Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux montagnards

Paysans et environnement montagnard au Rwanda

Dynamiques de dégradation et de recomposition du milieu sous forte pression démographique

Peasants and highland environment in Rwanda

François Bart

Résumé

Parmi les hautes terres d'Afrique tropicale, le Rwanda se singularise par sa densité de population particulièrement élevée. Dans ce petit pays de vieille civilisation agro-pastorale, l'environnement montagnard a été façonné par l'homme. Le paysan a défriché collines et montagnes pour les mettre en culture. La croissance démographique contemporaine a amené les autorités à réagir : politique de protection des reliques forestières, reboisement en milieu rural, lutte anti-érosive ont tenté de répondre à la crise de l’environnement et ont recomposé bien des paysages. Plus que jamais l’environnement est au cœur des préoccupations de développement.

Among the highlands of tropical Africa, Rwanda is known as the most densely populated area. In this quite narrow territory, characterized by both farmer and pastoralist ancient traditions, the highland environment has been shaped by human activity. Because of the high population growth rate, the political power has had to adopt a natural resource policy — protection of remaining mountain forests, reforestation of lands, prevention of soil erosion — in order to master in the environmental crisis and induce change in rural landscapes. The dynamics of human environment interactions are presently one of the major components of development problems.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les relations entre paysans et environnement sont souvent marquées du sceau de l’ambiguïté. Dans les pays industrialisés d’Europe occidentale, leurs techniques de culture et d’élevage les font désigner comme les principaux responsables de la pollution des sols et des eaux superficielles et souterraines ; en même temps leur marginalisation, voire parfois leur quasi-disparition, suscite des interrogations sur le devenir de l’environnement et des paysages ruraux, devenus objet de consommation des populations urbaines. Et le débat sur la place de l’agriculteur dans ces sociétés n’est pas étranger aux grands enjeux politiques que sont devenus la pollution, la gestion des ressources en eau et la qualité du cadre de vie.

2En Afrique tropicale, l’agriculteur-éleveur sahélien a été montré du doigt pour sa participation active aux processus de déstabilisations écologique et économique et à la crise climatique des dernières décennies. Et d’une façon générale, c’est ici la croissance du nombre des paysans qui inquiète : dans un contexte de techniques souvent considérées comme extensives, croissance démographique rime avec déforestation, compétition accrue pour la terre et pour l’eau. Au paysan-destructeur on cherche à opposer le pouvoir, l’aménageur-protecteur de l’environnement qui délimite des réserves censées préserver les derniers lambeaux de nature.

3Ces problèmes revêtent un aspect particulier dans les régions montagneuses d’Afrique Noire : ce sont souvent des espaces anciennement et très densément peuplés soumis à une pression démographique très vive, l'environnement y présente des potentialités, mais aussi des contraintes spécifiques liées à la pente et aux caractères du climat. Le paysage a été profondément modelé par le travail des paysans ; l’accroissement rapide du nombre des hommes tend à bouleverser les relations qu’ils entretiennent avec leur milieu. L’exemple des collines, plateaux et montagnes du Rwanda, étagés entre 900 et 4 500 m d’altitude (fig. 1), et abritant une paysannerie très nombreuse, permet de préciser les évolutions contemporaines des interactions hommes/milieux dans un pays très pauvre où la crise de l’environnement est l’une des facettes d’une crise plus globale, interrogation sur la pertinence et l’efficacité des modes d’exploitation du milieu face aux défis démographique et alimentaire, réflexion sur la responsabilité du paysan dans le déclenchement des processus de déstabilisation de l’environnement, sur son rôle présent et à venir dans la gestion et la solution des crises, et donc dans la mise en œuvre de formes nouvelles d’utilisation et d’aménagement de l’environnement montagnard.

4Peut-on se contenter de l’image du paysan déprédateur quand celui-ci a accumulé un savoir-faire séculaire qui a fait ses preuves dans la construction d’admirables paysages agraires montagnards ? Peut-on se satisfaire, pour la protection des versants, de la mise en œuvre de technologies importées mal assimilées quand les formes ancestrales de mise en valeur ont prouvé leur efficacité ? Trouver des éléments de réponse à ce type de questions suppose que l’on cherche des explications aux dysfonctionnements plus ou moins brutaux de l’environnement — ravinements, inondation ou assèchement des fonds de vallées, épuisement des sols — qui, sans avoir l’aspect dramatique qu'ils ont dans certaines autres montagnes tropicales, n’en constituent pas moins une sérieuse hypothèque pour la production alimentaire des prochaines années. Il convient en particulier de discerner les discontinuités chronologiques et spatiales de la géographie de la mise en valeur de ces milieux très diversifiés, d’appréhender l’impact des évolutions techniques et socioéconomiques et de chercher dans la multiplicité des partenaires autres que les paysans certaines incohérences dans la gestion d’un environnement fragile. C’est à ce prix que l’on peut envisager une politique de l’environnement qui, au lieu de marginaliser le paysan, le place au cœur d’un système où il puisse, dans le cadre des contraintes nouvelles de survie auxquelles il a à faire face, participer activement au réaménagement, à la recomposition du milieu dans lequel il vit.

I. PRÉ-HISTOIRE ET HISTOIRE D’UN ENVIRONNEMENT FAÇONNÉ PAR L’HOMME

5Le Rwanda appartient à l’aire géo-préhistorique de l’Afrique orientale, connue pour avoir livré quelques-uns des plus anciens témoignages de la présence de l’homme : cet environnement aujourd’hui profondément recomposé par l’homme est aussi et d’abord un environnement très anciennement peuplé.

A. Les traces de la première présence humaine dans les formations colluviales et alluviales de versants et de vallées

6Géomorphologie, palynologie, paléoclimatologie et archéologie s’imbriquent très étroitement dans la connaissance d’un paléoenvironnement fortement marqué par des phases d’érosion active des versants, de creusement et de remblaiement des innombrables vallées (ROSSI, 1980 ; BATTISTINI et PRIOUL, 1981 ; NENQUIN, 1967 ; VAN NOTEN. 1983 ; LUGAN, 1983). La présence de pièces lithiques préhistoriques variées dans des stone-lines de la Crête Zaïre-Nil pourrait témoigner d’une présence humaine au “Late Stone Age” (Wiltonien) dans un environnement plus sec que l'Actuel. Mais ce sont surtout les différents niveaux de terrasses alluviales qui, en de nombreux sites du Plateau Central, contiennent d'importantes accumulations d’objets préhistoriques, datant, au moins, de la fin du Paléolithique (Acheuléen, Sangoen ?) (PEYROT, 1983). Les oscillations climatiques quaternaires, phases sèches et phases humides, ont entraîné non seulement des transformations du tapis végétal (cf. les études palynologiques de HAMILTON dans le marais de Kamiranzovu sur la Crête Zaïre-Nil et en Ouganda, et de BONNEFILLE au Burundi), mais peut-être aussi des migrations des populations préhistoriques très clairsemées, réfugiées au voisinage des cours d’eau pendant les périodes les plus arides.

