Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karsts et évolutions climatiques

 | 
Jean-Noël Salomon
, 
Richard Maire

Karsts mediterranéens

La séquence tardiglaciaire-holocène du travertin de Priego de Cordoba

Cordillère Bétique, Espagne

Fernando Díaz del Olmo, Rafael Baena Escudero, Blanca Ruiz Zapata et Genaro Álvarez Garcia
Traduction de Jean-Noël Salomon

Résumé

Situé au contact entre le Subbétique externe (Cabra) et le Subbétique moyen (Horconera), le piémont de Priego (Cordoue, Esp.) se caractérise par la présence d’un édifice travertineux segmenté, en relation avec la dynamique d’un karst de moyenne montagne méditerranéenne, dont la séquence chrono-sédimentaire inclut le Tardiglaciaire et l’Holocène. Du point de vue morphologique, on distingue deux secteurs : celui de l’Institut Alvarez Cubero et celui de l’Ardave-Cubé, dans lesquels on peut reconnaître différents corps sédimentaires à faciès mixtes. La séquence climato-sédimentaire définit une karstification active avec d’importantes fluctuations entre 18 900 et 2 600 ans, avec une dominance de flore xérophile méditerranéenne typique. Puis la séquence climato-anthropique se développe à partir du Subatlantique avec des faciès détritiques et des sols anthropiques, avec l’emprise des travaux agricoles.

Ubicado en el contacte entre el Subbético Externo (Cabra) y el Subbético Medio (Horconera), el piedemonte de Priego (Córdoba, Espana) se caractérisa por la présencia de un compartimentado edificio travertínico, relacionado con la dinamica de un karst de montaña media mediterranea, cuya secuencia crono-sedimentaria abarca el Tardiglaciar y Holoceno. Morfológicamente se identifican dos sectores, Sector Institute Alvarez Cubero y Sector Adarve-Cubé, en los que pueden reconocerse diverses cuerpos sedimentarios con facies mixtas. La secuencia climatosedimentaria define una karstificación sostenida con fluctuaciones importantes entre 18.9 et 2.6 ky BP., dominando la tendencia hacia la típica xerofília mediterránea. Mientras que la secuencia climato-antropica con faciès detriticas, antrosols y consolidacion de las labores agricolas, se desarrolla a partir del Subatlántico.

Texte intégral

Nous adressons nos remerciements au Professeur J. VAUDOU R pour ses commentaires de terrain très pertinents quant à la séquence du travertin, au Dr. Y. QUINIF pour les analyses isotopiques U/Th, aux Professeurs J M. RECIO, A.L. VERA et F. BORJA pour leur aide scientifique et à J. MOLINA pour les travaux spéléologiques.

INTRODUCTION

1L’étude détaillée de certains karsts des Cordillères Bétiques (DELANNOY et al., 1989) est venue démontrer ces dernières années l’activité continue, au cours du Quaternaire et sous l’influence des changements climatiques, de la karstification dans le Sud de la Péninsule Ibérique. Des formes majeures telles que les poljés (ex : Zafarraya, Líbar, Cabra), des champs de dolines (ex : Nieves, Cazorla, Tejeda) ou le développement de réseaux spéléologiques (ex : Sima GESM, Hundidero-Gato, Pozuelo) témoignent, au travers de leur morphologie et des formations sédimentaires, d’une polygénie complexe d’âge pléistocène où l’alternance de climats froids et d’interstades a joué un rôle prépondérant.

2Pendant le Pléistocène supérieur et le passage à l’Holocène, cet état de fait reste corroboré par la présence dans le massif de la Sierra Nevada (Grenade) de manifestations glaciaires quaternaires qui, avec plusieurs pulsations, relèvent d’une chronologie würmienne et postérieure (GOMEZ ORTIZ, 1987 ; GOMEZ ORTIZ & SALVADOR, 1991). L’impact de paléoclimats froids (et humides) récents au-dessous de 1500 m est également évident, loin des hauts sommets des Zones internes des Cordillères Bétiques, sous la forme de dépôts périglaciaires fréquents et de travertins variés adossés aux versants et piémonts des massifs karstiques (BAENA & DIAZ del OLMO, 1989), (Torcal, Cabra, Mágina, Nieves, Mijas, Blanca, Grazalema, Líjar, Líbar, Tejeda, etc...). A ce jour, pour les karsts des Cordillères Bétiques, les séquences du Tardiglaciaire et de l'Holocène ne sont connues que de façon fragmentaire, notamment en relation avec les stratigraphies relatives au karst, ou alors par le biais de quelques données fournies par les analyses du registre palynologique.

I. LES MUTATIONS PAYSAGERES DU QUATERNAIRE RÉCENT SUR LES KARSTS DE LA MOYENNE MONTAGNE ANDALOUSE

3D’après ce que l’on sait des modèles d’occupation, au cours de la pré-et protohistoire, l’occupation de la moyenne montagne par l’homme a été inégale. Des gisements archéologiques comme celui de La Carihuela (Piñar, Grenade) qui offrent des données en continu, depuis le début du Pléistocène supérieur jusqu’aux phases historiques, sont exceptionnels ; mais l’existence d’autres centres importants, quoique de moindre envergure archéologique, répartis dans les Cordillères Bétiques (Ambrosio, Velez Blanco ; Almeria-Boquete de Zafarraya, Neya ; MalagaMurciélagos, Zuheros, Cordoue-Parralejo et Dehesílla, Cadix, etc...) permet d’obtenir des renseignements confirmant l’occurence de changements environnementaux entre le Paléolithique moyen et le Calcolithique (environ 25 000 à 3000 BP).

