Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux montagnards

L’enregistrement glaciaire sur les hauts volcans tropicaux

L’exemple de la Sierra Nevada (Mexique)

Jean-Noël Salomon

Résumé

A l’est de Mexico, la Sierra Nevada sépare les bassins de Puebla et de Mexico. Cette chaîne, qui fait partie de la ceinture volcanique trans-mexicaine, culmine au célèbre Popocatepetl (5 452 m). Trois séries volcaniques et cinq épisodes glaciaires sont les évènements majeurs qui ont marqué la Sierra. Les principales morphologies sont liées à la lithologie (cendres tendres ou laves dures) et aux événements climatiques (marqués par l’altitude).

Al Este de México, la Sierra Nevada separa las cuencas de Puebla y de México. Esta montaña pertenece a la cintura volcánica trans-mejicana y culmina en el famoso Popocatepetl (5 452 m). Tres series volcánicas y cinco episodos glaciares son los acontecimientos mayores que han marcado la Sierra. Las principales morfologías están ligadas a la litología (cenizas blandas o lavas resistentes) y a los sucesos climâticos (marcados por la altitud).

To the East of Mexico, the Sierra Nevada separates the basins of Puebla and Mexico. This chain, which forms part of the trans-Mexican volcanic belt, culminates in the famous Popocatepetl (5452 m). Three volcanic series and five glacial episodes are the major events that have marked the Sierra. The major morphologies are linked to lithology (soft ash or hard lava) and to climatic events (marked by the altitude).

Entrées d'index

Géographique :

Mexique

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les hauts volcans tropicaux constituent un domaine original et privilégié pour étudier les variations climatiques au cours du Pléistocène récent et moyen dans un domaine latitudinal où le refroidissement lié aux glaciations a été nettement moindre que sous les moyennes latitudes. Les secteurs clés, rares, sont situés en Afrique orientale (Kilimandjaro, Mt. Kenya, etc.), en Nouvelle-Guinée, au Mexique et dans les Andes (Pérou, Equateur). Ces hautes montagnes volcaniques ont enregistré les épisodes glaciaires, mais également les coulées qui ont fossilisé les anciens dépôts glaciaires. Ce calage volcanique permet de dater ces formations par la méthode potassium/argon.

2Au Mexique, l’Iztaccihuatl (5 286 m) ou “La Femme endormie”, et le Popocatepetl (5 452 m) ou “La Montagne qui fume” sont les deux volcans majeurs et célèbres de la Sierra Nevada, chaîne volcanique qui sépare, sur près de 75 km de longueur, les bassins de Puebla à l’est et de Mexico à l’ouest (fig. 1 et 2). Cette sierra, très touristique en raison de la proximité de la capitale mexicaine, présente le grand intérêt d’avoir été régulièrement englacée et d’avoir maintenu une activité volcanique intermittente depuis le Miocène jusqu’à la période historique.

Figure 1 : Croquis de localisation de la Sierra Nevada.

3D’après les sources historiques, la première ascension du Popocatepetl eut lieu en 1448 à l’instigation de Moctezuma llhuicamina qui ordonna à dix de ses guerriers de gravir la montagne ; ils y parvinrent mais pris dans une tempête au retour, seuls deux d’entre-eux en réchappèrent. Il faut attendre la fin du 19ème siècle pour que les premiers scientifiques (mexicains, américains et européens) escaladent ces sommets et décrivent les paysages, la topographie et fournissent les premiers rudiments de la géologie. Mais ce n’est que dans les années 1950 qu’apparaissent les premières études scientifiques, avec levés de cartes et prises d’échantillons (travaux de WHITE et LORENZO). Depuis de nombreuses données scientifiques ont été recueillies et comparées avec d’autres travaux similaires menés sur les autres grands volcans mexicains (travaux de HEINE notamment).

4Pour avoir souvent fréquenté cette sierra au début des années 1970, nous sommes en mesure d’en brosser les grands traits à partir d’observations effectuées à cette époque. L’intérêt de ce secteur réside dans l’interpénétration de matériaux d’origine tantôt glaciaire, tantôt volcanique, ce qui permet d’obtenir une chronologie assez précise de l’évolution régionale, que l’on peut encore affiner par comparaison avec les résultats obtenus sur les autres volcans mexicains ayant subi les empreintes glaciaires, comme nous avons pu le constater : Nevado de Colima, Nevado de Toluca, Ajusco, Malinche Cofre de Perote et le Citlaltepetl (5 675 m) point culminant du pays.

I. LA MISE EN PLACE ET LE DÉVELOPPEMENT VOLCANIQUES

5A l’extrême sud des Hauts Plateaux centraux mexicains se situe une zone de grandes fractures (fracture de Clarion, fracture de San Andres), orientée E-W, hérissée de volcans. Très élevés ils ont formé la Sierra Nevada, chaîne d’axe nord-sud barrant l’extrémité orientale du Bassin de Mexico. La Sierra Nevada fait partie de la ceinture volcanique trans-mexicaine qui prend en écharpe tout le Mexique Central. Le volcanisme est lié à la subduction de la plaque des Cocos qui plonge sous la plaque Nord-américaine et la plaque Caraïbe, au voisinage de la fosse d’Amérique Centrale, au large des côtes du Mexique. Ce volcanisme présente des caractéristiques, comme le décalage entre la ceinture volcanique guatémaltèque et la ceinture trans-mexicaine, qui indiquent que la tectonique n’est pas simple.

6La Sierra Nevada possède deux grands volcans, d’activité récente semble-t-il, l’Iztaccihuatl au nord et le Popocatepetl au sud, séparés par le célèbre Paso de Cortès. Au nord du col de Rio Frio (qu’emprunte l’autoroute Mexico-Puebla), le Cerro Tlaloc (4 550 m) apparaît comme un bastion secondaire foresté, par lequel s’achève la Sierra.

7Au niveau de l’Iztaccihuatl, qui est l’édifice le plus ancien, très schématiquement trois séries volcaniques peuvent être retenues depuis la première mise en place, que les volcanologues situent à l’Oligocène supérieur-Miocène :

  • La série dite de Xochitepec (Tertiaire moyen), composée pour l’essentiel de trachy-andésites de couleur claire ;
  • La série andésitique de l’Iztaccihuatl (Pléistocène), qui constitue la masse principale du volcan. Elle atteint une épaisseur considérable, supérieure à 2 700 m. Les roches, issues de coulées abondantes, sont généralement sombres : café à gris-obscur ;
  • La série basaltique de Chichinautzin, qui se compose de cônes cinéritiques et de dômes effusifs ainsi que de l’énorme strato-volcan qu’est le Popocatepetl (rapporté au Pléistocène supérieur).

