Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tufs et travertins en Périgord-Quercy

 | 
Frédéric Hoffmann

Introduction générale

Texte intégral

1Les tufs et les travertins sont des dépôts carbonatés exokarstiques, issus de la précipitation des carbonates contenus dans des eaux drainant des terrains généralement calcaires. Ils résultent de l’association fine entre organismes incrustants et conditions hydrologiques (circulation de l’eau) et hydrochimiques (composition de l’eau/saturation). Les critères séparant les tufs des travertins ne sont pas nets, provoquant un certain flou dans la littérature, notamment anglo-saxonne (utilisation parfois du mot travertin dans certains concrétionnements endokarstiques, par exemple). Il est rare de trouver une définition précise de chacun de ces deux termes. A ce titre, la définition de VAUDOUR [1981] semble la plus appropriée aux formations rencontrées sur notre terrain : on entend par tuf, toute formation de type poreux, vacuolaire, cohérent mais tendre et d’aspect détritique, en opposition aux travertins qui présentent des faciès indurés et composés de carbonates plus purs.

2Concernant ces problèmes de définitions, FENELON [1968a] signalait déjà des abus de langage concernant la distinction entre tufs, travertins et calcaire lacustre. Afin de simplifier ces questions de définitions, nous nous bornerons à établir une distinction générale entre niveau travertineux dur et cohérent et niveau tuffeux tendre et poreux.

A) Répartition et classification des travertins

3La très grande extension spatiale de ces dépôts à travers le Monde entier [VILES et GOUDIE, 1990 ; FORD et PEDLEY, 1996] en fait un outil de premier ordre dans l’étude du karst et des paléoenvironnements. En effet, ce type de formation se retrouve partout en Europe [VILES et GOUDIE, 1990], notamment en Europe du nord et du centre : en Belgique [GEURTS, 1975, 1976 ; QUINIF, 1997], au Luxembourg [COUTEAUX, 1969], Iles Britanniques [Yorkshire : PENTECOST et LORD, 1988 ; Ecosse, Irlande] et en Allemagne [ST1RN, 1964], en Europe centrale [Lacs de Plitvice en Croatie ; ROGLIC, 1981]. On les rencontre parfois à de plus hautes latitudes (sud de la Pologne, Russie occidentale). L’aire géographique où ils ont été le plus étudiés demeure le Bassin Méditerranéen avec les formations d’Antalya en Turquie [BURGER, 1990, DROGUE et al., 1997], mais aussi en Espagne [VAUDOUR, 1975 ; ORDONEZ et al, 1986 ; DIAZ DEL OLMO et al, 1992, 1997 ; BRUSI, PALLI et TRILLA, 1997 ; DELANNOY, 1992, 1997 ; DEL ANNO Y et al., 1997 ; GUENDON et al., 1997], au Portugal [SOARES, CUNHA et MARQUES, 1997], en Tunisie et au Maroc, ainsi qu’en Italie (Tivoli).

4Il n’est pas possible d’énumérer tous les dépôts de la zone tempérée et semi-désertique boréale et australe : tufs du Parc de Yellowstone, du Grand Canyon au Etats Unis [FORD et PEDLEY, 1997], travertins de 25 m d’épaisseur en Nouvelle Galles du Sud, tufs d’Afrique du Sud (dépôt du Taung), notamment de la région du Transvaal et du Conté d’Orange [ayant livré un squelette d’Australo-pithèque ; ALIMEN, 1962], etc.

5On les retrouve sous la forme d’héritages paléoclimatiques dans la zone désertique à subdésertique comme les travertins de l’oasis d’El Kharga (Egypte), dans le sud-ouest de la péninsule arabique (travertins pléistocènes), dans le Magreb [LAMBERT, 1955] ou en Israël [SCHWARCZ et al., 1979 ; LIVNAT et KRONFELD, 1985].

6Les tufs et travertins sont également très présents dans la zone tropicale : vallée de l’Onilahy et système des 7 lacs à Madagascar [SALOMON, 1981 ; 1987 ; 1997a], travertins du Parc du Lunan dans la province du Yunnan [Chine du sud ; FORD, SALOMON, et WILLIAMS, 1996], Mexique, Vietnam du Nord, Inde, etc. Ces formations se retrouvent également en altitude [FORT, 1981], pouvant avoir alors une origine mixte [biochimique et hydrothermale ou semi-thermale : Afghanistan, de LAPPARENT, 1996 ; Afghanistan, Népal, Inde, Tibet ; MAIRE, 1990], Andes [SALOMON et BUSTOS, 1992].

