Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karsts et évolutions climatiques

 | 
Jean-Noël Salomon
, 
Richard Maire

Karsts et paléokarsts du périgord-quercy

Exemple en zone tempérée d’un paléocryptokarst tropical exhumé

La cuvette du Sarladais, Dordogne

Jean-Noël Salomon et Jean-Guy Astruc

Résumé

Le Sarladais se caractérise par l'abondance de collines, les "pechs", dont l'origine "tropicale" est soupçonnée depuis longtemps par les géomorphologues. Ce point de vue est confirmé par l'étude présente qui met en exergue l'aspect crypto-karstique de la genèse du paysage sans pour autant oublier les fortes retouches plio-quaternaires apportées tant par l'enfoncement du réseau hydrographique que par les climats froids quaternaires. Les "pechs" du sarladais constituent aujourd'hui l'élément caractéristique de l'altération différentielle du karst.

The Sarlat region, or Sarladais, features a large number of hills knovn as "pechs". The "tropical" origin of the latter has long been suspected by specialists in geomorphology. This point of view is confirmed bu the present study which highlights the cryptokarstic aspect of the genesis of the landscape without overlooking the significant alterations brought about not only by the sinking of the hydrographical network but also by the cold climates of the Quaternary. Today the "pechs" of the Sarladais constitute the characteristic feature of the differential change of karst.

La region de Sarlat se caracteriza por la abundancia de cerros llamados local mente "pechs " cuya origen tropical estasospechada desde mucho tiempo por los geomorfologos. Este punto de vista esta confirmado por el estudio presente que destaca el aspecto cripto-karstico de la genesis del paisage sin por lo tanto olvidar los fuertes retoques plio-cuaternarios dados por el encajonamiento de la red hidrografica y los climas frios cuaternarios. Los "pechs" de la region de Sarlat constituyen hoy el elemento caracteristico de la alteracion diferencial del karst.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le Sarladais et la Bouriane sont deux petits “pays” contigus parmi les plus touristiques du Périgord, région dont la réputation dans ce domaine n’est plus à faire. Le paysage topographique y est caractérisé par de grandes collines, localement nommées “pechs” (photo 1), aux pentes vives, souvent bordées d’escarpements calcaires (Domme, Roquedeval) ou gréseux (Gourdon). Leurs sommets émoussés (entre 150 et 250 m pour la plupart) sont couverts de dépôts résiduels et portent des boisements de chênes verts, de pins et des taillis de châtaigners. L’aspect général est souvent sombre d’où l’appelation de “Périgord Noir” ou “Pays des Bois” donnée à cette région, mais le paysage est varié et fréquemment éclairé d'escarpements calcaires pittoresques ; il est parcourra de verdoyantes vallées car c’est une zone d'eaux vives et de sources.

2Dès 1951, puis de nouveau en 1974, P. FENELON a attiré l’attention sur l’aspect “tropical” des pechs, ce qui au premier abord peut paraître surprenant sous une région marquée par l’influence d’une succession de climats plutôt froids, frais et humides (les précipitations annuelles actuelles sont de l’ordre de 1000 mm et la température moyenne annuelle de 12,5°C). L’étude qui suit se propose de reprendre cette question.

3Du point de vue géomorphologique, il s’agit d’une vaste cuvette, partiellement dégagée par l’érosion, s’emboîtant dans un synclinal d’orientation NW-SE développé dans des terrains d’âges Jurassique à Oligocène. La dépression a été affectée de plis secondaires (bombement de Milhac) et de cassures de même orientation. Le synclinal est dissymétrique avec des flancs E qui se redressent avec vigueur, et des flancs NW qui plongent doucement. Cette gouttière a été remplie de terrains crétacés assez tendres, puis recouverte par du sidérolithique remanié. Enfin, elle a été exhumée progressivement depuis la fin du Tertiaire. De nos jours, ses reliefs sont empâtés par les résidus d’altération évoluant en surface en donnant des sols brans ou lessivés acides généralement très profonds (> 1,20 m).

I. APERÇU GEOLOGIQUE D’ENSEMBLE

4Le territoire considéré est situé vers la bordure nord-orientale du bassin sédimentaire aquitain, à l’ouest du socle paléozoïque qu’est le Massif Central (fig. 1). L’ossature de la région est constituée par une série mésozoïque essentiellement marine sur laquelle sont venus en discordance des terrains sédimentaires continentaux d’origine fluvio-lacustre. Les éléments structuraux observés s’intègrent dans le cadre tectonique de la plate-forme nord-aquitaine où deux faits tectoniques ressortent : des rejeux du socle hercynien et l’orogenèse pyrénéenne. Dans le Sarladais, ces mouvements ont des composantes verticales et horizontales faibles qui donnent de larges ondulations. Seule la grande faille de Saint-Cyprien (rejet de 150 m) est importante, mais elle se situe à l’extrémité occidentale de la région d’étude. Enfin, l’évolution générale de la sédimentation et les pendages montrent un affaissement vers le NW, épaississant les couches par effet de subsidence (qui a commencé au Portlandien et s’est prolongé jusqu’au Tertiaire).

5La vaste dépression du Sarladais possède une histoire complexe :

  • à la fin du Jurassique (Portlandien), la quasi-totalité de la bordure SW du Massif Central émerge ; l’érosion va modeler un paysage différencié caractérisé par une vaste surface d’érosion jalonnée de buttes témoins ; c’est l’exokarst infra-cénomanien (SIMON-COINÇON, 1990) ;

  • au Crétacé supérieur, la mer fossilise ce karst et dépose près de 150 m de calcaires crayeux et de calcarénites ;

  • de la fin du Crétacé au début de l’Oligocène, une altération ferralitique se développe, principalement dans les calcaires crétacés plus tendres que les terrains jurassiques, et va créer un complexe argilo-sableux atteignant parfois une puissance supérieure à 100 m ;

  • enfin, depuis la fin du Tertiaire, ces altérités ont été partiellement déblayées, exhumant un relief hérité d’un front d’altération guidé par l’hétérogénéité du substratum et remodelé par les effets différentiels de l’érosion plio-quaternaire.

6Le substratum, hétérogène, de la région étudiée a été ultérieurement modelé par les effets différentiels de l’érosion néogène et quaternaire.

