Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Première partie. L’instabilité du rivage aquitain

Chapitre II. Les mesures de l’évolution des rivages

Texte intégral

1Avant d’exposer les résultats des mesures connues à ce jour, il convient de noter que le paramètre le plus utilisé et le plus cité dans la littérature pour caractériser l’érosion est celui du recul du trait de côte par unité de temps (en m/an). Ce paramètre unidimensionnel, qui offre l’avantage de la simplicité, présente deux inconvénients majeurs :

  • il ne reflète pas le caractère irrégulier et discontinu de l’érosion si l’intervalle de temps entre deux mesures est long. Les plages reculent par à-coups, peuvent perdre plusieurs mètres, et parfois plusieurs dizaines de mètres, au cours d’une seule tempête, puis demeurer stables ou même progresser pendant quelques années. La valeur exprimée en m/an donne l’illusion d’un phénomène progressif et quantitativement prévisible à moyen terme, très éloigné de la réalité ;
  • il ne renseigne pas sur l’évolution des plages aériennes et sous-marines, qui peut être positive (engraissement) ou négative (érosion), indépendamment de la position du trait de côte.

2Une autre approche est néanmoins possible par l’étude du profil de plage, c’est-à-dire de la variation de surface du prisme sédimentaire situé au-dessus d’une profondeur de référence. L’érosion n’est pas une simple translation et les profils de plage s’adaptent au recul du rivage. Il paraît donc souhaitable de compléter la notion statique de profil d’équilibre par celle de « profil dynamique » de la plage. Enfin, la méthode nouvelle de topo-bathymétrie, qui permet de géoréférencer la zone d’estran en trois dimensions, est la plus complète et la plus riche d’enseignements.

3La plupart des auteurs s’accordent à penser qu’en France, l’érosion touche plus d’un tiers du linéaire côtier. Sur 5 000 km de côtes, 850 km subissent un recul supérieur à 1 m/an (fig. 11). Mais l’érosion est beaucoup plus importante dans certaines zones comme la Côte d’Arvert, entre Oléron et la Gironde, qui a perdu 450 m en 50 ans au sud de la Pointe Espagnole (soit 9 m/an), dont 35 m en une seule année.

Fig. 11 – L’érosion côtière en France (Migniot, 1987)
Actes et colloques Mer et littoral, couple à risque, Biarritz, 1987.
Paris, La Documentation française, 1988. © La Documentation française

4En ce qui concerne le littoral aquitain, un certain nombre de travaux ont été réalisés, visant à synthétiser les données recensées depuis les premiers documents exploitables datant du milieu du XVIIIe siècle.

5L’étude publiée en 1987 par le Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF) reste encore l’élément de référence. La troisième partie de ce document concerne le littoral de l’estuaire de la Gironde à la frontière espagnole et fait suite à d’autres études réalisées par le même laboratoire à la demande de la MIACA.

6Le bilan général dressé par le LCHF (fig. 12) fait apparaître une érosion de la côte de l’ordre de :

Fig. 12 – Bilan de l’évolution de la côte Aquitaine dans Catalogue sédimentologique des côtes françaises – Côtes de la Manche et de l’Atlantique (de la haie du Mont-Saint-Michel à la frontière espagnole) du Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF), Collection des ouvrages de la R & D d’Électricité de France coédité avec les Éditions Eyrolles.

71 m/an dans les zones où le recul est le plus faible : la partie centrale allant globalement de Moliets au Porge. Il serait minime (inférieur à 0,5 m/an) dans la région de Saint-Girons ;

  • 2 m/an ou plus dans les zones les plus attaquées : aux abords de la pointe de la Négade et de l’Adour ;
  • de 1 à 2 m/an sur le reste du littoral.

8Seul le Cap-Ferret pouvait être considéré comme étant, en moyenne, en progression. Depuis, la tendance s’est inversée.

  • 1 HOWA, 1987 ; PEDREROS 1994 ; AUBIE, 1996 ; RIBATET, 1996 ; d’études de l’ONF, du PAB, du LARAG - S (...)

9Ce rapport a été complété par une série de travaux universitaires1. La référence la plus récente est donnée par le travail de cartographie comparative réalisé en 1998 par l’IFREMER et le BRGM pour le compte de la Région Aquitaine, et dont nous reparlerons plus loin.

10Depuis la fermeture des embouchures et la formation des étangs, nous distinguerons globalement ici deux types de zones :

111. Les embouchures, dont la morphologie s’est transformée de manière considérable :

  • la pointe de Grave dont l’évolution est liée à celle de l’estuaire de la Gironde,
  • les abords du Bassin d’Arcachon, soumis aux fluctuations des passes d’entrée,
  • les zones des embouchures de l’Adour à Bayonne et du Boudigou à Capbreton où les endiguements des débouchés ont modifié la dynamique littorale.

122. La partie centrale du littoral qui a relativement peu bougé (et qui correspond à des zones d’évolution à long terme) :

  • de la pointe de la Négade au nord du Cap-Ferret pour la Gironde,
  • de Biscarosse à Hossegor pour les Landes.

13Avant de présenter le détail de ces mesures, il convient de s’interroger sur la définition de l’objet dont elles entendent chiffrer les évolutions.

A — Difficultés sémantiques et méthodologiques

1. Difficulté de définir le trait de côte

14Sous le vocable de trait de côte, qui semble une notion des plus limpides (la ligne qui sépare l’océan du continent), se cache une réelle ambiguïté. En effet, « dans un milieu qui doit son existence à un mouvement, celui de la mer, qui détermine une frange d’indécision, le rivage, il est bien difficile de placer une limite entre la terre et la mer » (Lacoste, 1993).

15La netteté de cette limite est éminemment variable avec l’échelle de l’observation. Si les clichés de la terre réalisés depuis l’espace montrent clairement la dichotomie terre-mer, la réduction d’échelle modifie l’image des rivages. Les photographies aériennes prises à des altitudes de plus en plus faibles ou à l’aide de focales de plus en plus longues montrent des détails que les images distales ignoraient. La perception de la limite entre la terre et la mer devient floue à l’échelle de l’observateur humain chargé de la marquer sur le terrain et l’observation microscopique permet d’atteindre des niveaux plus fins encore (Verger, 1993).

16Cette limite est également rendue incertaine par son instabilité temporelle : à court terme (les vagues, les marées), à moyen terme (les saisons, les actions anthropiques), à long terme (les passages des wagons sédimentaires) ou à très long terme (les transgressions et régressions marines). L’état du littoral étant l’expression d’un équilibre passager, la ligne retenue sera donc nécessairement un compromis entre les diverses positions du rivage, compromis établi en relation avec l’objectif visé.

17La notion de trait de côte est donc difficile à définir, le tracé de la ligne souvent incertain, tant les définitions proposées par différents auteurs renvoient à des interprétations parfois subjectives. Si la question est assez facile à trancher dans le cas des côtes rocheuses, il en va tout autrement pour les rivages sableux ainsi que pour les marais côtiers. En ce qui concerne les dunes littorales qui nous occupent ici, le concept doit être étroitement lié à l’état écodynamique de la face externe du cordon dunaire : une falaise avachie sous l’action du colluvionnement donnera l’illusion d’un trait de côte plus à l’ouest que la même falaise juste après son avivement par l’action marine.

18Pour P. Barrère (1997), il correspond à « la falaise ou microfalaise qui se crée au pied ouest des dunes, par les marées de coefficient supérieur à 110, il faut en jalonner la trace en mars-avril, après les tempêtes ». Cependant, « la définition du trait de côte est encore imparfaite, en raison des difficultés de sa mesure ; on ne peut utiliser que des moyennes établies sur une longue durée, le bon pas paraissant être de 10 ans ».

19M.-C. Prat et J.-N. Salomon (1997) ont adopté dans leurs travaux sur le littoral Charentais le pied de la falaise dans les secteurs en érosion et, pour les zones stables ou en accrétion, « la limite des laisses de haute mer de vives eaux et des premières banquettes à Agropyrum », en précisant toutefois que « la position des laisses de haute mer change chaque année mais cette variation est faible. Cette prise de position, adoptée par l’ONF, a l’avantage, dans un souci de continuité d’échelle, d’effectuer des mesures de terrain selon un même protocole et donc de fiabiliser les comparaisons ». Le SHOM utilise à peu près la même définition : « la ligne qu’atteint la mer aux plus grandes marées, la laisse de haute mer étant en principe marquée par la limite de végétation ou le pied des dunes. »

20L’étude réalisée par l’IFREMER et le BRGM (1999) pour le compte de la Région Aquitaine distingue, quant à elle, deux traits de côte :

  • le « trait de côte dynamique moyen », défini comme « la ligne d’équilibre marquée par la crête de berme de beau temps, ou de printemps ». Il correspond à l’action la plus permanente de la mer et se situe environ au niveau +3,5 m NGF.
  • le « trait de côte dynamique maximum », équivalant à « la ligne d’action dynamique marquée par le sommet des horns d’hiver, les microfalaises d’érosion de la plage ou du continent et les plus hautes laisses ». Il peut être placé aux environs de +4,8 m NGF. Cette définition est celle qui se rapproche le plus des lignes adoptées par les autres auteurs recensés.