7On retrouve ces dépôts bien sûr en France : notamment tout autour du Bassin Méditerranéen [DEGAUGUE et GUENDON, 1992 ; DELGIOVINE, 1986, 1988 ; NICOD, 1967, 1981, 1986a et b, 1988 ; GUENDON et VAUDOUR, 1981 ; GUENDON, MAGNIN et QUINIF, 1997 ; NICOD et MARTIN, 1994 ; MARTIN Ph., 1986, 1988 ; MARTIN C., 1988, 1991 ; VAUDOUR 1981, 1986 et b, 1988, 1994, 1997 ; VAUDOUR et ai, 1988], dans les Grands Causses [AMBERT, 1982, 1990 ; AMBERT et GASCO, 1989 ; CAMUS, 1990], en montagne [BROTTO, 1986 ; CHARDON, 1986, 1991, 1992, 1993 ; LAGASQUIE, 1986 ; REFFAY et ai, 1986 ; MAIRE, 1990 ; DELANNOY, 1997], mais aussi dans les grands plateaux calcaires du nord de la France : Calvados [CLET et al. 1990 a et b], bassin de la Seine [LECOLLE et al., 1990], en Haute-Marne [ROYER, 1996] et d’autres régions de France : la Touraine [COUDERC, 1977], en Charentes [GUILLIEN, 1978 ; GEURTS, 1979], en Périgord [HOFFMANN, 1993a, 1995, 1998].

8A cela vient s’adjoindre une deuxième classification plus locale établie selon les modalités d’édification de ces dépôts et notamment basée sur la plus ou moins grande précocité spatiale dans la précipitation des carbonates. Elaborée par FABRE [1986], et BAKALOWICZ et al. [1988] et MARTIN [1988] dans son aspect fonctionnel, elle repose sur la distinction entre dépôt de source, formé très près de l’exutoire karstique, et dépôt de vallée issu d’une précipitation des carbonates plus tardive, dans le chenal d’écoulement d’un ruisseau ou d’une rivière. Concernant ce deuxième type, le terme de formation de vallée est préférable quand le dépôt est associé à d’autres types de sédiments (tourbes, calcaires lacustres, dépôts de pente consolidés, etc.). MAGNIN étal. [1991] précisent que cette distinction tient au fait que l’alimentation en eau diffère d’un type à un autre, les formations de vallée pouvant avoir une alimentation non exclusivement karstique (ruissellement, par exemple).

9Cependant, le passage d’un type à l’autre pour une même formation n’est pas rare comme c’est le cas notamment des travertins de Jorox (Cordillères Bétiques, Espagne), où les niveaux les plus anciens ont fonctionné comme un dépôt de type source. Progressivement, les modifications du drainage karstique ont entraîné un fonctionnement de type vallée, les phénomènes de saturation intervenant moins précocement [DELANNOY et al., 1997].

10Une troisième distinction mérite d’être mentionnée concernant l’origine de l’eau, en établissant une différence entre dépôts d’origine hydrothermale ou semi-thermale et les autres. En effet, les premiers résultent d’un ensemble de phénomènes bio-physico-chimiques bien spécifiques issus des caractéristiques des eaux thermo-minérales :

  • température supérieure au gradient thermique local (compris entre 10 et 15°C) ;
  • forte minéralisation des eaux présentant des faciès non exclusivement bicarbonatés-calciques (faciès de la majorité des eaux incrustantes) ;
  • rôle du CO2 d’origine profonde ou semi-profonde [BAKALOWICZ, 1990, 1996], etc.

11L’attaque acide des roches se fait alors avec des eaux chaudes permettant une mise en solution plus importante d’éléments chimiques ; supportant des pressions importantes (venant de plus grande profondeur), ces eaux subissent une détente des gaz qu’elles contiennent (notamment la pression CO2 ou pCO2). Cette détente provoque un déplacement rapide des équilibres du système calco-carbonaté dans le sens d’une précipitation des sels dissous (CaCO3, CaSO4, par exemple). Le mélange d’eaux thermominérales avec des eaux météoriques ou karstiques provoque également une modification de ces équilibres [MAIRE, 1990].

12Cependant, même si l’on rencontre des eaux légèrement thermominérales sur notre terrain d’étude, elles restent rares (contexte géologique peu favorable), et il ne convient pas alors d’aller plus loin dans ce domaine.

