Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Haute Montagne calcaire

 | 
Richard Maire

Avant-propos

Texte intégral

DEFINITION ET BUT DE CE TRAVAIL

1Ces recherches ont été entreprises en 1976 à la suite d’une thèse de 3° cycle sur les karsts haut-alpins de Haute-Savoie et de Suisse occidentale présentée à l’Institut de Géographie de Nice. Au lieu de m’attacher à l’étude d’un terrain particulier comme cela se fait communément, j’ai pris un sujet thématique à l’échelle pluricontinentale. Cela m’a conduit à de nombreuses recherches exploratoires, sur des terrains plus ou moins lointains et difficiles d’accès.

2Avec l’expérience du terrain, je me suis rendu compte que la notion de karst de haute montagne (zone supra-forestière dans les latitudes tempérées et intertropicales) n’avait de sens que pour l’étude du système morphoclimatique actuel et pléistocène où dominent les processus “froids” (nivation, gélifraction, glaciation). Cette étape a été indispensable pour appréhender le fonctionnement des géosystèmes situés au-dessus de la forêt, dans des conditions limitant la pédogenèse.

3En revanche, dès que l’on étudie l’histoire du relief et des réseaux karstiques, on fait intervenir les héritages et la paléogéographie. Que ce soit dans les chaînes alpines s. 1. ou les chaînes péripacifiques, la grande phase de surrection néogène (et plio-quaternaire comme en Nouvelle-Guinée) a bouleversé les systèmes morphoclimatiques en fonction de l’altitude et du climat de l’époque. Voilà pourquoi j’ai dû m’intéresser au contexte géologique et géomorphologique général de ces montagnes calcaires.

4Par exemple, les hautes montagnes de Crète sont d’anciens karsts tropicaux du Miocène portés en altitude par la surrection néogène. En Papouasie Nouvelle-Guinée, la plate-forme de calcaires mio-pliocènes de la péninsule de Huon a été soulevée à plus de 4000 m d’altitude en quelques millions d’années seulement (Mt. Bangeta) : ici les conditions d’évolution sont donc très différentes. Quant aux nombreux karsts des Alpes, on constate que le décapage des couvertures (flyschs notamment) par les glaciers plio-quaternaires a mis à nu des surfaces calcaires dont la karstification est plus ou moins récente.

5Profitant de mon expérience de spéléologue, j’ai compris, après d’autres, l’importance que pouvait apporter l’étude de l’endokarst, non seulement dans la compréhension de l’évolution karstique s. s., mais de la morphogenèse générale et des conditions paléoclimatiques régionales.

6Une nouvelle discipline est en train de naître : l’endokarstologie ou spéléokarstologie. Celle-ci prend en compte les données de l’endokarst en fonction de la globalité du karst. Plusieurs l’ont déjà côtoyée, comme des préhistoriens et quaternaristes, en étudiant des remplissages d’entrées de grottes, de poches recoupées et exceptionnellement des dépôts plus profonds (accessibles par des cavités aménagés). Sur la lancée de J. CORBEL, certains géomorphologues du karst (non spéléologues), comme J. NICOD, ont su montrer l’intérêt des études globales et la nécessité d’une compréhension planétaire des phénomènes. Cette nouvelle discipline a été précédée par la Spéléologie dans son sens noble. En France, elle a eu ses précurseurs comme E.-A. MARTEL, E. FOURNIER, puis F. TROMBE, B. GEZE, R. CIRY, H. CA VAILLE, enfin J.-J. BLANC, Ph. RENAULT...

7Son émergence actuelle n’est rendue possible que grâce aux progrès des connaissances spéléologiques depuis un siècle et à l’explosion des techniques alpines d’exploration dans les années 1970-80. L’endokarstologie se situe aux marges de plusieurs domaines naturels et de plusieurs spécialités. En effet, sa vision est généraliste ; elle utilise le milieu souterrain comme lieu privilégié d’investigation car il piège de nombreux dépôts, témoins des paléoenvironnements passés, qui auraient normalement disparu en surface.

