Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux littoraux

Les littoraux tropicaux

Enregistreurs de l’évolution de l’environnement

Registration of environments on tropical shores

René Battistini et Jean-Michel Lebigre

Résumé

Certains éléments spécifiques aux littoraux tropicaux (récifs coralliens, mangroves), ou connaissant un développement particulièrement important en milieu tropical (beach-rocks, encoches de corrosion), fournissent des indications sur l’évolution pléistocène, holocène et actuelle du littoral, jouant le rôle d’enregistreurs des variations du niveau marin et/ou des changements paléoclimatiques. Les méthodes de datation radiométriques, lorsqu’elles sont applicables, permettent d’établir une chronologie absolue des événements ainsi archivés. Chaque élément d’un milieu naturel a une fonction d’enregistreur, mais sa validité en l’état des techniques actuelles est variable selon les cas.

Some data, typical of tropical shores (coral reefs, mangals), or particularly developed in the tropical belt (beach rocks, corrosion notches) provide data on Pleistocene, Holocene or Present-time evolution of shorelines, since they testify sealevel changes and/or paleoclimatic modifications. Radiometric methods, when avaible, result in an absolute chronology of registrered events. Each element of a particular natural environment plays a part in registration, but its value in the present state of techniques varies with the cases.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les littoraux tropicaux représentent un immense domaine morcelé en une multitude de milieux différents : grands étirements de cordons littoraux et de plages, îlots et récifs coralliens, embouchures deltaïques ou estuariennes parfois de la taille de petits Etats européens... Par rapport à leurs homologues tempérés et froids, ces littoraux présentent un certain nombre d’éléments originaux : récifs coralliens, mangroves et tannes, et même beach-rocks qu’ils partagent avec les régions méditerranéennes. Ce sont essentiellement vers ces éléments que s’est portée cette mise au point. Nous examinerons successivement l’utilisation des beach-rocks comme indicateurs de la dynamique littorale, et celle des récifs coralliens fossiles comme indicateurs des variations récentes (Holocène) et anciennes (Pléistocène) du niveau marin. Le milieu complexe des marais maritimes tropicaux permet un archivage de l’évolution holocène (sols, dépôts profonds, tourbes, pollens, etc.), et à plus court terme un enregistrement de certains événements naturels et anthropiques. La validité des différents indices sera discutée.

I. UN EXEMPLE D'INDICATEUR DE LA DYNAMIQUE LITTORALE : LES BEACHROCKS

2La consolidation des sédiments de plage en beach-rock est un phénomène caractéristique à la fois des littoraux tropicaux et des littoraux méditerranéens. Tous les littoraux tropicaux ne possèdent cependant pas de beach-rocks. La principale condition de leur formation semble être la présence de sédiments carbonatés, que ces carbonates proviennent des affleurements géologiques locaux, ou plus généralement de récifs coralliens, ou encore d’une abondance particulière de débris coquilliers.

A. Caractères généraux des beach-rocks

3Le beach-rock se présente en dalles inclinées, dont le pendage est celui des lits de plage originels indurés (photo 1). La cimentation, de type carbonaté (aragonite, calcite magnésienne ou non magnésienne), s’effectue au niveau de l’étage médiolittoral. Ainsi qu’il en a été convenu au colloque de Lyon sur le beach-rock (DALONGEVILLE et SANLAVILLE éd., 1984), l’expression “grès de plage” (beach sandstone) ne désigne qu’incomplètement ce que l’on appelle beach-rock, car ce dernier peut être constitué non seulement par des sables cimentés, mais aussi par des éléments grossiers, en particulier des galets (beach conglomerate).

4La cimentation est un phénomène actuel dont les modalités semblent comparables dans les mers chaudes et en milieu méditerranéen. Dans un premier stade, elle s’opère en profondeur dans le matériel immobilisé de la plage. Dans ce beach-rock naissant une certaine porosité du matériel est nécessaire, permettant la circulation des fluides interstitiels, véhiculant les carbonates qui formeront le ciment. Le ciment est constitué dans ce premier stade par un feutrage d’aiguilles d’aragonite, donnant un grès tendre en général jaunâtre que l’on peut observer, en creusant sous le matériel superficiel encore mobile de la plage. Dans un second stade, un recul de la plage est nécessaire pour qu'apparaisse à l’air libre le sommet de la dalle cimentée qui va se trouver progressivement déchaussée. La cimentation se poursuit à l’air libre jusqu’à donner une roche de moins en moins poreuse, difficile parfois à casser au marteau. Parmi les processus qui contrôlent cette cimentation interviennent à ce stade les précipitations par évaporation de l’eau de mer, et celles stimulées par les activités métabolique et fixatrice de microorganismes. Il semble qu’une certaine variété existe dans la composition finale des ciments, l’aragonite, la calcite magnésienne et la calcite non magnésienne pouvant intervenir à des dosages variés.

