Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux littoraux

Déforestation et dégradation des écosystèmes littoraux aux Philippines

Un exemple de crise de l’environnement

Environmental Crisis in the Philippines : Forests and Seashores

Jean-Michel Lebigre

Résumé

Aux Philippines, de 1950 à 1990, le couvert forestier a régressé de 75 % à moins de 25 % du territoire sous les coups des sociétés d’exploitation forestière et ceux des migrants ruraux. Sur le littoral, les bassins aquacoles ont remplacé une grande partie des mangroves tandis que de nombreux récifs coralliens ont été dévastés par la masse des sédiments dévalant les versants déforestés et par certaines pratiques de pêche. Ces phénomènes illustrent bien la crise de l’environnement que traverse actuellement ce pays. Dans cet archipel très peuplé (200 h/km2), les milieux naturels sont soumis à une intense pression anthropique. Appât de gains faciles, pauvreté et erreurs institutionnelles sont à l’origine de cette crise. Les tentatives de solution, tardives et longues à mettre en œuvre, ne s’appliqueront qu’à un environnement considérablement appauvri.

In the Philippines from 1950 to 1990 the forest cover decreased from 75 % to less of 25 % of the country, under the action of wood logging companies and migrant cultivators ; on the seashore, the mangals were replaced by fishponds and a part of coral reefs was devastated by sediments from the deforested slopes and by some prohibited fishing technics. These phenomena well illustrate the environmental crisis now hitting the Philippines. In this crowded archipelago, the environment is submitted to a strong anthropic pressure. Easy profits, poverty and institutional mistakes have originated this dramatic situation. Tentative and belated measures, difficult to implement, will only concern a considerably impoverished environment.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Croissance démographique effrénée, développements urbain et industriel anarchiques, guerre civile larvée, le tableau préoccupant que nous offrent les Philippines depuis quelques années s’est enrichi en juin 1991 d’un cataclysme d’une exceptionnelle amplitude, l’éruption du Pinatubo. Celui-ci ne doit cependant pas faire oublier que ce pays est régulièrement touché par d’autres catastrophes naturelles telles que les cyclones tropicaux (fréquence d’une vingtaine par an), des séismes comme celui qui a détruit Baguio le 16 juillet 1990 (Institut de Géomorphologie de Nice, 1991) et les éruptions du Taal et du Mayon. Cet événement, aussi lourd de conséquences soit-il, ne doit pas non plus détourner notre attention des graves problèmes d’origine anthropique que connaît l’environnement de cet Etat-archipel de 300 000 km2 et de 62 millions d’habitants.

2Derrière l’apparente harmonie des paysages philippins se cache en effet une réalité écologique de plus en plus alarmante. Depuis l’indépendance, la formidable contraction des milieux naturels et l’intense processus de déstabilisation des écosystèmes qui a suivi permettent en effet d’évoquer, sans exagération alarmiste, l’existence d’une grave crise de l’environnement. Les problèmes liés à l’urbanisation et à l’industrialisation n’ont pas été traités ici, de façon à mieux cerner les deux aspects les plus significatifs de cette crise, la déforestation et la dégradation des écosystèmes littoraux. De ce point de vue, les Philippines peuvent apparaître aujourd’hui à l’image de nombreux milieux insulaires comme un véritable laboratoire où est expérimenté le devenir de milieux soumis à une brutale déstabilisation.

I. LA FULGURANTE CONTRACTION DES ESPACES NATURELS AUX PHILIPPINES

3Vers 1950, les trois-quarts des Philippines, peuplées alors de 19 millions d’habitants, étaient encore peu ou non transformés par l’Homme. Alors que les grandes plaines de Luçon et qu’une partie des Visayas étaient intensément mises en valeur, les régions montagneuses restaient en dehors de l’oekoumène, à l’exception des grands aménagements rizicoles en terrasses de la Mountain Province (A. HUETZ DE LEMPS, 1988). Une grande partie de l’archipel n’était alors peuplée que par des minorités ethniques vivant de manière traditionnelle et exerçant une pression supportable sur les milieux naturels. C’était notamment le cas à Mindoro, Palawan, Samar et sur la majeure partie de Mindanao. Quarante ans plus tard, la mutation est spectaculaire : la population philippine a plus que triplé et l’espace artificialisé s’est tellement dilaté qu’il met en péril l’existence même de certains systèmes naturels. De grands mouvements migratoires ont poussé les plus pauvres des régions surpeuplées vers les régions vides ou peu peuplées, des milieux surexploités vers des milieux encore peu anthropisés (fig. 1 et 2). Dans les régions déjà peuplées, la pression s’est accrue sur les ressources naturelles. Dans tous les cas, il en résulte un appauvrissement et une déstabilisation des écosystèmes, aux lourdes conséquences pour l’avenir.

A. Les milieux naturels philippins

4Les Philippines présentent un ensemble diversifié de milieux naturels, c’est-à-dire d’espaces ayant conservé leur facture originelle ou qui, à la faveur de déprises, ont échappé à l’assujettissement des hommes. Les pluviisylves sempervirentes, les forêts denses sèches, les formations d’altitude, les mangroves et les récifs coralliens appartiennent à la première catégorie, tandis que steppes, savanes et formations secondaires relèvent de la seconde.

5Les grands traits climatiques et morphostructuraux permettent d’affirmer de notables contrastes plutôt que d'offrir une trame uniformisatrice. Le climat en premier lieu (PERARD, 1984), bien que partout chaud et humide, oppose des régions à pluviométrie élevée (5 715 mm sur l’île de Catanduanes, 4 360 mm à Hinatuan sur la façade orientale de Mindanao, 3 370 mm à Legazpi) et brève saison sèche à des régions à saison sèche bien marquée et précipitations plus faibles (1 786 mm à Cebu City, 981 mm à General Santos) notamment dans les Visayas, à Mindoro et à Palawan. Les premières sont en effet frappées de plein fouet par les alizés du NE et les cyclones en fin de saison chaude ; les secondes sont soit en situation d’abri, soit soumises à l’alizé du SW (fïg. 3). La structure dont le trait principal est l’existence de plusieurs arcs insulaires, permet d’opposer quant à elle dépôts volcaniques récents, terrains carbonatés et dans une moindre mesure terrains métamorphiques à Palawan et Mindoro. De beaux karsts sont visibles dans tout l’archipel notamment à Palawan (LONGMAN et al., 1980). Enfin le relief est remarquable par sa forte dichotomie entre plaines et régions montagneuses (sept îles dépassent 2 000 m d’altitude).

6Autrefois les pluviisylves sempervirentes à Diptérocarpacées, à la faveur d’une pluviométrie très élevée, couvraient la majeure partie des plaines et des versants de basse et moyenne altitude. Elles permettaient aux populations malaises des clairières et aux petits groupes de cueilleurs-chasseurs Négritos qui y vivaient de subvenir à l’ensemble de leurs besoins. Mais aujourd’hui, elles sont confinées aux secteurs inaccessibles encore épargnés par les bûcherons et les kaingineros. Ces forêts qui se rattachent tant physionomiquement que floristiquement à celles de Bornéo et Sumatra (WHITEMORE, 1979) étaient considérées comme étant parmi les plus belles du monde tropical. Elles se sont mises en place à la faveur de précipitations abondantes et régulières sur les sols d’altération et les alluvions, probablement plus anciennement qu’en Afrique centrale et qu’en Amazonie. Les Diptérocarpacées représentent 75 % des arbres, comme Shorea almon qui atteint 70 m de haut. Dans cette forêt, les lianes sont nombreuses, particulièrement les bambous et les palmiers grimpants. La flore des épiphytes est extrêmement variée, composée essentiellement de fougères et d’orchidées, famille qui a elle-seule constitue 10 % de la flore philippine.

Figure 1 : Les densités de population par provinces aux Philippines en 1970 et en 1988.

7Les pluviisylves à “bagas” (Eucalyptus deglupta) sont caractéristiques de quelques secteurs côtiers de Mindanao. Ces eucalyptus peuvent dépasser 70 m de haut et 2,30 m de diamètre. Leur distribution naturelle inclut les Célèbes, les Moluques et la Nouvelle-Guinée. Aujourd’hui utilisés en reboisements, ils fournissent une pâte à papier de très bonne qualité à l'usine de Bislig Bay (Mindanao).

