Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux montagnards

Les écosystèmes forestiers tropicaux de montagne : l’exemple des forêts à Juniperus Procera (république de Djibouti)

Fonctionnement, dynamique et évolution

Jacques Blot

Abstract

Réalisés sur l’écocomplexe de Day, en république de Djibouti, ces travaux sont le résultat de sept années de recherches. Nous réalisons une description succinte des composantes végétales des milieux montagnards concernés et plus particulièrement de la forêt à Juniperus procera. Nous présentons le rôle fondamental de ce type de forêt au niveau du maintien des grands équilibres climatiques, pédologiques, hydrologiques, etc. Le fonctionnement écologique de ces forêts est étudié, notamment les mécanismes qui conditionnent les précipitations néphéléniques, l’évolution des réserves hydriques au cours du cycle annuel et la régénération de quelques espèces ligneuses dominantes. L’homme est considéré comme facteur écologique ayant une incidence sur la dynamique et l’évolution du milieu, les structures sociales des populations sont étudiées, ainsi que les stratégies de gestion des ressources naturelles renouvelables et les modifications récentes qu’elles ont subies. L’origine de la forêt de Day est évaluée à 1,2 Ma. La paléoévolution, l’évolution récente et la dynamique actuelle des systèmes sont décrits. L’évolution récente en particulier est conditionnée par une éruption volcanique datée de 1862 ; c’est elle qui est à l’origine de la phase de régression en cours. Les activités humaines jouent également un rôle décisif, mais seulement dans la partie terminale de cette phase. Pour obtenir ces résultats nous utilisons plusieurs méthodologies permettant une considération d’éléments enregistreurs divers : dendrochronologie, dendroclimatologie, palynologie, potentiel séminal des sols, phytosociologie quantitative et comparée mais aussi des indicateurs biologiques pour lesquels nous avons identifié leur biologie. Ceci nous conduit à une évaluation du degré d’adaptation écologique de ces systèmes montagnards, à identifier leurs perspectives évolutives et à proposer un plan d’aménagement qui puisse assurer une conservation du milieu mais favorise aussi un développement durable nécessaire à l’homme.

After a description of the ecocomplex of Day in the Republic of Djibouti, with a particular attention to the Juniperus procera forest, we present the fundamental function of these forests in mountain systems, particularly as regards the maintenance of the bioclimatic, pedological and hydrological stability. The ecological functioning of this mountain forest system is studied with a particular attention to the mechanism of the nephelenic precipitations, the water balance during the annual cycle and the regeneration mechanisms of some important tree species. The function of anthropism in the natural system is an important part of our work; the social structures of the populations are studied together with the strategies of management of the natural ressources and their recent evolution. The impact of man on the dynamics and evolution of the forest is considered. The origin of this forest is estimated 1.2 m.y. Paleoevolution, recent evolution and present dynamics are described. The recent evolution is characterised by a first phase of regression conditioned by the volcanic eruption of Sorkale volcanoes (300 km to the north) in 1862, the second phase is not finished. Climatic modification and human impact are the two most important factors of this second regression phase. These results are obtained with many methodologies using registrable elements: dendrochronology, dendroclimatology, palynology, seed bank, phytosociology and biological indicators are used. The conclusion is that the present Juniper forest of Day is adapted to climatic conditions only within the lower limit. It is possible to conserve and develop it if human activities are reasonable. A programme for management, conservation, lasting development and diversification of human activity is proposed.

Full text

INTRODUCTION

1Les forêts de montagne à Juniperus procera Hochst. ex Endl. évoluent sur l’ensemble du Rift Est Africain et sur la dorsale située le long des côtes de la mer Rouge en Arabie. Les massifs les plus septentrionaux sont situés dans le nord du Soudan sur les montagnes proches de la mer Rouge. Au sud, les dernières forêts à genévriers sont situées au Zimbabwe.

2Les fonctions écologiques et humaines de ces milieux sont essentielles ; ils jouent un rôle régulateur important pour les climats locaux, mais aussi au niveau hydrologique. Ce sont également des réservoirs biologiques et génétiques de première importance pour ces régions. Les populations humaines ont de tout temps considéré ces milieux comme de véritables refuges, que ce soit lors des périodes de déficit alimentaire grave ou lors de conflits inter-ethniques. Ce dernier aspect est encore d’actualité aujourd’hui et explique la volonté de destruction de ces forêts au cours des dernières guerres en Ethiopie. Enfin, le rôle économique paraît actuellement sous-estimé : l’utilisation de ces milieux est très souvent pastorale, pour la production de bois de feu, d’ébénisterie ou de marqueterie, mais également en ce qui concerne le genévrier, pour la construction d’ouvrages hydrauliques en raison de sa haute résistance aux attaques fongiques et à ses propriétés insectifuges. Cette essence permet également la production de cédrol. Enfin le rôle bioclimatique de ces milieux mériterait d’être considéré comme un élément déterminant dans les politiques économiques locales, dans la mesure où ils constituent de véritables poumons dans un environnement aride à semi-aride de productivité faible.

3Aujourd’hui, les écrits sont unanimes pour considérer l’évolution de ces milieux comme régressive sur l’ensemble de leur aire de répartition. Au cours de nos travaux qui ont porté principalement sur la forêt de Day, nous avons tenté d’identifier les origines de cette régression, d’en définir les mécanismes et de rechercher les éléments nécessaires à une gestion de ces milieux pour en assurer leur sauvegarde, dans l’intérêt de tous.

4Pour atteindre un tel objectif, une description fine de notre écosystème est fondamentale, de même que la compréhension de son fonctionnement, de son évolution historique et quaternaire pour mieux en évaluer son degré d’adaptation vis-à-vis des conditions physiques actuelles. Nous considérons également l’homme comme un élément de cet écosystème ; en conséquence l’étude des systèmes d’exploitation, de gestion du milieu par l’homme est prise en compte.

Figure 1 : Localisation de la forêt de Day en République de Djibouti.

5Atteindre cet objectif nécessite la mise en place d’un programme de recherches très important et démesuré par rapport à nos moyens. Il est donc nécessaire de réaliser nos travaux selon divers niveaux de perception choisis en fonction du problème traité. Ainsi l’origine du milieu et sa paléoévolution sont considérées à l’échelle régionale (Corne Orientale d’Afrique et Arabie) ; l’évolution au cours du Quaternaire ainsi que l’évolution historique sont traitées pour l’ensemble de la forêt de Day. L’évolution historique nécessite un double niveau de perception : le premier correspond à celui décrit précédemment, le second est caractérisé par l’ensemble des chaînes montagneuses de Goda et de Mabla. La description de l’écosystème est réalisée sur la totalité de son aire de répartition actuelle, mais comprend également les milieux environnants dont certains d’entre eux sont issus de la dégradation des formations forestières. L'étude du fonctionnement de l'écosystème impose une aire d’étude beaucoup plus limitée ; nous considérons donc au cours de nos recherches en ce domaine l’unité pastorale Fadihité (1 500 ha), mais aussi des stations expérimentales de quelques dizaines de mètres carrés (de 64 à 5 000 m2) pour l’étude de la dynamique de la végétation, des mécanismes de précipitation des nuages de contact et l’évaluation de ce phénomène.

Photo 1 : Vue générale de la forêt de Day en 1983 : on distingue très nettement le relief abrupt creusé dans les basaltes du Dalha.

6La notion d’indicateurs biologiques et d’éléments enregistreurs est considérée à tout moment pour la mise en évidence des processus évolutifs et dynamiques de l’écosystème.

I. CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE

7L’écosystème de Day est une forêt à Juniperus procera située en condition d’aridité extrême sur Faire de répartition africaine de ce type de forêt ; elle est située dans les monts Goda, à 15 km au sud de Randa, au nord du golfe de Tadjourah, en République de Djibouti. Elle évolue entre 1 300 et 1 783 m d’altitude (fig. 1) dans un cadre orographique très perturbé et sur les plateaux qui bordent les falaises des vallées de Goh et de Hamboka (photos 1 et 2).