8Dans ce contexte, cette thèse ne fait que lancer des pistes et des idées. De nombreux travaux collectifs sont en cours, en France comme à l’Etranger, en particulier sur les remplissages hypogés (spéléothèmes, dépôts détritiques) et leurs relations avec l’évolution géomorphologique globale (morphopédologie, altérologie, relations karst et volcanisme...).

HISTORIQUE DE MES RECHERCHES ET REMERCIEMENTS

9La recherche scientifique n’est pas toujours un exercice solitaire, surtout quand il s’agit de Spéléologie et de terrains difficiles d’accès, réclamant à la fois le concours d’excellents sportifs et de spécialistes de disciplines connexes. Aussi, cette thèse se veut-elle d’abord un hommage au travail d’équipe des spéléologues et des scientifiques.

10Du point de vue historique, je dois mon goût aux sciences de la nature et à la montagne d’abord à mon père, et par voie de conséquence à mon illustre aïeul, le botaniste René MAIRE, professeur à l’Université d’Alger de 1911 à 1949. La passion de ce dernier pour le monde méditerranéen, et notamment de l’Afrique du Nord qu’il parcourut inlassablement à la suite des POMEL, BATTANDIER, TRABUT... (dont il avait recueilli les herbiers), transparaît quelque peu dans cette thèse.

11L’idée de commencer des études de géographie à Nice, en 1969, vient de mon ami Jean-Bernard RACINE, aujourd’hui professeur à l’Université de Lausanne, qui préparait alors sa thèse d’Urbaine sur la banlieue de Montréal. Pourtant, "la Nouvelle Géographie", dont il était l’instigateur francophone, ne m’a pas tenté ; mais la vision globale des phénomènes naturels et humains et la réflexion épistémologique m’ont été bénéfiques. Ma période niçoise, de 1969 à 1974, a bénéficié de l’amitié fidèle de Bernard et Yolande GUILLAIN et de nos nombreuses virées dans les montagnes de Haute-Provence.

AUX MEMBRES DU JURY

12Un homme peut-il servir deux maîtres ? Non si l’on en croit les “Ecritures”. Pourtant j’ai eu deux maîtres : l’un niçois, le professeur Maurice JULIAN ; l’autre aixois, le professeur Jean NICOD. A tous deux, je leur dois beaucoup : la passion de la recherche et l’ouverture d’esprit (je l’espère), symbolisées par l’absence de servitude aux “patrons” et à leurs idées.

13A l’Institut de Géographie de Nice, Maurice JULIAN m’a appris les fondements de la géomorphologie, profitant d’une région, les Alpes-Maritimes, qu’il connaît parfaitement, et qui possède un résumé des grands problèmes d’évolution de la morphologie méditerranéenne. Ses bons rapports avec les géologues de l’U.E.R.D.M. de Valrose m’ont permis de bénéficier des enseignements de René GUIRAUD et de Jean POLVECHE, tous deux spécialistes de la géologie de l’Afrique du Nord.

14La présence du professeur Jean POLVECHE à ce jury, que je remercie, en est la preuve. Au cours de mes longues recherches, sur un thème et un espace apparemment énorme, Maurice JULIAN m’a fait confiance. Il m’a appris le fruit de la patience et qu’une thèse de ce type nécessite du temps. Sa large culture scientifique sur tous les problèmes de la montagne et du Quaternaire a été souvent mise à contribution. Au cours des dernières années de rédaction, ses encouragements permanents ont été indispensables. Car une longue thèse peut ne pas se finir. Je lui exprime toute ma reconnaissance.

15Jean NICOD, figure internationale de la Karstologie, m’a communiqué sa passion pour le “Calcaire”. Les cours qu’il faisait à Nice, après son départ à l’Université d’Aixen-Provence, puis les différentes excursions m’ont permis de mesurer son enthousiasme, ses qualités humaines et sa façon magistrale de dominer les problèmes géomorphologiques. En 1980, mon intégration officielle dans son équipe CNRS d’Aix-en-Provence (ERA 282, puis UA 903 “Evolution karstique dans les domaines karstiques alpin et méditerranéen”) était un premier aboutissement. Prenant la suite de Jean CORBEL, en créant l’équipe aixoise de Karstologie, Jean NICOD a su former des élèves qui aujourd’hui sont prêts à continuer le travail déjà accompli. La revue que nous avons créée ensemble, KARSTOLOGIA, et qu’il préside, en est un des symboles. Je le remercie sincèrement.