8Les forêts denses sèches représenteraient environ 10 % des surfaces boisées ; elles se développent sur des terrains carbonatés et sur les tufs volcaniques des régions à saison sèche marquée. Parmi elles, les forêts à “molave” (Vitex parviflora) étaient autrefois les plus communes. Cette Verbénacée d’une quinzaine de mètres de haut donne un bois très prisé en menuiserie (qualités semblables à celles du teck). On ne la trouve plus guère qu’en reboisement car les peuplements originels ont été en grande partie détruits.

9Dans cette archipel montagneux, l’étagement végétal est visible jusqu’à plus de 2 800 m. Dès 600 m, les Diptérocarpacées de la pluviisylve submontagnarde, dont la taille se réduit, cèdent progressivement la place à des Fagacées sempervirentes comme Castanopsis philippensis ou Lithocarpus budii ainsi qu’à des Lauracées, des Mélastomacées et des Théacées. La forêt de conifères, particulièrement bien développée dans la Cordillère Centrale de Luçon, forme des peuplements ouverts, dégradés par le feu, à une altitude comprise entre 1 000 et 1 500 m ; le sol y est couvert de fougères et de graminées. Les essences les plus répandues sont Pinus·insularis et Pinus merkusii. Formée de petits arbres et d’arbustes envahis par les mousses et les lichens, la pluviisylve montagnarde est caractéristique des versants d’altitude les plus humides. Parmi les plantes les plus typiques, on peut noter des Rhododendrons, Persea philippensis, une Lauracée, et Pittosporum resiniferum. Toutes ces essences de peu d'intérêt commercial mettent cette forêt difficile d’accès à l’abri des bûcherons, mais non à celui des agriculteurs.

10Le long des rivages se développe une mangrove floristiquement très riche : dans la seule mangrove peu étendue de Pagbilao, dans la province de Quezon à Luçon, on note la présence de 79 taxons végétaux. Ces plantes ont des utilisations traditionnelles et sont le fondement d’activités rénumératrices pour les villageois. Les récifs coralliens couvriraient 35 200 km2 de rivages des Philippines (WHITE, 1987). Ils sont exploités traditionnellement pour la pêche, parfois par des groupes spécialisés comme les Badjao de l’archipel des Sulu. De nouvelles activités s’y sont développées récemment comme le ramassage des coquillages de collection et l’alguoculture.

11Les formations herbeuses occupaient 1 813 000 ha en 1988, soit 6 % du pays. Pour la plupart, elles ont succédé à la forêt, sur des sols appauvris par l’agriculture itinérante ou, plus rarement, dévolus à l’élevage (Masbate) ; ce sont principalement des savanes à Imperata cylindrica ou “kogonales” issues de la pratique du “kaingin”. Quant aux brousses et forêts secondaires, elles s’étendent au fur et à mesure de la déforestation ; on en compterait aujourd’hui plus de 10 millions d’hectares, chiffre qui inclut des champs temporaires. Comme souvent en Asie du Sud-Est, après qu’un champ ou un chantier forestier ait été abandonné, l’espace est fréquemment envahi par des bambous ; la bambusaie couvre environ 200 000 ha aux Philippines, comprenant des bambous grimpants ou rampants comme Schizotachyum polymorphum et des bambous à port érigé comme S. lumampa ; des herbacées dont plusieurs espèces de bananiers sauvages Musa spp., des graminées comme Panicum sarmentosum peuvent également s’établir. Elles couvrent le sol à l’abri d'arbres à croissance rapide comme Trema orientalis, Melanolepsis multiglandosa, Macaranga bicolor ou M. grandifolia.

B. L’anthropisation de ses prémices à la Deuxième Guerre Mondiale

12De l’origine du peuplement de l'archipel, il y a au moins 30 000 ans, à l’occupation japonaise en 1940, l’Homme n’a investi et transformé que moins d’un quart de l’espace philippin. Il est probable que c’est la pratique de l'agriculture itinérante qui crée très anciennement les premiers kogonales, aux dépens des forêts de conifères des hautes terres de Luçon. Les feux de brousse utilisés pour la chasse ont ensuite accentué l’extension de ce domaine herbeux (SAJISE et OMEGAN, 1990). Le début de l’aménagement des grandes vallées de la Cordillère Centrale de Luçon en rizières en terrasses marque une seconde étape de la transformation du milieu, mais elle reste très limitée dans l’espace. Quant aux nombreux petits groupes qui s’étaient établis en forêt et sur les côtes, ils vivaient alors en utilisant sélectivement les ressources de la forêt. Plusieurs cavités karstiques, riches en témoignages d’établissements humains, permettent de reconstituer les étapes de l’anthropisation de l’archipel.

Figure 2 : Le recul de la forêt aux Philippines de 1965 à 1988 (d'après l’imagerie SPOT). 1. Emprise des massifs forestiers en 1965. 2. Emprise des massifs forestiers en 1988.

13Pendant la durée de la période coloniale espagnole (1521-1898), la population des Philippines reste peu nombreuse ; on estime qu’elle passe d’un demi-million à sept millions d’habitants. L’introduction de nouvelles cultures vivrières (maïs, patates douces) ou commerciales (tabac, caféiers), l’extension d’autres (riz, canne à sucre) ainsi que la création de domaines d’élevage se font aux dépens de la forêt des plaines et des piémonts. Les grands domaines, “encomiendas” puis “haciendas”, sont le fer de lance de ces défrichements. En revanche, l’exploitation forestière, encore dérisoire, reste limitée à des usages domestiques et à la construction navale. En fait, plus des deux-tiers du territoire, couverts de forêts de versants ou situées au-dessus de 600 m d’altitude, appartiennent au domaine public et restent en quasi-totalité à l’écart des courants économiques.

14La colonisation américaine (1899-1941) malgré sa courte durée est une période de développement économique et de mise en valeur agricole marquée par la création de mines, d’exploitations forestières et d'infrastructures de communication ; désormais la forêt recule à un rythme plus élevé, d’autant plus que la croissance démographique s’accélère. La fin de cette période (1339-41) est d’ailleurs marquée par les premières grandes opérations de colonisation rurale à Mindanao, “Koronadal” et “Allah Valley” (BLANADET, 1984 et 1987).

C. L’accélération de l’anthropisation : de l’occupation japonaise (1941-1945) à aujourd’hui

15L’occupation japonaise (1941-45) doit être considérée comme une période charnière de l’évolution de l’environnement philippin. Au cours de cette période très meurtrière de l’histoire des Philippines, les mouvements de résistance sont contraints de s’enfoncer profondément dans la forêt et les montagnes de Luçon et des Visayas, ouvrant partout sentiers et clairières. Alors que les finalités en étaient très éloignées, c’est le début d’un processus de prise en mains de l’ensemble de l’espace de Luçon et des Visayas par la population des plaines.

D. Un phénomène-clé de l’anthropisation : la déforestation

16L’inventaire des différents écosystèmes philippins réalisés à l’aide d’images SPOT de 1988 (PCARRD, 1990) permet de se faire une idée assez nette de l’ampleur de la déforestation (tableau 1). La forêt philippine a régressé rapidement depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale : alors qu’elle couvrait environ les trois quarts du territoire en 1950 et la moitié en 1972, elle ne s’étend plus que sur le quart en 1988 (fig. 4). Cela représente un rythme moyen de destruction de 400 000 ha par an très supérieur aux chiffres officiels. La destruction de la forêt est en effet très largement sous-estimée par le Bureau of Forest Management. Sur l’île de Palawan, encore considérée il y a peu de temps comme D’ultime frontière” de l’archipel, coupes et défrichements ont réduit la part de la forêt à seulement la moitié de l'espace.

17En 1988 subsistaient seulement 988 000 ha de forêt primaire (3,3 % des surfaces), estime-t-on. Les coupes s’y poursuivent actuellement au rythme de 50 000 ha par an (soit 7 à 8 millions de m3 de bois). Aussi les derniers grands massifs forestiers encore vierges dans la Sierra Madre, à Samar, à Palawan et dans le Bukidnon (Mindanao) auront bientôt disparu. Bien que le rythme des coupes en forêt primaire se soit ralenti du fait des difficultés d’exploitation croissantes qu’elles rencontrent, la forêt primaire philippine semble condamnée à n’échapper à l’anéantissement que sous forme de lambeaux de faible valeur économique. Beaucoup d’essences forestières se sont raréfiées au point d’être suspectées de disparition. Ainsi les pertes en terme de ressources économiques et de biodiversité sont incalculables.