8L’activité volcanique menace toujours : en 1519 une éruption du Popocatepetl est observée de près par Diego de Ordaz, un capitaine de Cortès (ce qui lui valut d’être anobli) ; en 1921 des aventuriers voulurent exploiter le soufre du cratère et utilisèrent malencontreusement de la dynamite provoquant un petite éruption qui les pulvérisa. Le petit cratère emboîté que l’on observe au fond du grand cratère du volcan date de cet évènement historique et unique : une éruption provoquée par l’homme. Aujourd’hui le cratère du Popocatepetl émet toujours de nombreuses fumerolles à forte odeur de soufre ce qui rend souvent délicate l’ascension. Sur le flanc sud du barranco d’Ayoloco qui ravine le versant occidental de l’Iztaccihuatl subsistent cinq sources d’eaux chaudes provenant de fissures profondes.

9Si l’on recense les nombreux tremblements de terre récents de la région et les autres historiques proches (Paricutin, 1948 ; El Chichon, 1982), on doit admettre que les risques d’une reprise d’activité sont réels.

10Les trois séries volcaniques évoquées ci-dessus ont été séparées par des périodes érosives dont chacune peut être associée à un cortège de sédiments volcano-détritiques, transportés par gravité et par les eaux de ruissellement sur les flancs des volcans. Ce sont des accumulations relativement homogènes soit au contraire des mélanges inextricables. On y trouve surtout d’épais dépôts fluviaux et pyroclastiques, des granules grossiers, des brèches de pente ou d’avalanches, des conglomérats volcaniques et des produits soliflués. L’épaisseur atteinte par ces dépôts peut être très grande puisque dans les coupures offertes par les barrancos les tranches dépassent 70 à 130 m ! Par ailleurs l’altitude étant très élevée et les précipitations relativement abondantes, les volcans ont connu plusieurs glaciations au cours du Quaternaire dont on relève parfaitement les traces ; ainsi l’étude de la dernière série volcanique présente un grand intérêt dans la mesure où elle permet de reconnaître une séquence volcanique et glaciaire.

11Les flancs occidentaux de l’Iztaccihuatl sont particulièrement ilustratifs ; on y reconnaît :

  • les andésites porphyriques gris-obscur du volcan Xaltepec, qui domine de 300 m le flanc de l'Iztaccihuatl, tranché par le Valle Tonicoxo ;
  • les andésites porphyriques gris-café de la coulée de lave issue du Mont Teyotl (4 630 m) et surmonté à son extrémité sud par un dépôt morainique de l’épisode Hueyatlaco I (cf. infra) ;
  • une coulée de lave postérieure (andésite) de 100 à 150 m d’épaisseur, sortie du flanc nord du Teyotl sur les moraines (vers 4 000 m) de l’épisode Hueyatlaco I, et qui fut à son tour striée et polie par un glacier qui s’écoulait vers le NW ;
  • puis vient un épanchement de basalte noir, plongeant en toutes directions à partir du “Pecho” (point culminant de l’Iztaccihuatl) et dont on retrouve les fragments dans les moraines de l’épisode Ayoloco en têtes de barrancos (à plus de 4 500 m).

12Finalement, en tenant compte des épisodes glaciaires (cf. infra), il est possible d’établir la chronologie suivante (fig. 5 et WHITE, 1986) :

  • un épisode d’accumulation de moraines (Nexcoalango, le plus ancien, puis Hueyatlaco I et II) ;
  • une période de dépôts de lapilli et de cendres anciennes ;
  • un épisode d’accumulation morainique (Milpulco, bien marqué à l’ouest des “Pies”) ;
  • une nouvelle période d’accumulation de cendres (jeunes) ;
  • enfin, l'épisode d’accumulation morainique, net mais peu développé d’Ayoloco.

II. APERÇU DES DONNÉES CLIMATIQUES

13Faute de mesures suivies, les données relatives au climat de la Sierra Nevada sont extrêmement fragmentaires. On sait que Mexico (situé à 2 235 - 2 260 m) et Puebla (située à 2 150 m) connaissent un climat “tempéré” de Meseta, c’est-à-dire avec des hivers secs et des étés relativement frais. Les précipitations qui tombent à Mexico sont de l’ordre de 600-700 mm et celles de Puebla un peu supérieures : 700-900 mm. On peut raisonnablement estimer que l’influence de ce climat perdure jusque vers 2 500 m ; en effet à San Rafaël les précipitations sont de l’ordre de 930 mm en moyenne.

Figure 2 : Les volcans de la Sierra Nevada. (A) Le Popocatepetl et ses glaciers. A. Glacier du Ventorillo. B. Glacier Nord. C. Glacier Nord-Ouest.
(B) L’Iztaccihuatl.

Photo 1 : Le Popocatepetl vu du flanc sud de l'Iztaccihuatl. La zone englacée apparaît dès 4 800 m. Entre les deux volcans, le Paso de Cortès.

14Au-dessus de 2 500 m et jusqu’à 4 000 m, on passe progressivement à un climat “tempéré” beaucoup plus humide, sans véritable saison sèche. Les précipitations, liées en partie aux effets orographiques, sont comprises entre 1 300 et 1 400 mm. Ces pluies peuvent tomber à n’importe quel moment de l’année. Les températures, en raison de l’altitude croissante, sont plus fraîches. Le maximum enregistré ne dépasse pas 20° C (en mai) tandis que le minimum est négatif : -2 à-3° C (en février). Un tiers des jours de l’année connaît des gelées et celles-ci peuvent se produire à n’importe quel moment de l’année. Les vents dominants, très fréquents et assez forts à ces altitudes (notamment en été), viennent du Sud-Ouest. Tout ceci a de grandes incidences sur la végétation qui à ces altitudes prend un aspect carrément alpin.

15Les conifères dominent (pins et sapins), essentiellement sur les versants exposés au nord, car l’humidité et la fraîcheur y sont plus grandes. Au contraire, sur les adrets, les sols secs et la forte amplitude thermique diurne constituent des obstacles à la croissance des ligneux. On observe alors des pelouses jaunies de graminées.

