Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karsts et évolutions climatiques

 | 
Jean-Noël Salomon
, 
Richard Maire

Karsts des atolls et karsts tropicaux

Relations entre la circulation karstique et la dolomitisation dans la structuration des atolls

André Guilcher

Résumé

En plusieurs cas (Mururoa, Enewetak, Funafuti, Midway, Malé), la dolomitisation dans les atolls est un phénomène interne et profond, qui est lié, comme cela est démontré à Enewetak et à Mururoa, à une pénétration centripète d’eau océanique profonde à travers le versant perméable et karstifié de l’atoll. En d’autres cas cependant (Makatea, Mataiva, Tikehau, Kita Daito Jima), une dolomitisation est observée dans les parties supérieures de l’atoll ; les raisons de ce second cas restent à déterminer.

In several cases (Mururoa, Enewetak, Funafuti, Midway, Male), dolomitization in atolls is an internal, deep-seated phenomenon, related, as demonstrated at Enewetak and Mururoa, to an inward flux of deep oceanic water through the pervious, karstified, slope of the atoll. In other cases, however (Makatea, Mataiva, Tikehau, Kita Daito Jima), a dolomitization is observed in the uppermost parts of the atoll ; the reasons of this second type remain to be determined.

Entrées d'index

Mots clés :

atoll, dolomitisation, karst

Géographique :

Océan Indien, Océan Pacifique

Texte intégral

INTRODUCTION

1Karstification et dolomitisation doivent être considérées en association dans la morphogenèse et la morphostructure des atolls, lesquels sont spécifiquement constitués d’une épaisse masse de calcaire récifal (au sens large) sur socle volcanique. En effet, sauf quand il s’agit d’atolls en gestation, comme Tetiaroa et Tupai aux Iles de la Société, où le volcan est encore tout proche de la surface, la lente subsidence du socle, qui se poursuit en bien des cas depuis l’Eocène ou même le Turonien aux Marshalls, aux Iles de la Ligne, aux Tuamotus, aux Maldives et ailleurs, a permis la constitution d’une très haute colonne calcaire, atteignant 1400 m à Enewetak alias Eniwetok (Marshalls) et 2100 m à Malé (Maldives). Même à Mururoa, en une chaîne parallèle aux Tuamotus proprement dites et plus récente, le calcaire accumulé depuis le Miocène a déjà un peu plus de 400 m d’épaisseur. Et cela en un milieu marin où se superposent depuis longtemps des eaux à contraste physico-chimique entre surface et profondeur de 800 - 1000 m beaucoup plus grand que sous les latitudes élevées.

2On examinera les faits successivement dans des atolls en position actuelle de développement, qui sont connus dans leur épaisseur par forages, et où la dolomitisation est un phénomène de profondeur, puis dans un atoll soulevé ainsi que dans certains qui, à première vue en position normale au niveau de la mer, présentent une dolomitisation dans leur étage supérieur.

Figure 1 :
A : Atoll de Mururoa, Iles Tuamotu,
avec la localisations des forages utilisés.
B : Coupe fondée sur les forages. (D’après BUIGUES (1985) et AISSAOUI, BUIGUES, PURSER (1986, 1988) combinés. Redessiné de GUILCHER, 1991).
Mururoa Atoll, Tuamotu Islands
A
 : location of drillings.
B : section according to drillings. (After AISSAOUI, BUIGUES & PURSER, 1986, 1988).

I. ATOLLS À DOLOMITISATION PROFONDE

3La structure profonde des atolls en position actuelle de développement ne peut être connue que par forages, avec, en outre et si possible, profils thermiques et profils de réflexion sismique associés. A côté de forages de quelques dizaines de mètres, qui ne sont pas à négliger mais ne suffisent pas, des forages poussés jusqu’au socle volcanique n’ont été jusqu’ici faits et décrits qu’à Bikini et Malé (un forage en chaque atoll), à Enewetak alias Eniwetok et à Midway (deux forages), et à Mururoa où la DIRCEN (Direction des Centres d’Expérimentation Nucléaires) a réalisé de multiples forages profonds répartis sur l’ensemble de l'atoll, permettant d’en donner une véritable coupe transversale.

