Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Conclusion générale

Jean-Noël Salomon

Texte intégral

1La Terre, ses océans, son atmosphère forment un tout indissociable. Au début du siècle plusieurs grands scientifiques ont dégagé (LAMARCK d'abord en 1809, puis en 1866 HAECKEL avec la création du terme Ecologie), puis défini (VERNADSKI, en 1926), le concept de Biosphère, c’est à dire l’espace dans lequel vivent les êtres vivants (dont l’Homme) et les plantes, lequel englobe toute l’hydrosphère, la partie supérieure de la lithosphère et la partie inférieure de l’atmosphère.

2Dès les années 20, le grand savant russe Vladimir VERNADSKI, bien avant James LOVELOCK (hypothèse Gaïa), énonçait le rôle primordial des organismes vivants dans la formation et le maintien des principales propriétés physico-chimiques des couches de la Terre et arrivait à la conclusion suivante : l’Humanité devient une force géologique notable, un facteur unique dans la biosphère capable de changer à elle seule, d’une manière nouvelle et avec une rapidité croissante, le mécanisme fondamental de la Biosphère. L’Homme se devait d’en prendre conscience, et un développement ultérieur de l’Humanité devrait conduire celui-ci vers une gestion raisonnable de tous les processus naturels et par conséquent vers la satisfaction de ses besoins matériels, culturels et esthétiques : c’est la Noosphère de VERNADSKI (du grec noos = intelligence).

3Pour cet éminent penseur la Noosphère est la Biosphère de l’avenir, une enveloppe qui, sous l'effet des activités transformatrices de l’Homme, a atteint une nouvelle phase de son développement où la société s’organise raisonnablement, c’est à dire d’une manière conforme aux conditions propices pour le développement des rapports harmonieux entre la société et la nature, par opposition aux attitudes primitives et rapaces, responsables de la dégradation de l’environnement.

4De fait l’influence irréfléchie de l’Homme dans les équilibres établis de la nature, et cela est particulièrement sensible dans les régions tropicales, mérite d’être analysée non seulement par les naturalistes mais aussi par les philosophes, les sociologues et les humanistes au sens le plus large, et ceci de façon urgente. Cet impératif d’urgence est avant tout lié à la fantastique explosion démographique actuelle : selon les données les plus récentes il y aura 6 milliards d’habitants en l’an 2000 et 8 milliards 12 ans plus tard. La planète pourra-t-elle supporter 20, 30 ou 50 milliards d'individus (chiffres avancés pour 2100) ? Doit-on considérer comme certains cette “Bombe P” (P comme Population) comme “la catastrophe écologique majeure qui affecte l'humanité et dont découlent la plupart des maux dont elle souffre déjà” (F. RAMADE, “Les catastrophes écologiques”, 1986) ? Cette croissance exponentielle est contraire à toutes les dynamiques de populations des espèces animales... Un des effets de ce débordement démographique est la déraison écologique poussant à l’exploitation de la nature selon une dimension démesurée.

5La poussée des mouvements écologistes et les avertissements des scientifiques, dont les médias relaient de plus en plus les cris d’alarme, montrent qu’il y a une prise de conscience collective qui devrait à terme toucher les politiques. L’environnement que l’Homme modifie au risque de s’auto-détruire, doit être compris pour être respecté et aménagé. Les équilibres naturels doivent être maintenus entre les écosystèmes aménagés et les zones construites.

6Le Sommet de la Terre à Rio (1992) ne représente qu’une toute première étape de l’immense mobilisation nécessaire non seulement à la sauvegarde des millions d’espèces animales et végétales qui peuplent la planète comme le réclament les tenants de la Biodiversité, mais aussi pour préserver l’avenir en considérant que ces espèces peuvent fournir à l’humanité, nourriture, matériaux et médicaments dont elle a besoin. Malheureusement dans bien des cas la nature a subi tellement de dégâts qu’elle n’est plus capable d’autorégulation.

