Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Deuxième partie. De la défense contre la mer à l’aménagement du littoral : les outils de la gestion

De la défense contre la mer à l’aménagement du littoral : les outils de la gestion

Texte intégral

1La naissance du paysage littoral aquitain actuel est relativement récente. Ce n’est, globalement, qu’à la fin du siècle dernier, après la fixation de la dune bordière et le redressement des courants, que les premières stations ont pu s’installer en lisière de l’Océan, répondant, ici comme ailleurs, au nouvel intérêt pour les vertus curatives des bains de mer, au « désir de rivage » décrit par A. Corbin (1988).

2Les premières villas, les premiers établissements de bains, ont été bâtis sur des terrains appartenant à l’État, qui y autorisait une installation temporaire assortie d’un certain nombre de contraintes. L’entretien et la protection des plantations étaient ainsi obligatoires sous peine de destruction des immeubles installés. Les premiers habitants étaient donc propriétaires de maisons construites sur un sol qui ne leur appartenait pas (Taillentou, 1999). La précarité de cette situation ne pouvait qu’inciter les pionniers à la prudence : leurs maisons furent donc en bois. Mais ce système, au demeurant extrêmement judicieux et propice à des occupations légères et temporaires particulièrement adaptées aux fluctuations des rivages, a peu à peu été remplacé par des concessions à long terme, puis par des ventes pures et simples des domaines de l’État.

3La levée de cette précarité, ainsi que le développement des voies d’accès (routes et chemins de fer) a permis alors l’installation des îlots urbains qui ponctuent aujourd’hui la côte gasconne. L’occupation humaine est toutefois limitée à quelques stations balnéaires relativement modestes, l’État restant propriétaire de la majeure partie du littoral.

4Cette considérable maîtrise foncière est l’une des caractéristiques essentielles de l’Aquitaine, non démentie à ce jour en dépit des efforts de développement touristique des années soixante. En effet, si la planification voulue par la Mission Interministérielle d’Aménagement de la Côte Aquitaine a pu laisser son empreinte, c’est en grande part grâce à cette structure foncière si particulière.

5Dans la « boîte à outils » du gestionnaire — gestionnaire local depuis le grand chamboulement de la structure administrative française par les lois de 82-83 — la propriété foncière occupe une place prépondérante, conditionnant les autres modes d’action, autorisant d’autres lectures.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540