4Du point de vue des possibilités de circulation à l’intérieur de ces édifices, un fait général qui ressort de tous les forages profonds et superficiels est le caractère très fortement vacuolaire des structures, qui se retrouve dans les récifs-barrières pour lesquels les ingénieurs français opérant à Tahiti emploient l’expression pittoresque de “soupe de corail”. Cela résulte du mode de construction des récifs par colonies et pinacles individualisés les uns des autres, des structures en éperons et sillons de la bordure externe, et des destructions par la houle provoquant brèches et entassements de blocs en laissant des interstices qui subsistent au moins partiellement par la suite.

5Les multiples forages effectués jusqu’à 80 m à l'île Enjebi, Enewetak (BUDDEMEIER & HOLLADAY, 1977 ; OBERDORFER & BUDDEMEIER, 1985 ; BUDDEMEIER & OBERDORFER, 1986) montrent un amalgame irrégulier de récifs construits, de conglomérats, de sédiments sableux variablement vacuolaires (boundstones, packstones, grainstones, wackestones). Les émersions des périodes glaciaires à bas niveau marin du Pléistocène ont entraîné dans la centaine de mètres supérieurs une évolution karstique élargissant les vides. A des profondeurs plus grandes, la description très détaillée des résultats des deux forages profonds d’Enewetak (LADD & SCHLANGER, 1960), qui ont été faits en deux points, sud et nord, de la couronne de l’atoll, en donne une image instructive. Il y a certes, des conglomérats bien cimentés, mais depuis les parties sommitales jusqu’aux grandes profondeurs, ils alternent avec des calcaires très poreux du fait des nombreux vides, avec des recristallisations très variables jusque près de la base, c’est-à-dire jusque vers 1400 mètres. Il en résulte une porosité très grande dans toute la masse.

Figure 2 : Forage de Malé, Iles Maldives. (Source : preprint de fin 1991, communiqué par E.G. PURDY). Drilling at Male, Maldive Islands. (After PURDY).

6Cela étant, la coupe transversale de Mururoa — seule en son genre à ce jour, répétons-le — et que montre ici la figure 1 dérivée des publications d’AISSAOUI, BUIGUES & PURSER (1985, 1986, 1988), indique que la dolomitisation en cet atoll est un phénomène essentiellement latéral, profond et lenticulaire. Elle est maximale sur les bords, mais sans parvenir tout à fait au contact des versants de l’atoll avec l’océan ; elle n’arrive pas non plus jusqu’au coeur calcaire de l’atoll, où le socle volcanique passe directement, à 200 m de profondeur, des calcaires non dolomitisés (débris récifaux, puis boues de lagon au-dessus de - 170 m). La masse dolomitisée lenticulaire a une épaisseur maximale de 320 m et ne dépasse jamais vers le haut - 130 m, à part quelques petits rhombohèdres isolés.

Figure 3 :
Atoll d’Enewetak (Eniwetok), Iles Marshall.
Profils thermiques dans les deux forages et dans l’océan adjacent. (D’après SWARTZ, 1958).
Enewetak Atoll, MarshallIslands.
Temperature profiles in two drill holes and in the nearby ocean (After SWARTZ, 1958).

Figure 4 : Atoll de Mururoa, Iles Tuamotu.
Profils thermiques sous le lagon, dans la couronne du récif et dans l’océan adjacent. (D’après CARISTAN, 1989).
Mururoa Atoll, Tuamotu Islands.
Temperature profiles under the lagoon, in the surrounding reef, and in the nearby ocean. (After CARISTAN, 1989).

7A Enewetak (LADD & al., 1960), le forage F 1 dans la couronne montre que la dolomie, rare au-dessus de 1230 m, apparaît couramment ou en prédominance de là jusqu’à la base à 1408 m. Elle est plus rare, mais également basale au forage E 1, qui atteint le socle à 1283 m. A Midway (LADD & al., 1970), il y a également dolomitisation dans les parties inférieures des deux forages (un dans la couronne, un dans une île du lagon), mais pas dans les parties supérieures. A Funafuti, dans le forage britannique de 1896-1898 dont les données sont reproduites dans LADD & al. (1970, p. A 20), et beaucoup plus en détail dans FAIRBRIDGE, (1957, p. 146-147), forage qui a été arrêté à 350 m sans atteindre le socle, il y a dolomitisation dans les 150 m inférieurs et pas dans les 200 m supérieurs. A Malé, dans les Maldives (Océan Indien) (preprint de PURDY & BERTRAM, 1991, aimablement communiqué par les auteurs), le forage, qui a été fait en 1976 dans la partie centre-ouest du lagon et vient seulement d’être divulgué, ne fournit (ici, fig. 2) pas de données sur l’intégralité de la colonne sédimentaire de 2100 m, car plusieurs parties de la carotte ont (sans doute) été égarées ; mais ce qui subsiste montre une absence de dolomies au-dessus de 1400 m, et une dolomitisation générale de 1400 m jusqu’au fond. Là aussi, donc, la dolomitisation est un fait de profondeur. D’autre part, dans l’atoll émergé d’Atiu, Iles Cook, la dolomitisation décroît de l’intérieur vers l’extérieur de la masse de l’atoll (FAIRBRIDGE, 1957, p. 149).