1950 : 22 500 000 ha (75 % de l’archipel)

1980 : 13 000 000 ha

1988 : 7 500 000 ha dont

2 440 000 ha de Diptérocarpacées*

80 000 ha de résineux

240 000 ha de forêt de montagne

150 000 ha de mangrove

Tableau 1 : Bilan de la déforestation aux Philippines ; évolution de la superficie du couvert forestier (données de 1988 d’après examen d’images satellitales SPOT).
* selon le Bureau of Forest Development, il resterait à cette date 9 000 000 ha de forêt dont 4 000 000 ha de Diptérocarpacées.

18En ce qui concerne la mangrove, les chiffres dont nous disposons sont éloquents et témoignent d’une régression alarmante des superficies qui s’ajoute à un recul qualitatif : la mangrove soumise à des coupes répétées se dégrade irrémédiablement, les palétuviers n’ayant plus le temps d’atteindre leur taille adulte.

E. La déstabilisation de systèmes naturels fragiles

19Les conséquences de la déforestation sont partout facilement perceptibles aux Philippines. L’archipel étant très montagneux, toucher au fragile équilibre des bassins-versants génère de nombreux effets pervers. L’érosion touche aujourd’hui gravement Cebu (90 % des superficies selon les statistiques officielles), Negros (58 %), Panay (50 %), les provinces de Batangas, La Union et Ilocos méridional à Luçon, Marinduque, ainsi qu’une grande partie de Mindanao. On estime actuellement que 6 millions d'ha (20 % du territoire) ont franchi un seuil critique. Le tableau est accablant : perte de fertilité et ablation des sols forestiers, innombrables ravinements, glissements de terrain meurtriers dans les altérités (Sierra Madré notamment), crues et inondations liées à la diminution de la rétention en eau des sols, tarissement des nappes phréatiques en saison sèche... Dans la région de Bukidnon (Mindanao), ce sont les paysans eux-mêmes qui ont manifesté pour réclamer l’arrêt immédiat de l’exploitation forestière qui a des effets dévastateurs sur leurs champs.

Figure 3 : Les grandes régions climatiques des Philippines. A) Région occidentale (principalement soumise aux alizés du SW de mai à novembre. B) Région de transition (climats d’abri : Luzon, Visayas ; climats pluvieux toute l’année : Mindanao. C) Région orientale (soumise aux alizés du NE d’octobre à mai et aux cyclones de juillet à septembre). Précipitations moyennes annuelles :
1) > 3 000 mm.
2) 2 000-3 000 mm.
3) 1 000-2 000 mm.
4) 800-1 000 mm.
5) Sommets remarquables (en m.).

20L’érosion affecte indirectement certaines activités comme la pêche. Dans la baie de Bacuit, à Palawan, dont les environs ont commencé à être déforestés par la Pagdanan Timber Product Inc. dès 1985, l’eau est désormais affectée par des turbidités qui compromettent la vie des récifs coralliens et l’avenir des deux centres de plongée qui viennent de s'y installer (HODGSON. 1988). La déforestation de 6 % du bassin-versant de la Manlag qui débouche dans la baie, aurait provoqué la mort de 5 % des coraux pendant la seule année 1986 ; dans le même temps, les pêcheurs se plaignaient d’une nette diminution des prises, ce qui ne pourra être vérifié que dans un laps de temps plus long.

1920 : 500 000

1976 : 228 472 dont

Luçon 24 918

Palawan : 35 094

Mindanao : 109 358

Visayas 59 102

1988 :149 400*

1990 :139 000 dont

74 267 ha protégés par des décrets de 1981

Tableau 2 : Evolution de la surface des mangroves aux Philippines (en hectares).
* Evaluation d’après imagerie satellitale SPOT de 1988.

II. AUX ORIGINES DE LA DÉSTABILISATION DES MILIEUX NATURELS PHILIPPINS

21L’origine de la dégradation des milieux naturels ne peut être imputée à une unique cause, à la seule croissance démographique ou aux seules activités économiques ; complexe, elle découle d’un faisceau de facteurs économiques, sociaux et politiques.

A. La déforestation : kaingin ou exploitation forestière

22Un débat déjà ancien oppose tenants d’une déforestation à l’interface forêt/agriculture et ceux pour qui les exploitants forestiers seraient les véritables responsables. Ceux qui mettent la déforestation au compte des kaingineros et du kaingin ne manquent pas d’arguments, mais il faut d’abord noter que ces deux termes sont employés à propos de deux phénomènes complètement différents : d’une part, dans l’acceptation originelle du mot kaingin, la pratique par de petits groupes nomades ou sédentaires de l’agriculture itinérante sur brûlis ; d’autre part les défrichements résultant de l’établissement de migrants sur des fronts pionniers agricoles. La première reste assez limitée et aboutit selon des processus très lents à l’extension des kogonales ; les seconds au contraire sont très répandus quoique actuellement en désaccélération. Il y a une vingtaine d’années, CHOLLET (1970) notait : “... Il est très certain que l’agriculture itinérante est le mal no 1 des Philippines... Quand on survole cette île (Mindanao), on est réellement effrayé de l’ampleur des dégâts que l’on constate et qui sont d’autant plus graves qu’ils se produisent sur des terres en pente et sur des sols souvent légers...”. Mais pour certains experts, dans la décade 1960-70, le kaingin n'aurait représenté que 26 % de la destruction des forêts, soit 56 000 ha par an (SERNA, 1972).

23En fait le kaingin a rarement pour objet des forêts primaires trop difficiles à défricher (comme celles de “tu-og”, Petersianthus quadrialatus, signalées par BLANADET, 1984) ; il s’applique plutôt soit à des forêts secondaires, soit à des exploitations abandonnées par les forestiers. Les processus de disparition de la forêt peuvent se comparer à ceux de l’altération des roches : les routes et les sentiers ouverts par les forestiers jouent le rôle des diaclases ; les migrants s’y installent en “sitios” puis élargissent leur domaine par un lent travail de défrichement facilité par la disparition des plus grands arbres ; comme les axes de pénétration s’entrecroisent, peu à peu le massif forestier se désagrège non en boules mais en massifs de plus en plus petits qui finiront par disparaître au fil des ans. Parfois les premiers occupants de la forêt rejetés après avoir cédé leurs terres contre quelques présents, sont réduits à défricher les crêtes comme les Bilaan de Cotabato-Sud (BLANADET, 1984). En 1980, 30 % de la population philippine était établie sur d’anciennes forêts du domaine public ! De nombreuses voix s’élèvent pourtant aujourd’hui aux Philippines pour dénoncer les ravages de l’exploitation forestière. Rappelons d’abord une évidence trop souvent oubliée : l’exploitation moderne des forêts non seulement n’est pas destructrice, mais encore reste souvent une des meilleures garanties de la conservation de ce milieu. Aussi force est de constater qu’aux Philippines, les conceptions d’une majorité de sociétés exploitantes sont restées très archaïques.

Photo 1 : La déforestation touche même les parcs et les réserves des Philippines ; ici à l’entrée du Parc National de Bicol près de Daet au sud de Luçon, colonisation agricole, (cliché J.-M. Lebigre)

24Dans ce pays, l’exploitation forestière représente en effet une possibilité de profits aussi importants que faciles. L’Asian Development Bank estime qu’un hectare de forêt primaire rapporte environ 3 600 US $, une somme considérable dans ce pays où le niveau des prix est plutôt bas. De 1972 à 1988, l’exploitation forestière aurait représenté un chiffre d’affaires moyen de 2,65 milliards d’US $ par an. Les T.L.A. (Timber Lincensing Agreements) sont accordés à très bas prix à environ 90 grandes sociétés (appartenant à des familles d’origine chinoise) et ne rapportent que très peu à l’Etat. Par contre, ils sont parfois monnayés par ceux qui ont le pouvoir de les accorder. Cela n’empêche pourtant pas une partie de ces sociétés d’étendre en toute impunité leur exploitation au delà des zones qui leur ont été accordées. Ces sociétés ayant des liens très étroits avec les hommes politiques, l’armée ou la New People Army, cela les met à l’abri des poursuites.