4Comme nous l’avons dit, la fin du Pléistocène et le passage à l'Holocène sont régis dans les Cordillères Bétiques par les conditions périglaciaires à caractère froid affirmé et par l'accentuation du caractère humide, ce qui a laissé sur les versants des dépôts ordonnés, parfois avec des encroûtements cryogéniques. Les formations travertineuses de Cuevas del Becerro (26 005 ± 1244 BP), la Mesa (27 999 ± 1056 BP), Serrato (13 693 ± 315 BP), datées au C14 dans la Province de Malaga (CRUZ SAN JULIAN, 1981) ; de Fuente Siete Arroyos, Algodonales (Cadix) (9000-8500 BP, C14) (OJEDA et al., 1987), en position stratigraphique inférieure aux dépôts périglaciaires, sont des arguments en faveur d’un cadre environnemental ancien dominé par des conditions à la fois humides et fraîches, tandis que les remplissages des cavités plaident pour l'existence de deux phases plus chaudes (18 000-17 000 ans, équivalent de Laugerie et 15 000-13 000 ans, équivalent de Lascaux).

5Dans la montagne, à un niveau que l’on peut considérer comme le niveau de base local des sorties travertineuses, la tourbière de Padul (Grenade) (PONS et REILLE, 1986) montre le maintien de l’ambiance tardiglaciaire entre 23 000 ± 500 et 15 200 ± 80 BP, C14. A partir de cette seconde période, la présence sur le diagramme pollinique de formations steppiques indique un changement climatique vers des phases plus chaudes, lequel s’est répété vers 13 200 ± 150, puis avec moins d’intensité vers 10 000+ 120 BP.

6Selon ces données, les Cordillères Bétiques, pendant la période comprise entre 20 000 et 10 000 ans, se seraient caractérisées par un étagement de leurs paysages beaucoup plus accusé que l’actuel, avec une dominance des étages bioclimatiques actuels supra- et oroméditérranéens à Pinus et Juniperus, et une action intense de la gélifraction. Peu à peu se serait affirmée une biomasse arborée plus importante à matrice thermophile avec Quercus t. ilex et Pistacia, puis en conséquence le relèvement en altitude de la morphogenèse périglaciaire.

7L’affirmation de cette xérophilie au cours de l’Holocène, avec des périodes d'optimum climatique à caractère tempéré-humide, est la raison essentielle de la dominance biogéographique des chênes calcicoles et de la disposition actuelle des étages bioclimatiques montagnards fondamentaux : le supra et le thermoméditerranéen. A Padul, le genre Olea fait son apparition vers 7840 ± 220 BP, sans que pour autant l’on puisse exclure une origine anthropique pour expliquer sa venue.

8La perturbation du géosystème karstique et l’association de gisements archéologiques aux travertins, démontrent, comme l’a montré VAUDOUR (1986), l’occurence d’un cycle sédimentaire climato-anthropique au cours de l’Holocène. Le grand développement de l’Epipaléolithique, mais surtout les manifestations du Néolithique andalou (LOPEZ, 1978) et l’importance et la diversité des ateliers Ethiques dans les montagnes (RAMOS, 1988 ; VALLESPI et al., 1988), renforcent l’idée de l’impact anthropique sur les paysages. Ainsi pouvons-nous voir comment le ralentissement de l’édification des constructions travertineuses apparaît patent à plusieurs périodes, mais plus spécialement entre le sixième et le deuxième millénaire BC, en concordance avec les dates de la néolithisation (avec des restes d’animaux domestiques et de céréales dans la grotte de Los Murciélagos, datés au C14 de 4300 à 3980 BC), et les grands chantiers de carrière (en liaison avec les industries des dolmens de certaines époques anciennes du Calcolithique) que VALLESPI et al. (1988) mettent en relation avec des groupes humains destructeurs de forêts.

9Les peuplements nouveaux qui apparaissent en Andalousie occidentale autour de l’an 1000 BC, indiquent une nouvelle organisation du territoire ainsi qu’une préoccupation d’ordre minier et pastoral. L’exploitation des ressources naturelles de la montagne a amené avec elle, lors des siècles suivants, une dégradation essentiellement anthropique des paysages naturels. La conséquence directe fut un amoindrissement de la pédogenèse, la paralysie des formations travertineuses, l’accélération des ravinements et l’incision des talwegs.

II. ETAT DE LA QUESTION ET OBJECTIFS

10La séquence travertineuse étudiée (Priego, Cordoue) se situe dans un cadre géomorphologique et morphoclimatique de piémont karstique. Elle met en relation l’évolution d’un poljé avec une dépression néogène. Grâce à elle, on peut avoir une interprétation régionale des caractéristiques du réchauffement climatique au cours des 20 000 dernières années, et des éventuels processus d’anthropisation survenus pendant cette période (Fini-Pléistocène, Tardiglaciaire et Holocène).

Figure 1 : Localisation et cadre géologique de Priego (Cordoue). 1 Massifs carbonatés. 2 Substrat marno-gypsifère (Trias).
Localization y entorno geológico de Priego (Cordoba). 1. Macizos carbonatados. 2. Substrato margoyesífero (Trias).

Figure 2 :
Schéma morphologique du massif de La Horconera
avec les paléo-vallées et le poljé de La Almozara, et l’édifice travertineux de Priego à plates-formes intermé-diaires (secteur d'Adarve-Cubé-La Joya). Esquema morfológico del Macizo de la Horconera, con paleovalles y polje de La Almozara, y del edificio travertínico de Priego con plataformas intermedias (Sector Adarve-Cubé-La Joya).