13L’étude de la dynamique de dépôt des tufs et des travertins fait appel à des critères complexes et a provoqué beaucoup d’approches disciplinaires différentes ; en effet, il semble avérer que plusieurs organismes biologiques jouent un rôle important DONSIMONI et al., [1974] : les bryophytes [CASANOVA, 1981, 1986 a et b], les bactéries [ADOLPHE et ROFES, 1973 ; ADOLPHE, 1981, 1986, 1987, 1990 ; CHAFETZ et FOLK, 1984 ; CASTANIER, 1987], les micro-algues et les algues [FREYTET, 1990a et b].

14Tous ces organismes sont en interaction avec l’eau ; cette dernière présente des phénomènes de saturation par rapport à la calcite, soumis à un certain nombre de lois d'équilibre [ROQUES, 1964, 1967, 1969]. Cette saturation peut être renforcée par certains mécanismes [effet d’ions communs, par exemple, BAKALOWICZ, 1990], Pour chacun de ces auteurs, leur approche disciplinaire représente le facteur prépondérant de cette dynamique qui assujettit le fonctionnement des autres.

15Enfin, pour clore ces rappels de définition, un certain nombre de termes descriptifs concernant principalement la structure de ces dépôts sera précisé au fur et à mesure. Il s’agit notamment pour les deux termes les plus importants :

16* des dômes des dépôts de type source : ils représentent le front de chute de l’eau et se caractérisent souvent par une forme en U inversé, fruit de la répartition des macrovégétaux incrustants, et présentant un vide situé au pied de la chute (cf. morphologie d’un dépôt type source) ;

17* des barrages des dépôts de type vallée : eux aussi représentent le front de chute en barrant le passage de l’eau sur toute la largeur d’une vallée. Ici, le terme « vallée » est pris au sens de chenal d’écoulement de l’eau. Généralement de forme convexe vers l’aval, cette forme résulte à la fois de la répartition des organismes incrustants, mais aussi des modalités de circulation de l’eau [notion de train d’ondes et originalité de la forme concave de certains barrages, GEURTS, 1997].

18Ces deux caractéristiques déterminent des circulations d’eau différentes, établissant une distinction supplémentaire dans le mode de fonctionnement de ces deux types.

B) INTÉRÊTS DES TRAVERTINS

19Les tufs et les travertins présentent un intérêt scientifique majeur car, au même titre que les remplissages endokarstiques ou les spéléothèmes, ils sont de bons enregistreurs, principalement dans trois domaines :

20* en premier lieu, à condition de disposer d’une période d’enregistrement suffisamment longue, ces formations peuvent témoigner de phénomènes majeurs comme des variations de niveaux marins ; c’est l’exemple du massif travertineux d’Antalya en Turquie : 60 * 30 km sur 270 m de hauteur ; une partie des niveaux inférieurs se situe sous le niveau actuel de la mer ; [BURGER, 1990], C’est aussi le cas des travertins néogènes du Puerto de Los Martinez dans la région de Malaga en Espagne méridionale [GUENDON et al., 1997] ; elles peuvent jouer également le rôle de témoins morphologiques en fossilisant d’anciens fonds de vallée, antérieurs à l’encaissement du réseau hydrographique actuel, à l’exemple des travertins du Plateau de France dans la région des Grands Causses [secteur de Millau, ENJALBERT, 1972 ; AMBERT, 1982] ;

21* en second lieu, un dépôt enregistre de façon correcte le fonctionnement du système karstique qui l’engendre [NICOD, 1981 ; MAGNIN et al., 1991] ; au travers de la succession de couches carbonatées, il est possible de lire différents épisodes hydrologiques en relation avec la végétation incrustante. La répartition de celle-ci n'est jamais le fruit du hasard et semble répondre à des exigences écologiques strictes, en fonction des modalités de circulation de l’eau et de ces paramètres physico-chimiques. Elle a pour conséquence principale de déterminer la plus ou moins grande proportion de carbonates au sein de ces couches, compte tenu des organismes incrustants qui les ont déposés.