8Dans les secteurs les moins érodés, le substrat est constitué par un sol brun eutrophe à caractère andique de 0,5 à 1,5 m de profondeur, issu des basaltes alcalins. Dans quelques situations très particulières, ces forêts évoluent sur des lithosols très altérés, issus de cette même roche.

9La climatologie est caractérisée par des conditions thermiques très favorables par rapport à celles connues habituellement dans la dépression Afar ; les maxima absolus ne dépassent pas 33°C en saison chaude, les minima quant à eux sont de 3°C en saison froide ; certains voyageurs ont signalé la présence de glace sur l’eau certains matins d'hiver, mais les gelées restent à vérifier. L’amplitude thermique journalière est de 10°C en hiver, parfois moins et de 15°C en période estivale.

10La pluviométrie est de 350 mm en moyenne, mais il faut ajouter à cela l’apport hydrique fourni par les précipitations néphéléniques qui est considérable certaines années (en 1983, cet apport représentait 56 % des précipitations totales) (photo 3). L’humidité de l’air joue un rôle déterminant dans le fonctionnement de l’écosystème : en saison fraîche, l’air peut être saturé en humidité pendant plusieurs semaines consécutives, voire pendant trois mois comme en 1983 ; au cours de cette même saison, en l’absence de nuages de contact, cette humidité atmosphérique peut alors atteindre un seuil très bas (15 %) comparable à celui observé en saison estivale.

11Les cycles biologiques sont fortement conditionnés par ces contraintes climatiques, la période active de végétation débutant en novembre, pour se terminer au mois de mai. Il nous semble important de situer cet écocomplexe dans le contexte biogéographique régional. Si sa composition floristique dominante est caractérisée par des liens de même importance avec les forêts du même type en Arabie et en Afrique, la forêt de Day abrite des éléments floristiques spécifiques. Elle constitue un ensemble biogéographique qui se distingue des forêts à Juniperus procera de l’ensemble afro-montagnard par plusieurs points :

  • L’étude biométrique réalisée sur les populations de Juniperus procera de Day, de Taif en Arabie Saoudite et de Addis Abeba en Ethiopie met en évidence un isolement caractéristique de la forêt de Day vis-à-vis des autres peuplements (fig. 2).
  • On note la présence d’espèces végétales endémiques spécifiques de cette forêt (Polygala goudahensis). Il en est de même pour l’entomofaune où les premiers travaux réalisés (ROUGEOT, 1973) montrent une tendance identique. Il nous faut toutefois souligner la présence d’un groupe d’espèces végétales dont l’aire de répartition est réduite à la dépression de l’Afar et ses bordures, notamment avec les forêts de la partie est du plateau Somali. Ceci nous a conduit, dans nos travaux précédents, à considérer ce sous-ensemble biogéographique comme spécifique (sous-ensemble Afaro-Somali).

Figure 2 : Discrimination des populations de Juniperus procera en provenance de Addis Abeba, de Day et de l’Asir en Arabie par analyse factorielle discriminante (plan 1/2).

II. LES ÉLÉMENTS ENREGISTREURS

12La réalisation de ces travaux n’est possible que grâce à l'utilisation de méthodologies basées sur la notion d’éléments enregistreurs et celle d’indicateurs biologiques. En effet une étude approfondie n’aurait pas pu être réalisée sans recourir à celles-ci compte tenu de nos moyens.

13En dehors d'une description classique du milieu basée sur des inventaires floristiques, de la faune vertébrée et partiellement de l’entomofaune, nous avons considéré les aspects fonctionnels du milieu et tout particulièrement le rôle de l’homme dans l’écosystème grâce à l’étude comparée de relevés phytosociologiques quantitatifs entre des secteurs en défens, d’autres en exploitation contrôlée ou en situation de surexploitation. Les espèces indicatrices de l’action de l’homme ou des troupeaux domestiques nous autorisent également à une évaluation de l’évolution de la pression humaine sur le milieu au cours des 12 000 ans BP. La végétation constitue donc un élément enregistreur de grand intérêt pour la réalisation d’un diagnostic écologique au cours d’une période donnée.

14Le sol représente le second élément qui nous permet de mieux apprécier la situation du milieu, son évolution ancienne, sa dynamique actuelle et tenter d’évaluer son évolution en fonction des systèmes de gestion existants ou préalablement élaborés. Dans ce cadre, le substrat nous apporte deux sources d’informations précieuses : les informations palynologiques pour l’étude de l’évolution du paléoenvironnement et celles fournies par le potentiel séminal stocké dans le substrat, très utile pour comprendre les aspects de la dynamique et les perspectives du milieu. Une troisième source intéressante est apparue au cours de nos travaux : c’est la découverte d'un niveau de cendres volcaniques dans un profil de sol qui nous permet de considérer l'impact du volcanisme sur le milieu ; la présence d’éléments chimiques dans le substrat est également utilisée à ce niveau.

15Le bois constitue le troisième élément enregistreur ; nous l’utilisons pour l’étude dendroclimatique de l’écosystème pour la période évoluant de 1437 à 1986. Les données dendrochronologiques fournies au cours de cette étude nous apportent également des informations significatives au niveau écologique, pour l’étude de l'impact du volcanisme sur le milieu (étude des courbes densitométriques et des composants chimiques).

III. MÉTHODOLOGIES

16Dans la mesure où notre première préoccupation est de considérer les interactions existantes entre les divers domaines considérés et compte tenu des moyens mis à notre disposition, il est souvent nécessaire de recourir à des méthodologies nouvelles ou peu développées. Cependant, nous réalisons les inventaires faunistiques, floristiques, les descriptions phytosociologiques quantitatives et qualitatives selon des méthodes classiques.

17La prise en considération de l'anthropisme nécessite une première approche originale dans la mesure où nos résultats sont issus d’un long travail de terrain après une intégration suffisante au sein de la population humaine. La dynamique de cette population est considérée à partir d’un suivi des habitats d’après photographies aériennes depuis 1950, après avoir déterminé la structure familiale représentative au sein du clan et sa répartition dans les habitations. Cette dynamique est suivie en conditions réelles depuis 1981. Les systèmes de gestion sont considérés après une confrontation des informations obtenues au cours de nos enquêtes et après une vérification sur le terrain. Les régimes alimentaires des animaux domestiques ont été évalués sur la base de ces enquêtes, mais ont dû être vérifiés par une analyse des contenus stomacaux ; dans ce cas l’identification des espèces végétales est établie à partir de l’organisation cellulaire des épidermes. La dynamique des troupeaux domestiques est réalisée par comptage systématique au sein de chaque unité pastorale.

18Le fonctionnement de l’écosystème n’est pas considéré sous tous ses aspects ; nous avons seulement retenu les éléments fondamentaux susceptibles d’intervenir directement dans le processus de dégradation.

19L’apport hydrique sous forme de précipitations néphéléniques est quantifié à l’aide d’une méthodologie nouvelle et adaptée au contexte local. Nous considérons pour cela le pouvoir précipitant des diverses espèces ligneuses présentes dans l’écosystème ; celui-ci est évalué en fonction du biovolume par une série de mesures pluviométriques effectuées sous les couronnes au cours de la présence de nuages de contact dans un contexte climatique défini. Au cours de ces mesures, l’apport hydrique est également évalué en milieu ouvert (clairière, périphérie de la forêt). La répartition de cette pluviométrie est étudiée dans l’environnement de la couronne. A l’issue de ces résultats, une corrélation est réalisée en fonction du biovolume moyen de chaque espèce et de son recouvrement spatial.