5Dans le cas habituel, la disposition observée est celle de dalles successives de beach-rocks, à pendage de 3 à 15° vers la mer (pente des dépôts de plage originels), donnant une morphologie de micro-cuestas à front tourné vers la terre. Les dalles les plus anciennes sont les plus éloignées de la plage actuelle, donc du côté de la mer ; elles sont plus érodées et plus lapiazées, et souvent la roche y est noirâtre à verdâtre, à cause d’une pellicule d’algues microscopiques, surtout des Cyanophycées endolithes qui jouent un rôle essentiel dans leur corrosion. Les dalles les plus récentes, qui viennent d’être exhumées de la plage, gardent par contre encore une teinte claire et sont peu ou pas érodées.

6Le beach-rock est un indicateur essentiel dans l’étude de la dynamique des littoraux tropicaux. Ce n’est pas un indicateur de niveau marin (sauf dans le cas particulier, qui sera examiné plus loin, de lignes d'arrecifes immergées), mais un indicateur de recul du trait de côte et de position ancienne de la ligne de rivage. Chaque banc ou dalle de beach-rock représente autant de positions anciennes de la plage, qu’il est d’ailleurs possible de dater par la méthode du C14. Toute étude de l’évolution de la ligne de rivage doit donc comporter en priorité une cartographie des beach-rocks, essentielle pour localiser les secteurs en recul, en conjonction avec d’autres éléments d’appréciation : existence ou non d’une falaise vive ; végétation ancienne jusqu’au trait de côte, arbres déchaussés sur la haute plage, etc. Nous donnerons quelques exemples d’utilisation de beach-rocks dans l’étude de la dynamique littorale avant d’examiner le cas particulier des arrecifes.

Photo 1 : Beach-rock témoignant du recul de la plage dans la partie NW de la caye de Nosy-Ve (SW de Madagascar). Sur la gauche du cliché, jeunes beach-rocks récemment dégagés. La haute plage est jonchée de fragments de dalles arrachés lors des tempêtes, (cliché R. Battistini).
Beach rock testifying a beach retreat in the NW part of the Nosy Ve sand cay (SW coast of Madagascar). At the left of the photography, young beach rocks recently got out.

B. Evolution des flèches à pointe libre et des accumulations de fond de baie

7Les beach-rocks peuvent être utiles pour la reconstitution de l’évolution de flèches littorales, conjointement à la cartographie des anciennes crêtes de plage. Ils fournissent des indications directionnelles mais aussi des renseignements sur la sédimentologie, la pente des plages et aussi éventuellement l’âge (par la méthode du C14) des parties anciennes de l’accumulation. Ils peuvent aider aussi à préciser la position actuelle du fulcrum.

8Dans le cas d’accumulations de fond de baie, il peut arriver que certains bancs anciens de beach-rock présentent une obliquité plus ou moins grande par rapport à la plage actuelle. Cette obliquité peut avoir des causes locales, mais aussi résulter d’une modification de la forme générale de la baie, ou du régime des vents dominants. Dans certains cas, on observe des discordances importantes entre des bancs d’une ancienne série de beach-rock, et une série plus récente venant en recouvrement, témoignage d’une évolution compliquée qu’il n’est pas toujours aisé de reconstituer (SALOMON, 1986, p. 771).

C. Evolution des récifs coralliens à caye

9Les îles sableuses (cayes) des récifs à caye sont un lieu privilégié de formation de beach-rocks du fait de la nature carbonatée du matériel (fig. 1). Certaines cayes ne présentent un beach-rock que du côté au vent, ce qui témoigne d’une translation d’ensemble de la caye vers le côté sous-le-vent du récif (fig. 1. A, C, G). D’autres cayes ont des beach-rocks des deux côtés, indice d’une rétractation d’ensemble de l’accumulation (fig. 1. B, D). Dans de nombreux cas seuls subsistent, sur les platures coralliennes, des bancs isolés de beach-rock, fantômes de cayes complètement disparues. Si une nouvelle caye se construit sur le même emplacement, on observe alors une seconde génération de beach-rocks sans aucun rapport directionnel ou de pendage avec les beach-rocks plus anciens qu’elle recouvre en discordance (fig. 1. E, F). La rapidité de l’évolution morphologique, la fragilité des constructions sableuses récifales, sont parfois à l’origine de dispositions encore plus compliquées des beach-rocks, créant un puzzle qu’il est parfois malaisé de déchiffrer.