7Face à cet immense problème, la Géographie, science de l’espace, est une discipline particulièrement bien placée pour tenter des approches de solutions, car elle est à la fois intéressée par les milieux naturels mais aussi par l’homme et les problèmes de culture, ce qui est fondamental pour la formation de l'homme moderne. La Géographie doit initier celui-ci aux systèmes qui conditionnent son évolution et ne pas se restreindre aux seules considérations sociales comme certains esprits étriqués et sectaires voudraient l’imposer. La recherche géographique doit aussi servir à améliorer l’organisation d’un ensemble spatial et à orienter les décisions politiques au sens large. En particulier la Géographie physique participe de plein droit à la reconnaissance systématique des milieux, prélude à leur occupation et à leur aménagement. Dans les choix de sites d'habitat et d’industrie, dans le cas des aménagements de terres agricoles, de littoraux, de bassins versants ou de préservation de ressources naturelles (forêt), etc.., l’analyse de géographie physique est une aide, fondamentale, à la décision. Aujourd'hui l’idée, pourtant ancienne, de la relation Homme-Milieu revient en force et s’oppose aux idées réductrices de certaines écoles bien en cour ces dernières années dans notre pays qui souhaitaient évacuer le milieu physique de la Géographie vers les seules Sciences de la Terre. Pourtant, en France, les travaux appliqués des géographes constituent une des formes les plus efficaces d’aide technique : on peut citer entre autres, les cartes écodynamiques du Laboratoire de Géographie Physique Appliquée de Bordeaux, les cartes géopédologiques du Centre de Géographie Appliquée de Caen, différents travaux de l’Institut de Géographie de Strasbourg, etc... De fait comme le souligne avec justesse M. PHLIPONNEAU : “l'application constitue un moyen de prévenir les liens entre géographie physique et géographie humaine, de sauvegarder l’unité de la Géographie dont la recherche pure a tendance à provoquer l'éclatement“. Il convient donc que les géographes physiciens mettent de plus en plus leurs compétences au service des aménageurs, mais aussi affinent la recherche fondamentale en précisant leurs concepts tels ceux de milieux enregistreurs et indicateurs.

8De nos jours encore la survie de la plupart des habitants des pays tropicaux dépend de l’exploitation directe des ressources naturelles facilement accessibles à l’homme : agriculture, élevage, exploitation de la forêt et des eaux continentales ou littorales. L’économie de prédation est toujours présente dans les mentalités car d’une part elle constitue un héritage de générations successives, et ce depuis des millénaires, et d’autre part les différents individus n’ont pas, la plupart du temps, d’autre choix. Dès lors il n’est pas étonnant d’observer, à titre d’exemple, aussi bien en Amérique du Sud qu’en Asie du Sud-Est, et encore plus en Afrique, la persistance des cultures sur brûlis, l’avancée des fronts pionniers et leurs conséquences inhérentes tant sur les massifs forestiers que sur les sols, les paysages (amplification des phénomènes d’érosion), les littoraux, les aquifères, la biodiversité, etc... Tant que ces populations restaient limitées en nombre ce type d’économie gardait sa raison d’être, mais l’explosion démographique actuelle, sans doute le principal problème auquel notre planète se trouve confrontée, remet en cause de façon fondamentale les équilibres anciens. En effet les ressources naturelles ne sont pas illimitées (espaces restreints) ni forcément renouvelables, et lorsqu’elles le sont, elles peuvent demander un temps de reconstitution très souvent supérieur à la durée de la vie humaine.

9Dans 50 ans, plus de 10 milliards d’hommes vivront sur la Terre mais les ressources naturelles et renouvelables seront de plus en plus rares. L’exemple de la destruction de la forêt tropicale est certainement aujourd’hui celui qui est le plus spectaculaire car il est très rapide et depuis que nous avons la possibilité de cartographier les reculs grâce aux documents aériens et satellitaires, nous sommes en mesure d’en apprécier l’énorme ampleur autrefois largement sous-estimée. Les superficies des forêts ne sont pas les seules à diminuer, celles des sols cultivables également, même s’il est plus difficile d’apprécier à vaste échelle les pertes de fertilité. De même les ressources en eau s’amoindrissent sans que l’on sache exactement dans quelles proportions.