20L’évolution des réserves hydriques du sol en fonction de la structure des strates herbacées est appréhendée à l’aide d’une étude comparée entre un milieu forestier soumis à un pâturage intensif et une zone de défens où les structures et la composition floristique sont différentes. Le taux d’humidité du sol est ensuite évalué pour chaque station à l’aide d’une série de mesures effectuées par étuvage. Cette opération est répétée régulièrement chaque mois.

21L’écologie de la régénération de six espèces ligneuses est précisée ; les contraintes de la germination sont étudiées in situ et en conditions artificielles. Dans les deux cas, les semences utilisées sont divisées en plusieurs lots ayant subi divers pré-traitements, ou ayant été conservés dans des conditions différentes (conservation au froid, en condition ambiante). La dynamique de la germination est ensuite identifiée. La capacité de résistance à la dessiccation des jeunes plants est ensuite évaluée en conditions naturelles, mais également en milieu contrôlé. Les résultats obtenus sont ensuite corrélés avec ceux obtenus lors de l’étude de l’évolution des réserves hydriques en fonction de la structure des strates herbacées.

22Plusieurs méthodes sont utilisées pour l’étude de la dynamique de la végétation. Dans le cas des strates ligneuses, une synthèse est réalisée avec les résultats obtenus par interprétation des photos aériennes et ceux issus de relevés de terrain basés sur les classes d’âges, la mortalité, l’exploitation forestière...

Photo 2 : Vue de la structure de végétation représentative des secteurs les moins dégradés.

23La dynamique des strates herbacées est quant à elle appréhendée par une étude phytosociologique quantitative et comparée entre les milieux en défens, soumis à un pâturage contrôlé ou surpâturé. L’étude des classes d’âges des espèces ligneuses et notamment pour Buxus hildebrandtii est réalisée après avoir effectué une corrélation entre le diamètre des troncs et leur âge identifié par dendrochronologie. Le potentiel séminal des sols apporte une série d’informations à propos de l’état actuel du milieu, mais aussi en ce qui concerne son passé historique et ses perspectives évolutives. La méthodologie utilisée est nouvelle : les graines sont extraites du sol en totalité, par filtration du substrat et par décantation. Ainsi recueillies, elles sont ensuite identifiées par comparaison avec une collection de référence, puis comptabilisées : les données obtenues sont traitées selon les principes de l’analyse factorielle des correspondances (AFC). Dans les méthodes traditionnelles, l’échantillon de sol est mis en condition de germination, ce qui implique une perte d’information considérable : les graines en dormance ne sont pas prises en considération ; au cours de la phase de germination, le parasitisme fongique peut éliminer une proportion élevée de graines et de jeunes plantes qui ne sont alors pas considérées.

Photo 3 : La vallée de Goh envahie par les masses nuageuses qui contribuent de façon importante à l’apport hydrique.

24L’origine de la forêt de Day est étudiée après avoir évalué celle des forêts à Juniperus procera de la Corne orientale d’Afrique et en tenant compte des évènements tectoniques locaux et régionaux (Rift Est Africain, Dépression de l’Afar, Ouverture du bassin mer Rouge/Golfe d’Aden et ouverture du Golfe de Tadjourah) (GAULIER, 1989).

25L’étude de l’évolution de l’écosystème forestier de Day est sans aucun doute celle qui a nécessité l’utilisation du plus grand nombre de méthodes issues de divers horizons et dont la confrontation des résultats obtenus a permis de préciser la situation de ces forêts de leur origine à nos jours, avec une attention plus particulière sur l’évolution des dernières années.

26La palynologie nous permet de considérer les 12 000 ans BP. Les données sont issues d’un profil palynologique réalisé dans le sol de la forêt ; ces sédiments sont traités de façon classique (BLOT, 1991), le traitement des données est réalisé selon la méthode de l’Analyse Factorielle des Correspondances ; à ce stade, nous intégrons dans notre analyse une série d’indicateurs biologiques qui nous permettent de considérer l’ouverture spatiale du milieu et l’influence de l’homme.

27La dendrologie et les diverses disciplines qui en découlent (dendroclimatologie, dendroécologie) nous permet de traiter de l’évolution de cette forêt depuis l’année 1437 de notre ère et de considérer l’évolution climatique locale. Cette étude est basée sur une série de prélèvements effectués au sein du milieu forestier dans des conditions physiques précises. Ces échantillons sont traités selon la méthode de radiodensitométrie. Outre les données climatiques qui en sont issues, cette approche nous permet également de considérer l’influence du volcanisme sur le milieu. L’étude des classes d’âges des vestiges forestiers à Buxus hildebrandtii situés sur l’ensemble du Goda et de Mabla contribue également à l’étude de l’évolution spatiale du milieu au cours de cette période, ceci en rapport avec l’écologie de la germination de cette espèce ligneuse.

28L’incidence du volcanisme est mise en évidence par l’existence d’un niveau de cendres volcaniques présent dans le sol, par une recherche bibliographique aux niveaux historique, géologique et corrélation entre les éruptions anciennes, l’évolution densitométrique de la croissance des arbres, la teneur en soufre du bois et du sol. L’évolution du milieu depuis 1949 est appréhendée grâce à l’existence de photographies aériennes réalisées en 1949, 1962, 1973, 1984 par l’IGN et d’autres clichés ponctuels (1981, 1983). Les enquêtes de terrain, la recherche d’indices ou d’éléments indicateurs sont des sources d’informations très utilisées à ce stade.

29Les applications de nos résultats sont rassemblées dans un programme de conservation, d’aménagement et de gestion qui maintient comme structure de base, le système de gestion traditionnel. Les techniques de reboisement sont améliorées grâce à l’élaboration d’un système de captage des nuages de contact et de l’amélioration du bilan hydrique des sols par intégration de matériaux scoriacés dans le sol et épandage en surface. Dans le premier cas, l’eau en suspension dans l’air est captée à l’aide de filtres tendus sur un cadre, l’eau précipitée est recueillie dans un réservoir qui alimente une série de goutte à goutte. Dans le second cas, les scories d’origine volcanique très abondantes dans la région du lac Assal sont intégrées à raison de 35 % dans le sol et dans l’environnement immédiat de l’arbre, une couche de 5 cm étant épandue sur une surface de 1 m2 autour de ce même plant. Cet apport permet un meilleur stockage des réserves en eau dans le sol, diminue la remontée capillaire et limite l’évaporation en surface du sol.

IV. DESCRIPTION DES GROUPEMENTS VÉGÉTAUX DE LA FORÊT A JUNIPERUS PROCURA DE DAY

30La forêt montagnarde de Day est constituée essentiellement par un groupement forestier plus ou moins ouvert, mais nous devons également considérer des formations à caractère steppique et des groupements de clairière issus de l’évolution des formations forestières, si l’on souhaite appréhender les aspects évolutifs avec une objectivité suffisante. L’Analyse Factorielle des Correspondances réalisée sur nos relevés (BLOT, 1991) phytosociologiques nous permet d’identifier onze groupements végétaux répartis en trois grandes formations qui constituent elles-mêmes deux séries de végétation :

311) La formation forestière à Juniperus procera.

32Elle est composée de quatre éléments :

  • groupement à Juniperus procera et Hypoestes verticillaris
  • groupement à Juniperus procera et Gastridium ventricosum
  • groupement à Juniperus procera et Conyza stricta
  • Un groupement à Buxus hildebrandtii qui correspond à un faciès particulier du milieu forestier.

332) La formation à Panicum coloratum et Digitaria abyss inica.

34Elle est constituée par deux groupements :

  • Groupement à Olea africana et Setaria acrolaema
  • Groupement à Setaria pumila et Gladiolus ukambensis.

353) La formation à Cynodon dactylon et Euryops arabica

36Elle est composée d’un groupement unique de type prairial.