11Les premières références à la plate-forme travertineuse de Priego de Cordoba ont été regroupées par CARANDEL (1922) et ORTEGA ALBA (1975). Il s’agit de grandes descriptions du travertin en mettant l’accent sur la présence de la cité, la position en balcon, ainsi que des fontaines et sources du pied de montagne. Plus tard, PEZZI (1977) a mené à bien une analyse comparant le fonctionnement de la Fuente del Rey à Priego du point de vue du comportement hydrogéologique et géochimique du Subbétique externe des environs du massif de Cabra. Ce fut en 1989, à l’occasion de la Réunion Franco-Espagnole sur “Les karsts méditerranéens d’Andalousie occidentale” (DELANNOY et al., 1989) et de la synthèse du Quaternaire d’Andalousie occidentale, que s’est faite la première évaluation morphogénétique de la plate-forme travertineuse de Priego (DIAZ DEL OLMO et al., 1989 ; BAENA et DIAZ DEL OLMO, 1989), avec l’identification des faciès sédimentaires et l’établissement d’une chrono-séquence évolutive, puis la mise en valeur de l’anthropisation quant à la formation du travertin et à celle du piémont karstique.

III. CADRE GEOLOGIQUE, CLIMATIQUE ET GEOMORPHOLOGIQUE DU PIEMONT DU MASSIF DE LA HORCONERA

12Le piémont de Priego de Cordoba se situe dans le domaine des Zones externes des Cordillères Bétiques, au contact entre le Subbétique externe (massif de Cabra) et le Subbétique moyen (massif de Rute), le Trias marno-gypsifère affleurant entre les deux (fig. 1). Le massif de Rute correspond à un affleurement de calcaires liasiques du Subbétique moyen qui caractérise, avec ses crêtes énergiques, un des traits géomorphologiques du relief structural du Subbétique du domaine marneux.

13Les plates-formes travertineuses, appuyées sur la Sierra de la Horconera (prolongation NE de la Sierra de Rute), s’étalent sur le piémont sous forme d’échelonnements topographiques entre 450 et 660 m. Géologiquement les séries se composent surtout du Trias à faciès germano-andalou, puis de calcaires liasiques, de marnes, de calcaires et de marno-calcaires, respectivement du Dogger, du Malm et du Crétacé s.l. A la Horconera (FELGUEROSO et COMA, 1964 ; LHENAFF, 1977), on distingue une série de trois structures anticlinales parallèles et dissymétriques d’axe SSW-NNE qui donnent les crêtes liasiques du Bermejo (1476 m), de Horconera (1470 m) et la Tiñosa (1570 m), séparées les unes des autres par d’étroites vallées développées dans les marnes crétacées.

14Du point de vue climatique, l’enclave de Priego fait partie de la variété continentale du climat méditerranéen andalou, caractérisée par des précipitations totales relativement abondantes et un régime thermique doux et peu accentué, avec des déficits hydriques pendant les mois de juin, juillet et août. La série climatique des derniers 45 ans, comprise entre 1943 et 1988 et étudiée en détail, offre quelques contrastes intéressants qui affirment ces traits climatiques généraux. Ainsi, le total moyen des précipitations annuelles (664 mm) est-il typique des milieux continentaux méditerranéens de même que la répartition annuelle avec des maxima en décembre-février et des minima en juillet. Les températures moyennes annuelles (12,9°C) sont nettement plus basses que celles du domaine type situées le plus souvent autour de 17-18°C. Les moyennes hivernales et estivales de Priego se situent respectivement à 6,2°C et 20,7°C, ce qui souligne nettement leur caractère montagnard au sein des sierras subbétiques.

15L’édifice travertineux de Priego sur le piémont de la Sierra Horconera s’étend à partir du contact entre les calcaires basiques de la montagne et le substrat marneux et marno-gypsifère du Subbétique. On observe un poljé échelonné (La Almorzara) sur les calcaires basiques, actuellement drainé en direction de Zagrilla et largement colmaté (fig. 2). Un système de paléo-vallées drainent depuis le poljé d’Adarve de Priego tandis que du côté occidental apparaît un système d’exsurgences échelonnées sur les versants des calcaires basiques ; on observe un épikarst important constitué de lapiés de ravins, de planchers stalagmitiques, de croûtes calcaires de type croûte zonaire, ainsi que de colluvionnements de sols fersiallitiques.

IV. LES FORMATIONS TRAVERTINEUSES DE PRIEGO

16Les travertins de Priego se développent le long du piémont de la Horconera en deux grands ensembles distincts : les travertins de l’Institut Alvarez Cubero et les travertins d’Adarve, Cubé et La Joya.

A. Les travertins de l’Institut Alvarez Cubero (fig. 3)

17Il s’agit d’un vaste dépôt à morphologie de plate-forme, en partie démantelée, qui recouvre en discordance le substrat calcaire et marneux des versants. Topographiquement il est situé entre 500 et 600 m. Vers le sommet les versants se caractérisent par l’épikarst décrit ci-dessus et les vestiges d’un sol brun-rougeâtre (5 YR4/4) à la base, surmonté par un dépôt colluvial à matrice argileuse.

18La séquence du dépôt démarre dans la partie inférieure du piémont avec un profil d’altération décapité par un dépôt de gravillons travertineux lequel est coiffé par une plate-forme de tuf à tiges et à limons concrétionnés (6 m). Du point de vue palynologique (fig. 4/la) le tuf est dominé par un volume important de PA (80 %), avec un fort pourcentage d’Olea (50 %), suivi de Pinus, Salix et Quercus, et, se détachant des taxons non arborés, les Ombellifères.