A. Description des faciès sédimentaires du secteur

7Les formations jurassiques constituent l’encaissant de la dépression synclinale et n’apparaissent que sur le pourtour ou à la faveur des incisions du réseau hydrographique (Vallée du Céou, de La Tournefeuille). Ce sont des calcaires micritiques souvent dolomitiques. L’essentiel de la stratigraphie relève du Crétacé. On observe la succession suivante :

  • Maestrichtien : calcaire gréseux, oolithique et dolomitique. Il donne des collines aux formes heurtées.

  • Campanien : calcaire plus ou moins crayeux, de teinte blanchâtre, à silex. C’est une roche assez perméable qui engendre des formes molles (“downs” convexes).

  • Santonien : grès et marnes donnant des collines molles entaillées de ravinements.

  • Cognacien supérieur : calcaires jaunes détritiques, épais de 50 m, mais ayant moins de 50 % de CaCO3. C’est une roche souvent très dure qui engendre des croupes aplanies, des collines grisâtres, couvertes de chênes verts, avec des abrupts sur les vallées encaissées. Le karst s’est développé dans cet étage comme l’indiquent les dolines (autour du Pech Lagarde au sud de Milhac) et les argiles de décalcification (tâches rougeâtres dans les champs).

  • Cognacien inférieur : argiles tendres et marnes favorisant les abris sous roche.

  • Angoumoisien et Provencien : bancs de calcaires durs déterminant des plates-formes grisâtres, des escarpements et des corniches.

  • Cénomanien et Ligérien : peu étendus, ils se traduisent par quelques causses couverts de pierres. Le Ligérien est particulièrement gélif.

B. Les altérites

8Ce terme regroupe un ensemble de sédiments généralement meubles (mais parfois indurés par des silicifications ou des ferralitisations), que la littérature désigne le plus souvent sous le générique de “Sidérolithique”. Le terme d’altérite permet de tenir compte des processus de genèse du matériau ainsi que de l’évolution prolongée subie par ces sédiments qui, par la suite, ont parfois enregistré des modifications diagénétiques.

9Les altérites peuvent se subdiviser en deux groupes :

  • des matériaux allochtones transportés (alluvions en nappe, apports fluviatiles) qui résultent de l’érosion à l’amont (Massif Central et sa ceinture sédimentaire) ;

  • des matériaux autochtones : éluvium qui résulte de l’altération des reliefs calcaire et de la désagrégation en profondeur. Les roches les moins cohérentes (notamment les grès crétacés à ciment calcaire) ont été les plus sujettes à cette altération, ce qui explique l’aspect sableux des placages de la Bouriane et du Sarladais.

10Ces altérites sont très abondantes dans le synclinal de Sarlat tandis que sur les vieilles surfaces jurassiques, elles ne subsistent que dans les paléo-cuvettes à l’état de témoins perchés, ou bien dans les paléokarsts où elles ont été protégées de l’érosion. Dans le synclinal, ce sont des sédiments meubles parfois indurés, qui résultent pour l’essentiel de l’altération des formations crétacées où jurassiques dont elles ont hérité les éléments peu solubles. Ainsi, à partir des calcaires sénoniens, se composent-elles de sables quartzeux, fins à moyens, parfois argileux, roux car colorés par des oxydes de fer (hématite et goethite : 2 à 10 %). Leur puissance ici est très variable, mais toujours considérable, (> 50 m, parfois> 75 m !). Dans les paléokarsts, ces altérites sont souvent remaniées et la plupart du temps, on observe un passage brutal entre l’altérite et la roche saine. L’ensemble a subi une évolution pédologique sous influence climatique tropicale à l’Eogène. Sur la bordure jurassique domine un faciès à argiles rouges, pisolithes de fer, oxydes de manganèse et graviers de quartz, qui provient souvent de l’altération d’anciennes cuirasses pisolithiques. Sur les terrains crétacés se développe un faciès de sables argileux et grès ferrugineux non stratifiés.

Figure 1 :
Localisation de la région étudiée
(Sarladais, Dordogne).
Localisation of the studied area.

II. LES CENTRES D’INTERET DU PAYSAGE

A. Le plateau de Bord (fig. 2)

11Le plateau de Bord est une ancienne dépression structurale développée dans le Crétacé supérieur où des eaux se sont accumulées (lac ou étang) favorisant une sédimentation continentale lacustre, attestée par la présence d’une abondante malacofaune et de gyrogonites de charophytes fossiles (FOURNIER, 1900), et ultérieurement silicifiée. Cette silicification, initialement élaborée en milieu de nappe phréatique, pourrait être liée à l’enfoncement des vallées et donc être relativement récente.

12Par la suite, il y a eu inversion de relief (300 m) et mise en valeur à la fois par le creusement de la Dordogne au nord, et par le défoncement fluvio-karstique au sud et à l’est. Ce lambeau de surface éogène (pays de froment au milieu des sables, et terroir imperméable en bordure du karst) doit sa préservation à la présence d’une dalle de meulière (2 m d’épaisseur en moyenne) très dure qui anciennement a été exploitée pour la fabrication de meules à moulins. Vers le NE, elle se biseaute progressivement et passe à des argiles sableuses plus ou moins indurées. A la base, elle repose localement sur des lentilles d’argiles vertes et des altérites sableuses fortement rubéfiées, parfois cuirassées. Sur la dalle reposent des limons sableux évoquant un faciès résiduel de la molasse de l’Agenais. L’étude des malacofaunes terrestres et lacustres (LABROT et REY, 1976) a permis d’attribuer à cette formation un âge oligocène inférieur.

13D'après une étude (inédite) du BRGM, il semblerait que le phénomène de meuliérisation dans cette région procède de la désilicification de calcaires silicifiés. On peut envisager une fixation de la silice par des diatomées et éponges siliceuses en milieu lacustre, sous un climat chaud et humide redistribuant le fer et le concentrant sous forme de taches hydroxydes : l’hydrolyse des silicates est suffisante pour solubiliser la silice qui précipite localement. Il est à noter que l’on retrouve tout autour du plateau de Bord des restes d’anciennes cuirasses ferrugineuses (Fontalbe) et des ocres (la Virole).

Figure 2 : Coupe schématique du plateau de Bord. Schematic cross section of the Bord plateau.
1. Meulière. Dalles silicifiées, parfois emballé’es d’argile bariolée (≈ 2 m. d’épaisseur). 2. Sidérolitique (sables éogènes rouges). 3. Calcaires gréseux tendre, argiles et sables du Santonien. 4. Calcaire coniacien du substratum.