25De 1973 à 1985. dans la Cordillère Centrale (province d’Abra), les forêts ont été exploitées par la Cellophil Resource Co et la Cellulose Processing Co sans la moindre concertation préalable avec les Tinggian et les autres petits groupes ethniques habitant cette forêt ; il en a résulté une montée des rebellions (NPA et CPLA), la nécessité d’une protection armée très coûteuse et l’échec final de l’opération (rapporté par HURST, 1990). A Samar où les coupes ont été provisoirement interdites en 1989 par le DENR (Departement of Environment and Natural Resources), deux sociétés forestières peuvent continuer à exercer illégalement leur activité dans les zones très étendues tenues par la NPA à laquelle elles apportaient aide médicale, ressources alimentaires et royalties avant l’interdiction. Des navires enlèveraient clandestinement le bois à destination du Japon (YABES, 1990), pratique courante aux Philippines si l’on doit en croire F. HURST.

26Les fonctionnaires du DENR ont des moyens d’intervention trop limités pour leur permettre d’être efficaces et n’ont pas une vocation de martyrs ; dans le contexte de guerre civile larvée qui règne aux Philippines, ils savent que leur vie ne pèse pas lourd face aux intérêts économiques en jeu. Par ailleurs, leur indépendance est toujours factice : tributaires des véhicules et les logements mis à leur disposition par les sociétés, on les imagine mal s’opposant à elles. Depuis qu’il est question que l'Etat interdise l’exploitation forestière sur tout l’archipel, les compagnies mettent en avant les pertes qui en résulteraient pour l’économie nationale et plus encore le malaise social induit par le licenciement de plusieurs milliers de travailleurs. Tout le monde sait pourtant que de toute façon l’exploitation de la forêt est condamnée à court terme... faute de matière première. Les Japonais qui avaient autrefois le quasi-monopole des importations de bois philippin en ont pris acte en délaissant l’archipel pour des régions mieux nanties, notamment au Sabah (SHIBATA, 1988). En conclusion, disons que c’est moins le principe de l’exploitation forestière qui est ici en cause que des méthodes partout dénoncées (HURST, 1990) : coupes rases sur fortes pentes, cycles d’exploitation (Basilan working cycle) non respectés, indigence des reboisements.

1977 : 2 428 000

1983 : 1 827 000

1978 : 2 552 000

1984 : 1 905 000

1979 : 2 816 000

1985 : 1 486 000

1980 : 2 763 000

1986 : 1 474 000

1981 : 2 040 000

1987 : 1 825 000

1982 : 1 781 000

1988 : 1 533 000

Tableau 3 : Production de bois d'œuvre aux Philippines en m3 (grumes, placages et contreplaqués). Source : Bureau for Forest Development.
Depuis 1970, on constate une nette décrue de la production de bois d’oeuvre aux Philippines. Cependant il y a lieu d’examiner ces chiffres avec réserve, une partie de la production n’étant pas déclarée ; de plus il faut ajouter 250 000 t de pâte à papier en moyenne par an. Plus de la moitié de cette production est exportée vers Hong-Kong, les Etats-Unis, Taïwan et le Japon.

B. Les mangroves victimes du développement de l'aquaculture

27L’utilisation des mangroves aux Philippines est sans doute un phénomène très ancien ; celles-ci sont en effet une source traditionnelle de bois de feu, de bois d’oeuvre, de tanin et de lambanog, l’alcool de nypa. L’exploitation du bois de feu, rendue excessive par la forte demande émanant de Manille (notamment les boulangeries) a fini par dégrader considérablement de nombreuses mangroves, ce qui a poussé les autorités en 1981 à mettre en réserve certaines d’entre elles. Parallèlement des défrichements rizicoles ont été effectués aux dépens des peuplements de nypa ce qui met en péril l’existence de ces derniers. Cependant le principal facteur de destruction relève du développement de l’aquaculture.

28L’aquaculture philippine en eau saumâtre a connu un essor remarquable depuis l’indépendance (tableau 4). Cela tient à la forte demande alimentaire en Chanos chanos (BRANELLEC, 1984) et plus récemment en crevettes Penaeus monodon. On cultive également de plus en plus en bassins les algues vertes Caulerpa lentillifera ou “lato” pour l’exportation. Les bassins ont été établis et continuent de s’établir en quasi-totalité aux dépens des mangroves. L’ensemble des littoraux de l’archipel est affecté par le phénomène, mais les régions les plus touchées par les défrichements sont les Visayas occidentales (îles de Panay et Negros) d’une part (59 074 ha en 1988), le SW de Luçon d’autre part (53 464 ha) et plus particulièrement la baie de Manille (fig. 5). L’acidification qui résulte de l’oxydation des tourbes racinaires de palétuviers dans lesquelles sont creusés les bassins est combattue grâce à des apports de calcaire ou de chaux. Si les défrichements destinés à la création de fishponds ne sont pas mis en question par les autorités philippines, c’est qu’ils procurent des emplois à plus de 200 000 personnes et que leur production représente un apport alimentaire de première importance. Pourtant à la disparition progressive des mangroves correspond une perte importante de nutriments garants d'une bonne production halieutique le long des côtes, ainsi qu’une raréfaction des nurseries naturelles où se développent les alevins de diverses espèces. Faute de maîtriser l’ensemble du cycle biologique des crevettes et des poissons comme Chanos chanos, l’aquaculture semi-intensive philippine porte donc en elle-même les germes d’une grave crise.

Photo 2 : Profond ravin entaillant les versants déforestés où s’étend Cebu City, ville d’un million d’habitants (île de Cebu, Visayas). (cliché JML).

1946 : 52 800

1983 : 196 269

1962 : 127 200

1984 : 206 525 : 198 727 t

1970 : 168 000

1987 : 210 458 : 234 584 t

1980 : 176 230 : 136 000 t

1988 : 210 681 : 240 206 t

1981 : 195 831 : 170 341 t

Tableau 4 : Evolution des surfaces couvertes (en hectares) par les bassins aquacoles, et de la production aquacole aux Philippines entre 1946 et 1988 (source : Fisheries Statistics of the Philippines).

C. Sédimentation, pollutions et prélèvements de matériaux menacent l’équilibre littoral

29Comme nous l’avons vu plus haut à propos de la déforestation de Palawan, la sédimentation est sans doute une des causes principales de destruction des écosystèmes littoraux aux Philippines. Elle affecte les récifs coralliens, très sensibles à la turbidité. Certaines catastrophes ne semblent d’ailleurs liées qu’à des phénomènes naturels comme les cyclones tropicaux. Un exemple remarquable est fourni par la destruction, consécutive à un cyclone tropical, du récif de Malboal sur la côte occidentale de Cebu en septembre 1984. En quelques heures, le récif a été irrémédiablement recouvert sous des tonnes de sable. Mettre cette catastrophe uniquement au compte de ce phénomène climatique serait oublier que la déforestation intensive de Cebu, en modifiant les équilibres sédimentaire et hydrique des bassins-versants, a une grande part de responsabilité.

30La baie de Calancan sur l’île-province de Marinduque (960 km2) offre l’exemple d’un autre mal assez répandu aux Philippines : le rejet des déchets miniers sur le littoral. La Marcopper Mining Corporation, filiale à 40 % d’une société canadienne, exploite à ciel ouvert le minerai de cuivre du mont Tapian dans le centre de l'île. Les réserves permettent d’entrevoir la suite de l’exploitation pour encore une vingtaine d’années, celle-ci contribuant pour 1,5 % aux exportations du pays. La société qui emploie un peu plus d’un millier de travailleurs pour la plupart autochtones et qui fournit l’électricité à toute l’île a une forte position sociale et économique. Les déchets cumulés de la mine ont représenté 145 millions de tonnes de 1975 à 1990. Rejetés par une longue conduite qui s’avance de 5 km en mer, ils recouvrent aujourd’hui environ 50 km2 de fonds marins, soit 25 % de la baie. Ainsi comprend-t-on pourquoi tous les herbiers et les coraux de cette baie ont été détruits. Cela a contraint les pêcheurs du village de Botilao à abandonner leur activité et parfois à quitter les lieux. Si l’on se réfère aux lois canadiennes et philippines, il n’y a pas de pollution à Calacan : les analyses n’ont en effet pas révélé la présence de substances toxiques dans les eaux, seul critère de pollution retenu par les deux législations. Le vif débat qui oppose les défenseurs de l’environnement et ceux de la mine n’a pour le moment abouti qu’à un programme conjoint de la Marcopper et du DENR consistant à planter des Rhizophora et des Acacia farnesiana le long du conduit de rejet où la sédimentation est particulièrement rapide.