10D’une façon générale les ressources naturelles sont entamées de trois façons : tout d’abord par la croissance démographique qui multiplie les consommateurs sans que les ressources augmentent (une forêt a une superficie déterminée, un lac a une quantité d’eau à peu près fixe, les énergies fossiles et les minerais ne sont pas inépuisables, etc.) ; ensuite, il peut y avoir réduction de la qualité des ressources (une forêt qui ne se renouvelle pas assez vite s’appauvrit, les sols perdent de leur fertilité s’ils sont mal (trop ?) exploités) ; enfin, il y a concentration des ressources au profit de quelques uns (pays riches s’opposant aux pays pauvres ; riches des pays pauvres s’opposant au pauvres de ces mêmes pays). Dès lors on comprend que l’environnement puisse être une des causes de déstabilisations politique et sociale : la pénurie des ressources naturelles peut déclencher des conflits latents (Rwanda, Burundi, Somalie, Mozambique, Inde, etc.) générateurs de troubles économiques (émeutes de misère) ou agraires (pénurie de terres, culture du pavot ou de la coca remplaçant les cultures vivrières...), de déplacement de populations, d’affrontements ethniques, voire de guerres civiles (Liberia, Angola, Cambodge, Pérou, etc.). La dégradation de l’environnement et la perte de la biodiversité proviennent tout à la fois de l’explosion démographique (notamment au Sud) et de la logique même de notre système économique fondé sur le profit et la surconsommation (notamment au Nord).

11Dès lors il s’agit de réfléchir à une protection et à une revalorisation de l’environnement qui n’aille pas systématiquement à l’encontre des aspirations des hommes qui vivent localement. Il est souvent vain d’opposer de façon simpliste l’agriculteur-éleveur, participant actif aux processus de déstabilisation écologique, et le pouvoir aménageur, protecteur de l’environnement, si la connaissance du milieu (tant humain que naturel) est insuffisante. Il est à la fois stupide et ridicule de faire croire que la “Géographie” se résoud à la description et à l’interprétation de la composante sociale de l’Espace humanisé. Sous les Tropiques notamment ce comportement d’exclusion de l’étude du milieu naturel est criminel si l’on se place du point de vue du développement. Que de projets ont échoué parce que de “bons esprits” ont voulu faire l’économie du milieu naturel ! Même les pays les plus avancés ne sauraient en faire l’abstraction : les inondations du Mississippi lors de l’été 1993, celles de l’hiver 1993-1994 en France, sont venues rappeler aux hommes qu’ils ne sauraient aménager à tout crin sans tenir compte de certaines contingences. L’homme a un besoin impérieux d’approfondir considérablement sa connaissance des milieux dans lesquels il vit et évolue. De nos jours nombre de scientifiques sont arrivés à la conception de l’impératif écologique, dont l’apparition est une étape relativement nouvelle dans la voie menant à la Noosphère, où l’action humaine sur l’environnement sera à l’unisson avec les lois naturelles du fonctionnement de la Biosphère.

12Les partisans de l’impératif écologique soutiennent que la Biosphère ne pourra supporter la pression anthropogène au-delà de certaines limites, lesquelles étant franchies génèrent des phénomènes incontrôlables, ou des situations irréversibles très souvent néfastes aux hommes.

13Or précisément les naturalistes et les géographes disposent d’outils et de concepts pour apprécier les évolutions des milieux, définir des limites et des seuils, préalables nécessaires à toute intervention. L’intérêt de cet ouvrage est précisément d’indiquer un certain nombre d’enregistreurs et d’indicateurs lesquels fournissent par la suite, s’ils sont correctement analysés, des renseignements précieux aux aménageurs de l’espace et/ou de la société. Ces enregistreurs et indicateurs de l’évolution sont très anciens et très nombreux. Que l’on se reporte par exemple au vertigineux voyage dans le passé que nous propose R. BOURROUILH montrant comment, à chaque époque, même très lointaine, les traces de l’évolution de la planète se sont succédées et accumulées. Comme cet auteur le souligne l’étude des paléoenvironnements a un double rôle : d’une part, par la connaissance du passé, elle permet de prévoir une partie de l’avenir et d’autre part cela permet d’engager l’action humaine dans un sens déterminé (que l’on souhaite favorable...). Or aujourd’hui, comme l’écrit R. BOURROUILH l’action de l’homme apparaît ambiguë : “lente et croissante dans son développement, brusque et catastrophique dans ses effets récents”. Ne convient-il pas de méditer sur cette constatation ? Illustrons nos propos par quelques exemples.