16Reprenant la direction de l’UA 903 du CNRS, le professeur Jean VAUDOUR, spécialiste des sols méditerranéens et des travertins, m’a fait profiter de ses larges compétences. Ses remarques pertinentes et enthousiastes m’ont obligé à revoir de nombreux passages de la thèse et à consacrer plus de place aux altérations qui sont à la base de toute étude géomorphologique. Sa passion pour la recherche et son dégoût (justifié) pour les problèmes administratifs font que nous nous ressemblons bien sur ces deux points. Je lui suis très reconnaissant pour son soutien efficace.

17Le professeur Michel CHARDON, de l’Institut de géographie Alpine, fait partie naturellement de ce jury en qualité de spécialiste de géomorphologie alpine et du Quaternaire, et de président de l’Association Française de Karstologie. Je le remercie de ses encouragements pendant cette difficile fin de thèse et de sa présence ici.

18Philippe RENAULT, chercheur au CNRS à l’Université de Lyon, est l’un des pères de la Spéléologie scientifique moderne en France et en Europe. Sa présence au jury est un honneur. Depuis de nombreuses années, j’ai pu profiter, dans sa bibliothèque et sur le terrain, de ses connaissances encyclopédiques. Nos discussions, en particulier sur l’histoire des sciences, m’ont été précieuses au niveau conceptuel ; dans le même temps, elles nous ont permis de faire la tournée partielle de la gastronomie lyonnaise, autre haut lieu de la géographie.

19Yves QUINIF, chercheur à la faculté polytechnique de Mons (Belgique), est un spéléologue scientifique de talent. Sa formation de chimiste et sa spécialisation dans la géologie de l’uranium, avec l’équipe de J.-M. CHARLET, lui ont permis de créer le laboratoire d’isotopie du CERAK et de dater par U/Th les formations carbonatées continentales. Son aide pour la datation de multiples spéléothèmes et notre travail en commun sur les remplissages du réseau de la Pierre Saint-Martin m’ont été d’un grand secours. Notre passion commune va se poursuivre dans de futurs travaux. Sa présence dans ce jury est un gage de l’amitié spéléologique et scientifique franco-belge et je l’en remercie.

20Simon POMEL, de l’UA 903 du CNRS et ancien élève du professeur Max DERRUAU, me fait un grand honneur en participant à ce jury. Notre collaboration étroite depuis trois ans, fondée sur une grande confiance mutuelle, a été décisive dans la rédaction de plusieurs chapitres de cette thèse. Spécialiste de géomorphologie tropicale, de morphopédologie et de volcanologie, Simon POMEL m’a fait découvrir l’importance du changement d’échelle dans l’appréhension des phénomènes géomorphologiques, en particulier la micromorphologie des dépôts, l’importance des altérités dans l’étude des morphoséquences et l’intérêt des régions associant karst et volcanisme. D’autres recherches nous attendent. Qu’il trouve ici le témoignage de ma vive gratitude.

AUX LABORATOIRES

21Au cours de ces recherches, j’ai bénéficié du concours de plusieurs laboratoires. Une partie importante des résultats de cette thèse leur doit beaucoup.