Figure 3 : La cuesta coniacienne dans le secteur de Manobre.The conacian cuesta in the Manobresector.
1. Sidérolitique. 2. Calcaire gréseux coniacien. 3. Marnes coniaciennes. 4. Calcaire noduleux.

Figure 4 : le plateau coniacien dans le secteur de Nadaillac-Milhac. The coniacian plateau in the Nadaillac-Milhac sector.
1. Calcaire arénacé et éléments dolomitiques. 2. Calcaires marneux et argiles.3. Dépôts siliceux provenant du coniacien supérieur.

14Le plateau de Bord présente aussi le grand intérêt d’avoir préservé de la destruction le plus haut témoin de silcrète en place et démontre ainsi que l’épaisseur des sables éogènes était faible (à peine supérieure à 15 m) : l’hypothèse d’une fossilisation de la dépression de la Bouriane par les dépôts sidérolithiques (et donc d’un karst enseveli tardivement) est difficile à admettre. Il aurait fallu une épaisseur de dépôts d’au moins 180 m, or il ne reste que quelques rares témoins (nappes de cailloutis et altérites, dont le sommet recimenté de la butte de Gourdon). En définitive, le plateau de Bord, ancienne cuvette devenue butte, apparaît comme un exemple spectaculaire d’inversion de relief.

B. La cuesta coniacienne (Manobre) (fig. 3)

15Il s’agit d’une corniche de calcaires gréseux durs posée sur un soubassement de marnes et traversée en entonnoirs de percée conséquentes (Dordogne, Relinquière, Melve). Ici le défonçage du relief et la mise en valeur de la cuesta semblent postérieurs à l’épandage du Sidérolithique.

16- La surface fondamentale éogène faisait affleurer les calcaires du Coniacien à l'est, tandis qu’ils étaient enfouis sous les calcaires sableux et marneux du Santonien-Campanien à l’ouest. Les dépôts sidérolithiques tendres recouvrant ces derniers n'ont offert qu’une maigre protection temporaire face aux actions d’érosion.

17- De plus, la structure synclinale de la région permettait la remontée artésienne des eaux dans les fractures verticales. Le centre du synclinal étant complètement imprégné d’eau sous pression qui circulait dans les conduits (Grotte de Cougnac, fig. 6), c’est là que la nappe phréatique a stationné le plus longtemps (et que le modelé karstique est le plus affirmé). Enfin, la Bouriane est située à l’amont-pendage, dans la zone de départ des eaux infiltrées : non saturées, elles ont là le maximum d’efficacité. Tout concourait à favoriser la karstification sur les bordures orientales de l’étage coniacien.

18Le dégagement du front de cuesta est plus le fait de la dissolution des calcaires coniaciens que du ruissellement dans les marnes sous-jacentes (fig. 4). Dans le détail on relève qu’au nord de la Dordogne, les calcaires gréseux sont peu épais (20 m) et portés en altitude (plus vulnérables). La couche dure est très disséquée : la cuesta est mal dégagée et morcelée ; aucune dépression monoclinale n'apparaît. Au sud de la Dordogne, on a un large glacis taillé dans les marnes coniaciennes et les calcaires noduleux du Turonien. Les pendages sont plus faibles. La cuesta atteint un commandement de plus de 50 m vers Manobre.

C. Les grès de Gourdon

19La petite acropole de Gourdon se tient sur une butte élevée (270 m) couronnée de gros blocs de grès quartzitiques blancs. Aucune stratification n’est discernable, la cristallisation ayant tout oblitéré. Ces blocs se retrouvent dans la région, notamment dans l'aire d’affleurement des altérites sableuses, mais on en observe également sur les calcaires jurassiques (Roquebert) où ils reposent directement et même à l’intérieur des paléokarsts (St. Cirq Lapopie) (ASTRUC, 1988). Dans le synclinal de Sarlat, ils se présentent soit sous forme isolée, soit en grand nombre formant des chaos (Pech-Peyroux, Pierre Levée, Pech Girondet au NE ; La Fontade, Pech de Biau à l’W, etc...).

20Ces grès sont le résultat de la cimentation locale des altérites sableuses par précipitation et cristallisation de la silice, véhiculée par des circulations paléohydrologiques (TRAUTH et al., 1985). Ces silcrètes sont parfois énormes, car certains blocs peuvent atteindre un volume de 3000 m3 (Coupiac, Le Pied Noir, La Selle). Les Grès de Gourdon épousent la surface topographique actuelle, sur laquelle ils sont descendus par gravité (fig. 5) à mesure du déblaiement des altérites par l’érosion plio-quaternaire (les sondages ne retrouvent pas ces grès en profondeur). Les Grès de Gourdon sont les témoins résiduels d’altérites sableuses ayant subi une silicification de nappe à un niveau certainement beaucoup plus haut (de 30 à 50 m ?, à la fin de l’Oligocène), aujourd'hui totalement disparu. L’examen de leur répartition montre que ceux-ci sont inféodés au coeur du synclinorium Charente-Quercy et que leur localisation est étroitement liée à celle des paléokarsts.

D. La grotte de Cougnac (fig. 6)

21L’échine calcaire de Cougnac, longue de 500 m et large de 150 m, forme un “pech” typique de 213 m de haut qui a son origine dans une plus grande résistance locale à l’altération des calcaires bioclastiques coniaciens. La butte repose sur les marnes sommitales du Turonien qui, semble-t-il, ont joué le rôle d’une couche imperméable. La roche, puissamment altérée sous couverture, a libéré de grandes quantités d’altérites et de sables que l’on retrouve de part et d’autre de la vallée de la Marcillande au SW et de la Melve au NE. L’interface altérite-roche mère (Coniacien) est ainsi mise à nue comme c’est le cas pour l’ensemble des pechs du Sarladais (FENELON, 1976 ; ASTRUC, 1988).

22Développé dans le “pech”, le vide de la grotte est l’équivalent, par exemple, de la “Maximilian Grotte” de la région de Kônigstein en Franconie (Allemagne) avec une ouverture quasi sommitale, et correspondrait à la part la plus calcaire du calcaire gréseux, aujourd’hui évidée. Un effondrement ayant séparé la galerie en deux, la grotte se compose de deux parties : “la Grotte des Concrétions” au SE et “la Grotte des Peintures” au NW.