19- Profil d’altération (0,80-1,20 m) :

  1. substrat marneux (fig. 5) (M-1.0 ; smectite : 78 % [très cristallisée] ; kaolinite : 16 %) et marno-calcaire (CO3 : 85 %) ;

  2. horizon C isovolumétrique, argilo-limoneux (fig. 5) (M 1.1 ; smectite : 75 % [ouvert !, kaolinite : 18 %), à nodules marno-calcaires (7,5YR7/6) recouverts d’une mince couche micritique d’aspect pulvérulent (CO3 : 89 %) ;

  3. horizon (B) argileux (fig. 5) (M-1.2 et M-1.3 ; smectite : 76-79 % [ouvert] ; kaolinite : 17-15 %), brunâtre (7,5YR6/6), prismatique, polyédrique, à carbonates pulvérulents recouvrant le système de fentes de la structure (CO3 : 67 %), et au toit des gravillons caractéristiques du niveau supérieur ;

  4. dépôt détritique à géométrie oblique, à graviers grossiers et gravillons (quelques-uns de nature tuffeuse) à matrice limono-argileuse grissombre (fig. 5 : M-2.1 ; smectite : 100 %). De haut en bas, l’ensemble du profil est affecté par une migration verticale de carbonate pulvérulent qui remplit fentes et cavités. Vers le haut du versant, ce dépôt inférieur passe à une vaste plate-forme de 7 m d’épaisseur, constituée des éléments suivants, du plancher vers le sommet :

  5. dépôt détritique semblable au niveau 4 ;

  6. dépôt limono-argileux à tuf de tiges et petits horizons colluviaux ; il culmine avec un horizon argileux hydromorphe grisâtre ;

  7. niveau de tuf de tiges et de mousses, cimenté ;

  8. croûte calcaire culminante, de faciès tuffeux et zonaire, avec des restes de sols bruns au sommet.

20Du point de vue palynologique l’ensemble de la plate-forme présente une faible diversité taxonomique, un déclin notable de Pinus, une évolution fluctuante, quoique soutenue, d’Olea, ainsi que le maintien des Ombellifères, particulièrement au sommet du niveau 6 (fig. 4/II).

B. Les travertins de l'Adarve-Cubé-La Joya (fig. 6, tabl.1)

21Ils forment un édifice typique en balcon sur lequel la ville de Priego s’est établie et une série de plates-formes inférieures ayant fait l’objet d’aménagements agricoles historiques.

22- Le secteur de l'Adarve-Cubé : Il correspond au front septentrional de l’édifice travertineux. Sa puissance est de 100 m depuis le balcon de L’Ardave jusqu’au cours du ruisseau Salado. L’escarpement de l’Adarve montre une succession de faciès de cascades travertineuses associées à des paléo-vallées qui organisent le drainage depuis Almozara, et des ravines issues des exsurgences situées au pied du substrat liasique. Les faciès de cascade présentent des tiges, des lamines carbonatées en lanières et des traces de corrosion superficielle. La datation U/Th de ces faciès a donné un chiffre de 18,9 ka (+ 6,8 ; - 6,4). A la base de l’escarpement de l’Adarve, la karstification de la plate-forme est mise en évidence par la présence de cavités ouvertes dans le travertin laissant apparaître des conduits et des coulées stalagmitiques à section finement stratifiée, à base de calcite blanchâtre et de petits lits rubéfiés.

23Après le VIIIème siècle, l’urbanisation précoce de la plate-forme amène un enfoncement progressif des ruisseaux, des sources et de la disposition des fontaines, ce qui fait apparaître sur l’escarpement la superposition des coulées récentes liées aux écoulements des sources de l’Adarve (fig. 7). La grande plate-forme de La Cubé montre une succession complexe de cascades et de dépôts détritiques d’une puissance d’environ 10 m, accompagnée, comme dans le cas de l’Adarve, de processus de karstification illustrés par des cavités et un développement de galeries et de conduits étroits. Dans la cavité del Pozo, une coulée stalagmitique bien cristallisée montre une micromorphologie alternante de calcites blanchâtre, brun-jaunâtre et brun-rougeâtre. La datation U/Th a donné 8,9 ka (± 0,1).

24Le sommet de cette plate-forme a été l’objet d’un aménagement agricole historique intense concrétisé par la mise en place de nombreux terrassements avec des banquettes à faciès travertineux, et par l’ouverture et la création de petits canaux d’irrigation pour les cultures horticoles. Le résultat a été l’apparition de nombreuses plates-formes intermédiaires et celle de formations superficielles anthropiques ou “antrosols”, incorporant des vestiges archéologiques. A la Homacina, au pied des cascades de l’Adarve, protégé du démantèlement agricole de La Cubé, subsiste un profil de 2 m d’épaisseur montrant les traits suivants, de bas en haut :

  1. faciès à tiges et structures de mousses, de teintes claires. Une datation U/Th donne un chiffre de 7,2 ka (+ 0,3 ; - 0,4) ;

  2. niveau de sables travertineux (10Y3/2) ;

  3. dépôt détritique à petits niveaux de lamines carbonatées et petites accumulations de tufs à tiges ;

  4. petites passées d’ooïdes à matrice sableuse et limoneuse, à caractère hydromorphe (10Y3/2) ;

  5. horizon de limons à hydromorphie modérée (10YR4/3), avec de la matière organique au sommet ;

  6. dépôt détritique semblable au niveau 3 ;

  7. reste d'horizon organique (d’occupation humaine) avec des morceaux de céramique indifférenciés.

25Du point de vue palynologique (fig. 4/IIa), ressort la présence de nombreux restes de charbons végétaux, une baisse importante des taxons représentant les arbres (3 % d’Olea) et la présence de Quercus et de Salix, et parmi les PNA une grande variété de laquelle se détachent les Chénopodiacées. Par-dessus ces dépôts, on peut distinguer plusieurs sortes de faciès de cascades qui colmatent la partie la plus externe de La Cubé. Il s’agit de faciès de tuf très poreux avec des calcites brun-jaunâtre très fines qui recouvrent fréquemment les pores. La datation U/Th a donné une date de 2,6 ka (+ 3,1 ; - 2,6). Les antrosols des plates-formes intermédiaires peuvent avoir des épaisseurs jusqu’à 2 m et montrent des restes d’horizons hydromorphes, la présence de niveaux détritiques et des restes abondants de tessons et de céramiques d’origine musulmane (notamment des bords de tuyaux de noria, des fragments d’écuelles (pâte de teinte chatain et orangée), de facture assez pure, qui vont, du point de vue chronologique, du Xème au XVème siècle. Du point de vue palynologique (fig. 4/IIb), on retrouve des PA, surtout Olea, la présence de genres de mésophiles (Salix et Ulmacées) suivie d'une courbe légèrement décroissante de Chénopodiacées, et une remontée finale de nitrophiles tels que Rumex et les Solanacées.