22- A Caen, au Centre de géomorphologie du CNRS, L. FAUGERES et J.-P. LAUTRIDOU m’ont permis de faire analyser de nombreux échantillons de roches, de concrétions et de remplissages détritiques. Je tiens à remercier sincèrement pour leur amabilité et leur compétence :

23. M. LEVANT, B. VAN VLIET-LANOE, C. BLANCHET pour la fabrication des lames-minces ;

24. J.-L. DUMONT, J. QUILLARD pour les analyses chimiques ;

25. M.-N. LE COUSTUMER, D. RIVAILLE pour la détermination des argiles ;

26. M. LEVANT, Y. DELEHAYE, C. BLANCHET pour les mesures de porosité ;

27. M. LEVANT, L. LOIT pour la granulométrie et la sédimentométrie.

28- A Mons (Belgique), dans le laboratoire isotopique du CERAK de la faculté polytechnique (département de géologie-minéralogie), Yves QUINIF m’a fait bénéficier de l’analyse de nombreux échantillons de spéléothèmes par la méthode U/Th. J’adresse mes vifs remerciements à Raphaël CANTILLANA et Annick VANDENBERGHE pour la longue préparation des lames de thorium et d’uranium. Quand on sait la complexité de la procédure et le coût réel de chaque datation, on mesure mieux la qualité de cette aide ; elle ne peut que déboucher sur une étroite collaboration, comme nous l’avons déjà fait à la Pierre Saint-Martin.

29- A Nice, le laboratoire de géoécologie alpine (professeur Maurice JULIAN) et l’Institut de géographie (professeur André DAUPHINE) m’ont permis de faire réaliser le dessin de trois cartes géomorphologiques. Je remercie vivement Jacques-Yves OTTAVI pour la qualité de son travail. Je tiens à associer également pour ses judicieux conseils, en matière de cartographie géomorphologique, le professeur Jacques MARTIN dont les cartes du Moyen Atlas marocain sont un modèle du genre. Je n’oublie pas également Monique BAYLAC pour sa collaboration et son amabilité.

30- Au laboratoire de géographie physique d’Aix-en-Provence, j’ai bénéficié de la grande compétence et de l’amabilité d’André DELGIOVINE (malgré sa surcharge de travail) pour les analyses de sols, les granulométrie et densimétrie. Des analyses hydrochimiques ont été faites par Mme SISTACH, puis par Jacques COVO (par l’intermédiaire de Claude MARTIN) dont la compétence doit être soulignée. Pour la micromorphologie des remplissages et la détermination des minéraux en grains, j’ai profité de l’aide précieuse de Simon POMEL. Je les remercie tous ainsi que Jean-Louis GUENDON pour les discussions fructueuses que nous avons eues sur les paléokarsts et la minéralogie des argiles.

31- A Elf-Aquitaine (Pau), par l’intermédiaire de Patrick SORRIAUX que je remercie sincèrement, pour la fabrication d’une série de lames minces.

POUR LA DOCUMENTATION EN GENERAL

32Une thèse demande une recherche importante de documentation bibliographique. Pour cela j’ai bénéficié de l’aide permanente et amicale de Roger LAURENT (Université de Lyon) qui voit passer tout ce qui est publié en matière de spéléologie et de karstologie ; sa passion pour la documentation et la bibliographie, mais aussi sa compétence et son dévouement ont permis la restructuration totale de la bibliothèque de la Fédération Française de Spéléologie qui s’est enrichie considérablement depuis les années 1970-80. De même, l’aide de Simon POMEL a été très efficace au cours des deux dernières années. J’ai également largement profité du concours de Maurice JULIAN et Jean NICOD, mais aussi de Jean-Jacques DELANNOY, Michel BUGNET, Michel DOUAT, Jacques MARTIN, Jean-François PERNETTE, Yves QUINIF, Philippe RENAULT, Isaac SANTESTEBAN.

33Depuis l’Australie, le regretté professeur Joe JENNINGS m’a toujours communiqué avec rapidité et amabilité la documentation sur la Nouvelle-Guinée. Professeur à l’Université d’Oneonta (New-York), Arthur PALMER m’a fait parvenir de multiples publications spéléologiques américaines, souvent introuvables en France ; je lui exprime ma sincère reconnaissance.

34Je remercie aussi pour leur aide Jacques BAUER, Madeleine CABIDOCHE, Michel CHARDON, Michel DELAMETTE, Hubert DUCROZ (malheureusement disparu en 1989), Camille EK, Gérald FAVRE, Alain GILBERT, Jean-Louis GUENDON, Régis MAGNIN, Michel NEYROUD, Philippe PELLISSIER, Jean SESIANO... et d’autres collègues que j’oublie certainement pour la documentation qu’ils ont bien voulu me fournir fort aimablement.