Figure 1 : A à D - Beach-rocks sur quatre récifs à caye au sud de Morombe (SW de Madagascar) : Nosy Ve (A), Nosy Hao (B), Nosy Fasy (C) et Nosy Andrahombava (D). E. Deux beach-rocks discordants d’un point de vue directionnel sur un récif à caye près de Morombe. Le plus ancien (br 1) correspond à une caye qui a disparu. F. Deux beach-rocks discordants mais de même direction près de Morombe témoignent d’un premier recul puis d’une avancée et d’un nouveau recul de la plage. G. Coupe à travers les beach-rocks dissociés et la caye résiduelle submersible de Nosy Fasy, au sud de Morombe. 1. Beach-rock. 2. Caye de sable et graviers submersibles. 3. Crêtes de plage les plus récentes. 4. Végétation arborée sur les crêtes de plage remaniées en dunes. 5. Platier corallien rainuré. 6. Levée détritique externe de blocs. 7. Pente externe du récit avec structure en peigne.
Beach rocks upon four sand cay reefs to the south of Morombe (SW of Madagascar): Nosy Ve (A), Nosy Hao (B). Nosy Fasy (C) et Nosy Andrahombava (D). E. Two discordant beach rocks with an opposite direction upon a sand cay reef close to Morombe. The oldest (br 1) correspond to a vanished sand cay. F. Two discordant beach rocks with the same direction close to Morombe. G. Schematic cross through the dissociated beach rocks and the residual drownable sand cay of Nosy Fasy to the south of Morombe. 1. Beach rock. 2. Sand cay and drownable gravels. 3. The more recent beach ridges. 4. Tree vegetation on beach ridges reorganized in dunes 5. Furrowed reef flat 6. Outer detrital ridge. 7. Outer slope with spurs and grooves.

D. Evolution de certaines accumulations sous le vent

10Les flèches en queue-de-comète et les flèches triangulaires sous le vent sont très sensibles aux variations directionnelles, même minimes, de la houle dominante. Un remodelage intervient alors en fonction des nouvelles caractéristiques directionnelles de la houle : la côte recule sur une des faces de l’accumulation, toujours la même sur toutes les flèches de ce type dans l’ensemble de la région concernée, recul matérialisé par des beach-rocks (fig. 2). Une telle modification de quelques degrés de l’axe des accumulations sous le vent dans l'ensemble d’une région a été décrite dans le Nord-Ouest de Madagascar (BATTISTINI, 1960). Elle implique un changement non seulement dans la direction de la houle, mais aussi dans celle des vents qui la génèrent. Dans ce cas le beach-rock peut jouer un rôle d’indicateur paléoclimatique.

E. Le cas particulier des arrecifes

11Il arrive que des alignements de beach-rock aient suffisamment décollé de la ligne de rivage pour donner des lignes de déferlement très en avant de la plage actuelle, dont ils se trouvent séparés par des profondeurs de plusieurs mètres (fig. 3) : ainsi sur les côtes du Nordeste brésilien, dont est originaire le terme arrecifes (photo 2). Dans certains cas, ces lignes parallèles de grès sont non seulement indicatrices d’un important recul de la ligne de rivage, mais dans d’autres cas, ces arrecifes sont plus ou moins profondément immergés : ainsi dans la région de Recife, où on les trouve à -30 m, à-10/12 m et à-3/4 m. Ces arrecifes du Nordeste brésilien, qui ont été datés de l'Holocène (LABOREL, 1969 et 1984 ; MARTIN et al., 1979-80 ; GUILCHER, 1983) sont les témoins non seulement d'anciennes lignes de rivage en avant du rivage actuel, mais aussi des indicateurs de niveaux marins plus bas que l’actuel.

II. LES INDICATEURS DE NIVEAU MARIN

12Laissant de côté les éléments d’appréciation de caractère azonal (plate-formes d’abrasion marine, falaises mortes, etc.) l’étude se limitera à quelques indicateurs spécifiques des mers chaudes, en rapport avec l’activité biologique (coraux, vermets) ou la morphologie (encoches de corrosion).

A. Les conglomérats récifaux et les coraux émergés

13Il convient de distinguer leur utilisation dans l’étude des variations très récentes du niveau marin, à l’Holocène (approximativement depuis 6 000 ans), et dans celle de variations à plus grande échelle de temps au cours du Pléistocène.

14- L’Holocène : Dans de nombreuses îles du Pacifique et de l’océan Indien, les platures coralliennes actuelles portent dans leur partie interne des témoins parfois étendus de conglomérats récifaux holocènes, incluant localement des massifs de coraux in situ, jusqu’à une altitude qui peut dépasser un mètre au-dessus du niveau actuel de demi-marée. Ces formations lithifiées constituent généralement une chaîne d’écueils ou d’îlots surbaissés auxquels s’accrochent les motus actuels. A la différence des beach-rocks, il s'agit de dalles subhorizontales de matériel biodétritique incluant surtout des débris coralliens de toutes tailles, mais aussi des débris algaires et coquilliers. En général les datations par la méthode du C14 donnent des âges compris entre 2 000 et 4 500 ans BP.

Figure 2 : Trois flèches triangulaires sous le vent de la région de Nosy Be au nord de Madagascar (à Nosy Tanikely, Nosy Lolo, et Nosy Antafiambotry), avec beach-rocks témoignant d’une légère modification directionnelle de la houle. 1. Accumulation sableuse avec crêtes de plage. 2. Beach-rock. 3. Mangrove. 4. Côté érodé de l’accumulation avec petite falaise. 5. Côté en progression de l’accumulation.
Three leeward triangular spits - region of Nosy Be, north of Madagascar (Nosy Tanikely, Nosy Lolo, and Nosy Antafiambotry), with beach rocks showing a small modification of the swell direction. 1. Sand accumulation with beach ridge. 2. Beach rock. 3. Mangrove swamp. 4. Eroded accumulation side with a small cliff. 5. Progressive accumulation side.