23Comme dans la grotte du Pech de l’Azé (N de Carsac), le sol est tapissé d’un sable assez blanc qui provient de la désagrégation des calcaires coniaciens. Le dépôt est, pour l’essentiel, postérieur à la formation de la cavité. Cette galerie est certainement ancienne (au moins pliocène), car elle a d’abord fonctionné en régime phréatique profond (coupoles d’érosion au plafond) à une époque où le synclinal de Sarlat n’était pas encore dégagé des énormes accumulations d’altérites et de sédiments qui recouvraient les pechs. Puis, à mesure du déblaiement et de l’abaissement du niveau de base phréatique corrélatif à celui de l’enfoncement du réseau hydrologique, le conduit a fonctionné en écoulement libre : des stalactites et des planchers stalagmitiques ont pu se former. Une datation U/Th effectuée par Y. QUINIF (CERAK, Mons, Belgique) sur le plancher stalagmitique scellant un remplissage plus ancien, indique un âge supérieur à 350 000 ans. Cette donnée, obtenue sur un seul échantillon, est simplement indicative, mais concorde avec notre schéma. Dans l’ensemble, les concrétions apparaissent altérées, ce qui est une indication supplémentaire de leur ancienneté.

24La seconde cavité, plus vaste, a été utilisée par l’homme dès le Moustérien (LORBLANCHET, 1976) et plus intensément à l’Aurignacien (environ 17 000 ans BP) puisqu’on y observe de très belles peintures rupestres représentant notamment une faune de période froide (Cervidés, Mammouths, Rennes, Bouquetins). Aujourd’hui, le déblaiement se poursuit, mais il est devenu insignifiant. L’intérêt de cette grotte, dont le façonnement initial remonte peut-être au Néogène, est qu’elle permet de jalonner les divers épisodes du creusement de la dépression qui atteint 35 à 50 m de part et d’autre du pech. Elle n’est d’ailleurs pas la seule dans ce cas : la grotte de Domme montre à proximité de son entrée (vers 210 m) un chenal de voûte et des coupoles d’érosion indiquant clairement l’occurence d’une circulation sous pression laquelle n’aurait pu s’effectuer que si une couverture épaisse de sédiment existait au-dessus.

E. Les vallées fluvio-karstiques

25Le synclinal de Sarlat possède un réseau complet de vallées secondaires bien ramifié et hiérarchisé de vallées sèches et/ou tourbeuses qui remontent vers les centres des interfluves. Toutes ces vallées fonctionnent très mal ou n’ont plus d’écoulement, l’essentiel du drainage étant souterrain. Pourtant leur modelé est nettement fluviatile et dans nombre de vallées sèches, il est possible de reconnaître des méandres encaissés nettement marqués.

Figure 5 : Les grès de Gourdon. Coupe entre le Pied Noir et le pech Roudier (d’après ASTRUC, 1988, p. 36).
The Gourdon sandstone. Cross section between the Pied Noir and the Roudier pech (after ASTRUC 1988, p. 36).

26Au cours du Quaternaire, ces vallées ont été creusées par les courants puissants des grandes crues de fonte, suivant un hiver froid et neigeux, paralysant l’écoulement des eaux (ENJALBERT, 1951). A cette époque, les réseaux karstiques n’absorbaient pas tout le ruissellement superficiel (d’autant plus que les sols gelés accentuaient une certaine imperméabilité) qui exerçait son action érosive dans les moindres têtes de vallons. Par contre, les grandes rivières remaniaient et entraînaient vers l’aval les cailloux et les sables provenant de leurs affluents, si bien que le modelé fluviatile commun des vallées principales et secondaires est conservé dans les premières et presqu’effacé dans les secondes.

27Aujourd’hui, les eaux de ruissellement n’ont plus la force d’évacuer les alluvions des vallées secondaires et les éboulis envahissent les chenaux. Dans nombre de vallées sèches, le chenal d’écoulement a disparu et dans les vallées tourbeuses, il a fallu le creuser pour le tracer et le stabiliser.

28Les vallées tourbeuses faisant suite à des vallées sèches (la Marcillande) montrent que la nappe phréatique ne s’est pas abaissée davantage, aussi l’action du soutirage karstique dans la formation des vallées sèches et/ou tourbeuses doit-elle être considérée comme secondaire. L’essentiel de la genèse de zones tourbeuses est lié aux changements des climats postglaciaires et holocènes moins humides qui ont favorisé le colmatage des vallées par des éboulis colluviaux que les ruisseaux n’ont pu évacuer et qui ont fini par masquer le chenal fluvial. Le retour à un climat actuel plus humide n’a pas suffi pour redonner une activité de drainage en surface ; des marécages se sont installés dans les fonds de vallée remblayés où la faiblesse des pentes favorise l’accumulation d’eaux stagnantes, notamment en arrière des cônes de déjection des petits affluents faisant barrage. Des marécages et des formations palustres ont pu se former. De nos jours, les tourbes sont entretenues par des eaux de résurgences qui ont parfois formé des tufs, mais n’ont pu creuser un lit mineur. Ces phénomènes ont pu être datés : commencés au Mésolithique final, ils se poursuivent actuellement.

Figuration du manteau d'altération (sables eocenes et altérites sablo-argileuses) enlevé par l’érosion

Figuration du manteau d'altération (sables eocenes et altérites sablo-argileuses) enlevé par l’érosion

Figure 6 : Le pech et les grottes de Cougnac (coupe schématique). Pech an caves of Cougnac (schematic crosssection).
1.Calcaires dolomitiques jurassiques. 2. Calcaires coniaciens. 3. Sables détritiques issus du Coniacien. 4. Sables argileux cénomaniens. 5. Calcaires marneux turoniens. A. Grotte des concrétions. B. Grotte des peintures.

29La vallée sèche constitue un phénomène marginal par rapport au système karstique. Creusée au Quaternaire moyen, malgré le soutirage karstique, elle a cessé de fonctionner au Quaternaire récent plus sec, et elle est fossilisée par les éboulis. Depuis, en dépit du retour d’un climat plus humide, le ruissellement n’a pu reprendre.

III. STRUCTURATION ET MISE EN PLACE DU PAYSAGE, DU JURASSIQUE AU QUATERNAIRE

30La période majeure de sédimentation mésozoïque a permis l’accumulation de plusieurs kilomètres d’épaisseur de sédiments. Leur évolution durant cette période est examinée brièvement à partir de l’organisation des faciès, des épaisseurs et de leur structuration synsédimentaire.

