Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Haute Montagne calcaire

 | 
Richard Maire

Conclusion générale

Texte intégral

1Nous insisterons uniquement sur quelques points qui deviendront fondamentaux dans la recherche sur le karst et le Quaternaire au cours de la décennie 1990 qui s'ouvre. Ces nouveaux horizons viennent d'un faisceau de travaux, accomplis par des spéléologues et chercheurs du monde entier, mais qui demeurent en petit nombre par rapport à la communauté scientifique. Dans le cadre de ce travail, nous avons privilégié les concepts de :

  • piège karstique ;
  • marqueur paléoclimatique ;
  • seuil morphoclimatique.

2Le concept de piège karstique (le karst milieu conservateur) n'est pas nouveau. Des quaternaristes l'ont utilisé fertilement jusqu'à aujourd'hui, mais en décrétant parfois que le karst n'avait plus rien à nous apprendre. C'est peut être en partie vrai pour les dépôts d'entrées de grottes et d'avens, jusque-là étudiés, mais certainement pas pour l'ensemble de l'endokarst. Cela tient à un phénomène historique simple : la spéléologie scientifique est une discipline d'autant plus récente que le monde souterrain est un milieu par nature difficile d'accès. De plus, l'exploration des grands réseaux karstiques de plateau et de montagne date essentiellement des années 1960-80. Bien sûr la spéléologie scientifique (ou spéléokarstologie) a ses limites, mais il n'est pas encore possible de les situer en raison des potentialités encore inexploitées.

3Le concept de marqueur paléoclimatique, lui-aussi, n'est pas nouveau dans les Sciences de la Terre. Mais il devient utile quand il s'agit de l'appliquer aux remplissages chimiques et détritiques piégés par les conduits souterrains, et quand on fait intervenir le concept complémentaire de seuil morphoclimatique.

4Or la haute montagne calcaire permet de rendre opératoires ces trois concepts car elle est caractérisée comme un milieu morphoclimatique marginal où les ruptures climatiques répétitives au cours des cycles climatiques pléistocènes ont été enregistrées par les dépôts endokarstiques. Il suffit de citer le rôle majeur joué par la fluctuation de la limite supérieure de la forêt, le développement ou la disparition des sols, Tenglacement et le déglacement,.... autant de phénomènes qui se sont produits en haute montagne car le facteur altitudinal introduit verticalement, sur un transect court, une profonde modification des conditions morphoclimatiques.

5Par exemple, il est acquis que les spéléothèmes (concrétionnements souterrains) se développent largement s'il existe une amélioration climatique notable permettant le développement de la végétation et des sols. Sans CO2 biogénique, la dissolution est faible, les eaux non saturées et le concrétionnement absent. Il est inutile d'insister sur l'importance paléoclimatique que revêtent les spéléothèmes des karsts de moyenne et haute montagne. Ce sont souvent d'excellents enregistrements des paléoenvironnements : température (mesures du rapport 18O/16O), végétation (palynologie), mileu général (micromorphologie : types de cristallisation, étude des pollutions détritiques, pédologiques et atmosphériques). Le potentiel de géochronomètre est prouvée par les analyses isotopiques de type U/Th.

6Mais l'étude des remplissages souterrains ne s'applique pas seulement aux dépôts pléistocènes. D'autres dépôts permettent d'appréhender des conditions pédoclimatiques anciennes que ce soit au Miocène, à l'Oligocène, à l'Eocène, au Crétacé ou même au Permo-Trias comme on l’a vu pour le massif de la Pierre Saint-Martin (Pyr.-Atl.). Ces périodes sont caractérisées par le piégeage de latérites riches en hydroxydes ; les conditions de sédimentation, dans ce qu'on appelle des poches (en réalité d'anciens conduits), reflète généralement un milieu de karst noyé, de basse altitude, avec possibilité de silicification et localement de paragenèse métallique. Le rôle des microorganismes (bactéries, microchampignons), en milieu confiné, est souvent vérifié dans la diagenèse de certains remplissages riches en fer ou en plomb (galène). Si les bauxites karstiques sont bien connues, en revanche de multiples dépôts anciens, parfois regroupés sous le terme de "sidérolitique", méritent une étude beaucoup plus approfondie compte tenu de la multiplicité des faciès rencontrés. Dans ce cas, on aborde le vaste problème des surfaces d'altération en milieu carbonaté avec possibilité de paléocryptokarst (ex : altération d'une couverture siliceuse sur calcaire).

7Là encore, le concept de piège karstique prend toute sa valeur, surtout si Ton associe les conditions de sédimentation et les morphologies des paléoconduits recoupés.

8Ces arguments purement spéléologiques sont utiles dans l'interprétation géomorphologique générale. Lorsque Ton saura mieux dater les spéléothèmes au-delà de 350 000 ans, limite de la méthode U/Th, on pourra mieux préciser la vitesse de creusement des vallées et dans certains cas la vitesse du soulèvement depuis le Néogène (chap. XV). Or, il s'agit là d'une question majeure en géomorphologie. On a vu, par exemple, que les hauts karsts de Crète avaient pratiquement atteint leur altitude actuelle à la fin du Miocène grâce à la datation téphrochronologique du ciment brique (S. POMEL) piégé dans l'endokarst de toute l'île et à la position des cones de déjections cimentés fini-miocènes (chap. III).

9Le même phénomène a été vérifié en 1990 dans le Péloponnèse, sur la côte du Magne (MAIRE, NURISSO, DOUAT, inédit). Des cavités miocènes situées vers + 50 à + 100 m, en bordure des rias, ont été fossilisées par des brèches attribuées au Messinien car elles-même fossilisées par du Pliocène marin. Ces observations démontrent à la fois l'existence d'une phase tectonique brutale à la fin du Miocène supérieur (responsable des brèches) et la relative faiblesse de la surrection au cours du Plio-Quaternaire.

10Voilà quelques éléments qui devraient nous inciter à "approfondir" les recherches en karstologie et en géomorphologie. Pour ceux qui veulent étudier des séquences apparemment sans lacunes (mais les lacunes ont aussi une signification intéressante), il reste à pratiquer une étude fine des sondages dans les épais dépôts des poljés intramontagnards de Méditerranée, en relation avec le contexte régional exokarstique (travertins, dépôts détritiques de piémont) et endokarstique (paléoremplissages recoupés, dépôts profonds, cavités étagées). Tout cela réclame du temps, des moyens et un travail pluridisciplinaire que l'on commence à mettre en oeuvre à partir des études en cours ou en projet.

11De la haute montagne à la mer, du glacio-karst à la forêt pluviale équatoriale, tel a été involontairement mon cheminement scientifique avec le hasard des collaborations scientifiques fructueuses et l'expérience venant. S'il faut qu'une thèse soit totalement programmée à son début, j'en suis le contre exemple.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540