Photo 2 : Arrecife de Suape sur le littoral nordestin du Brésil au sud de Recife (cliché J.-M. Lebigre). Suape arrecife on the brasilian N.E. seashore.

15La cimentation s’est effectuée entièrement en milieu marin. D’après MONTAGGIONI et PIRAZZOLI (1984) qui ont étudié ces conglomérats dans les îles de la Société et les Tuamotu, les échantillons prélevés à la base de la formation (jusqu’à 0,60 m au-dessus du niveau actuel de mi-marée) montrent une première génération de ciments à micrites de calcite magnésienne, et une seconde génération aragonitique, ce qui suggère que la cimentation a commencé en zone infratidale, et s’est poursuivie en zone marine vadose (intertidale ou supratidale). Les échantillons provenant de la partie supérieure de la formation montrent par contre une cimentation entièrement aragonitique.

16Il apparaît donc que la cimentation de ces conglomérats récifaux a débuté en zone toujours submergée et s’est poursuivie, en même temps que continuait l’accumulation détritique, dans la zone intertidale. Une légère baisse du niveau relatif de la mer a ensuite fait émerger ces formations.

17L’utilisation de ces conglomérats en tant qu’indicateurs de niveau marin exige donc certaines précautions. La côte de surface des affleurements n’est pas significative. Il est nécessaire de déterminer, dans un profil vertical, la limite supérieure de l’ancienne zone infratidale, sur la base de critères pétrologiques (nature du ciment). D’autres critères peuvent être pris en compte, par exemple la présence d’organismes in situ pris dans le concrétionnement, ou celle de massifs de coraux en position de croissance, assez fréquents dans la base de la formation.

18- Le Pléistocène : A l'Interglaciaire Riss-Würm, le niveau marin s’est maintenu, avec des oscillations encore mal connues, à un niveau voisin de l'Actuel, ou un peu supérieur (probablement jusqu’à +4 m autour de 120 000 ans BP) pendant environ 50 000 ans. Le long de nombreux rivages tropicaux demeurent des témoins étendus de cette période sous la forme de dépôts de plages et d’anciens récifs coralliens, formant généralement une basse terrasse marine entaillée de petites falaises par l’érosion marine actuelle. Des dépôts dunaires, souvent grésifiés, peuvent accompagner ces dépôts, généralement en recouvrement.

Figure 3 : Quatre lignes d'arrecifes à Manakara (côte sud-est de Madagascar). 1. ligne d’arrecifes. 2. Cote sommitale de la ligne d'arrecifes. 3. Isobathe de - 5 m. 4. Cordon sableux flandrien. 5. Marécages.
Four arrecife lines in Manakara (S.E. coast of Madagascar) 1. Arrecife lines. 2. Top spot heigh of the arrecife line. 3. - 5 m sealine. 4. Flandrian sand ridge. 5. Swamps.

19Ces grès dunaires ou éolianites ne peuvent pas être utilisés comme marqueurs de niveau marin. Les dépôts de plage ne peuvent l’être qu’avec prudence car il peut s’agir de levées de tempête, ou exceptionnellement de tsunamis, parfois à plusieurs mètres au-dessus du niveau des plus hautes mers de l’époque. Ce sont les récifs coralliens fossiles qui constituent donc dans ces régions les meilleurs indicateurs du niveau marin : brèches coralliennes et, mieux encore, massifs de coraux en position de croissance. Encore faut-il déterminer les coraux in situ destinés à être soumis à une datation radiométrique, pour préciser leur position dans la zonation de l’ancien récif. En ce qui concerne la datation, la méthode du C4 ne permettant pas d’aller au delà de 35 000/40 0000 ans BP, c’est la méthode 230Th/234U qui est ici utilisée. Cette méthode de datation radiométrique s’applique particulièrement bien au matériel corallien, mais à certaines conditions : les interstices du squelette calcaire doivent être parfaitement propres, et surtout ce dernier doit avoir gardé sa nature aragonitique, la méthode trouvant ses limites à partir de 3 % de calcite. En d’autres termes, les échantillons destinés à la datation doivent être de teinte claire (et non noirâtres ou rougeâtres comme c’est souvent le cas), et non recristallisés, ce qui sur le terrain ne peut être estimé que de manière empirique, l’échantillon devant être léger, et sans brillance à la cassure.

20Excellents marqueurs de niveau, les récifs coralliens fossiles constituent aussi le meilleur instrument d’étude de la néotectonique, la méthode consistant en une combinaison de l’étude altitudinale des témoins récifaux fossiles dans les différents secteurs du littoral étudié, et de datations radiométriques. En Guadeloupe, par exemple, cette méthode a permis de mettre en évidence la subsidence de caractère volcano-isostatique de Basse-Terre, incluant les Saintes, et de chiffrer la continuation depuis 100 000 ans du basculement vers l’ouest de Marie-Galante (BATTISTINI et al., 1986). Cette méthode est utilisable partout où existent des récifs coralliens fossiles datables et suffisamment continus, ou présentant des témoins résiduels assez nombreux, comme cela est le cas également aux Tuamotu (PIRAZZOLI et al, 1988), dans P Extrême-Nord de Madagascar, sur la côte de l’Afrique Orientale, dans certains secteurs des Grandes Antilles, etc.