A. Au Jurassique

31Au Jurassique moyen, le Périgord est une plate-forme épicontinentale, siège d’une sédimentation carbonatée (calcaires, souvent oolithiques). La mer jurassique se retire au Portlandien (135-140 Ma). Il se produit un gauchissement en pente vers l’W et le NW, matérialisant par une première flexure du futur causse jurassique, l’esquisse générale du synclinorium. A la fin du Jurassique, un karst tropical s’est développé sur les sédiments mésozoïques, après l’émersion de la région (SIMON-COINÇON, 1987). Sous l’effet des climats tropicaux, un épais manteau d’altération s’est développé que l’érosion a remanié profondément ultérieurement.

B. Au Crétacé

32Du Crétacé à l’Eocène moyen se produisent de vastes et importants transferts de sédiments venus du Cristallin du Massif Central, recouvrant un piémont calcaire, en direction du Bassin Aquitain. Les paléokarsts expliquent en grande partie la répartition et les caractéristiques des couvertures d’altération et des manteaux résiduels. Au Crétacé inférieur, on assiste à une émersion générale de la plate-forme nord-aquitaine (la mer se retire jusqu’à la fosse de Parentis), puis à l’érosion et la réalisation d’une surface d’aplanissement pré-cénomanienne.

33Au Crétacé supérieur, la transgression cénomanienne (95 Ma) est venue en biseau sur les couches jurassiques et a envahi la partie occidentale de la région, notamment à la faveur d’un bras de mer étroit correspondant au golfe de la Bouriane (PLATEL, 1989). De nombreux sédiments détritiques et lagunaires attestent l’influence d’un continent assez proche (calcaires grossiers et gréseux reposant en discordance sur le Jurassique). Les sables cénomaniens sont riches en glauconie. Une nouvelle émersion a permis à nouveau le développement de paysages karstiques.

Photo 1 :
Un pech (butte) du Sarladais.
A pech (hill) in the Sarladais area.

34Au Turonien se produit une grande transgression nette (mer ouverte), puis un début de régression (prédominance des détritiques sur les carbonates), attestée par les calcaires crayeux de Domme. Des manteaux d’altération épais (40 m sur le soubassement du Rouergue ; SIMONCOINÇON, 1989) se forment ainsi que des croûtes ferrugineuses (cuirasses) ou siliceuses (silcrètes). Les produits altérés sont progressivement remaniés et ruisselés sur le piémont, non seulement en surface, mais aussi à la faveur de drainages souterrains. Partout le karst agit comme piège à sédiments.

35Au Coniacien nous avons une nouvelle avancée d’une mer peu profonde (influences terrigènes). Les assises coniaciennes constituent un élément morphologique majeur de la région car leur grande puissance (> 120 m vers Sarlat), leurs faciès généralement indurés et leurs bancs massifs ont donné naissance aux grandes falaises bordant les vallées de la Dordogne et de la Vézère notamment (Les Eyzies, Beynac, La Roque-Gageac...). Dans ces calcaires, les carrières sont fréquentes (Groléjac) ; elles ont fourni soit, autrefois, des pierres de taille ou des moellons (calcaire jaune du Sarladais), soit, aujourd’hui, du matériau concassé ou du carbonate pour chaux grasse (carrière du Martinet à Sauveterre).

36Au cours du Santonien, une mer chaude (nombreux Céphalopodes) envahit la plate-forme. Les faciès sont le reflet de conditions littorales changeantes où les épandages détritiques avancent largement dans le domaine marin en fonction des courants et des structures. Les assises sont puissantes et dépassent souvent 100 m. La grande importance de ces dépôts calcaro-gréso-sableux dans le Périgord Noir et la Bouriane a donné naissance à d’épais manteaux d’altérites qui ont colluvionné largement depuis les plateaux où le Santonien affleure. L’avancée maximale de la mer crétacée sur le continent se produit au Campanien. Les environnements sont devenus très homogènes et les faciès crayeux à silicifications abondantes recouvrent la presque totalité de l’étendue. Les apports terrigènes sont presque nuls.

37A la fin du Crétacé (70-65 Ma) débute le soulèvement des Pyrénées, accompagné du rejeu des accidents hercyniens, à l’origine de la structuration en cuvettes et dômes (typique du Quercy). Au Maestrichtien, sous les effets combinés d’un soulèvement généralisé du nord et de l’est de la plate-forme et de l’abaissement du niveau de la mer, celle-ci se retire définitivement vers le SW. Les déformations anciennes rejouent (dôme de St Cyprien, flexure jurassique) et apparaissent de larges ondulations (notamment Charentes).

C. Au Tertiaire

381) L’Eocène : Au Paléocène les échos de la tectonique alpine se traduisent par une surrection de la bordure nord-est du bassin Aquitain et le littoral est progressivement repoussé au sud. L’érosion reprend sur le continent libérant une dernière décharge terrigène sur le Périgord Noir à la faveur de phénomènes d’altération et de transport. A partir de l’Eocène inférieur (53 Ma), la région est soumise à une altération ferralitique kaolinisante et une érosion intenses sous des climats tropicaux humides (lessivage à illite et montmorillonite). Les phénomènes d’altération dominent : les grès sénoniens du Sarladais se dissocient (calcaires dissous et grains quartzeux libérés) et donnent d’épaisses arènes rouges se mêlant à des matériaux allochtones (altérites ante-yprésiennes). La karstification est intense et se poursuit. En Bouriane et dans le Sarladais, le manteau altéré dépasse souvent 50 m.

39Se développe alors une surface d’érosion éogène (anticlinaux arasés, remplissages de synclinaux) en pente vers le SW et le S. La meulière de Bord est un témoin de cette surface (aujourd'hui en partie gauchie par la tectonique). Dans son ensemble, le Périgord est une zone basse où s’accumulent d’énormes dépôts. La dissolution et la karstification des calcaires entraîne :

  • la formation d’un éluvium protecteur assez épais (5-6 m ?) ; dépôt argilo-sableux, marron- rouge, riches en fer (pisolithes plus ou moins indurés et fragments de cuirasse ferralitique ;

  • un karst de type “fourré”, par des produits éluviaux, piégés dans les cavités du cryptokarst (poches, puits, galeries) ; ce type de karst est favorisé par la richesse en produits insolubles de la roche-mère (photo 2) ;

  • la préparation, par le karstification, du défoncement de la surface d’érosion éogène.