16Au-dessus de 4 000 m l’indigence des observations ne permet guère de précisions. On sait que les précipitations se font désormais surtout sous forme de neige et que celle-ci peut tomber non seulement en hiver, mais aussi en été (juin, juillet, août). Le total pluviométrique décroît au-dessus de 4 000 m, mais on ne sait pas dans quelle mesure, faute d’observations. A ces hauteurs l’humidité relative est élevée et les nuages sont forts. La forêt de conifères cède la place à une pelouse d’herbacées rases qui cesse dès que l’on atteint les premières plaques de neige.

17Très grossièrement trois grandes familles de sols se partagent le domaine montagnard considéré : essentiellement des sols forestiers, podzoliques de couleur généralement claire (gris-pâle, jaune-clair), puis des sols et andosols de prairies alpines, hydromorphes, avec des argiles noires, plastiques et gluantes ; enfin des lithosols sur talus et éboulis. Tous ces sols apparaissent entièrement décalcifiés.

III. GÉOMORPHOLOGIE ET ENREGISTREMENT GLACIAIRE

18L’altitude de la Sierra Nevada étant très élevée, celle-ci a été fortement marquée par les processus glaciaires et périglaciaires, mais aussi par son origine volcanique.

A. Les modelés glaciaires et périglaciaires

1) les formes d’altitude (au-dessus de 4 700 m)

19Les hauts sommets des deux volcans sont très différents (fig. 2). Celui du Popocatepetl (5 452 m au Pico Mayor) est en fait un énorme cratère en chaudron (15 éruptions connues depuis 1370) aux bords verticaux vertigineux. Il est légèrement dissymétrique puisque ses lèvres orientales sont moins élevées (5 263 m à l’Espina del Diablo). Les sommets de l’Iztaccihuatl ne présentent pas de cratères notables : le sommet du Pecho (5 286 m) est vallonné et couvert selon la saison de champs de névés ou de petits pénitents ; la Cabeza (5 185 m) présente une simple dépression sommitale, presque entièrement colmatée de blocs éboulés et d’éclats de pierres gélifractées.

20Les glaciers actuels sont en contre-bas, toujours au-dessus de 4 400 m, mais n’occupent pas les sommets proprement dits. Ils nichent dans des “cirques” assez sommaires qui ont été surcreusés par les torrents naissant de la fonte des glaciers et de la fusion de la neige. Aujourd’hui seuls les “cirques” de l'Atzintli, d'Ayoloco et d’Ayolotepito conservent de petits glaciers. Les autres sont en partie comblés de sédiments pyroclastiques issus de éruptions du Pecho. Les glaciers actuels sont les reliques d’une ancienne petite calotte sommitale, le plus bas (celui d’Ayoloco) ne descendant guère en deçà de 4 700 m. Les glaciers sont toujours petits et sertis dans des échancrures taillées dans les falaises de lave sans jamais former de véritables cirques. Ce sont plutôt des niches accrochées, souvent en escaliers, qui découpent les têtes de vallée. L’ensemble couvre sans doute un peu plus de 12 km2 car une partie des glaciers est recouverte de décombres et il est difficile d’estimer la totalité de la glace.

21Sur le Popocatepetl (fig. 2 et 3) le glacier dessine une couronne dissymétrique, l’essentiel de la glace s’écoulant au-dessus et de part et d’autre du Ventorillo (un culot adventice) laissant voir à l’occasion d’énormes crevasses. En fait les parcours de terrain permettent de constater qu’il y a trois petits glaciers. Le glacier nord est le plus grand ; ses limites sont floues car il est recouvert en permanence de névés et de neige qui masquent la glace. Dans sa partie supérieure des rimayes sont visibles qui tranchent presque le rebord du cratère. Nous estimons que sa surface couvre environ 19 ha. Le glacier NW vient ensuite avec 9,5 ha. Enfin le petit glacier du Ventorillo ne couvre que 4,3 ha, mais descend jusque vers 4 700 m. On ne retrouve pas de traces de glaciation ancienne sur le volcan, soit que ces dernières aient été ensevelies sous l’énorme masse des éboulis issus des versants, soit (plus probablement) que l’érosion active les ait fait disparaître en totalité. Seules quelques traces sub-actuelles (Holocène) et actuelles (mineures) sont observables.

22La morphologie de ces différents petits glaciers est classique (crevasses, séracs, etc.), toutefois on note que le saupoudrage éolien permanent de cendres noires salit la glace et favorise la fusion. L’examen des photographies aériennes de la Sierra Nevada montre que les flancs occidentaux sont davantage concernés par les glaciers et la morphologie glaciaire ; il indique également que les versants orientaux furent aussi englacés. On ne connaît pas de lahars sur ces volcans alors qu’il en existe sur l’Orizaba.

23En aval des glaciers, les vallées ont des formes en auge caractéristiques, mais sont assez remblayées par les innombrables éboulis périglaciaires issus des versants et des falaises de lave. Les fonds moutonnés apparaissent rarement, par contre on peut observer de nombreuses stries et cannelures sur les parois des sections rocheuses ou des barres polies qui forment verrou. Dans plusieurs secteurs des blocs de 10 000 t et plus ont été arrachés aux parois. De nombreux vallons secondaires sont restés suspendus au-dessus des auges principales. Plus en aval encore le profil en long devient très irrégulier non seulement en raison des gradins liés aux différentes coulées de lave, mais aussi à cause de la discontinuité des placages morainiques. Sur les pentes des versants les plus raides se trouvent des amas de blocs, des couloirs d’avalanches, des coulées de solifluxion et de multiples éboulis. Dès que la taille des gélifracts diminue, des formes naines de sols striés apparaissent. Tout ceci indique que les processus périglaciaires actuels sont des plus actifs.

Figure 3 : Photo aérienne du Popocatepetl (5 450 m). On distingue successivement le cratère, les glaciers septentrionaux, les immenses épandages de cendres et la forêt de conifères entaillés de profonds barrancos. Les premiers champs cultivés apparaissent vers 2 600 m.