374) La formation à Aizoon canariense et Pulicaria schimperii

38Elle comprend quatre groupements :

  • Groupement à Acacia etbaica
  • Groupement à Buxus hildebrandtii et Aristida mutabilis
  • Groupement à Tharchonanthus camphorathus et Brachiaria villosa
  • Groupement à Pennisetum erythraeum et Indigofera coerulea.

39Les successions écologiques de ces unités végétales sont structurées en deux séries :

401. La série des Juniperetum procerae : Elle est composée par deux formations : une formation à Juniperus procera et une formation à Setaria acrolaema. Le groupement à Setaria pumila et Gladiolus ukambensis constitue le premier élément de cette série ; sa dynamique conduit à l’apparition de groupements à Juniperus procera. Le groupement à Juniperus procera et Conyza stricta lui fait suite et prédomine sur les sols profonds ; celui à Juniperus procera et Gastridium ventricosum affectionne particulièrement les milieux rocheux. Le stade climacique est représenté par le groupement à Juniperus procera et Hypoestes verticillaris.

41Le groupement à Olea africana et Setaria acrolaema apparaît ici comme un cas particulier au regard des données de terrain ; il correspond à une phase régressive d’origine anthropique.

422. La série desAcaciaetum : Elle est issue de la précédente et caractérisée par une évolution régressive. Deux formations la composent : la formation à Cynodon dactylon et celle à Aizoon canariense et Pulicaria schimperii. Le groupement à Cynodon dactylon et Euryops pinifolius représente un faciès de dégradation de la forêt à Juniperus. Il évolue vers un faciès à caractère steppique avec l’apparition des groupements à Acacia etbaica. Le groupement à Pennisetum erythraeum et Indigofera coerulea constitue l’ultime stade avant les formations désertiques à Lichens. Le groupement à Tharchonanthus camphorathus et Brachiaria villosa, ainsi que celui à Buxus hildebrandtii et Aristida mutabilis constituent eux aussi un faciès de dégradation des formations à Juniperus et de rang apparemment égal au groupement à Acacia etbaica. Le premier est un groupement pyrophile, le second doil être considéré comme un vestige forestier à dynamique régressive témoin de l’impact du volcanisme ; nous aborderons cet aspect au cours de nos travaux sur l’évolution de l’écosystème de Day.

V. QUELQUES ASPECTS REMARQUABLES DU FONCTIONNEMENT

43L’originalité de ces écosystèmes, outre leur forte spécificité biogéographique et la présence d’espèces endémiques, réside principalement dans leur mode de fonctionnement. L’apport hydrique constitue la base des mécanismes de fonctionnement. Nous devons considérer deux types d’apports : un premier sous forme de précipitations classiques survenant en mars-avril et au cours de la saison chaude sous forme d’orages, le second sous forme de précipitations néphéléniques.

44- Les précipitations néphéléniques : Elles conditionnent le cycle phénologique des espèces typiquement forestières et peuvent représenter jusqu’à 56 % de la pluviométrie totale ; toutefois, leur importance varie sensiblement en fonction du pouvoir précipitant de la végétation, selon sa composition floristique, sa structure verticale et la densité des strates arborées.

45L’évaluation de ces précipitations en conditions réelles est réalisée à partir d’un système expérimental réparti sur trois stations : en milieu forestier, en zone de clairière et hors du massif forestier. Les relevés de précipitations tiennent compte de la nature des espèces ligneuses et des biovolumes (BLOT, 1991). Ainsi nous avons relevé des précipitations moyennes de 0,2 mm en milieu ouvert (clairière et hors massif forestier) ; 19,6 mm sous Juniperus procera, 1,8 mm sous Buxus hildebrandtii et 5,5 mm sous Olea africana. L’évaluation des précipitations occultes sur l’ensemble du massif forestier doit tenir compte de la composition des strates arborées, tant au niveau de leur composition que de leur morphologie.

46- Evolution des réserves hydriques : La régénération des espèces ligneuses est directement liée à l’importance des ressources hydriques qui conditionnent la longueur du cycle phénologique. Notre objectif ici est de vérifier si ces ressources autorisent le développement des jeunes plants jusqu’à un stade suffisant pour résister à la saison sèche. Pour cela nous avons travaillé sur deux types de milieux ; l’un situé en zone de défens avec des strates herbacées non dégradées, le second avec une strate arborée comparable, mais soumis à l’exploitation par l’homme et ses troupeaux.

47Les résultats sont significatifs : la régénération n’est apparue possible que dans les secteurs peu ou pas exploités ; en effet, les réserves hydriques du sol sont insuffisantes en zones libres pour assurer un cycle végétatif suffisamment long pour autoriser les jeunes plants des espèces forestières à atteindre un stade de résistance à la sécheresse (160 jours pour Juniperus procera, 110 pour Olea africana, 150 pour Buxus hildebrandtii). A ce niveau, la structure des strates herbacées est déterminante ; dès le mois de juillet, le taux d’humidité est inférieur à 14 % en zone forestière dépourvue de strate herbacée ; à la même date, il est encore de 24,5 % en secteur non pâturé.

Figure 3 : Cartographie des unités pastorales sur l’aire d’étude.
1. Barga
2. Ballaouta
3. Eglala
4. Eideyto
5. Dermila
6. Seyka
7. Gundusa
8. Adali
9. Fadihité/Askamilola
10. Fadihité
11. Asoba
12. Kaboba
13. Askamilola
14. Aysemite
15. Maafota
16. Maafa
17. Adali

48Le déséquilibre hydrique observé entre les milieux exploités et ceux n’étant pas soumis au surpâturage n’est pas lié uniquement à l’évaporation de surface, mais également à l’importance des ressources en eau stockées au cours de la saison humide ; le pouvoir de pénétration est très supérieur là où la végétation herbacée ou ses chaumes ont été maintenus ; au contraire en milieu surexploité, l’importance du ruissellement est considérable.

49Ces constatations nous conduisent à considérer plus en détail l’impact de l’activité humaine sur le milieu.

VI. L’HOMME : UN FACTEUR DÉTERMINANT DANS LA DYNAMIQUE ET L’ÉVOLUTION DE L’ÉCOSYSTÈME

50Dans notre démarche, nous considérons l’homme comme faisant partie intégrante de l’écosystème ; ainsi, compte tenu de son incidence sur le milieu, les aspects sociaux, culturels, la stratégie alimentaire, l'utilisation de l’espace, l’exploitation et de la gestion des ressources naturelles, font l’objet d’une étude approfondie.

Figure 4 : Répartition des territoires secondaires et des axes de transhumance (flèches)

Année Village

1950

1981

1985

Garnie

30

320

396

Colonie

0

110

163

Total

30

430

559

Tableau : Exemple de la dynamique de la population du village de Day de 1950 à 1985.

51La population humaine est répartie sur la base d’une structure territoriale bien définie, mais actuellement en voie de dégradation. La situation originelle est caractérisée par l’existence de clans évoluant sur des territoires dont les limites sont précises et matérialisées sur le terrain (fig. 3). Chaque clan dispose également de territoires satellites utilisés pour la transhumance des troupeaux. Dans le cas où ceux-ci ont une productivité fourragère insuffisante, une négociation avec d’autres clans permet éventuellement l’utilisation d’autres pâturages.