14En montagne, par exemple, la notion d’étagement permet de cerner avec une bonne précision différents types de paysages tant végétaux qu’aménagés. Le Mexique n’a-t-il pas été qualifié de “pays à étages” par les colonisateurs espagnols qui évoquaient successivement les “tierras calientes” (étage de la canne à sucre et du caféier), les “tierras templadas” (étage des cultures de céréales), les “tierras frias” (étage de la pomme de terre) et enfin les “tierras heladas” (où toute culture est abandonnée) ? Dans leur esprit la notion d’étage ne se réduisait pas à un simple constat altitudinal : chaque étage développe un mode d’occupation de l’espace bien particulier et des sociétés humaines différentes ayant leurs particularités bien définies. A l'échelle de temps humaine les modifications pouvant intervenir sur le plan altitudinal sur les différents étages ne sont guère perceptibles, mais elles existent. C’est tout juste si les observations modernes permettent de définir une ligne de névé (pour les sommets les plus hauts), dont les relevés réguliers constituent d’excellents indicateurs des variations (notamment climatiques) qui interviennent en montagne. A l’échelle de temps géologique, les traces laissées par les différentes moraines constituent de très bons repères comme, après bien d’autres, nous pensons l’avoir montré dans nos descriptions morphologiques de la Sierra Nevada. De même J. BLOT a souligné que la végétation de montagne de la corne orientale africaine était un élément enregistreur de grand intérêt pour la réalisation d’un diagnostic écologique au cours d’une période donnée. La forêt à Juniperus procera qu'il a étudiée joue un rôle hydrologique et biologique fondamental pour l’homme qui l’utilise pour ses besoins économiques mais aussi en cas de conflit pour s’y réfugier. Sa disparition en cours, par utilisation pastorale et abattage, posera à 1 avenir d’importants problèmes aux populations locales. Toujours dans le même ordre d’idées, mais à une ampleur plus consternante, est la crise de l'environnement liée à la déforestation et à la dégradation sauvage des écosystèmes, décrites avec pertinence par J.-M. LEBIGRE aux Philippines. Que l’on considère ces deux chiffres : entre 1950 et 1990 le couvert forestier du pays est passé de 75 % à 25 % ! Il n’est pas étonnant que l'écosystème littoral (récifs coralliens) soit profondément dégradé à son tour à la suite des recrudescences érosives avec toutes les conséquences que cela engendre pour les communautés indigènes locales, ces dernières étant complètement déstabilisées. F. BART, avec le cas du Rwanda, a bien montré quel était l’énorme défi que celui de transformer un défricheur en planteur d’arbres : il a fallu attendre une succession de famines meurtrières pour que l’on prenne conscience de la nécessité de préserver le potentiel de protection du milieu. Le paysage rwandais s’en est trouvé progressivement transformé avec la multiplication des haies, les cultures en terrassettes, le développement des techniques de billonnage, de la culture des pois (plantes fixatrices d’azote) et les plantations de bananiers. Désormais, dans ce cas extrême de surpopulation (les densités effectives, c’est à dire hors forêts et réserves, sont supérieures à 350 h/km2 !), la préservation est devenue plus qu’un enjeu du développement : c’est une question de survie. Entre temps la forêt et ses habitants ont presque tous disparu ! Les études les plus fines de géographie rurale sont souvent, ce qui pour certains pourrait être paradoxal, le fait de géographes physiciens. Ainsi c’est le géomorphologue S. MORIN qui nous montre que l’appropriation et la construction d’un territoire s’appuient d’abord sur la mise en valeur et l’exploitation d’un milieu naturel, puis sur l’appropriation et la construction d’un territoire ressortissant essentiellement de la durée et des héritages sociaux, économiques et historiques. Au Cameroun, l’ancienneté de l’occupation humaine a modelé les campagnes (bocages soignés) en utilisant avec bonheur le compartimentage naturel, les contrastes d'altitude et d'exposition, les accidents du relief, les abris, etc... S. MORIN en arrive ainsi à poser la question de l’identification au territoire, préalable à un développement autochtone. En Chine, R. MAIRE montre comment la connaissance très intime du milieu peut être habilement mise à profit par les habitants, ceux-ci n’hésitant en aucune manière à utiliser toutes les ressources offertes par les montagnes karstiques, depuis l’aménagement des dépressions jusqu'à la construction de petits barrages souterrains, en passant par l’habitation des grottes et cavités.

