Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux montagnards

Pays et milieux d’altitude sous l’Équateur

Les Hautes Terres de l’Ouest Cameroun

Countries and mountain milieus in Western Cameroon

Serge Morin

Résumé

Dans le langage courant camerounais, les Hautes Terres de l’Ouest sont découpées en trois pays : Bamoun, Bamiléké et Grassfields. Or, ces trois entités existent à la fois dans l'espace et dans la conscience de leurs habitants, à l’inverse de ce que l’on constate dans les régions alentours. C’est que les Hautes Terres, par leur relief cloisonné, leur étagement, leur climat et leurs limites franches, offrent des conditions favorables aux hommes qui les peuplent depuis le Paléolithique. Mais ce milieu n’est qu’un cadre, et la création de pays, dans ces conditions, résulte de l’exploitation judicieuse d’espaces complémentaires par une dense population. L’appropriation et la construction d’un territoire ressortissent essentiellement de la durée et des héritages sociaux, économiques et historiques. Le vrai révélateur de ces pays fut cependant le choc colonial, via la représentation de vieilles structures, l’introduction de cultures de rentes et de langues étrangères. Dans ces conditions, on se demande si l'identification au territoire et l’émergence d’un pays ne sont pas les préalables à tout développement autochtone en Afrique.

For Cameroonian people, the Western Highlands are divided into three distinct lands: Bamun, Bamileke and Grassfields. But these three entities exist as true home lands in the landscape as well as in the inhabitants consciousness, contrary to what we can notice in the surrounding lowlands. In fact, the Western Highlands, with fine parted and staged landforms, mild climate and clear-cut borders, offer very suitable living conditions for people who have settled there since palaeolithic times. But, in the milieu the creation of home lands the result of a judicious exploitation of complementary spaces by a crowded population. Territorial building and appropriation fundamentally result from duration, and socio-economic and historical legacies of the past. Meanwhile the real revealer of these home lands was colonial traumatism, with, as consequences, the enhancement of old structures, the introduction of cash crops and foreign languages. Therefore, we can wonder if territorial identification and the birth of home lands are not prerequisites to the development of African self-reliance?

Texte intégral

INTRODUCTION

1Blotties au creux de la baie de Bonny et s’étirant jusqu'aux monts Mambila et à l’Adamaoua, entre 4 et 7° de latitude nord, les Hautes Terres de l’Ouest constituent une des entités régionales majeures du Cameroun, et à la charnière des Afriques occidentale et centrale, affichent une profonde originalité (fig. 1). Entité naturelle d’abord, elles réunissent une série de citadelles montagneuses qui, du Mt. Cameroun (4 095 m) à l'Oku (3 011 m), se succèdent au N30°, rompues de bassins effondrés, et s’imposent aux basses terres alentour par de gigantesques murailles rocheuses. Cet ensemble de plateaux et montagnes s’établit dissymétriquement entre 1 000 et 3 000 m, de part et d’autre d’une dorsale volcanique (Ligne du Cameroun) qui se dresse ainsi brutalement au vent de la mousson guinéenne. Les Hautes Terres sont réputées pour la salubrité de leur climat et le palmier à huile y trouve ses limites.

2Etagée en altitude de la forêt biafréenne à la pelouse subalpine via les savanes soudano-guinéennes, la végétation s’y caractérise d’ailleurs par des paysages ouverts, ces Grassfields qui surprirent tant les premiers explorateurs allemands. Une autre originalité des paysages des Hautes Terres est l’association de reliefs et modelés taillés dans le socle précambrien, et de constructions volcaniques, croupes basaltiques, necks, agators trachytiques, grandes “falaises” prismées, hauts bowé bauxitiques (2 200 m), que chapeautent les orgueilleux édifices du Mt. Cameroun, du Manengouba, des Bambouto et de l’Oku (fig. 2 et 3). Cette diversité et un long continuum éruptif couplé à une instabilité tectonique chronique caractéristique du rejeu d’une vieille suture panafricaine expliquent le découpage de la région en unités naturelles bien individualisées. Originalité en Afrique, les lignes verticales sont dans ces paysages au moins aussi abondantes que les horizontales.

3Les Hautes Terres possèdent de nombreux atouts pour attirer un dense peuplement humain : climat agréable et salubre, unités de relief de dimensions modestes, abondance de l’eau, présence de sols parfois exceptionnellement riches, protection assurée par le cloisonnement du relief et l’altitude. L’occupation humaine remonte au Paléolithique. Nous sommes ici en présence d’un des plus vieux foyers de civilisation de l’Afrique sud saharienne, peut-être du berceau des populations Bantou.

4Dès lors, les paysages ne s’y organisent pas seulement selon les données des milieux naturels, mais surtout en fonction des empreintes successives d’une humanité plurimillénaire. L’ancienneté de l’emprise humaine s’y inscrit par le modelage de campagnes et de bocages ténus et soignés autour de petits centres de commandement ou d’échange. Petits royaumes conquérants, aux rapports conflictuels, invasions et mouvements consécutifs des populations, ont ainsi abouti à l’élaboration de véritables pays, utilisant le compartimentage du relief et se distinguant les uns des autres par leur organisation socio-économique : Bamoun, Bamiléké, Bamenda, Grassfields. Partout des groupes sociaux souvent pluriethniques ont ainsi façonné leur espace, usant avec bonheur des contrastes d’altitude et d’exposition, des accidents de relief, abris, associant les divers terroirs, pour créer, avant la colonisation des royaumes et chefferies dont la puissance se fondait non seulement sur une agriculture et un élevage intensifs, mais également sur le commerce à longue distance conduit par les puissants, Fons, notables, et chefs de grandes maisonnées, ainsi que sur une sidérurgie très dynamique.

5Les paysages actuels conservent les empreintes de ce long partage. La colonisation, particulièrement l’Indirect Rule britannique, n’eut pour conséquence que de figer une situation encore floue et d’accroître cette diversité parmi des populations au demeurant proches parentes comme en témoigne la filiation proclamée au mythe Tikar. Mais, les trames, les nodosités, les marchés et une grande partie de l’organisation pré-coloniale subsistent de nos jours, et devant l'uniformisation jacobine recherchée par l’Etat centralisateur, les identités régionales, se proclament et s’affirment ici en tant que telles. On ne peut donc esquisser une typologie des divers milieux des Hautes Terres de l’Ouest Cameroun sans prendre en compte la vitalité du fait territorial et de l’identité ethno-économique des populations.

I. DE VÉRITABLES PAYS

6Si par pays, on entend : “des territoires habités par une collectivité et constituant une réalité géographique dénommée” (Dictionnaire Robert), alors on peut constater que les Hautes Terres de l'Ouest Cameroun se décomposent en une série d’entités méritant ce nom, à côté d’espaces plus flous et moins organisés. Les uns et les autres ne possèdent ni les mêmes bases naturelles, ni les mêmes assises socio-culturelles, historiques ou économiques. Des pays au sens commun, les Hautes Terres en comptent au moins trois, dont l’identité est vécue et proclamée par leurs habitants, malgré le triple choc de la colonisation, des troubles de l’Indépendance et de l’ouverture à l’économie spéculative.

Figure 1 : Carte de situation des Hautes Terres de l’Ouest du Cameroun. Situation of Highlands of Western Cameroon.

A. Le pays Bamoun, centralité et écartèlement

7Le pays Bamoun correspond à l’emprise spatiale d’un royaume développé à l’est de la Dorsale volcanique, entre Mbam et Noun (fig. 2), des savanes Vouté à l’est, au Bamiléké à l’ouest. Au nord, il butte sur les escarpements des Grassfields et au sud, se dissout dans la forêt à Sterculiacées qui s’étend jusqu’à la Sanaga (fig. 4). Jusqu’à ces dernières années, l’administration centrale reconnaissait son identité en dénommant Bamoun le département qui correspond à son aire historique. Ce n’est qu’en 1983 qu’il rentra dans le lot commun des circonscriptions administratives baptisées d’hydronymes et devint le Noun. Cet ensemble associe divers milieux à partir d’un noyau central duquel émane encore l’Autorité traditionnelle, et d’où sont parties les grandes étapes de l’extension du royaume.

8Le Bamoun, c’est d’abord un plateau basculé vers le Noun et relevé à l’est sur la plaine Tikar qu’il domine par des escarpements très digités dont la puissance s’amoindrit du nord au sud. A l’est, il est cristallin, se relève et s’accidente dans le massif de Yaawou (1 453 m), où les paysages deviennent montagnards, alors que vers l’ouest et surtout le sud, on passe à une pédiplaine plus basse, entre 900 et 1 000 m, à massifs résiduels, inselbergs, glacis et pédiments. Partout, des paysages de savanes arborées à Lophira, Daniellia et Bauhinia, se dégage une tonalité sèche que soulignent des affleurements de lambeaux de cuirasse. A l’ouest, le Bamoun est volcanique, à lourdes croupes polyconvexes, champs éruptifs ou étendues planes modelées autour de 1 240 m dans d’anciennes coulées de basaltes que séparent des vallées à fond plat hydromorphe de remblaiement. C’est au contact de ces deux mondes, sur un site collinéen défensif, que s’est établi le cœur du royaume : Foumban, l’Urbs organisatrice du pays.

Figure 2 : La Dorsale Camerounaise. The Cameroon Dorsal.

9L’identité du Bamoun est ainsi franchement historique et relève de l’existence pluriséculaire d’un Etat centralisé, assis sur la ville, d’où le Roi, avant de devenir Sultan au XIXème siècle, délègue ses pouvoirs à des notables, chefs de lignage, pour coloniser et protéger les secteurs les plus éloignés de la Cité. La population se groupe dans des villages dont l’organisation décalque dans l’espace la hiérarchie sociale, famille élémentaire dans le simple hameau, résidence du Nji, chef de lignage noble, dans le gros village (Nzü), et au sommet, le village du roi (Nzü Mfon), le Palais, véritable agglomération avec ses services, son conseil de gouvernement, ses fonctionnaires, sa cour, son marché, les maisons des femmes, etc., d’où une occupation de l’espace en nébuleuse gravitant autour de la capitale, une dispersion de l’habitat en hameaux et villages.

10Ces derniers s’installent sur des replats aux flancs des échines et des croupes, évitant les crêtes battues par les tornades ainsi que les bas-fonds hydromorphes. Les sites recherchés sont ceux des cônes alluviaux de piémonts ou les alvéoles du plateau. Les villages bamoun s’établissent autour de ceux des autochtones soumis. Leur nom est fonction de leur position par rapport à Foumban. Au NNW de la cité, ils sont “en haut” : Nkoupara, Nkoupa Matapit, dans la vallée du Mbam, “en bas” : Magba, Malantouen.

11De cette organisation découle celle des campagnes alentour exploitées en vastes domaines attenant aux villages lignagers ou cultivés par des colons ou des esclaves de manière à nourrir la ville qu’approvisionnent des caravanes de porteurs. Toutes les terres sont appropriées, mais plus on s’éloigne de la cité, plus l’occupation de l’espace se relâche et seuls quelques domaines en colonat, ou exploités par des villages d’esclaves, marquent l’emprise royale sur la vallée du Noun (TARDITS, 1981).

12Ce schéma a été très altéré par les raids Tchamba, puis Foulbé du XIXème siècle pendant lesquels l’œkoumène Bamoun se rétracta sur l’Urbs qui devint une place assiégée ceinte par une double circumvallation accompagnée d’une muraille en terre, de 5 m de hauteur et de 4 m d’épaisseur, et de la création d’un glacis défensif nu parsemé de chausse-trappes. Autour du Palais résident 573 des 700 chefs de lignage du royaume. Peu de place donc pour l’agriculture dans l’enceinte, sauf pour des plantations d’arbres, bananiers, colatiers, dracaena, ficus, safoutiers, manguiers, palmiers, etc., ce qui confère à la ville un aspect d’oasis verdoyante au milieu des savanes brûlées de son glacis défensif. Il en résulta une déprise agricole encore visible dans les paysages : auréoles de manguiers des villages désertés, terrasses de cultures abandonnées, savanes pyrophiles périurbaines.

13Cependant, le Bamoun, ce n’est pas seulement ce plateau, l’impérialisme local ayant conduit la conquête des terres marginales. Dans la vallée du Mbam, autour de 750 m, se succèdent modelés polyconvexes et pédiplaines à inselbergs drapés d’un étonnant patchwork de lambeaux de forêt et de savanes herbeuses ou arborées. Vers l’ouest, l’autre marche de conquête a butté sur les Bamiléké. C’est la plaine du Noun, séparée du plateau de Founbam par les massifs volcano-tectoniques du Mbam, du Mbapit et du Nkogam. Région basse (1 000 à 1 100 m), il s’agit, autour de Foumbot, d’un champ volcanique récent où, d’une couverture de lapillis et cheires, émergent presqu’une centaine de cônes, explosifs pour la plupart, et que parsèment lacs de barrage, de cratères ou de maars. A l’extrémité occidentale du secteur, on passe à une plaine de remblaiement dans laquelle le Noun s’égare et s’épuise.

