Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Haute Montagne calcaire

 | 
Richard Maire

Première partie. Exemples de hauts karsts des Alpes et de Grèce

Introduction

Texte intégral

1En Europe, les chaînes récentes présentent de nombreux karsts de haute montagne. Certains sont essentiellement sous la dépendance d’un climat tempéré humide (Cantabriques, Pyrénées occidentales, Alpes françaises du Nord, Préalpes suisses et autrichiennes) ; d’autres sont largement contrôlés par le climat méditerranéen (chaînes helléniques). Sur le plan géologique, les situations sont diversifiées. Nous avons donc choisi de traiter trois exemples représentatifs dans les Alpes françaises et en Grèce.

2Les hauts karsts de Platé et du Haut-Giffre, dans les Alpes de Haute-Savoie (France) (chap. I), sont typiques du domaine haut-alpin humide, en zone subalpine charriée, avec un décapage relativement tardif des couvertures géologiques imperméables (flyschs) au cours du Néogène et du Pléistocène. Ils culminent à 3100 m et l’influence glaciaire est dominante : c’est le domaine du glacio-karst (karsts sous-glaciaires fonctionnels, banquettes structurales, lapiés de diaclases et à puits) et des réseaux souterrains à grande dénivellation dans lesquels ont été piégés des dépôts fluvio-glaciaires varvés scellés par des concrétionnements interglaciaires.

3Les hauts karsts du Taygète (2404 m) et du Helmos (2340 m), dans le Péloponnèse (Grèce) (chap. II), appartiennent au domaine climatique méditerranéen et se développent à partir du bâti structural des Héllénides, au contact du bassin à fond océanique de la Méditerranée orientale (zone de subduction de l’arc égéen). Ces conditions physiques très différentes confèrent aux karsts de montagne du Péloponnèse une histoire géomorphologique plus complexe que celle des massifs subalpins. Le décapage des couvertures de nappes (Phyllades sur le Taygète, nappe du Pinde sur le Helmos) est variable et conduit à un degré de karstification différent.

4Le Helmos, en bordure du fossé corinthien, a connu une crise tectonique apparemment plus récente qui est à l’origine de puissantes formations conglomératiques soulevées jusqu’à 1700 m d’altitude. Ces deux karsts ont subi une légère influence glaciaire au cours du Pléistocène.

5Les hauts karsts du Mt. Ida et des Levka Ori, en Crète, sont encore plus originaux. Leur situation insulaire et la position de l’île au centre de l’arc égéen externe en font une zone de choix. Comme dans le Péloponnèse, une tectonique de nappes a affecté l’ensemble du bâti hellénique (nappes des Phyllades et de Tripolitza) ; toutefois, le décapage des Phyllades a été plus précoce (mise à nu du Parautochtone calcaro-dolomitique ionien) et la tectonique de faille normale, liée à l’extension égéenne depuis le Miocène, a porté en altitude une ancienne surface karstique engendrée sous climat tropical : c’est la surface fondamentale miocène des karsts crétois qui a été débarrassée en grand partie de sa couverture d’altérites rouges au moment de la surrection au Miocène supérieur. Les grandes formations rouges de piémont sont une constante dans le Péloponnèse et en Crète.

6Ainsi, plusieurs karsts du Péloponnèse et de Crète sont en partie hérités d’une puissante cryptokarstification tertiaire de basse altitude sous manteau d’altération. De plus, certains cryptokarsts à pinacles et tourelles, en bordure des Phyllades du Taygète, sont en cours de décapage.

7Dans ce “monde” que sont les karsts périméditerranéens, le décapage des couvertures géologiques, le rôle de l’altération, la surrection néogène et le nettoyage des altérites (avec piégeage dans l’endokarst) sont autant de problèmes qui seront abordés de façon plus générale dans le chapitre XIII.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540