52La structure sociale est elle aussi définie de façon précise et conditionne directement les aspects d’exploitation et de gestion des ressources hydriques, forestières et pastorales pour se limiter à celles qui nous préoccupent ici. La dynamique de la population qui a une activité sur l'écocomplexe est caractérisée par un accroissement rapide depuis le début des années 1950 (fig. 3). En 1981, le nombre d’individus directement liés à l’écocomplexe de Day était évalué à 1 150. Depuis, les perturbations récentes survenues dans cette région provoque des modifications importantes, mais qu’il est pour l’instant impossible d'évaluer. Les activités humaines sur le milieu sont d'origines diverses :

53- L’activité pastorale est la plus importante ; elle fournit les ressources principales pour l’homme. Les troupeaux sont constitués en majorité par des bovins ; les caprins se situent en deuxième rang, les ovins et asins sont minoritaires. Le dromadaire était jusqu’ici considéré comme un simple animal de bât, mais il prend actuellement de plus en plus d’importance en tant qu’animal d’élevage pour le lait et la capitalisation. L’évolution de la composition des troupeaux est en pleine modification ; de plus en plus, les caprins prennent une importance significative. Cette tendance tend à mettre en évidence la régression des ressources fourragères qui pénalise les bovins.

Photo 4 : Deux des principaux capteurs hydriques : Juniperus procera et Usnea sp. Nous remarquons la formation de gouttelettes sur les feuilles.

54La gestion pastorale a fait l’objet d’une étude approfondie sur le territoire du clan Fadihité (fig. 5). Jusqu’au début des années 1980, l’accès aux pâturages en milieux forestiers était strictement réservé aux troupeaux bovins, les formations à Acacia etbaica aux troupeaux caprins, ovins et éventuellement bovins, ces derniers étant prioritaires. Les milieux les plus pauvres (formations ouvertes semi-désertiques) étaient réservés aux caprins et ovins.

55En zone forestière, le pâturage des bovins fait l’objet d’une gestion appropriée : une zone de réserve n’est exploitée qu’en période de déficit fourrager grave (c’est le cas du plateau de l’Adonta). Sur le reste du territoire forestier, le troupeau pâture au cours de la saison fraîche selon un système de pâturage tournant. En début de saison sèche, les troupeaux se déplacent vers les zones de transhumance sur des steppes à Panicum turgidum (Alta, Imino), sur des prairies à Cyperus laevigatus (Alol) ; en début de saison fraîche, les zones de transhumance se situent dans le piedmont de la chaîne des Goda, là où les premières pluies ont une incidence importante sur la végétation.

56Les troupeaux de petits ruminants évoluent sur le reste du territoire selon un système tournant et transhument également en mars ou avril selon l’importance des pluies, vers la région de Maka’arassou à une trentaine de kilomètres de Day, dans des formations à Acacia mellifera. Cette transhumance ne dure que quelques semaines et varie en fonction des ressources en eau disponibles.

57L’évolution des systèmes de gestion pastoraux correspond actuellement à une phase de dégradation (fig. 5) liée à une augmentation des besoins fourragers, mais est aussi sous l’influence d’une déstabilisation des structures sociales tribales. Les réserves fourragères ont disparu ; depuis le début des années 1980 l’accès de la forêt aux petits ruminants est autorisé. Le système de rotation du pâturage également et la pression pastorale sur le massif forestier sont permanents. La notion de territoire clanique est gravement compromise, les troupeaux de toutes origines commencent à pâturer en milieu forestier.

Figure 5 : Evolution des systèmes de gestion pastorales sur le territoire de la tribu Fadihité. 01 : Répartition des pâturages avant 1982. 02 : Répartition en 1984. A : Pâturages réservés pour les ânes et dromadaires. B : Pâturages réservés aux Bovins. C : Pâturages réservés aux caprins et ovins. B x C : Zone mixte ovins, caprins & bovins, mais prioritaire pour ces derniers. R : Zone de réserve utilisable uniquement en période de déficit fourrager grave et uniquement par les bovins.

58- L’exploitation forestière a été l’une des activités les plus importantes de 1945 à 1962 ; au cours de cette période, la forêt de Day alimentait les villes de Tadjourah, Obock, Djibouti, Randa en bois de construction et en bois de feu. Son origine est liée au blocus de ce pays au cours de la Seconde Guerre mondiale ; l’arrêt de cette activité est liée à une décision gouvernementale en 1962. Depuis cette date nous observons plusieurs périodes au cours desquelles l’intensité de l’exploitation a pu varier. L’exploitation forestière clandestine a toujours existé ; depuis l’interdiction d’exploitation forestière, elle fut très importante vers la fin des années 1970, pour disparaître en 1982 et reprendre avec une grande intensité en 1985. Elle est assurée par des personnes étrangères à la région. L’exploitation traditionnelle faisait l’objet de règles strictes et prudentes. L’abattage d’arbres à des fins de construction était limité aux besoins du clan et nécessitait l’accord d’un conseil. L’émondage lui-même était soumis à des règles précises. Les besoins en bois de feu sont assurés par l’importante masse de bois mort liée à l’impact du volcanisme.

59- Les activités de cueillette concernent les végétaux à vocations médicinale, alimentaire, culturelle et domestique. L’intensité de l’exploitation est tout à fait raisonnable et ne présente aucun risque pour l’avenir du milieu dans les conditions d’exploitation actuelles.

60La collecte du miel présente toutefois quelques problèmes en raison de l’absence d’un système de gestion et d’une forte intensité de prélèvement. Elle est aussi souvent à l’origine d’incendies en zone forestière. Les possibilités de gestion et de développement sont cependant réelles et prometteuses. Le potentiel apicole est cependant très dégradé.

61- Le tourisme est une activité qui prend de plus en plus d’importance en raison de l’amélioration des voies d’accès ; l’absence de structure d’accueil et d’encadrement des touristes génère un déséquilibre important tant sur la faune que sur le maintien des structures de végétation.

62- L’impact des activités humaines sur l'écosystème : Les modifications récentes des systèmes de gestion conduisent à une série de modifications significatives dans le fonctionnement, la composition, la dynamique et l’évolution de la forêt de Day.

63- La pression pastorale actuelle est à l’origine de la plupart de ces perturbations : le pâturage intense et permanent inhibe la régénération des espèces herbacées de grande qualité fourragère (Setaria spp., Panicum coloration...) ; la composition de la flore herbacée se trouve aujourd’hui profondément modifiée et appauvrie (fig. 6). Les structures de végétation sont elles aussi soumises à une dégradation significative (fig. 7) avec la disparition des strates muscinales et buissonnantes, une modification de la strate herbacée au niveau de sa structure et de son recouvrement qui induit des modifications microclimatiques importantes.

Figure 6 : Analyse factorielle des correspondances réalisée sur des relevés phytosociologiques situés en zone de défens (ZD) et en zone pâturée (ZP). Les modifications phytosociologiques sont évidentes, les espèces communes sont peu nombreuses. On note une absence des espèces fortement appétées dans la zone pâturée, où au contraire les espèces rudérales, nitrophiles et xérophiles sont abondantes.

64Les conséquences au niveau des conditions climatiques et sur l’équilibre hydrique du milieu sont déterminantes. L’équilibre hydrique est gravement perturbé tant au niveau de l’alimentation en eau que des mécanismes de régulation, d’évaporation et de stockage. L’absence de végétation herbacée au cours des pluies génère une diminution de la pénétration de l’eau dans le sol, une augmentation du ruissellement avec une érosion intense). Les précipitations néphéléniques se trouvent réduites sous l’influence de la diminution du recouvrement des strates ligneuses.

65L’évaporation de l’eau stockée dans le sol est considérablement accrue en raison de l'absence ou de la réduction significative des strates herbacées. La diminution des ressources en eau induit plusieurs conséquences principales :

  • Un affaiblissement des populations d’espèces végétales constituant les strates ligneuses (en particulier du genévrier). Sous l’effet d'une insuffisance de leur alimentation en eau, la pression de sève est réduite, ce qui favorise l’installation d’un champignon parasite (Armillaria sp.).
  • Une mortalité parmi ces espèces ligneuses, liée directement à ce déficit hydrique trop importante
  • Cette mortalité contribue elle aussi à une diminution du recouvrement ligneux et indirectement à une diminution de l’apport des précipitations néphéléniques (disparition du genévrier qui joue le rôle principal de capteur hydrique).
  • La régénération des espèces ligneuses est bloquée sous l’effet de l’insuffisance des ressources hydriques.
  • L’appauvrissement floristique conduit à une diminution de la productivité fourragère et en conséquence à une augmentation de la pression pastorale.