21Absents des secteurs littoraux fortement subsidents, les récifs fossiles pléistocènes peuvent se présenter sous la forme de nombreuses terrasses coralliennes étagées, dans les secteurs soumis à un soulèvement important et continu. Ainsi dans l’île de Sumba en Indonésie (HANTORO, JOUANNIC ET PIRAZZOLI, 1989) on observe six terrasses coralliennes étagées, la plus élevée atteignant 475 m d’altitude. La même disposition est connue dans la péninsule de Huon en Nouvelle-Guinée (photo 3) jusqu’à 700 m d’altitude (CHAPPELL, 1974), dans le Nord-Ouest d’Haïti, à Cuba, etc. A la condition de pouvoir dater ces terrasses, une estimation de la rapidité du soulèvement peut alors être proposée, avec une marge d’erreur due à l’ignorance où l'on se trouve du niveau exact de la mer lors de la mise en place de ces dépôts coralliens du Pléistocène ancien.

B. Les Vermets

22Les Vermets sont des Mollusques gastéropodes vermiformes, qui construisent une coquille en forme de tube irrégulier. Ces mollusques vivant en colonies, les tubes agglomérés forment des constructions en bourrelets fixées sur les substrats durs les plus variés, roches ou coraux. L’intérêt des vermets tient à ce qu’ils vivent à un niveau très précis et très étroit dans la zonation littorale. Connaissant leur position dans la zonation littorale actuelle, ils permettent donc, quand il existe aussi des Vermets fossiles à un niveau supérieur, de calculer avec une assez grande précision la variation correspondante du niveau marin. Leur utilisation s’applique donc essentiellement à l’étude des variations holocènes du niveau marin. La nature calcaire des tubes permet la datation des bourrelets de vermets par la méthode du C14.

C. Les encoches de corrosion fossiles

23L’encoche basale, surmontée par un ressaut à encorbellement, est un élément caractéristique de la zonation morphologique des estrans calcaires tropicaux, présent également dans les mers tièdes comme la Méditerranée. Son origine est essentiellement biologique : perforation du calcaire par les Cyanophycées endolithes, consommées ensuite par les Gastéropodes dont la radula rape la mince pellicule de roche incluant ces Cyanophycées. Cette encoche peut se trouver à une hauteur légèrement différente, selon que l’on se trouve en mode très battu (aux pointes) ou en fond de baie.

24Certains secteurs littoraux présentent un système d’encoches superposées, avec l’encoche actuelle, et au-dessus, une ou plusieurs encoches fossiles (photo 4). Ainsi dans la baie des Galions, dans l’Extrême Sud de Madagascar (BATTISTINI, 1964), où l’on observe deux encoches fossiles, respectivement à 0,40/0,50 m et à 1,0/1,3 m, au-dessus de l’encoche actuelle. Une faune de bivalves associés à l’encoche supérieure (tridacnes, etc.) a permis de dater par la méthode du C14 le niveau marin correspondant de 2250 ± 420 ans BP. Bien d’autres exemples ont été analysés en détail : notons en particulier l’étude de STODDART (1969) à Marovo dans les îles Salomon.

25Les encoches de corrosion superposées sont un indicateur très précis de niveau marin pour l'Holocène, étant entendu que dans le calcul de la hauteur du niveau ancien, seule doit être prise en compte la différence de niveau avec l’encoche actuelle sur le lieu de l’observation. On observe également des encoches étagées marquant des niveaux pléistocènes dans les îles hautes carbonatées du Pacifique, comme c’est le cas à Ouvéa (BOURROUILH-LEJAN, 1992).

III. UN EXEMPLE DE MILIEU ENREGISTREUR : LES MARAIS MARITIMES TROPICAUX

26Les marais maritimes tropicaux se présentent le plus souvent comme des milieux fortement contrastés opposant espaces couverts de mangrove et en-arrière espaces nus sursalés ou acidifiés, appelés “tannes” ; ceux-ci sont révélateurs d’un assèchement de la partie interne du marais. Il existe néanmoins des marais ne comportant pas de tanne dans les régions sans véritable saison sèche (Sumatra, bouches du Cameroun) là où une alimentation constante en eau douce continentale inhibe les processus de salinisation et d’acidification. S’il semble acquis à travers une somme considérable de travaux que les marais maritimes sont des milieux sensibles aux moindres transformations de l’environnement, et donc à ce titre d’une aide précieuse pour la connaissance des paléoenvironnements, leur caractère dichotomique (mangrove/tanne) rend difficile le décryptage d’indices qui ne couvriraient pas la totalité du paléo-marais. Aussi notre propos sera-t-il de répertorier les principaux “enregistreurs” et “indicateurs” de l’évolution de ce milieu naturel et de préciser leur validité.