Figure 5 : Le processus d’endo-upwelling, d’après ROUGERIE et WAUTHY (1986).
The endo-upwelling process, after ROUGERIE and WAUTHY (1986).

8La localisation profonde de la dolomitisation peut s’expliquer, selon SALLER (1984) s’appuyant sur des mesures faites par SWARTZ (1958) à Enewetak et Bikini en 1952, par un flux d’eau marine profonde dans les parois de l’atoll, grâce à la très grande porosité des formations coralliennes que nous avons soulignée plus haut ; porosité qui se traduit par une fluctuation des niveaux d’eau dans les forages en relation avec la marée, et, ce qui est plus important ici, par un parallélisme de la température des eaux dans la masse du flanc de l’atoll et dans l’océan adjacent jusqu’à 1000 - 1100 m de profondeur (fig. 3). Tandis que dans les forages continentaux la température augmente normalement avec la profondeur du fait du flux géothermique, dans les forages d’Enewetak elle décroît d’abord comme celle des eaux marines avec un minimum de 6,5°C vers 1100 m, et ne se met à croître que plus bas. De même à Mururoa, d’après CARISTAN (fig. 4), la température des eaux profondes d’un puits dans la couronne récifale décroît comme celle des eaux marines externes jusqu’à un minimum à 14,5°C à 530 m, et ne monte qu’ensuite avec le flux géothermique. Sous le lagon, ce flux, avec le volcan moins profond, est atteint évidemment plus tôt (fig. 1).

9On doit pouvoir en conclure que le refroidissement des eaux profondes à l’intérieur de ces atolls résulte de la pénétration centripète, par porosité, de l’eau profonde de l’océan adjacent (eau dite antarctique intermédiaire). SWARTZ propose d’expliquer la dolomitisation profonde d’Enewetak, Funafuti et Midway (et, ajoutons-nous, Mururoa) par précipitation des eaux marines profondes de la dolomie dont elles sont sursaturées. Déjà auparavant, FAIRBRIDGE (1957, p. 148, fig. 8) avait suggéré un processus similaire. AISSAOUI et coll. (1986, p. 50) considèrent qu’à Mururoa “le magnésium requis pour la dolomitisation doit venir de la mer, et qu’il est logique de s’attendre à un régime hydrodynamique centripète”.

10Dans la même perspective, mais avec un point de départ différent, ROUGERIE & WAUTHY (1986 ; autres références dans GUILCHER, 1991) ont développé leur théorie d’endo-upwelling (fig. 5). Ils partent de la constatation qu’à Rangiroa et Mururoa (Tuamotus) et à Rongelap (Marshalls) le dosage des nitrates et de la matière organique les montre considérablement plus abondants dans les lagons des atolls que dans les eaux océaniques de surface environnantes : ce sont des “lagons florissants dans un océan vide”. D’où l’idée que ces matières nutritives proviennent de l’eau antarctique intermédiaire, où elles sont abondantes, et montent (endo-upwelling) à travers l’atoll poreux vers le lagon. La théorie est en partie destinée à expliquer, comme le montre ici la figure 5, la formation des pinacles de lagon qui se trouveraient à l’issue supérieure des principales fissures, ce qui est aussi suggéré par BUDDEMEIER & OBERDORFER (1986, p. 109).

11Ce problème des pinacles, qui est discuté en détail dans GUILCHER (1991), n’est pas l’objet du présent article, aussi n’y insistons-nous pas ici, puisque notre sujet est la dolomitisation présumée résulter de ces flux. Mais on peut ajouter brièvement que ROUGERIE & WAUTHY proposent aussi (1989) d’expliquer la genèse des phosphates, abondants en certains atolls où ils remplissent les cavités d’un karst (voir ci-après), par le même endo-upwelling ; et une analyse de la composition des phosphates de l’atoll surélevé de Nauru (Micronésie) est favorable, d’après BERNAT et al. (1991), à une telle origine marine de ces phosphates.