14Forestière jusque dans les années 1920, cette région aux sols d’une richesse peu commune, grâce aux plantations d’arabica, puis au maraîchage, est devenue le centre économique du Pays. Foumbot, à l’origine simple bourgade de planteurs, est devenu un des plus gros marchés du Cameroun, en liaison avec l’Europe, et la place financière du Bamoun. Elle se pose en rivale moderne d’une capitale qui se replie dans la tradition et le folklore. La vieille centralité du Bamoun s’effrite devant ce transfert de pouvoirs. Reste que même battue en brèche, l’autorité centrale a permis le modelage d’un paysage Bamoun qui perdure et se reproduit : pas d’aménagement bocager ici, sauf près des bourgades où, au début du siècle abondaient les clôtures de service, et surtout des essences forestières plantées et entretenues : Elaeis guineensis, Canarium schweinfurthii, Dacryodes edulis, Mangifera indica.

Figure 3 :Les dissymétries structurales. The structural dissymetries.

B. Le Bamiléké : le lien ethno-économique ou l’homogénéité récurrente

15Une telle centralité n’a jamais existé en Bamiléké où la notion de pays relève d’une autre essence. Ici, le pays correspond assez exactement à un ensemble morphologique de première grandeur, un plateau qui domine la vallée du Noun par un grand escarpement de faille. Ce plateau est basculé vers le nord où il s’enfuit sous le remblai des marais de la Mifi, ou sous les pyroclastites de la région de Galim qui prolongent les champs volcaniques de Foumbot. Vers le nord-ouest, on s’élève vers les High Grassfields volcaniques de Santa et Bambili. A l’ouest, le plateau tombe de plus de 1 000 m sur la cuvette de Mamfe par un escarpement tectonique associant vulcanites et socle (fig. 3), et drapé d’une forêt dégoulinante. Au sud, il surplombe le bassin effondré de la plaine Mbo, et les basses terres du Nkam et du Ndé, par une muraille grugée de gigantesques reculées et découpée en touches de piano étagées que soulignent, entre 1 800 et 2 097 m, horsts et massifs anorogéniques aux formes adoucies (Bani, Zantou, Bana).

16De la sorte, entre 1 280-1 300 et 2 740 m, le Bamiléké constitue un ensemble parfaitement circonscrit, une citadelle accessible aisément par le nord seulement, et ailleurs au gré de passes étroites qui remontent les reculées frangeant les escarpes bordières. Mais il n’est pas uniforme pour autant, et sa morphologie se révèle contrastée et compartimentée, car son soulèvement et son basculement vers le nord se sont accompagnés de mouvements différentiels des panneaux qui le composent, et de manifestations volcaniques le long des grands axes tectoniques.

17Ainsi, l’énorme appareil des Bambouto s’est-il édifié sur l’accident bordier de la cuvette de Mamfe, et si, sur sa partie orientale on s’élève jusqu’à 2 740 m par de longues planèzes basaltiques séparées de mesas trachytiques, sa moitié occidentale a été totalement démantelée à la suite de l’effondrement récurrent de plusieurs caldeiras emboîtées de plus de 1 500 m. A l’autre extrémité du Bamiléké, plus ancien et moins élevé (1 923 m), le vieil appareil de Bangou n’a conservé que des vestiges étagés et bauxitisés de l’édifice originel. Entre ces deux massifs, de Babadjou à Bafoussam et Dschang, le cœur du Bamiléké se compose d’une sorte de trapp basaltique reposant sur un socle granito-gneissique qui affleure par place en boutonnières au creux d’alvéoles d’érosion. Ici, vers 1 450 m, se déroulent de monotones collines polyconvexes plus ou moins cuirassées que séparent des bas-fonds hydromorphes, voire marécageux.

18Mais tout autour, et surtout vers le sud et l’est, s’individualisent des unités morphologiques particulières, planèzes bauxitisées des Bambouto, alvéoles de Dschang et de Bandiangseu, bowé étagés et basculés de Bangam, massifs granitiques méridionaux, véritables sidobres comme celui de Baham, ou “inselgebirges” à murailles rocheuses s’exfoliant en dalles. Contraste étonnant de ces ensembles minéraux et secs avec le verdoyant bocage dont ils surgissent comme par erreur. L’empreinte des hommes s’y fait plus discrète, pâturages galeux, champs pierreux de bas de versants, raphiales de bas-fonds. A proximité du rebord méridional, le compartimentage par les vallées encaissées, l'étagement en gradins se fait souvent menu, et du plateau central à la circulation aisée, on passe à des unités topographiques cloisonnées, d’accès parfois acrobatique.

19Cette diversité morphologique du Bamiléké, loin de nuire à son peuplement, a favorisé l’éclosion de petites chefferies indépendantes installées en position d’abri sur des finages séparés les uns des autres par des obstacles naturels, Bana, Bangangté, Baleng, Bafou, Bandjoun, sans que ces unités socio-économiques se privent d’utiliser des terroirs complémentaires, plaine du Noun par Bandjoun, palmeraies des versants et basses terres pour Baba, commerce à longue distance pour Bangangté. La notion des pays en Bamiléké n’exprime donc pas une unité naturelle, ni non plus l’organisation d’un territoire par une autorité centralisatrice ou conquérante. Pour preuve : bien qu’appartenant au même groupe linguistique, les locuteurs des diverses chefferies le plus souvent ne peuvent communiquer entre eux que par l’intermédiaire du pidgin english.

20L’homogénéité du plateau est récurrente et se situe à diverses échelles de l’organisation de l’espace. Elle émane d’un vieux fond de civilisation commun qui se traduit dans les paysages par la dispersion et le type particulier de l’habitat, le façonnement des terroirs, et la hiérarchie sociale. Le bocage à base de haies mixtes associant rachis de raphias et pieux bouturés de dracaena, colatiers et autres arbres fruitiers, est la forme d’organisation de l’espace rural la mieux connue du Bamiléké, même s’il tend à disparaître. La judicieuse utilisation des sommets des collines pour le petit élevage, l’installation des concessions (Mba) sur les pentes au milieu des champs, chaque chef de famille vivant sur son exploitation, se répètent à l’infini du déroulement des croupes convexes, de manière identique tant que pentes et substrat ne varient pas. Itérative est également l’organisation des chefferies, avec le palais du Fon, la grande case de cérémonie à l’extrémité de la place d’apparat que bordent de part et d’autre les cases des femmes, l’allée remontant jusqu’à la place du marché qui rejoint la route de crête surveillée par des cases de garde. Chaque notable casé par le chef reproduit ce modèle sur la “montagne” dont il a la charge.

21Les chefferies, les “quartiers” qui les divisent et qui servaient jadis à installer les nouveaux venus, à recruter des soldats et de la main-d’œuvre, ainsi qu’à entretenir les routes, sous l’autorité d’un noble, sont autant de petites agglomérations, villages ou petites villes, surtout si le marché y est important. D’une de ces chefferies à l’autre, même si l'on se jalouse ou se déteste cordialement, universalité de l’esprit de clocher plus que querelles de clans, les mêmes activités agraires, les mêmes billons, les mêmes maïs, choux, arachides jusqu’en bordure des routes, les mêmes façons culturales savantes. Le vieux fond rural reste commun, ce qu’illustre parfaitement la place du raphia dans ces civilisations qui le soignent dans les bas-fonds hydromorphes et l’utilisent à chaque instant de la vie, dans la pharmacopée, pour ériger les clôtures et les haies, construire les habitations, et surtout sous forme de vin, élément obligé des libations sur lesquelles se fondent une grande partie des relations sociales.

  • 1 Ndé, Bambouto, Mifi : noms de départements bamiléké. Le découpage administratif correspond à la rec (...)

22D’une chefferie à l’autre, malgré l’héritage guerrier des siècles précédents, les rancœurs héritées des maquis des années 1960, malgré les litiges fonciers inhérents à toute société rurale, les problèmes de limites ou de préséance, on partage ainsi les mêmes valeurs. On se veut Bamiléké, même si l’on est d’abord du Ndé, noble Bangangté, ou roturier des Bambouto et Bafou, ou Bandjoun et de la Mifi1

23L’identité du pays Bamiléké se fonde sur ces valeurs communes, en particulier sur les critères de réussite sociale, sur les rapports au travail de la société et les modalités de transmission du patrimoine foncier familial, la place dans la hiérarchie sociale n’étant jamais garantie par héritage. La réussite ne peut être qu’individuelle, mais doit avoir des retombées pour l’ensemble du groupe. C’est le legs des siècles passés, XVIII et XIXème, où ces sociétés, très tôt engagées dans les échanges lointains, se confrontèrent à une âpre concurrence et virent se faire ou se défaire des fortunes de chefs ou de grandes maisonnées sur lesquelles reposait la puissance de la chefferie. Avec le café, dans les années 1950, puis l’essor des transports et le boom économique des années 1975-1982, ces chefferies affichent haut et fort les “success stories” de certains de leurs fils. Et l’on peut affirmer que l’identité du Bamiléké repose plus de nos jours sur ce sentiment de supériorité ethno-économique assorti d’un discours sur le travail, que sur une organisation rurale modèle ou sur de prétendus avantages du milieu naturel.

24Bafoussam, ville champignon au développement endogène, matérialise ce fait, vitrine du pays avec les mêmes contrastes qu’au cœur du bocage entre réussite éclaboussante et misère profonde. Car comme l’ensemble du pays, son développement résulte d’une volonté de démonstration, et elle bénéficie du retour des capitaux et savoir-faire glanés ailleurs dans la république ou à l’étranger, et pérennise un système où les Grands, plus nécessairement les chefs d’ailleurs, entretiennent une clientèle. Mais Bafoussam représente un fait nouveau en Bamiléké, elle devient un pôle d’attraction, sinon encore organisationnel, dans un pays jusqu’alors acéphale. Et l’urbanisation s’éparpille dans les campagnes à partir d’elle et du centre de la plupart des chefferies, comme on le constate entre Mbouda et Dschang ou de Bafang à Bangangté.

Photo 1 : Pays Bamiléké, caldeira orientale des Bambouto (2740 m). En arrière plan, rempart de trachyte-phonolite. Au centre, cumulo-dôme trachytique alignée sur des fractures qui limitent les deux caldeiras (cliché S.M.). Bamileke area, eastern caldera of Bambouto (2740 m).

C. Les Grassfields : de la tradition à l’anglophonie

25Si le pays Bamiléké se caractérise par une organisation itérative de l’espace, collines convexes bocagères à habitat dispersé autour d’un pôle, chefferie ou regroupement des années 1960, la charge en population, entre 80 et 1 900 hab/km2, lui confère une homogénéité récurrente certaine, la quasi-totalité du territoire étant occupée.

26Cependant, dans les Grassfields, si l’homogénéité du pays est réelle, l’espace devient nettement discontinu, haché de barrières topographiques, mais également occupé de manière beaucoup plus ponctuelle par une population plus éparse dans un milieu plus cloisonné. A l’instar du Bamiléké, ils se dressent comme une citadelle définie par une ceinture d’escarpements difficilement franchissables dont le commandement peut atteindre 1 000 à 1 500 m. Toutefois ils ne constituent pas une unité morphologique car ils associent des secteurs relativement bas, entre 900 et 1 100 m, à des montagnes dépassant les 2 500 m, et de vastes plateaux mollement ondulés vers 2 200 m (fig. 2). Comme en Bamoun et Bamiléké, la différenciation de paysages tient souvent au voisinage du soubassement granitoïde et d’énormes empilements de vulcanites, coulées de basaltes, mais surtout ici, tables trachytiques et rhyolitiques. On a ainsi pris l’habitude de distinguer des High Grassfields ou high lava plateau et des Low Grassfields, le plus souvent cristallins. Le cœur de la région est en effet la partie maîtresse de la Dorsale volcanique qui se lient toujours au-dessus de 1 800-2 350 m.

Figure 4 : Carte structurale de l’Ouest du Cameroun. Structural map of Western Cameroon.

27Le complexe volcanique Bambili-Mbi-Santa-Mont Oku, représente le faîte des Hautes Terres le long duquel se succèdent appareils explosifs (Bambili, Mbi), caldeiras (Bafochu. Santa) et surtout épais empilements de laves et tufs. Le mont Oku, gigantesque galette de téphras culmine à 3 011 m (fig. 2 et 3). Ce secteur fortement disséqué par l’érosion se limite de toute part par des “falaises” abruptes que mordent des reculées emboîtées, et se dissèque souvent en éléments de plateaux parfois réduits à d’étroites échines, voire à des promontoires entre deux vallées en trait de scie. De part et d’autre, se déroulent de hauts bowé bauxitiques aux horizons totalement dégagés dont les pelouses rases battues par un vent vif sont régulièrement parcourues par les feux que les pasteurs Aku y allument en début de saison sèche. Deux ou trois niveaux s’y étagent entre 1 800 et 2 250 m, et quelques buttes cuirassées résiduelles les accidentent et s’élèvent entre d’amples vallées sèches en berceau. On y passe souvent à des paysages de haute plaine.