Photo 3 : Terrasses coralliennes soulevées (+700 m, -220 000 ans) sur la côte septentrionale de la Péninsule de Huon, Papouasie-Nouvelle-Guinée (cliché G. Favre). Raised coral terraces on the north coast of the Huon Peninsula (Papua-New Guinea).

A. De bonnes archives : les sols et les dépôts profonds

27A mi-chemin entre les sédiments de remblaiement des vallées et les sédiments benthiques, les sols et les dépôts profonds des marais maritimes, accumulés parfois sur de grandes épaisseurs, sont de bons témoins des différentes étapes de l’évolution de l’environnement en relation avec la sédimentation, les variations climatiques et celles du niveau marin.

28- Granulométrie, minéralogie et géochimie des sédiments : Granulométrie et minéralogie des sols de mangrove permettent de préciser assez finement le contexte et les modalités de la sédimentation, puisqu’elles dépendent de la nature des apports en provenance des bassins-versants et du milieu marin ainsi que de leur mode de transport et de dépôt (LAFOND. 1967 ; HERVIEU, 1968 ; KALCK, 1978 ; ALLEN et al., 1979 ; RHODES, 1984 ; LEBIGRE et WEYDERT, 1984). Par ailleurs, les marais maritimes tropicaux présentent des processus géochimiques originaux, largement connus à travers les travaux des pédologues de l’Université de Wageningen et de l’ORSTOM (VIEILLEFON, 1967 ; MARIUS, 1986). La plupart des sols de mangrove ont une signature claire : ils sont riches en sulfures comme la pyrite, en sulfates comme la jarosite, en halite bien cristallisée et parfois en gros cristaux de gypse. Chacun de ces éléments a une signification précise en relation avec la sédimentation et le climat, mais également avec la composition des peuplements de palétuviers et leur place dans la zonation ; cela ne facilite pas l’interprétation, dans le cas de la découverte d’un élément isolé. Enfin dans l’horizon superficiel du sol, l’existence de tubes racinaires, comme c’est le cas au Gabon, est un élément exploitable dans l’étude du paléoenvironnement.

Photo 4 : Encoches superposées holocène (+2 m) et actuelle dans les éolianites d’Ambatomilo - zone subsidente du littoral Mikea (SW de Madagascar), (cliché J.-N. Salomon). Double notches on the Mikea seashore (SW coast of Madagascar).

29- Les tourbes : Les tourbes créées par l’accumulation de radicelles de palétuviers de la famille des Rhizophoracées (principalement le genre Rhizophora, probablement aussi Bruguiera et Ceriops) peuvent être considérées comme de bons enregistreurs (photo 5). La découverte de telles tourbes en-dehors du domaine paralique actuel est l’indice le moins discutable de l'existence de paléo-mangroves. Ainsi la paléo-mangrove de la Sablière de Libreville au Gabon (LEBIGRE et al, 1990) a été mise en évidence grâce à des lambeaux de tourbes datés d’au moins 34 000 ans BP, enfouis sous des sables dunaires. La nature exacte de la tourbe est déterminée soit par l’analyse pollinique, soit par une description de la matière organique par microscopie photonique (CARATINI et al, 1978 ; TISSOT, 1980). Si la présence de tourbe signifie qu’à un moment donné de l’évolution de la mangrove des peuplements de Rhizophoracées ont pu s’établir dans des conditions de salinité en principe inférieures à celles de l'eau de mer, leur absence en revanche n’a pas forcément de signification précise : on observe des peuplements de taxons de palétuviers différents dans des conditions de salinité très voisines. Cependant là où Rhizophora succède normalement à Avicennia, comme à Madagascar, les tourbes, qui n’existent que sous des peuplements de Rhizophora déjà anciens, pourraient être utilisées comme de précieux indicateurs de la dynamique sédimentaire de certains deltas.

30- Matériel ligneux et charbons de bois : on observe parfois, à l’occasion d’aménagements, profondément enfouies sous la surface des tannes mais situées au niveau marin actuel, des souches fossiles de palétuviers. Ce phénomène, relativement commun à Madagascar, pourrait être utilisé pour déterminer la vitesse de colmatage dans les marais maritimes, par datation du matériel ligneux. Plus exceptionnellement, a été observée la présence de lits de charbons de bois dans plusieurs profils pédologiques des tannes du delta de la Tsiribihina (Madagascar).

Photo 5 : Banquette de tourbe racinaire de mangrove fossile sur une plage d’Owendo (estuaire du Gabon, Gabon) (cliché J.-M. Lebigre). Fossil mangrove root peat platform on a beach of Owendo (Gabon Estuary).

31- Les pollens : Les tourbes renferment toujours des pollens susceptibles d’aider à préciser la composition floristique des paléo-mangroves et des groupements végétaux du pourtour du marais (PLAZIAT et al., 1983). Depuis quelques années, les pollens extraits d’échantillons de dépôts de mangrove sont communément utilisés comme indicateurs du paléoenvironnement (cf. la synthèse et la bibliographie de BLASCO, 1984 auxquelles il convient d’ajouter : FREDOUX. 1980 ; THANIKAIMONI, 1987). Cependant l’interprétation palynologique reste délicate car certains pollens ont tendance à être sous-représentés (Avicennia et Excoecaria notamment), tandis que d’autres sont au contraire sur-représentés (AOUTIN, 1967 ; BLASCO et CARATINI, 1973). La palynologie des dépôts profonds d’origine fluviale permet en outre de retracer l’évolution floristique des bassins-versants.