2) Les différentes moraines

24Pour des raisons de commodités (ampleur du domaine concerné, facilités d’approche et netteté des formes), nous n'analyserons que le versant centre-ouest de la Sierra Nevada, c’est-à-dire plus précisément le flanc occidental de l’Iztaccihuatl. Par la suite nous utiliserons la terminologie fondée sur l’étude des principales moraines des “Valles” de ce secteur (en espagnol “Valles” signifie vallées ou plaines allongées).

a. Les dépôts anciens

25La glaciation la plus ancienne (Pre-Wisconsin ?) est mal identifiée : on retrouve en effet des dépôts de type glaciaire assez bas sur le piémont de San Rafaël, mais en mélange avec des dépôts alluviaux plus anciens. Ce sont des sédiments toujours très grossiers, composés d’éclats anguleux et variés, incrustés dans une matrice indurée, sableuse et argileuse. L’ensemble qui est de couleur café-sombre à brun-rouge, est très altéré car le marteau de géologue l’entame avec facilité. Ces dépôts résiduels doivent leur conservation à leur résistance naturelle, au fait qu’ils sont restés dans des parties hautes à l’abri du ruissellement concentré et au fait qu’ils ont été recouverts de sédiments pyroclastiques protecteurs. De bonnes coupes existent qui permettent de bien les observer, notamment à 5 km à l'ΕΝΕ d’Amecameca dans la Canada de Los Diamantes, ou bien dans celle de San Rafaël, à 3 km à l’est de la papeterie. La texture de ces sédiments, leur consistance et leurs caractéristiques sédimentaires et lithologiques, incitent à penser qu’il s’agit de moraines de fond, mais d’autres études doivent être menées à bien pour confirmation. Dans une étude récente, WHITE (1986) rapporte cette glaciation (Stade de “San Rafaël) au Pre-Illinois (-300 000 ans) ; les glaces seraient descendues jusqu’à 500 m en-dessous de leur niveau actuel, le glacier aurait alors atteint une superficie de 150 km2

b. L’épisode de Nexcoalango

26Les dépôts de Nexcoalango occupent de vastes étendues sur les flancs de la Sierra Nevada (fig. 4). Ils apparaissent comme des restes très érodés de moraines terminales. Dans l’ensemble ce dépôt glaciaire se compose de blocs hétérogènes sub-anguleux pris dans une matrice de texture fine ou moyenne, très argileuse (jusqu’à 65 % d’argile). Ces matériaux sont altérés et prennent une couleur jaune-marron.

27Les moraines latérales du glacier transporteur ont pratiquement disparu. Il n’en reste que quelques reliques soit sur les interfluves les plus larges (dans ce cas elles sont peu épaisses, généralement moins de 6-7 m), soit sur les crêtes étroites à l’état de simples témoins. Dans tous les cas les crêtes de ces moraines sont extrêmement avachies, à la fois amples et adoucies. Pratiquement plus aucune pierre d’importance n'apparaît en surface où se sont développés des sols podzoliques de texture grossière de couleur brune ou grise. Les rares blocs examinés sont complètement pourris. Cependant l’érosion n’a pas encore eu le temps de démanteler les formes originelles de l’ensemble.

28Il est possible que cette épisode glaciaire ait connu une petite pulsation car autour du volcan Xaltepec, qui a dû être englacé, on relève une double barrière morainique. Mais nous n’avons pas retrouvé d’autres indices apportant de meilleures indications. On notera que pendant cette avancée glaciaire tout le versant n’était pas englacé. Il semble bien que des murailles ou des nunataks émergeaient de la glace. Tel est le cas du Pic de la Coronilla, véritable horn, qui dominait de 70 m environ le glacier du Valle Milpuco. De même certaines cloisons restaient découvertes comme celle de 60 à 140 m qui séparait les Valles de Tlaltipitongo et de Milpuco. Aujourd'hui le Pic de la Coronilla apparaît comme un magnifique demi-dôme, très massif, qui domine de 280 m le Valle de Milpuco.

29La limite extrême de l’avancée maximale des dépôts du Nexcoalongo est assez basse : au-dessus de 3 000 m pour les crêtes et moins pour certaines vallées : 3 000 m dans le Valle d’Alcalican, 2 950 m pour le Valle de Milpuco, 2 830 m pour la Canada de Los Diamantes. D’après WHITE, le glacier couvrait un peu plus de 100 km2 et serait descendu jusqu’à-1 370 m par rapport au point le plus bas des glaces actuelles. Cette épisode est rapporté à l’Illinois (-195 000 à -135 000 ans).

c. L’épisode de Hueyatlaco

30Les dépôts morainiques de cet épisode sont bien représentés et couvrent de vastes espaces. En volume ils apparaissent comme très importants. Ce sont surtout des restes très érodés de moraines latérales abandonnées avec des blocs énormes atteignant jusqu’à 50 m de grand axe. Les moraines sont dominées par des falaises volcaniques (secteur occidental) ou constituent elles-mêmes les versants proprement dits des barrancos (Nord du massif)· Dans le détail deux pulsations peuvent être clairement distinguées :

311) La plus ancienne (Hueyatlaco I) a généré des vallées assez larges, taillées parfois à même le soubassement rocheux, et aujourd’hui encombrées de moraines latérales. Ces dernières ont recouvert très souvent d’énormes chaos de blocs et sont maintenant fortement attaquées par l’érosion. Toutefois elles ont conservé des crêtes arrondies avec des pentes fortes (au moins 25°). Les plus grosses atteignent 40 à 50 m d’épaisseur. En surface on observe un sol podzolique de couleur gris-café. Si l’on en juge par les nombreux dépôts frontaux, cette première avancée est arrivée jusqu’à 3 400 m sur le flanc sud du Valle de Tlaltipitongo, 3 110m dans la Canada de Los Diamantes et même 3 135 m dans le Valle de Milpuco. Sur le versant nord du massif elle atteint 3 650 m (cloison morainique qui limite le Llano Chico vers l’aval). A noter qu’ici la moraine est prise en sandwich entre les deux coulées de lave issues du volcan Teyotl.

322) La plus récente (Hueyatlaco II) est en retrait de la précédente. Les vallées sont ici plus étroites et assez disséquées si bien que les moraines latérales qui s’y sont accumulées, pourtant assez massives, sont très démantelées. Elles atteignent également 40 à 50 m de hauteur, mais contrairement aux précédentes leurs crêtes sont moins émoussées, plus aiguës et irrégulières. Les pierres qui les jonchent sont plus nombreuses et leur altération très légère. Ces moraines ont été très souvent recoupées par les torrents ultérieurs issus des eaux de fonte, notamment les moraines frontales. La limite inférieure de cette pulsation peut être estimée de 3 650 à 3 700 m (cas de la moraine qui borde le Llano Chico en amont versant) au nord, ou à 3 430 m (station de Hueyatlaco) sur le versant occidental.