28Ces plateaux ou hautes plaines basaltiques enserrent de véritables boutonnières, comme à Banso, mais surtout dominent de vastes pédiplaines établies parfois au-dessous de 1 000 m dans un socle récuré de ses altérités. De très grandes alvéoles s’y impriment, totalement en creux ou organisées autour d’un inselberg central, et l’érosion y a déblayé de grands couloirs de fracturation. Mais en dehors de ces accidents déprimés, dominent ici des paysages de glacis, pédiments, inselbergs et castle kopjes, qui portent une brousse arborée pyrophile à tonalité sèche. Hormis les vallées à fond remblayé, les sols y sont squelettiques, réduits souvent à une chape gravillonnaire ou à des arènes claires.

29Le Bamenda, en contrebas de la “falaise” ignimbritique de Bambili offre un visage moins désolé. Vers 1 200 m s’y reproduisent les collines et croupes convexes du Bamiléké, et lorsque la couverture basaltique a été conservée, des aménagements bocagers, une dispersion de l’habitat autour de grandes chefferies du même aloi. Les Allemands qui en 1889 aboutirent ici furent surpris par ces paysages presque européens, par le mode d’exploitation du sol épousant les pentes et associant élevage et agriculture.

30Les Grassfields réunissent deux autres unités naturelles qui sont loin d’offrir un aspect montagnard. Les parties septentrionales et occidentales de la plaine du Noun, la frontière entre territoires français et anglais courant sur la rive gauche de la rivière, constituent la plaine Ndop, région marécageuse où les villages se sont établis sur des nids d’aigles afin d’y exercer leurs razzias (Balikumbat), et plus souvent sur des interfluves à l’abri des inondations, utilisant les marais pour leur protection en barrant les accès à la terre ferme de tranchées et de chemins creux. A l’ouest, étroit fossé tectonique qui s’abaisse à moins de 600 m et s’ouvre sur le Nigeria, la vallée de la Menchum sépare le Bamenda des bowé de Fundong et du plateau de Wum. Elle n’est encore qu’imparfaitement intégrée aux Grassfields.

31Enfin, comme en Bamoun et en Bamiléké, le volcanisme récent et actuel marque ces ensembles de son empreinte, particulièrement le long des couloirs de fracturation et des vallées de ligne de faille. Celle de la Menchum abonde en cônes et cratères d’explosions et en maars. C’est le long d’un couloir de fracturation que s’élève le complexe de Nyos dont l’éruption gazeuse de 1986 fit plus de 1 700 victimes. Autour de Wum, à l’intersection de failles convergentes, s’est développé un petit champ volcanique.

32Devant une telle diversité, peut-on qualifier les Grassfields de pays ? Oui, puisque leurs habitants s’attribuent eux-mêmes ce qualificatif pour se distinguer de leurs voisins. Le ciment de l’unité est ici comme en Bamiléké — ce sont des cousins — celui d’une identité socio-économique fondée sur la puissance de chefferies (Bafut, Bali, Kom, Nso, Pinyin, Mankon) dont les structures sociales ont été renforcées voire figées par l’indirect Rule britannique. L’esprit de clocher et l’attachement au village restent ici très vivaces, et ce d’autant plus qu’ils se renforcent du sentiment d’appartenir à une minorité agressée par la volonté d’uniformisation d’un Etat centralisateur. Dans ces conditions, la langue, l’anglophonie, deviennent les moteurs de l’affirmation de l’identité régionale d’autant plus que l’anglais recule sur tous les fronts urbains. On parle français à Bamenda bien plus qu’il y a dix ans.

33Dès lors, peu importe que l’espace soit discontinu voire marginalisé comme autour de Nkambe, Wum et surtout Akwaya, on s’affirme Grassfields tout en regardant vers le Nigeria. On magnifie la tradition et le rôle des chefferies, on exalte le développement autonome face à la francophonie jacobine. Un vrai pays est en train de naître en guise de séquelle de la colonisation. Et comme les Bamiléké affichent leur réussite à Bafoussam et dans les campagnes environnantes, ici on veut faire expressément de Bamenda, énorme marché, ville administrative et commerçante, l’emblème des Grassfields vivants. Cette volonté se manifeste dans chaque chefferie et ainsi s’est largement amorcé un processus autochtone d'urbanisation à la campagne. La volonté est telle qu’à Fundong, l’adduction d’eau a précédé la ville, et à Mbengwi les services se sont installés dans le bocage des quartiers de la chefferie.

34Bamoun, Bamiléké et Grassfields, à des degrés divers, constituent donc de véritables pays, même si seul le premier correspond à notre acception du terme. Par contre tout autour, les vicissitudes de la vie économique et politique et des actions de développement, induisent des prises de conscience des populations et la réclamation d’identités territoriales, ou bien conduisent à la disparition d’unités socio-spatiales inadaptées à la vie moderne et donc obsolètes. Comme en Europe, sous l’Equateur des pays naissent, se développent et disparaissent en tant que tels, même si leur nom subsiste. Qu’est le pays de Born de nos jours ?

II. DES ESPACES MYTHIQUES ET MARGINALISÉS

A. L’espace introuvable, le mythe Tikar

35Plus que la stratification d’envahisseurs successifs, le peuplement des Hautes Terres résulte de l’assimilation de groupes humains divers par un vieux fonds de population autochtone au moins néolithique. WARNIER (1984) montre que dans les Grassfields, les échanges matrimoniaux avec l’extérieur étaient de règle ainsi que l’usage de l’esclavage domestique comme moyens de régulation sociale et démographique. Pour cet auteur, l’originalité linguistique du pays ne peut que résulter d’une très longue évolution sur place. En Bamoun, de la même manière, Nsa’ra et ses troupes, venus de la plaine du Mbam adoptèrent la langue des populations du plateau qu’ils soumirent (TARDITS, 1980). C’est dire la capacité de rémanence des civilisations des Hautes Terres.

Photo 2 : Pays Bamiléké, anticlinal de granite porphyroïde de Baham (secteur de Batié). Boules déchaussées et décapage du sol ferrallitique par le surpâturage. Termitières liées aux pâturages (cliché S.M.). Bamileke area (Batie), granitic anticline of Baham. Overgrazing and termitaries.

36Cet ancien fonds de peuplement n’empêche pas une étonnante diversité humaine. Très souvent les types physiques varient entre aristocratie dominante et ruraux dominés. Cela s’explique aisément en Bamenda (Bafut) et en Bamoun où les envahisseurs ont mis la brousse en valeur par l’implantation de villages d’esclaves ou de colons à côté de ceux des roitelets autochtones soumis. L’assimilation culturelle n’a jamais été jusqu’au mélange total des sangs, d’où la magnification des origines des aristocraties régnantes qui toutes ou presque se réclament d’ancêtres Tikar (Bamenda, Nso, Bamoun) ou Ndodo (Bamiléké), une branche de ces mêmes Tikar. Par mimétisme, une grande partie des populations des Hautes Terres prétend dès lors descendre de ces prestigieux aînés. Curieusement, on se réclame moins des derniers venus, les Tchamba, qui après leurs chevauchées dévastatrices du début du XIXème siècle ont laissé une forte empreinte dans les paysages en s’installant dans des sites privilégiés, Bali et Balikumbat, ou en provoquant un grand remuement des populations des plateaux.

  • 2 Sultanat musulman organisant la conquête foulbé pour le compte de l’émir de Yola.

37Le mythe Tikar est donc un des fondements de l’identité des pays des Hautes Terres, mais de nos jours, d’espace ou de pays Tikar point. Les membres de cette ethnie existent bien dans la plaine du même nom qui, en contrebas de l’Adamaoua, du Mambila, des Grassfields et du Bamoun, s’étale autour de 750 m, le long du Mbam et de ses affluents. 11 s’agit d’une pénéplaine de soustraction associant des inselbergs à des reliefs en demi-oranges surbaissées séparées par des vallées marécageuses à forêts galeries, que percent nombre d’intrusions syénitiques, un bout du monde enclavé dans l’espace camerounais qui reçut des populations Mboum ayant fui l’Adamaoua et affligées du sobriquet Tikar à la suite de conflits fonciers. Ces nouveaux venus se mélangèrent avec les autochtones, adoptèrent leur langage (Ndod et Ntumu) et créèrent de véritables villes et royaumes (Ngila, Ngambé, Nditam, Bankim - l’ancienne Rifum des premiers Bamoun) que les Allemands décrirent comme des centres de haute culture. Mais ce sont les Foulbé qui véhiculèrent plus tard l’ethnonyme Tikar et qui décrirent leur lieu d’origine comme une région d’où venaient esclaves et colas. La Djihad fit de Bankim un lamidat2

38(Pour TARDITS, le terme Tikar est une désignation accidentelle “ayant acquis un statut officiel d’éthnonyme (...) qui forme un véritable écran entre le présent et le passé” (op. cit.). S’il ne fait aucun doute que de petits groupes venus de la plaine du Mbam ont établi les prodromes des royaumes actuels, Bafut, Bafu, Bamoun, etc., ils ne furent jamais que des minorités dirigeantes, et l’ensemble des Hautes Terres ne peut se réclamer d’une telle origine. Mais le besoin de légitimation des élites dirigeantes s’est étendu à la masse de la population en quête de racines qui se perdent dans la nuit des temps préhistoriques.

39Quant à la plaine Tikar (fig. 2), ce n’est rien moins qu’un pays. La présence humaine, hormis quelques villages et les remues des pasteurs transhumants, y est trop ténue, trop discrète pour avoir conduit à son aménagement. Les groupes Tikar sont éclatés dans cette vaste étendue ainsi que BRETON (1979) le constate au niveau linguistique. C’est un espace marginalisé par son enclavement, vidé par les raids Foulbé du siècle dernier et par la trypanosomiase qui s’y propagea corrélativement. Il n’y a donc pas, ou il n’existe plus de pays Tikar répondant au mythe fondateur des chefferies des Hautes Terres. Mieux, à l’inverse, la plaine est devenue un secteur de colonisation sur lequel se déverse le trop-plein du Bamiléké. Le mythique pays Tikar se partage ainsi entre les Bamoun le long du Mbam au sud-est de Magba, les Bamiléké, le long de la route Magba-Bankim, les Nso qui se sont appropriés la plaine de la Mapé qu’ils dénomment Mbaw-Nso, et le reste, un vaste patchwork de forêt et savanes qui s’étend jusqu'au pays Vouté, espace cynégétique plus que vrai territoire. Mais n’est-il pas vrai que tous se proclament descendants des Tikars !

B. Les espaces marginaux

40Le mythique espace Tikar n’est pas le seul à éprouver les difficultés inhérentes au sous-peuplement et à l’enclavement. Très nombreux à la périphérie des Hautes Terres sont les espaces marginaux ou marginalisés.

41- La plaine de Donga au nord des Grassfields s’étale largement jusqu’à la frontière du Nigeria. Les altitudes s’y abaissent à moins de 200 m du pied des grandes “falaises” de Nkambe à la rive gauche de la rivière. On entre par là dans le monde soudanien où des inselbergs hérissent les platitudes de glacis étagés peuplés d’une savane arborée, voire d’une forêt claire à Terminalia glaucescens, striées de galeries forestières à Uapaca. Peu d’hommes, sinon quelques misérables villages de cases circulaires. Pas de route. Sur les berges de la rivière, malgré le poste de douane qui affirme la présence camerounaise, on est déjà au Nigeria. C’est que ce secteur, comme celui d’Akwaya à l’ouest, se situe dans un angle mort entre les deux Etats, et qu’aucune richesse ou activité moderne n’a justifié encore son désenclavement. Les peuples Ndembe qui y vivent apparaissent comme des oubliés de l’histoire, dilués dans une brousse plus propice pour l’instant à la contrebande de marchandises et de bétail qu’à autre chose.

42- La cuvette de Mamfe, dont l’ombilic est occupé par des sédiments crétacés en partie nappés de basaltes, est une vaste dépression forestière (44 m à Mamfe) qu’entre les vallées de la Cross et de la Munaya accidentent des massifs granitiques (Nkwende hills) et hypovolcaniques (Nta Ali) (fig. 2 et 3). Les “falaises” qui la ferment côté Bamiléké et Grassfields en rendent l’accès quasi impossible en saison des pluies. La population s’y noie dans la touffeur accablante de la forêt sempervirente, et seuls les abords des routes rassemblent la population (Banyang Eyagham, etc.). La maîtrise de l’espace se résume à l’agriculture vivrière encore très traditionnelle et à l’ouverture de plantations de cacaoyers dont on sait qu’elles ne représentent plus guère un facteur de progrès. Cette unité naturelle possédait naguère un centre, Mamfe, et jusqu’à la Réunification entretenait des liens économiques, politiques et sociaux avec le sud-est du Nigeria via deux routes, l’une vers Calabar et l’autre vers Ikem et par-delà vers le Bénoué. L’Indépendance a rompu ces liens, d’autant plus que la guerre du Biafra a poussé le Cameroun à fermer cette frontière. La cuvette de Mamfe comme tous les secteurs frontaliers du Nigeria est donc devenue un bout du monde, un espace marginal éloigné des centres de décision que la seule agglomération de Mamfe se révèle incapable d’organiser, ne serait-ce que parce que l’état du réseau routier jusqu’à ces dernières années, en rendait l’accès aléatoire, malgré la réalisation partielle de l’axe Mombasa-Lagos.