32- Faune fossile et subfossile : Les dépôts des marais localisés en d’anciennes lagunes sont un lieu privilégié de conservation de subfossiles, comme cela est attesté à Madagascar par la découverte, en de nombreux sites, d'ossements de divers mammifères, de reptiles et d'Aepyornis (BATTISTINI, 1971 ; DEWAR et VERIN, 1986) ; la disparition de cette paléo-faune est en partie contemporaine de la première (et tardive) phase d’occupation humaine de la Grande Ile. Mais ce sont plus souvent les micro-organismes vivant dans les marais qui permettent de mieux cerner le paléoenvironnement, comme au Tamil Nadu où TISSOT (1980) a utilisé les Foraminifères et le microplancton recueillis dans des tourbes. En Mauritanie, les accumulations d’huîtres anciennement fixées sur des racines échasses, celles de tests de Tympanotonus, gastéropodes inféodés aux vasières à mangroves, que l’on observe dans les dépressions interdunaires du Trarza ont contribué à mieux cerner l’environnement lié au maximum de la transgression nouakchottienne (HEBRARD, 1973). Les nombreux tests de Tympanotonus fuscatus dragués sur les fonds marins, tendent à prouver que la baie du Lévrier était, il y a encore peu de temps, bordée de mangrove. En revanche la découverte d’anciens tests dans des dépôts profonds est rare, l’acidité les ayant ordinairement détruits (PHILIPPON et PLAZIAT, 1975).

33L’étude de la flore et de la faune actuelles est parfois utile à la connaissance des paléoenvironnements, en même temps qu’elle indique clairement les limites de l’interprétation. La “région des lacs” en aval de Lambaréné au Gabon où subsiste une faune marine relictuelle adaptée au milieu dulcicole offre un bon exemple de l’intérêt d’une étude biogéographique fine ; cette faune témoigne en effet de l’existence d’un ancien estuaire aujourd’hui colmaté en place de Factuel delta. Autre exemple : le littoral mauritanien où l’on observe encore une faune normalement indicatrice de milieux saumâtres : Sarotherodon metanotheron (Cichlidés) de la baie de Saint-Jean, crabes Sarmatium curratum et Goniopsis cruentata, périophtalmes. Ces exemples montrent combien il faut être prudent dans l’interprétation des faunes fossiles.

B. Les éléments de surface et de périphérie

34En dépit de leur platitude, les marais maritimes tropicaux présentent de sensibles variations topographiques : lit des chenaux très incisés ou au contraire largement évasés, petites formes de creusement ou d’accumulation. A Tuléar (région subaride de Madagascar), des barkhanes se déplacent à la surface nue et sursalée de la partie interne du marais, laissant dans leur sillage des buttes en demi-cercle liées aux crues du Fiherenana coïncidant avec des marées de viveeau (fig. 4 et 5). Il ne s’agit là que de formes à faible “espérance de vie” mais néanmoins susceptibles de perdurer, à l’image des rides de plage que l’on retrouve dans des sédiments anciens. A condition de connaître la date des crues, elles apportent une information sur la vitesse de déplacement des barkhanes. Les tubes racinaires, les croûtes d’ankérite des lapiés que l’on observe dans les mangroves du Gabon sont également des enregistreurs potentiels à étudier. Enfin les anciens cordons littoraux et les cheniers (photo 6) qui s’étirent à la surface des marais (notamment pour l’Australie : RHODES, 1984) sont également à une autre échelle des indicateurs de la dynamique littorale.

35- Industrie lithique et kjökkenmöddings : La présence d’industrie lithique et de tessons de poterie à la surface ou à la périphérie des marais maritimes est un phénomène assez commun, du moins en Afrique ; il contribue généralement à la connaissance des phases et des modalités de l’anthropisation. En Mauritanie des kjökkenmöddings bordent la frange interne des marais dans la région du banc d’Arguin (HEBRARD, 1973) ; à Tuléar (Madagascar) des tas de Terebralia palustris, gros gastéropodes inféodés aux mangroves, sont disposés sur la dune flandrienne ; ils ont été constitués pendant la période où la mangrove se développait en contrebas de la dune. Datés, ils permettraient de mieux cerner la dynamique du delta du Fiherenana au cours de l'Holocène.

Figure 4 : Barkhanes littorales du marais maritime de la Batterie (Tuléar, Madagascar) et micro-buttes résiduelles en arc de cercle sur le tanne vif.
Coastal barkhanes in the tidal marsh of La Batterie (Toliara - Madagascar) with residual semi-circle micro-hillocks on the tanne (salt flat).

