires, d’une esplanade de 1 200 m2 et d’un belvédère sous lesquels des garages destinés aux engins de nettoyage des plages ont été installés.

88Ces 20 ans de travaux, dont le point de départ est le risque de destruction du restaurant le Kayoc et du poste de baignade, tous deux installés très à l’ouest des autres bâtiments, peuvent être résumés de la façon suivante. Un premier perré est construit, puis prolongé jusqu’à s’étendre sur près d’1,5 km. La fuite de sédiments que cet ouvrage n’a pas manqué de provoquer a conduit à la réalisation de deux épis. Le prix de cette défense, qui avoisine 7 MF (1,07 M€), ne pouvant être justifié par la seule protection des deux bâtiments et la déstabilisation de la dune étant accrue par le piétinement des touristes, ont conduit la municipalité à parachever l’aménagement du front de mer en installant parkings et promenades sur cette zone devenue peu attractive. Les installations destinées au public ont permis à la commune d’obtenir des subventions de la Région Aquitaine depuis 1990.

89Il semble toutefois que le rachat du Kayoc en 1976 et le déplacement du poste de secours auraient été nettement moins onéreux pour la collectivité que la construction de ces ouvrages dont il faut désormais assurer l’entretien. L’absence de réflexion à la date de la décision de construire la première palissade, l’engrenage que cette décision a déclenché, ont conduit Lacanau à défendre des espaces qui n’ont acquis que très récemment une grande valeur marchande.

3. L’aménagement de la dune de Biscarrosse-Plage

90Jusqu’à ces dernières années, Biscarrosse-Plage est restée une station familiale peu concernée par le programme de développement de la Côte Aquitaine.

91L’érosion marine est ici relativement modérée, inférieure à 1 m/an en moyenne

92Dans le cadre d’un contrat de valorisation de station ancienne, la commune a demandé en 1992 à l’Atelier BKM de concevoir l’aménagement du front de mer. Les objectifs de ce projet sont multiples : « stabiliser la dune au droit de la zone urbanisée » et « réduire le piétinement » d’une part, « optimiser l’espace disponible et le fonctionnement du front de mer » d’autre part (Étude d’impact BKM, 1992).

93Les travaux ont débuté par un remodelage de la dune pour adoucir le versant ouest et créer des « dunettes » sur le plateau. Après ce reprofilage au moyen d’engins mécaniques, des bandes parallèles de végétation ont été installées sur la dune mise à blanc.

94Sur le versant ouest, derrière une bande d’oyat, un mélange de plantations a certes pour but de stabiliser la dune « mais surtout de protéger la coulée de verdure des projections de sable » (Étude d’impact BKM, 1992).

95En effet, la plus grande partie de cette dune « paysagée » est couverte d’un surprenant gazon anglais qui donne à cet ensemble une originalité très certaine parmi les dunes d’Aquitaine (photo 9). Enfin, des cheminements en « béton balayé coulé sur place » permettent de canaliser les piétons désirant accéder à la plage.

Photo 9 – La dune de Biscarrosse après les travaux (cliché ONF, 1994). © ONF

96La lecture de l’étude d’impact réalisée par l’atelier BKM appelle plusieurs remarques.

  • 10 Il est vrai que l’ONF a reprofilé au bulldozer les dunes du Cap-Ferret, mais le contexte y était f (...)

97La première concerne le reprofilage. L’ONF a abandonné depuis longtemps l’idée de donner un profil idéal à la dune. La doctrine serait plutôt maintenant de laisser celle-ci trouver sa propre forme, fut-elle inversée. La mise à blanc provoquée par les engins de terrassement est particulièrement propice à l’érosion éolienne, et les plantations y sont particulièrement vulnérables. On ne peut donc que s’étonner de voir ces techniques, dont l’usage abondant pendant des décennies a montré la nocivité, reprises ici10.

98La seconde remarque s’attache à la végétation. L’atelier BKM souligne que « le principal impact du projet sera le remplacement de la végétation actuelle, composée d’espèces spécifiques du milieu dunaire […] par une végétation introduite artificielle ». Outre le fait qu’effectivement, le gazon est très rarement présent à l’état naturel sur les dunes d’Aquitaine ( !), la diminution de la richesse spécifique est ici préoccupante puisqu’on passe de plus de 30 espèces, dont la linaire à feuille de thym (endémique protégée) à une douzaine, dont la moitié d’arbustes.