43Espace marginalisé par l’histoire, la cuvette de Mamfe ne peut prétendre à l'appellation de pays, même si les groupes sociaux qui la peuplent se révèlent actifs et fiers eux aussi de leur anglophonie. Mais, la langue, dans cette humanité diluée dans la forêt, ne peut jouer le rôle que nous avons relevé sur les Grassfields. A la limite, avec la crise qui depuis 1984 frappe le Cameroun, on peut se demander si cet espace ne risque pas de retomber dans la mouvance du puissant voisin. C’est la contrebande qui est son plus sûr moyen d’approvisionnement et de survie.

44- Le pays Bakossi-Mbo, à l’opposé de cet espace en déshérence, jouit d'une réelle identité historique sinon naturelle. Les Bakossi sont installés au cœur de la grande forêt à Césalpiniacées qui nappe les reliques volcaniques subsistant au sud-ouest des “falaises” bamiléké jusqu’au Manengouba. Ils s’éparpillent en de multiples petits villages sur le piémont de l’Ekomane, du Sabil et du Lesseletane, et également dans le fossé tectonique de la Mbu river qui conduit à la cuvette de Mamfe. A l’est, au pied des “falaises” de Dschang-Foréké, les Mbo, leurs parents, s’étaient établis à la périphérie de la plaine du même nom (750 m), principalement sur les cônes alluviaux au sortir de la montagne. Mais, surtout, ces deux groupes sont montés à l’assaut du Manengouba, appareil volcanique qui culmine à 2 411 m. C’est dans l’une de ses caldeiras et dans les grottes basaltiques de ses versants que les Bakossi situent l’installation de leurs ancêtres, et placent le déroulement d’une mythologie rythmée par les éruptions du volcan et la vidange brutale du lac de l’Eboga.

45Ces nombreuses populations ont occupé la quasi-totalité des versants sous le vent de la mousson, évitant les pentes méridionales, domaine d’une nebelwald impénétrable. Ils y ont aménagé des champs modelés en buttes métriques jusqu’au sommet, et établi des hameaux sur des terrasses planes taillées dans les cinérites, et disposées en fonction d’une hiérarchie très stricte, le plus haut étant celui du roi et de sa proche famille. Leur cohésion est assez forte, pour que, propriétaires de la montagne, ils aient autorisé les Foulbé à élever vaches et chevaux dans l’enclos naturel de l’Eboga, contre une redevance pour chaque animal sortant de la caldeira à des fins de vente.

Photo 3 : Grassfields (Bapa). Alvéole granitique de Bamenda. Echines à boules et vieille surface anté-oligocène (cliché S.M.). Grassfields (Bapa). Granitic area of Bamenda with spheroidal weathering. Old ante-oligocene surface.

46Il existe bien un pays Bakossi-Mbo, mais c’est un pays relique en ce sens que sous la pression constante des Bamiléké, les Bakossi se sont réfugiés sur le Manengouba et qu’ils profèrent une haine tenace pour ces “Graffels”, refusant encore il y a quelques années de les accueillir sous leur toit. Leur attitude ne correspond pas avec la relation de leurs mythes fondateurs, mais comment expliquer qu’en 1975, ils ne comprenaient pas pourquoi les patates douces ne prospéraient pas à 2 000 m d’altitude, et ne saisissaient pas l’intérêt de clôtures face aux dégâts causés par leurs porcs et cabris. Leurs femmes continuent à utiliser les hottes forestières à bandeau frontal. Les Mbo, eux, ne cessent de refluer devant l’afflux des Bamiléké descendus du plateau de Dschang. La plaine qui porte leur nom est devenue Bamiléké par le biais de cessions foncières en vue de la caféiculture, et si des villes comme Kekem ont gardé un chef coutumier Mbo, elles sont peuplées à plus de 90 % de Bamiléké. Ces pays Bakossi et Mbo sont en voie de disparition, presque des espaces résiduels, sauf sur les hautes pentes du Manengouba. Mais même dans ce qui apparaît comme un anachronisme, l’acculturation destructrice progresse et les magnifiques cases rondes en fougères arborescentes disparaissent au profit des constructions rectangulaires en adobe et à toits de tôle.

C. L’espace déliquescent : le pays Bakweri

47Si les Bakossi du Manengouba s’accrochent à leur montagne, il en va tout différemment des Bakweri (Kpe) du Mont Cameroun. Parents des Duala et installés sur le rivage vers le XVIIIème siècle, ce peuple s’établit ensuite sur les basses pentes du volcan, entre 600 et 1 000 m pour fuir la chasse aux esclaves qui ravageait le littoral (COURADE, 1984). Actuellement répartis en une centaine de villages, les Bakweri constituent une société acéphale où les aînés dirigent un conseil lignager à rôle régulateur. Ils vénèrent le Mont Cameroun, Manga ma Loba, la montagne des Dieux. Le volcan est pour eux le dispensateur de bienfaits avec lequel les ancêtres passèrent un pacte, à tel point que la dernière éruption de 1982 fut mise en rapport avec la disparition d’un chef, et que des cérémonies propitiatoires furent organisées. Mais les manifestations éruptives et les séismes qui les accompagnent ne les effraient guère. De la sorte, la montagne fournissant tout, la seule activité noble est la chasse sur les pentes auparavant embrasées au détriment d’une agriculture qui reste de cueillette. Il faut dire que tout pousse dans ce milieu hyperhumide (3 à 5 m de pluies par an) presque toujours nimbé de brouillards (l’ensoleillement à Tolé, est de 920 h/an), et sur des sols à allophanes d’une grande richesse.

48Des villages fondateurs, l’accroissement de la population et le retour de la sécurité avaient conduit les Kpe à descendre sur les bas glacis qui ceinturent la montagne. L’établissement de grandes plantations par les Allemands, leur reprise par les Britanniques puis par l’Etat conduisit à les déposséder de la majeure partie, la meilleure, de leurs terres, à déloger des villages entiers et à reléguer les habitants dans de minuscules réserves. Dans le même temps, l’afflux de travailleurs immigrés devant le peu d’enthousiasme des locaux à œuvrer sur les plantations, repoussait ces derniers aux marges de l’activité moderne. Très tôt cependant, les Bakweri réagirent, s’opposant physiquement aux Allemands, puis contestant la spoliation dont ils étaient l’objet. Ils furent ainsi les premiers avec les Duala à acquérir une conscience politique au Cameroun. Très vite, ils se scolarisèrent, n’hésitant pas à envoyer leurs enfants poursuivre leurs études au Nigeria ou au Royaume Uni.

49Trop “british” peut-être, ces élites répugnèrent au travail de la terre et s’investirent dans les emplois de service sans se soucier de faire fructifier ce qui restait de leur patrimoine foncier alors que la demande des “strangers” s’accentuait. De la même manière, ils laissèrent échapper le commerce informel au profit des Ibo et des Grassfields, et échouèrent dans l'établissement d’une coopérative bananière. Leur action politique, trop anglaise, échoua également, se positionnant mal lors des années précédant l'Indépendance. Dès lors, en dehors des élites résidant à Yaoundé, la majorité d’entre eux végète comme commis dans les plantations ou dans l’administration, habitant à l’écart des sinistres camps en carabottes que sont les villages des manœuvres des plantations établis... sur leurs terrains. Les villages de l’intérieur, minuscules et encore organisés traditionnellement en quartier, ne sont pas moins tristes.

50Les Bakweri ont abondonné la lutte économique et politique. COURADE parle de suicide collectif de l’ethnie, et c’est bien une atmosphère funèbre qui règne entre ces cieux plombés et ces sols volcaniques noirs. Leur survie démographique elle-même pose problème. La population est vieillie et le renouvellement des générations aléatoire. Le croît démographique des villages n’est plus que le fait des immigrants, ultime dépossession de l’espace et reniement des ancêtres. Ainsi, un pays à forte identité se désagrège-t-il sous l’influence de l’introduction brutale de l’économie de marché soutenue par l’action de l’Etat. Buea, à l’édification de laquelle les Allemands convièrent les Bakweri de force, lieu de leurs joutes politiques au parlement du Cameroun anglophone, privée de sa fonction de capitale depuis 1972, n’a jamais possédé les dimensions, les structures et le dynamisme suffisants pour organiser un espace qui s’affiche doucement. Le pays Bakweri est devenu un secteur de plantations aux populations transplantées, de pêcheurs étrangers sur le littoral, et dans une moindre mesure un lieu de tourisme. Il a échappé à ses anciens maîtres qui ne se reconnaissent plus dans cet espace déstructuré.

D. L’impossible pays Mbororo : l’espace précaire et partagé

51Si le pays Bakweri s’éteint doucement, il est un autre espace dont l’affirmation achoppe faute d’appropriation par ses acteurs, non pas tant au niveau des paysages qu’à celui de la propriété foncière. C’est l’espace pastoral de ceux que avec dédain on persiste à qualifier de nomades, Foulbé, Mbororo, et Aku. Ces pasteurs profitèrent de la paix coloniale pour s’établir sur les Hautes Terres, car migrants méprisés dans les bagages de la Djihad, ils ne pouvaient auparavant transgresser les limites de l’expansion foulbé qui s’était brisée sur les royaumes Bamoun et Nso et sur les puissantes chefferies du plateau. Jusque dans les années 1915, ils se cantonnèrent dans les monts Mambila.

  • 3 Pour lutter contre l’expansionnisme foulbé, le roi Njoya se convertit astucieusement à l’Islam et p (...)

52Mais, dès 1914, à la demande du Sultan Njoya3 (l’ardo Sawga et ses Ngochi (chef de lignage), Mbororo de Banyo, s’installèrent sur le plateau près d’un lahoré (source natronée) mis à leur disposition. Ce groupe migra vite vers les Grassfields où l’arrivée des pasteurs à Sabga est attestée dès 1916. Là, les avaient précédés des Toukouto du Nigeria à la recherche des pâturages d’altitude et des lahorés de la région (BOUTRAIS, 1974). A peu près en même temps les sommets et hautes pentes des volcans aux pâturages riches et dépourvus de glossines ou de tiques attirent d’autres groupes comme ceux qui s’établissent dans la caldeira du Manengouba et sur les rebords de celles des Bambouto et de Santa, au-dessus des champs vivriers et des concessions européennes. Depuis 1965, les Aku venus du nord de la Bénoué avec leurs vaches blanches trypanorésistantes s’installent à leur tour. D’autres fuient les environs de Wum, chassés par les agriculteurs.

53Très vite leur est apparue la nécessité de combiner l’utilisation des pelouses d’altitude humides autour des villages et de leur enclos (Rummirde) avec les possibilités fourragères énormes des bourgoutières des plaines Mbaw-Nso, Ndop et Tikar, et de la vallée de la Menchum. Dans les années 1930 s’établit ainsi une transhumance saisonnière vers la plaine Ndop à partir du plateau et des massifs bamoun, ainsi que des Grassfields de Bamenda-Jakiri. Ce mouvement fut initié par l’afflux continu de nouveaux pasteurs en provenance du Bauchi et des Mambila, via Wum, Nwa et Dumbo, ce qui accrut la charge des prairies d’altitude et intensifia les conflits entre éleveurs. La grande invasion de criquets entre 1931 et 1936 accéléra le mouvement en détruisant totalement des pâturages dont la reconstitution s’effectua médiocrement par Sporobolus africanus disposé en touffes qui couvrent mal le sol. La capacité de charge s’abaissa d’autant car cette graminée qui durcit assez vite en saison sèche ne donne que peu de repousses vertes après des feux de brousse et constitue un fourrage de mauvaise qualité. Trop grandes et trop siliceuses les touffes sont délaissées par le bétail. Inutilisable en fin de saison sèche, ce paillasson amène les pasteurs à s’enquérir de pâturages de meilleure qualité dans les basses terres, même si celles-ci sont infestées de glossines, de tiques et de mouches.

  • 4 Point d’eau et campement de saison sèche.