21Enfin, le trait de côte tracé par l’IGN sur ses cartes est le résultat de la restitution photogrammétrique de la limite discernable de la pleine mer qui précède la prise de vue. Ce tracé est donc grandement soumis à l’interprétation de l’opérateur.

22Mais pour la plupart des auteurs, la mesure du trait ne suffit pas, ce qu’exprime J. Favennec (1994) en disant qu’elle « doit s’accompagner d’observations plus larges permettant de comprendre l’ensemble du processus. De part et d’autre du trait de côte, la dynamique du proche océan et de la plage, ainsi que la dynamique de la dune et de la frange forestière doivent être intégrées au raisonnement ». Les campagnes récentes de mesures adoptent tout à fait ce point de vue. Les documents de travail de l’Université, de l’ONF aussi bien que ceux de l’IFREMER proposent des profils de plage et de dune beaucoup plus riches d’enseignement que le simple tracé de la ligne de rivage.

Fig. 13 - Trois critères pris en compte pour la détermination visuelle directe du trait de côte sur la côte sableuse Aquitaine

23On peut donc s’interroger sur la nécessité de définir précisément le trait de côte. Cette notion constamment reprise dans la littérature ne correspond en effet à aucun repère physique indubitablement identifiable et comparable par différents observateurs. Les techniques modernes qui permettent de tracer des profils de plage apportent incontestablement beaucoup plus d’informations sur l’évolution de la zone soumise à l’influence marine au sein de laquelle l’étude de la variation du trait de côte, en tant qu’un des éléments du système, ne procure qu’une partie des informations. Elle apparaît donc comme un élément partiel et quelque peu obsolète dans les mesures de l’évolution du rivage.

  • 2 L’évolution de la consistance du DPM est développée dans La gestion de l’érosion du littoral dunai (...)

24En ce qui concerne la délimitation du Domaine Public Maritime, on peut ainsi penser que celle-ci peut se faire sur tout autre base moins fluctuante. Dans les zones, très nombreuses en Aquitaine, où le DPM est longé par des propriétés domaniales, la création d’un Domaine Public Littoral, à l’image du domaine « maritimo-terrestre » espagnol, permettrait de dépasser sans inconvénient l’absence de délimitation du rivage de la mer2. La question se pose alors uniquement pour les secteurs longés par des propriétés privées, pour lesquels une autre référence devrait être cherchée ; celle de limite de végétation ou de laisse de haute-mer étant de toute évidence inadaptée aux zones protégées par des ouvrages. Puisque les nécessités cadastrales l’exigent, et sachant qu’elle sera sans cesse remise en cause, une courbe de niveau (x mètres par rapport au 0 NGF), correspondant à la projection sur le profil de l’altitude atteinte par la mer lors des hautes mers de coefficient 120, pourrait ainsi constituer la limite maritime des propriétés riveraines, si la présence d’un ouvrage longitudinal ne la marque pas déjà.

2. Matérialisation et repérage du trait de côte

25Les différentes mesures de l’évolution du rivage doivent donc être réalisées sur des éléments aisément identifiables, repérables d’année en année, afin que les comparaisons effectuées soient fiables. Nous avons déjà dit la difficulté de trouver des points de référence sur ces longs segments de dunes non urbanisées. Quelques blockhaus, une route parallèle au rivage, sont parfois les seuls éléments fixes à partir desquels les mesures sont possibles. La nécessité de disposer d’un système de repères régulièrement répartis sur l’ensemble de la côte et de suivre tout aussi régulièrement l’évolution de l’objet que l’on considère comme étant le trait de côte par rapport à ces repères, a conduit l’ONF à mettre en place, dès 1967, des repères permettant le levé des profils de dunes. Ils ont permis au LCHF de mesurer les évolutions pendant six années (jusqu’en 1985) mais leur dégradation, souvent par vandalisme, et l’arrêt de l’activité du LCHF ont fait tourner court cette opération.

26Un peu plus tard, la MIACA et la DRAE ont confié à l’ONF une mission basée sur la matérialisation de nouveaux points de référence. La superposition des trois missions déjà effectuées permet ainsi de caractériser le comportement, non plus seulement du trait de côte, mais d’une zone plus large couvrant l’estran et la dune dans son entier. Les enseignements des données de terrain sont complétés par des missions spéciales de photographies aériennes au 1/5 000e. Depuis 1996, les repères font l’objet d’un bornage géoréférencé (Lambert III) et nivelé (IGN).

27Il est certain que ce type de démarche est indispensable pour un suivi précis et à long terme de l’évolution du littoral. La possibilité de disposer de repères durables, géoréférencés, permet la superposition des mesures et des observations effectuées régulièrement. Mais le suivi à long terme de cet outil ne semble pas tout à fait garanti. La Région Aquitaine, qui finance ces études, s’est en effet tournée en 1996-1997 vers le BRGM et L’IFREMER pour lancer une nouvelle opération de suivi, sur des bases un peu différentes. L’évolution des techniques permet désormais de disposer de repérage en trois dimensions du haut estran. Le tracé obtenu par la mission de 1998 a été comparé à la carte IGN de 1966 afin de donner un bilan global sur plus de 30 ans. La coopération de l’ONF à ce programme devrait également permettre de caler ces nouvelles observations sur les éléments issus des méthodes classiques et sur des missions de photographies aériennes synchrones des mesures de terrain.

  • 3 Du moins en l’état actuel des choses. Les développements de la télédétection devraient prochaineme (...)

28Mais ces moyens terrestres, même s’ils représentent un progrès très significatif par rapport aux strictes mesures du trait de côte, ne fournissent toutefois qu’une information tronquée. Si le champ d’observation couvre aujourd’hui la dune et la plage aérienne, qui disposent désormais d’un système de repérage précis et sûr et devraient en principe être régulièrement suivis, la plage immergée reste inaccessible3.

3. Fiabilité des mesures, divergence des résultats

29Les nouveaux instruments de mesure permettent donc de disposer de données réellement comparables à partir desquelles les évolutions du littoral peuvent être mieux comprises. Mais il est souvent difficile et hasardeux de caler ces informations sur les observations antérieures, obtenues par d’autres moyens, avec des points de référence voisins, mais différents. Les sources les plus anciennes, c’est-à-dire les cartes établies depuis plus de deux siècles, ne peuvent fournir qu’une tendance générale.

30Par exemple, pour comparer la carte de Beautemps-Beaupré (1825) à celle de l’IGN (1966), le BRGM et l’IFREMER (1997) ont dû se livrer à un lourd travail de conversion des données anciennes, rédigées en toises et dont les points de référence sont des clochers voisins de la côte, pour les rapporter au système actuel, en coordonnées métriques et projection Lambert III. En outre, sur ce même exemple, la définition de la ligne de côte des deux sources est quelque peu différente : limite de la végétation et pied ouest des dunes en 1825, limite discernable sur les clichés aériens de la laisse de HMVE qui précède la prise de vue pour 1966.

31Toutefois, ce lourd travail qui permet de rendre la comparaison fiable n’est pas toujours possible. Bien souvent, les sources que nous avons pu consulter donnent des informations très localisées et sans grande précision sur la technique utilisée : distance de telle ou telle maison forestière avec la mer, recul du littoral de telle commune depuis x années (les communes littorales d’Aquitaine sont grandes, leur façade maritime bien longue…). Il devient alors totalement vain de tenter de quelconques comparaisons, de tracer précisément l’évolution de tel point du littoral depuis deux siècles.

  • 4 Les pages qui suivent présentent un résumé très succinct des mesures disponibles. Plus de détails, (...)

32La lecture des mesures présentées dans les pages qui suivent permet cependant de dégager des tendances générales et les quelques divergences observées n’occultent ni le sens ni l’ampleur de l’évolution. Si, à l’échelle de la compréhension fine du système morphologique littoral, ces mesures anciennes et/ou partielles n’apportent que peu d’information (la côte avance ou recule « en moyenne » de x m/an), elles sont, à l’échelle des aménagements, d’un grand intérêt4.

B — Les embouchures

33Nous nous attacherons ici à décrire les secteurs dont les évolutions sont les plus marquées et qui correspondent aux trois « grandes embouchures » du littoral aquitain : les abords océaniques de la Gironde, du Bassin d’Arcachon et de l’Adour.

1. De la Pointe de Grave à la Pointe de la Négade

34L’évolution de cette zone est, pour une large part, liée à celle du débouché de la Gironde. Depuis le milieu du siècle dernier, la réalisation d’ouvrages de défense a considérablement modifié la tendance naturelle ; aussi distinguerons-nous l’évolution naturelle du littoral jusqu’au milieu du XIXe siècle des modifications apparues depuis la construction des ouvrages.