AUX SCIENTIFIQUES ET SPELEOLOGUES DE TERRAIN

35Mes recherches de terrain ont bénéficié directement ou indirectement du concours d’un grand nombre de personnes qu’il est impossible de tous citer. De nombreuses expéditions se sont effectuées dans des gouffres difficiles ou dans des zones lointaines où primaient d’abord la reconnaissance et l’exploration de nouvelles zones et de nouvelles cavités. Il fallait donc s’adapter au milieu, aux circonstances et aux buts des expéditions qui n’étaient pas uniquement scientifiques.

36Que le lecteur scientifique non spéléologue excuse le ton un peu familier qui suit. C’est le seul endroit d’une thèse où il est possible de le faire. Mais il est indispensable d’honorer les explorateurs de l’ombre. Qu’on ne s’y trompe pas : par les explorations nouvelles, la topographie des cavités et les observations de première main, la contribution scientifique des spéléologues est considérable. Elle est à la base de la spéléologie et de Tendokarstologie d’aujourd’hui et de demain.

1) Dans les Alpes

37Je suis venu assez tard à la spéléologie alpine, en 1973 ; mais grâce au Spéléo-Club de Lyon, l’initiation a été rapide dans les gouffres du Haut-Giffre et de Platé. Débuter en spéléologie par des premières dans le karst de haute montagne est une “maladie” dont on ne se relève pas. Rencontré pour la première fois sur le massif du Ruan en juillet 1973, Michel BUGNET a été mon maître en Spéléologie. Que de premières faites ensemble jusqu’à cet accident de 1985 au gouffre du Colonné. Michel BUGNET va très bien aujourd’hui.

38Rencontré en 1974 sur le massif de Platé, Noël PORRET a été aussi le compagnon de bien des explorations. Sa grande connaissance de tous les trous du désert de Platé en a fait le “renard des lapiaz”. C’est lui qui m’a fait connaître le gouffre Karen et ses remarquables remplissages de la galerie Titus à - 250 m.

39En novembre 1976, c’est le tragique accident de Gournier (Vercors) : trois copains, et pas des novices, sont noyés dans la rivière souterraine en crue. On se doit de rappeler leurs noms : Michel SCHMIDT, Roland CHENEVIER et Daniel TROUILLEUX. Leur souvenir est présent comme au jour des premières faites à Sales, Rivière-Enverse, au Solitaire...

40En 1979, je fais la connaissance d’une personnalité exceptionnelle : Lucien BOUCLIER. Lucien est pratiquement le seul spéléo à qui j’ai glissé de gros échantillons au fond du sac (il faut dire qu’il me poussait à cela). Remonter du sable de - 1000 m dans le BU56 ou de grosses concrétions (5 kg) du gouffre du Petit Loir (ou TV1) ne lui faisait pas peur. Mais Lucien BOUCLIER nous a quittés brutalement une fin de novembre 1987, sans crier gare, sur le sentier du Criou (une hémorragie cérébrale sans doute).