31Selon un processus opposé, les prélèvements de sable, de graviers et de blocs coralliens constituent une pratique courante sur tout le littoral philippin. Les Espagnols ont ainsi construit de nombreux édifices en matériau corallien : c’est le cas de l’église de San Joaquin (XIXe siècle) à Panay ou du fort San Pedro à Cebu City (XVIe siècle). A Cebu, on continue d’ailleurs de prélever des blocs sur les récifs et du gravier sur les plages comme nous avons pu l’observer en maints endroits ; cela conforte un phénomène d’érosion des rivages, en dehors des embouchures, observé au sud de Luçon et aux Visayas. Pourtant il existe des solutions faciles qui consisteraient à substituer des matériaux pris aux collines et aux montagnes à ceux des littoraux.

32Nous terminerons cette rubrique en notant simplement que l’équilibre du littoral est également menacé par les développements urbain et industriel. Des pollutions, notamment celles liées à la multiplication de Dinoflagellés toxiques qui empoisonnent les mollusques, mettent en péril les activités comme l’ostréiculture.

D. Des méthodes de pêche destructrices

33Un certain nombre de méthodes de pêche prohibées sont à l'origine de grands dommages causés aux écosystèmes récifaux. Leur pratique est tellement répandue qu'il est difficile à l’Etat de s’y attaquer efficacement. La Philippine Fisheries Development Authority estime officieusement que50 % des captures des pêcheurs municipaux le seraient par des méthodes interdites (ALIBUTUD, 1990). Pourtant de 1981 à 1987, seuls 378 cas de pêche illégale ont été l'objet de procédures judiciaires, menant à 19 emprisonnements.

Figure 4 : Part en pourcentage de la superficie des forêts par région aux Philippines en 1988. Les régions sont indiquées par les chiffres qui les désignent ordinairement.

34La pêche aux explosifs, très commune, est une des plus destructrices. Les pêcheurs utilisent un mélange d’engrais ammoniaqué et de poudre ou d’essence dans des bouteilles de verre. Les bancs de poissons sont repérés par des plongeurs appelés snipers avant d’être exterminés. De nombreux pêcheurs ont été victimes d’accidents qui ont abouti à leur amputation.

35La pêche au cyanure, quoique interdite, est largement pratiquée aux Philippines depuis 1970, plus particulièrement à Palawan. Ce type de pêche a d’abord été utilisé pour capturer les poissons marins d’aquarium dont le pays est le premier exportateur mondial (70 % du marché). Il a été étendu à la capture des poissons les plus chers présentés en aquarium et consommés dans les restaurants de luxe de Hong-Kong, Singapour et Taipeh. Les tabletas de cyanure autrefois vendues dans les petits commerces 0,20 US $ le kilogramme ont augmenté (9 $/kg) à la suite de l’interdiction de ce type de pêche qui n’incluait aucune réglementation sur leur diffusion. Les Philippines consommeraient 1,2 million de tonnes de cyanure par an dont l'usage devrait être réservé à l’extraction de l’or. Cette pêche est pratiquée par des plongeurs alimentés en air par des tubes plastiques souples reliés à des compresseurs et armés de biberons dans lesquels les tabletas se dissolvent. La solution cyanhydrique très toxique projetée autour du poisson le paralyse permettant ainsi sa capture. En fait le résultat est médiocre car la majeure partie (80 %) des poissons ainsi capturés meurent dans les minutes ou les jours qui suivent. Ce type de pêche, cause importante de destruction des récifs coralliens, est dangereuse tant pour les consommateurs que pour les pêcheurs qui la pratique : la paralysie ou la mort de ceux qui ont été exposés par mégarde au cyanure est fréquente. De plus, le poisson vendu à bas prix aux intermédiaires qui ont souvent fourni le cyanure rapporte peu aux pêcheurs.

36Le muro-ami ou kayakas est une technique de pêche essentiellement pratiquée à Palawan et qui semble avoir été introduite à Cebu par des sociétés de pêche japonaises avant 1960. Le muro-ami est efficace pour la capture des poissons récifaux vivant en bancs comme Acanthurus bleekeri ou Caesio spp. Les campagnes durent de 6 à 10 mois pendant lesquels les jeunes pêcheurs s’entassent sur un gros bateau sous les ordres d’un maestro (maître de pêche). Cette pêche consiste à mettre en place d’immenses nasses par 25 m de fond le long des récifs, à partir d’une flottille de pirogues à balanciers, puis en faisant du bruit afin de faire fuir les poissons des profondeurs vers les filets. Les plongeurs utilisent de longues cordes où sont nouées des écharpes de plastique lestées d’objets hétéroclites : blocs de pierre, masses métalliques, frondes de palmiers, lattes de bois ou chaînes ; elles sont manipulées par 200 ou 300 plongeurs qui de manière coordonnée frappent le corail. Les dommages causés aux coraux et aux populations de poissons ont été jugés suffisamment graves pour que le muro-ami ait été interdit en 1986. Cela n’empêche pourtant pas certains fonctionnaires d’accorder encore quelques permis. Dangereux et mal rémunéré, ce travail est l’apanage d’enfants et d’adolescents recrutés dans les villages côtiers les plus pauvres de Cebu ; environ 7 000 personnes étaient employées annuellement au muro-ami avant cette interdiction particulièrement impopulaire.

37Ces trois techniques de pêche sont symptomatiques des liens qui existent entre pauvreté et destruction des milieux aux Philippines. Les mettre intégralement sur le dos de trafiquants serait une erreur. Elles relèvent hélas d’une logique plus subtile : plus ces pratiques se sont répandues, plus la production des écosystèmes concernés a diminué ; plus celle-ci a diminué, plus les pêcheurs ont été tentés de les appliquer pour survivre du fait de leur plus grande efficacité. On comprend que la menace de sanctions soit sans effets dans ce contexte de misère grandissante. La solution passerait plutôt par des contrôles sévères sur les marchés urbains : le poisson “dynamité“ (chaque jour 5 à 10 tonnes à Manille) est facile à reconnaître. Mais ne serait-ce pas prendre le risque de mécontentements populaires devant le renchérissement du produit auquel fatalement mèneraient ces mesures ?

38Un certain fatalisme conduit à prédire que ces pratiques s’éteindront faute de matière première. N’est-ce-pas déjà en bonne voie en ce qui concerne les coquillages de collection dont l’exportation est passée de 4 000 t/an à seulement un millier, ces dix dernières années (BOUCHER, 1990) ?

Figure 5 : L’aquaculture dans la baie de Manille en 1973 (d’après la feuille 2 511 de la carte des Philippines au 1 : 250 000“ - Coast and Geodesic Survey). 1. Courbes bathymétriques. 2. Mangrove. 3. Mangrove à Nypa. 4. Bassins et salins. 5. Rizières.