Figure 1 : Situation, relief et régimes moyens des précipitations du Rwanda. Carton : situation du Rwanda (en noir). Sur chaque diagramme pluviométrique figurent l’altitude en mètres et la moyenne annuelle des précipitations en mm. 1) Lac. 2) Sommet. 3) Altitude. 4) Station.

B. Les débuts de l’anthropisation du milieu par l'agriculture et l’élevage

7La plupart des chercheurs s’accorde à considérer que la forêt, après une extension maximale entre 8 000 et 4 000 BP, a reculé au profit des formations de savanes suite à une pulsation sèche (vers 4 000-3 000 BP). Les avis sont en revanche plus partagés sur la responsabilité humaine dans le processus, au tournant de l’Age de Pierre et de l’Age du Fer, alors même qu’une nouvelle phase humide favorise une reconquête forestière : dans quelle mesure l’action anthropique a-t-elle freiné la recolonisation forestière et favorisé le maintien des savanes boisées ?

8Au Rwanda, le plus ancien fourneau daterait de 680 avant J.-C., découvert à Gasiza, près de Gitarama dans le Plateau Central. D’une façon plus générale, la répartition géographique des sites connus de l’Age du Fer Ancien tendrait à montrer que les hommes se seraient surtout installés dans des milieux végétaux ouverts, en particulier dans le Plateau Central, riche en petits gisements de fer superficiels (HIERNAUX et MAQUET, 1960 ; VAN GRUNDERBEEK et al., 1982). Néanmoins les traces palynologiques et archéologiques susceptibles de dater l’expansion de l’agriculture et de l’élevage sont peu nombreuses, et, au vu des informations fragmentaires dont on dispose, de nombreuses discontinuités chronologiques et spatiales apparaissent dans les processus d’exploitation de ces hautes terres, reflet peut-être de déplacements des hommes amenés à abandonner des terres pour y laisser se reconstituer le tapis végétal.

C. Structuration socio-politique de l’espace et dégradation de l’environnement forestier

9Ces formes ponctuelles d’anthropisation des hautes terres pendant l’Age du Fer sont le prélude à une histoire complexe et très mal connue, au cours de laquelle, dans le contexte de nombreuses migrations, des groupes dispersés d’agriculteurs et d’éleveurs vont faire progresser, jusqu’à l’époque contemporaine, les fronts de défrichement. Ces communautés, d’abord structurées en clans dont les membres sont éparpillés à travers différentes régions, s’organisent peu à peu en petits royaumes bantous solidement ancrés dans des terroirs agricoles. Ils seront ensuite progressivement absorbés par le royaume du Rwanda qui, à partir d’une petite principauté tutsi autour du lac Muhazi, va, surtout aux XVIII-XIXèmes siècles, s’agrandir vers l'ouest en direction du Plateau Central puis des deux versants de la Crête Zaïre-Nil (HEREMANS, 1988). C’est alors une grande phase de défrichements dans le Rwanda des “mille collines” et des montagnes de l’ouest. L’action des défricheurs est favorisée par l’émergence de structures foncières, sociales et politiques allant dans le sens d’une capitalisation des excédents démographiques dans un territoire fortement organisé et riche de potentialités de production.

10C’est un Rwanda très fortement déboisé (HEREMANS et al., 1982) que trouvent les premiers Européens à l’aube du XXème siècle, comme en témoignent de nombreux textes écrits alors, tels que celui rédigé par le Père Loupias à la mission de Save dans le Plateau Central : “En nos pays déboisés, la construction d'une église demande un travail de Romains. Les bois de charpente viennent de la grande forêt située à plus de 20 lieues de la mission. (...) Le bois pour te four est on ne peut plus rare. Sur presque toutes les collines, il y a à la vérité des bosquets de grands ficus, anciennes résidences royales, mais c'est sacré. Honni soit qui main y porte ! Y toucher serait indisposer contre nous le roi et tous les Grands du pays. De temps en temps, une branche se détache du tronc, mais à peine tombée des centaines de bahutu sont là pour la ramasser. Le partage du butin est vite fait. Les retardataires s’en retournent les mains vides”.

11En 1921, le premier Rapport de l’administration coloniale belge dresse un état des lieux. Il évalue à “2 500 km2 environ, dont il faut déduire de nombreuses clairières” la superficie des forêts de montagne de la Crête Zaïre-Nil, souvent constituées de taillis de bambous sous futaie. Il signale que les régions orientales, qui à cette époque n’ont pas encore accueilli les flux migratoires venus du Plateau Central, sont couvertes d’une savane boisée comportant surtout des acacias, et ajoute : “En dehors (de ces deux zones), le Ruanda et l'Urundi sont excessivement pauvres en essences arborescentes. On n’y trouve guère que des ficus, cultivés dans les bananeraies pour en tirer l’écorce, laquelle est utilisée comme vêtements, et des euphorbes, servant de haies, qui fournissent un peu de bois de chauffage. De rares bouquets d’arbres, ficus pour la plupart, marquent sur les sommets d’anciens kraals de rois et de chefs ou des lieux de sépulture”.

12Deux types de paysages s’opposent ainsi fortement. Des reliques forestières en régression — espaces de cueillette — sur les plus hautes montagnes (forêt humide), dans l’est (forêt sèche) et dans quelques vallées (forêts-galeries). Un espace agro-pastoral en extension où seuls les arbres à fonction symbolique ont subsisté.

D. Déstabilisation et recomposition de l’environnement : forte croissance démographique et prise en compte des risques de la dégradation du milieu

13L’évolution des rapports homme-milieu s’accélère au cours du XXème siècle sous les effets conjugués de deux éléments nouveaux : une accélération brutale et très importante de la croissance démographique ; la prise en charge par les autorités d’un certain nombre de problèmes d’environnement (BART, 1993).

1. Quatre fois plus d’hommes en deux générations

141,887 million d'habitants en 1948, date de la première évaluation méthodique ; 4,819 millions au recensement de 1978 ; 7,5 millions d’après les estimations de 1993 : la densité moyenne du pays passe ainsi de 72 à 183 puis 285 hab/km2, l’une des valeurs les plus fortes au monde pour un pays de montagne. Cette révolution démographique a révolutionné les modes d’insertion de l’homme dans l’environnement de ces hautes terres, où aujourd’hui la plupart des terroirs, malgré les pentes, portent 300 à 500 hab/km2, voire davantage. La densification de la population a entraîné une mise en valeur intégrale de la quasi-totalité des terroirs, y compris les plus ingrats tels que les versants les plus raides et les nombreux fonds de vallée marécageux. Elle a également alimenté de vigoureux fronts pionniers qui, d’une part ont fait reculer les forêts humides de haute altitude (Virunga, Crête Zaïre-Nil) et d’autre part ont pratiquement réduit à néant les forêts sèches et savanes arborées orientales. Cette dynamique de déforestation a été néanmoins partiellement compensée par l’émergence de nouveaux rapports entre le paysan et l’arbre, en partie encouragée par des initiatives non-paysannes.