54Dès lors, des drailles s’établissent entre rummirde, régordé et seedirde4 (L’espace pastoral se structure entre des villages d’altitude qui se fixent, voire sont transformés en chefferies (Sabga, Didango) et autour desquels sévit le surpâturage, des points de passage obligés des mêmes éleveurs sur les terres des mêmes villages d’agriculteurs, et les campements en bordure des bourgoutières. Comme toujours en Afrique, les relations personnelles priment sur les institutions, et même lorsqu’ils sont âgés et confient leur bétail à des bergers, les propriétaires des troupeaux accompagnent ces derniers dans les villages d’en bas au moment de la remue avant de remonter vers leur rummirde. L’espace pastoral se structure également grâce aux échanges commerciaux que provoquent la venue et le voisinage des éleveurs, gros villages hausa (Sanyere), mais surtout, marchés de bétail (Sabga, Bambalang) pour l’approvisionnement des villes comme Bafoussam et Bamenda fortement demanderesses en saison sèche. De nombreux maquignons hausa (palke’en) parcourent alors les pâturages de plaine.

  • 5 Bien que nombre de pasteurs s’installent à proximité de ces stations, ces deux mondes sont restés q (...)

55Cette pérennisation des mouvements pastoraux conduit à une certaine sédentarisation des éleveurs. Des hameaux s’installent dans les Grassfields non loin des points d’eau, sur les hauts bowé ou sur les flancs des montagnes, et se ceignent d’une auréole cultivée soigneusement enclose. C’est souvent le fait d'anciens qui ne partent plus en transhumance et restent au rummirde avec quelques vaches laitières. Des liens se créent entre eux, en particulier sur le plan religieux et certains Malam ouvrent de petites médersas, comme au sommet du cratère de Mbi à plus de 2 000 m d’altitude. Jusque dans les années 1975, un pays Mboro-Foulbé était en gestation, souhaité par l’Administration qui développait des stations zootechniques en altitude : Bambui, Nkounden, Verkovi5

56(Mais pour exister un pays doit disposer d’un territoire. Or, le problème foncier n’a jamais été réglé. Les communautés villageoises propriétaires des terres ont autorisé les éleveurs à s’installer en dehors des finages cultivés sur les hautes pentes des différents massifs, et à utiliser comme terrain de parcours les jachères de yoldé (interfluve), et les bourgoutières de plaine. En secteur anglophone, ils doivent acquitter un impôt sur le bétail que les paysans tinrent vite pour un droit de pâture, et l’administration accorde des permis de transhumance, alors qu’outre-Noun, la jurisprudence française reconnaît le droit d’usage. Les paysans besogneux des Hautes Terres n’ont jamais accepté de se dessaisir de la propriété des pâturages d’altitude qu'ils considèrent comme une réserve.

57Mbororo et Foulbé sont donc en tenure précaire et toujours sous la menace d’expulsion. Les conflits avec les autochtones sont fréquents, les troupeaux en déplacement causant de graves dommages aux champs mal ou non clôturés, d'où les réactions violentes des paysans, qui prennent parfois Failure de chasse aux éleveurs, par la machette et par le feu, comme sur les Bambouto. Incapables de s’approprier administrativement et foncièrement leur espace, les pasteurs voient celui-ci se réduire comme peau de chagrin. Nous avons montré ailleurs comment ils avaient été expulsés des flancs méridionaux des Bambouto par la progression en altitude des cultures maraîchères des gens de Bafou, le développement des enclosures, et le déversement via le rempart de la caldeira, des anglophones de la cuvette de Mamfé (MORIN, 1988).

58Ailleurs, ce sont les projets de développement agricoles qui les privent des gras pâturages de saison sèche, comme les rizières de l’UNDVA (Upper Noun Development Valley Authority), à Ndop, celles de la plaine Mbaw et de la vallée de la Menchum. Les mises en eau des retenues de Bamendjing et de la Mapé, noient définitivement les bourgoutières. Et partout progresse la colonisation agraire et croît la pression des agriculteurs sur le sol. Conséquence immédiate, le surpâturage devient préoccupant, les troupeaux étant contenus dans les mêmes drailles et sur les mêmes yoldé, bien que l’érosion ne s’y exerce qu’avec une intensité bien moindre que sur les champs nouvellement mis en culture (NGOUFO, 1989). Et surtout, la reprise du voyage pour ces gens, les campements détruits, les pelouses ne se régénérant plus, l’abondance des tiques liée à leur surfréquentation, tout conduit les pasteurs à quitter les Hautes Terres pour la vallée du Mbam, puis Tibati et de là, la RCA, voire le Zaïre (BOUTRAIS, 1982). Les Hautes Terres perdent la chance inestimable de pouvoir associer les pays agricoles à un pays pastoral d’altitude, d’autant plus que la magnification des systèmes socio-économiques Grassfields ou Bamiléké par les agriculteurs ne les empêche pas de saccager les pentes conquises sur l’élevage au profit de cultures spéculatives (haricots, pommes de terre, carottes, oignons, etc.).

E. Nouveau pays ou espace économique : le Moungo

59A proprement parler, le Moungo ne fait pas partie des Hautes Terres puisqu’il s’agit d’une plaine de faible altitude entre 50 et 400 m (fig. 2). Mais cette “plaine bananière” sert de trait d’union entre le Manengouba et le Mont Cameroun. Elle se compose d’un système de grabens dont le plancher se crève de massifs syénitiques anorogéniques (Koupé et Nlonako), et les failles qui l’accidentent ont autorisé que s’y développe un volcanisme basaltique de type strombolien qui, de Mbanga à Nkongsamba, monte à l’assaut des flancs du Manengouba. Tout ce secteur du haut Moungo est un véritable champ de lapillis sombres, hérissé de cônes de pyroclastites et rompu de fronts de coulées en aa. Il jouxte le graben du Bakossi Through de même nature qui est resté beaucoup plus enforesté et n’a pas connu un développement économique équivalent. Dans des conditions naturelles voisines, on constate donc qu’en un cas émerge une entité régionale, et que dans l’autre persistent les conséquences de l’enclavement initial. Aujourd’hui, le Moungo est une région en gestation qui cherche son pôle de développement entre Nkongsamba, la métropole de la traite, et Douala, première ville bamiléké et capitale économique du Cameroun. A proximité, faute du rail et de routes de qualité, on comprend que l’exploitation forestière n’ait pas suffi à organiser l’espace du Bakossi Trough.

III. SIGNIFICATION ET RÉALITÉ DE LA NOTION DE PAYS DANS L’OUEST CAMEROUN

60Des descriptions qui précèdent, on peut retenir que seules trois des unités que nous avons présentées méritent le qualificatif de pays car bénéficiant d’une identité territoriale réclamée et fonctionnelle : Bamoun, Bamiléké et Grassfields, et peut-être le Bakossi, tout au moins dans sa partie Manengouba. Les autres ne sont que des espaces flous, marginalisés, mythiques ou d’usage. Seule le Moungo s’approche de la notion de pays. Dès lors se pose un premier problème, celui de la réalité physique de ces pays et d’abord de leurs frontières.

A. Des pays aux espaces finis mais discontinus

  • 6 Sur les Hautes Terres, coexistent les groupes de langues suivants : Mbam-Nkam (Bamiléké, Bamoun, Ng (...)

61Ce n’est pas un hasard si les trois pays les mieux exprimés correspondent à trois unités naturelles : plateau Bamoun (900-1 260 m), Bamiléké (alt. moyenne 1 450 m) et Grassfields dont l’identité spatiale semble inachevée et le relief plus contrasté (entre 900 et 3 000 m). A la citadelle des Hautes Terres correspondent donc ces trois entités et WARNIER (op. cit.), remarque justement “l’extraordinaire corrélation” entre le rebord des plateaux matérialisé par la courbe des 900 m, les limites des groupes de langues génétiquement apparentées6 (dont les locuteurs partagent entre 55 et 100 % de leur vocabulaire de base, et celles des types d’organisation sociale. Il met également en évidence l’originalité des structures socio-étatiques de part et d’autre de la même ligne ; pour schématiser : sur les plateaux, des chefferies plus ou moins étatisées à hiérarchie lignagère organisée autour du Fon, dans les basses terres forestières alentour, des sociétés acéphales, claniques ou lignagères sans structures centralisées où le village correspond parfois au lignage, et où le chef n’est que l’aîné des anciens sans guère de pouvoir.

62Mais, si les limites externes des pays sont relativement aisées à tracer, à ce schéma échappent une bonne partie des plaines Tikar et Mbaw, éléments de l’espace Bamoun et Nso, alors qu’au nord-ouest, les frontières des Grassfields s’évanouissent dans les savanes sous-peuplées et relativement mal connues qui s’étendent entre Wum et Akwaya. Même la frontière externe du Bamiléké sud-oriental, le Ndé, affluent du Noun, se situe en contrebas du plateau. La corrélation décrite ci-dessus révèle donc l’originalité des Hautes Terres, mais ne traduit pas les données historiques que sont les phénomènes de colonisation récente ou au contraire les héritages du peuplement des plateaux. Des contrastes identiques caractérisent les frontières internes entre les divers pays. Le Noun, depuis longtemps constitue la limite entre Bamoun et Bamiléké, mais une limite disputée, et longtemps les terres volcaniques fertiles de la plaine sont restées à la fois marches de colonisation et no man’s land guerrier. Ce n’est que dans les années 1920 que la chefferie Bandjoun envisagea de coloniser la rive gauche de la rivière, et côté Bamoun, seuls quelques grands domaines de notables ou villages de colons et de réfugiés s’y étaient établis. Le Bamoun attache un grand prix à cette frontière puisqu’un garde veille encore à l’extrémité du pont, affirmation symbolique du pouvoir du Sultan.

63De mêmes limites très tranchées existent entre Grassfields de Bamenda-Kumbo et le Bamoun, entre le Bamenda et le Bamiléké, bien que toujours, ces frontières soient plus des marches que des lignes aisément cartographiables, des bas-fonds marécageux plus que des lignes de crête. Même entre chefferies d’un pays, les marches historiques s’affirment comme les limites les plus communes : des jachères éloignées du village central et que les femmes cultivaient sous la protection de jeunes hommes, et des lieux à haut risque de rapt et autres avatars. C’est qu’antérieurement à l’arrivée des Allemands l’assise territoriale des différentes unités politiques n’était pas figée. Dans un espace qui n’était pas fini, un monde se construisait au point que lors du partage du Kamerun, les Britanniques s’attribuèrent quasi par inadvertance les secteurs Bangwa et Dschang (ce dernier ensuite restitué), alors que les Français obtenaient le reste du Bamiléké.

Photo 4 : Pays Bamiléké (région de Batié). Anticlinal de granite porphyroïde avec versants à chaos de blocs et prairies surpâturées (cliché S.M.). Bamileke area (granitic region of Batie), blocks and overgrazing.

64Néanmoins, pas un Bamoun, un Bamiléké ou un Grassfields qui ne connaisse les limites de son quartier, de sa chefferie, de son pays. Les barrières sur les routes sont là pour le rappeler, les marchés également, souvent installés sur les places des chefferies, mais plus encore à des grands carrefours sis à leurs limites. C’est que l’on n’osait guère quitter sa terre natale de peur de se faire voler, un moindre mal, ou enlever par les traitants d’esclaves. Ces marches participent donc directement de la structuration des pays, lieux d’échanges, d’affirmation d’identité par rapport aux voisins, de différences et de parentés. Elles révèlent par leur présence un caractère majeur de ces pays, la discontinuité de l’espace, même si depuis la paix coloniale celui-ci est fini et ses bornes fixées administrativement. C’est que ces pays restent composés d’une constellation d’unités socio-spatiales que séparent des secteurs d’autant plus vastes que la pression démographique est faible ou que le cloisonnement topographique est fort.

65Dans cette optique, l’espace le plus continu est celui du Bamiléké, le plus dense et plus itératif. A l’inverse, celui des Grassfields est le plus discontinu, car rompu d’accidents de relief et bien moins uniformément peuplé. Les grandes “falaises” y introduisent des seuils physiques difficilement aménageables alors que les aléas de l'histoire au siècle dernier ont chassé les populations des plateaux ouverts septentrionaux et des hauts bowé. Il est curieux de constater que les caractères des paysages bamiléké ne se reproduisent ici que dans des conditions topographiques et pédologiques analogues comme autour de Mankom, Bali et Bafut. Ailleurs, l’œkoumène s’est replié sur des positions défensives, nids d’aigles (Kom) ou alvéoles abritées (Banso).

66Le Bamoun offre un autre type de discontinuité qui n’est pas sans rappeler celui de la Cité antique ou de la ville européenne du Moyen-Age : au centre, Foumban l’urbs, autour, sur le plateau, l’ager ponctué de hameaux satellites que l’on est prêt à évacuer rapidement, et au-delà le saltus, la savane trouée çà et là de champs de brousse, les pâturages, les villages de colonisation où des théories de porteurs apportent les denrées nécessaires à l’alimentation de la ville. Cette organisation du XIXème siècle transparaît encore dans la structuration de l’espace Bamoun, tout comme y perdurent les empreintes des remuements consécutifs aux raids Tchamba et Foulbé.