II. ATOLLS À DOLOMITISATION DANS LES ÉTAGES SUPÉRIEURS

12Ici, on entre en un domaine où les faits sont moins probants et l’interprétation plus incertaine. L’atoll émergé de Makatea, de 7,5 km sur 4, qui s’élève de fonds marins de 3500 à 4400 m et culmine à 113 m entre les chaînes des Iles de la Société et des Tuamotus, a fait l’objet d’assez nombreuses descriptions, parmi lesquelles on retiendra ici, pour ce qui nous occupe, MONTAGGIONI (1985, longue bibliographie) et HUMBERT & DESSAY (1985). Il est formé (fig. 6) dans sa masse émergée de calcaires miopliocènes (datation par les Foraminifères), donc relativement très anciens, avec des placages latéraux pléistocènes et holocènes, et, dans ses parois subverticales, des encoches marines (au moins quatre) superposées, témoignant de différentes positions successives par rapport au niveau de la mer (cf. photo dans GUILCHER, 1988, p. 166).

13Ces calcaires mio-pliocènes sont dolomitisés, très fortement (jusqu’à 90 % de dolomite) dans la base sud-ouest et nord-ouest et à l’intérieur nord à un niveau plus élevé, et partiellement en des sites et positions variés (voir la figure). Il ne s’agit donc plus du tout ici de dolomitisation à localisation interne et profonde comme aux atolls de Mururoa, Enewetak, Funafuti, Midway et Malé. La partie centrale est déprimée par rapport à la périphérie, comme dans un atoll “ordinaire”, mais elle est surtout considérablement karstifiée en pinacles et cavités irrégulières, lesquelles recélaient une très grande masse de phosphates (photo 1) dont l’exploitation s’est achevée en 1965. La dolomitisation est (HUMBERT & DESSAY) en relation étroite avec les réseaux de karstification. MONTAGGIONI a proposé un schéma séquentiel partant d'une plate-forme récifale au Miocène inférieur, dolomitisée et karstifiée au Mio-Pliocène avec formation superficielle de phosphates après émersion, et continuation de la karstification et phosphatisation au Quaternaire. La séquence d’événements reste hypothétique ; la surrection à l’altitude actuelle d'une centaine de mètres a pu être en grande partie liée à l’effet moat and arch (dépression et bombement) de la formation de la chaîne des Iles de la Société (GUILCHER, 1990, avec références). De toute façon, pour ce qui nous occupe ici, à moins d’imaginer un affaissement profond ancien de l’atoll dont on n’a aucun indice, la dolomitisation n’est pas à Makatea un phénomène de profondeur et ne semble pas pouvoir avoir eu un lien avec l’eau antarctique intermédiaire comme à Enewetak, Mururoa, etc...

Figure 6 : Profil schématique à travers l’atoll émergé de Makatea, entre les Iles de la Société et les Tuamotus, montrant les diverses formations et leur dolomitisation. (D’après HUMBERT et DESSAY, 1985 et MONTAGGIONI, 1985, combinés et un peu modifiés). 1 : récif holocène. 2 : récif pléistocène. 3 : récif mio-pliocène externe. 4 : récif mio-pliocène interne, avec phosphates (non figurés) en remplissage entre pinacles karstiques. 5 : dolomitisation partielle. 6 : dolomitisation intense.
Section across Makatea emerged atoll, between the Society and Tumotu Islands, showing different types of reefs and phosphates, and dolomitisation. (After Humbert, Dessay, 1985, Montaggioni, 1985).

14L’atoll de Mataiva, le dernier au NW de l’archipel à 76 atolls des Tuamotus (DELESALLE, 1985 ; GUILCHER, 1988, p. 140-141 et 154159), en position de développement actuel à part une très légère émersion de 1 m à l’Holocène supérieur commune aux Tuamotus, possède un lagon à structure réticulée (photo 2) de quelque 70 cuvettes d’une profondeur moyenne de 8 m (jusqu’à 30 m) séparées par des cloisons atteignant le voisinage du niveau de la mer ou le dépassant légèrement. Les cuvettes sont occupées, sous une mince couche sédimentaire actuelle, par des phosphates d’un tonnage évalué à 15 millions de tonnes, inventoriés mais jusqu’ici non exploités, et qui colmatent une topographie de cavités karstiques dans des conditions identiques à celles de Makatea, mais ici sous le niveau marin actuel. Le socle karstifié est présumé miocène, avec beaucoup moins de précision qu’à Makatea. L’ensemble étant incliné (basculé ?) du nord au sud, ce socle karstifié affleure sur la côte nord de l’atoll, où, avec une topographie de détail chaotique (photo 3), il apparaît très dolomitisé, au point de défigurer complètement les formations récifales initiales. En somme, Mataiva est une sorte de Makatea situé à une centaine de mètres plus bas, ce qui a première vue masque la similitude. Sur les éventuels mouvements d’ascenseur explicatifs, les spéculations sont ouvertes. Dans l’optique du présent article, on retiendra que la dolomitisation constatée est, comme à Makatea, un fait de sommet de structure récifale et non de profondeur, à l’inverse de Mururoa, Enewetak, etc...