39La difficulté de concilier protection de la nature et activités productives est illustrée par les problèmes que connaît actuellement le récif corallien de Tubbataha. Ce parc national qui s’étend sur 32 000 ha dans la mer de Sulu est le premier de ce type à avoir été créé aux Philippines en 1988. Il est aujourd’hui l’enjeu d’un conflit entre ceux qui désirent le protéger et la Shemberg Marketing Co, société spécialisée dans la production d’algues. Un peu avant la signature du décret créant le parc, cette société avait obtenu l’accord des autorités provinciales de Palawan pour installer 6 000 familles sur l’île de Cagayan, ce qui aurait permis de cultiver et de récolter l 000 tonnes d’algues par mois. En elle-même, cette activité ne met pas en péril l’écosystème ; par contre la présence d’une population aussi nombreuse et la nécessité qu’elle aurait de s’alimenter sur place pour compenser son isolement conduisent à une probable catastrophe. Des pêcheurs liés à la société détruisent déjà le corail au cyanure et à l’explosif, ramassent les oeufs des oiseaux et tuent les tortues (ARQUIZA, 1990). La société a beau jeu d’opposer son projet qui amènera des revenus réguliers à d’actuels sans-emplois au parc, créé selon elle pour agrémenter les loisirs des plus riches. Le même dialogue de sourds se reproduit de plus en plus souvent, créant des tensions de plus en plus vives entre protecteurs de l'environnement et communautés s’estimant en droit de gérer à leur guise le milieu dans lequel elles vivent.

III. QUELLES SOLUTIONS ?

40La prise de conscience des menaces soulevées par la crise de l’environnement aux Philippines est aujourd’hui très clairement exprimée par les autorités du pays, les médias et les milieux universitaires. Elle a en revanche plus de mal à faire jour chez la grande majorité de la population pour qui le concept de devenir écologique de l'archipel est oblitéré par l'obligation de vivre au jour le jour. Dans le même temps, une autre prise de conscience a commencé à se développer, celles des erreurs accumulées pendant des années dans l’approche du problème.

A. Des institutions débordées par l’ampleur de la crise

41Aux Philippines, les organismes dont l’objectif est de tenter de résoudre les problèmes d'environnement sont suffisamment nombreux pour qu’une ébauche d’harmonisation ait été esquissée en 1988, lors du Symposium-Workshop on Environmental Research and Development de Los Banos (PCARRD. 1990). Il s’agit avant tout d'agences gouvernementales rattachées à différents ministères. Ainsi le Philippine Council for Agriculture, Forestry and Natural Resources and Development (PCARRD) est rattaché au Department of Science and Technology (DOST). En 1988, a été créé en son sein l'Environmental Research Division (ERD) chargée de coordonner les actions environnementales menées dans le pays. Le Department of Environment and Natural Resources (DENR) a succédé au Department of Natural Resources en 1986. C’est l'équivalent de nos services des Eaux et Forêts, de la Géologie et des Mines et de L’Environnement réunis au sein d’une même structure. Plusieurs agences s’y partagent le travail, notamment l'Environmental Management Bureau (ERDB). L’ERDB qui a remplacé le Forest Research Institute (FORI) comprend plusieurs divisions de recherche sur les écosystèmes forestiers, les écosystèmes d’eaux douces et saumâtres, les écosystèmes herbeux et sur les aires dégradées. Des financements en provenance d’organismes internationaux comme la Banque Mondiale et d’agences de coopération bilatérale comme l'USAID, lui permettent de gérer un grand nombre de programmes. L’Université des Philippines travaille également aux questions d’environnement à travers quelques instituts spécialisés établis à Los Banos (Institut of Environmental Science and Management, College of Forestry, College of Human Ecology, etc...) et des centres universitaires régionaux. Cette liste pourrait être élargie aux activités du Department of Agriculture, et à de nombreuses autres universités publiques ou privées. Enfin, il faut retenir le rôle de plusieurs organisations non gouvernementales, comme l’Haribon Foundation dédiée à la conservation des milieux naturels et de leur diversité biologique, ou encore le Lingkod Tao Kalikasan qui essaie de sensibiliser les Philippins aux problèmes d’environnement.

42L’impression qui ressort est celle d’une forte émulation entre les différents organismes. Mais celle-ci va-t-elle dans le bon sens ? Au lieu d’aller vers une spécialisation et l'apprentissage d’un savoir faire propre à chacun d’eux, il semble que la principale préoccupation de certains de ces organismes est de s’arroger un droit de regard sur l’ensemble des problèmes en matière d’environnement, s’accordant ainsi des compétences de plus en plus larges. Cette solution de facilité ne viserait-elle pas en fait à conjurer le désarroi de ceux qui ont pris la véritable mesure d’une crise insoluble à bien des abords ?

B. Des opérations de reboisement insuffisantes

43Le bien-fondé du reboisement et de la réhabilitation des écosystèmes forestiers dégradés est souvent mis en doute dans les pays tropicaux, pour des raisons de rentabilité immédiate (DUPUY. 1989). Ce n’est pas le cas aux Philippines où les opérations de reboisement sont depuis plusieurs années considérées comme d’importance vitale. En effet, à défaut de pouvoir enrayer le mouvement de déforestation, il parait essentiel de créer des forêts d’exploitation sur le modèle de celles qui existent depuis longtemps en Europe. Malheureusement les résultats ne sont pas encore à la mesure du problème (fig. 6). On ne peut que constater l’irrégularité des reboisements effectués depuis 1975. Ces opérations sont loin de compenser quantitativement la déforestation puisque moins d’un million d’hectares ont été reforestés depuis l’indépendance. Les plantations sont effectuées soit directement par le DENR, soit dans le cadre de coopératives, soit plus rarement par les sociétés d’exploitation forestières. Celles-ci à la recherche de gains immédiats et peu soucieuses de l’avenir ne respectent que rarement les contrats qui les contraignent à reboiser des surfaces équivalentes à celles qu’elles ont dépouillées. Comme nous l’avons déjà vu, les contrôles étant difficiles et les sanctions inexistantes, elles peuvent continuer à ignorer la catastrophe dont elles seront-elles-mêmes un jour victimes.

Photo 3 : Un indice d'érosion littorale à Miago sur l’île de Panay (Visayas), le déchaussement du système racinaire des cocotiers sur le haut de plage, (cliché JML).

44Qualitativement le résultat est également médiocre. Certains reboisements ont été mal conduits (CHOLLET, 1970) et un grand nombre de plantations sont faites avec des essences à croissance rapide : Albizzia falcataria (sau des Moluques), Leucaena leucocephola (ipil-ipil géant), diverses espèces d’Eucalyptus. Une seule espèce de Diptérocarpacées, l’apitong (Dipterocarpus grandiflorus) est utilisé en reforestation. A ce sujet, signalons qu’il faut 100 ans pour que la plupart des Diptérocarpacées atteignent leur taille adulte. D’autres essences forestières font l’objet de plantations comme les tecks, les molaves, Octomedes sumatrana (une Datiscacée), Aleurites moluccana (une Euphorbiacée), Anthrocephalus chinensis et Casuarina equisetifolia. Le narra, Pterocarpus indicus, arbre national des Philippines apprécié pour son bois en menuiserie et ses propriétés thérapeutiques, est utilisé non seulement en reforestation, mais aussi comme arbre ornemental des villes.

45Sur les littoraux, un programme d’afforestation en palétuviers a débuté, il y a quelques années, à l’initiative de la Banque Mondiale. De très nombreux travaux sont en cours aux Visayas et dans le sud de Luçon, à Jatafe sur l’île de Banacon près de Bohol, sur les rivages de Cebu, à Pagbilao et sur l’île d’Alabat dans la province de Quezon, à Bacacay dans la province d’Albay, dans la province de Sorsogon (8 projets totalisant 450 ha plantés en 1991, à Babantgon (Leyte), sur les îles de Marinduque et de Masbate, etc. Il s’agit pour l’essentiel de créer de nouvelles mangroves favorisant l’accrétion sédimentaire.

46Un des principaux problèmes relatif à ce type de sylviculture tient aux balanes (Balanus spp.). Ces Cirripèdes constituent un fléau qui limite la croissance des jeunes Rhizophora et provoque un taux élevé de mortalité (MELANA, 1988). Lorsque la plantule en est couverte, cela affecte sa respiration et la photosynthèse avant que les premières feuilles apparaissent. La meilleure réponse consiste à prévoir un espacement suffisant entre les plants et de faire en sorte que ceux-ci soient placés dans la zone touchée uniquement par les hautes mers de vive-eau, ce qui représente d’autres risques. Un curieux cas de mortalité dans des plantations de palétuviers a été observé à Leyte où Diopatra cuprea un saprophyte de la famille des Onuphidés, au lieu de se limiter à la décomposition des déchets végétaux, s’attaque aux jeunes plants d’Avicennia marina (MELANA, 1988) : la plante défoliée par l’animal meurt. Des cas semblables ont été relevés sur Rhizophora stylosa à Bohol.