15Sur un autre plan B. COLLIGNON, J. MUDRY et Y. TRAVI insistent sur l’impact des activités humaines sur les ressources en eaux souterraines en Afrique méditerranéenne, sahélienne et soudanienne. A travers les exemples considérés, ils posent avec pertinence le problème de la gestion des aquifères et soulignent combien l’observation des niveaux piézométriques par exemple permet d’obtenir des renseignements précieux pour l’homme. A court terme la détérioration, par exemple bactériologique, de la ressource en eau représente un grave problème pour la santé publique ; à plus long terme une surexploitation, souvent bien tentante, est une réelle menace car cette ressource est difficilement renouvelable en peu de temps. Déjà dans la région de Dakar (3 millions d’habitants) s’observent de grosses difficultés pour la recharge des nappes et l’avenir est inquiétant. La surexploitation d’origine anthropique conduit à une dégradation qualitative et quantitative. La surveillance des nappes est donc nécessaire. Le niveau piézométrique, à travers l’analyse de ses oscillations, peut être un excellent indicateur d’une tendance. La crise climatique qui frappe le Sahel depuis les années 70 (déficit pluviométrique) met en évidence la fragilité des ressources en eaux souterraines et l’influence de l’action anthropique qui accélère les processus de dégradation des nappes et risque de provoquer le franchissement de seuils irréversibles.

16Les zones de contact en général, les interfaces, les limites, les bordures sont des zones sensibles sur lesquelles les travaux des chercheurs devraient porter en priorité (alors que la tendance actuelle du CNRS est de concentrer les crédits sur des tentatives de modélisation à l’issue douteuse...). Elles recèlent des critères significatifs qui, correctement interprétés, sont riches d’enseignements utiles aux actions anthropiques. E. SCHULZ et S. POMEL ont ainsi étudié la bordure sud du Sahara sous l’angle des couvertures pédologiques. Ils considèrent que le sol est un élément relativement stable, sans être figé, capable d’intégrer les grandes tendances des pédoclimats. Une cartographie suffisamment détaillée des couvertures végétales et pédologiques devrait donc révéler de nombreuses informations. Ces auteurs en arrivent ainsi à penser que le rôle de l’homme dans la formation des sols actuels a souvent été sous-estimé, ce qui est étonnant lorsque l’on sait l’ancienneté de l’occupation anthropique en Afrique.

17Mais leurs arguments sont forts, étayés pour cela sur les études palynologiques et des macro-restes qui permettent de distinguer, pour une région donnée, les importances relatives prises par les plantes utiles à l’homme (céréales par ex.) et celles qui ne le sont pas directement, et ce à différentes époques. Comme la physionomie actuelle de la végétation reflète, dans une certaine mesure, les héritages du passé et notamment celui de l’impact de l’homme et ce même dans les régions tropicales réputées, souvent bien à tort, peu affectées par celui-ci, du moins jusqu’à une période récente, le décryptage des formations végétales actuelles complété par l’analyse des enregistrements palynologiques ouvre une voie de recherche prometteuse : il sera de plus en plus difficile d’admettre que les grandes formations végétales tropicales sont uniquement dépendantes du climat et zonales, voire naturelles.

18Les dépôts corrélatifs sont les témoins, depuis longtemps utilisés par les géomorphologues, des évolutions de la surface terrestre ; parmi ceux-ci les dépôts karstiques ont une spécificité qui en font des objets d’étude particulièrement intéressants. C’est le mérite d’Y. QUINIF de rappeler cette spécificité : dans leur nature (alternance de dépôts détritiques et de dépôts chimiques) et dans le milieu (les parois jouent un double rôle de protection et de contrainte géométrique) ; enfin ces dépôts, qui sont le produit des évolutions régionale et globale, peuvent être datés radiométriquement. Or les systèmes karstiques se rencontrent sous toutes les latitudes et notamment sous les Tropiques, mais la zone intertropicale constitue de nos jours, et de ce point de vue, un domaine pour ainsi dire quasiment inexploré où l’on en est resté à là phase du défrichage. Les études de sédimentologie endokarstique ont démontré l’énorme potentialité des remplissages des grottes dans les questions de paléoenvironnement. Ces recherches sont encore rares et limitées aux milieux septentrionaux et alpins (Europe occidentale essentiellement), mais les perspectives sont ouvertes dans le domaine intertropical, et elles sont immenses. Par ailleurs le champ de l’investigation karstique ne cesse de progresser comme nous le montre le travail de D. GENTY sur les espaces poreux où il met à contribution l’intérêt du traitement numérique d’images. Comme ces espaces poreux sont, dans une certaine mesure, des “enregistreurs” des paléoenvironnements, on conçoit l’intérêt de l’utilisation d’une telle méthodologie. Elle permet de comprendre que bien des milieux enregistreurs pourraient être ainsi analysés (les spéléothèmes par exemple) et contribuer à la reconstitution des paléoenvironnements.