Photo 1 :
Makatea, centre de l’île.
Exploitation de phosphates dans cavités entre pinacles dolomitisés. (Photo A. Guilcher, 1963, prise avant l’épuisement du gisement de phosphates en 1965). Makatea Island. Phosphate exploitation in pits between dolomitized pinnacles.
(Photo Guilcher).

Photo 2 :
Atoll de Mataiva, Iles Tuamotu.
Vue aérienne partielle montrant la structure réticulée du lagon. (Photo A. Guilcher, 1985).
Mataiva Atoll, Tuamotu Islands.
Reticulated (honeycombed) pattern in lagoon. (Photo Guilcher, 1985).

Photo 3 :
Atoll de Mataiva, côte nord.
Récif présumé miocène, fortement dolomitisé et recristallisé. (Photo A. Guilcher, 1985).
Mataiva Atoll, North coast. Miocene ( ?) reef, strongly dolomitized. (Photo Guilcher, 1985).

Figure 7 :
Atoll de Tikehau, Iles Tuamotu.
Résultats provisoires de forages superficiels dans la bordure sudouest. (D’après MONTAGGIONI, 1990, in GUILCHER, 1991). B1 à B5 : forages. - Feo : pinacle dolomitisé sur la couronne de l’atoll.
Tikehau Atoll, Tuamotu Islands. First results of shallow drillings in southwestern comer, after MONTAGGIONI, 1990, in GUILCHER, 1991). B1 to B5 : drillings. - Feo : dolomitized pinnacle on atoll rim.

15L’atoll de Tikehau, tout proche de Mataiva et au SE de lui, lui ressemble en ce que, tout au moins dans sa partie sud-ouest, il est lui aussi constitué (MONTAGGIONI, in GUILCHER, 1991, fig. p. 183, reproduite ici sur fig. 7) d’un vieux récif dolomitisé présumé miocène, au présent niveau de la mer avec léger recouvrement de récif actuel, et topographie de pinacles de constitution encore mal déterminée. On n’y signale pas jusqu’ici de phosphates. Là encore, c’est donc une dolomitisation sommitale.

16A l’atoll de Kita Daito Jima, à 300 km à l’Est d’Okinawa (Japon), foré par les Japonais en 1931 jusqu’à 431 m sans atteindre le socle, et émergé de plusieurs dizaines de mètres (BOURROUILH, 1977, p. 423), il y a (LADD & al., 1970, p. A 20) dolomitisation dans les cent mètres supérieurs, mais pas en-dessous. Il y a donc similitude avec Makatea, avec en plus un constat négatif pour les strates non sommitales. C’est un anti-Enewetak ou Mururoa.

17Puisque la karstification est considérée dans les présentes pages en association avec la dolomitisation, on rappellera, avant de conclure, que plusieurs auteurs, et, dans la période pénécontemporaine, particulièrement E.G. PURDY (1974) et F. BOURROUILH (1977), ont présenté une explication de la formation des atolls différente de celle de Darwin, que nous avons (GUILCHER, 1988, p. 75-80) appelée, en la caractérisant, la théorie de la “saucière karstique”. Il n’y a pas lieu de la reprendre ici en détail, mais seulement d’en faire état, en disant que, pour un certain nombre de structures classées habituellement parmi les atolls soulevés, les développements de F. BOURROUILH, consécutifs à des travaux de terrain, méritent une très sérieuse considération, sinon un assentiment sans réserve. Il est sûr que, dolomitisés ou non, les récifs coralliens océaniques sont, lorsqu’ils émergent pour une raison quelconque, soumis à une karstification dont les détails morphologiques restent matière à discussion.