Fig. 14 – Le littoral de la Pointe de Grave à la Pointe de la Négade

— Évolution jusqu’au milieu du XIXe

35À partir de l’an mil, le niveau marin est très proche de celui que nous connaissons aujourd’hui et la côte nord-médocaine, abritée des courants de marée, borde une zone marine disposant d’un important stock sableux. La mobilisation de ce stock est vraisemblablement à l’origine de l’envahissement du littoral par les sables. Le cordon dunaire s’épaissit pendant le haut Moyen Âge, laissant toutefois des communications entre les lacs formés en arrière des dunes par l’accumulation des eaux et l’océan (Buffault, 1942). La migration des dunes littorales est bien connue à travers les récits de l’engloutissement sous les sables de l’église bénédictine de Soulac vers le milieu du XIVe siècle. Ce processus d’accumulation de sable à l’est, la ligne de rivage étant maintenue, s’est poursuivi jusqu’à la fixation des dunes au XIXe siècle (fig. 15).

Fig. 15 – Évolution historique du Médoc d’après Pomparat, 1970, modifié par Vigneaux, 1975
1. Cordon littoral de Richard ; 2. Palus et marais mis en valeur aux XVIIe et XVIIIe siècles ; 3. Avancée du cordon dunaire ; 4. Fixation du cordon dunaire (1er tiers du XIXe siècle) ; 5. Dépression des marais landais ; 6. Conquête des mattes et engraissement des slikkes ; 7. Gisement ostréicole (estran vaseux) ; 8. Zone d’érosion côtière.
dans Guide géologique : Aquitaine occidentale, Paris, A. Colin, 1975. © A. Colin

36Parallèlement, la modification des chenaux entraîne une nouvelle circulation hydrologique qui expose la côte à l’action directe des courants de marée. La destruction des bancs sableux permet une meilleure pénétration des houles qui peuvent alors atteindre la côte avec une énergie accrue (Howa, 1987). Ces phénomènes sont à l’origine du recul important du trait de côte dont Lévêque a tracé l’évolution entre 1785 et 1842 (fig. 16).

Fig. 16 – Recul du littoral de la Pointe de Grave de 1785 à 1845 (Lévêque, 1936)

37Les valeurs de cette régression, pour cette période de moins de 60 ans, sont de l’ordre de :

  • 2 km pour la Pointe de Grave ;
  • 630 m pour le secteur des Huttes ;
  • 270 m pour Soulac.
  • 5 La carte de LÉVÊQUE indique même un recul d’environ 1 000 m en 13 ans (1785-1798).

38Il s’agit ici de valeurs globales. L’essentiel de la régression s’est en fait produit au cours d’une phase d’érosion intense entre 1785 et 1810, lié à l’installation de nouveaux chenaux et au surcreusement de la passe sud. Elle a fait reculer la Pointe de Grave de plus de 1800 mètres en 25 ans (soit une moyenne de 77 m/an) et Soulac de 250 mètres (soit environ 10 m/an)5 (Howa, 1987). Nous avons là une nouvelle preuve de la méfiance que l’on doit garder en lissant sur une longue période des valeurs moyennes qui ne reflètent absolument pas le caractère discontinu de la régression et la violence de certains épisodes érosifs.

39En dépit des incertitudes et divergences que reflètent les mesures réalisées par différents auteurs, qui rendent vaine toute comparaison précise, le bilan apparaît négatif sur l’ensemble de la période considérée.

40L’ampleur de ce recul et la crainte que le cordon dunaire très étroit dans la région des Huttes se rompe a conduit les services de l’État à construire des ouvrages de défense entre la Pointe de Grave et Soulac.

— Évolution depuis 1850

41Les premiers épis ont en fait été installés en 1841. Depuis cette date, réparations, extensions, destructions, reconstructions, renforcements, n’ont pas cessé.

42La zone concernée par la construction des ouvrages de défense s’étend de la Pointe de Grave à Soulac. Sur une longueur d’environ 8 km, seuls les 2 km de l’anse des Huttes ne sont pas endigués. Plus au sud, le littoral est resté dans un état relativement naturel, maintenu par l’entretien des dunes littorales.

43Au nord de Soulac, les ouvrages de défense ont fortement modifié la tendance naturelle. L’érosion a été contenue au prix de considérables efforts dans le secteur compris entre la jetée de Grave et l’épi de Saint-Nicolas. La régression de l’anse des Huttes, non protégée, s’est poursuivie malgré les rectifications du profil de plage et du cordon dunaire qui ont temporairement freiné le recul (60 mètres mesurés par le PAB entre 1973 et 1979, stabilité entre 1979 et 1982, 5,4 mètres entre 1985 et 1994). Les produits de l’érosion de la plage des Huttes ont alimenté la dérive littorale, d’orientation sud-nord dans ce secteur, et nourri en partie la plage de Saint-Nicolas. Entre 1959 et 1994, l’atterrissement de Saint-Nicolas est évalué à 625 m.

44Au droit de la ville de Soulac, l’érosion est en moyenne de 1 m/an depuis un siècle alors qu’à l’Amélie, le recul dépasse 3 m/an pour la même période.

45Ces valeurs ne donnent qu’une faible idée du caractère irrégulier de l’érosion. Ainsi, l’onde de tempête de 1924 a emporté une épaisseur de 10 à 30 m de dune devant la résidence le Signal à Soulac (Howa, 1987). Au sud de la station (à la hauteur du stade), l’érosion moyenne de 5 m/an entre 1985 et 1994 menace le cordon dunaire très étroit (130 m à peine).

46Les vitesses d’érosion sont donc très variables, certains secteurs passant, de manière très irrégulière, par des phases de recul intense, puis de répit, sans qu’il soit possible d’établir une véritable règle de déplacement des zones d’érosion.

47De manière très générale, l’évolution de cette zone est marquée par une régression d’environ 2 km du secteur de la Pointe de Grave, difficilement contenue par des ouvrages depuis les années 1850. Le secteur des Huttes, non endigué, donne aujourd’hui des inquiétudes : la rupture du cordon dunaire mettrait en péril les marais médocains, situés en dessous des hautes mers de vives eaux. Les opérations de reprofilage dunaire freinent, sans l’arrêter, la régression de la côte et l’érosion de la plage des Huttes alimente vraisemblablement l’atterrissement que l’on observe au niveau de Saint-Nicolas. Le secteur compris entre Soulac et la Pointe de la Négade, correspondant à la zone d’inversion de la dérive littorale et donc non alimenté, longé par des hauts-fonds, est depuis une quarantaine d’années soumis à une érosion chronique de l’ordre de 5 m/an (soit environ 200 m).

48Le budget sédimentaire, quoique difficile à évaluer, est de façon générale déficitaire. Les matériaux s’échappant chaque année au niveau de la passe sud de la Gironde n’étant remplacés par aucune entrée sont donc entièrement prélevés sur le rivage.

2. Les abords du Bassin d’Arcachon

49Aux abords de l’entrée du Bassin d’Arcachon, les rivages sont soumis à la fois aux influences océaniques et à la dynamique complexe du système des passes.

Fig. 17 – Les abords du Bassin d’Arcachon

  • 6 MANAUD, 1971 ; TERS, 1973 ; ORGERON, 1974 ; LEGIGAN, 1979 ; PENIN, 1979 ; GASSIAT, 1989 ; BABIN, 1 (...)

50Ce qui était au début de notre ère l’embouchure de la Leyre s’est progressivement transformé pour former la vaste lagune que nous connaissons aujourd’hui. J.-M. Bouchet (1968) a, le premier, schématisé l’évolution historique du Bassin d’Arcachon. Ses travaux ont été complétés par différents auteurs6, parmi lesquels F. Manaud (1971), à qui nous emprunterons les schémas synthétiques présentés dans la figure 18, et qui résument les principales évolutions holocènes.

51Au début de notre ère, l’axe d’écoulement principal de la Leyre était orienté NW/SE. Le développement de la flèche du Cap-Ferret, favorisé par l’action de la dérive littorale N/S, a provoqué le basculement de l’exutoire vers le sud, accompagné d’une rotation antihoraire de 130° des chenaux de l’embouchure.

Fig. 18 – Évolution historique du Bassin d’Arcachon (d’après Manaud, 1971)

52La comparaison de la situation actuelle avec la carte de Masse (1708) montre une grande similitude des formes générales, et depuis cette époque, la progression vers le sud de la pointe du Cap-Ferret et les modifications cycliques de la zone des passes sont bien les deux facteurs essentiels influant sur les littoraux adjacents.

— L’allongement de la pointe du Cap-Ferret7

  • 7 Il s’agit ici de l’allongement global depuis plus de deux siècles. Depuis une dizaine d’années, on (...)

