Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain

 | 
Christine Clus-Auby

Introduction

Texte intégral

1Si les fluctuations de la ligne de côte ont toujours existé, ce n’est que depuis l’installation massive des hommes sur les littoraux que l’érosion marine nous importe. L’érosion n’« existe » que dans l’écoumène. En menaçant des territoires toujours plus habités, toujours plus attractifs, elle a longtemps reçu une réponse quasiment guerrière, dont le but était de contenir l’avancée de « l’ennemi », de protéger le territoire contre son invasion par la mer. Pour gagner cette guerre, dont les ingénieurs étaient les généraux, des techniques toujours plus sophistiquées ont été développées. Dans un contexte qui pensait l’Homme « comme maître et possesseur de la nature », la recherche d’une délimitation précise de la ligne frontière, le perfectionnement des ouvrages de protection, l’institutionnalisation de la défense, sont les marques de la première gestion de l’érosion des rivages habités. Celle-ci repose sur le refus de subir les aléas naturels, sur la volonté de s’affranchir de contraintes que la puissance technique nous met désormais en mesure de dominer. C’est ainsi que les rivages, lieux de toutes les incertitudes, de toutes les mouvances, s’étouffent peu à peu sous la carapace censée les protéger. En ce tout début du XXIe siècle, alors que nous pouvons maintenant retenir la mer, les Hollandais le montrent bien, la question de la gestion de l’érosion marine est posée dans une tout autre optique, orientée par l’évolution des relations de l’homme avec son milieu.

2L’ennemi indomptable, l’Océan qui épouvantait nos ancêtres, n’est plus le seul adversaire véritable. Les rivages « hostiles et dangereux » sont devenus parmi les espaces les plus attractifs, objets de toutes les convoitises, que l’engouement pour le tourisme littoral ne vient pas démentir. La question de l’érosion marine n’est donc plus, ou si peu, une seule question technique. La réflexion sur une véritable gestion de l’érosion nous conduit à repenser notre installation sur les rivages et à répondre à l’autre menace qui pèse aujourd’hui sur les littoraux, celle du développement incontrôlé des implantations humaines. À l’heure des interrogations sur la possibilité de soutenir un niveau de développement qui ne mette pas en péril les ressources de la planète, qui permette de léguer un monde viable aux générations futures, le glissement de l’attitude de conquête de la nature vers une protection de l’environnement est observable sur la scène littorale à travers la question, énoncée au début des années 1970 et souvent reprise : « quels littoraux voulons-nous aujourd’hui et pour le futur ? »

3Sur notre « littoral d’empoigne » (Paskoff, 1993), espace conflictuel s’il en est, le passage d’une stricte réponse technique et localisée à une véritable gestion d’un espace fragile a beaucoup de mal à voir le jour. Toute la difficulté de gérer l’espace littoral est contenue dans l’intitulé de l’incontournable loi du 6 janvier 1986 sur « le développement, la protection et la mise en valeur du littoral ». C’est sur la scène locale, puisque la décentralisation est passée par là, que les tenants du développement touristique s’opposent parfois très âprement aux protecteurs de l’environnement.

4L’espace choisi pour cette étude est le cordon dunaire aquitain, de la Gironde à l’Adour. Exemple paradoxal d’un milieu modelé par l’homme au siècle dernier et perçu aujourd’hui comme un littoral sauvage et naturel, la Côte Aquitaine présente une unité morphologique incontestable. Les 240 km de dunes exhaussées, calibrées, fixées pour former le rempart protecteur de la forêt nouvellement créée ne sont interrompus que par les passes d’entrée du Bassin d’Arcachon. De la Pointe de Grave à Tarnos, la même séquence se répète d’Ouest en Est : plage, dune, lette, forêt de protection sont, sur une largeur d’un peu plus de 500 m, les éléments du système mis en place par nos ancêtres. Cette très grande unité morphologique n’a pu survivre au développement du tourisme littoral qu’en raison de l’exceptionnelle maîtrise foncière de l’État, qui a soustrait au marché la majeure partie des espaces littoraux. Les stations balnéaires n’ont pu se développer que sur d’étroites fenêtres très tôt concédées aux communes ou à des particuliers, l’essentiel restant propriété publique gérée par l’Office National des Forêts. Pour le même type de raisons, l’État a pu, à travers la Mission d’Aménagement des années 60, imposer une structuration de l’espace non démentie aujourd’hui puisque confortée par la loi littoral qui gèle à l’urbanisation les espaces proches du rivage encore non bâtis.

