Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Haute Montagne calcaire

 | 
Richard Maire

Préface

Jean Nicod et Maurice Julian

Texte intégral

1Sous un titre plus général, l’ouvrage de Richard MAIRE reprend l’essentiel d’une thèse de Doctorat d’Etat, soutenue à Nice le 2 février 1990, avec la plus haute distinction (mention très honorable à l’unanimité du jury).

2L’originalité de ce livre vient d’abord d’une connaissance intime de la haute montagne calcaire, et sous ses trois dimensions. Partant de la spéléologie haut-savoyarde, en quelques vingt ans de recherches, l’auteur a parcouru, escaladé et pénétré les karsts d’altitude du monde tempéré et tropical. Il a exploré tour à tour le Désert de Platé, classique depuis E.-A. MARTEL, le Haut-Giffre et l’Oberland bernois, et nous n’oublions pas la présentation des lapiés de Tsanfleuron sous la neige, lors de la Table-ronde franco-suisse de 1978. Puis son intérêt s’est porté sur le domaine hellénique, le Taurus et le Zagros (quasi inaccessible depuis !). Les possibilités offertes par la Fédération Française de Spéléologie lui ont permis d’accéder aux gouffres géants de Nouvelle-Guinée. Mais il est revenu souvent aux Alpes pour effectuer mesures et échantillonnage, à la Crète, et surtout aux Arres d’Anie, dans les Pyrénées-Atlantiques, bénéficiant de la logistique de la Pierre Saint-Martin symbolisée par l’A.R.S.I.P.. Comme son illustre prédécesseur Jean CORBEL, il a exploré sous-terre pour comprendre l’évolution des hautes surfaces calcaires. Il a eu un constant souci de l’hydrologie karstique, des pluies aux sources. Sur la dynamique actuelle, les névières et les rapports entre formes karstiques et glaciaires, cet ouvrage, fondé sur des analyses physico-chimiques précises, se présente comme un véritable manuel de référence : nul doute qu’il sera utile à toute une génération de chercheurs.

3Mais une autre piste est proposée, celle de l’étude fine des concrétionnements et des dépôts en cavité, permettant un reconstitution de l’évolution des réseaux et une interprétation des paléo-géomorphologies des hautes surfaces calcaires. A cet égard la stratigraphie des remplissages de la galerie Aranzadi, dans le réseau de la Pierre Saint-Martin, présentée lors de la Réunion de l’A. F. K. de 1987, peut servir de modèle. De telles séquences, calées sur des datations radiométriques (avec le concours de Yves QUINIF, Université de Mons/Belgique), permettent de reconstituer les étapes d’évolution du karst ; mieux encore, par leur fiabilité meilleure qu’en surface, elles peuvent aider à préciser les grands épisodes morphoclimatiques du Quaternaire et restituer les paléo-environnements.

4Ces recherches ardues sont présentées d’une manière attrayante, grâce à des schémas pédagogiques, des cartes bien construites et des photos expressives. On saura gré à Richard MAIRE d’avoir su si bien évoquer les paysages et les hommes qu’il a rencontrés dans ces hauts massifs dont certains sont pour la plupart de nous non ou peu acessibles !

5Et si, grâce à lui, le géomorphologue profite des connaissances acquises dans les profondeurs, le spéléologue comprendra mieux la finalité de ses explorations et de ses analyses.

6Livre de science et d’ouverture au monde souterrain, l’ouvrage de Richard MAIRE fait date. On souhaite qu’il trouve les nombreux lecteurs qu’il mérite.

Auteurs

Président d’Honneur de l’Association Française de Karstologie

Professeur de Géographie physique Université de Nice

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540