2. La gestion de l’environnement devient aussi une affaire d’Etat

15Ce sont les famines meurtrières et répétitives qui, à partir des années 20 incitent les autorités civiles belges et, avec elles, les Pères Blancs, à intervenir pour tenter de préserver le potentiel de production du milieu. Dès lors, la lutte anti-érosive, le reboisement, la mise en valeur des bas-fonds vont devenir, avec d’autres innovations, un outil d’encadrement de la population paysanne, un moyen de la mobiliser pour la politique nationale de développement, avant comme après l’indépendance. L’Etat avec les paysans, à côté des paysans ou parfois contre eux, devient partie prenante dans la gestion d’un environnement menacé par la pression démographique. En même temps la population est acculée à s’adapter aux nouvelles donnes démographique et spatiale : les systèmes de culture et d’élevage, de gestion des ressources en terre et en eau évoluent au gré des innovations importées ou endogènes. Jusque dans les années 80 la production parvient à suivre peu ou prou l’augmentation du nombre de bouches à nourrir.

16Les paysages s’en trouvent aujourd’hui largement modifiés, à la fois dans le sens d’une quasi-disparition des terres “vierges” et d’une recomposition du paysage agraire donnant une plus grande place à l’arbre : crise de l’environnement certes, mais aussi invention de nouvelles formes de gestion du milieu.

II. DU PAYSAN DÉFRICHEUR AU PAYSAN PLANTEUR ?

17L’évolution du comportement du paysan à l’égard de l’arbre est un révélateur de l’ensemble des relations entre l’homme et le milieu. Elle est aussi le reflet de tout un jeu d’influences où peuvent intervenir la pression des pouvoirs, de nouveaux rapports économiques, une prise de conscience plus ou moins spontanée de la nécessité de recourir à d’autres modes d’exploitation de l’environnement.

A. Forêts de montagne et pression anthropique : protection ou aménagement ?

18Le recul des forêts de montagne, amorcé depuis longtemps dans une logique de défrichement pour l’extension de l’espace agro-pastoral, demeure, malgré quelques efforts de protection, l'un des grands problèmes de l’environnement. La déstabilisation actuelle dans la mesure où les terroirs récemment défrichés à leurs dépens sont particulièrement dégradés par l’érosion et entrent ainsi dans une spirale redoutable d’appauvrissement rapide des sols post-forestiers et des populations qu’ils sont censés nourrir. La déstabilisation est potentielle car ces forêts humides d’altitude situées à la jonction des bassins du Nil et du Congo jouent un rôle de régulateur hydrologique pour l’ensemble du pays.

1. Les acteurs du recul des forêts de montagne

19La tradition orale, les études toponymiques attestent l’importance des défrichements avant même l’explosion démographique contemporaine : la forêt de Nyungwe aurait reculé de 12 à 15 km sur son flanc oriental entre 1800 et 1930. Depuis les années 50, les photographies aériennes fournissent des estimations plus précises de la déforestation : de 1958 à 1981, la surface des trois principaux massifs forestiers serait passée de 1 760 à 1 210 km2 (RUNYINYA, 1982). Ce recul, dont le rythme semble s’être ralenti au cours des dernières années, tient à des causes multiples. Si la quête de nouvelles terres cultivables a joué un rôle essentiel dans l’avancée des fronts pionniers de haute altitude, il faut aussi mentionner, en dehors des traditionnelles activités de cueillette, l’impact d’autres activités : l’abattage des arbres pour le commerce des planches et des perches (construction) alimente de fructueux trafics ; l’orpaillage, plus ou moins licite, attire des populations fluctuantes qui contribuent à dégrader les versants escarpés et les lits des torrents de la forêt de Nyungwe.

20La consommation de bois de feu ne concerne pas seulement les besoins domestiques, mais aussi les multiples fours artisanaux à briques et à tuiles et même les séchoirs de certaines usines à thé, dont plusieurs ont été installées, avec leur plantation, en bordure immédiate de forêts de montagne dont elles contribuent à accélérer la dégradation (photo 1). Les pouvoirs publics eux-mêmes ont pris des initiatives entérinant ou suscitant la régression des forêts de montagne : celle des volcans (Virunga) a été amputée de plus de la moitié de sa surface pendant la période 1958-1973 qui est aussi celle où la limite du parc national a été officiellement repoussée pour installer 230 000 personnes et développer la culture du pyrèthre et de la pomme de terre ; celle de Gishwati, qui subissait depuis longtemps les dégâts occasionnés par de nombreux troupeaux de bovins, a été intégrée dans un grand projet d’aménagement agro-sylvo-pastoral qui a prévu de n’en préserver que 9 000 hectares (28 000 en 1958, 12 000 en 1981), le reste étant aménagé en grands pâturages, en plantations de théiers et en parcelles de reboisement susceptibles de produire du bois d’œuvre rentable. Dans ce dernier cas, c’est, à plus de 2 000 m d’altitude, la destruction systématique de plusieurs centaines d’hectares de forêt qui a commencé en août 1981, sous les auspices de la Banque Mondiale (KLEINERT, 1987), et a donné naissance à un nouveau type de paysage montagnard très ouvert, dont on n’a pas encore vraiment mesuré le comportement vis-à-vis des agressions du climat et des hommes (photo 2). La survie de la forêt de montagne dépasse donc largement le seul cadre de la vie paysanne. Les pouvoirs publics, les bailleurs de fonds se posent en aménageurs, souvent plus préoccupés d’intérêts économiques que de la promotion des populations péri-forestières et de l’équilibre écologique de la montagne ; ils interviennent aussi, depuis l’époque coloniale, dans la protection des massifs. Dans les deux cas, il y a souvent antagonisme avec les paysans.

Photos 1 et 2 : Le recul de la forêt de montagne sur la crête Zaïre-Nil.
Photo 1 : L’extension de la théiculture aux dépens de la forêt (Kitabi/Gikongoro, 2 300 à 2 600 m), 18 janvier 1979.

Photo 2 : L’aménagement de la forêt de Gishwati(Gisenyi). Disparition de la forêt naturelle, plantation de forêt de résineux, pâturages, mise en culture des versants (projet Banque Mondiale). Altitude 2 500 m environ, 28 mars 1987.

2. La politique de protection des forêts de montagne

21Les premières mesures importantes datent de 1933, quand deux réserves forestières furent délimitées, celles des Virunga et de Nyungwe, pour réglementer la coupe du bois et empêcher les défrichements. Ces dispositions, qui ne concernaient qu’une partie des massifs, ne furent pas suffisantes pour enrayer le phénomène : dans les années 50-60 en particulier, la coïncidence de l’accélération de la croissance démographique et des troubles politiques a été fatale à de vastes étendues. Mais elles contribuèrent sans doute à le freiner.