53La dérive littorale, de l’ordre de 500 000 m3 dans ce secteur, orientée du Nord vers le Sud, a permis à la flèche de progresser vers le sud de plus de 3 km depuis deux siècles. Cette progression est irrégulière, entrecoupée de phases de recul, et accompagnée de changements morphologiques importants (fig. 19).

54Malgré les quelques divergences liées à l’imprécision de certaines mesures ainsi qu’à la localisation non similaire des points de référence, les mesures collectées par différents auteurs s’accordent à montrer une phase d’avancée très rapide entre 1768 et 1825 (plus de 4 km), suivie d’un recul de plus de 2 km entre 1825 et 1864. Depuis un siècle les épisodes successifs de progression et de régression se soldent par une avancée globale d’environ 700 m. Les trente dernières années montrent un recul de la pointe de plus de 200 m.

Fig. 19 – Évolution de la flèche du Cap-Ferret de 1768 à 1979
▲ P = phare ▲ S = sémaphore (d’après Gassiat 1989, modifié)

— Le cycle d’évolution des passes

55Le sable transporté par la dérive littorale est à l’origine de l’instabilité des chenaux d’accès au Bassin d’Arcachon. Différents travaux montrent que la morphologie des passes évolue selon un cycle de 60 à 80 ans et Gassiat divise ce cycle de manière schématique en trois grands stades :

  • la phase A est caractérisée par deux passes extérieures d’inégale importance, soudées à leur sommet ou reliées par un chenal intermédiaire. Cette situation a été celle des années 1826, 1905, 1923,1985-1988 ;
  • la phase B présente une seule passe en position sud ; on la rencontre en 1854, de 1945 à 1948, en 1965 et 1979 ;
  • la phase C montre deux passes bien individualisées ; elle correspond à la situation de 1896 et de 1936.

56La morphologie actuelle des chenaux laisse à penser que l’on se situe aujourd’hui à l’amorce d’un nouveau cycle d’évolution. La passe sud est devenue impraticable. Trop ensablée, elle est interdite à la navigation depuis le mois de mai 1997. La passe nord est partiellement obstruée par une barre sableuse sous-marine dans sa partie la plus externe, rendant les accès particulièrement dangereux.

57L’instabilité de la position des chenaux de sortie modifie de manière très significative les littoraux adjacents. L’érosion de la côte sud a ainsi conduit, depuis le XIXe siècle, à l’édification d’ouvrages de défense de Pereire au Pyla pour protéger la station balnéaire récente. Dans ce secteur, le recul de la côte est masqué par les ouvrages de défense, mais se manifeste par le déplacement vers l’est du talus du chenal.

58Depuis près de trois siècles, la tendance générale est au recul, plus ou moins important selon les secteurs et les périodes, mais soulignant toujours la très grande vulnérabilité de ce littoral.

59Au sud de la dune du Pyla, l’évolution est directement liée à l’orientation de la passe sud, qui longe le littoral et par la migration du banc du Pineau qui atterrit périodiquement sur la côte de la Pointe d’Arcachon.

60La comparaison de différentes cartes datant de 1825 à 1966, réalisée par l’IFREMER, montre que si l’ampleur du recul décroît du nord vers le sud entre 1825 et 1864 (-260 m au niveau de la dune du Pyla, -110 m aux Gaillouneys), elle augmente entre 1864 et 1966 entre la dune du Pyla (-260 m) et les Gaillouneys (-890 m), en même temps que le talus se raidit. C’est au niveau de la pointe d’Arcachon que le recul est le plus important : près de 1,5 km entre 1825 et 1966, mais aussi plus de 200 m entre 1985 et 1994. Au sud de la pointe, la régression se fait moins intense ; elle est même nulle autour du wharf de la Salie jusqu’en 1966. Depuis 1985, une importante sédimentation a même été observée, atteignant 285 m entre 1985 et 1994.

3. Les embouchures de l’Adour

61Depuis le début des temps historiques, l’Adour a difficilement trouvé son exutoire et ses divagations ont profondément marqué la géographie physique et humaine du littoral sud des Landes.

62Son débouché primitif, il y a environ 80 000 ans, peut être situé un peu au nord de Bayonne, à quelques kilomètres à l’ouest de son confluent avec la Nive. Cependant, la remontée du niveau marin et l’édification du cordon dunaire sous l’action de la dérive littorale Nord-Sud ont conduit à l’édification d’une flèche déviant le débouché vers le sud, comme au Cap-Ferret par exemple. Mais, lorsque le développement de la flèche est plus rapide que son érosion par les courants de marée, ce qui fut le cas à maintes reprises, l’embouchure est obstruée et la zone basse en arrière du cordon dunaire ennoyée.

63Cette plaine inondée constitue le nouveau lit du fleuve qui cherche alors un nouvel exutoire. C’est ainsi que Bayonne, Capbreton et même Vieux-Boucau plus au nord ont accueilli tour à tour l’embouchure de l’Adour, chaque fois ensablée, chaque fois déplacée (fig. 21).

Fig. 20 – Le littoral des embouchures de l’Adour

  • 8 On pourra lire à ce sujet DUFFART (1897), BUFFAULT (1908), SAINT-JOURS (1921. 1929), DERANCOURT (1 (...)

64L’histoire mouvementée des pérégrinations du fleuve et les péripéties de la fixation du débouché en mer en 1578 à Bayonne par Louis de Foix ont été maintes fois évoquées8. Nous n’y reviendrons pas pour nous attacher simplement à la description des évolutions des deux sites principaux de l’embouchure : Capbreton et Bayonne. « Après que Bayonne ait volé l’Adour à Capbreton » selon les uns, « après que le fleuve ait retrouvé son embouchure naturelle » selon les autres, les travaux n’ont jamais vraiment cessé pour maintenir des ouvertures en mer avec des conséquences très sensibles sur les littoraux adjacents.

Fig. 21 – Le lit ancien de l’Adour (d’après Duffart, 1897 et Cuzacq, 1930, modifié)

— Capbreton

65La proximité des eaux calmes du Gouf semblait faire de Capbreton le meilleur site de fixation de l’Adour. L’histoire en a décidé autrement mais certains n’ont pas hésité à qualifier ce choix de « préjudice à la navigation, car l’entrée de Capbreton offrait une sécurité que ne put jamais offrir l’entrée de Bayonne » (Duffart, 1897).

66Au siècle dernier, un ancien bras du fleuve, appelé Boudigau et Boucarot dans sa partie terminale, courait toujours dans la zone prélittorale, « traçait des méandres et son embouchure variait d’emplacement suivant les marées et l’intensité plus ou moins grande des tempêtes, avec une tendance à se déplacer vers le sud commune à tous les étangs landais » (Crouzet, 1858, cité par Cassou-Mounat, 1975). L’ancienne embouchure, très envasée, était envahie à chaque marée jusqu’à son redressement du Second Empire. L’endiguement du chenal et l’édification de la dune littorale de part et d’autre du débouché ont permis l’assèchement de cette zone, très rapidement urbanisée. Il y a un peu plus de 100 ans, le littoral de Capbreton-Hossegor apparaissait quasiment rectiligne, attestant du comblement de la zone auparavant envahie par les hautes mers.

67Jusqu’au milieu des armées 1970, les aménagements se sont succédés pour améliorer les conditions de navigation dans le chenal d’accès au port de Capbreton et défendre les fronts de mer. Les évolutions récentes du rivage leur sont directement liées. La figure 22 montre la physionomie actuelle du rivage aux alentours immédiats de l’embouchure.

  • 9 En 2001, ce projet est revenu à l’ordre du jour. Alors que la digue nord bloque près de 100 000 m3(...)

68L’impact de la digue nord, prolongée en 1974, est spectaculaire. Depuis plus de 20 ans, les plages Notre-Dame et d’Hossegor progressent devant les immeubles menacés par l’érosion quelques années auparavant. Les plages du sud, en revanche, privées d’apports sédimentaires, auraient disparu si elles n’étaient artificiellement rechargées. Chaque année, avant la saison touristique, 15 000 m3 de sable prélevés au nord de la digue sont transportés par camion et déversés sur la plage centrale. Un projet de « by-pass » avait pourtant été proposé par le LCHF en 1986. Jugé trop onéreux, il a été rejeté par la commune9.

69Actuellement, le décalage entre les rivages qui entourent la jetée est d’environ 200 mètres, alors qu’il était nul en 1967, quand les ouvrages ne s’avançaient pas en mer. Les petits fonds marins suivent la même évolution. Au sud, la fosse de lévigation (-3 m) n’était, en 1985, qu’à 50 m à peine du musoir des épis de défense du CERS (LCHF, 1986) alors que le bas estran s’est relevé de 2 m environ devant les immeubles d’Hossegor entre 1974 et 1985. La plage nord est même arrivée à saturation depuis 1980, puisqu’elle « déborde » dans le chenal dont l’entretien permanent par dragage est devenu nécessaire. Au sud du CERS (ancien Préventorium), la côte décroche et le recul a atteint 3 à 4 m/an en moyenne depuis une dizaine d’années.