Figure 3 : Travertin de Priego : secteur de l’Institut Alvarez Cubero. Plates-formes et localisation des échantillons (légende dans le texte).
Travertino de Priego : Sector Instituto Alvarez Cubero. Plataformas y localización de muestreos (Leyenda vid. texto).

26- Le secteur de La Joya : Il se situe dans la partie orientale de l’agglomération de Priego et son épaisseur est de 20 à 23 m, son escarpement étant limité par le reste de rempart du XVIème siècle. Depuis le substratum jusqu'au sommet, il est possible de distinguer de nombreux ressauts anthropiques modelés pour l’approvisionnement agricole du travertin avec une fréquence plus grande là où le travertin n’atteint plus que 8 m d’épaisseur, sa base étant à la sortie des canalisations des lavoirs du XVIème siècle. Entre 8 et 10 m se trouvent des faciès à sables calcitiques brun-jaunâtre parfois concrétionnés (limons tuffeux), avec de petits niveaux à faciès de mousses. Dans cette partie, à partir d’un banc de sables, on a extrait divers objets archéologiques (restes d’industries lithiques, des haches, des tessons, et même une meule de moulin), ce qui indique une vaste chronologie calcolithique et romaine. Les derniers 8 m de sédiments (13-21 m) se composent de faciès de tiges et sables brun-jaunâtre. Les banquettes supérieures ont été affectées par des cascades ultérieures.

V. L’EVOLUTION POSTERIEURE A 2600 ANS : LA MISE EN VALEUR AGRICOLE ET L’UTILISATION DE L’EAU

27L’existence de tables de travertins au pied de la Sierra Horconera avec des plates-formes à quelques 100 m au-dessus du ruisseau Salado, et l’abondance d’eaux continentales par le biais de ruisseaux et d’émergences, explique l’enclave de Priego en tant que point permanent de l’occupation anthropique et de l’aménagement du territoire. Mais bien qu’insérés dans un contexte régional d’occupation humaine précoce (Néolithique moyen et supérieur), les travertins de Priego n’accusent pas l’impact de cette anthropisation jusqu’à la période subatlantique, moment à partir duquel se produit un changement total du registre édapho-sédimentaire du travertin et la paralysie du concrétionnement.

Fig. 4/la : Diagramme pollinique (Priego, Secteur de l’Institut).
Diagrama polínico (Priego, Sector Instituto).

28Trois grands processus marquent l’anthropisation de la plate-forme de Priego : l’occupation urbaine de l’Adarve ; l’exploitation agricole systématique, particulièrement à La Cubé ; et la gestion du système hydraulique des ruisseaux et des sources (fig. 7) tant pour les plates-formes que pour le ruisseau Salado, ainsi que l’augmentation conséquente de la pollution des eaux. Les références historiques de ces processus débutent en l’an 745, et l’on peut mettre en exergue, pour la cité de Priego et ses alentours, les faits suivants :

29- La période islamique (de 745 à 1226) : Elle est bien représentée dans la morphologie urbaine du quartier de La Vila et dans la permanence toponymique de la ville (Adarve (= al’darb), Almarcha, Almozara. Al Idrissi estimait sa population entre 1000 et 1500 habitants. A cette époque correspondent les premiers aménagements des ruisseaux de la plate-forme travertineuse, avec le tuyautage souterrain et la canalisation d’une petite partie du réseau hydrographique (Cano de la Mora, parallèle à l’actuel Paseo de Colombia), la construction de passages, sans doute en relation avec le premier réseau d’égouts, et en conformité avec les premiers terrassements et l’ouverture de nombreux canaux d’irrigation à La Cubé, Adarve et La Joya, en liaison avec la mise en place d’une horticulture.

30Des prospections archéologiques récentes signalent l’existence d’un important travail d’extraction de blocs de carrière dans le quartier de La Villa. Ces carrières occupaient des niveaux stratigraphiques antérieurs au XIème siècle, très probablement en relation avec la construction de l’Alcazar ou du réduit défendu par les murailles. Les données historiques relatent également l’extraction de “la pierre de tuf” destinée à conforter le “balcon de l’Adarve”. En outre, il existe des références relatives à la présence de boisements (de pins ?, de chênes ?) dans les environs de la cité.

Fig. 4/lla et Mb : Diagramme pollinique (Priego, Secteur d'Adarve-Cubé).
Diagrama polínico (Priego, Secteur d'Adarve-Cubé)

31- La période du Bas Moyen-Age (de 1226 - 1492) : Il s’agit d’une période de grande instabilité militaire car Priego est situé juste à la frontière entre le royaume chrétien de Castille et celui musulman de Grenade. Les conséquences se firent sentir par l’abandon total de l’horticulture pour passer à une économie d’élevage, et par l’augmentation des défrichements forestiers dans les environs afin de faciliter l’établissement des camps militaires des nombreuses troupes d’assiégeants. En corrolaire s’agrandissent et s’améliorent les œuvres destinées à entretenir l’enceinte de la cité protégée par les murailles, surtout sur le chemin de ronde, en extrayant des matériaux travertineux ainsi que l’indique un document des archives ducales de Medinaceli (Séville) daté de 1480. Parmi les toponymes, il reste celui de Puerta del Agua qui indique la situation de cette dernière (une entrée de la cité), voisine de deux ruisseaux qui descendent vers l’Adarve par les rues actuelles de Rio et Ribera de los Molinos, lesquels ont probablement été englobés en partie intra muros, ou bien celui de Lavadero, Puente de Tablas ou Fuente “Llovia”, qui rappellent leurs fonctions, une façon de faire valoir ou de caractériser ces cours d’eau.