22De plus, ces couches fonctionnent comme de véritables « pièges », au sens où elles vont retenir un certain nombre de composants plus ou moins révélateurs du milieu de dépôt : ce sont surtout des pollens [GEURTS, 1976 ; CLET et al., 1990], mais aussi des mollusques fossilisés [PREECE et al., 1986 ; PUISSEGUR, 1987 ; MAGNIN, 1987], des débris végétaux et notamment des feuilles. Ces dernières laissent une empreinte (moulage) après la disparition de leurs tissus ; d’une certaine manière, en corrélant les fonctionnements hydrologiques, ces couches offrent un certain nombre d’informations concernant le climat, ou, tout du moins, sur le milieu de dépôt et ses modalités de fonctionnement (paléoenvironnement). Ce n’est qu’après recoupements entre divers dépôts que l’on peut avoir une idée du climat local [GEURTS, 1976]. Ils permettent alors de mettre en évidence différents épisodes de dépôts ou optimums de sédimentation. Par exemple, l’étude des flores (empreintes de feuilles) dans le Bassin Méditerranéen permet de faire ressortir environ huit grandes périodes de dépôts depuis le Miocène [ROIRON, 1997].

23Enfin, en ce domaine, les principales difficultés d’étude résident dans la sélection des informations paléoclimatiques ; en effet, ce genre de dépôt reflète souvent une végétation de bord d’eau qui n’est, à son tour, qu’un reflet partiel de la couverture végétale d’un secteur [MAGNIN et al., 1991] ;

24* en troisième lieu, un tuf ou un travertin enregistrent fidèlement les déstabilisations du milieu de dépôt provoquées par l’homme, faisant ainsi ressortir des séquences climato-anthropiques [VAUDOUR, 1986, 1988, 1994], L’intensité de la dissolution karstique, facteur amont de la mise en place d’un dépôt, est en relation directe avec le climat (latitude et altitude) et surtout avec l’importance du couvert végétal. La déstabilisation de ce dernier, surtout en domaine méditerranéen, peut provoquer des crises amenant, non seulement l’arrêt du fonctionnement d’un dépôt, mais aussi le début de son démantèlement par l’action érosive de l’eau. Le plus souvent, sans être complètement démantelées, plusieurs générations de dépôt sont incisées et parfois emboîtées, comme dans le cas des micro-barrages de la Coly en Périgord.

25Sans aller jusqu’à ces conséquences extrêmes, la dégradation des conditions de dépôts (sédimentation de plus en plus détritique) semble une conséquence fréquente dans les formations du pourtour méditerranéen [VAUDOUR, 1986, travertins de Priego, Andalousie, DIAZ DEL OLMO, 1992], et que l’on peut étendre au reste de l’Europe, semble-t’il [GOUDIE et al., 1993]. Ce type d’étude se double alors d’un intérêt archéologique majeur ;

26* enfin, l’un des grands intérêts de ces formations tient dans le fait qu’il est possible de les dater par le biais d’isotopes radioactifs [14C : EVIN, 1987 ; Uranium/Thorium : QUINIF, 1989, 1997 ; et d’autres techniques (paléotempératures, 18O ; VERGNAUD GRAZZINI, 1987], selon la nature de l’objet à dater.

27De récents progrès ont été faits dans ce domaine avec les méthodes du paléomagnétisme [BIQUAND et SEMAH, 1987 ; BAENA ESCUDERO, 1997 ; BAENA ESCUDERO et ai, 1997] et ERS pour les vieilles formations, de la thermoluminescence et l’isotope l4C par AMS pour les dépôts plus récents [GILLIESON, 1996 ; HAJDAS et al., in QUINIF, 1997], A une échelle de temps historique, on peut faire intervenir également la dendrochronologie [LAMBERT et LAVIER, 1987].

28Mais, à la différence des spéléothèmes dont la signification ne prévaut que pour le géosystème karstique qui le met en place, les tufs et les travertins peuvent avoir une signification plus large [MAGNIN et al., 1991], par l’association avec d’autres formations (sols, colluvionnement, etc.) ou représenter un intérêt géomorphologique plus général (corrélation avec des niveaux de terrasses, par exemple).

29L’important volume de littérature traitant de ces divers aspects répond à l’intérêt certain des scientifiques pour ces dépôts. Il n’est pas question ici de dresser une liste exhaustive de tous les travaux parus. A tous ceux déjà cités, il faut signaler que la première série de travaux concernant les tufs et les travertins en France fut le congrès de l’AFK en 1981 qui permis de jeter les principales bases méthodologiques. On peut ajouter l’importance des travaux de l’équipe de VAUDOUR à Marseille [ATP PIREN, 1988] sur les formations de Meyrargues, du Jonquier, ou de la vallée de l’Huveaune pour ne prendre que ces trois exemples.

30L'équipe du Centre de Géomorphologie de Caen, sous la coordination de LECOLLE [1990], a étudié celles des bassins de la Seine et de la Somme, avec les formations de Vernon et de la Celle sur Seine.