5Unité morphologique, quasi-unité foncière, unité d’histoire, confèrent donc au littoral gascon une originalité certaine et ses potentialités permettent d’y tester à peu près toutes les gestions possibles de l’érosion des côtes sableuses.

6La première est une non-gestion. Elle envisage de laisser faire, d’accepter la régression constatée du rivage. C’est l’attitude qui a prévalu jusqu’au milieu du XIXe siècle, sur le littoral « de nature », quand le désert landais et ses côtes hostiles n’intéressaient personne. L’instabilité du rivage et la marche envahissante des dunes n’a alors trouvé d’autre réponse que le déplacement vers l’Est des quelques hameaux menacés. En revanche, avec le grand œuvre d’assainissement des Landes de Gascogne et la création d’une vaste forêt de production, la valeur économique créée a conduit à l’édification de la dune-rempart, protection contre les assauts de l’océan et fixatrice des sables. Mais pour remplir son rôle, la dune littorale doit être entretenue sans cesse. Aujourd’hui, il n’est pas si certain que la valeur des quelques hectares de pins susceptibles d’être perdus si cet entretien cesse justifie l’effort consenti et l’éventualité de l’abandon d’une partie du cordon dunaire aux aléas naturels mérite au moins d’être envisagée

7La seconde attitude, diamétralement opposée, consiste à contenir à tout prix l’avancée de la mer au devant des sites urbanisés qu’elle menace. Tout un arsenal de techniques est alors développé, l’Aquitaine ne faisant pas exception en recourant aux mêmes systèmes que partout ailleurs. La seule question à poser ici, outre celle de l’adaptation cohérente des ouvrages aux conditions locales qui doit reposer sur des études très sérieuses, est celle du bien fondé de cette défense forte. Si le site menacé est, du point de vue stratégique, économique ou culturel d’un grand intérêt, la défense la plus totale et la plus sûre doit bien évidemment être mise en place. Nul ne conteste, par exemple, la protection des falaises au-devant de l’abbaye de Talmont, sur l’estuaire de la Gironde, non plus que les ouvrages de protection du chenal de l’Adour, permettant l’accès permanent au port de Bayonne. La mobilisation de moyens techniques conséquents et le recours aux finances publiques est alors totalement légitime. Pour peu que l’on prenne toutes les mesures nécessaires pour minimiser les impacts négatifs, ce type de défense suscite l’adhésion générale. En revanche, un certain nombre de sites ont été défendus, barricadés, corsetés sans réflexion préalable. Que cela soit l’installation à la hâte d’épis mal conçus après une tempête particulièrement violente, comme à Montalivet, ou le prolongement sans cesse étendu d’un ouvrage initialement très localisé, comme à Lacanau, les exemples ne manquent pas pour décrire la myopie de cette approche. Aucune vision de loin en effet, ni dans le temps, ni dans l’espace. Les structures installées, au demeurant fort coûteuses, nécessitent tôt ou tard des réfections, modifications, rajouts, qui ne sont jamais budgétisés au départ de l’opération. Les communes sont alors incapables de faire face seules à de telles dépenses et ne peuvent que partir à la chasse aux subventions, du Département, de la Région, de l’État, et maintenant de l’Union Européenne, mobilisant ainsi la communauté tout entière pour réparer les dégâts. En outre, les géomorphologues ont bien montré que l’installation de structures rigides a des conséquences fâcheuses sur les littoraux adjacents, dont elles amplifient l’érosion. C’est alors parfois sur le territoire des communes voisines de celle qui se barricade que les effets négatifs se manifestent. Mais loin de nous l’idée d’incriminer telle ou telle municipalité qui a choisi de défendre son front de mer, la plupart des communes ayant en effet hérité de structures installées par l’État, quand celui-ci était « seul maître à bord ». Depuis que les lois de décentralisation de 82-83 ont transféré à leur profit une grande partie des compétences d’aménagement, il leur faut gérer cet héritage, mais aussi se garder de répéter les erreurs du passé. Pour ce faire, l’échelon communal n’est pas, beaucoup l’on déjà souligné, le meilleur échelon. Les pressions que subissent les élus, le désir de séduire leurs électeurs, les incitations fiscales au développement de l’urbanisation, mais aussi un certain conservatisme récurent, conduisent presque immanquablement à préférer le durcissement des fronts de mer (quitte à les recouvrir ensuite de plantations et d’aménagements divers pour lui donner un aspect plus attrayant) à des solutions moins spectaculaires mais mieux adaptées au dynamisme sédimentaire.