Fig. 22 – Schéma des aménagements des abords de l’embouchure du Boucarot à Capbreton (d’après DDE Landes, 1991, modifié)

70Tout ceci n’est que l’illustration d’un classique « effet d’épi », bloquant la dérive littorale N/S et conduisant à l’accumulation de sédiments au nord de l’ouvrage alors que les plages du sud démaigrissent.

71En outre, le rôle du Gouf de Capbreton ne doit pas être négligé. Duplantier (1976) a montré comment il modifie les caractéristiques des houles et Froidefond (1985) comment il piège une partie des sédiments transportés par la dérive littorale. Cette disparition des sables est, semble-t-il, plus importante encore depuis la construction de la digue nord, détournant vers le large les bancs qui transitent devant l’embouchure. En effet, les sondages effectués par le LCHF en 1985 ont permis de constater une sédimentation importante de la tête du Gouf entre 1977 et 1985, estimée à 400 000 m3 environ. Compte tenu du volume de sédiments directement « aspirés » par le Gouf, la SOGREAH (1984) a pu chiffrer ce blocage de la façon suivante :

72Si on estime à environ 300 000 m3 le volume de sédiments transportés annuellement du nord vers le sud au niveau d’Hossegor :

  • la digue nord en arrêterait 100 000 m3/an ;
  • 100 000 m3 disparaîtraient dans le Gouf ;
  • 100 000 m3 continueraient leur cheminement vers le sud après l’embouchure du Boucarot.

73Au sud de Capbreton, le stock semble donc minimal, comme en témoigne la quasi disparition des bancs intertidaux et des baïnes, pourtant très développés au nord. Dans ce secteur, le massif dunaire est peu profond, guère plus de 150 m de largeur en moyenne, contrarié lors de sa formation par les divagations de l’Adour. Le suivi des profils entre 1990 et 1995, réalisé par l’ONF, montre un net recul du cordon au sud de Capbreton, des variations très faibles à Labenne et un engraissement de l’avant plage plus au sud.

— Bayonne

74Depuis 1578 les travaux se sont succédés pour améliorer les conditions de navigation dans le chenal d’accès au port, pour lutter contre la dangereuse barre sableuse qui tend à obstruer le débouché en mer (fig. 23).

75En 1862, l’abbé Pujol, ardent partisan de la création d’un port à Capbreton, pouvait écrire : « depuis plus de trois siècles, Bayonne expie les erreurs d’un valet de chambre de Henri III, Louis de Foix […] Les millions s’ajoutent aux millions, les ingénieurs succèdent aux ingénieurs, les systèmes remplacent les systèmes ; la barre se dresse toujours devant l’Adour, formidable et infranchissable ».

76En 2003, on pourrait tout aussi bien reprendre cette diatribe en n’en changeant que les premiers mots, car c’est maintenant « depuis plus de quatre siècles …..».

Fig. 23 – Chronologie des aménagements de l’embouchure de l’Adour dans Catalogue sédimentologique des côtes françaises - Côtes de la Manche et de l’Atlantique (de la baie du Mont-Saint-Michel à la frontière espagnole) du Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF), Collection des ouvrages de la R & D d’Électricité de France coédité avec les Éditions Eyrolles.

77Les ouvrages édifiés depuis la digue de Louis de Foix, associés aux dragages, ont permis de maintenir le chenal navigable, mais au prix de modifications conséquentes des littoraux adjacents. Les quelques kilomètres qui séparent l’Adour de la Pointe Saint Martin ont ainsi été progressivement privés des apports possibles de la dérive littorale N-S. Simultanément, l’approfondissement des fonds côtiers ne permet plus les échanges sédimentaires de part et d’autre de la Pointe Saint Martin (BRGM/IFREMER 1999).

78L’évolution du littoral et des petits fonds de l’Adour a donné lieu à un grand nombre de rapports, d’études, d’expertises, auxquels nous emprunterons les éléments de la (très) rapide synthèse proposée ici.

79Les sondages réalisés par le SHOM en 1898, 1912 et 1953 montrent un recul de la laisse de pleine mer de 0,7 à 0,8 m/an pour l’ensemble de la zone et de la période. Entre 1931 et 1954, le recul a atteint 3 m/an au niveau des Sables d’Or, de 1952 à 1963, il était de 3 à 4 m/an sur plus de 2 km au sud de l’embouchure et de 6,5 m/an au nord de celle-ci.

80Les extractions de sable et de madrague près de l’Adour, et leur rejet au large, semblent directement responsables de l’érosion des petits fonds qui se sont creusés de 1 à 2 m, parfois plus, de 1826 à 1953. La régression des plages a naturellement suivi le surcreusement des fonds puisque les vagues ne sont plus freinées par les barres sableuses et peuvent donc attaquer plus énergiquement l’estran. En revanche, on remarque pendant cette période des dépôts de 3 à 5 m au niveau de l’embouchure.

81Après la construction de la digue nord, en 1963, alors que les produits de dragage étaient toujours déposés au large, le littoral a avancé au nord de l’Adour et dans la zone d’ombre de la digue. Plus au sud, la côte a reculé de 40 m pendant ces 10 ans. Entre 1973 et 1975, la partie urbanisée méridionale a été considérablement endommagée : dégradation de l’ancienne route littorale, disparition complète de la plage et déchaussement des ouvrages de front de mer des Sables d’Or, destruction des parkings devant le VVF dont l’immeuble principal apparaissait très menacé. À cette époque, la perte annuelle de sédiments était estimée à 150 m3/ml/an et le recul du trait de côte pouvait atteindre dans certains points 10 à 15 m/an (STCPMVN, 1998).

82Depuis 1974, les sédiments dragués dans le chenal sont déversés dans les petits fonds actifs (-5 à -7 m) et un certain nombre d’ouvrages ont été construits. Une protection longitudinale venant défendre la zone urbanisée du sud, assortie d’une batterie d’épis tout d’abord, la digue sud ensuite, les enrochements de la plage des Cavaliers enfin (fig. 24).

Fig. 24 – Les abords de l’embouchure de l’Adour

83Au cours des années 80, l’érosion a été modérée au droit de la zone urbanisée, alors que la Côte Sauvage conservait une évolution préoccupante. Aujourd’hui son haut de plage se trouve en retrait du secteur protégé au sud. La plage de la Barre a semblé retrouver une certaine stabilité, du moins jusqu’au début des années 90, où de violentes tempêtes ont déchaussé la promenade installée sur les blockhaus.

84Au nord de l’embouchure, l’érosion est constante jusqu’en 1971, date d’arrêt des extractions sur l’estran, quasiment nulle depuis.

85L’avenir de ce secteur reste, et restera préoccupante. Bien qu’ayant fait l’objet de nombreuses études, les échanges sédimentaires très complexes y sont encore mal connus. Les mouvements dans le profil, en particulier, semblent avoir été sous estimés par rapport au transit littoral (Desurmont, 1995).

86En tout état de cause, l’évolution des abords de l’Adour n’a plus rien de naturel. Elle n’est que la conséquence des multiples interventions humaines pour maintenir l’embouchure voulue par Louis de Foix.

C — La côte ouverte

87Les deux ensembles considérés ici – le littoral girondin de la Pointe de la Négade à la flèche du Cap-Ferret d’une part, la côte landaise de Biscarrosse à Hossegor d’autre part — ont connu des évolutions beaucoup moins spectaculaires que les secteurs précédemment décrits.

1. Le littoral girondin de la Pointe de la Négade à la flèche du Cap-Ferret

88De la Pointe de la Négade au Cap Ferret, le littoral girondin est aujourd’hui continu, lissé par les courants côtiers depuis le début de notre ère. Seule la dépression du Gurp vient infléchir la rectitude de ces 120 km de côte.

89De nombreux affleurements de paléosols, observés par Buffault (1929) prouvent que le littoral était anciennement situé à l’ouest de sa ligne actuelle. Les cartes anciennes montrent effectivement un littoral fort différent de celui que nous connaissons actuellement.

90À l’époque Gallo-Romaine, la ligne de rivage était beaucoup plus à l’ouest, profondément entaillée par les embouchures de quelques fleuves côtiers aujourd’hui disparus (fig. 26, A).

Fig. 25 – Le littoral girondin de la Pointe de la Négade à la Flèche du Cap-Ferret

91Le recul du littoral et l’édification de la barrière dunaire, en fermant les estuaires, ont créé les lacs et marais de l’arrière-pays, sans issue directe vers l’océan depuis le XVIIe siècle (fig. 26, B).

  • 10 Toutefois, en 1770, un guide de navigation évoque la « petite rivière d’Anchise », à mi-chemin ent (...)