Figure 7 : Incidence de l'action anthropique sur les structures de la végétation herbacée sous couvert forestier.

66Le potentiel génétique est lui aussi fortement dégradé dans la mesure où l’écosystème forestier de Day représente plus de 40 % du patrimoine biologique national de la République de Djibouti.

VII. ORIGINE ET ÉVOLUTION DE LA FORÊT DE DAY

67L’installation des forêts à Juniperus procera sur la Corne de l’Afrique orientale est directement liée à l’évolution de l’aire de distribution du genre Juniperus de la Méditerranée orientale vers l’Afrique. La période durant laquelle a eu lieu cette extension est encore imprécise : nous pouvons cependant la situer entre 12 et 20 Ma BP (BLOT, 1991).

68Si l’on tient compte des exigences écologiques du genre et de l’espèce concernée, mais aussi des conditions tectoniques, orographiques et climatiques, le développement de ces systèmes forestiers semble bien correspondre à cette période. Dans le cas de la forêt de Day, son origine est beaucoup plus récente. Elle est issue d’un lambeau forestier autrefois rattaché au massif Ethiopien dans la région de Ali-Sabieh. Au cours de l’ouverture du Golfe d’Aden-mer Rouge, à 9 Ma, le massif montagneux de Goda n’existait pas ; Mabla était quant à lui rattaché à l’ensemble de Ali-Sabieh au sud de la République de Djibouti et sur lequel persiste encore des vestiges forestiers (Buxus hildebrandtiï). C’est vers 3 Ma que le bloc de Mabla arrive dans sa position actuelle après avoir dérivé vers l’est lors de l’océanisation de la mer Rouge.

Figure 8 : Evolution des forêts à Juniperus procera sur la corne de l’Afrique au cours du Plio-Pléistocène (d’après BONNEFILLE, 1979, GASSE et al., 1978/1979 ; BLOT, 1991).

Photo 5 : Un juniperus procera témoin de l’éruption volcanique de 1862 : le sommet de la couronne est mort à cette même période.

69Ainsi, compte tenu de ces considérations tectoniques, de la cinématique des éléments considérés, des liens biogéographiques existant entre les systèmes forestiers actuels de l’Arabie, de Day et du nord Somali, il est raisonnable de penser que la forêt de Day est issue d’un massif beaucoup plus vaste et couvrait l’ensemble des systèmes montagnards de cette région.

70La forêt de Mabla dont il ne reste aujourd’hui que quelques lambeaux aurait alors eu une phase d’extension importante sur l’ensemble Goda-Mabla à l,2 Ma BP, après la mise en place définitive de la chaîne montagneuse de Goda et le soulèvement des basaltes initiaux du Golfe de Tadjourah. La forêt de Day correspond donc au prolongement du massif forestier de Mabla aujourd’hui à l’état de relique.

71- Paléoévolution du massif forestier : L’évolution des forêts à Juniperus procera de la corne orientale d’Afrique au cours du Plio-Pléistocène est soumise à une série de phases d’extension et de régression significatives (fig. 8), (BONNEFILLE, 1975 ; GASSE, 1977, 1979 ; BLOT, 1991). La période d’extension maximale semble correspondre à la période de 2,04 à 2,9 Ma BP, mais aussi entre 70 000 et 80 000 ans BP. En ce qui concerne la forêt de Day, son évolution à cette période correspond vraisemblablement à celle observée sur les autres massifs, mais ceci reste encore à vérifier.

72- Evolution de la forêt de Day au cours des périodes quaternaire et holocène : Depuis la période quaternaire, nous observons une relative stabilité de la composition floristique, avec cependant la disparition de deux espèces caractéristiques de conditions beaucoup plus humides que celles observées aujourd’hui (Hagenia abyss inica, Shefflera abyssinica). L’évolution climatique est en bonne corrélation avec les résultats de GASSE (1977), avec une aridification importante vers 6 000 ans BP ; cette phase est apparemment beaucoup plus sèche que celle que nous connaissons actuellement. Deux périodes climatiquement favorables à une extension du massif forestier sont à noter à 4 000 BP et 9 000 ans BP. L’ouverture du milieu n’est pas toujours en corrélation avec la situation climatique des périodes considérées ; ceci semble s’expliquer par une présence humaine toujours forte. Les activités agricoles sont caractérisées par la présence de pollens de graminées pouvant correspondre à des espèces de culture ou de protoculture. Depuis 2 000 ans BP, la pression anthropique est en augmentation constante.

73- Evolution au cours de l’Actuel : La compréhension des mécanismes de l’évolution au cours de cette période est précieuse pour expliquer la situation actuelle des écocomplexes. Aussi nous sommes nous concentré sur l'étude de la période correspondant aux 2 000 dernières années et plus particulièrement au cours du dernier siècle. Nos résultats doivent nous permettre de comprendre les mécanismes de dégradation de l’écosystème, de mieux en évaluer son avenir, son degré d’adaptation aux contraintes écologiques actuelles et de définir les capacités de restauration de ces systèmes forestiers montagnards.

Figure 9 : Evolution de l’écocomplexe de Day au cours des 12 000 ans BP (datation relative) d’après l’étude palynologique.

Figure 10 : Courbes densitométriques de trois Juniperus procera. On notera la décroissance de la courbe 1862 jusqu’à la mort de l’arbre.

74Ces travaux sont réalisés sur la base d’une étude palynologique dont les niveaux les plus anciens sont évalués par corrélation avec les résultats obtenus par CASSE (1977) à 12 000 ans BP. Une étude dendrochronologique permet une évaluation de l’évolution au cours des 500 dernières années. Les documents historiques (photographies aériennes...) et nos relevés de terrain nous permettent d’appréhender l’étude des mécanismes évolutifs au cours des dernières décennies.

75Dans des conditions climatiques très proches de celles connues aujourd’hui, parfois même plus défavorables, l’écosystème forestier se maintient dans des conditions très satisfaisantes au début de cette période (fig. 9). La fin de cette dernière est caractérisée par une modification brutale de la situation et correspond au début d’une phase de régression importante qui se poursuit aujourd’hui. Plusieurs éléments témoignent de cette situation :

  • une concentration de l'activité humaine sur le massif forestier ;
  • une modification des courbes de densité du bois des échantillons de Juniperus procera (fig. 10) dès l’année 1862 ;
  • la régression spatiale brutale du massif forestier mise en évidence grâce à la présence de vestiges forestiers utilisés comme indicateurs (fig. 11). En effet nous avons défini les conditions écologiques de la régénération de Buxus hildebrandtii ; cette régénération n’est possible que dans le cas de la présence d’un microclimat forestier normalement structuré et non dégradé. Les classes d’âges des populations de cette espèce sur les secteurs déforestés sont déséquilibrées, une classe très importante correspondant aux individus âgés de 95 à 120 ans (82 %), une seconde (18 %) à des individus plus âgés. Aucun individu jeune n’est observé. Ceci témoigne d’une régression brutale du massif forestier sur de grands espaces évalués à l’aide de la cartographie des vestiges forestiers constitués par Buxus hildebrandtii.