33La plupart des moraines de Hueyatlaco sont en deçà de 4 000 m, altitude qui coïncide avec la limite supérieure de la forêt de conifères. L’ensemble des moraines de cet épisode a été recouvert par des dépôts volcaniques ultérieurs, d’abord par des cendres gris-sombre, aujourd’hui altérées, puis par des lapilli de couleur café-clair, également altérés, enfin à nouveau par des cendres noires. Pour WHITE, cet épisode correspond au Wisconsin supérieur américain (-32 000 à -20 000 ans).

d. L’épisode de Milpuco

34Il est représenté par deux groupes de petites moraines déposées sur les versants NW du Paso de Cortes et par des cônes fluvio-glaciaires emboîtés dans la zone des moraines de Hueyatlaco. Ces moraines, localisées dans le fond des têtes de vallée, sont si fraîches qu’elles n’ont pratiquement pas été ravinées. Seules leurs parties frontales ont été incisées en gorges profondes d’une dizaine de mètres pour permettre le passage des torrents.

35Les moraines se présentent sous forme d’amas de blocs et de terre en mélange avec des crêtes tantôt arrondies, tantôt effilées. Le dépôt est constitué d’une terre argileuse gris-sombre à gris-clair, sans structure définie, qui est légèrement collante. L’ensemble, qui est peu altéré, est recouvert d’épaisses cendres noires (jusqu’à 4 m) et de nombreux blocs épars. Les plus basses se trouvent vers 3 650-3 700 m dans le Valle de Tlaltipitongo et à 3 760 m dans celui de Milpuco. Elles sont colonisées par la forêt de pins. Les plus élevées correspondent sans doute à des stades de retrait ; elles sont dépourvues de ligneux. Au-dessus de 4 100 m s’observent de nombreuses traces du passage des glaciers : accumulation de blocs striés dans les dépressions, roches polies et rainurées sur les parois, roches moutonnées et polies sur les verrous.

Figure 4 : Esquisse géomorphologique du versant occidental de l'Iztaccihuatl.

36Ces moraines présentent le grand intérêt de s’être déposées entre deux séquences volcaniques : après une forte accumulation de lapilli, et avant une séquence accumulative de cendres-lapilli-cendres. WHITE rattache l’épisode à l’extrême fin du Wisconsin (de -16 000 à -10 000 ans) ; le glacier aurait alors couvert 14 km2 et serait descendu 675 m en deçà de son niveau actuel.

e. L’épisode d’Ayoloco

37Au débouché des petits “cirques” ou niches, aussi bien autour du Popocatepetl que de l’Iztaccihuatl, se rencontrent les moraines les plus récentes et les plus élevées (de 4 270 m à 4 560 m) (fig. 4). Ce sont des crêtes massives aux versants redressés montrant des cicatrices d’arrachement et composées de dépôts glaciaires essentiellement rocheux. Très peu de végétation parvient à pousser sur ces amas de blocs. Les flancs présentent de nombreux sols striés, les pierres étant triées par taille. Dans le détail on reconnaît 3 à 4 petites moraines de retrait, en arrière des grosses moraines frontales. Le fond libéré par le glacier apparaît labouré de sillons sub-parallèles de 10 à 15 cm de profondeur qui s’étendent jusqu’aux névés et glaciers actuels.

38Sur les versants se remarquent de nombreux cônes de blocs éboulés et des coulées de solifluxion récentes rejoignent le fond de l’auge. Les multiples avalanches ont donné des versants étroits composés de blocs et de boue séchée. C’est en tête du Valle d’Ayoloco que l’on trouve la plus belle moraine avec quatre stades de retrait nets. Cette moraine impressionnante s’élève jusqu’à 60 m et domine les flancs adjacents de la montagne. Elle s’étire sur près d’un kilomètre de longueur et sa largeur atteint 350 m sur le côté nord. Sa crête est étroite et effilée. Les moraines de retrait sont plus discrètes et occupent le fond de la vallée. Du fait du retrait récent du glacier, peu de blocs écroulés se sont accumulés derrière ces moraines. On retrouve également des moraines de cet épisode en tête du Valle Ayolotepito ainsi qu’entre le Teyotl et la Cabeza de l’Iztaccihuatl.

39La fraîcheur de ces formes nous permet de considérer que ce dernier épisode significatif est récent (Holocène). Selon WHITE le glacier couvrait 6,6 km2 et descendait 245 m plus bas.

40Depuis le retrait n’a cessé de progresser même si cela n’est guère perceptible.

B. Les falaises et les replats

41Les hauts sommets de l’Iztaccihuatl et le Ventorillo se dressent au-dessus des régions bordières comme de vastes citadelles ceintes de grandes murailles. La présence de falaises tantôt brutales et courtes, tantôt largement développées est un trait caractéristique de ces lieux. Les commandements varient d’une extrémité à l’autre des falaises, dressant de véritables remparts, très massifs, qui se développent sur des centaines de mètres. Ils sont difficilement franchissables à l’escalade.

42Dans le détail, le tracé des falaises se festonne d’indentations et se brise de redans ; ailleurs il se renforce de saillants marqués ou de protubérances volcaniques. Ainsi sur les flancs NW de l’Iztaccihuatl se dresse El Solitario, véritable dyke de 300 m de long pour 50 m de hauteur. De même les deux colonnes jumelles de Los Yautepenes dominent respectivement de 50 et 100 m le reste du paysage. Sur le Popocatepetl, le bastion du Ventorillo se hérisse d’aiguilles verticales très difficiles à escalader. Tous ces escarpements se compliquent d’indentations mineures, de petites reculées en doigts de gant qui s’achèvent sur des murs aveugles et des esquisses d’amphithéâtres. Dans les parties les plus hautes, ces falaises ne sont pas toujours verticales : elles se rompent de replats et gradins étagés, se découpent en promontoires que séparent des échancrures. La vigueur des pentes autorise une forte dissection de ces murailles : la gélifraction et les éboulements gravitaires démantèlent constamment les corniches et les parois rocheuses si bien que les pieds de versants sont toujours encombrés d'énormes chaos rocheux ou éboulis. On a l’impression de faire face à un gigantesque escalier dont les marches seraient représentées par les falaises de lave verticales et des replats, presque nettoyés de tout sol, cendres et fragments rocheux.