C. Faire gérer la forêt par ses occupants

47Comme partout ailleurs en Asie du SE, il existe aux Philippines un conflit latent entre l'Etat, propriétaire du domaine forestier, et les occupants de la forêt. Pendant les colonisations espagnole puis américaine, les habitants de la forêt-domaine public étaient généralement laissés en paix en raison de leur isolement et de l’absence de compétition sur les richesses forestières. A partir de 1975, le domaine public passe sous la juridiction du Forest Management Bureau (FMB). La nouvelle législation (Revised Forestry Code) ne reconnaît aucun droit, ni aux migrants installés de fraîche date dans les secteurs de forêt, ni même aux minorités qui habitent la forêt depuis des siècles : on présume ces derniers incapables de gérer le domaine qu’ils occupent et on les assimile désormais à des squatters. Le résultat tangible de cet abus de pouvoir est l’érosion des intérêts à long-terme des occupants de ces forêts (GIBBS et al., 1990) : 65 % des forêts du domaine public sont aujourd’hui transformées en zones d’herbes ou en terres agricoles à faible rendement.

48Le Forest Occupancy Management Programm est alors créé en 1975 pour octroyer des permis d’occupation du sol et contrôler les activités des habitants du domaine forestier. En fait, le FMB ne s’est même pas montré capable de recenser la population qu’elle devait surveiller. En 1978 et 1979, cet organisme lance de nouveaux programmes agro-sylvicoles qui s’inspirent du taungya birman et visent à encourager les paysans à planter des arbres : Communal Tree Farming et Family Approach to Reforestation. Mais jusqu’en 1981, il n'y a eu que 33 000 ha plantés pour tout l’archipel. Cet échec, d’abord perçu en termes techniques et réglementaires par des gens formés à la seule sylviculture, va progressivement l’être en termes sociaux, économiques et institutionnels.

49C’est en 1981 que le FMB, prenant enfin conscience des implications sociales de la gestion des forêts crée l’Upland Development Working Group (UDWG). Ce groupe de travail comprend des volontaires du FMB et des personnes extérieures à cet organisme, scientifiques ou responsables d’ONG. Il analyse en premier lieu les raisons de l’échec et évalue les résultats de quelques expériences alternatives et de celles d’agences gouvernementales utilisant des approches sociales dans d’autres domaines que la forêt. Des projets-pilotes sont alors créés à travers l’archipel, qui doivent servir de référence à un futur programme national.

50En dépit des réserves de l’UDWG qui estime sa création prématurée, l’Integrated Social Forestry Programm (ISFP) est lancé par le FMB en 1982 sous la pression du pouvoir. L’expérience de Bulolakaw entre dans ce cadre. Bulolakaw est un village des hautes-terres méridionales de Cebu situé à 700 m d’altitude (BORLAGDAN. 1990). Si sa création date de la fin du XIXe siècle, ce n’est que grâce à l’afflux des migrants pendant l’occupation japonaise qu’il prit sa forme actuelle. Y vivent 92 familles cultivant du maïs et des légumes dans des conditions difficiles. C’est par exemple à pied que les habitants se rendent au bourg le plus proche pour vendre leurs légumes. Depuis 1984, le village est un des trois projetspilotes de l’Upland Development Programm (UDP) assisté par la Fondation Ford. Les responsables de l’ISFP et de l'UDWG l’ont choisi pour tester leur nouvelle approche de social forestry.

Figure 6 : Surfaces reforestées annuellement aux Philippines de 1975 à 1988.

51Le projet a essayé de répondre aux besoins fondamentaux des habitants du village. Ce qui impliquait d’identifier les problèmes auxquels ils étaient confrontés : absence de sécurité concernant l’exploitation des terres, difficultés d’accéder au marché, absence de crédit, carence des services de santé, approvisionnement en eau et bien entendu, difficulté de trouver des emplois. Les objectifs ont été, premièrement d’établir une base organisationnelle reposant sur le système indigène de partage du travail, l'alayon ; deuxièmement de fournir des moyens de gestion et de résoudre les problèmes de crédit (approvisionnement en eau, projets de santé et de nutrition) ; enfin de prendre des mesures de conservation des sols par la construction de murettes de pierre et la plantation de haies vives ainsi que par la mise en place de pépinières d’essences forestières et de plantations de poivriers.

52Le projet a bénéficié de l’aide de nombreuses administrations et d’un bon encadrement. Aussi les premiers résultats semblaient-ils encourageants. Mais sachant qu’il faudra tenir compte de la spécificité de chaque nouveau cas et que les différentes administrations ne feront probablement pas autant de louables efforts que ceux qu’elles ont consenti à Bulolakaw, qu'il faudra par ailleurs former et payer des milliers de vulgarisateurs, on peut prendre conscience du large écart qui sépare un cas isolé de la solution des problèmes à l’échelle du pays.

D. Un nouveau pari : gérer le littoral

53Gérer le littoral, c'est d’abord avoir une politique à long-terme de “défense et restauration des sols” au niveau des bassins-versants de façon à enrayer les processus de sédimentation dans les milieux récifaux. C’est dire que la solution de ce problème est étroitement liée à la lutte contre la déforestation et à la reforestation. Une autre priorité serait de préserver la qualité des eaux estuariennes et côtières en créant des stations d’épuration des eaux usées pour les principales agglomérations, et en prévenant d’éventuelles catastrophes entraînant la pollution des eaux. Par ailleurs, tandis que la reforestation en palétuviers est déjà une réalité, ni la protection des littoraux gravement menacés par l’érosion, ni la réhabilitation des récifs coralliens morts ne sont encore à l’ordre du jour aux Philippines.

54Une bonne gestion du littoral passe également par la découverte d’alternatives aux méthodes de pêche prohibées permettant d’assurer l’approvisionnement en produits de la mer à des coûts acceptables par les consommateurs. La prévention des conflits potentiels entre différents utilisateurs du littoral et des eaux côtières fait partie des priorités édictées par le Symposium on Environmental Research and Development de décembre 1988 (PCARRD, 1990). A ce propos, nous avons pu constater l’existence de plusieurs conflits entre pêcheurs et promoteurs d’activités de loisirs. Dans tous les futurs projets, il semble désormais accepté que la participation de la population soit un préalable à toute tentative de conservation et de réhabilitation du milieu. Cela veut dire qu’il faut compter avec le temps alors que l’urgence d’agir s’impose.

Photo 4 : Plantations expérimentales de Rhizophora mucronata à Pagbilao (isthme de Tabayas, Luçon). (cliché JML)

CONCLUSION

55Ces trois dernières décennies, les forêts et les écosystèmes littoraux des Philippines ont subi des destructions sans commune mesure avec celles qu’elles avaient connues auparavant. Tant que la déforestation a touché les plaines et les terroirs à faibles pentes de l’archipel, rizières et plantations (cocoteraies principalement) se sont substituées à la forêt ; il y a presque toujours eu une lente transformation des milieux naturels en milieux productifs et stables. Il en va tout autrement aujourd’hui, les régions touchées par l’anthropisation étant montagneuses ou littorales, c’est-à-dire là où l’environnement est le plus fragile. Ce phénomène d’appauvrissement et de déstabilisation des milieux a atteint un point de non-retour : l’érosion est partout très active et l’équilibre des littoraux est gravement bouleversé. Pourtant l’exemple des fantastiques aménagements de versants de la Moutain Province à Luçon est là pour rappeler aux Philippins qu’autrefois on savait tirer parti des milieux les plus sensibles.