CONCLUSION

18Si l’on s’en tient pour conclure à la dolomitisation en milieu d’atolls, on a pu voir que, dans ces récifs océaniques, il semble y avoir deux cas, qu’on pourrait appeler Mururoa et Makatea. Dans le cas Mururoa, observé aussi aux Marshalls, aux Hawaï et aux Maldives, les analyses pétrographiques et hydrologiques font conclure que la dolomitisation a été et est un processus de profondeur, lié à une pénétration latérale d’eaux océaniques dont les propriétés et teneurs sont favorables à une diagenèse dans des calcaires récifaux extrêmement vacuolaires.

19Dans le cas Makatea, observé aussi aux Tuamotus et au SE des Ryukyus, le même processus ne semble pas pouvoir être invoqué, puisque la dolomitisation, souvent très poussée, est observée dans des roches récifales de surface ou même émergées, dont on n’a aucune preuve qu’elles se soient trouvées portées, pendant une durée suffisante, à une profondeur telle qu’elles aient pu subir l’influence efficace des eaux antarctiques intermédiaires. On ne sait pas, faute de forages, s’il y a dolomitisation dans les couches sous-jacentes, sauf à Kita Daito Jima où il n’y en a effectivement pas. S’agirait-il alors d’une dolomitisation à développement intertidal (“Gezeitendolomitisierung”), comme cela a été envisagé par REULING (1934), commenté par FAIRBRIDGE (1957, p. 133) ? Vu leurs épaisseurs assez fortes, et l’insignifiance de la marée aux Tuamotus, cela semble très douteux, et n’aurait pu conduire qu’à des diagenèses très limitées, comme le pense FAIRBRIDGE.

20En ce second cas, on peut aussi s’étonner de trouver, à Mataiva et à Tikehau, des calcaires très dolomitisés mio-pliocènes (encore imparfaitement datés, au demeurant) en contact direct à leur sommet avec le récif holocène dont la croissance se poursuit, sans autres intermédiaires pléistocènes à Mataiva que de très sporadiques, minces et hypothétiques éléments (Raro Moana, dans DELESALLE, 1985, p. 318). Que s’est-il passé entre temps, en dehors des oscillations glacioeustatiques qui, elles, peuvent ouvrir les créneaux favorables à la formation des phosphates de Mataiva ? Créneaux favorables, mais insuffisants peut-être ? Ainsi, ce problème de la dolomitisation des atolls ouvre-t-il une porte sur des interrogations encore insatisfaites de genèse et d’évolution des atolls. On pouvait d’ailleurs s’en douter.

21Note : Après rédaction de notre article, et trop tardivement pour en modifier la teneur, nous avons connaissance du mémoire de thèse de doctorat de F. G. BOURROUILH-LE JAN : "Diagenèse des carbonates de plate-formes, récifs et mangroves, en Atlantique et Pacifique. (Université Paris VI, déc. 1990, 190 p.) qui envisage en détail le problème de la dolomitisation des parties superficielles d'atolls en Polynésie et aux Iles Loyauté. Elle y propose des solutions auxquelles nous ne pouvons ici que renvoyer le lecteur en nous excusant de notre délai d'information(cf. Karstologia no 19).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AISSAOUI D.M., BUIGUES D., PURSER B.H., 1986 - Model of reef diagenesis : Mururoa Atoll, French Polynesia. In : Schroeder and Purser, Reef Diagenesis, Springer, Berlin-Heidelberg, 455 p. (p. 27-52).

AISSAOUI D.M., BUIGUES D., PURSER B.H., 1988 - Marine lithification and dissolution in the periphery of Mururoa Atoll, French Polynesia. Proc. 6th Int. Coral Reef Symp., Australia, vol. 3, p. 541-546.

BERNAT M., LOUBET M., BAUMER A., 1991 - Sur l’origine des phosphates de l’atoll corallien de Nauru. Oceanol. Acta, vol. 14, p. 325-331.

BOURROUILH, F., 1977 - Géomorphologie de quelques atolls dits “soulevés” du Pacifique Ouest et Sud-Ouest, origine et évolution des formes récifales actuelles. Mémoires BRGM, no 89, p. 419-439.

BUDDEMEIER R.W., HOLLADAY G., 1977 - Atoll hydrology : island groundwater characteristics and their relationship to diagenesis. Proc. 3rd Int. Coral Reef. Symp., Miami, vol. 2, p. 167-173.