32- La ville de la Renaissance (1492-1600) : Il se produit une transformation radicale en comparaison des évènements précédents et postérieurs, avec la disparition de l’instabilité frontalière. Avec le calme on assiste à un nouvel essor économique provoqué par l’industrie de la soie confortée par des conditions manufacturières favorables le long des berges des cours d’eau (teintureries, lavoirs, lieux de séchage, foulons, moulins etc...). La population et l’espace urbain suivent cette croissance, la ville atteignant quelques 8000 habitants à la fin du XVIème siècle. L’agrandissement de la ville s’effectue principalement le long du cours d’eau, en laissant vers l’intérieur de nombreux jardins avec des systèmes d’irrigation dont quelques-uns ont survécu jusqu'à un passé très récent.

Tableau 1 : Résultats isotopiques et âges (U/Th). (analyses : labo. CERAK, Mons.Belqique, Dr. Y. QUINIF).
Resultados isotópicos y cronologías (U/Th).(lab. CERAK, Morts, Dr. Y. QUINIF).

33Les références relatives aux roselières et aux terrains humides sur les marges des ruisseaux sont très fréquentes. Il se produit une utilisation intensive des eaux de ruisseaux tant pour le nettoyage des Boucheries Royales (1576 ?) que pour l’approvisionnement publique avec la mise en place de nombreuses fontaines. En même temps, on agrandit le réseau de canalisations aériennes (canalisation de l’Arco de San Bernardo) ou souterraines (passages de la Villa et San Francisco). L’exemple le plus net de ces travaux est la construction de la Fuente de la Salud en 1586 ; jusqu’à nos jours, il existe des indications de la présence d’un dépotoir en cet endroit, ainsi que de celle d’une source ancienne qui sourdait de trois griffons différents (ORTEGA, 1973). Entre 1586 et 1592 se fait un réaménagement urbain de toute la zone actuelle de la rue Rio-Fuente del Rey, par le biais d’expropriations de terrains avec la disparition de jardins horticoles, d’abattis d’arbres, etc... Ces opérations s’achèvent en 1592 avec l’endiguement définitif du cours d’eau.

34- Les faits marquants de 1600 à 1800 : Pendant cette période, la ville baroque a connu l’expulsion des Maures en 1611, les atteintes de la peste en 1650 et 1681, et la grave crise économique et démographique du XVIIème siècle. A la fin du siècle se produit un certain essor de l’industrie de la soie, Priego atteint alors près de 10 000 habitants. On ne connaît pas d’extension du réduit protégé pendant cette période, mais une plus grande densification de celui-ci, avec l’occupation des anciens jardins horticoles et les marges des rives (notamment sur celles de l’actuelle rue Rio). A partir du distributeur d’eau de la Panduerca, lieu de la Puerta del Agua, déjà citée, on procède à l’installation de canalisations souterraines et de fontaines publiques (par exemple celle de San Narcisso) en laissant s’assécher les zones urbaines (ex : Factuelle rue Canamero) et en profitant de cela pour réaligner les bâtiments.

35- La période actuelle (XIXème et XXème siècle) : Elle commence avec les grands travaux urbains de Priego : la construction du grand monument de la Fuente del Rey (1800-1802), le recouvrement du ruisseau de la rue Rio (approximativement de 1890 à 1930), de celui del Huerto Almarcha et de celui de las Caracolas, ce dernier étant encore en cours. C’est alors que se complète l’occupation de la plate-forme travertineuse et des milieux adjacents, tandis que la ville passe de 7800 habitants pour le premier tiers du XXème siècle aux 14 000 actuels (1986).

Figure 5 : Minéralogie des argiles : profil d’altération et matrice du dépôt détritique (Priego, Secteur de l’Institut). Es = smectite. I = illite. K = kaolinite.
Mineralogía de arcillas : perfil de alteración y matriz depósito detriíico (Priego, Sector Instituto).

36Le suivi de ces événements a engendré plusieurs conséquences pour l’édifice travertineux de Priego :

  • La fixation de la morphologie de l’escarpement naturel de l’Adarve et la paralysie du concrétionnement des tufs en laissant seulement des cascades nouvelles liées aux nouvelles positions des fontaines de l’Adarve. Par contre, on observe une recrudescence des faciès détritiques datés de l’époque calcolithique et romaine, et donc nettement historiques, déjà décrits pour les secteurs de La Joya et le sommet de La Horcina.

  • Les travaux agricoles se sont surtout fait sentir par le démantèlement des horizons supérieurs

  • La Cubé et le changement de la Pinède par l’Oliveraie, par la rudéralisation progressive et par l’apparition de plates-formes intermédiaires “artificielles” avec des bancs composés de matériel travertineux.

  • Le ralentissement du concrétionnement travertineux s’est effectué en même temps que l’occupation urbaine et l’aménagement du système hydraulique de l’Adarve, avec en conséquence une diminution des débits, une augmentation de la turbidité et, selon les périodes, la pollution des eaux.

37Finalement il est possible de repérer grâce à l’époque historique une intensification de la circulation interne des plates-formes travertineuses, avec de nombreuses références historiques pour les XVIème, XVIIème et XIXème siècles relatives aux réparations et aux travaux souterrains de même que la mise en place de tufs très récents dans l’Adarve, liés aux nouvelles positions des fontaines.