22Depuis une vingtaine d’années les autorités ont accru leurs efforts. La forêt des Virunga, qui jouxte quelques-uns des terroirs les plus peuplés du pays, a fait l’objet d'une surveillance plus rigoureuse dans le cadre de la protection des gorilles de montagne et certaines organisations internationales de protection de la nature se sont efforcées de réconcilier le paysan et la forêt. La région de Nyungwe a été prise en charge par plusieurs projets de réhabilitation des marges forestières très dégradées par l’homme. Les champs cultivés ont en effet souvent transgressé la limite officielle du domaine protégé, matérialisée par une barrière d’eucalyptus ou de cyprès. Le Projet Pilote Forestier (coopération suisse), après une expérience difficile d’agro-sylviculture (système Taungya) associant des paysans volontaires, a entrepris de reboiser en Pinus patula, cyprès, Grevillea et Podocarpus l’étendue comprise entre la limite officielle et la limite réelle de la forêt ; les populations se sont alors senties d’autant plus exclues qu’une grande plantation de théiers y a été aussi établie. L’ambiguïté des statuts fonciers a favorisé l'exclusion du paysan de la forêt. Mais depuis 1982, l’idée d’associer les populations locales au bénéfice de la reforestation de la lisière a été reprise dans le projet FED “Développement de la Crête Zaïre-Nil” : le système Taungya a, de 1984 à 1988, attiré quelque 3 000 agriculteurs, des expériences de pâturage sous plantations ont été pratiquées (GASANA, 1988). Il s’agit de réfléchir à une protection et à une revalorisation de la forêt qui n’aille pas systématiquement à l’encontre des aspirations des agriculteurs et des éleveurs.

B. Vers la réintégration de l’arbre dans l’espace agricole

23Pendant que reculaient les forêts, un gros travail de reboisement de ces campagnes densément peuplées a été mené, tant avant qu’après l’indépendance. Si, dans ce domaine comme dans d’autres, la pression des structures d’encadrement a souvent été très forte, aboutissant à une véritable recomposition du paysage agraire, le comportement du paysan, confronté à de graves problèmes de pénurie de bois et d’usure des sols évolue peu à peu. C’est un énorme défi que de transformer un défricheur en un planteur d’arbres, alors même que l’espace est de plus en plus étriqué et que l’effort accompli ne suffira sans doute pas à améliorer les conditions de vie.

1. Crise du bois et reboisement

24Les pénuries de bois de feu et de bois d’œuvre sont un problème récurrent (BART, 1981 ; SIRVEN, 1981 ; Bois de Feu et Energie, 1992) qui a suscité très tôt, de la part des missionnaires, des initiatives de reboisement. Dès 1904, le diaire de Rwaza, près de Ruhengeri, mentionne des plantations d’arbres autour de la mission. Ces opérations ponctuelles (il s’agit souvent d’eucalyptus) vont ensuite se multiplier, avec des distributions d’arbres chez les chrétiens ou au moins chez les catéchistes (HEREMANS et al., 1982), et seront reprises par la politique coloniale belge dès 1921, autour des postes européens. En milieu paysan, les premiers efforts sont mentionnés en 1925, sans grand succès d’abord ; mais peu à peu les surfaces reboisées s’accroissent, dispersées en de nombreuses petites parcelles : 3 700 ha en 1933. 14 500 ha en 1948, 29 300 ha en 1970. Au cours des vingt dernières années, la politique de reboisement en milieu paysan, après une pause, a repris une nouvelle vigueur : de 61 000 ha en 1978. les boisements atteignent 105 000 ha en 1985. Cette réalité doit être cependant fortement nuancée, car d’une part les forêts de montagne et les savanes arborées de l’est continuent à régresser et d’autre part l’intensité des prélèvements sur les parcelles reboisées se traduit par la dégradation de nombre d’entre elles. Et les besoins ne font que croître ; le bois assure en effet, avec les résidus agricoles, 93 % de la consommation énergétique nationale ; une évaluation de 1988 montre que l’offre de bois-énergie satisfait moins de la moitié de la demande.

25Quoi qu’il en soit, cette évolution a eu deux conséquences majeures sur l’environnement. Le paysage agraire s’est réconcilié avec l'arbre ; en plus des espèces à valeur de symbole plus ou moins préservées telles que le ficus ou l’érythrine, les campagnes sont aujourd’hui parsemées d’une multitude de petits bois (d’eucalyptus surtout) communaux ou privés, transformant un ager découvert en une sorte de pseudo-bocage. Les paysans, qui ont été mobilisés dans ce sens, trouvent de plus en plus d’intérêt, quand ils le peuvent, à planter quelques arbres sur leur terre, non seulement pour satisfaire leurs besoins, mais aussi pour vendre un peu de bois à un prix de plus en plus rémunérateur. L’arbre est également intégré dans divers processus d’intensification agricole.

2. Agroforesterie, intensification et valorisation des écosystèmes

26La notion même de culture arborée est en grande partie étrangère à la tradition, bien que le rôle spécifique de certaines espèces autochtones soit connu de longue date (par exemple Markhamia platycalyx, Umusave pour la stabilisation des talus et l’amélioration des sols, cf NYAMULINDA, 1989). Il a donc fallu tout un travail de vulgarisation pour sensibiliser le paysan à l’intérêt d’enrichir la gamme traditionnelle en plantant de nouveaux arbres. Le fruit, produit de la cueillette dans les forêts et savanes, disparaît au profit des fruits cultivés. L'arbre qui s’est le plus largement répandu est l’avocatier, surtout dans les terroirs très peuplés du Plateau central, mais on trouve aussi beaucoup de goyaviers, de papayers, etc.

27Ce processus peut être interprété comme un glissement progressif de l'agropastoralisme à l’agroforesterie, comme le suggère la région de Nyabisindu, au nord de Butare : “il est probable que la diminution relative, mais réelle de l’élevage paysannal (sic) est un facteur qui renforce l’intérêt de l’arbre pour les paysans. En effet l’arbre et la vache ont en commun de pouvoir jouer à la fois pour le paysan une fonction d’investissement (qui va produire et apporter des revenus réguliers : le lait ou les fruits), une fonction de capital (le paysan accumule un capital en laissant grandir le veau comme le jeune plant agro-forestier) et une fonction d’épargne disponible qu’il est possible de réaliser et de liquider à tout moment en cas de besoin”.

28Cette dynamique paysanne se manifeste donc à la fois par le recul des forêts et des pâturages et par une rediffusion de l’arbre dans l’espace cultivé. Parmi les fonctions multiples qu’il peut jouer, on peut évoquer la protection des sols contre le soleil, les averses brutales, les glissements de terrain, son enrichissement en matières nutritives. Tout cela suppose des études précises qui permettent en particulier d’échapper à la tyrannie des eucalyptus dont on connaît les effets néfastes sur le milieu. Il s’agit en fait d’une réflexion globale renouvelée sur les relations entre les paysans innombrables et leur environnement fragilisé ; il est d’ailleurs significatif que ce sont les expériences de protection intégrée de l’environnement agricole qui ont remporté quelques succès, associant lutte antiérosive, fourniture de fourrage, d’engrais vert, de bois, etc.

III. LE PAYSAN ET LA MISE EN VALEUR DES VERSANTS : DÉGRADATION ET PROTECTION DU MILIEU

29Dans ce pays de collines et de montagnes, l’érosion des versants, occupés par d’innombrables rugo, des champs, quelques pâturages et parcelles boisées, est à la fois une contrainte majeure à laquelle les paysans doivent faire face, et un objet de polémique qui implique, depuis l’époque coloniale, les autorités, les aménageurs. La gestion des versants, comme celle des ressources en eau dans les bas-fonds, en est ainsi parfois arrivée à dresser ceux-ci contre ceux-là, logique technicienne contre logique paysanne. Il s’agit en fait d’enjeux nationaux de développement tant sont nombreux les acteurs concernés.