99La troisième remarque touche à la conception même de ce projet d’aménagement et à la réponse qu’il peut apporter à la menace d’érosion de ce secteur. L’étude d’impact, après avoir rappelé l’existence d’une érosion chronique de l’ordre de 1 à 2 m/an, propose en fait comme solution aux attaques de la mer de « réengraisser (le pied de dune) à l’aide d’engins mécaniques depuis la plage ».

100En dépit de ces réserves, et au-delà de l’utilisation pertinente d’une défense « souple », avec les réensablements de l’estran, le jardin public créé en bord de mer, avec ses allées, ses arbustes, ses bancs présente une forme de réponse originale particulièrement intéressante puisqu’il vise à former une sorte de zone tampon entre l’océan et les premières constructions. L’attitude souvent adoptée par bon nombre de communes quand elles disposent d’une pareille réserve foncière est de promouvoir l’installation d’ensembles immobiliers de rapport dans tous les espaces urbanisables, quitte à les défendre ensuite par des ouvrages classiques. Rien de cela ici, et si le jardin engazonné est bien mal assorti au paysage des dunes d’Aquitaine, si l’on ne peut que regretter la pauvreté d’imagination des architectes (le jardin pourrait être le même en Bretagne ou, avec quelques palmiers, sur la côte d’Azur), il préfigure ce que pourrait être une zonation des aménagements tenant compte de l’érosion marine future, nous y reviendrons plus loin.

Notes

1 Rapport à la Société Royale d’Agriculture. Baron de MORTEMART de BOISSE, 1840.

2 Il n’est pas possible de détailler ici les implantations et le fonctionnement de ces protections. Ces éléments sont exposés dans La gestion de l’érosion du littoral dunaire aquitain, CLUS-AUBY, 2000.

3 Les aspects techniques du rechargement ont été abondamment décrits par différents auteurs et en particulier par O.H. PILKEY (1988).

4 Association Syndicale Autorisée.

5 Les coûts recensés ici datent pour la plupart du rapport présenté par le LCHF en 1986 ; ils ont été repris sans modification par le STCPMVN en 1998.

6 L’État s’est également engagé en 1997 à hauteur de 30 MF (4,6 M€) sur 5 ans pour la restauration (d’un coût total de 125 MF [19,06 M€]) du cordon littoral du site des bas champs, sur l’estuaire de la Somme, dont la rupture avait provoqué de graves inondations en 1990 (Off. Parl. Pol. Publ., 1998).

7 Il peut être intéressant de noter ici que les Services Maritimes sont à la fois chargés de l’étude du dossier et maître d’œuvre des travaux…

8 Ces travaux ont consisté à déposer sur le flanc de la dune des houppiers de pins maritimes afin de créer un humus permettant la plantation d’oyats et à installer des filets brise-vent pour stabiliser le sable.

9 10,6 MF (1,62 M€) de travaux sur les ouvrages + 1,6 MF/an (0,24 M€) de rechargement en sable.

10 Il est vrai que l’ONF a reprofilé au bulldozer les dunes du Cap-Ferret, mais le contexte y était fort différent : il s’agissait de construire une dune de protection pour les immeubles situés au pied de son abrupt d’envahissement et qui étaient auparavant ensablés.

Table des illustrations

Légende Fig. 32 – Répartition des ouvrages de défense sur le littoral aquitain
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Photo 5 – Préparation de la plage de Capbreton avant la saison touristique (Journal des propriétaires de la Côte Sud des Landes, no 31, mai-juin 1999)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 33 – Le régime juridique de la défense contre la mer depuis 1992
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 34 – Dispositions applicables aux projets d’ouvrages de défense contre la mer (d’après DDE du Morbihan, in Miossec, 1993, adapté)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 35 – Le Financement par l’État de la défense des côtes (Office Parlementaire d’évaluation des politiques publiques. La politique maritime et littorale de la France, t. 6 : Le littoral, 1998)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 36 – Les ouvages de protection entre Le Moulleau et la Corniche du Pyla (Gironde) (d’après SMNG, 1995, modifié)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Photo 6 – La dune du Pyla, au sud de la zone défendue © « Bleu ciel » – M. Le Collen
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Photo 7 – L’enrochement de la Corniche (le Pyla, Gironde) (cliché ONF, 1994). © ONF
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Photo 8 – Le front de mer de Lacanau © « Bleu ciel » – M. Le Collen
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 37 – Les travaux de défense du front de mer de Lacanau réalisés entre 1976 et 1984
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 38 – Les travaux de défense du front de mer de Lacanau réalisés entre 1986 et 1994
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tableau 2 – Coût de 20 ans de travaux de défense à Lacanau Océan (Gironde)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Photo 9 – La dune de Biscarrosse après les travaux (cliché ONF, 1994). © ONF
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1179/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540