31Plus récemment, le colloque hispano-français « Milieux carbonatés continentaux » [1997] a permis de faire le point des connaissances dans l’étude des dépôts de la/one méditerranéenne et des problématiques qui leur sont associées (changements climatiques, impacts anthropiques, méthodologies associées à l’étude des travertins, etc.).

C) Les travertins en Périgord-Quercy

32Paradoxalement, les tufs et les travertins ont été très peu étudiés en Périgord-Quercy, région qui jouit pourtant d'une renommée internationale concernant notamment les études portant sur le Quaternaire et la Préhistoire. Alors que nombre de travaux ont porté sur l’étude des grèzes (dépôt de versant) ou sur le remplissage d’abris sous roche, on ne compte à l’heure actuelle, et à notre connaissance, que deux études vraiment conséquentes portant sur deux formations du Périgord. Il s’agit tout d'abord des travaux de DONNER [1969] sur la vallée des Beune d'une part, et de ceux de VITA FINZI [1974] et PREECE et al. [1986] sur les tufs de la vallée de la Coly, travaux sur lesquels nous reviendrons en détail.

33De façon globale, il est rare de trouver de grands travaux de synthèse dans les divers domaines touchant de près ou de loin les travertins en Périgord-Quercy (morphologie, climatologie, hydrologie). Les travaux de CLOZIER [1940] et de FENELON [1951] abordent très superficiellement ce domaine d’étude. Seuls deux articles concernent directement l’étude des travertins avec ASTRE [1946] sur le Quercy et surtout ENJALBERT [1951] sur les vallées sèches et tourbeuses de l’Aquitaine septentrionale. Cet auteur mentionne notamment trois dépôts importants de ce secteur.

34Les travaux des chercheurs spécialistes du Quaternaire se sont essentiellement penchés sur les paléoclimats quaternaires [remplissages d’abris sous roche : LAVILLE, 1977 - l’étude du climat du Würm ancien et du Würm III par l’étude des flores, PAQUEREAU, 1974 - 1975, 1978] ou sur certains aspects particuliers [morphologie karstique des causses mineurs : ASTRUC et al., 1992].

35Ce manque important d’informations nous a poussé à consacrer beaucoup de temps au recensement des dépôts existants, tant sur le terrain que dans la littérature. Ce long travail, entrepris en DEA, puis étalé sur cinq ans, de 1993 à 1997, a permis de mettre à jour une trentaine de dépôts, dont un peu plus d’une dizaine représentent un intérêt non négligeable dans les divers disciplines touchant à l’étude de ces formations (paléoclimats, géomorphologie, hydrochimie, etc.).

36Ils se répartissent sur une région de 20 000 km2 environ ; cette dernière se présente sous la forme d’une série de plateaux karstifiés, s’articulant de part et d’autre de 3 grandes axes de drainage, qui sont, du nord au sud :

  • l’axe Isle-Auvézère, au nord ;
  • les vallées de la Dordogne (axe de drainage principal) et de la Vézère, au centre ;
  • les vallées du Lot et du Célé, au sud.

37Ces trois axes délimitent plusieurs plateaux composés de calcaires crétacés et jurassiques, limités a l’ouest par les affleurements molassiques tertiaires non calcaires. A l’est ils entrent en contact avec les terrains cristallins du Massif Central. Au nord, les changements lithologiques (craies) préfigurent déjà les paysages charentais au niveau du bassin de la Dronne, indiquant ici un changement d’unité bio-morpho-climatique.

38Au sud, le Lot délimite le passage entre le plus grand des causses mineurs, celui de Gramat, et celui de Limogne qui représente la terminaison méridionale de ces trois causses mineurs. On ne constate pas de grands changements entre ces deux unités, tout au moins en surface, même si le Causse de Limogne présente une structure et une évolution différente de celle du Causse de Gramat. C’est à ce titre que le Causse de Limogne est exclu de cette étude.