A. Système de production paysanne, croissance démographique et gestion des versants

30Si l’homme a d’abord exploité les terroirs les moins contraignants, la croissance démographique a entraîné une mise en valeur spectaculaire des versants. D’après l’Enquête Nationale Agricole de 1984, 18,9 % de la surface agricole du pays était alors sur des pentes de plus de 20° ; cette moyenne dissimule de fortes disparités régionales, puisque le pourcentage atteint 23 % dans le Plateau Central (photo 3), 28,7 % sur les bords du lac Kivu et 45,3 % sur la Crête Zaïre-Nil.

1. Le travail de la terre sur les pentes

31Il se fait à la houe. Le paysan a coutume de travailler les pentes du bas vers le haut, en rejetant la terre vers le bas. Cela aboutit à la formation de petites marches d’escalier, délimitées par des bandes d'arrêt de labour parallèles aux lignes isohypses : la pente est ainsi un peu moins forte entre des talus de quelques décimètres de haut — sortes de “rideaux” — que l’on s’efforce de fixer en ne les désherbant pas. Ce dispositif est parfois complété par des travaux de buttage, l’entretien de rigoles d’écoulement parallèles aux fortes pentes.

2. Le rôle protecteur de la couverture végétale

32L’intensification des systèmes de production, la réduction des espaces et des temps de jachère, le recul des pâturages au profit de champs ou de boisements contribuent à augmenter le taux de couverture végétale, facteur de protection des sols. L’intensification de la mise en culture des versants peut ainsi être un facteur de stabilisation. L’exemple des montagnes couvertes de petit pois, et dépourvues d’arbres, dans le nord du pays est à cet égard intéressant : le cultivateur y maintient en permanence un couvert végétal en laissant pousser les “mauvaises” herbes pendant quelques mois de jachère ; puis sans désherber il sème les petits pois à la volée et retourne les mottes sans les déplacer ou les écraser, de sorte que la terre soit retenue ; ce faisant il forme des micro-banquettes larges d’un à deux mètres, séparées par des petits talus (10 à 20 cm) trop modestes pour être endommagés par les pluies d’orage ; le petit pois associé aux herbes constitue un matelas végétal efficace contre le ruissellement.

33Tout cela demande à être nuancé car le pouvoir protecteur des différentes cultures est très variable. Les mesures de pertes de terre faites dans le cadre de l’Enquête Nationale Agricole de 1984, au moyen de l’équation de Wishmeier, montrent en particulier le bon écran formé par les bananiers, principale culture en dessous de 2 000 m (2,9 t/ha/an) et par les caféiers (0,6 t/ha/an), qui bénéficient tous deux de divers types de paillage, alors que pommes de terre, manioc et maïs (respectivement 16,8, 18,2 et 26,5 t/ha/an) suscitent des valeurs bien supérieures au seuil de tolérance (MINAGREF, 1986). D’une façon plus générale, les cultures permanentes assurent une meilleure protection et on a souvent noté (ROSSI, 1984) que dans les champs à cultures saisonnières les risques maxima se présentaient entre les deux saisons culturales, quand, pour quelques semaines, le sol est à nu : “la presque totalité des processus érosifs sont limités dans le temps au début des deux saisons pluvieuses, dans l’intervalle entre le moment où les terrains sont labourés et le moment où les plantules couvrent suffisamment le sol pour réaliser un écran efficace contre l’impact des gouttes de pluie” (WASSMER et MICHEL, 1986, p. 491). L’intensification de l’agriculture, en augmentant le taux de couverture végétale des versants cultivés, peut donc contribuer à leur équilibre.

3. Les formes traditionnelles de la lutte antiérosive

34Les descriptions anciennes des pratiques paysannes confirment l’existence, au moins ponctuelle, de techniques de lutte anti-érosive (DERENNE. 1989) tout en en montrant les limites. Ainsi l’agronome MORTEHAN, après avoir évoqué l’insuffisance des méthodes consistant à disposer les mottes de mauvaises herbes en chicanes susceptibles de ralentir l’écoulement des eaux, écrit en 1921 :

35“Les indigènes tirent parti de la forme même des pentes (...). Celles-ci sont généralement irrégulières, étant coupées de distance en distance par des dépressions verticales de un à deux mètres de haut. Au bord supérieur de ces dépressions (...), l’indigène plante une haie d’euphorbes ou de grandes graminées destinées à retenir les terres entraînées par les eaux. Après un certain temps, la pente primitive s’atténue donc (...), et l’indigène en cultive la partie inférieure (...), après l’avoir protégée par un fossé”.

36Ce savoir-faire paysan s’est perpétué jusqu'à aujourd’hui, comme le montre bien NYAMULINDA (1989) pour la région de Ruhengeri. On y retrouve en effet les petites terrasses inyanamo évoquées ci-dessus, qui “créent des ruptures de pente qui ont pour effet d’empêcher l’organisation du ruissellement, (...) (de) provoquer le ralentissement de l’eau sous l’effet des herbes des talus, favoriser l’infiltration partielle d'une partie d'eau et enfin (...) assurer l’accumulation des sédiments sur l'assiette des terrassettes.” (ibid., p. 4). Dans les terres volcaniques qu’ils doivent épierrer, les paysans édifient souvent des micro-barrages en cordons de pierres, soit parallèles à la pente pour canaliser le ruissellement, soit perpendiculairement à elle pour le freiner et constituer de petites terrasses de rétention. On note également des techniques de billonnage isohypse, de banquettes inclinées, etc., tous procédés dont l’efficacité a souvent été démontrée sur parcelle expérimentale.

Photos 3 et 4 : La mise en valeur paysanne des versants.
Photo 3 : Habitat et champs dispersés sur les collines du Plateau Central
(région de Gikongoro, 2 000 m environ). Quelques pâturages et aménagements anti-érosifs, petits boisements d'eucalyptus. 27 avril 1980.

Photo 4 : Mise en culture et aménagement de la montagne à l'extrémité nord de la crête Zaïre-Nil (Gisenyi), 2 300 m d'altitude. Quelques lambeaux de forêt de montagne subsistent sur le point culminant, à droite (Muhungwe, 2 990 m). Mise en place systématique de talus et de haies anti-érosives. A l’horizon, le volcan Nyiragongo, au Zaïre.

37Cette agriculture de montagne, qui a été appelée à nourrir de plus en plus de bouches, repose ainsi sur un savoir-faire paysan très riche ; elle s’est montrée capable d’évoluer au rythme des hommes et d’élaborer des paysages dont l’équilibre apparent a frappé beaucoup d’observateurs. “Le géosystème apparaît comme stable”, écrivait G. ROSSI en 1984, en expliquant la quasi-absence des mouvements de masse par la relative modération des précipitations et l’importante porosité des épais manteaux d’altérites qui tapissent bien des versants.

38Mais la montagne rwandaise suscite aussi depuis longtemps des discours alarmistes, témoins de l’inquiétude sur le comportement d’un environnement fragile devant supporter une charge humaine toujours plus lourde ; et depuis quelques années les indices semblent se multiplier d’une rupture de ce relatif équilibre homme-environnement.