Photo 2 : Coupe d'un pech (carrière près de Sarlat) montrant l’importante altération des calcaires et l’infiltration des sables dans le karst, témoignage de l'importante crypto-karstification sous couverture d’altérites durant le Tertiaire.
Cross section of a pech (quarry near Sarlat) showing the important limestones weathering and the sandy infiltration into the karst. It testified the importante crypto-karstification under weathered cover, during the Tertiary period.

402) L’Oligocène et le Miocène (fig. 8) : A l’est de Coumazac et à Molière, des argiles à graviers reposant sur les calcaires crayeux du Turonien sont remaniées par le ravinement quaternaire de la vallée de la Melve. Ces dépôts peuvent se suivre sur 80 km jusqu’au sud de Cahors. Les levés géologiques (ASTRUC, 1988) ont montré que ces dépôts (Formation de Saint-Denis-Catus) correspondent à un matériel alluvial déposé par un très grand cours d’eau (ou oued) d’orientation N-S débouchant “par un estuaire dans le golfe lacustre de Cieurac”. Ces dépôts ont été rapportés à l’Oligocène. Ils prouvent que l’orientation E-W actuelle des grands cours d’eau n’était pas encore établie.

41A la fin de l’Oligocène et au Miocène, l’ensemble de la région est envahi par les molasses à dominante carbonatée et le karst est recouvert (ASTRUC, 1988). Le réseau hydrographique est refoulé au-delà de l’actuelle vallée de la Dordogne, où il est obligé, pour contourner les apports molassiques, de prendre, parallèlement au front de ceux-ci, une direction E-W, préfigurant l’organisation des écoulements actuels.

423) Le Pliocène : La subsidence graduelle observée depuis l’Eocène fait place à un soulèvement qui sera à l’origine de la morphologie actuelle. L’érosion dégage plus rapidement le nord du plateau quercynois où la couverture molassique est moins puissante. Les karstifications plio-quaternaires débutent donc au nord et sont plus récentes au sud. Cette période est donc marquée par le défoncement de la surface éogène (commencé probablement dès le Miocène) par le karst (tassements, effondrements ; secteur de St Cirq Madelon) et par l’érosion fluviale organisée en fonction du niveau de base local représenté par la Dordogne.

43On connaît le traçé des cours d’eau préquaternaires grâce à des galets de quartz, matériel emprunté aux nappes de la surface éogène (fig. 7). Quatre axes principaux d’écoulement ont été reconnus :

  • Léobard-St Martial-Cérac ;

  • Le Vigan-Payrinac-St Cirq Madelon-Groléjac ;

  • Payrac-Rouffillac-Milhac-St Cirq Madelon ;

  • Masclat-Manobre-St Julien.

44D’une façon générale, les cours d’eau pliocènes rejoignent le centre du synclinal (aux environs de St Cirq Madelon). Leur concentration traduit le rôle directeur des pendages de la couche de marnes coniaciennes, ployée en cuvette. Seuls le Céou et la Fenolle font exception à la règle. Ils ceinturent la dépression et paraissent éviter le point le plus bas du pays. Ils se sont installés dans la zone la première déblayée par le karst, là où la couche de calcaire gréseux était la plus mince et où les terrains marneux ont affleuré précocement c’est-à-dire sur les marges du synclinal. Il s’est ainsi formé une gouttière précoce qui a canalisé les eaux des régions environnantes (Causse kimméridgien, Sidérolithique de Villefranche de Périgord).

45Les traînées de galets sont associées à deux types de reliefs. Parfois elles cernent le karst (dépressions monoclinales de Manobre, de Nabirat) : galets éparpillés sur de vastes surfaces planes (érosion en nappe). Seuls ont résisté quelques pechs coiffés de quartzites sidérolithiques, aux versants pavés de blocs (Pech noir). Parfois elles se prolongent à travers le dédale karstique dans de vastes couloirs qui se raccordent au plancher des “plaines” et vont rejoindre les hauts niveaux pliocènes de la Dordogne, tantôt intacts (Nadaillac), tantôt il n’en subsiste que des replats entaillés par l’érosion (Germaine, Melve).

46Glacis périphériques et couloirs karstiques se raccordent : les altitudes décroissent régulièrement depuis les glacis jusqu’aux grandes dépressions du centre de la cuvette, en passant par les couloirs. L’ensemble constitue les premiers linéaments d’un système qui est demeuré inachevé. Succédant à un système d’érosion qui favorisait le sapement latéral, la reprise du creusement au début du Quaternaire (sans doute liée à un changement climatique) a provoqué l’enfoncement linéaire des cours d’eau et a empêché l’achèvement d’un aplanissement local : au centre de la dépression de nombreux groupes de pechs subsistent entre les couloirs les plus amples.

Figure 8 (ci-contre) : Interprétation hypothétique de l’évolution géomorphologique dans le bassin de Sarlat-Gourdon (échelles non respectées).
Hypothetic interpretation of the geomorphologic evolution in the Sariat-Gourdon bassin (scales non observed).
1. Calcaires jurassiques. 2. Sables et argiles cénomaniens. 3. Calcaires crayeux et marneux du Turonien. 4. Calcaires gréseux du Coniacien. 5. Calcaires crayeux et gréseux du Santonien. 6. Silcrète (grès de Gourdon) et cuirasse ferrugineuse. 7. Meulière. 8. Manteau d’altération.

D. Le Quaternaire

47Cette période est marquée par le creusement des vallées fluviales, l’ouverture des poches et galeries karstiques (remplies d’argiles sableuses venues de la surface), et l’isolement des dépôts superficiels de Sidérolithique. Au contraire des couloirs pliocènes, les vallées quaternaires anciennes surimposées sont profondément enfoncées dans le soubassement imperméable du karst. Le maximum du creusement est atteint à la fin du Solutréen (17 500 ans BP). En s’enfonçant, parfois de 50 m, au-dessous du plancher des dépressions karstiques (à St Cirq Madelon le talweg est encaissé de 83 m), les cours d’eau ont provoqué le perchement du karst (fig. 8).