43Deux replats d'une certaine ampleur méritent considération. Tous deux, situés vers 3 500 m et au NW de la Cabeza, portent les noms significatifs de Llano Grande et Llano Chico. En tait il s’agit d’un vaste épaulement de près de 4 km de grand axe et orienté NE-SW, qui a été séparé en deux unités par le dépôt d’une moraine de la première avancée Hueyatlaco. Aujourd’hui ces deux ensembles forment de petites “plaines” colonisées par les graminées et affectées de tourbières.

44Ces falaises et escarpements complexes correspondent, quant à leur localisation, leur vigueur et leur tracé, à des indications tectoniques (voire à des rejeux de blocs) et structurales. Beaucoup de ces falaises sont des escarpements de faille ou de ligne de faille dont le recul est insignifiant en dépit de l’intense érosion, ce qui prouve leur jeunesse.

C. Les barrancos et les cônes fluvio-glaciaires

45Le terme de barrancos désigne à la fois les canyons, les gorges et les ravins creusés dans le soubassement montagneux, l'incision étroite étant le trait commun de toutes ces formes. Partout la Sierra Nevada est profondément disséquée d’entailles importantes qui traduisent l’énergie du relief et la vigueur de l’érosion dans des matériaux relativement tendres.

46Les barrancos du flanc occidental ont valeur d’exemple. Ce sont des canyons profondément encaissés et érodés au cours de la fusion des glaciers puis entretenus par les écoulements torrentiels épisodiques. Ils remontent jusqu’à 3 400 m environ avec de grands versants en forme de falaises qui dressent des verticales rocheuses de 100 à 250 m à partir du talweg.

47Du nord au sud se succèdent :

  • Le Valle de Tonixcoco qui s’incise dans les dépôts alluviaux les plus anciens. Sa partie amont a été en grande partie ensevelie sous les cendres et sous une petite coulée de lave du volcan Xaltepec. Ensuite la gorge se dirige vers l’WSW. Après un parcours d'une quinzaine de kilomètres l’extrémité inférieure du Valle est envahie par la lave du volcan Tenayo. Cet obstacle a repoussé le cours intermittent (presque toujours à sec) au nord du village de Tlalmanalco, en direction du NW vers le bassin de Mexico.
  • La Canada de San Rafaël naît de la réunion de deux ravins vers 3 000 m. Large de 150 à 250 m et longue de 7 à 8 km, elle se caractérise par des flancs subverticaux. Elle reçoit vers 2 800 m la confluence de la Canada del Negro qui évacue les eaux de fonte du glacier de la Cabeza par l’intermédiaire de la gorge de l’Ayolotepito.
  • Le Canyon de Los Diamantes est long de 9 km environ. Aussi encaissé que les précédents sa principale caractéristique est d’être brisé en amont de la Station de Hueyatlaco par une belle chute d’eau du torrent d’Ayoloco. Au-dessus de cette chute les flancs du canyon s’élargissent considérablement jusqu’à 2 à 3 km de largeur. Puis la vallée vient buter sur un éperon rocheux.
  • Les barrancos du Sud-Ouest de l’Iztaccihuatl sont particulièrement encaissés (Valle de Milpuco ; Valle d’Alcalican-Tlaltipitongo). Au pied des sommets dont ils sont séparés par des falaises verticales de brèches volcaniques grossières, ils débutent par des gorges en trait de scie sur 3 à 4 km puis se prolongent par 6 à 7 km de canyons.

48Les profils longitudinaux de tous ces barrancos sont souvent brisés par des cascades et des chutes d'eau. Les pentes sont fortes car les pertes d’altitude de 200 à 300 m/km sont fréquentes, notamment en deçà de l’avancée extrême des moraines de Hueyatlaco. Par contre dans la zone au-dessus les pentes sont moins accusées car elles dépendent de versants plus doux hérités à la fois de la glaciation et des déclivités originelles des coulées de lave. Dans toute cette zone d’amont les nombreuses cascades sont liées à l’alternance de couches de lave résistantes et de brèches volcaniques plus poreuses et excavées.

49De très importants matériaux glaciaires et périglaciaires ont été transportés et évacués le long des barrancos, puis déposés au débouché des canyons au pied de la Sierra Nevada sous forme d’immenses éventails et cônes fluvio-glaciaires ou alluviaux.

Figure 5 : Stratigraphie et chronologie des glaciations de la région de Mexico (adapté de WHITE, Quat. Sc. Rev., vol. 5,1986). Nous avons inclus les renseignements fournis par les études menées sur l’Ajusco, volcan aujourd'hui sans glacier, mais où de nombreuses datations absolues ont été effectuées (cf. HEINE, WHITE, etc.). Les glaciers actuels couvrent respectivement un peu plus de 7 km2 pour le Popocatepetl et de 12 km2 pour l’Iztaccihuatl.

50Le matériel est issu essentiellement du Popocatepetl, de l’lztaccihuatl et des volcans annexes (Ventorillo, Xaltepec, etc.). Plus précisément la plupart des cônes alluviaux se composent des produits fluvio-glaciaires des épisodes Nexcoalango et Hueyatlaco. Ces cônes se sont emboîtés les uns dans les autres et ont été quelque fois retaillés en terrasses si bien qu’il est parfois possible de les relier aux différents épisodes glaciaires. Cependant ils ont été assez érodés ou modifiés depuis leur construction, notamment par des coulées de boue solifluées venues recouvrir leur surface. Le problème de la corrélation reste donc complexe. Ainsi au niveau d’Amecameca la réunion de plusieurs cônes alluviaux a-t-elle engendré par coalescence un vaste glacis qui s’étend sur près d’une dizaine de kilomètres de large pour un rayon moyen de l’ordre de 13 km, orienté selon un axe ENE/WSW. Des sondages hydrogéologiques ont montré que l’épaisseur totale de ces nappes graveleuses et cendreuses pouvait osciller entre 25 et 100 m.

51Bien entendu on retrouve ce type de cônes et glacis sur tout le pourtour de la Sierra Morena, ceux donnant sur le Bassin de Puebla étant particulièrement étendus.