56Les crises de l’environnement se définissent par leur ampleur, leur irréversibilité et l’incapacité de les maîtriser à laquelle l’Homme, lorsqu’il en est l’instigateur, se trouve confronté (P. et G. PINCHEMEL, 1988). Aux Philippines, ces trois critères se trouvent réunis : les phénomènes de déstabilisation des milieux ont touché brutalement l’ensemble des îles, en dépit de certaines disparités régionales ; ils sont irréversibles au moins en ce qui concerne la perte de biodiversité ; enfin il est probable qu’ils s’éteindront, comme un feu après épuisement du combustible, avant d’avoir été maîtrisés. Un nouvel équilibre sera atteint, mais nul ne peut dire quand et à quel prix, ce dernier étant vraisemblablement très élevé en terme de pertes de ressources et de travaux de restauration des sols. Les attitudes que l’on est tenté d’adopter face à cette crise dont la dimension pantropicale est largement démontrée (notamment RAMADE, 1987) oscillent entre désarroi et fatalisme. La crise de l’environnement philippin est à la croisée d’une inextricable situation démographique, économique et socio-politique : explosion démographique exponentielle, irresponsabilité des possédants, carences des systèmes d’éducation, surexploitation des ressources naturelles, pauvreté... Aussi l’espoir d’une solution à moyen terme semble-t-il illusoire : la révolution des mentalités en cours prendra du temps, même accélérée sous la pression des événements. D’autant plus qu’elle doit passer par une réforme agraire véritable permettant d’intensifier la production agricole et de promouvoir une meilleure justice sociale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALIBUTUD J.R. et al. - 1990 - Saving the Earth - The Philippine Experience. Metro-Manila, Philippine Center for Investigative Journalism, 120 p.

ARQUIZA Y.A. - 1990 - The Tubbataha Contreversy. In : Saving the Earth - The Philippine Experience. Metro-Manila, P.C.I.J., p. 47-59.

BLANADET R. - 1984 - Les fronts pionniers en Asie du Sud-Est. Paris, L'Harmattan, 749 p.

BLANADET R. - 1987 - La réforme agraire aux Philippines et ses résultats provisoires. Les Cahiers d'Outre-Mer, XL, 157, p. 27-46.

BORLAGDAN S.B. - 1990 - Social Forestry in Upland Cebu. In : Keepers of the Forest - Land Management Alternatives in South-East Asia. Manila, Ateneo de Manila University Press, p. 266-276.

BOUCHET P. - 1990 - Extinction et conservation des espèces dans le monde tropical : quel avenir pour les Mollusques ? Les Cahiers d’Outre-Mer, 43, 172, 475-488.

CHOLLET A. - 1970 - Les forêts aux îles Philippines. Bois et Forêts des Tropiques, 130, p. 23-30.

CORNISTA L.B. et ESCUETA E.F. - 1990. - Communal Forest Leases as Tenurial Option in the Philippines Uplands. In : Keepers of the Forest - Land Management Alternatives in South-East Asia. Manila, Ateneo de Manila University Press, p. 134-144.

DUPUY B. - 1989 - Plaidoyer pour le reboisement dans les zones tropicales humides. Bois et Forêts des Tropiques, 221, p. 31-44.

GIBBS C., PAYUAN E. et DEL CASTILLO R. - 1990 - The Growth of the Philippine Social Forestry Program. In : Keepers of the Forest - Land Management Alternatives in South-East Asia. Manila, Ateneo de Manila University Press, p. 253-265.

HALLE F. - 1986 - Un système d’exploitation ancien, mais une interface scientifique nouvelle : l'agroforesterie dans les régions tropicales. In : Milieux et paysages. Masson, Recherches en Géographie, p. 37-53.

HODGSON G. - 1988 - Squid versus chainsaws in the Philippines. Canopy International, 14, 4, p. 10.

HUETZ de LEMPS A. - 1988 - La mise en valeur d’une montagne tropicale : la Cordillère du Nord de Luzon (Philippines). In : L’homme et la montagne tropicale. Bordeaux, SEPANRIT, p. 137-142.

HURST F. - 1990 - Rainforest politics - Ecological Destruction in South-East Asia. London, Zed Books, 303 p.

HYMAN E.-L. - 1983 - Les petites exploitations lignicoles aux Philippines. Unasylva, 139, p. 25-31.

Institut de Géomorphologie de Nice - 1991 - Séisme aux Philippines - 16 juillet 1990 - Dégâts et expression géomorphologique. Nice, CRDP, 56 p.

LIM T.G.,VALENCIA M.J. et al. - 1990 - Conflict over Natural Ressources in South-East Asia and the Pacific. Manille, Ateneo de Manila University Press, 268 p.

MELANA E.E. - 1988 (a) - Barnacle infestation in mangroves. Manille, Canopy International, 14, 4, p. 10.

MELANA E.E. - 1988 (b) - The insidious invasion on the mangroves. Manille, Canopy International, 14, 5, p. 7-8.

NEWMAN A. - 1990 - Les forêts tropicales - Comment les sauver ? Paris, Larousse, 248 p.

PCCARD - 1990 - Environmental Resarch and Development. Los Banos, Departement of Science and Technology, PCARRD, Book Series, 102, 80 p.

PERARD J. - 1984 - Recherches sur les climats de l’archipel malais : Les Philippines. Université de Dijon, thèse de doctorat d’Etat, 922 p.

PINCHEMEL P. et G. - 1988 - La face de la Terre. Paris, A. Colin, coll. U, 520 p.

POFFENBERGER M. (éd. sc.) - 1990 - Keepers of the Forest - Land Management Alternatives in South-East Asia. Manila, Ateneo de Manila University Press, 289 p.

RAMADE F. - 1987 - Les catastrophes écologiques. Paris, Mc Graw-Hill, 318 p.

SAJISE P.E. et OMEGAN E.A. - 1990 - The changing Upland Landscape of the Northern Philippines. In : Keepers of the Forest - Land Management Alternatives in South-East Asia. Manila, Ateneo de Manila University Press, p. 56-68.

SALVAT B. - 1990 - Menace et sauvegarde des espèces des récifs coralliens. Les Cahiers d'Outre-Mer, 43, 172, p. 487-502.

SERNA C.B. - 1972 - Kaingins : facts, figures and why ? Reforestation Monthly, 1, p. 3-5.

SHIBATA K. - 1988 - Forest development in SouthEast Asia and Japonese firms. In : Travaux et Documents de Géographie Tropicale, 61, 93-104.

WHITE A. - 1987 - Philippine Coral Reefs : a Natural History Guide. Quezon City, New Day Publishers, 223 p.

YABES C. - 1990 - Samar : boon or ban. In : Saving the Earth - The Philippine Experience. Metro-Manila, Philippine Center for Investigative Journalism, p. 15-19.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les densités de population par provinces aux Philippines en 1970 et en 1988.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 2 : Le recul de la forêt aux Philippines de 1965 à 1988 (d'après l’imagerie SPOT). 1. Emprise des massifs forestiers en 1965. 2. Emprise des massifs forestiers en 1988.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 3 : Les grandes régions climatiques des Philippines. A) Région occidentale (principalement soumise aux alizés du SW de mai à novembre. B) Région de transition (climats d’abri : Luzon, Visayas ; climats pluvieux toute l’année : Mindanao. C) Région orientale (soumise aux alizés du NE d’octobre à mai et aux cyclones de juillet à septembre). Précipitations moyennes annuelles :1) > 3 000 mm.2) 2 000-3 000 mm.3) 1 000-2 000 mm.4) 800-1 000 mm.5) Sommets remarquables (en m.).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Photo 1 : La déforestation touche même les parcs et les réserves des Philippines ; ici à l’entrée du Parc National de Bicol près de Daet au sud de Luçon, colonisation agricole, (cliché J.-M. Lebigre)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Photo 2 : Profond ravin entaillant les versants déforestés où s’étend Cebu City, ville d’un million d’habitants (île de Cebu, Visayas). (cliché JML).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 4 : Part en pourcentage de la superficie des forêts par région aux Philippines en 1988. Les régions sont indiquées par les chiffres qui les désignent ordinairement.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 5 : L’aquaculture dans la baie de Manille en 1973 (d’après la feuille 2 511 de la carte des Philippines au 1 : 250 000“ - Coast and Geodesic Survey). 1. Courbes bathymétriques. 2. Mangrove. 3. Mangrove à Nypa. 4. Bassins et salins. 5. Rizières.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Photo 3 : Un indice d'érosion littorale à Miago sur l’île de Panay (Visayas), le déchaussement du système racinaire des cocotiers sur le haut de plage, (cliché JML).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Figure 6 : Surfaces reforestées annuellement aux Philippines de 1975 à 1988.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Photo 4 : Plantations expérimentales de Rhizophora mucronata à Pagbilao (isthme de Tabayas, Luçon). (cliché JML)
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10421/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540