92La rivière d’Anchise, qui débouchait au niveau du Gurp, fut vraisemblablement la dernière à se fermer, mais au tournant du siècle Masse put parcourir la côte pour ses levés de 1688 à 1723 sans rencontrer « sur toute cette étendue un port, une rade, un ruisseau, un arbre ; 19 lieues de rivage sans une maison et sans point remarquable, à l’exception de la ville de Soulac » (Masse, 1715)10.

Fig. 26 – Le littoral médocain à l’époque Gallo-Romaine (A) et au Moyen Âge (B) (in Ribatet, 1996)

93L’anse du Gurp est donc le seul secteur présentant quelques caractéristiques originales sur cette centaine de kilomètres de côte pratiquement rectiligne. Le comblement de l’ancien bras de la Gironde qui débouchait à ce niveau a mis en place des graviers et argiles d’origine fluviatile, reposant sur un niveau d’argile (argile du Gurp) (Dubreuilh, 1971). Ces dépôts se présentent actuellement sous la forme d’une falaise de 7 à 8 m de hauteur, sur laquelle les dunes littorales sont perchées. Cette discontinuité est à l’origine de la discrétion des variations morphologiques saisonnières de la plage, au contraire de ce que l’on peut observer dans les systèmes solidaires qui bordent l’ensemble des rivages aquitains (Howa, 1987).

94On ne dispose de relevés fiables que depuis le début du XIXe siècle, avec notamment la carte de Beautemps-Beaupré, mais aussi grâce à des observations ponctuelles sur des secteurs géographiquement limités.

95Si la tendance générale est bien à la régression, celle-ci est loin d’être uniforme.

96Les comparaisons des cartes de Beautemps-Beaupré (1825) et de l’IGN (1966), puis de cette dernière avec les relevés de terrain de 1998, permettent de définir les tendances de l’évolution du littoral pendant la plus longue période accessible actuellement. Cette étude, réalisée par l’IFREMER/BRGM et dont la figure 27 présente la synthèse pour le littoral girondin, nous conduit à distinguer trois ensembles :

971. De la Pointe de la Négade au nord de Montalivet, le recul est relativement faible (50 à 140 m pendant 173 ans, hormis la pointe elle-même qui a perdu plus de 200 m au cours de cette période).

98Le secteur le plus stable à cette échelle est celui de l’anse du Gurp où l’érosion est inférieure à 60 m. Cependant, cette relative stabilité du trait de côte a été accompagnée, depuis 1860 tout du moins, de phases d’ensablement et de déblaiement de la plage, recouvrant ou laissant apparaître les dépôts anciens formant la falaise (Fabre, 1939).

99Pour la période la plus récente, Flowa (1987) note qu’entre 1957 et 1982, le recul moyen est de 2 m/an et que les falaises sablo-argileuses se détruisent inexorablement. Au cours de cette même période, le LCHF observe la succession d’une zone en érosion et d’une zone en sédimentation probablement expliquée par le passage d’un banc sableux.

100Il s’agirait alors d’un exemple d’évolution à court terme s’inscrivant dans le processus à long terme de régression généralisée de la côte ;

1012. De Montalivet à Lacanau, la régression est beaucoup plus marquée et affecte l’ensemble du secteur.

102Sur cette longue période, elle est bien souvent supérieure à 150 m pour atteindre un maximum de 220 m au Pin Sec.

103Si l’on oublie les chiffres avancés par Buffault (1942) pour la zone de Vendays et qui paraissent excessifs, les vitesses d’érosion calculées par les différents auteurs semblent cohérentes sur l’ensemble de la période puisqu’elles oscillent entre 1 et 2 m/an. On observe toutefois depuis deux siècles des phases et des secteurs de relative accalmie (0,3 m/an à Hourtin entre 1952 et 1957 par exemple).

104On peut enfin noter que le recul du front de mer de Lacanau est contrôlé par des ouvrages depuis 1981-1982, celui de Montalivet de façon plus modeste mais beaucoup plus ancienne. Protégée de l’énergie des houles par des affleurements rocheux au large et sur l’estran par une assise d’argile verte, la plage de Montalivet a néanmoins été fortement attaquée par les tempêtes de 1994 et de 1999 ; les pieux de protection implantés le long de la plage ont ainsi été dégarnis sur une hauteur de 1,5 à 2 m ;

Fig. 27 – Évolution du trait de côte du littoral girondin de la Pointe de la Négade à la Flèche du Cap Ferret entre 1825 et 1998 (d’après les données du BRGM/IFREMER, 1999)

1053. Au sud de Lacanau, le rivage est globalement en accrétion, quoique de façon modeste et très irrégulière.

106C’est au Grand Crohot que l’avancée est la plus grande.

107Toutefois, ce gain de 120 m en un siècle et demi ne se confirme pas dans la période récente (-45 m entre 1957 et 1991).

108La progression des autres secteurs a rarement dépassé 50 m, et quelques sites ont légèrement régressé. Les mesures des 20 dernières années montrent un recul général dont la vitesse est comprise entre 0,8 et 1,4 m/an.

109Au sud du Truc Vert, les modifications observables sont beaucoup plus importantes ; elles sont liées aux fluctuations de la flèche du Cap Ferret que nous avons exposées précédemment.

2. Le littoral landais de Biscarrosse à Hossegor

  • 11 Le terme de « courant » est employé localement pour désigner les cours d’eau qui relient les étang (...)

110Tout aussi rectiligne que son voisin, le littoral landais, est entaillé par les embouchures des courants qui drainent les eaux des étangs côtiers11.

111Il nous faut donc examiner séparément les abords des débouchés, dont trois sur quatre sont canalisés et ont attiré l’urbanisation, du reste du littoral, rectiligne et quasiment désert, hormis Biscarrosse et dans une moindre mesure Saint-Girons et le Cap de l’Homy.

112En dehors de quelques études ponctuelles concernant les embouchures des courants, ces 120 km de rivages sont sûrement les moins étudiés de toute la côte aquitaine. Il faut chercher ce manque d’intérêt dans la réputation de relative stabilité de la côte et dans la considérable maîtrise foncière de l’État qui a contenu l’extension de l’urbanisation, et par là les perturbations anthropiques, minorant ainsi les enjeux de l’aménagement.

  • 12 BUFFAULT, 1942 ; MIACA, 1985 ; SOGREAH, 1992 ; GÉOMARINE, 1996.
  • 13 ONF pour 1990-1995/96.

113Les éléments de la synthèse proposée seront donc ici tirés essentiellement des rapports du LCHF (1987) et du BRGM/IFREMER (1999) qui concernent l’ensemble du littoral aquitain sur une longue période, et de quelques études plus ponctuelles12 ou portant sur quelques années récentes13.

Fig. 28 – Le littoral landais

— Les abords des courants landais

114La transgression holocène qui a permis la formation des dunes modernes a fermé les embouchures des petits fleuves landais, donnant ainsi naissance au chapelet d’étangs côtiers que nous connaissons aujourd’hui.

115Seuls les plans d’eau septentrionaux, Biscarrosse et Parentis, n’ont pas d’exutoire direct puisqu’ils s’écoulent l’un dans l’autre et, par l’intermédiaire du petit étang d’Aureilhan, rejoignent l’océan à Mimizan.

116Plus au sud, le courant de Contis recevait les eaux de l’étang de Saint-Julien, aujourd’hui asséché.

117Le courant d’Huchet draine les eaux du lac de Léon et Vieux Boucau est devenu l’exutoire de l’étang de Soustons, après avoir accueilli pendant un temps l’embouchure de l’Adour (fig. 29).

Fig. 29 – Système hydrographique et étangs du littoral Aquitain (Wagon, 1987, d’après Enjalbert, 1961, modifié)
Avec l’aimable autorisation des Éditions Arts Graphiques d’Aquitaine

118Les cartes de Cassini (1766-1784), Belleyme (1786-1788) ainsi que le Plan Général des dunes de Gascogne de Dumont (1822) montrent que le parcours terminal de ces cours d’eau longeait la côte sur plusieurs kilomètres avant de trouver l’océan.

  • 14 BOELLMAN (1975) a estimé les débits d’étiage du courant de Mimizan à 2,5 m3/s en été et à 49 m3/s (...)

119Cette déviation est bien sûr la conséquence de l’obstruction des embouchures par les sables apportés par la dérive littorale, reportant toujours plus au sud l’accès possible à l’océan. Avec l’allongement du courant qui divague dans la lette prélittorale, la pente du cours aval diminue et avec elle la vitesse du flot et sa puissance érosive. Il ne parvient plus alors à dégager son embouchure envahie par les bancs de sable, principalement en été lorsque le débit s’effondre14.

120Trois des quatre courants (Mimizan, Contis et Soustons) ont été redressés au siècle dernier, et leur embouchure fixée par des digues plus ou moins saillantes en mer.