67L’espace des Hautes Terres est d’autant plus discontinu qu’en dehors des legs historiques, les populations ont entamé des processus de colonisation à l’intérieur de leur pays respectif et au-delà. Face à l’accroissement de la pression démographique, Bamiléké et Grassfields mettent en valeur les réserves foncières des marches de leurs chefferies, essentiellement des terres d’altitude, forêts ou anciennes jachères concédées aux pasteurs. Ainsi, les réserves forestières des Bambouto et du Mont Oku, les forêts du Manengouba et des “falaises” de Foréké, Fontem et Fossong Wetcheng sontelles défrichées avec frénésie. La plaine du Noun, et d’une manière moins intensive la vallée de la Menchum, sont occupées par des agricultures spéculatives. Les pays tendent à achever l’occupation de leur territoire, mais sans que cela implique une amélioration de la continuité de l’espace. On observe en effet que les Bamiléké s’établissent sur la rive gauche du Noun jusqu’à Foumbot, la colonisent par mitage des finages, puis sautent le cœur du Bamoun et s’installent dans la plaine Tikar. Ils submergent également la plaine Mbo. De tels mouvements ne risquent-ils pas de faire éclater le pays originel ou de le rendre obsolescent ? Quant au Bamoun et aux Grassfields, la place ne manque pas encore.

68Colonisations interne et externe, rémanence des empreintes historiques, il semble que la dynamique qui a conduit à l’émergence de ces pays fonctionne encore. Sur quelles bases repose-t-elle ?

B. Les éléments structurants de l’espace

1. L’absence de support ethnique

69On a coutume d’avancer que l’espace africain se découpe en fonction de la répartition des ethnies, ce que l’on assimile rapidement à un tribalisme cause de tous les maux du continent noir. Une approche plus attentive révèle vite que l’identité des pays de l’Ouest Cameroun ne repose pas sur l’existence d’un territoire approprié par une ethnie. Tout d’abord, nous l’avons dit, on ne constate pas une réelle uniformité de la population. Cela fait au moins neuf millénaires que les Hautes Terres sont peuplées de manière continue (WARNIER, 1984), et plus de 2 000 ans qu’elles sont défrichées en quasi-totalité. Sur cette durée, on imagine aisément les incessants brassages de populations. Ainsi les Tikars ne sont pas les seuls peuples issus des régions basses à s’être installés sur les plateaux. Les chefferies de l’ouest des Grassfields se réclament d’ancêtres Widekum. Rappelons que les Tikar de Nsa’ra en se fondant dans les autochtones leur ont également emprunté leur langue et leur nom : les Pa Mom. Dans la même chefferie des Grassfields voisinent des lignages à organisation patrilinéaire et d’autres matrilinéaire. Au siècle dernier, WARNIER note le cosmopolitisme, le multilinguisme des grandes chefferies, et remarque que près de la moitié des femmes sont d’origine étrangère, les unions matrimoniales confortant les ententes commerciales.

70Malgré la parenté des langues parlées sur les plateaux, il n’existe pas d’uniformité linguistique et nulle part ailleurs sur le continent on ne relève une telle densité et une telle diversité de parlers différents, résultat d’une longue évolution sur place. Même en pays Bamiléké, le plus continûment et le plus densément peuplé, on ne se comprend pas à 10 km de distance sans l’intermédiaire du pidgin english véritable lingua franca des Hautes Terres. Les deux principales bases de l’existence d’une ethnie manquent donc, de même que très souvent la longue durée de l’installation, creuset du façonnement d’un peuple et d’une mentalité.

71En effet, si l’accumulation de la population est ancienne sur les Hautes Terres, le partage de l’espace, sa territorialisation n’étaient pas achevés au moment où Zintgraff atteint le plateau. Les Bali héritiers des Tchamba n’étaient installés dans leur site actuel que depuis 1865, les N’so n’avaient fondé Kumbo qu’en 1820, et jusqu’à la fin du siècle se font et se défont les alliances de royaumes et confédérations de chefferies (Nkwen-Bali, Mankon-Bafut, etc.). Ainsi, celle de Nkwen-Menda Kwe éclata aux environs de 1890, et Menda Kwe quitta alors son site originel pour s’établir là où devait s’élever Bamenda Station. Même chose en Bamiléké où l’arrivée des Allemands stoppa l’expansion de Banjoun qui avait acquis autorité sur Bangam-Fokam, Bandrefam, Batoufam, Bayangam, Bahouan, Bapa et Badenkop. En Bamoun, en dehors du noyau central, domaine des lignages royaux, le plus gros du royaume se caractérise par une forte hétérogénéité culturelle. Ce n’est que tardivement avec la rédaction de la Coutume bamoun, grâce à une écriture qu’il invente, que Njoya applique des lois communes à tous, soudant ainsi l’identité bamoun, “la territorialité de la loi apparaît comme la marque de l'Etat” (TARDITS, 1981). Cette territorialisation de l’espace est renforcée par une stricte structuration administrative du royaume découpé en 10 circonscriptions dont 8 intra muros, et 2 en dehors de la ville, Mayap à l’est de Foumban et Njimon au nord-ouest et au sud.

72A l’arrivée des Européens, hormis le Bamoun constitué en Etat centralisé et gouverné par un despote éclairé, il n’existait donc pas de pays au sens commun du terme sur les Hautes Terres, mais des entités socio-spatiales indépendantes, rivales voire ennemies, plus ou moins impérialistes et plus ou moins stables. Sans vraies bases ethniques comment alors de telles entités ont-elles pu émerger ?

2. Une communauté culturelle

73Une véritable communauté culturelle existe cependant sur les Hautes Terres, malgré les différences d’origine et les séquelles de l’histoire. Cette communauté se manifeste d’abord par des structures politiques et sociales très particulières, une hiérarchie qui part du Fon ou Mfo dont la puissance découle de la richesse et de l’ampleur de sa famille, et émane de sa qualité d’intermédiaire entre les ancêtres et la terre ou les eaux dont le premier d’entre eux est né. Ce Fon puissant ne jouit pas pour autant d’un pouvoir discrétionnaire ; sa mère ou mafo, parfois sa sœur, jouent un grand rôle et il est entouré de grands conseillers (les Vibaï à Banso, les Pères du Roi à Foumban) dont l'avis est écouté. L’exécutif relève en fait d’un conseil de notables (le Kamveu bamiléké) réunissant princes de sang, nobles et serviteurs du palais. Des associations et des sociétés, interviennent en tant que régulatrices et exutoires des pulsions sociales : Manjong qui réunit les hommes en âge de porter les armes, Kwigon ou exécutif policier. Les sociétés secrètes à l’accès soumis à initiation, assurent la reproduction de l’ordre social et son bon fonctionnement. Un jour de la semaine leur est réservé pendant lequel tout travail est interdit. C’est par l’une d’entre elles que sont réparés les crimes de pollution, atteinte à l’ordre naturel, offense aux ancêtres, aux génies, etc.

74Partout dans l’habitat, se rencontrent des traits architecturaux communs, plan des cases et des chefferies, utilisations des matériaux, clayonnage de raphia, étonnants toit-greniers de sissongho. Partout les notables revêtent les mêmes insignes de noblesse, bérets tricotés multicolores, plumes, lourdes toges brodées. Partout se rencontrent les symboles de l’araignée, du serpent à deux têtes, l’usage des cloches doubles, des gongs et des tambours fendus. Partout se pratiquent la sculpture sur bois, la fonte de bronze à cire perdue, encore que certaines chefferies ou royaumes se soient faits une spécialité de l’une ou de l’autre. Partout le rythme des marchés est le même dans la semaine de 8 jours, les fréquenter est un devoir, et le vin de raphia joue un rôle social fondamental.

75Ces faits traduisent une communauté culturelle qui s’inscrit dans les paysages agraires et transparaît dans les techniques rurales. Celles du bocage et du billonnage, le choix des arbres fruitiers, sont identiques en Bamiléké et dans les Grassfields. Seul le Bamoun ne semble point connaître ce type de haies à arbres bouturés et clayonnage de raphia, et encore il n’est pas certain que cela ne soit pas une conséquence de la rétraction de l’œkoumène sur Foumban au siècle dernier. Toujours est-il que le pouvoir assimilateur de l’Islam n’a pu gommer toutes les traditions et les comportements qui le rapprochent de ses deux voisins.

3. Les séquelles de la colonisation

76Le premier résultat de la colonisation fut de figer le découpage politique qu’elle crut trouver sur place, si l’on excepte l’appui germanique à l’expansion des Bali, et les partages franco-britanniques ultérieurs. C’est donc dans un cadre territorial en grande partie imposé que se sont créés les pays des Hautes Terres. Mais, au lieu de se désagréger sous le choc colonial, ces sociétés se sont renforcées de leur confrontation avec les puissances tutrices. Mais les territoires de mouvance britannique, l’administration anglaise, peu intéressée par ces terres montagnardes marginales par rapport aux riches plaines du Nigeria, et au littoral propice à l’économie de plantation, appliquèrent l'Indirect Rule et confièrent d’importantes fonctions aux “native authorities”. Le pouvoir des Fon s’en trouva renforcé ainsi que celui des grands notables réunis dans les divers councils et justice courts, traités avec égard par les rares représentants de la Couronne. Le pouvoir des lignées dirigeantes s’accrût d’autant plus que ces chefs devaient lever les impôts forfaitaires et les amendes de justice, en prélevant au passage un pourcentage légal.

77Face aux étrangers dominateurs, le sentiment d’identité s’est cristallisé comme se figeaient les structures hiérarchiques, du Fon aux notables organisant leur quartier. Fait important, sauf en pays Bakweri, dans les secteurs de plantation et autour de villes, on évita de toucher au patrimoine foncier des autochtones. Cependant l’introduction de l’économie de marché conduisit les chefs à se déclarer propriétaires des finages dont auparavant ils n’étaient que les gérants coutumiers. Cela n’empêcha pas l’appropriation du territoire du groupe dans l’imaginaire collectif. C’est ce que l’on constate à Awing où la chefferie réfugiée à Babadjou lors des raids tchamba, une fois l’alerte passée ne retourna pas sur son site originel, mais alla s’établir dans le graben qui s’imprime au sud du volcan de Santa. Néanmoins, les ancêtres sont censés demeurer dans le lac Bambuluwe tout proche, et chaque année en grande pompe, Fon et population s’y rendent et sacrifient un bouc blanc qu’ils jettent dans les eaux en offrande, afin de s’assurer récolte abondante et descendance nombreuse. C’est à travers de tels lieux sacrés que s’approprie l’espace.

78En outre, l'Indirect Rule a permis à ces peuples divisés de se rencontrer en dehors de luttes guerrières (même si les conflits de préséance persistent) et de se prendre en main, dans un contexte dépassant les cadres étroits des chefferies, Bamenda étant promue capitale régionale en 1954. Dans cette optique, les années précédant l’Indépendance revêtent une grande importance en opposant les partisans du rattachement au Nigeria à ceux de la Réunification. Et, ce n’est pas un hasard si les élites des Grassfields, J. Ngu Foncha, S. Tanden Muna l’emportèrent sur les Bakweri du Dr. Endeley.

79Outre-Noun, la politique assimilatrice et universaliste de la France, malgré le mandat de la SDN puis de l’ONU, visa à ruiner les pouvoirs des chefs, et Njoya, trop indocile, fut exilé et mourut à Yaoundé. Ailleurs, les administrateurs nommèrent les chefs chargés de percevoir l’impôt. Erreur fondamentale, le droit romain fut introduit, et les “terres vacantes” déclarées propriétés du Territoire. Ainsi fut installée la Compagnie Pastorale sur les pentes du Manengouba et des Bambouto. Malgré un développement économique et une prospérité sans commune mesure avec les Grassfields oubliés du Royaume Uni, le travail forcé, les problèmes fonciers dans ces régions très peuplées, l’indigénat, puis l’interdiction de planter le caféier et la complicité de certains chefs, déclenchèrent un double mouvement.

80D’abord s’affirma une identité Bamiléké. Le mot par lui-même ne signifie pas grand chose. C’est un faux ethnonyme, un nom d’usage créé par les Allemands pour désigner les populations de la haute vallée du Nkam autour de la chefferie de Foréké-Dschang, très tôt poste militaire. A l’origine, il ne traduit donc aucune réalité traditionnelle, mais suffisamment vague pour occulter les luttes inter-chefferies du passé ; face aux colonisateurs, il devient vite un symbole, un étendard de la sourde protestation de ces peuples à fort dynamisme, soucieux de se lancer librement dans les affaires, avant de devenir le mythe social, politique et économique que l’on connaît. Dans les années 1940, naît ainsi le Kumze, organisation pan-Bamiléké, avant l’UPC (Union des Populations Camerounaises). Ensuite, si les troubles du maquis furent d’abord et surtout une flambée à caractère social découlant du manque de terres et de la confiscation des richesses par les chefs et notables, et s’ils divisèrent un moment les Bamiléké, la violence de la répression, la brutalité des regroupements qui brassèrent la population, achevèrent la prise de conscience de l’identité Bamiléké. Un pays était né.