48Le réseau quaternaire porte la trace de plusieurs influences. Il est calqué sur les tracés pliocènes (eux-mêmes guidés par les différentes positions du niveau de base karstique). Plusieurs vallées (Dordogne, Germaine, Melve) sont emboîtées dans de larges couloirs d’érosion pliocènes. Cependant, la coïncidence entre tracés anciens et actuels n’est pas toujours réalisée : certains couloirs à galets de quartz n’ont pas été empruntés par les cours d’eau quaternaires et sont aujourd’hui suspendus au-dessus des talwegs (ex : vallées sèches de Nadaillac, de Roque de Val).Toutes les vallées de la dépression se sont approfondies en fonction de l’abaissement du talweg de la Dordogne (aujourd’hui vers 65 m). Les cours d’eau les plus longs (allogènes) ont pu accompagner la Dordogne dans son enfoncement et creuser au même rythme : ils se raccordent à la basse terrasse würmienne. ceux, nés dans un karst progressivement asséché, menacés par les pertes, n’ont pu suivre : ils ne se raccordent qu’à la moyenne terrasse (acheuléenne) et ont peu évolué depuis le Paléolithique inférieur (FENELON, 1951). Enfin, les alluvions fluviatiles les plus anciennes sont datées du Mindel supérieur ou du Riss, à 50-80 m au-dessus du talweg actuel (grotte de l’Eglise à la confluence du Céou, grotte-abri de Vaufrey, grotte du Pech de l’Azée).

49Une phase froide a succédé à la période de creusement des vallées, donnant de nombreux dépôts de pente qui de nos jours empâtent les bas de versants. Ces dépôts cryoclastiques sont bien datés. Comme ils recouvrent les outillages moustériens et reposent sur la basse terrasse de la Dordogne (Würm), on en déduit que l’enfoncement des talwegs a cessé au Paléolithique supérieur.

50Du point de vue géomorphologique, on note la dissymétrie (sans doute d’origine climatique) des vallées d’orientation E-W ou SE-NW (Melve, Relinquière, Germaine). En adret se multiplient les grands abris sous roche, les murailles verticales, les clochetons et les pinacles. La végétation est formée de pins et chênes verts. La thermoclastie plus intense a provoqué le recul des versants. En ubac apparaissent des croupes très douces ou des plans inclinés qui se raccordent sans heurt au talweg. La végétation se compose de châtaigniers et d’aulnes. La présence de grèzes, appelées localement “castines”, et d’argiles traduit une gélifraction moins intense en raison de la protection offerte par le manteau neigeux persistant. De plus, les coulées solifluées y étaient plus fréquentes et ont contribué à l’adoucissement des pentes.

51Sous influence périglaciaire, alluvions et matériaux (roches poreuses et gélives) descendus en abondance des versants ont remblayé le fond des vallées. Aujourd’hui les eaux stagnent souvent et favorisent la formation de tourbières et de zones marécageuses (St Cirq Madelon, Milhac). La dernière phase du Quaternaire correspond à un arrêt de l’approfondissement de la dépression. Il semble que l’évolution était achevée dès l’Aurignacien (17 000 ans BP) car à la grotte de Cougnac les surgeons qui ont poussé sur les souches stalagmitiques tronquées par l’homme sont très ténus. De même, les jeunes stalactites ne dépassent pas 50 cm, preuve de la faiblesse de la dissolution depuis cette époque.

IV. CONCLUSION : HYPOTHESES SUR L’EVOLUTION DU KARST (fig. 8)

52La synthèse présentée sur des éléments d’observation ponctuels permet d’apprécier l’évolution possible de la dépression synclinale de Sarlat-Gourdon. Parmi ceux-ci, c’est l’évolution du karst d’abord, puis le creusement plio-quaternaire qui sont à même de mieux rendre compte des paysages actuels. En ce qui concerne le karst, on peut envisager deux hypothèses :

53- L’hypothèse classique : Le karst s’est formé à mesure que le niveau de base topographique (Dordogne) s’abaissait. Cette explication fait la part belle à l’érosion mécanique et fluviale, mais nous avons vu que l’incision du réseau hydrographique est tardive (essentiellement plio-quaternaire, mais ayant probablement débuté dès le Miocène).

54- L’hypothèse d’un cryptokarst : Le karst s’est formé sous une couverture d’altérites en fonction d’un niveau de base karstique bloqué sur une couche imperméable (marnes et argiles du Coniacien inférieur) avant qu’intervienne l’érosion sub-aérienne. Ici, l’érosion chimique et la désagrégation jouent un rôle fondamental. Le modelé en buttes (pechs) rend bien compte de ce type d’évolution (photos 1 et 2), c’est pourquoi nous nous rallions à la seconde et envisageons un scénario résumé en trois phases.

55La première phase débute lorsque la mer crétacée se retire ; l’érosion continentale modèle une surface d’érosion fondamentale (éogène), dont la meulière de Bord est un témoin, avec de nombreux dépôts d’altérites perméables en surface. On peut estimer que le niveau de base karstique se situait à près de 250-300 m de profondeur. Pendant tout le Tertiaire, sous l’influence de climats chauds et humides, les phénomènes d’altération dominaient et seuls jouaient les phénomènes de dissolution à grande profondeur, favorisés par la pression en CO2 et par la structure synclinale qui concentrait les eaux. Un écoulement vers l’aval (W et SW) permettait d’évacuer les éléments solubles.

56La deuxième phase est liée à l’enfoncement plio-quaternaire du niveau de base fluvial (Dordogne) auquel se raccorde le réseau hydrographique de la région. Cela se traduit par des reprises d’érosion sur les versants (éboulements), l’abaissement de la nappe phréatique, l’apparition de rivières et de ruissellement souterrain (Cougnac), des recoupements, et le démantèlement de grottes et conduits suspendus. Le centre de la dépression, proche de la Dordogne, a été le mieux “nettoyé”, ce qui explique la mise en valeur de “pechs” et des “plaines”. Les plaines correspondent à des surfaces “structurales” de calcaires marneux et argileux où il ne reste que quelques placages sableux. Les pechs signalent les secteurs de faciès moins soluble. Sur les bordures, le nettoyage a été incomplet, ce qui explique les nombreux dépôts de sables qui remblaient les cavités (Cougnac, l’Azé...).

57La troisième phase est fonction des actions froides du quaternaire. Les grèzes et les débris périglaciaires très abondants ont fossilisé en partie le karst qui aujourd’hui apparaît comme un héritage peu ou non fonctionnel.