121Seul le courant d’Huchet n’a pas bénéficié de la frénésie d’aménagement du Second Empire et demeure aujourd’hui encore proche de cet « état de nature » revenu au goût du jour.

. Contis

  • 15 Sur l’importance du cabotage sur le littoral gascon, voir BERNARD (1968), HUETZ de LEMPS (1975) et (...)

122Si l’ouverture en mer du courant de Contis a longtemps été suffisante pour permettre le passage de quelques barques chargées de charbon et de résineux, ses errements ne permettaient plus l’accès à l’Océan dès la seconde moitié du XVIIIe siècle15.

  • 16 En 1881, le courant de Contis rejoignait l’océan près du poste de douane de Lit, à 7 km au sud de (...)

123Après quelques essais infructueux vers 1801/1803, le tracé du cours d’eau a été redressé et son embouchure fixée à son emplacement actuel en 192016. L’entretien constant que les digues exigent n’ayant pas toujours été au rendez-vous, le courant est sorti de son lit à plusieurs reprises. Ses dernières échappées datent de 1950, où il s’est faufilé vers le sud, dans la lette domaniale et de 2000, où il a envahi la plage sud.

  • 17 En 2000, le courant s’est échappé vers le sud.

124Aujourd’hui, l’état préoccupant des ouvrages reconstruits en 1958 et 1968 laisse présager un comblement du chenal et de nouvelles divagations17. Le décalage N/S du trait de côte, observé par le LCHF en 1972 (fig. 30), a en effet été presque entièrement lissé depuis que la digue nord est redevenue totalement perméable.

. Mimizan

125Le courant de Mimizan, quant à lui, fut redressé en 1870 et fixé par une jetée de 250 m.

126Sa physionomie actuelle date d’une trentaine d’années. Les ouvrages qui encadrent le débouché, peu saillants, ont un impact très faible sur le transit sédimentaire. On n’observe en effet quasiment aucun décalage entre les traits de côte de part et d’autre du débouché.

  • 18 Notons toutefois, la valeur de -1 m avancée par la MIACA (1988) semble assez peu fiable puisque re (...)

127Globalement, depuis plus de deux siècles, les variations de la ligne de rivage sont ici assez faibles : de -1 à +0,3 m selon les auteurs18.

Fig. 30 – Les variations du trait de côte aux abords de l’embouchure du courant de Contis entre 1946 et 1972 dans Catalogue sédimentologique des côtes françaises – Côtes de la Manche et de l’Atlantique (de la baie du Mont-Saint-Michel à la frontière espagnole) du Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF), Collection des ouvrages de la R & D d’Électricité de France coédité avec les Éditions Eyrolles.

. Le courant d’Huchet

128Si, au Moyen Âge, les pèlerins de Compostelle accostaient à Maa, le courant étant orienté E/O, sa déviation en porte aujourd’hui l’embouchure à plus de 3 km vers le sud, après un cheminement très pittoresque dans la lette prélittorale (photo 4).

129Dès le début du XIXe siècle, plusieurs chantiers se sont succédés pour tenter d’empêcher ces divagations mais le boucau créé se bouche régulièrement, anéantissant les efforts consentis par les communes voisines.

130Après 1850 et la fixation des dunes, les eaux s’écoulent entre la dune nouvellement exhaussée et la forêt de production quand le gouvernement décide la fixation de tous les courants landais. Ces travaux, débutés à Mimizan et à Contis, n’atteindront jamais Huchet. La guerre de 1870 et « la situation des finances publiques » ont conduit à l’abandon du projet et laissé le courant à ses divagations naturelles.

Photo 4 – Le cheminement du courant d’Huchet (Landes)
© Photo Guelfi

131De nouveaux projets voient le jour en 1910, interrompus par une autre guerre, repris en 1935, abandonnés pour les mêmes raisons. Considérant qu’il y avait un danger de débarquement à Moliets, l’occupant allemand entreprend en 1942 la construction d’une digue à l’embouchure, faite de blocs de béton. La Libération interrompt les travaux de la digue qui, jamais terminée, sera emportée par la mer.

132Depuis lors, différentes solutions de fixation ont été envisagées, construction d’une puissante digue et d’épis à l’époque de la MIACA, épaulement du coude terminal plus tardivement, sans vraiment convaincre les bailleurs de fonds et la municipalité de Moliets est toujours à la recherche du financement de ses projets. Régulièrement la presse se fait l’écho des dégradations de la dune au sud de l’embouchure, menaçant plus ou moins directement les nouveaux équipements touristiques de Moliets, en particulier les trous les plus à l’ouest de son parcours de golf et qui sont les plus pittoresques puisque installés sur l’avant-dune !

. Le courant de Soustons – Vieux-Boucau

133Longtemps après avoir accueilli le débouché de l’Adour, Vieux-Boucau et Soustons sont aujourd’hui réunis pour former le nouveau site de Port d’Albret, créé par la MIACA dans les années soixante à l’embouchure du courant.

134Si l’on observe, à l’échelle séculaire, une légère régression de la côte, la modestie du recul jusqu’à la construction des ouvrages qui encadrent le courant (0,3 à 0,5 m/an) et la stabilité du trait de côte depuis une trentaine d’années permettent de classer ce secteur dans la zone de stabilité relative du littoral centro-landais.

— La côte landaise

135À l’inverse du littoral girondin, le rivage landais de Biscarrosse à Vieux-Boucau apparaît globalement stable ou en accrétion depuis plus d’un siècle.

136La comparaison cartographique réalisée par le BRGM/IFREMER montre ainsi, pour la période 1825-1998 :

  • une avancée du trait de côte entre la Salie et Mimizan ;
  • une zone de légère érosion de Mimizan à Saint-Girons ;
  • une accrétion modérée de Saint-Girons à Moliets ;
  • un secteur de stabilité relative entre Vieux-Boucau et Hossegor. (fig. 31).

137En ce qui concerne les trois dernières décennies, l’évolution semble irrégulière, avec des secteurs en progression (de Biscarrosse à Mimizan, de Vieux-Boucau à Capbreton), alternant avec des zones en recul (nord de Biscarrosse, de Mimizan à Saint-Girons, au nord de Vieux-Boucau), (BRGM/IFREMER, 1999).

138L’ensemble des mesures récoltées montre que si, en résultante, la côte Aquitaine recule globalement depuis plus d’un siècle et demi :

  • tous les secteurs ne régressent pas. Certains, dont une bonne partie des Landes, ont même progressé ou sont demeurés stables ;
  • l’érosion ne touche pas aussi intensément toutes les zones. Les plus évolutives étant les zones d’embouchures (pointe de Grave, entrée du Bassin d’Arcachon, débouchés de l’Adour à Bayonne et à Capbreton).

139Si l’on considère les trois dernières décennies, cette tendance se confirme quoique les zones auparavant plus ou moins stables semblent en régression (sud de la Gironde du Porge au Cap-Ferret, centre des Landes de Mimizan à Vieux-Boucau). Dans certains secteurs le trait de côte, fixé par les défenses, n’évolue plus (pointe de Grave, front de mer de Lacanau, le Pyla…) sans que l’on puisse dire que l’érosion a cessé.

Fig. 31 – Évolution du trait de côte du littoral landais de Biscarrosse à Hossegor entre 1825 et 1998 (d’après les données du BRGM/IFREMER, 1999)

140Elle est souvent simplement masquée par les ouvrages, comme en témoigne le raidissement des profils de plage ou même, comme au Moulleau, la disparition de l’estran.

141L’attention se porte nécessairement vers les rivages urbanisés, aussi attractifs que vulnérables.

142C’est bien sûr leur évolution future qui préoccupe les aménageurs. Jusqu’à quand, jusqu’où, le rivage va-t-il reculer ? Peut-on espérer une inversion de la tendance, ou du moins son ralentissement ? Telles sont les questions régulièrement posées aux scientifiques. La possibilité d’établir une cartographie prospective de l’évolution des côtes est alors évoquée et des projections ont été réalisées aux USA, aux Pays-Bas, mais aussi en France.

143Il faut bien reconnaître cependant que la connaissance des multiples facteurs intervenant dans les processus d’érosion et de leurs interactions, base indispensable pour avancer des prédictions fiables, est encore très imparfaite.

144Si les mécanismes qui affectent la plage aérienne et la dune commencent à être relativement bien connus, les mouvements sédimentaires dans les petits fonds côtiers nous échappent encore. Des équipes de physiciens, géologues, géomorphologues, s’appliquent à comprendre les processus intimes de chacun des compartiments.

145Cependant, à supposer que Ton parvienne à saisir le fonctionnement de chaque partie, l’extrême complexité du système d’ensemble diminue la fiabilité des possibles modélisations. En effet, l’évolution non linéaire de la majorité des processus naturels, leur sensibilité aux conditions initiales, rend impossible la prédiction à long terme de leur comportement.