8Il apparaît ainsi assez clairement que la gestion de l’érosion côtière se doit de dépasser le cadre local. Puisque la défense est, pour une très large part, supportée par toute la collectivité, les choix des sites à protéger doivent être pensés à une plus large échelle. L’observation de la « pratique Aquitaine » montre un saupoudrage des crédits affectés à la défense côtière bien peu cohérent, bien loin de refléter une stratégie d’ensemble. Dans un souci de bonne utilisation des deniers publics, il pourrait être intéressant, par exemple, de s’interroger sur la réelle valeur financière du patrimoine que l’on entend protéger, d’évaluer le bénéfice économique apporté par l’allongement de 15 ou 20 ans de la longévité des immeubles menacés. Il est certain que la pluralité des acteurs de la scène littorale, les luttes d’influence qui s’y exercent entre les différents groupes de pression, des écologistes aux promoteurs immobiliers, ne facilitent pas l’émergence de choix sereins.

9La troisième approche, qui ne peut se substituer aux précédentes, consiste à développer des comportements d’adaptation. Ce peut être l’accompagnement de la dune non urbanisée dans son recul, doctrine aujourd’hui adoptée par l’ONF ; l’érosion est ainsi freinée, ses effets amortis par un cordon dunaire dont on accepte les déformations pourvu qu’il garde son efficacité à stocker les sables. Ce peut être également par l’utilisation ici de certains outils juridiques conçus pour d’autres objets, comme la règle de l’inconstructibilité dans les 100 premiers mètres à partir du rivage, et leur adaptation aux spécificités géographiques régionales. Ce peut être encore par l’établissement d’une zonation des aménagements futurs : légers et déplaçables dans la frange la plus proche de l’océan, lourds et durables seulement dans la zone dont la pérennité paraît être assurée au-delà d’un siècle. Ce système, adapté des exemples américains, est proposé par les Plans de Prévention des Risques littoraux et entend permettre d’échapper à la défense forcée de programmes immobiliers installés au plus près de l’eau.

10Ce sont ces différentes hypothèses dont nous tenterons de montrer les applications, ou les possibilités d’application, en Aquitaine. Mais, dans un premier temps, nous nous intéresserons aux données physiques, aux mesures de l’évolution des rivages aquitains. La synthèse que nous proposons ici est bien sûr nourrie des très nombreux travaux des géologues et géographes aquitains. Récolement critique des documents existants, elle fait référence à des sources diverses : des études fines limitées dans le temps et dans l’espace, des synthèses partielles plus ou moins étoffées, des travaux de cartographie comparative.

11C’est ensuite à l’examen de la spécificité aquitaine que nous nous attacherons, aux pratiques locales de défense mais surtout à la structuration foncière si particulière de son littoral, aux outils juridiques et administratifs dont dispose le gestionnaire de ce début de siècle. L’ambition n’est pas ici de mettre à plat le système de gestion de l’espace côtier dans toutes ses composantes, mais de voir les éléments forts de l’originalité Aquitaine, de mettre en lumière les atouts et spécificités régionales, qui autorisent une lecture particulière de la gestion.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540