B. Crise érosive et intervention des autorités dans la lutte anti-érosive

39L’enjeu de la protection des potentialités de production agricole du “pays des mille collines” est tel qu’il est l’objet, depuis l’époque coloniale, de l’attention soutenue des pouvoirs publics : concurrence ou même affrontement entre une logique paysanne de défrichement et de mise en culture de plus en plus attentive et d’une logique politique et technicienne de mobilisation de la paysannerie pour de grands travaux de lutte antiérosive. Dans ce contexte il semble pourtant que la réalité de la crise de l’environnement est de plus en plus forte.

1. Le discours et la réalité du problème de l’érosion

40(...) Ayez donc confiance dans les Européens qui vous dirigent : obéissez à leurs directives, établissez le plus possible de haies anti-érosives : elles arrêtent le ruissellement et empêchent les terres de s'enfuir. Aidez dans toute la mesure du possible à réaliser les boisements que nous avons commencés. Creusez vos sillons dans le même sens que les haies anti-érosives, c’est-à-dire en sens contraire de la pente. Cessez surtout de cultiver les terres à pente trop forte : continuer à le faire équivaut à donner à la terre un coup de lance mortel”. Cet extrait d’un texte diffusé par le Vice-Gouverneur Général PETILLON en 1951 est très caractéristique de la dimension politique qu’a pris depuis des décennies ce combat dans un territoire dont le dernier Résident Général, Jean-Paul HARROY fut aussi l’auteur d’une thèse consacrée à la dégradation des sols en Afrique. Cette caractéristique s’est perpétuée jusqu’à nos jours ; la lutte anti-érosive a été, avec le reboisement, l'un des principaux thèmes de mobilisation de la paysannerie, en particulier pour les travaux collectifs obligatoires Umuganda.

41Dans quelle mesure cette prise en charge du paysan par les structures d’encadrement a-t-elle réussi à peser sur l’évolution de l’environnement ? Question très difficile mais d’actualité dans le contexte des mutations politiques actuelles. En tout état de cause, la situation de relatif équilibre des versants semble s’être brusquement modifiée au cours de la dernière décennie, marquée par une nette accélération des processus de dégradation. Ce passage rapide à un contexte rhexistasique (WASSMER et MICHEL, 1986) se manifeste par de nombreux indices : augmentation des crues et de la sédimentation, multiplication des ravinements dans les altérités, glissements de terrain après de fortes pluies (MOEYERSONS, 1989-1990), baisse des rendements des récoltes... Cette évolution n’est pas le seul fait des défrichements paysans et du travail de la houe ; elle met aussi en cause la multiplication des entailles effectuées pour la construction des maisons, la réalisation hâtive de tranchées et de talus routiers, l’intervention brutale de certains projets de culture du théier, etc. Elle n’est pas non plus généralisée et semble surtout concerner les deux versants de la Crête Zaïre-Nil (SIBOMANA. 1992). La question fondamentale est de savoir si “l’intensification des cultures et la mise en valeur des terres marginales (...) ne se traduit pas par une accentuation de la vitesse de l’usure des versants, celle-ci atteignant un seuil au delà duquel la régénération des sols devient physiquement impossible.” (ROSSI, 1991). Cela pose aussi le problème de l’efficacité de la politique de lutte anti-érosive et de la validité actuelle du savoir-faire paysan traditionnel.

2. Agriculture et lutte anti-érosive : dégradation ou recomposition de l’environnement montagnard ?

42Sous la pression des autorités coloniales, un énorme travail d’aménagement des pentes a été accompli. Il s’est intégré dans la stratégie de lutte contre les famines et s’est fait souvent dans une atmosphère de coercition qui laissera de mauvais souvenirs. Il s’est agi pour l’essentiel, à partir des années 30, de dessiner sur les versants un réseau de fossés, de terrasses et de haies de Setaria et Pennisetum : pour l’ensemble du Ruanda-Urundi en 1960, les sources officielles évoquent 557 000 km de fossés et de haies protégeant 745 000 ha, soit environ la moitié des terres cultivées à cette époque (DERENNE, 1989), au prix d’un coût humain considérable.

43Mais cette lutte a été conçue dans une optique exclusivement technicienne, à laquelle le paysan n’a pu adhérer. Un certain nombre de défauts techniques, des problèmes d’adaptation des lignes anti-érosives aux limites foncières, des lacunes dans l’entretien, un relâchement des contrôles vont vite ruiner ce travail dans les années 60. En 1966, sur les 360 000 ha théoriquement protégés au Rwanda, un tiers seulement était encore en bon état.

44A partir de 1973, les travaux vont reprendre dans une perspective identique : lourdeur de l’investissement, difficulté de l’entretien, efficacité variable. Ces expériences, nourries des précédents échecs, vont aussi se diversifier et s’intégrer dans une politique plus globale ; de même, les populations directement concernées ont tendance à opérer une sélection parmi les techniques imposées ou proposées (NYAMULINDA, 1988) : on délaisse volontiers le fossé au profit des plantations d’arbres, de haies... La prise de conscience de l’obstacle majeur que constitue l’extrême morcellement foncier conduit de plus en plus à la recherche de méthodes de conservation des sols plus “douces”, intégrant l’arbre, les haies arbustives à vocation multiple (fixation, fourrage, paillage...) (SABATIER, 1987 ; NDAYIZIGIYE, 1992).

45La conséquence de cette nouvelle dynamique, plus attentive aux contraintes et aux aspirations paysannes, plus ouverte sur la valeur des pratiques culturales traditionnelles, est une véritable “revégétalisation” de nombreux versants. Plusieurs éléments y contribuent de façon concomitante : les pressions démographique et foncière multiplient les bananeraies et les limites arborées, tandis que la lutte anti-érosive, les besoins en fourrage, paillage et combustible amènent à planter roseaux, arbustes et arbres, dans la limite de l'espace et des plants disponibles (photo 4). On assiste ainsi, de façon plus ou moins dirigée et inégale selon les régions, à une sorte d’embocagement du paysage agraire, paysage rassurant en apparence pour l’observateur, véritable lutte aussi entre l’accroissement de la pression anthropique et les efforts pour freiner la dégradation du potentiel de production de l’environnement.

46Parmi les signaux émis par le milieu, les problèmes de gestion de l’eau sont révélateurs des dysfonctionnements des relations paysan-environnement (ROOSE et al., 1992), marquées en même temps par une surexploitation de la biomasse et par une réduction des disponibilités en terre arable, au plan foncier comme au plan agronomique.

CONCLUSION : CRISE DE L’ENVIRONNEMENT ET CRISE PAYSANNE

47La politique de développement du Rwanda est hantée par les projections démographiques à court terme (densité moyenne de 400 hab/km2 à l’aube du XXIème siècle ?). La relation développement/espace s’est d’abord fondée sur une logique extensive : défrichement des forêts de montagne et des savanes boisées, mise en culture des versants et des bas-fonds humides (CAMBREZY, 1984). Elle s’est aussi, sous la pression des faits et des pouvoirs, nourrie d'une logique d'intensification plus attentive à la préservation des capacités de production du milieu montagnard. Dans les deux cas, la marque de l’homme sur l’environnement est chaque jour un peu plus forte, avec un jeu incessant entre d’une part des prélèvements croissants sur la biomasse, la terre et l’eau, et d’autre part l’aménagement ou la construction de nouveaux espaces peuplés et productifs. Ce jeu subtil de toute civilisation paysanne est un jeu dangereux pour un milieu fragile dont personne n’a vraiment évalué les capacités de régulation et le seuil de tolérance. Il est, dans ces conditions “facile de trouver des analogies entre les questions posées sur les équilibres physiques (...) et celles se rapportant aux équilibres socio-économiques” (CHARLERY, 1991) et d’établir un certain parallélisme entre les indices de crise du milieu et les dysfonctionnements de la société et de l’économie paysanne.