41Liste des personnes (Spéléo-Club de Lyon, G.E.K.H.A., Scasse, S.C.Gaillard, Ursus, Vulcain, SSS Genève, S.C.Mt.Blanc, S.C.Annecy...) ayant participé aux explorations et/ou à des visites scientifiques : Maurice ALLARD, Gilles ARCHIMBAUD, Gilbert ARTHAUD, Francesco BIANCHI-DEMICHELI, Jean et Pascale BOTTAZY, Vincent BROUTY, Michel BUGNET, Madeleine BUGNET, Philippe CARDIN, Alain CHAPPEX, Christian CHARLETTY, Roland CHENEVIER, Alain CHENEVIER, Maurice CHIRON, Jacques et Brigitte CHOPPY, Pascal CLERC, Daniel COLLIARD, Louis DEHARVENG, Michel DELAMETTE, Jean-Jacques DELANNOY, Yves DETRY, Christian DODELIN, Philippe et Marc DURDILLY, Gérald FAVRE, Georges FURRER, Jacques GASTINEAU, Alain GRESSE, Jean-Jacques GRANCOLLOT, Yvonne GUBLER, Jacques GUDEFIN, France GUILLAUME, Gilbert GROS, Pierre GUTTON, Jean-Jacques HUMBERT, KLIPFEL, Patrick LAILY, Henri LAYES, Luigi LEGUEN, Pierre LICHERON, Bernard LOUIT, Régis MAGNIN, Alain MARBACH, Yves MICHEL, Christian MORET, Patrick NOEL, Jacques ORSOLA, André PAHUD, Olivier PAVESI, Noël PORRET, Yves QUINIF, Pierre RIAS, Richard RIERA, Christian RIGALDIE, Jean-Louis ROCOURT, Joël RODET, Georges ROBERT, Patrick SCHALK, Michel SCHMIDT, Bernard SEROUL, Jean SESIANO, Michel SIMEON, Grégoire TESTAZ, Olivier SOURZAC, Marcel VON ALLMEN.

2) Dans les Pyrénées

42En 1978 Jean-François PERNETTE me fait découvrir le karst de la Pierre Saint-Martin. En 1980, au retour de Nouvelle-Guinée, nous explorons ensemble le gouffre BU56 qu’il avait découvert un an plus tôt. Pour nous, cette année là restera “l’année de toutes les premières”. En 1978, Jean-François me fait connaître Michel DOUAT. Actuel président de l’A.R.S.I.P., Michel DOUAT est l’homme qui connaît le mieux le massif de la Pierre Saint-Martin. Depuis 1983, les recherches conjointes que nous menons sur les remplissages de plusieurs cavités (notamment la galerie Aranzadi, avec Yves QUINIF) et sur les cavités recoupées ont contribué à aiguiser sa passion pour mieux comprendre l’histoire géologique du massif. Je les remercie tous deux très sincèrement.

43Depuis 1982, Yves QUINIF est devenu un habitué de la PSM et d’Aranzadi. Notre collaboration, dans le cadre de l’ARSIP, se poursuit avec efficacité. Je lui suis reconnaissant pour son indispensable concours.

44Isaac SANTESTEBAN (Diputacion Forai de Navarra), ancien compagnon d’exploration de Felix Ruiz DE ARCAUTE, est responsable de la coordination des expéditions pour la partie espagnole ; il nous a toujours accordé un soutien efficace. Qu’il en soit remercié.

45Dans le cadre du comité scientifique de l’ARSIP, Jacques BAUER accomplit un important travail de coordination. Je lui suis reconnaissant ainsi qu’à Philippe PELLISSIER, Bruno NURISSO, Philippe TRESSE pour leur amitié et leur aide renouvelée lors des travaux effectués dans la galerie Aranzadi et le réseau de la PSM.

46A Sainte-Engrâce, Dominique PREBENDE, un des rares anciens de la “Pierre”, est toujours là pour nous accueillir et nous donner un coup de main. Il est fier, à juste titre, du grand intérêt que nous portons à sa “montagne”. A Sainte-Engrâce également, Madeleine CABIDOCHE nous a fait profiter de sa généreuse hospitalité : qu’elle en soit vivement remerciée, ainsi que Yves-Marie CABIDOCHE pour l’intérêt que j’ai eu à lire sa thèse sur les sols de haute montagne des Pyrénées.