19Un autre domaine, le littoral, retient forcément l’attention. En effet le littoral peut être considéré comme un point triple, à la jonction de l’hydrosphère, de la lithosphère et de l’atmosphère. Il s’agit donc d'un secteur d’étude privilégié pour appréhender une dynamique évolutive. De fait les indicateurs des variations du niveau marin par exemple, sont légions et ont suscité de nombreux travaux. On peut énumérer quelques uns de ces indicateurs : les beach-rocks, les encoches marines, les organismes vivants ou les traces qu’ils ont laissées soit sur le littoral (Vermets, Algues coralliennes, Huîtres et mollusques divers, forêts submergées), soit dans la mer (Foraminifères, Diatomées). R. BATTISTINI et J.M. LEBIGRE ont bien souligné la sensibilité du littoral à toute évolution en s’appuyant sur l’étude des récifs coralliens, mangroves, beach-rocks, encoches de corrosion, terrasses marines, etc., qui sont autant d’éléments susceptibles de nous informer. B. PERROT a ainsi pu corréler un niveau tourbeux (tourbe de paléomangrove) à une ligne de rivage éemienne sur la côte gabonaise tandis que F. HINSBERGER et R. BATTISTINI utilisent à nouveau les méthodes de la Géomorphologie pour bien poser le problème du traît de côte qui affecte les cordons sableux littoraux (à travers l’exemple du littoral de Saint Martin, dans les Antilles françaises) et les lagunes où justement sont établies de nombreuses constructions et où se produit “une frénésie d’aménagements touristiques”. Ils soulignent avec pertinence que le recul, prévisible, du trait de côte dans les années à venir devrait inciter les aménageurs à plus de prudence.

20Les récifs coralliens sont parmi les meilleurs témoins des variations environnementales étant donnée la grande sensibilité des organismes (Coraux, Algues, Necton) qui les composent et soumis à des conditions de survie étroites : la morphologie, la structure, les organismes vivants et la lithologie du récif traduisent chacun à sa façon, et de manière précise, les évolutions de cet écosystème. Ne pense-t-on pas aujourd’hui que le blanchiment observé sur nombre d’entités récifales traduit, de façon très fine et rapide, un stress imputable soit à des explosions démographiques temporaires d’organismes prédateurs (Acanthaster), soit plus vraisemblablement à une modification des conditions climatiques (élévation de la T° et du rayonnement UV) en relation avec l’effet de serre ? Le travail de synthèse de F.-G. BOURROUILH-LE JAN insiste judicieusement sur les multiples facettes de ces excellents indicateurs et enregistreurs de l’interface Océan-Atmosphère que sont les récifs coralliens, tant pour les paléoenvironnements que pour le milieu actuel.

21Un delta est un autre excellent enregistreur des dynamiques paléo-environnementales comme l'indiquent les études fines et croisées menées sur le delta du Sénégal. Μ. MIETTON y décortique l’évolution des derniers millénaires d'un milieu sensible, puis fait ressortir la transformation brutale de l’écosystème de la cuvette du Ndiael qu’il étudie, suite aux constructions humaines : barrage, route et digues. A la lueur des enseignements recueillis (l’histoire du milieu est maintenant familière), et se penchant sur les problèmes d'aménagement de cette région, il aboutit à la conclusion de la nécessité d’un compromis entre l’impératif de protection du milieu naturel, d’ailleurs souhaité par la population, et celui, tout aussi impérieux du développement économique. Ce compromis lui apparaît comme le meilleur garant du développement régional tout en assurant une cohésion sociale. E. SCHULTZE donne de son côté un tout petit aperçu des immenses possibilités qu’offrent les milieux lacustres, excellents pièges polliniques et algaires (et pas simplement à sédiments varvés), lorsqu’il met en exergue les possibilités des analyses des pigments végétaux (notamment les caroténoïdes) qui servent de marqueurs biostratigraphiques. Il est certain que les dépôts limniques ou lacustres, voire marins, de ce point de vue, recèlent des trésors pour les chercheurs s’intéressant aux paléoenvironnements.