4. La persistance du système de représentation et de reproduction sociales

81Ces survivances et cette volonté d’affirmation politique régionale aboutirent à une certaine magnification des mythes fondateurs et de l’espace associé (cf. le mythe Tikar) de ces sociétés, et à l’exaltation de leur organisation, vécue comme supérieure à travers la jalouse conservation d’un passé idéalisé comme un âge d’or. Cette magnification est entretenue au pays même par les grandes cérémonies, intronisations de chefs, deuils, occasions de sortir les masques, de grande liesse, et manière d’afficher sa réussite sociale par des dons ostentatoires à la communauté. En Bamoun, malgré l’Islam, ces manifestations se perpétuent, hommage au Sultan, sorties du vendredi pour la mosquée, toujours accompagnées d’un apparat certain.

82Ce mythe du pays ancien est entretenu par les émigrés, à la fois par les élites extérieures, cadres administratifs ou économiques, professeurs, hommes politiques, entrepreneurs et commerçants, et par les petites gens mêmes, de près ou de loin apparentés aux “grands”, réunies par des associations d’entraide et des tontines. Pour les premiers, le fait d’avoir fréquenté les rares écoles secondaires d’avant l’Indépendance (Sasse, Bambili, lycées du Manengouba à Nkongsamba, Saint-Paul à Bafang, etc), provoque un précoce éveil nationaliste et les réunit en une sorte de franc-maçonnerie nostalgique mais efficace. Pour l’ensemble, le fait de participer aux fêtes traditionnelles, de se retrouver dans des associations où s’effacent les différences sociales, la fréquentation des “chantiers” et la politique de la véranda qui permet le soir au plus humble d’approcher le plus grand, soudent ces transplantés, et maintiennent leur cohésion ainsi que des liens très serrés avec le pays. Si l’ethnie n’est pas le support des pays sur les Hautes Terres, il existe donc un discours ethnique qui en glorifie l’existence et en façonne la conscience. Or, à ce discours s’ajoutent des comportements socio-économiques ancrés dans le passé.

83On vante souvent l’adaptabilité, le dynamisme, voire l’impérialisme économique des habitants des Hautes Terres. Mais ces caractères ne sont pas innés et résultent d’un héritage historique et des nécessités de la pression sociale. L’ancienne économie du Bamiléké et des Grassfields était fondée plus sur le commerce que sur l’agriculture, la colonisation n’ayant laissé subsister que cette dernière. Avec l’extérieur, on échangeait cola, fer, esclaves, cheptel, ivoire, peaux et produits vivriers contre de l’huile de palme, du sel, des étoffes, puis plus tard des produits de traite, outils et armes (WARNIER, 1984). Cette activité reposait sur la puissance de maisonnées travaillant avec l’aval du Fon, qui par exemple, seul, pouvait délivrer la “corde d’esclaves”. Parfois à longue distance (Bénoué, Calabar, Bimbia), ce commerce s’organisait selon des axes et des nodosités, routes et marchés établis surtout sur les marches des plateaux et des chefferies. Des alliances se nouaient entre les commerçants, souvent concrétisées par des échanges de femmes. Ainsi, à la fin du siècle dernier, ces chefferies étaient très cosmopolites, multilingues et ouvertes sur l’extérieur. L’ouverture et l’adaptabilité des migrants des Hautes Terres sont donc anciennes.

84Des fortunes considérables se bâtissaient et des formes de commerce moderne existaient à partir de places centrales comme Bafut, Mankon, Bandjoun, Bangwa, Bangangté, Foumban, etc., qui, d’accès facile, commandaient parfois militairement leur périphérie (Bafut et la vallée de la Menchum). Des spécialisations économiques s’étaient établies, petit élevage et tabac à Pinyin, meubles à Kom, bronze à Foumban, métallurgie à Bahungo et Bamessing, commerce à Bafut, Nso, Bangangté. Afin de faciliter les échanges, les maisonnées pratiquaient entre elles des systèmes de crédit gagés sur des otages, ainsi que des tontines. En bref, une économie plus moderne à bien des égards que celle de certains secteurs d'Europe au même moment. Ce dynamisme économique se doublait d’un dynamisme social émanant directement de la pression démographique. Sur les Hautes Terres, malgré la structure très hiérarchisée, la promotion sociale est toujours possible via la réussite individuelle, dans certaines limites tout au moins.

Photo 5 : Pays Bamiléké (Ndindgdong). Vallées éventrant les coulées trachytiques des Bambouto. Glissements sur les versants, champs en damiers, culture du maïs, manguiers, etc. Absence de bocage (cliché S.M.). Bamileke area (Ndindgdong, Bambouto). Valleys in trachytic flows with landslides, maize culture, mango trees, etc. No bocage.

85Cette promotion était et reste rendue obligatoire par le système de transmission familial. Jusqu’à la mort du père, les enfants ignorent lequel d’entre eux héritera des terres, biens, serviteurs et femmes. Seuls sont dans le secret quelques vieux compagnons d’âge. Et l’héritier désigné n’est pas obligatoirement l’aîné, mais celui jugé le plus apte à conduire la lignée par sa réussite économique. Il faut donc faire ses preuves, et souvent en dehors du plateau, car malgré ce système de dévolution, les terres se morcellent de plus en plus et viennent à manquer, l’héritier à son tour devant caser ses frères et enfants. Cela implique, lorsqu’on a réussi ailleurs, d’afficher son succès au village par des constructions somptuaires, ainsi que par des retombées sous quelque forme que ce soit, de nos jours, routes, électricité, adduction d’eau, école, dispensaire, collège. L’investissement au pays est un acte social à la limite du religieux.

86Jadis ce mode de transmission du patrimoine s’accompagnait de l’extension du finage de la chefferie et de la colonisation de ses marches. De jeunes hommes, des couples plus ou moins en rupture avec les structures, partaient et se taillaient une petite chefferie dans des terres vides. L’espace se reproduisait ainsi en phagocytant sa périphérie. En Bamoun et dans certaines chefferies s’y ajoutait une volonté politique ; l’installation des colons était organisée par les Fon et le Sultan et gérée par les chefs de quartier ou les Nji.

87Bref, ces espaces étaient en expansion et quoi d’étonnant alors si ces processus perdurent et si l’on rencontre les Bamiléké et Grassfields en train de coloniser le Moungo, les plaines Tikar et du Mbam, le pays Banen vers Yaoundé, les forêts du haut Nklam vers Yabassi et Douala, et surtout les villes du Cameroun, lieux privilégiés d’une rapide réussite économique... tout en conservant le pays présent à l’esprit, et en y retournant le plus fréquemment possible. L’identité des pays des Hautes Terres s’est donc forgée dans l’opposition à la colonisation occidentale en utilisant les structures et les dynamismes socio-économiques dits traditionnels. Mais cela n’aurait certainement pas suffi à affirmer leur spécificité.

5. L’affirmation des nationalismes

88Pour les Grassfields, il faut ajouter le ciment de l’anglophonie, le rôle de la colonisation n’ayant jamais été univoque. Formés à l’anglaise, régis par des Britanniques, jusqu’au code de la route, habitués à la décentralisation et aux joutes parlementaires dans le cadre de l’ancien Cameroun occidental, les élites et les petites gens se sont vite senties brimées par la volonté centralisatrice et assimilatrice de l’Etat unifié. Ainsi est née la conscience d’une minorité dynamique mais opprimée, la langue et les traditions anglaises reculant devant l’héritage français. D’où le regroupement des Grassfields en lobbies très efficaces qui les a conduits par exemple à tenter de noyauter l’Université de Yaoundé, haut-lieu de la reproduction socio-politique, d’où l’attention de leurs élites à la répartition des grands projets de développement. Un nationalisme Grassfields est en train de s’arc-bouter sur les privilèges anté-réunification et trouve un terrain de développement idéal dans la quête actuelle du multipartisme. Cette affirmation s’effectue par le biais de la culture anglaise et de sa différence. Bamenda est la ville qui compte certainement le plus de libraires au Cameroun après Douala. Le bouillonnement intellectuel y est intense, les événements récents en témoignent.

89L’affirmation du nationalisme Bamiléké est autre et se crispe sur la constatation élémentaire que le poids politique du pays ne correspond ni à celui de sa population ni à son importance et à son entregent économique. La répression des troubles du maquis a appris patience et prudence, mais peu à peu, l’impérialisme Bamiléké a investi les transports, le commerce, les entreprises, l’hôtellerie et l’administration. Les étudiants, parfois soutenus par tout un village, s’engagent dans les créneaux scientifiques et techniques les plus prometteurs et dédaignés par les autres groupes sociaux. Longtemps écartés de la possession foncière dans les villes hors du Plateau, ils investissent massivement au pays, volonté d’en faire un réduit ou de démontrer leur réussite. C’est presque dans un réflexe d’opprimés que se renforce la cohésion du pays Bamiléké, occultant d’ailleurs les énormes problèmes internes comme l’accaparement foncier, le refus de la modernisation agricole, et la destruction de l’oekoumène qu’entraîne la colonisation spéculative des terres montagnardes (MORIN. 1990).

90A côté, le pays Bamoun semble un havre paisible et d’un dynamisme moindre. Ici l’identité a toujours relevé d’une base politique : le Sultan, bien que de plus en plus, elle se renforce de l’appartenance à l'Islam, ce qui lui permet de mener un subtil jeu d’arbitre et de sage dans le fragile équilibre entre Cameroun méridional chrétien et provinces septentrionales considérées abusivement comme musulmanes (MORIN, 1989). Les trois pays des Hautes Terres sont donc des inventions coloniales et post-coloniales, hormis le Bamoun à peine plus ancien. Leur identité, qui frise parfois le nationalisme chauvin, ne repose pas sur une base ethnique, mais découle de la magnification, puis de l’adaptation au présent des héritages historiques et socio-économiques, toujours en réaction à des contraintes extérieures peu ou prou vécues comme des agressions. Dès lors pourquoi les pays Bakweri, Bakossi et Mbo ne se sont-ils pas affirmés de la même manière ? C’est qu’il manque un véritable territoire, un espace naturel fini suffisamment varié pour que ces sociétés rurales, par un savant aménagement, puissent en tirer des surplus investissables ailleurs. Ces groupes sociaux n’ont pas été capables de transcender leur milieu forestier ainsi que les Bamiléké l’ont fait dans le Moungo, la plaine Mbo et ailleurs.

91Désagrégation sociale et faible vitalité pour les Bakweri, dispersion des 11 000 Tikar en sept groupes atomisés dans la plaine du Mbam, ils manquent d’hommes. Mais en dehors du rôle de la pression démographique, il faut remarquer que seules se développent et s’exportent réellement les sociétés les plus dynamiques dotées d’un mode de reproduction communément accepté et ouvert à la promotion des individus : “un caractère commande tout, il est le dominant principal, le permanent, l’enraciné dans la mémoire et sa reprogrammation : la structure de la famille (...) au cœur de la reprogrammation de la culture” (CHAUNU, 1982). Cette capacité à perpétuer les structures sociales s’inscrit évidemment dans la reproduction d’un type d’espace adéquat concret ou idéal. Dès lors, un espace éclaté par les spoliations foncières, des familles brisées par le “drainage des femmes vers les plantations” (EYONGETAH. 1974), le pays Bakweri malgré ses élites, ne pouvait plus assurer le maintien de son identité, pas plus que les Mbo et les Bakossi confrontés au choc Bamiléké, ou les Banyang et Tikar dilués dans leurs savanes et forêts à l’écart des grandes routes. Les pays des Hautes Terres sont donc de véritables formations socio-spatiales au sens de DI MEO (1985), mais leur assise et leur représentation mentale sont nées de l’identification à un espace donné, et à sa mise en valeur minutieuse.

CONCLUSION

92Les pays des Hautes Terres de l’Ouest Cameroun résultent donc d’une structuration de l’espace par les sociétés qui les occupent, mais leur réalité est un phénomène récent, découlant du fait colonial et du partage de la région entre Anglais et Français. Si les racines de l'identification et de l’appropriation territoriale sont socio-historiques, la colonisation, les difficultés de l’Indépendance, puis les réalités de la Réunification en furent les révélateurs. Par là, le pays des Hautes Terres a une signification de modernité qui transgresse le cliché ethnique et va bien au-delà du sens commun quasi folklorique que la vieille Europe lui applique. C’est une réalité dynamique et mouvante par laquelle se structure l’Etat camerounais. Ces pays tendent ainsi à devenir régions. Leur réalité réside sur une série de représentations sociales qui impliquent une utilisation raisonnée de milieux naturels complémentaires. Cette exploitation et la valeur accordée à ces milieux évoluent avec le temps et les contraintes historiques et économiques. Les vallées à Elaeis deviennent des vallées rizicoles, les réserves des hauts versants, prêtées aux pasteurs, sont des enjeux fonciers et des fronts pionniers maraîchers, et la caféiculture a fait éclater la structure agraire bamiléké.