IV. ESQUISSE DE CHRONOLOGIE RELATIVE

52La Sierra Nevada se prête bien à l’établissement d’une chronologie précise car l’alternance des épisodes glaciaires et volcaniques d’une part et la présence de bassins lacustres proches et de tourbières d’autre part devraient permettre d’effectuer des datations fines. Pour notre part, n’ayant effectué qu’un travail de reconnaissance, nous nous contenterons d’une première approche. En effet une étude complète devrait tenir compte de plusieurs paramètres :

  • la localisation des différentes moraines sur les versants de la Sierra Nevada et de leur position les unes par rapport aux autres ;
  • la succession des coulées de lave en relation avec l'érosion glaciaire et les dépôts morainiques ;
  • la présence de différents dépôts éoliens volcaniques sur certaines moraines, alors qu’ils sont absents sur d’autres ;
  • la conservation des stries et rainures glaciaires, et de leur fraîcheur relative ;
  • les figures d’érosion et des incisions torrentielles postglaciaires ;
  • le degré d’altération des différentes formations superficielles et de la formation de sols plus ou moins épais ; de leur degré d’évolution ;
  • les textures des sédiments examinés.

Photo 2 : Le cratère emboîté du Popocatepetl, né de l'éruption “accidentelle” de 1923. Nombreuses fumerolles de gaz soufré.

53Toutefois les éléments dont nous disposons permettent déjà de poser quelques jalons.

54* La mise en place de la Sierra Nevada a commencé au Tertiaire supérieur avec l’émission de la série volcanique dite de Xochitepec, suivie d’une longue période d’érosion par les eaux fluviatiles.

55* Au Pliocène le développement se poursuit par la formation de la série andésitique de l’Iztaccihuatl et l’ouverture de plusieurs bouches volcaniques plus au sud dont l’ancêtre du Popocatepetl, le volcan Nexpayantla. Les sources de plusieurs grands torrents, tributaires du Rio Amacuzac, établirent des réseaux de drainage dirigés vers le sud et le sud-ouest qui ont laissé des traces sous forme de profondes gorges d’érosion sur les flancs des deux grands volcans et de dépôts alluviaux anciens, très étendus, sur le piémont, avec un tri conséquent.

56* La première glaciation eut lieu lors de la phase finale de cette sédimentation fluviatile puisque les dépôts glaciaires recouvrent ces dépôts alluviaux ; cela permet de rapporter ces dépôts alluviaux au Pléistocène moyen. Cette glaciation ancienne, la plus importante, devait atteindre une telle ampleur que toute la partie sommitale de la Sierra Nevada était sans doute occupée par une calotte glaciaire d’où partaient des langues. Les plus basses ont atteint 2 450 m, c’est-à-dire presque les confins orientaux du Bassin Central de Mexico. Les sédiments glaciaires et pyroclastiques qui jalonnent cette glaciation sont très altérés et fortement érodés par les arroyos.

57* Peu après il y eut une activité volcanique importante le long des fractures NE-SW du Valle de Mexico qui engendra les cônes volcaniques du groupe Chichinautzin, dont le grand édifice du Popocatepetl un peu plus au sud-est du volcan Nexpayantla. Plus tard encore s’est formé le groupe des volcans du Tenayo avec des coulées de lave dirigées vers l’est et dont certaines obstruèrent les canyons les plus anciens. Le sens de l’écoulement de ces laves prouve que le volume montagneux de la Sierra actuelle était loin d’être atteint.* Les évènements du Pléistocène supérieur commencèrent avec l’avancée glaciaire de Nexcoalango qui abandonna des moraines un peu en deçà de 3 000 m et de nombreux cônes fluvio-glaciaires sur le piémont. Le sol podzolique gris-café qui couvre les dépôts glaciaires se distingue nettement de la terre sablo-argileuse, plus jaunâtre, qui compose la mince couverture des dépôts alluviaux plus anciens. Cette séquence connut deux pulsations séparées par une période d’altération et d’érosion. Les abondants dépôts fluvio-glaciaires firent dévier les cours d’eau vers le NW, vers le bassin de Mexico qui à l’époque était largement lacustre. Ultérieurement les phénomènes d’érosion, très intenses, ont fait disparaître une grande partie de ces dépôts. Dans le nord du massif débuta une nouvelle activité volcanique responsable de l’émission de lave qui aujourd’hui obstrue le sud du Llano Grande.

58* La glaciation de Hueyatlaco vient ensuite puisque les dépôts morainiques recouvrent les manteaux de lave du sud de Llano Grande, mais est d’ampleur moindre : elle ne descend pratiquement pas en-dessous de 3 100 m. Cette glaciation a aussi connu une double pulsation (avec plusieurs moraines de retrait laissées lors du recul du glacier). L’érosion fluvio-glaciaire concomitante contribua à former également de nombreux éventails alluviaux dont une partie des sédiments, entraînés par les eaux, arrivèrent jusqu’au Bassin de Mexico (dont le niveau lacustre avait baissé).

59* Une nouvelle activité volcanique produit les laves du Cerro Teyotl qui recouvrent à leur tour les racines des moraines de Hueytlaco, tandis qu’en même temps, ou peu après, s’accumulent des cendres grises et des lapilli café-jaunâtre, sans que l’on sache avec exactitude où était la bouche émissive (probablement le Popocatepetl).

60* Puis succède l’épisode de Milpuco, moins important encore, qui abandonne des moraines petites mais bien formées. Les glaciers de cette époque ont laissé de multiples traces d’abrasion bien visibles, notamment sur les flancs du volcan Teyotl. Les produits de l’érosion fluvio-glaciaire s’accumulèrent dans certaines parties amont des vallées et des racines des cônes alluviaux. Sur ces dépôts ne se sont formés que de maigres sols.

61* A nouveau une bouche volcanique s’ouvre, au centre de l’Iztaccihuatl, qui forme l'actuel Pecho maintenant composé d’un vaste amas de tufs. Cette partie sommitale la plus élevée est enneigée en permanence et couverte de petits pénitents dans les secteurs de glace. Sur les proches versants s’accumulèrent alors tufs et lapilli tandis que plus loin le volcan arrosait les alentours de cendres noires.

62* Finalement survint un épisode mineur de refroidissement avec la pulsation d’Ayoloco, responsable du dépôt des belles moraines situées en contrebas des glaciers actuels. L’abrasion et le raclement des petits glaciers a fait disparaître presqu’en totalité les accumulations durcies de lapilli. Puis se succèdent plusieurs (3 à 4) stades de retrait marqués chacun par des moraines de récession. Quelques cônes fluvio-glaciaires se sont formés lors de la fusion. Aucun sol n’a eu le temps de se former et aucune cendre n’est venue recouvrir ces moraines. Aujourd’hui, étant donné le climat de type périglaciaire qui prévaut, il est possible qu’il subsiste quelques noyaux de glace sous les moraines. Les petits glaciers actuels ont tendance à reculer.