58Ainsi, le bassin synclinal de Sarlat-Gourdon présente-t-il un cas spectaculaire de reliefs d’origine cryptogène. La karstification s’est réalisée principalement sous les terrains tertiaires (manteau d’altérites, Sidérolithique, sables du Périgord...) au sein de la série calcaire en voie d’altération et imbibée par un aquifère. Le cryptokarst a été très évolutif avec des phénomènes karstiques accentués par la grande agressivité des solutions traversant le calcaire. Ensuite, elle a été exhumée, nettoyée et retouchée directement par les actions climatiques et d’érosion corrélative. Aujourd'hui, les reliefs résiduels du Sarladais (pechs) constituent l’élément géomorphologique caractéristique de l’altération différentielle. Cet aspect est loin d'être isolé en Europe (J. NICOD et J. N. SALOMON, 1990).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ASTRUC J-G. - 1988 - “Le paléokarst quercynois au Paléogène, altérations et sédimentations associées”, Doc du B.R.G.M., no 33, 135 p.

ENJALBERT H. - 1951 - “Les vallées sèches et les vallées tourbeuses du Bassin Aquitain septentrional”, Rev. Géogr. Pyr. et SW, 22, p. 163-198.

FENELON P. - 1951 - “Le Périgord : étude morphologique”, Thèse, Univ. Paris, Lahure Ed., 525 p., Paris.

FENELON P. - 1974 - “Karsts de type tropical sous climat tempéré”, C.N.R.S., Mém et Doc., vol. 4, p. 143-148.

FOURNIER E. - 1900 - “Etude sur le régime des eaux dans le Quercy depuis l’Eocène supérieur jusqu’à l’époque actuelle”. Bull. Serv. Carte Géol. Fr., t.XI, no 78.

LABROT J. et REY R. -1976 - “Découverte à Bord (Dordogne) de niveaux fossilifères dans la formation dite “sables du Périgord”, C. R. Acad. Sc. Paris, t. 283, série D.

LORBLANCHET M. - 1984 - “La grotte de Cougnac”. In : “L'art des cavernes", Paris, Ministère de la Culture, p. 483-487.

MIANES A. - 1956 - “Un type de dépression synclinale en bordure du Massif Central : la Bouriane”, Rev. Géog. Pyr. et SW, tome XXVII, 17 p.

NICOD J.& SALOMON J.N., 1990 - Les mogotes : des reliefs karstiques résiduels litho-stucturaux et/ou hérités. Rev. de Géomorphol. Dyn., XXXIX, no1, p. 15-39.

PLATEL J-P - 1989 - “Le Crétacé supérieur de la Plate-forme septentrionale du Bassin d’Aquitaine, stratigraphie et évolution géodynamique.” Thèse d’Etat.

SIMON-COINÇON R. - 1987 - “Le rôle des paléoaltérations et des paléoformes dans les socles (Massif Central français)”, Thèse Doc Et., Univ. Paris I, 318p.

TRAUTH N., ASTRUC J.G., ARCHANJO J., DUBREUILH J., MARTIN P., CAULIEZ N. & FAUCONNIER D. - 1985 - “Géodynamique des altérations ferralitiques sur roches sédimentaires en bordure SW crétacée du Massif Central : paysages sidérolithiques en Quercy-Blanc, Haut-Agenais, Bouriane et Périgord noir”, Géol. de la France, no 2, p. 151-160.

Table des illustrations

Légende Figure 1 :Localisation de la région étudiée (Sarladais, Dordogne).Localisation of the studied area.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 2 : Coupe schématique du plateau de Bord. Schematic cross section of the Bord plateau.1. Meulière. Dalles silicifiées, parfois emballé’es d’argile bariolée (≈ 2 m. d’épaisseur). 2. Sidérolitique (sables éogènes rouges). 3. Calcaires gréseux tendre, argiles et sables du Santonien. 4. Calcaire coniacien du substratum.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 3 : La cuesta coniacienne dans le secteur de Manobre.The conacian cuesta in the Manobresector.1. Sidérolitique. 2. Calcaire gréseux coniacien. 3. Marnes coniaciennes. 4. Calcaire noduleux.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 4 : le plateau coniacien dans le secteur de Nadaillac-Milhac. The coniacian plateau in the Nadaillac-Milhac sector.1. Calcaire arénacé et éléments dolomitiques. 2. Calcaires marneux et argiles.3. Dépôts siliceux provenant du coniacien supérieur.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 5 : Les grès de Gourdon. Coupe entre le Pied Noir et le pech Roudier (d’après ASTRUC, 1988, p. 36).The Gourdon sandstone. Cross section between the Pied Noir and the Roudier pech (after ASTRUC 1988, p. 36).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figuration du manteau d'altération (sables eocenes et altérites sablo-argileuses) enlevé par l’érosion
Légende Figure 6 : Le pech et les grottes de Cougnac (coupe schématique). Pech an caves of Cougnac (schematic crosssection).1.Calcaires dolomitiques jurassiques. 2. Calcaires coniaciens. 3. Sables détritiques issus du Coniacien. 4. Sables argileux cénomaniens. 5. Calcaires marneux turoniens. A. Grotte des concrétions. B. Grotte des peintures.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Photo 1 :Un pech (butte) du Sarladais.A pech (hill) in the Sarladais area.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Photo 2 : Coupe d'un pech (carrière près de Sarlat) montrant l’importante altération des calcaires et l’infiltration des sables dans le karst, témoignage de l'importante crypto-karstification sous couverture d’altérites durant le Tertiaire.Cross section of a pech (quarry near Sarlat) showing the important limestones weathering and the sandy infiltration into the karst. It testified the importante crypto-karstification under weathered cover, during the Tertiary period.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Figure 8 (ci-contre) : Interprétation hypothétique de l’évolution géomorphologique dans le bassin de Sarlat-Gourdon (échelles non respectées).Hypothetic interpretation of the geomorphologic evolution in the Sariat-Gourdon bassin (scales non observed).1. Calcaires jurassiques. 2. Sables et argiles cénomaniens. 3. Calcaires crayeux et marneux du Turonien. 4. Calcaires gréseux du Coniacien. 5. Calcaires crayeux et gréseux du Santonien. 6. Silcrète (grès de Gourdon) et cuirasse ferrugineuse. 7. Meulière. 8. Manteau d’altération.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/11030/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 581k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540