Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Haute Montagne calcaire

 | 
Richard Maire

Troisième partie. Exemples de hauts karsts des chaînes péripacifiques

Introduction

Texte intégral

1Les chaînes péripacifiques, les plus longues à l’échelle du globe, sont liées au mouvement de subduction de la croûte océanique du Pacifique. Ces chaînes récentes, qui font également partie du plissement alpin s. l., offrent des exemples variés de karsts de montagne aussi bien dans le domaine intertropical (Andes centrales, Nouvelle-Guinée) que dans le domaine tempéré à tendance continental (Rocheuses) ou en milieu insulaire subtempéré (Nouvelle-Zélande).

2Nous avons choisi d’étudier deux secteurs du domaine intertropical, opposé géographiquement, à savoir le Pérou central (cordillère des Andes) et la Nouvelle-Guinée (arc indonésien). Ces deux régions sont très différentes sur le plan géologique et climatique.

3Les Andes du Pérou central, à la latitude de Lima (cordillères et altiplano du département de Junin, 12° lat. S.), présentent des zones calcaires montant jusqu’à plus de 5000 m d’altitude. Cette région a connu une évolution morphologique complexe en raison de l’histoire géologique des Andes : chaîne récente fini-crétacée à cénozoïque, de type liminaire, qui reprend dans le plissement le bâti précambrien et hercynien. La karstification visible actuellement est sous le contrôle des glaciers (glacio-karsts fonctionnels ou hérités) et d’un climat subhumide (1000 mm/an). Elle défonce, en bordure des cordillères et de l’altiplano, une ancienne surface d’aplanissement polygénique (les surfaces de la Puna) façonnée en plusieurs étapes au cours du Tertiaire, intrudée par des plutons de granodiorite ou scellée par des laves (volcanites paléogènes à miocènes, ignimbrites plio-quaternaires).

4Dans Pile de Nouvelle-Guinée, située entre l’Equateur et 10° de latitude S, les karsts sont étagés depuis le littoral jusqu’aux glaciers (Carstenz ou Mt. Jaya, 4884 m) et sont façonnées dans des calcaires récents, généralement miocènes, qui ont été portés tardivement en altitude par la surrection néogène et pléistocène. Sous le contrôle d’un climat de mousson très humide (jusqu’à 6000 mm/an), ces karsts de montagne ont une jeunesse et une vigueur exceptionnelles de sorte que certains glacio-karsts (péninsule de Huon) ne se sont formés qu’à partir du Pléistocène moyen (700 m de surrection en 250 000 ans sur la côte N de Huon). Par ailleurs, le volcanisme a joué un rôle de premier plan en diverses régions, soit directement en perforant les plateaux calcaires à toute altitude, soit indirectement par des retombées de cendres proximales ou distales.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540