48Parmi ceux-là, on accordera une attention particulière à la signification globale des problèmes hydrologiques. Dans la région volcanique des Virunga, dont les planèzes ont connu un des plus rapides et spectaculaires épisodes de colonisation agraire du pays, la recrudescence des phénomènes de torrentialité se traduit par des crues brutales, dévastatrices et meurtrières (mai 1988) dans un milieu presque dépourvu d’écoulements pérennes de surface (JOST, 1987 ; BYERS, 1991) : “Principal traducteur du déséquilibre du fonctionnement du paysage, le régime des eaux de surface du domaine des Birunga se manifeste aujourd’hui par une dynamique de plus en plus contraignante pour l’homme. La reprise des dépôts anciens, la recrudescence des inondations, le décapage superficiel des sols, sont autant d’exemples traduisant une accélération des faits morphologiques et un nouvel état, d’origine anthropique cette fois, de crise rhéxistasique.” (JOST, 1990, p. 254).

49La mise en valeur quasi systématique, par cultures sur billons, des bas-fonds humides et marécageux a causé aussi de nombreuses perturbations dans les écoulements. Leur fonction régulatrice dans le domaine hydrologique a souvent été sacrifiée au profit d’un rôle de complémentarité vivrière (patate douce), ou de diversification des ressources d’exportation (thé). Abaissement de la nappe phréatique, assèchement excessif ou inondations brutales sont souvent les conséquences de l’insuffisante maîtrise de l’eau.

50Parallèlement les années 80 ont vu s’éloigner l’objectif de l’autosuffisance alimentaire et se multiplier les poches de disette, en particulier dans le sud, et les années 90 reparaître le spectre des troubles politiques, et certaines montagnes comme les Virunga devenir le sanctuaire d’un mouvement de guérilla, au détriment de la politique de protection de l’environnement menée autour des gorilles de montagne. La montagne surpeuplée est-elle nécessairement une montagne en crise ? Plus que jamais, la préservation du milieu est un enjeu de développement, voire de survie (THIBON. 1992).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BART Fr. - 1981 - Le paysan rwandais et l’énergie. Trav. et Doc. de Géogr. Trop., CEGET/CNRS, Talence, no 43, p. 121-145.

BART Fr. - 1993 - Montagnes d’Afrique, terres paysannes. Le cas du Rwanda. CEGET / Presses Univ. Bordeaux, coll. Espaces tropicaux, no 7, 596 p.

BATTISTINI R. et PRIOUL Ch. - 1981 - Problèmes morphologiques du Rwanda. Trav. et Doc. de Géogr. Trop., CEGET/CNRS, Talence, no 42, p. 9-31.

Bois de Feu et Energie - 1992 - no 27 (spécial Rwanda), p. 9-36.

BEHMEL Fr. et NEUMANN I. - 1984 - Un exemple d’agroforesterie en zone tropicale de montagne. In : Agroforesterie en Afrique tropicale humide”, compte rendu d’un colloque tenu à Ibadan, 27 avril-1er mai 1981, Tokyo, Université des Nations-Unies, 1984 (Mac Donald L.H., éd.), p. 103-1 10.

BONNEFILLE R. - 1987 - Evolution forestière et climatique au Burundi durant les quarante derniers milliers d’années. C. R. Acad. Sci. Paris, t. 305, Série II, p. 1021-1026.

BONNEFILLE R. et al. - 1991 - Nouvelle séquence pollinique d'une tourbière de la crête Zaïre-Nil (Burundi). Review of Palaeobotany and Palynology, 67, p. 315-330.

Bulletin du Réseau Erosion (sous la direction de ROOSE E.), en particulier no 12 - 1992 - nombreux articles sur le Rwanda et le Burundi.

BYERS E.A. - 1991 - Heterogeneity of hydrologie response in four mountainous watersheds in northwestern Rwanda. Mountain Research and Development, 11 (4), p. 319-328.

CAMBREZY L. - 1984 - Le surpeuplement en question. Organisation spatiale et écologie des migrations au Rwanda. Thèse 3ème cycle, Géographie, Paris, EPHE, ORSTOM, 292 p.

CHARLERY B. - 1991 - LAE et crise de l'espace au Rwanda. Bull, du Réseau Erosion, no 11, p. 192-193.

CHRETIEN J.-P. - 1983 - Histoire rurale de l’Afrique des grands lacs. Guide de recherche, A.F.E.R.A., 285 p.

DERENNE B. - 1989 - De la chicotte aux billons. Aperçu des méthodes de lutte contre l’érosion au Rwanda et au Burundi du XIXème siècle à nos jours. Genève-Afrique, 27 (1), p. 46-70.

FORD R.E. - 1990 - The dynamics of human-environment interactions in the tropical montane agrosystems of Rwanda : implications for economic development and environmental stability. Mountain Research and Development, 10 (1), p. 43-63.

GASANA J.-K. - 1988 - La foresterie sociale au projet Crête Zaïre-Nil. Bull. Agricole du Rwanda, 21 (4), p. 232-243.

HAMILTON A. - 1982 - Environmental history of East Africa. A study of the Quaternary. London, Academic Press, 328 p.

HEREMANS R. - 1988 - Introduction à l'histoire du Rwanda. Kigali, Ed. Rwandaises, 3ème éd., 97 p.

HEREMANS R. et al. - 1982 - Agriculture et paysages rwandais à travers des sources missionnaires. Cultures et Développement, 14 (1), p. 3-39.

HIERNAUX J. et MAQUET E. 1960 - Cultures préhistoriques de l’âge des métaux au Ruanda-Urundi et au Kivu (Congo belge). Bruxelles, Acad, royale des Sc. d'Outre-Mer, 102 p.

JAHANPOUR D.-E. - 1990 - L'étagement bioclimatique sur les volcans Birunga au Rwanda. TER de géographie, Université de Bordeaux III, 160 p.

JOST Ch. - 1987 - Contraintes d’aménagement en région volcanique tropicale. La chaîne centrale des Birunga au Rwanda. Thèse de géographie, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 290 p.

JOST Ch. - 1990 - Contraintes d’aménagement et problèmes de l’eau sur le piémont volcanique du nord-ouest du Rwanda. In : Eau et aménagement dans les régions intertropicales, tome I, coll. Espaces Tropicaux, no 2, Talence, CEGET-CNRS, p. 247-260.

KLEINERT Ch. - 1987 - Settlement pressure and the destruction of the forests in Rwanda (Eastern Central Africa). Applied Geography and Development, 29, p. 93-106.