CONCLUSION

63Il serait intéressant de corréler les séquences glacio-volcaniques de la Sierra Nevada avec les séquences fluvio-lacustres du Bassin de Mexico. Dans les deux cas les possibilités de datation sont excellentes en raison de la qualité des enregistrements limniques. Il était également souhaitable de comparer ces séquences avec celles que l’on peut observer sur les autres hauts volcans mexicains (Nevado de Colima, Nevado de Toluca, Malinche, Cofre de Perote et surtout l’Orizaba qui culmine à 5 702 m et où nous avons pu observer de multiples moraines). Ce travail a été rendu possible par de nouveaux travaux (HEINE, 1973, 1978, 1984 ; WHITE, 1986) (fig. 5). Toutefois il est difficile d’aller au-delà. En effet nous sommes ici d’une part dans une région de basse latitude qui a sans doute été presque toujours sous l’influence d’une zone de hautes pressions subtropicales, et qui d’autre part est très élevée. C’est pourquoi on peut supposer que les maxima glaciaires correspondent ici plutôt à des climats humides, sans être forcément froids, et que les périodes de retrait correspondent à des climats plus secs que froids. A ces latitudes les interglaciaires seraient essentiellement secs. Aussi serait-il nécessaire d’entreprendre des études géomorphologiques, palynologiques et paléontologiques poussées non seulement sur les dépôts de tourbe des Llanos Grande et Chico, mais aussi sur les terrasses lacustres des bassins avoisinants. Enfin des datations absolues sur les produits volcaniques seraient du plus haut intérêt. Sinon, toute corrélation avec les glaciations observées aux Etats-Unis ou au Canada est aléatoire en l’état actuel des connaissances notamment pour les épisodes les plus anciens.

64Aujourd'hui, quelques corrélations peuvent être faites avec les grands volcans englacés d’Afrique de l’Est et les hauts sommets de l’île de Nouvelle-Guinée (Karstenz, Mt. Giluwe, etc.). On observe partout un fort recul des glaciers au cours du XXème siècle, même pour les montagnes équatoriales très arrosées de Nouvelle-Guinée. La forte radiation solaire et la sécheresse de l’air entraînent une forte sublimation, plus faible cependant sur le Karstenz où le climat est humide toute l’année (P = 3 500 mm/an) (HOPE et al., 1976). Pour les hauts volcans mis en place depuis le Pliocène ou le Quaternaire ancien, de multiples épisodes glaciaires ont été enregistrés. En revanche, pour les hautes montagnes non volcaniques fortement soulevées au cours du Quaternaire moyen et récent (cas des chaînes nord de Papouasie : Saruwaged-Bangeta), l’enregistrement glaciaire a dû se limiter à une ou deux glaciations (LOFFLER, 1971).

65* NB : Depuis notre reconnaissance, déjà ancienne, de nombreux travaux ont été réalisés et des datations absolues effectuées. On se reportera avec intérêt notamment aux travaux de WHITE et de HEINE (sur la Malinche en particulier), mais aussi sur les autres grands volcans mexicains (Ajusco, Toluca, Orizaba, etc.).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

HEINE K. - 1973 - Zur glazialmorphologie und präkeramischen archäologie des Mexikanischen hochlandes während des Spätglazials (Wisconsin) und Holozäns. Erdkunde, 27, p. 161-180.

HEINE K. - 1983 - Late and postglacial oscillations of glaciers : glacial and periglacial forms. Colloq. In mem. H. Kinzi, p. 291-304, 3 fig., Univ. Trier.

HEINE K. - 1984 - Comment on Pleistocene glaciation of volcano Ajusco. Central Mexico, and comparison with the standard Mexican glacial sequence by S.E. WHITE and S. VALASTRO. Jr. Quaternary Research, 22, p. 242-246.

HOPE G.S., PETERSON J.A., ALLISON I. et RADOK U. - 1976 - The equatorial glaciers of New Guinea. A. A. Balkema, Rotterdam, 244 p.

LOFFLER E. - 1971 - The pleistocene glaciation of the Saruwaged Range, Territory of New Guinea. Australian Geography Studies, 11, p. 463-472.

LORENZO J.L. - 1959 - Los glaciares de Mexico. Monografia del Inst, de Geofisica, Univ. Nac. Aut. de Mexico, 114 p.

WHITE S.E. - 1962 - Late Pleistocene glacial sequence for the west side of Iztaccihuatl, Mexico. Geological Society of America, 73, p. 935-958.

WHITE S.E. - 1962 - El Iztaccihuatl : acontecimientos volcanicos y geomorphologicos en el lado oeste durante el Pleistoceno superior. Inst. Nac. Antrop., Invest., 6, 80 p., Mexico.

WHITE S.-E - 1986 - Quaternary glacial stratigraphy and chronology of Mexico. In “Quaternary Glaciations in the northern hemisphere”, Pergamon Press, Oxford, p. 201-205.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Croquis de localisation de la Sierra Nevada.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 2 : Les volcans de la Sierra Nevada. (A) Le Popocatepetl et ses glaciers. A. Glacier du Ventorillo. B. Glacier Nord. C. Glacier Nord-Ouest.(B) L’Iztaccihuatl.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Photo 1 : Le Popocatepetl vu du flanc sud de l'Iztaccihuatl. La zone englacée apparaît dès 4 800 m. Entre les deux volcans, le Paso de Cortès.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Figure 3 : Photo aérienne du Popocatepetl (5 450 m). On distingue successivement le cratère, les glaciers septentrionaux, les immenses épandages de cendres et la forêt de conifères entaillés de profonds barrancos. Les premiers champs cultivés apparaissent vers 2 600 m.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Légende Figure 4 : Esquisse géomorphologique du versant occidental de l'Iztaccihuatl.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Légende Figure 5 : Stratigraphie et chronologie des glaciations de la région de Mexico (adapté de WHITE, Quat. Sc. Rev., vol. 5,1986). Nous avons inclus les renseignements fournis par les études menées sur l’Ajusco, volcan aujourd'hui sans glacier, mais où de nombreuses datations absolues ont été effectuées (cf. HEINE, WHITE, etc.). Les glaciers actuels couvrent respectivement un peu plus de 7 km2 pour le Popocatepetl et de 12 km2 pour l’Iztaccihuatl.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Photo 2 : Le cratère emboîté du Popocatepetl, né de l'éruption “accidentelle” de 1923. Nombreuses fumerolles de gaz soufré.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10547/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 402k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540