D) Les axes de recherche

39Ces dépôts étant complexes, l’étude des tufs et travertins englobe un vaste champ disciplinaire. Schématiquement, ce dernier peut être découpé en 3 grandes séries de disciplines :

40* l’étude des formes fossiles (étude « géomorphologique ») englobe toute une série de facteurs d’ordre morphologique, hydrologique, paléoclimatique et paléoenvironnementale. Tous influent sur l’évolution des systèmes karstiques, en amont et au niveau du dépôt. Elle comprend l’étude des formes karstiques proprement dites (type de conduits, organisation du drainage, préparation karstique de l’eau, etc.), de la morphologie des dépôts (conditions de circulation de l’eau), de leur stratigraphie (calcimétries, faciès, lames minces lithologiques, palynologie, anthracologie, malacologie, etc.) ;

41* l’analyse du fonctionnement actuel de ces formations comprend essentiellement deux grands domaines d’approche, que sont l’hydrochimie et l’étude des organismes incrustants (fonctionnement et identification). Globalement, le premier s’attache à quantifier des flux chimiques en mesurant leur évolution dans le temps et dans l’espace, le second met en avant les principaux acteurs de ces processus biochimiques complexes ;

42* enfin, le concept de séquence climato-anthropique induit une analyse des modalités de la transformation du milieu sous la pression anthropique, en incluant l’étude des aménagements humains (niveau local), mais aussi l’évolution des peuplements dans le temps et leur conséquence sur le milieu (au niveau régional).

43Tous ces principaux domaines d’approche seront repris à des degrés divers dans cette recherche des interactions responsables de la mise en place d’un dépôt et de son évolution, et qui s’articule sur quatre grands axes :

  • l’étude des grandes unités bio-morpho-climatiques permet de préciser les principales caractéristiques de la circulation de l’eau et de ces transformations, phénomènes en amont des systèmes de dépôt, tant dans les processus actuels que passés (échelle du karst). Les diverses formations présentes au sein de ces unités seront rapidement esquissées ;
  • l’analyse morphologique, stratigraphique et sédimentologique des principaux dépôts représente un deuxième niveau d’approche (échelle du dépôt), concernant la structure de ces formations mais aussi toutes les difficultés relatives à ce type d’étude. Au sein de chaque grande catégorie de formations (type source et type vallée), quatre dépôts ont été sélectionnés, permettant une classification des tufs et des travertins en Périgord-Quercy ;
  • l’évaluation des rythmes de fonctionnement se fera par la quantification des flux chimiques, tant au niveau des sources que des cours d’eau (hydrochimie), mais aussi par l’étude de la composition des encroûtements actuels (calcimétries, échelle de l’organisme incrustant) ; la mesure de près de 8000 paramètres hydrochimiques (573 échantillons, répartis sur 61 sites de prélèvement) et la calcimétrie de 70 échantillons définiront les grands traits de ce fonctionnement actuel. Une approche nouvelle, tant dans la méthodologie que dans le concept de bilan d’équilibre (conservation/démantèlement des formes) compléteront cette évaluation ;
  • l’homme intervient constamment sur ce type de milieu ; il peut détruire de façon directe ces dépôts en les transformant en pierre de taille (carrières), par exemple ; cette intervention peut être indirecte quand les pratiques culturales ou la déforestation qu’il met en œuvre augmentent l’érosion des sols et modifient la limpidité de l’eau et différents facteurs hydrologiques (débits, température, etc.) ; de façon générale, il modifie le fonctionnement du karst. C’est le cas également de certains composés chimiques mis en solution pouvant inhiber la précipitation des carbonates [MARTIN, in VAUDOUR, 1994], Selon ces différentes modalités directes ou indirectes, il est possible alors d’effectuer un inventaire de ces diverses interventions au travers de l’étude de différents aménagements et d’essayer d’évaluer l’impact de cette pression anthropique ;

44Enfin, ce compartimentage disciplinaire ne peut répondre à lui seul, à la complexité de ce type de formation, fruit de multiples interactions à diverses échelles d’approche. Seule une approche dynamique, « du karst à la bactérie », peut apporter une véritable réponse à ce que sont réellement les dépôts de tufs et de travertins en Périgord-Quercy. Les deux axes d’approche de cette dynamique concernent, d’une part, la chronologie des différentes générations de dépôt, et d’autre part, le fonctionnement actuel des tufs, sous l’éclairage de l’intervention de l’homme. La moins grande intensité de fonctionnement des formations actuelles par rapport au passé peut-elle s’expliquer par le concept de séquence climato-anthropique dans un milieu « moins fragile » que le domaine méditerranéen ?

Figure 1-1 : Les grands axes de la structure.

Figure 1-2 : Coupe stratigraphique des formations tertiaires en Périgord
(inspirée de DUBREUILH, 1988).

Table des illustrations

Légende Figure 1-1 : Les grands axes de la structure.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1109/img-1.jpg
Fichier image/, 1,3M
Légende Figure 1-2 : Coupe stratigraphique des formations tertiaires en Périgord(inspirée de DUBREUILH, 1988).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1109/img-2.jpg
Fichier image/, 416k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540