LUGAN B. - 1983 - Entre les servitudes de la houe et les sortilèges de la vache. Le monde rural dans l’ancien Rwanda. Thèse Lettres, Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille 1, 5 tomes, 1 005 p.

MESCHY L. - 1989 - La colline et le marais, la gestion des bassins versants au Burundi et au Rwanda. Etudes Rurales, 115-116, p. 129-151.

MINAGREF - 1986 - Pertes de terre dues à l’érosion, Résultats de l’Enquête pilote sur l’érosion (année agricole 1984). SESA, Kigali, 24 p.

MOEYERSONS J. - 1989 - La nature et l’érosion des versants au Rwanda. Tervuren, Musée Royal de l’Afrique Centrale, vol. 19. 379 p.

MOEYERSONS J. - 1989-1990 - Les glissements de terrain au Rwanda occidental : leurs causes et les possibilités de leur prévention. Cah. ORSTOM, sér. Pédologie, XXV, 1-2, p. 131-149.

MORTEHAN M. - 1921 - L’agriculture au Ruanda-Urundi. Bull. Agricole du Congo Belge, Notes techniques, XII, 3, p. 447-490.

NDAYIZIGIYE Fr. - 1992 - Valorisation des haies arbustives (Calliandra et Leucaena) dans la lutte contre l’érosion en zone de montagnes (Rwanda). Bull. Réseau Erosion, no 12, p. 120-129.

NENQUIN J. - 1967 - Contributions to the study of the prehistoric cultures of Rwanda and Burundi. Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 310 p. (Annales, Série in 8°, Sciences humaines, 59) ; Butare, I.N.R.S. (Publication no 5).

NGENZI E. - 1992 - Application d’une nouvelle méthode de gestion des sols dans une zone montagneuse tropicale : terrasses radicales au Rwanda. Bull. Réseau Erosion, no 12. p. 94-102.

NYAMULINDA V. - 1988 - Etude diagnostique de l’érosion et de la lutte anti-érosive dans les zones écologiques de la Préfecture Ruhengeri. Bull. Agricole du Rwanda, no 3, p. 147-158.

NYAMULINDA V. - 1989 - Les méthodes autochtones de conservation des sols dans les régions de Ruhengeri : leur nature et leur mode d’insertion dans la trame actuelle de lutte contre l’érosion. Bull. Agricole du Rwanda, 22 (1), p. 3-13.

PEYROT B. - 1983 - Note à propos de quelques gisements préhistoriques au Rwanda et sur leurs enseignements sur le paléoenvironnement quaternaire des hautes terres de l’Afrique centrale. L’Anthropologie, t. 87, no 1, p. 27-47.

ROOSE E. et al. - 1992 - La gestion conservatoire de l’eau et la fertilité des sols : une nouvelle stratégie pour l'intensification de la production et la restauration de l’environnement en montagne. Bull, du Réseau Erosion, no 12, p. 140-160.

ROSSI G. - 1980 - Tectonique, surfaces d’aplanissement et problèmes de drainage au Rwanda-Burundi. Rev. de Géom. Dyn., 29 (3). p. 81-100.

ROSSI G. - 1984 - Evolution des versants et mise en valeur agricole au Rwanda. Ann. de Géographie, no 515, p. 23-43.

ROSSI G. - 1991 - Croissance de la population, mise en valeur et équilibre des versants : quel avenir pour le Rwanda ? Cah. d’Outre-Mer, 44 (173), p. 29-48.

RUNYINYA B. - 1982 - Problématique des réserves écologiques dans un pays à économie essentiellement agricole. Les forêts de montagne et des volcans du Rwanda. Luxembourg : Fondation Universitaire Luxembourgeoise, 176 p. (mémoire).

SABATIER J.-L. - 1987 - Lutte anti-érosive et développement sur la bordure orientale du plateau central au Rwanda. Les Cahiers de la Recherche-Développement, no 16, p. 82-91.

SIBOMANA Cl. - 1992 - L’érosion des sols sur les contreforts nord-est de la Crête Zaïre-Nil au Rwanda. Thèse de géographie, Université de Bordeaux III, 378 p.

SIRVEN P. et al. - 1974 - Géographie du Rwanda. Bruxelles, éd. de Boeck ; Kigali, éd. Rwandaises, 175 p.

SIRVEN P. - 1981 - Le rôle des centres urbains dans la déforestation de la campagne rwandaise. Trav. et Doc. de Géogr.Trop., CEGET/CNRS, no 43, p. 243-254.

THIBON Ch. - 1992 - Politiques de l'environnement dans la région des grands lacs. Afrique contemporaine, no 161, p. 230-238.

Université nationale du Rwanda. Butare ; Université des Pays de la Loire. Nantes. - 1980 - Atlas du Rwanda. Paris, Ministère de la Coopération, n.p.

VAN GRUNDERBEEK M.Cl. et al. 1982 - L'Age du Fer Ancien au Rwanda et au Burundi. Archéologie et environnement. Journal des Africanistes, 52, 1-2, p. 5-58.

VAN NOTEN Fr. - 1983 - Histoire archéologique du Rwanda. Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 174 p. (Annales, Série in 8°, Sciences humaines, 112) ; Butare, I.N.R.S. (Publication no 24).

WASSMER P. - 1981 - Recherches géomorphologiques au Rwanda. Etude de l’érosion des sols et de ses conséquences dans la préfecture de Kibuye. Thèse 3ème Cycle, Géographie, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 156 p.

WASSMER P. et MICHEL P. - 1986 - Surpopulation et érosion. L’exemple du Rwanda In : Changements globaux en Afrique durant le quaternaire, Dakar 21-28 avril 1986. Paris, ORSTOM, coll. Trav. et Doc., no 197, p. 491-494.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Situation, relief et régimes moyens des précipitations du Rwanda. Carton : situation du Rwanda (en noir). Sur chaque diagramme pluviométrique figurent l’altitude en mètres et la moyenne annuelle des précipitations en mm. 1) Lac. 2) Sommet. 3) Altitude. 4) Station.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Photos 1 et 2 : Le recul de la forêt de montagne sur la crête Zaïre-Nil.Photo 1 : L’extension de la théiculture aux dépens de la forêt (Kitabi/Gikongoro, 2 300 à 2 600 m), 18 janvier 1979.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Photo 2 : L’aménagement de la forêt de Gishwati(Gisenyi). Disparition de la forêt naturelle, plantation de forêt de résineux, pâturages, mise en culture des versants (projet Banque Mondiale). Altitude 2 500 m environ, 28 mars 1987.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Photos 3 et 4 : La mise en valeur paysanne des versants.Photo 3 : Habitat et champs dispersés sur les collines du Plateau Central (région de Gikongoro, 2 000 m environ). Quelques pâturages et aménagements anti-érosifs, petits boisements d'eucalyptus. 27 avril 1980.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Photo 4 : Mise en culture et aménagement de la montagne à l'extrémité nord de la crête Zaïre-Nil (Gisenyi), 2 300 m d'altitude. Quelques lambeaux de forêt de montagne subsistent sur le point culminant, à droite (Muhungwe, 2 990 m). Mise en place systématique de talus et de haies anti-érosives. A l’horizon, le volcan Nyiragongo, au Zaïre.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10694/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540