146La démonstration de cette impossibilité a été donnée en 1963 par E.-N. Lorenz, au sujet de l’évolution de l’atmosphère, puis identifiée sous le nom de théorie du chaos par J. Yorke.

147A. Dauphine (1995) nuance pourtant cette idée en soulignant que « cette imprévisibilité du comportement n’est valable que pour le long terme, lorsque le temps t tend vers l’infini, la prévision est d’autant plus vite erronée que le système est plus sensible aux conditions initiales ». La reconnaissance du chaos déterministe dans le comportement des systèmes naturels et humains doit se traduire dans la pratique de gestion et « si les outils de gestion de l’environnement ignorent souvent une des conditions du chaos, la non-linéarité des interactions… cela ne condamne pas ces outils, mais nous enseigne que leur efficacité reste relative » (Dauphine, 1996).

148L’approche généralement adoptée repose donc plus pragmatiquement sur des extrapolations à partir des données recueillies depuis un peu plus d’un siècle. Cette échelle de temps est en effet la plus riche d’enseignements et la plus significative : des documents cartographiques nombreux, une période suffisamment longue pour avoir connu de violentes tempêtes, des interventions humaines visibles (Paskoff, 1996).

149En Aquitaine, ce raisonnement a été suivi par J. Lorin (1986) pour identifier les wagons sédimentaires et par M.-C. Prat et J.-N. Salomon (1996) qui en ont prédit l’évolution à l’échéance d’une quinzaine d’années. C’est également cette méthode qui a permis au LARAG/SOGREAH (1997) de dessiner les cartes, pour le moins audacieuses, de l’évolution future du trait de côte et de l’abrupt dunaire sur le littoral girondin d’ici 20 et 100 ans. Cette étude répondait à la demande de cartographie prospective nécessaire à l’élaboration des Plans de Prévention des Risques Littoraux, nous y reviendrons plus loin.

Notes

1 HOWA, 1987 ; PEDREROS 1994 ; AUBIE, 1996 ; RIBATET, 1996 ; d’études de l’ONF, du PAB, du LARAG - SOGREAH (1997).

2 L’évolution de la consistance du DPM est développée dans La gestion de l’érosion du littoral dunaire aquitain, CLUS-AUBY, 2000.

3 Du moins en l’état actuel des choses. Les développements de la télédétection devraient prochainement permettre d’étendre le champ d’observation aux petits fonds marins.

4 Les pages qui suivent présentent un résumé très succinct des mesures disponibles. Plus de détails, et en particulier des tableaux récapitulatifs de l’ensemble des éléments récoltés, peuvent être consultés dans La gestion de l’érosion du littoral dunaire aquitain, CLUS-AUBY, 2000.

5 La carte de LÉVÊQUE indique même un recul d’environ 1 000 m en 13 ans (1785-1798).

6 MANAUD, 1971 ; TERS, 1973 ; ORGERON, 1974 ; LEGIGAN, 1979 ; PENIN, 1979 ; GASSIAT, 1989 ; BABIN, 1990.

7 Il s’agit ici de l’allongement global depuis plus de deux siècles. Depuis une dizaine d’années, on peut constater une régression de la pointe.

8 On pourra lire à ce sujet DUFFART (1897), BUFFAULT (1908), SAINT-JOURS (1921. 1929), DERANCOURT (1935), CASSOU-MOUNAT (1975), ainsi que les Actes du colloque réuni à Bayonne en 1978 à l’occasion du IVe centenaire du détournement du fleuve.

9 En 2001, ce projet est revenu à l’ordre du jour. Alors que la digue nord bloque près de 100 000 m3 de sable, 15 000 m3 seulement ont été déversés chaque année par camions sur la plage sud. Quinze ans ont été perdus pour se rendre compte enfin que ces apports sont très largement insuffisants pour maintenir la plage.

10 Toutefois, en 1770, un guide de navigation évoque la « petite rivière d’Anchise », à mi-chemin entre la Gironde et le havre d’Arcachon (in RIBATET, 1996).

11 Le terme de « courant » est employé localement pour désigner les cours d’eau qui relient les étangs landais à l’océan.

12 BUFFAULT, 1942 ; MIACA, 1985 ; SOGREAH, 1992 ; GÉOMARINE, 1996.

13 ONF pour 1990-1995/96.

14 BOELLMAN (1975) a estimé les débits d’étiage du courant de Mimizan à 2,5 m3/s en été et à 49 m3/s en hiver.

15 Sur l’importance du cabotage sur le littoral gascon, voir BERNARD (1968), HUETZ de LEMPS (1975) et TAILLENTOU (1992).

16 En 1881, le courant de Contis rejoignait l’océan près du poste de douane de Lit, à 7 km au sud de son embouchure actuelle (TAILLENTOU, 1995).

17 En 2000, le courant s’est échappé vers le sud.

18 Notons toutefois, la valeur de -1 m avancée par la MIACA (1988) semble assez peu fiable puisque reposant sur la comparaison de mesures de terrain de 1970 avec la carte de CASSINI, peu précise.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 – L’érosion côtière en France (Migniot, 1987)Actes et colloques Mer et littoral, couple à risque, Biarritz, 1987.Paris, La Documentation française, 1988. © La Documentation française
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 12 – Bilan de l’évolution de la côte Aquitaine dans Catalogue sédimentologique des côtes françaises – Côtes de la Manche et de l’Atlantique (de la haie du Mont-Saint-Michel à la frontière espagnole) du Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF), Collection des ouvrages de la R & D d’Électricité de France coédité avec les Éditions Eyrolles.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 13 - Trois critères pris en compte pour la détermination visuelle directe du trait de côte sur la côte sableuse Aquitaine
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 14 – Le littoral de la Pointe de Grave à la Pointe de la Négade
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 15 – Évolution historique du Médoc d’après Pomparat, 1970, modifié par Vigneaux, 19751. Cordon littoral de Richard ; 2. Palus et marais mis en valeur aux XVIIe et XVIIIe siècles ; 3. Avancée du cordon dunaire ; 4. Fixation du cordon dunaire (1er tiers du XIXe siècle) ; 5. Dépression des marais landais ; 6. Conquête des mattes et engraissement des slikkes ; 7. Gisement ostréicole (estran vaseux) ; 8. Zone d’érosion côtière.dans Guide géologique : Aquitaine occidentale, Paris, A. Colin, 1975. © A. Colin
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 16 – Recul du littoral de la Pointe de Grave de 1785 à 1845 (Lévêque, 1936)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 17 – Les abords du Bassin d’Arcachon
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 18 – Évolution historique du Bassin d’Arcachon (d’après Manaud, 1971)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 19 – Évolution de la flèche du Cap-Ferret de 1768 à 1979▲ P = phare ▲ S = sémaphore (d’après Gassiat 1989, modifié)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 20 – Le littoral des embouchures de l’Adour
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 21 – Le lit ancien de l’Adour (d’après Duffart, 1897 et Cuzacq, 1930, modifié)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 22 – Schéma des aménagements des abords de l’embouchure du Boucarot à Capbreton (d’après DDE Landes, 1991, modifié)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 23 – Chronologie des aménagements de l’embouchure de l’Adour dans Catalogue sédimentologique des côtes françaises - Côtes de la Manche et de l’Atlantique (de la baie du Mont-Saint-Michel à la frontière espagnole) du Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF), Collection des ouvrages de la R & D d’Électricité de France coédité avec les Éditions Eyrolles.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 24 – Les abords de l’embouchure de l’Adour
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 25 – Le littoral girondin de la Pointe de la Négade à la Flèche du Cap-Ferret
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 26 – Le littoral médocain à l’époque Gallo-Romaine (A) et au Moyen Âge (B) (in Ribatet, 1996)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 27 – Évolution du trait de côte du littoral girondin de la Pointe de la Négade à la Flèche du Cap Ferret entre 1825 et 1998 (d’après les données du BRGM/IFREMER, 1999)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 28 – Le littoral landais
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 29 – Système hydrographique et étangs du littoral Aquitain (Wagon, 1987, d’après Enjalbert, 1961, modifié)Avec l’aimable autorisation des Éditions Arts Graphiques d’Aquitaine
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 30 – Les variations du trait de côte aux abords de l’embouchure du courant de Contis entre 1946 et 1972 dans Catalogue sédimentologique des côtes françaises – Côtes de la Manche et de l’Atlantique (de la baie du Mont-Saint-Michel à la frontière espagnole) du Laboratoire Central d’Hydraulique de France (LCHF), Collection des ouvrages de la R & D d’Électricité de France coédité avec les Éditions Eyrolles.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Photo 4 – Le cheminement du courant d’Huchet (Landes)© Photo Guelfi
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 31 – Évolution du trait de côte du littoral landais de Biscarrosse à Hossegor entre 1825 et 1998 (d’après les données du BRGM/IFREMER, 1999)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1170/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540