Figure 6 : Travertin de Priego : secteur de l'Adarve-Cubé. Plates-formes, localisation des échantillons et datations isotopiques.
Travertino de Priego : sector Adarve-Cubé. Plataformas, localización de muestreos y cronologías isotópicas.

Figure 7 : Plate-forme de Priego (Adarve). Aménagement hyraulique.
Plataforma de Priego (Adarve). Manejo hidraulico.

CONCLUSIONS : INTERPRETATION DE LA SEQUENCE

38La séquence sédimentaire du travertin de Priego reflète donc une évolution en deux temps : le premier mené par la dynamique morphoclimatique du massif de la Horconera et de son piémont (séquence climato-sédimentaire), le second recueillant les effets de l’impact anthropique sur le géosystème karstique (séquence climato-anthropique) (VAUDOUR, 1986).

39Chronologiquement, elle s’inscrit dans l’ensemble des édifices fini-pléistocènes des Cordillères Bétiques (DIAZ DEL OLMO et DELANNOY, 1989), lesquels reflètent l’histoire sédimentaire et environnementale des derniers 20 000 ans. Ils couvrent donc, du point de vue géologique, le Tardiglaciaire et l'Holocène, et selon une optique culturelle, le Paléolithique supérieur, l'Epipaléolithique, le Néolithique, le Calcolithique et la période historique.

40Du point de vue géomorphologique, les travertins de Priego se développent sur un piémont qui dans l'Adarve accumule les faciès de cascades du poljé de La Almozara, et à L’Institut Alvarez Cubero, le fait sur un substrat épigénisé. Dans l’ensemble, les aspects sédimentologiques indiquent un système de faciès mixtes en liaison avec la dynamique des ruisseaux et des émergences, ce qui engendre un vaste ensemble à faciès de cascades et de tuf. Sur le front septentrionnal, ces dépôts ont été à l’origine de l’agrandissement de la plate-forme.

41La séquence climato-sédimentaire débute avec les dépôts de l’Adarve qui, dans leur phase terminale, se situent chronologiquement à la fin du Pléistocène supérieur-Tardiglaciaire (18,9 ka). Cela correspond à la fin d’une période de karstification active de la montagne avec un fonctionnement important des ruisseaux et des émergences de piémont. A l’échelle régionale (CRUZ SAN JULIAN, 1981 ; DURAN, 1989 ; DURAN et al., 1988 ; DIAZ DEL OLMO et DELANNOY, 1989), une période de concrétionnement paraît s’affirmer entre 35 000 et 25 000 BP, avec laquelle nous aurions atteint la phase finale à Priego, tant du point de vue des faciès que de celui de la position géomorphologique. En effet, la formation de la plate-forme de La Cubé, à 25 m au-dessous du balcon de l’Adarve, correspond à notre avis, à une discontinuité morphologique et temporelle qui implique le premier changement dans les conditions génétiques du travertin, chronologiquement entre 18,9 ka et l’Holocène (10 000 BP).

42Pendant cette période (10 000 à 2 600 BP) se développent des faciès tuffeux, limoneux et détritiques fins et même des sols hydromorphes qui évoquent une évolution intermittente quoique soutenue de l’édifice travertineux tout au long de l’Holocène. La présence de coulées stalagmitiques datées de 8,9 ka (Préboréal) affectant les faciès de tiges, renseigne sur une recrudescence de la karstification, avec moins d’intensité par rapport à la période antérieure, (également détectée dans d’autres milieux proches des Cordillères Bétiques : à Rio Ventas, Algodonales et travertins de la Sierra de las Nieves (CRUZ SAN JULIAN, 1981 ; OJEDA et al., 1987 ; DELANNOY et al., 1989).

43La période Atlantique est représentée par les faciès de La Cubé (7,2 ka) et les restes de pollens de Pinus et d’Oléa. Elle se situe dans la ligne, déjà signalée par les données de Padul (Grenade), de l’optimum climatique de cette époque et de la consolidation progressive de la xérophilie méditerranéenne, bien mis en évidence, y compris par la coupe de l’Institut avec des croûtes zonées scellant les plates-formes. A La Joya et au bas de La Cubé, les faciès postérieurs au tuf de 2,6 ka sont détritiques. Leur datation est corrélative des épisodes néolithiques-calcolithiques. On peut affirmer qu’à partir de 2,6 ka (Subatlantique), l'édifice travertineux de Priego commence une nouvelle étape géomorphologique, illustrée par le développement d’une séquence climato-anthropique caractérisée par le manque de concrétionnement sur les plates-formes et le développement de faciès détritiques, la disparition de la pinède, la formation d’antrosols et une évolution hydromorphe et nitrophile fréquente au sommet des plates-formes. Localement, la réorganisation par l’homme du système hydraulique a pu laisser des cascades de travertin spectaculaires.

VAUDOUR J. - 1986 - “Introduction à l’étude des édifices travertineux holocènes”, Table-Ronde (1985), Méditerranée. 1-2, p. 3-10.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CARANDELL J. - 1922 - “Notas acerca de una excursion geografica a Priego (Cordoba) y sus alrededores”, Bol. R. Esp. Hist. Nat., 22, p. 72-81.

CRUZ SAN JULIAN J. - 1981 - “Evolucion geomorfologica e hidrogeologica reciente en el sector Teba-Canete la Real (Malaga) a la luz de las dataciones de formaciones travertinicas”, Bol. Geol. y Min., 92, 4, p. 297-308.

DELANNOY J.J, DIAZ DEL OLMO F. et PULIDO-BOSCH A. - 1989 - “Réunion Franco-Espagnole sur les karsts méditerranéens d’Andalousie occidentale”, Livret-Guide, Séville, 218 p.

DIAZ DEL OLMO F. et ALVAREZ GARCIA G. - 1989 - “Formaciones karsticas, espeleologenesis y morfoclimas frios (Béticas occidentales) : épisodios cuatemarios”, in : “El Cuaternario en Andalucia Occ. ”, AEQUA Monografias, 1, p. 67-86.