93Les milieux ne sont donc que des potentialités, nous le savions, mais de ce dynamisme de la notion de pays, considérant les milieux comme supports, se dégage deux conséquences. Rétroaction négative d’abord, une érosion accélérée déclenchée par la colonisation agraire, paludisme, onchocercose en relation avec la submersion de la plaine Ndop, sévissent sur les plateaux, mais surtout, naît un énorme hiatus entre le discours identificatoire, les mythes de la reproduction sociale et de la représentation territoriale de l’espace, et la réalité. La vieille monarchie Bamoun est battue en brèche par les maraîchers et les banques de Foumbot, le Bamiléké est incapable ou refuse d’accomplir une révolution agricole et foncière qui ferait exploser ses structures sociales (MORIN, 1990,) et les Grassfields malgré leurs tentatives de développement communautaire, conservent une hiérarchie sociale surannée (DUCOURNAU, 1989 ; SAUVAÎTRE, 1990).

94La crise guette partout, masquée uniquement par la prospérité conjoncturelle, les actions et les capitaux rapatriés par les élites extérieures disséminées dans la République et à l’étranger. Cette sorte de prédation économique est d’ailleurs vivement vécue par les autres Camerounais. Seuls les Grassfields semblent tester des solutions originales en utilisant leur forte identité socioculturelle pour lancer des projets de développement autogérés avec les Village Communauty Projects. Mais, cette crise latente n’est-elle pas le gage de renouvellement de ces pays et ne participe-t-elle pas de leur dynamique ? Le Moungo, de la sorte, n’est-il pas en train de devenir une région économique véritable ? Ces pays-là ne sont pas aussi passéistes que le discours et la tradition dont ils se réclament semblent l’indiquer. Et si leur construction et leur reconnaissance par les populations représentaient le passage obligé vers un développement réel et intégré ? Le pays instrument et moyen du développement ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BAYART J.-F. - 1985 - L’Etat au Cameroun. Press. Fond. Nat. Sci. Po. Paris. 348 p.

BARBIER J.-C. - 1976 - Les sociétés Bamiléké de l’Ouest Cameroun. Trav. Doc. ORSTOM, 53, p. 103-122.

BARBIER J.-C. - 1979 - Opérations de développement et histoire des populations. Cas de l’opération Yabassi-Bafang (Cameroun). Cah. ORSTOM, Sc. Hum., XVI, 1-2, p. 129-152.

BARBIER J.-C., CHAMPAUD J. - 1979 - Manjo et le Moungo central : introduction à une étude de l’immigration. Yaoundé, ONAREST, Trav. Doc. ISH. 236 p.

BARBIER J.-C., COURADE G. et GUBRY P. 1982 - L’exode rural au Cameroun. Cah. ORSTOM. Sc. Hum.. XVIII, 1, p. 107-148.

BOUTRAIS J. - 1974 - Etude d’une zone de transhumance, la plaine Ndop (Cameroun). ORSTOM. Yaoundé, 164 p.

BOUTRAIS J. - 1982 - L’expansion des éleveurs Peuls dans les savanes humides du Cameroun. Cah. ORSTOM, Sc. Hum., XVIII, 1, p. 31-45.

BRETON R. - 1981 - Les ethnies. PUF, Que sais-je ? no 1 921, 128 p.

CHAMPAUD J. 1981 - L’espace commercial des Bamiléké. Espace Géogr., X, 3, p. 198-206.

CHAMPAUD J. - 1983 - Villes et campagnes de l’Ouest Cameroun. ORSTOM, Paris, 508 p.

CHAUNU P. - 1982 - R. Laffont, 388 p.

CHILVER E.-M. et KABERRY P. - 1967 - Traditionnal Bamenda. Precolonial history and ethnography of the Bamenda Grassfields. Gov. Printer, Buea.

COURADE G. - 1981 - Marginalité volontaire ou imposée. Le cas des Bakweri (Kpe) du Mont Cameroun. Cah. ORSTOM. Sc. Hum.. XVIII, 3, p. 357-388.

COURADE G. - 1983 - Réussite coopérative et développement rural dans la province du Nord-Ouest. Rev. Géogr. Cam. III, 2, p. 107-116.

DI MEO G. - 1985 - Les formations socio-spatiales ou la dimension infra-régionale en géographie. Ann. Géogr. 526, p. 661-689.

DI MEO G. - 1987 - Objectivation et représentation des formations socio-spatiales : de l'acteur au territoire. Ann. Géogr., 537. p. 564-593.

DIZIAIN R. - 1953 - Les facteurs de l’expansion Bamiléké au Cameroun. Bull. Assoc. Géogr. Fr., mai-juin.

DONGMO J.-L. - 1981 - Le dynamisme bamiléké. Yaoundé, CEPER, 2 tomes, 424 et 293 p.

DUCOURNAU C. - 1989 - Bafut, Un essai de développement agricole autocentré. TER, Dpt. Géogr., Univ. Pau, 190 p.

EKOLLO MOUNDI A. - 1971 - Culture bananière et changement social dans un département camerounais (Moungo). Paris, EPHE, 290 p.

EYONGETAH R. et BRAIN R. - 1974 - A history of the Cameroon. London, Longmans, 192 p.

FOTSING J.-M. - 1990 - Colonisation agricole et évolution de l’élevage sur les pentes des monts Bambouto, Ouest Cameroun. Rev. Géogr. Cam., VIII, 2, p. 118-138.

FRANQUEVILLE A., CHAMPAUD J. et COURADE G. - 1984 - Les villes secondaires en Afrique : leur rôle et leur fonctions dans le développement national et régional. CCE, Agence Fr. Aménagement, Développement Etranger, 196 p.

FRENAY P. - 1987 - Le Cameroun anglophone dans le processus d’intégration nationale. Cahiers d'Outre-Mer, 40, p. 217-236.

GHOMSIE. - 1972 - Les Bamiléké du Cameroun : essai d’étude historique des origines à 1920. Thèse 3e cycle, Univ. Paris I.

GLEAVE N. et THOMAS M.T. - 1968 - The Bagangu valley : an example of land utilisation and agricultural practise in the Bamenda high lands. Bull., IFAN, B. XXX, 2, p. 655-681.

HAMANY G. - 1967 - La colonisation agricole des Bamiléké dans l’Ouest Cameroun. L’exemple de l'arrondissement de Loum. Mém. DES, Département Géographie, Univ. Yaoundé.

HURAULT J. - 1970 - L’organisation du terroir dans les groupements Bamiléké. Et. Rur, 37-38-39, p. 232-256.

HURAULT J. - 1970 - Essai de synthèse du système social des Bamiléké. Africa, 40 (I), p. 1-24.

KABERRY P.M. - 1952 - Women of the Grassfields : a study of the economic position of women in Bamenda (British Cameroons). London, HMSO, 220 p.

MOBY ETIA P. - 1976 - Les pays du bas-Moungo, bas-Wouri, étude géographique de la vie rurale et des relations avec Douala. Thèse 3e Cycle, Univ. Paris I, 271 p.

MORIN S. - 1981 - Les paysages de l’Ouest Cameroun et leur perception par l’imagerie Landsat. Rev. Géogr. Cam., 2, p. 149-162.

MORIN S. - 1988 - Les dissymétries fondamentales des Hautes Terres de l’Ouest Cameroun, l’exemple des Bambouto. L’Homme et la montagne tropicale. Sépanrit, Bordeaux, p. 35-55.

MORIN S. - 1988 - Hautes Terres et bassins de l’Ouest Cameroun, étude géomorphologique. Thèse d’Etat, Univ. Bordeaux III, 2 t., 1190 p., 1 atlas, 17 cartes h.t.

MORIN S. - 1989 - Nord Cameroun, espace désarticulé, provinces en déshérence. Bois et énergie, 25, p. 11-20.

MORIN S. - 1990 - Colonisation agraire, dégradation des milieux et refus de l’innovation dans les Hautes Terres de l’Ouest Cameroun. Comm. Journ. Géogr. Trop., Bordeaux, 26 p.

MORINIERE J.-L. - 1973 - L’organisation de l’espace d’un pays en voie de développement : le Cameroun. Cah. Nantais, 9-10, 335 p.

MVENG E. - 1963 - Histoire du Cameroun. Présence africaine.

NGOUFO R. - 1989 - Les monts Bambouto. Environnement et utilisation de l’espace. Thèse 3e Cycle, Univ. Yaoundé, 349 p.

NJEUMA M.-Z. - 1989 - Histoire du Cameroun. Coll. Racines du Présent, L’Harmattan, 320 p.

NKWI P.N. et WARNIER J.P. - 1982 - A history of the western Grassfields. Depart. of Socio, Univ. Yaoundé, 236 p.

POURTIER R. - 1983 - Nommer l’espace : l’émergence de l’Etat territorial en Afrique noire. Espace Géogr., 4, p. 293-304.

RICHARD-MOLARD J. - 1952 - Groupes ethniques et collectivités en Afrique noire. Cahiers Outre-Mer, 18, p. 97-107.

SAUVAITRE C. - 1990 - Bafut. de la chefferie à la ville. TER, Géogr., Univ. Pau, 155 p.

TARDITS C. - 1960 - Les Bamilékés de l’Ouest Cameroun. Berger-Levrault, 137 p.

TARDITS C. - 1980 - Le royaume bamoun. A. Colin, 1 078 p.

TARDITS C. - 1981 - Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire de civilisations du Cameroun. Paris, CNRS.

VENNETIER P. - 1984 - A propos du développement dans les pays tropicaux. Cah. Outre-Mer, 148, p. 305-338.

WARNIER J.-P. - 1984 - Histoire du peuplement et genèse des paysages dans l’Ouest Cameroun. Journ. Afric. Hist., 25, p. 395-410.

WARNIER J.-P. - 1985 - Echanges, développement et hiérarchies dans le Bamenda précolonial. Studien zur kulturkunde, Franz Steiner Verlag, 76, 323 p.

Notes

1 Ndé, Bambouto, Mifi : noms de départements bamiléké. Le découpage administratif correspond à la reconnaissance d’identités territoriales qui s’expriment à travers les équipes de football de première division. Mais à l’extérieur on ne rencontre plus que des équipes bamiléké.

2 Sultanat musulman organisant la conquête foulbé pour le compte de l’émir de Yola.

3 Pour lutter contre l’expansionnisme foulbé, le roi Njoya se convertit astucieusement à l’Islam et prit le titre de Sultan que lui conféra le lamido de Bankim.

4 Point d’eau et campement de saison sèche.

5 Bien que nombre de pasteurs s’installent à proximité de ces stations, ces deux mondes sont restés quasi imperméables l’un à l’autre jusqu’à ce jour.

6 Sur les Hautes Terres, coexistent les groupes de langues suivants : Mbam-Nkam (Bamiléké, Bamoun, Ngemba), Momo (Assaka, Ambele, Ngowo Mogamo, Menemo), Ring (Lamso, Babungo, Weh, Kom, Menchum).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de situation des Hautes Terres de l’Ouest du Cameroun. Situation of Highlands of Western Cameroon.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 2 : La Dorsale Camerounaise. The Cameroon Dorsal.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Figure 3 :Les dissymétries structurales. The structural dissymetries.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Photo 1 : Pays Bamiléké, caldeira orientale des Bambouto (2740 m). En arrière plan, rempart de trachyte-phonolite. Au centre, cumulo-dôme trachytique alignée sur des fractures qui limitent les deux caldeiras (cliché S.M.). Bamileke area, eastern caldera of Bambouto (2740 m).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 4 : Carte structurale de l’Ouest du Cameroun. Structural map of Western Cameroon.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Photo 2 : Pays Bamiléké, anticlinal de granite porphyroïde de Baham (secteur de Batié). Boules déchaussées et décapage du sol ferrallitique par le surpâturage. Termitières liées aux pâturages (cliché S.M.). Bamileke area (Batie), granitic anticline of Baham. Overgrazing and termitaries.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Photo 3 : Grassfields (Bapa). Alvéole granitique de Bamenda. Echines à boules et vieille surface anté-oligocène (cliché S.M.). Grassfields (Bapa). Granitic area of Bamenda with spheroidal weathering. Old ante-oligocene surface.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Photo 4 : Pays Bamiléké (région de Batié). Anticlinal de granite porphyroïde avec versants à chaos de blocs et prairies surpâturées (cliché S.M.). Bamileke area (granitic region of Batie), blocks and overgrazing.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Photo 5 : Pays Bamiléké (Ndindgdong). Vallées éventrant les coulées trachytiques des Bambouto. Glissements sur les versants, champs en damiers, culture du maïs, manguiers, etc. Absence de bocage (cliché S.M.). Bamileke area (Ndindgdong, Bambouto). Valleys in trachytic flows with landslides, maize culture, mango trees, etc. No bocage.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10613/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Institut de Géographie
Université de Bordeaux III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540