47Liste (non exhaustive) des personnes ayant participé aux explorations et/ou études scientifiques dans le massif de la PSM : Dominique ALBIN, Jean-Michel AMEIL, Alfredo BINI, Jacques BAUER, Alain BELLANGER, Arnold de BELZUNCE, Jean-François BERTHIAUD, Jean-Paul BLANC, Lucien BOUCLIER, Robert BOURROUILH, Gérard BOUTEILLER, Gérard BOUSQUET, Pierre BROSSARD, Madeleine CABIDOCHE, Raphael CANTILLANA, Michel et Michelle CARLUS, Gérard CAZES, Serge CELOTTO, Pierre COTTE, Joël DANFLOUS, Jean DELPY, Alain DOLE, Michel et Marie-Claude DOUAT, Paul DUBOIS, Francis ELICHABE, Adolfo ERASO, Gérald ERNST, Jean-Marie FLANDIN, Serge FULCRAND, Jean-François GODART, Christian GODEAS, Ruben GOMEZ, France GUILLAUME, Nanou HERBRETEAU, Michel LAFFITE, Jean-Claude LALOU, Georges MARBACH, Daniel MARTINEZ, Alain MOREAU, Stéphane NORE, Bruno NURISSO, Yves PASCAL, Philippe PELLISSIER, Benjamin et Simon POMEL, Serge PUISAIS, Corentin QUEFFELEC, Yves, Annie et Gilles QUINIF, Jean-Louis ROCOURT, Eric ROSTANG, Isaac SANTESTEBAN, Patrick SORRIAUX, Jean-Noël SALOMON, Jacques SAUTEREAU, Jean-Paul SOUNIER, Philippe TRESSE, Paul TROUVE, Denis URBAIN, Fred VERGIER.

48N.B. : Pour la traversée du B15 (sistema Badalona Huesca), je remercie Jo et Alain MARBACH de leur invitation et Jordi GUAL, de Barcelone, qui a été notre guide apprécié.

3) En Méditerranée et au Moyen-Orient

49De nombreux voyages ont été effectués grâce à la participation de plusieurs personnes que je tiens à remercier.

50En 1977, le périple en Turquie-Iran a été possible grâce à Daniel COLLIARD. Christian RIGALDIE a été mon compagnon lors du premier voyage en Crète (1979).

51Nous nous sommes rendus ensuite dans le Péloponnèse en 1983. En 1979, la première excursion dans le Péloponnèse est effectuée avec Jean-François PERNETTE et Jean DELPY.

52Jean-Jacques DELANNOY m’a accompagné au cours de deux missions : l’une en Turquie (1980), l’autre en Crète (1982). Une petite incursion dans le Rhodope bulgare (Pirin) a été faite ensemble en 1980. Sa collaboration amicale a été indispensable car il n’est pas aisé de faire du terrain seul et loin de ses bases. Les travaux qu’il mène sur le Vercors et l’Andalousie (thèse d’Etat) vont faire date.

53En 1981, je poursuis mes recherches sur le Péloponnèse et la Crète avec Guilhem FABRE. C’est sur la route de Tripolis à Sparte que me vient l’idée de créer une revue de Karstologie dans le cadre de la Fédération française de Spéléologie et l’Association Française de Karstologie. Guilhem FABRE propose le nom de KARSTOLOGIA.

54En 1983, je participe à deux voyages dans le massif algérien du Djurdjura, à l’invitation de Denis ZIEGLE et Luc-Henri FAGE, pour explorer le gouffre Anou Ifflis. En 1983, en Yougoslavie, Juri KUNAVER me fait faire le tour du massif du Triglav. Peter HABIC et André KRANJC (de l’Institut du Karst de Postojna) me conduisent sur le haut karst au sud de Bohinj.

55En 1987, avec Michel DOUAT, nous étudions les canyons du massif du Tymfi, dans les montagnes du Pinde (Grèce du Nord) ; j’en profite pour retourner quelques jours dans le Péloponnèse.

56En 1988, Simon POMEL, Joël RODET et Danielle SAYARET m’accompagnent pour la quatrième et dernière mission en Crète. Celle-ci est fructueuse grâce à Simon POMEL et à la suite des premières investigations de terrain et de laboratoire (détermination de l’origine volcanique du ciment brique sur lame mince en 1987).