DIAZ DEL OLMO F. et al. - 1989 - “Karst du massif de Cabra et Travertin de Priego”, in : “Réunion Franco-Espagnole sur les karsts méditerranéens d'Andalousie occidentale”, Livret-Guide, p. 25-62.

DIAZ DEL OLMO F. et DELANNOY J.J - 1989 - “El karst en las Cordilleras Béticas : Subbético y Zonas Internas”, in : “El karst en España”, J.J. Duran y J. Lopez (Ed.), Monografia no 4 (S.E.G.), p. 175-185.

DURAN J.J., GRÜN R. et SORIA J.M. - 1988 - “Edad de las formaciones travertinicas del flanco meridional de la sierra de Mijas (provincia de Malaga, Cordillera Béticas)”, Geogaceta, 5, p. 61-63.

DURAN J.J. - 1989 - “Geocronologia de los depositos asociados al karst en Espana”, in : “El Karst en Espana”, Duran J.J. et J. Lopez (Ed.), Monografia no 4, (S.E.G.) p. 243-255.

FELGUEROSO C. et COMA J.E - 1964 - “Estudio geologico de la zona sur de la provincia de Cordoba”, Bol. Inst. Geol. y Min. de Espana, 75, p. 111-209.

GOMEZ ORTIZ A. - 1987 - “Morfologia glaciar de la vertiente meridional de Sierra Nevada (Area VeletaMulhacen)”, Estudios Geograficos, 48, 188, p. 379-407.

GOMEZ ORTIZ A. et SALVADOR FRANCH F. - 1991 - “Factores determinantes y relieves asociados a la dinamica glaciar en la fachada mediterranea de Sierra Nevada”, Traballs de la Soc. Catalana de Geog., 30, p. 87-108.

LHENAFF R. - 1977 - “Recherches géomorphologiques sur les Cordillères Bétiques centro-occidentales (Espagne)”, 2 vol., Th d’Etat, Paris IV.

LOPEZ P. - 1978 - “La problematica cronologica del Neolitico peninsular”, C14 y Prehistoria de la Peninsula Ibérica, Fund. J. March, Ser. Univ., 77, Madrid, p. 45-56.

OJEDA ZUJAR et al. - 1987 - “El macizo de Algodonales (Cadiz) : un modelo de karst mesomediterraneo”, Gades (Univ. Cadiz), 15, p. 157-182.

ORTEGA ALBA F. - 1975 - “El Sur de Cordoba. Estudio de Geografia Agraria”, Pub. Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Cordoba, 2 vol.

PEZZI M.C. - 1977 - “Morfologia karstica del sector central de la Cordillera Subbética”, Cuad. Geog. Univ. Granada, Ser. monogr., 2, 289 p.

PONS A. et REILLE M. - 1986 - “Nouvelles recherches pollen analytiques à Padul (Granada) : la fin du dernier glaciaire et l’Holocène”, in : Quaternary Climate in Western Mediterranean, U.A.Μ., p. 405-420.

RAMOS J. - 1988 - “El poblamiento prehistorico de Alto Velez hasta la Edad del Bronce”, Diputación Prov. de Malaga.

VALLESPI E. et al. - “Talleres liticos andaluces del Calcolitico y Bronce”, Revista de Arqueología, 90, p. 14-24.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation et cadre géologique de Priego (Cordoue). 1 Massifs carbonatés. 2 Substrat marno-gypsifère (Trias).Localization y entorno geológico de Priego (Cordoba). 1. Macizos carbonatados. 2. Substrato margoyesífero (Trias).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 2 :Schéma morphologique du massif de La Horconera avec les paléo-vallées et le poljé de La Almozara, et l’édifice travertineux de Priego à plates-formes intermé-diaires (secteur d'Adarve-Cubé-La Joya). Esquema morfológico del Macizo de la Horconera, con paleovalles y polje de La Almozara, y del edificio travertínico de Priego con plataformas intermedias (Sector Adarve-Cubé-La Joya).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 3 : Travertin de Priego : secteur de l’Institut Alvarez Cubero. Plates-formes et localisation des échantillons (légende dans le texte).Travertino de Priego : Sector Instituto Alvarez Cubero. Plataformas y localización de muestreos (Leyenda vid. texto).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4/la : Diagramme pollinique (Priego, Secteur de l’Institut).Diagrama polínico (Priego, Sector Instituto).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4/lla et Mb : Diagramme pollinique (Priego, Secteur d'Adarve-Cubé).Diagrama polínico (Priego, Secteur d'Adarve-Cubé)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tableau 1 : Résultats isotopiques et âges (U/Th). (analyses : labo. CERAK, Mons.Belqique, Dr. Y. QUINIF).Resultados isotópicos y cronologías (U/Th).(lab. CERAK, Morts, Dr. Y. QUINIF).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 5 : Minéralogie des argiles : profil d’altération et matrice du dépôt détritique (Priego, Secteur de l’Institut). Es = smectite. I = illite. K = kaolinite.Mineralogía de arcillas : perfil de alteración y matriz depósito detriíico (Priego, Sector Instituto).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 6 : Travertin de Priego : secteur de l'Adarve-Cubé. Plates-formes, localisation des échantillons et datations isotopiques.Travertino de Priego : sector Adarve-Cubé. Plataformas, localización de muestreos y cronologías isotópicas.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 7 : Plate-forme de Priego (Adarve). Aménagement hyraulique.Plataforma de Priego (Adarve). Manejo hidraulico.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10886/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteurs

Département de Géographie Physique, Université de Séville

Département de Géographie Physique, Université de Séville

Département de Géologie, Université d’Alcala de Henares, Madrid

Société Spéléologique GEOS, Séville

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540