76L’origine de cette régression brutale est liée à un phénomène d’origine volcanique (photos 5 et 6). L’observation des niveaux du sol dans certains secteurs met en évidence l’existence d’un niveau de cendres volcaniques à faible profondeur et daté à la période actuelle par corrélation palynologique. La recherche d’indicateurs chimiques dans le bois tend également à confirmer cette hypothèse : la teneur en soufre dans le bois est élevée et inexistante dans le sol. L’origine de cet élément est donc sans doute atmosphérique. Enfin notre recherche bibliographique nous a conduit vers une éruption volcanique survenue en 1862 à 300 km au nord de Day, dans le Djebel Dubbeh (N : 13°5’, E : 41°8’) (GOUIN, 1981). Compte tenu de l’importance de ce volcan et des observations réalisées dans la région il est vraisemblable que ce phénomène soit à l’origine de la plus importante phase de régression de la forêt de Day, mais aussi de celles de l’Arabie, du Yémen, du nord Somali. La mortalité importante des genévriers sur le Day date de cette époque si l’on en croit nos résultats dendrochronologiques.

Figure 11 : Répartition des vestiges forestiers sur l’ensemble de la chaîne montagneuse Goda-Mabla. Cette répartition correspond à l’aire occupée par la forêt à Juniperus procera avant l’éruption volcanique.

77- Evolution de 1950 à 1988 : Les évolutions spatiale et structurelle de la forêt ont eu sans aucun doute des conséquences au niveau microclimatique (assèchement). Elles ont été déterminantes pour la survie du massif forestier. La régression spatiale a entraîné une diminution significative de la productivité de l’écosystème et a induit un concentration des populations humaines sur les surfaces restantes. L'impact de ces modifications de gestion a pu être étudié grâce à l’existence de documents (photographies aériennes) datant de 1949 et à nos travaux de terrain.

78Ceci nous permet de définir une seconde phase de régression qui est cette fois d’origine anthropique. Au début des années 1950, la densité de population était quinze fois inférieure à celle que l’on connaît aujourd'hui. Cette évolution est expliquée par une dynamique positive des populations mais aussi par un apport extérieur ayant deux origines : des populations de la même tribu, mais fixées en d’autres lieux (Dikil, Gaggadé) se sont déplacées vers Day ; des populations de réfugiés en provenance d’Ethiopie sont arrivées et représentent aujourd'hui jusqu’à 37 % de la population des villages.

79La modification des structures sociales, les apports extérieurs ont eux aussi contribué fortement à une modification de l’utilisation des troupeaux et des systèmes de gestion pastoraux (fig. 5). La surcharge en bétail observée aujourd’hui amplifie ce phénomène de déséquilibre et conduit à un éclatement des systèmes tout en précipitant le système de production vers une dégradation irrémédiable d’ici quelques années.

80L’évolution spatiale des structures forestières en témoigne (fig. 12), de même que l’arrêt de la régénération des espèces ligneuses forestières dans les secteurs non protégés. L’évolution de la composition floristique est elle aussi profondément modifiée : les espèces de haute valeur fourragère ont fortement régressé ou même disparu. Les possibilités d’intervention pour une redynamisation de l’écosystème demeurent toutefois encore réelles, en raison d’une motivation certaine de la population. Dans les régions voisines, la surexploitation des milieux n’est pas la seule cause de régression ; il faut ajouter à cela l’effet des guerres, notamment dans le nord de l’Ethiopie où des massifs forestiers entiers ont été détruits.

81- Perspectives évolutives : Les approches phytosociologiques qualitatives et quantitatives conjuguées aux résultats obtenus lors de l’étude du potentiel séminal et de l’évolution du milieu autorisent la réalisation d’un diagnostic écologique global caractérisé par une régression générale du milieu forestier sous l’influence de facteurs de diverses origines et qui interagissent à des degrés divers. L’homme ne représente l’acteur principal que dans la phase de régression actuelle.

82L’évaluation de la situation globale de l’écosystème nous autorise aujourd’hui à envisager l’avenir de ce milieu de façon concrète. Les possibilités de restauration de cet écosystème sont techniquement réelles ; le seul obstacle actuel pourrait éventuellement être d’origine politique. Une redynamisation du milieu nécessite une série d’interventions à des degrés divers :

  • Mettre en place un système de gestion pastoral conforme aux contraintes traditionnelles et adapté aux exigences actuelles (fig. 13).
  • Pour cela, une diversification des activités humaines est indispensable : elle doit comprendre une commercialisation du bétail assurant un certain revenu aux familles concernées, un développement de l’apiculture dont nos premiers essais ont été concluants, une réorganisation du tourisme avec la mise en place de structures d'accueil, la formation de guides locaux et le respect d’un réseau de circuits de randonnée.
  • Créer des zones de production de bois de feu afin de limiter l’exploitation du massif forestier au cours de sa phase de restauration.
  • Mettre en place des zones de réserves destinées à jouer le rôle de réservoirs génétiques et de centre de dispersion des espèces végétales vers les milieux les plus dégradés.
  • Favoriser le reboisement naturel ou maîtrisé au sein du massif forestier actuel, mais en respectant une densité suffisamment faible pour conserver une végétation herbacée de densité et de composition intéressante pour assurer une productivité fourragère et maintenir un bilan hydrique positif.
  • Sur les lisières forestières ouest et nord, mettre en place un système de reboisement visant à la création d’une forêt de protection composée d’essences autochtones (Terminalia brownii, Acacia etbaica,...).
  • La reforestation avec les espèces forestières originelles sur les espaces dégradés demeure possible grâce à l’élaboration d’une technique de captage des nuages de contact qui permet de compenser l'absence de végétation ligneuse (BLOT, 1991).

CONCLUSION

83Ces travaux nous conduisent à une série de remarques concernant d’une part les aspects méthodologiques et d’autre part les aspects plus concrets liés aux actions à mener pour assurer une conservation de ces systèmes tout en assurant à la population humaine un développement durable. Nous pouvons en effet définir une stratégie de recherche qui puisse nous permettre de réaliser une étude suffisamment approfondie en un temps limité grâce à l’utilisation d’une palette d’éléments enregistreurs eux-mêmes traités par des moyens diversifiés. La nécessité de mettre en évidence des corrélations entre plusieurs méthodes d’analyses est nécessaire pour assurer un minimum de fiabilité à nos résultats.

Photo 6 : Les vestiges forestiers constitués par Buxus hildebrandtii sur l’ensemble de l’aire déforestée au cours des années qui ont suivies l’éruption.

Figure 12A : Evolution de la densité et de la répartition spatiale du couvert forestier sur les plateaux de Garab et de l’Adonta de 1949 à 1984.

Figure 12B : Situation de la densité du couvert forestier en 1988.

Figure 13 : Plan d’aménagement élaboré en 1984 pour la restauration du système forestier et le développement des activités humaines sur l’unité pastorale Fadihité.

84La connaissance de la paléoévolution des milieux, de l’évolution actuelle, de l’origine, des mécanismes de fonctionnement, de la dynamique des écocomplexes sont autant d’éléments indispensables pour une bonne compréhension de la situation des milieux et surtout pour l’élaboration d’une stratégie de gestion et de développement durable qui puissent assurer une conservation des milieux et de la biodiversité sans aucune contradiction avec la recherche d’un épanouissement et d’un mieux être de l'homme.

85Toutefois, il nous faut également souligner la spécificité de ces milieux tant au niveau de leur fonctionnement que de leur composition, leur dynamique, leur évolution. Ceci nous conduit à émettre quelques réserves quant à l’utilisation de ces résultats sur d’autres massifs apparemment comparables, que ce soit sur l’ensemble du Rift est-Africain ou sur la péninsule Arabique. Notre expérience démontre en effet que ces milieux sont sujets à de grandes variabilités géographiques à tous les niveaux.

86En ce qui concerne la forêt de Day, des actions de développement et de conservation doivent être menées de front, et dans un délai aussi rapide que possible si l’on souhaite le maintien de ces ressources. Nous savons que l’évolution régressive qui la caractérise s’accélère d’année en année et que, à ce rythme, le potentiel biologique encore disponible risque d’être très rapidement insuffisant pour mener à bien cette opération. La conservation des réservoirs biologiques doit être réalisée de toute urgence.