22Les méthodes de datations radiométriques, lorsqu’elles sont applicables, permettent d’établir une chronologie absolue des évènements ainsi archivés. Elles viennent compléter de façon heureuse les chronologies relatives identifiées par les méthodes classiques de la géomorphologie ou de la dendrochronologie, de la palynologie. C’est ainsi qu'A. FREDOUX montre à travers l’analyse pollinique d’une carotte marine du Golfe de Guinée (grâce aux pollens et spores retrouvés) que le climat régional a subi de multiples variations : elle retrouve ainsi sous l’Equateur les principaux épisodes et ruptures qui se sont produits dans des milieux réputés stables, et ce sur 225 000 ans.

23A ce titre ces analyses représentent une voie de recherche importante pour la compréhension des paléoenvironnements.

24Loin d’être inutile l’ensemble de ces recherches devrait pouvoir se multiplier à l’avenir et ainsi nous disposerions enfin des moyens dont nous sommes en grande partie sevrés. A ce titre le développement des technologies nouvelles (télédétection, ordinateurs de plus en plus puissants) offre d'alléchantes perspectives, dont l’article de D. LAMARRE, consacré aux indicateurs climatiques en milieu tropical, donne un aperçu.

25Il semble désormais acquis que les générations futures seront confrontées aux pénuries et aux détériorations croissantes, or la vulnérabilité des écosystèmes contribue souvent à la raréfaction des ressources naturelles. La dégradation de l’environnement, quand elle est irréversible, devient une source de conflit au même titre que les tensions politiques, économiques et sociales. L’un des problèmes majeurs qui se pose donc est celui de la détermination d’un seuil critique au-delà duquel peuvent se déclencher d’autres déséquilibres environnementaux imprévisibles. Il est donc impératif et urgent d’étudier les phénomènes de déstabilisation du milieu et leur double impact sur l’homme et la nature. Ce n'est qu’ensuite que l’on pourra proposer des solutions pour la maîtrise des exploitations forestières et de l'agropastoralisme, de l’évolution et de l'occupation du sol, de la protection de la vie et de la santé humaine, des développements touristique et culturel (parcs naturels aménagés, faune, flore, etc..).

26Dans ces conditions l’impératif écologique doit de plus en plus s’imposer au développement de la société, c’est à dire que certaines actions des hommes doivent être interdites par définition. Il reste à espérer que comme une conséquence logique de l’impératif écologique, apparaisse graduellement également un impératif moral, qui se manifesterait par un nouveau comportement de l’homme envers l’environnement. Bien entendu les conceptions d’interdiction découlant de l’impératif écologique lui créeront bon nombre d’adversaires, mais la position de l’impératif écologique est la plus prometteuse puisqu'elle seule tient compte des intérêts à long terme de l’humanité. En clair le développement, notamment en zone tropicale, ne pourra s’effectuer sans une gestion intelligente de l’environnement. La mission actuelle de la Science doit consister à intervenir activement dans les processus naturels et à garder un environnement non seulement apte à préserver la vie de l’homme mais aussi celle des animaux et des végétaux dans toute leur diversité. La Noosphère selon les conceptions de VERNADSKI est interprétée comme l'union harmonieuse de la biosphère et de la société, en tant que composante géologique active, permettant le développement optimal de l’humanité dans son milieu. Le passage de la Biosphère à l’époque de la Noosphère ne peut se faire spontanément. Ce sera un processus difficile et douloureux qui exigera de l’homme non seulement des efforts considérables pour changer tant les relations sociales que les relations entre l’homme et la nature, mais encore la formation d’une nouvelle morale. Nous devons avoir une vision eschatologique, être conscients que la longue histoire humaine ne fait peut-être que commencer et qu’il faut imaginer une nouvelle éthique car nous souffrons d’un anthropocentrisme qui confine à la mégalomanie. Sans doute, pour la transformation de la Biosphère en Noosphère faudra-t-il des connaissances nouvelles. Les auteurs de cet ouvrage, en insistant sur le rôle des enregistreurs et des indicateurs dans nos approches de la connaissance des environnements, espèrent y avoir contribué pour une très modeste part.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540