BUDDEMEIER R.W., OBERDORFER J.A., 1986 - Internal hydrology and geochemistry of coral reefs and atoll islands : key to diagenetic variations. In : Schroeder and Purser, Reef Diagenesis, Springer, BerlinHeidelberg, 455 p. (p. 91-111).

BUIGUES D., 1985 - Principal facies and their distribution at Mururoa Atoll, French Polynesia. Proc. 5th Int. Coral Reef Congr., Tahiti, vol. 3, p. 249-255.

CARISTAN Y., 1989 - Hydrogéologie de l’atoll de Mururoa. ORSTOM Tahiti, non publié, communication personnelle.

DELESALLE B., 1985 - Mataiva Atoll, Tuamotu Archipelago. Proc. 5th Int. Coral Reef Congr., Tahiti, vol. 1, p. 269-322.

FAIRBRIDGE R.W., 1957 - The dolomite question. Soc. of Econ. Paleontol. and Mineral., Spec. Publ. 5, p. 125-178.

GUILCHER A., 1988 - Coral Reef Geomorphology. Wiley & Sons, Chichester-New York-Brisbane-Toronto-Singapore, 228 p.

GUILCHER A., 1990 - Types d'enseignements donnés par les formations de récifs coralliens sur le comportement de volcans océaniques. Mélanges Derruau, Clermont-Ferrand, p. 263-273.

GUILCHER A., 1991 - Progress and problems in knowledge of coral lagoon topography and its origin in the South Pacific, by way of pinnacle study. In : From shoreline to abyss, contributions in marine geology in honor of Francis Parker Shepard, SEPM Spec. Publ., no 46, Tulsa, p. 173-188.

HUMBERT L., DESSAY J., 1985 - Dolomitization aspects of Makatea Island, French Polynesia. Proc. 5th Int. Coral Reef Congr., Tahiti, vol. 3, p. 271-276.

LADD H.S., SCHLANGER S.O., 1960 - Drilling operations on Eniwetok Atoll. US Geol. Surv., Prof. Paper 260-Y, p. 863-903.

LADD H.S., TRACEY S.I. Jr., GROSS M.G., 1970 Deep drilling on Midway Atoll. US Geol. Surv., Prof. Paper 680-A, p. A1-A22.

MONTAGGIONI L.F., 1985 - Makatea Island. Tuamotu Archipelago. Proc. 5th Int. Coral Reef Congr., Tahiti, vol. 1, p. 103-158.

OBERDORFER J.A., BUDDEMEIER R.W., 1985 - Coral Reef hydrogeology. Proc. 5th Int. Coral Reef Congr., Tahiti, vol. 3, p. 307-312.

PURDY E.G., 1974 - Reef configuration : cause and effect. In : Laporte (ed.), Reefs in Time and Space, Soc. Econ. Paleont. Mineral., Tulsa, p. 9-76.

PURDY E.G., BERTRAM G.T., 1991 - (en preprint). Atoll and carbonate platforms development in the Maldives, Indian Ocean. Petroquest International and BP Exploration, Londres et Glasgow, 73 p. multigraph., 41 figs, et photos hors-texte.

PURSER B.H., AISSAOUI D.M., 1985 Reef diage nesis : dolomitisation and dedolomitisation at Mururoa Atoll, French Polynesia. Proc. 5th Int. Coral Reef Congr., Tahiti, vol. 3, p. 263-269.

REULING H.T., 1934 - Der Sitz der Dolomitisierung : Versuch einer neuen Auswertung der Bohr-Ergebnisse von Funafuti. Abh. Senkenberg Nat. Gesell., Frankfurt, no 428, 44 p.

ROUGERIE F., WAUTHY B., 1986 - Le concept d’endo-upwelling dans le fonctionnement des atolls-oasis. Oceanol. Acta, vol. 9, p. 133-148.

ROUGERIE F., WAUTHY B., 1989 - Une nouvelle hypothèse sur la genèse des phosphates d'atolls : le rôle du processus d’endo-upwelling. C.R. Ac. Sc. Paris, vol. 308, p. 1043-1047.

SALLER, A.H., 1984 - Petrologic and geochemical constraints on the origin of subsurface dolomite, Enewetak Atoll : an example of dolomitization by normal seawater. Geology, vol. 12, p. 217-220.

SWARTZ, J.H., 1958 - Geothermal measurements on Eniwetok and Bikini Atolls. US Geol. Surv., Prof. Paper 260 U, p. 711-739.