57Liste des personnes ayant participé aux expéditions en Méditerranée : Hervé ARGENSON, Antonios BARTSIOKAS, Pierre BERGERON, Claude BOURGEOIS, Bernard COLLIGNON, Mohamed CHEBBAB, Jean-Charles CHOUQUET (malheureusement décédé en 1989), Daniel COLLIARD, Jean-Jacques DELANNOY, Michel DENIEL, Jean DELPY, Michel DOUAT, Daniel DUMAS, Guilhem FABRE, Jean-Philippe FAUBERT, Luc-Henri FAGE, Bernard LIPS, Yves PASCAL, Jean-François PERNETTE, Simon POMEL, Noël PORRET, Christian RENAUD, Christian RIGALDIE, Joël RODET, Alain ROSIERS, Danielle SAYARET, Brigitte SEBBAR, Denis ZIEGLE,

58Pour des renseignements complémentaires, mes remerciements vont à : Claude CHABERT (pour la Turquie), Jean-Yves PERRIER (Crète), Jean-Jacques DUFAURE (Péloponnèse), Michel BONNEAU (Crète), Christian JOSEPH (Crète), Prof. Athéna ZAMANIS (Grèce), Yves QUINIF (Algérie), André KRANJC et Juri KUNAVER (Yougoslavie)

4) En Papouasie Nouvelle-Guinée

59J’ai participé à trois expéditions dans ce pays : deux nationales de la Féd. Fr. de Spéléologie (1978 et 1980) et une franco-suisse (1984) dirigée et financée par Gérald FAVRE. C’est en 1978 que nous avons fait une reconnaissance de deux semaines sur le haut massif du Bangeta, dans la péninsule de Huon.

60Durant les deux premières expéditions, nous avons bénéficié sur place de l’aide efficace de Michael BOURKE et Malcolm POUND. Je les en remercie vivement.

61En France, pour le financement partiel des expéditions, je remercie la Féd. Fr. de Spéléologie ainsi que le Ministère de la Jeunesse et des Sports. On a également bénéficié de l’aide précieuse de Paul COURBON et Gérard PROPOS pour la préparation de la première expédition de reconnaissance (1978), de Jean-François PERNETTE et de toute l’équipe spéléo pour l’expédition de 1980.

62En Australie, pour leur accueil chaleureux et leur aide, je remercie Julia JAMES et les spéléologues de Sydney.

63Liste des participants :

  • Expédition de 1978 : Michael BOURKE, Jean-Louis FANTOLI, Xavier GOYET, Richard MAIRE, Daniel MARTINEZ, Frédéric POGGIA, Gérard SAVOURNIN.
  • Expédition de 1980 : Gérard BOUTEILLER, Dominique BOYER, Gérard CAZES, Jean DELPY, JeanMarie FLANDIN, Serge FULCRAND, Richard MAIRE, Jacques ORSOLA, Jean-François PERNETTE, Christian RIGALDIE, Jean-Paul SOUNIER (+ équipe cinéma : Maurice CHIRON, Michel LUQUET, Jean-Paul MARTINEZ, Henri ZANINETTI).
  • Expédition de 1984 : Jean-Jacques DELANNOY, RoseMarie et Gérald FAVRE, Martin FIGERES, Richard MAIRE, Pascal PERRACINI.

5) Au Pérou

64Une expédition de reconnaissance a eu lieu en 1984 dans l’Altiplano du département de Junin. Sur place, nous bénéficions de l’aide de Virginia CORNEJO (comme traductrice) et de Modesto CASTRO à Guagapo.

65- Participants : Lucien BOUCLIER, Christian CHARLETTY, Pascal LANCE, Richard MAIRE, Jean-Marc SADIER.

66- Renseignements complémentaires de : Bernard FRANCOU, Daniel MARTINEZ et Yves PASCAL, Jéromine PASTEUR, Alain GILBERT.

POUR LES TRAVAUX TECHNIQUES DE REDACTION ET D’EDITION

67Mr. Georges PAJEAN, directeur des Editions GAP (La Ravoire, 73), a été d’une aide capitale pour l’édition préliminaire de la thèse.

68Je remercie sincèrement Gisèle et Roger LAURENT, de même que Bernard SEROUL, pour la mise à disposition de deux micro-ordinateurs Macintosh. Une partie des textes a été saisie par Philippe BERNARD, Brigitte CHEVAILLIER et Jean-Pierre BARBARY. Je les remercie tous de leur contribution.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540