Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Haute Montagne calcaire

 | 
Richard Maire

Deuxième partie. Exemples de hauts karsts du Moyen Orient

Introduction

Texte intégral

1De l’Asie Mineure au Golfe Persique, Taurus et Zagros constituent un ensemble géologique majeur de 3000 km de long, de type intracontinental, dont la ceinture ophiolitique marque la fermeture de l’ancien océan téthysien. L’importante série carbonatée mésozoïque (il existe aussi des calcaires primaires et oligo-miocènes), plissée et souvent charriée, a subi une forte épirogenèse au Néogène. Les karsts d’altitude, les plus hauts du Moyen-Orient, s’échelonnent entre 2000 et plus de 4000 m d’altitude (Cilo Dag, 4170 m, en Arménie - Zard Kuh, 4547 m, dans le Zagros central). Nivo-karsts et glaciokarsts sont abondants et ne se recoupent pas toujours dans la mesure où de nombreuses régions calcaires n’ont jamais été affectées par les glaciers.

2L’influence climatique méditerranéenne se dégrade de plus en plus vers l’E à cause de la continentalité (Arménie) et vers le SE à cause de l’ambiance désertique à semi-désertique des bassins et plaines environnantes (Iran intérieur, Mésopotamie).

3L’évolution de la karstification est très variable selon les régions. Les hautes surfaces du Taurus central (Bolkar Dag), façonnées au cours de l’Eogène, ont été incomplètement recouvertes par la transgression du Miocène inférieur-moyen, puis portées en altitude par la surrection au Miocène supérieur. La plupart du temps, cette surface infra-miocène a été profondément karstifiée : poljés, ouvalas, champs de dépressions et vallées dolinaires dans le domaine du nivo-karst (Anamas Dag dans le Taurus occidental) ; à plus haute altitude, elle a été défoncée complètement par l’érosion glaciaire (cirques-dolines du Dedegol Dag dans le Taurus occidental).

4Dans le Zagros du NW, cette surface n’existe pas. La surrection néogène a porté en haute montagne des réseaux de talwegs qui ont été asséchés par l’enfoncement corrélatif de la karstification. C’est d’ailleurs une constante dans de multiples nivo-karsts du Moyen-Orient et de Méditerranée.

5Dans le Taurus et le Zagros, le décapage des couvertures géologiques a également joué un rôle majeur, ainsi que l’incidence de l’altération sur les surfaces karstiques : karst des bauxites du Crétacé, karst éocène... dont les dépôts anciens ont été piégés dans des cavités creusées à basse altitude et sous climat chaud. Ainsi, le soulèvement et l’érosion ont mis à jour une quantité d’indices (cavités, remplissages, spéléothèmes) permettant, dans de futures recherches, de préciser les conditions de l’évolution morphologique au cours du Tertiaire, particulièrement les étapes de la surrection néogène qui demeure une phase relativement floue en raison de la datation approximative des dépôts détritiques de piémont pauvres en faunes.

6Dans cette tentative, il faudra apporter une attention toute particulière à l’étude micromorphologique des paléoremplissages (sols piégés, concrétionnements stalagmitiques), en particulier les pollutions naturelles (sols, pollens, cendres volcaniques) qui renseignent sur les conditions paléoclimatiques, avec possibilité de datation téphrochronologique car Taurus et Zagros sont jalonnés par un volcanisme puissant qui a fonctionné tout au long du Cénozoïque.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540