Table des illustrations

Légende Figure 1 :A : Atoll de Mururoa, Iles Tuamotu, avec la localisations des forages utilisés.B : Coupe fondée sur les forages. (D’après BUIGUES (1985) et AISSAOUI, BUIGUES, PURSER (1986, 1988) combinés. Redessiné de GUILCHER, 1991).Mururoa Atoll, Tuamotu IslandsA : location of drillings.B : section according to drillings. (After AISSAOUI, BUIGUES & PURSER, 1986, 1988).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-1.jpg
Fichier image/, 236k
Légende Figure 2 : Forage de Malé, Iles Maldives. (Source : preprint de fin 1991, communiqué par E.G. PURDY). Drilling at Male, Maldive Islands. (After PURDY).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-2.jpg
Fichier image/, 136k
Légende Figure 3 :Atoll d’Enewetak (Eniwetok), Iles Marshall. Profils thermiques dans les deux forages et dans l’océan adjacent. (D’après SWARTZ, 1958).Enewetak Atoll, MarshallIslands.Temperature profiles in two drill holes and in the nearby ocean (After SWARTZ, 1958).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-3.jpg
Fichier image/, 80k
Légende Figure 4 : Atoll de Mururoa, Iles Tuamotu.Profils thermiques sous le lagon, dans la couronne du récif et dans l’océan adjacent. (D’après CARISTAN, 1989).Mururoa Atoll, Tuamotu Islands.Temperature profiles under the lagoon, in the surrounding reef, and in the nearby ocean. (After CARISTAN, 1989).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-4.jpg
Fichier image/, 68k
Légende Figure 5 : Le processus d’endo-upwelling, d’après ROUGERIE et WAUTHY (1986).The endo-upwelling process, after ROUGERIE and WAUTHY (1986).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-5.jpg
Fichier image/, 164k
Légende Figure 6 : Profil schématique à travers l’atoll émergé de Makatea, entre les Iles de la Société et les Tuamotus, montrant les diverses formations et leur dolomitisation. (D’après HUMBERT et DESSAY, 1985 et MONTAGGIONI, 1985, combinés et un peu modifiés). 1 : récif holocène. 2 : récif pléistocène. 3 : récif mio-pliocène externe. 4 : récif mio-pliocène interne, avec phosphates (non figurés) en remplissage entre pinacles karstiques. 5 : dolomitisation partielle. 6 : dolomitisation intense.Section across Makatea emerged atoll, between the Society and Tumotu Islands, showing different types of reefs and phosphates, and dolomitisation. (After Humbert, Dessay, 1985, Montaggioni, 1985).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-6.jpg
Fichier image/, 84k
Légende Photo 1 :Makatea, centre de l’île. Exploitation de phosphates dans cavités entre pinacles dolomitisés. (Photo A. Guilcher, 1963, prise avant l’épuisement du gisement de phosphates en 1965). Makatea Island. Phosphate exploitation in pits between dolomitized pinnacles.(Photo Guilcher).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-7.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Photo 2 :Atoll de Mataiva, Iles Tuamotu. Vue aérienne partielle montrant la structure réticulée du lagon. (Photo A. Guilcher, 1985).Mataiva Atoll, Tuamotu Islands.Reticulated (honeycombed) pattern in lagoon. (Photo Guilcher, 1985).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-8.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Photo 3 :Atoll de Mataiva, côte nord. Récif présumé miocène, fortement dolomitisé et recristallisé. (Photo A. Guilcher, 1985).Mataiva Atoll, North coast. Miocene ( ?) reef, strongly dolomitized. (Photo Guilcher, 1985).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-9.jpg
Fichier image/, 196k
Légende Figure 7 :Atoll de Tikehau, Iles Tuamotu. Résultats provisoires de forages superficiels dans la bordure sudouest. (D’après MONTAGGIONI, 1990, in GUILCHER, 1991). B1 à B5 : forages. - Feo : pinacle dolomitisé sur la couronne de l’atoll.Tikehau Atoll, Tuamotu Islands. First results of shallow drillings in southwestern comer, after MONTAGGIONI, 1990, in GUILCHER, 1991). B1 to B5 : drillings. - Feo : dolomitized pinnacle on atoll rim.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10865/img-10.jpg
Fichier image/, 156k

Auteur

Université de Bretagne Occidentale,
URA 904 BP 814, 29285 Brest Cedex

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540