87Seules des actions de développement et de diversification des activités humaines sont capables d’inverser le sens de l’évolution. Toutefois à ce stade de dégradation une action humaine directe sur le milieu est indispensable à sa restauration.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

BLOT J. - 1982 - Contribution à l’étude pour la restauration de la forêt de Day (Rép. de Djibouti). ISERST, Djibouti, 168 p.

BLOT J. - 1983 - Etude et restauration de la forêt de Day :m Compte rendu d’activités, ISERST, Djibouti. 490 p.

BLOT J. - 1985 - Contribution à la connaissance de la biologie, de l’écologie de Francolinus ochropectus. Dorst et Jouanin. Alauda, 53(4), p. 244-256.

BLOT J. - 1986 - Typologie de la végétation de la république de Djibouti. Iserst, Djibouti, 65 p.

BLOT J. - 1986 - Inventaire et écologie de l’avifaune en république de Djibouti, Iserst, Djibouti, 86 p.

BLOT J. - 1986 - Approche du phénomène de désertification en république de Djibouti : aspects climatiques, phytogéographiques et humains. DEA, Univ. Bordeaux III, 354 p.

BLOT J. - 1991 - Bilan écologique des forêts à Juniperus procera Hochst. ex Endl. de la corne orientale d’Afrique et de la péninsule Arabique. Thèse de l’univ. de Bordeaux III, Sci.Nat., 247 p.

BONNEFILLE. R. - 1979 - Palynologie et reconstitutions paléoclimatiques au Cénozoïque dans le rift est-africain. Bull. Soc. Géol. de Fr. (7), 21/23, p. 109-120.

GASSE F. et DELEBRIAS G. - 1976 - Les lacs de l’Afar central (Ethiopie et T.F.A.I.) au Pléistocène supérieur. In "Paleolimnology of lake Biwa and the japanese pleistocène", S. Horie ed., Kyoto, 4, p. 529-575.

GASSE F. et STREET A. - 1978 - Late quaternary lake level and environments of the Northern Rift Valley and Afar region. Paleogeogr., Palaeoclimatol., Palaeoecol, 24, p. 279-325.

CASSE F. et TEKAIA F. - 1979 - La paléoécologie des diatomées : Evolution des lacs de l’Afar central. Cah. annal, don., vol.4, 1, p. 81-94.

GAULIER, J.-M. - 1990 - De l’extension intracontinentale à l’accrétion océanique : Géodynamique de la mer Rouge. Thèse, Univ. P. et M Curie, Paris, 366 p.

GOUIN - 1979 - Earthquake history of Ethiopia and the horn of Africa. IDRC éd. 118 E, Ottawa, 259 p.

ROUGEOT - 1973 - Lépidoptères Attacidae nouveaux ou peu connus du Territoire Français des Afars et des Issas. Bull. Mus. Natn. Hist. Nat., Paris, 78, p. 209-213.

List of illustrations

Caption Figure 1 : Localisation de la forêt de Day en République de Djibouti.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-1.jpg
File image/jpeg, 173k
Caption Photo 1 : Vue générale de la forêt de Day en 1983 : on distingue très nettement le relief abrupt creusé dans les basaltes du Dalha.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-2.jpg
File image/jpeg, 427k
Caption Figure 2 : Discrimination des populations de Juniperus procera en provenance de Addis Abeba, de Day et de l’Asir en Arabie par analyse factorielle discriminante (plan 1/2).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-3.jpg
File image/jpeg, 115k
Caption Photo 2 : Vue de la structure de végétation représentative des secteurs les moins dégradés.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-4.jpg
File image/jpeg, 261k
Caption Photo 3 : La vallée de Goh envahie par les masses nuageuses qui contribuent de façon importante à l’apport hydrique.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-5.jpg
File image/jpeg, 145k
Caption Figure 3 : Cartographie des unités pastorales sur l’aire d’étude.1. Barga2. Ballaouta3. Eglala4. Eideyto5. Dermila6. Seyka7. Gundusa8. Adali9. Fadihité/Askamilola10. Fadihité11. Asoba12. Kaboba13. Askamilola14. Aysemite15. Maafota16. Maafa17. Adali
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-6.jpg
File image/jpeg, 583k
Caption Figure 4 : Répartition des territoires secondaires et des axes de transhumance (flèches)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-7.jpg
File image/jpeg, 116k
Caption Photo 4 : Deux des principaux capteurs hydriques : Juniperus procera et Usnea sp. Nous remarquons la formation de gouttelettes sur les feuilles.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-8.jpg
File image/jpeg, 190k
Caption Figure 5 : Evolution des systèmes de gestion pastorales sur le territoire de la tribu Fadihité. 01 : Répartition des pâturages avant 1982. 02 : Répartition en 1984. A : Pâturages réservés pour les ânes et dromadaires. B : Pâturages réservés aux Bovins. C : Pâturages réservés aux caprins et ovins. B x C : Zone mixte ovins, caprins & bovins, mais prioritaire pour ces derniers. R : Zone de réserve utilisable uniquement en période de déficit fourrager grave et uniquement par les bovins.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-9.jpg
File image/jpeg, 571k
Caption Figure 6 : Analyse factorielle des correspondances réalisée sur des relevés phytosociologiques situés en zone de défens (ZD) et en zone pâturée (ZP). Les modifications phytosociologiques sont évidentes, les espèces communes sont peu nombreuses. On note une absence des espèces fortement appétées dans la zone pâturée, où au contraire les espèces rudérales, nitrophiles et xérophiles sont abondantes.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-10.jpg
File image/jpeg, 104k
Caption Figure 7 : Incidence de l'action anthropique sur les structures de la végétation herbacée sous couvert forestier.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-11.jpg
File image/jpeg, 62k
Caption Figure 8 : Evolution des forêts à Juniperus procera sur la corne de l’Afrique au cours du Plio-Pléistocène (d’après BONNEFILLE, 1979, GASSE et al., 1978/1979 ; BLOT, 1991).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-12.jpg
File image/jpeg, 298k
Caption Photo 5 : Un juniperus procera témoin de l’éruption volcanique de 1862 : le sommet de la couronne est mort à cette même période.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-13.jpg
File image/jpeg, 202k
Caption Figure 9 : Evolution de l’écocomplexe de Day au cours des 12 000 ans BP (datation relative) d’après l’étude palynologique.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-14.jpg
File image/jpeg, 273k
Caption Figure 10 : Courbes densitométriques de trois Juniperus procera. On notera la décroissance de la courbe 1862 jusqu’à la mort de l’arbre.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-15.jpg
File image/jpeg, 155k
Caption Figure 11 : Répartition des vestiges forestiers sur l’ensemble de la chaîne montagneuse Goda-Mabla. Cette répartition correspond à l’aire occupée par la forêt à Juniperus procera avant l’éruption volcanique.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-16.jpg
File image/jpeg, 231k
Caption Photo 6 : Les vestiges forestiers constitués par Buxus hildebrandtii sur l’ensemble de l’aire déforestée au cours des années qui ont suivies l’éruption.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-17.jpg
File image/jpeg, 394k
Caption Figure 12A : Evolution de la densité et de la répartition spatiale du couvert forestier sur les plateaux de Garab et de l’Adonta de 1949 à 1984.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-18.jpg
File image/jpeg, 513k
Caption Figure 12B : Situation de la densité du couvert forestier en 1988.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-19.jpg
File image/jpeg, 471k
Caption Figure 13 : Plan d’aménagement élaboré en 1984 pour la restauration du système forestier et le développement des activités humaines sur l’unité pastorale Fadihité.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10577/img-20.jpg
File image/jpeg, 664k

Author

Centre d’Etudes de Géographie Tropicale/CNRS Domaine universitaire de Bordeaux, Talence

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Terms of use: http://www.openedition.org/6540