36- Les corps sédimentaires liés aux cyclones tropicaux : Dans les marais maritimes de l’île Andros (Bahamas), BOURROUILH-LE JAN (1982) a mis en évidence des corps sédimentaires liés au passage des cyclones tropicaux et à un environnement carbonaté, qu'elle a dénommé “traînées cycloniques”. Le passage de chaque “ouragan” s’exprime à travers des placages discontinus constitués de boues calcaires enfermant des tests de Mollusques et des feuilles de palétuviers. On peut donc considérer ces corps sédimentaires comme des enregistreurs, révélateurs à la fois d’un type de phénomène climatique et de certaines caractéristiques du milieu, ceci d’autant plus que chacun des faciès décrits correspond à des sites géomorphologiquement bien individualisés.

C. Un enregistreur à court terme : le paysage végétal

37Il est difficile d’admettre que le paysage végétal puisse enregistrer certains phénomènes anciens, surtout dans le cas de la mangrove. Cette dernière possède en effet, plus que tout autre type de végétation, d’excellentes capacités d’adaptation aux bouleversements qui affecte le biotope : malgré les exceptions notables relevées à Madagascar (LEBIGRE, 1990), en cas de bouleversement du milieu, des taxons adaptés à la nouvelle situation se substituent rapidement aux taxons caractéristiques de la précédente. Pourtant la mangrove peut dans certains cas être utilisée en tant qu’enregistreur de phénomènes récents.

38- Les cicatrices des phénomènes naturels anciens : Certains cataclysmes laissent leurs marques à la végétation. La pointe Akanda, à l’entrée de la baie de la Mondah au Gabon en fournit un bon exemple. On reconnaît en effet au sein des peuplements de palétuviers qui forment un front d'érosion à indentations et échancrures des discontinuités entre divers sylvofaciès ; celles-ci sont révélatrices de plusieurs phases d’érosion et de progradation, les premières étant vraisemblablement dues à des tempêtes exceptionnelles, les secondes à la reconstitution partielle des vasières érodées (fig. 6). Un problème moins aisé à résoudre est posé par l’existence, dans un secteur voisin de la mangrove, de petits peuplements de Rhizophora harrisonii en “structures circulaires” au sein de vastes peuplements de R. racemosa. Il est intéressant de noter que dans ce cas précis, la végétation a bien enregistré un phénomène, mais que celui-ci reste non élucidé en dépit de multiples hypothèses (LEBIGRE, 1990). En ce qui concerne la dynamique des chenaux de marée, la végétation a enregistré dans tous les marais maritimes du Gabon des changements majeurs de dessin des dispositifs. Ainsi l’ancien cours méandriforme de la Mfoul (estuaire du Gabon), marqué par un peuplement linéaire de grands palétuviers, est aujourd’hui recoupé par un système orthogonal de chenaux. Une des principales limites de l’interprétation du paysage végétal de la mangrove tient à l’impossibilité d’utiliser la dendrochronologie qui permettrait certaines datations (CHAPMAN, 1976).

Figure 5 : Genèse des micro-buttes résiduelles. A - Submersion de la base de la dune par des eaux turbides riches en argiles lors de marées de vive-eau coïncidant avec des crues du fleuve Fiherenana. B - Une croûte de sable argileux plus ou moins riche en sel se crée à la base de la dune, parfois colonisée par des halophytes ou même des Typha dont les touffes ont été amenées par la crue. C et D - La barkhane poursuit sa course (un à deux mètres par an selon sa taille) mais la déflation n’a pas prise sur son pourtour encroûté qui constitue désormais une butte en demi-cercle couverte d’halophytes.
Residual micro-hillocks genesis. A - Submersion of the dune base by turbid clayish waters during the hightspring tide coinciding with the Fiherenana River flood. B - A salt and clayish sand crust build up at the dune base, sometimes colonized by halophytes or by flood-pulled Typha. C et D - The barkhane walks on (one or two meters each year according to its size) but deflation don’t destroy its encrusted surround converted in a semi-circle hillock covered with halophytes.

39- Tannes et forêts marécageuses : Un examen minutieux de la végétation à la zone de contact entre mangrove et tannes permet de distinguer des tannes en expansion et des tannes “régressifs”. Les premiers sont séparés de la mangrove par des peuplements de palétuviers morts ou mourants ; les seconds présentent un espace recolonisé par de jeunes palétuviers (LESCURE, 1980 ; MARIUS, 1986). Cet examen fournit donc une précieuse indication concernant la tendance pluviométrique (ou hydrologique) actuelle : assèchement ou au contraire humidification.

40Pour l’étude des transitions entre mangrove et forêts marécageuses dans les grandes embouchures fluviales soumises à des climats équatoriaux (Sumatra, Gabon), il existe de véritables “configurations végétales”. Celles-ci sont liées à la dynamique hydrologique, mais on n’en connaît pas encore la signification précise : mangrove relictuelle cernée par la forêt marécageuse ou au contraire mangrove faisant transition entre les chenaux et la forêt marécageuse (LEBIGRE, 1990).

41- Les cicatrices de l’anthropisation : Utilisations et aménagements des mangroves et des tannes constituent un champ d’étude important auquel des travaux de plus en plus nombreux sont consacrés. Aussi n'aborderons-nous ici que le problème des déprises qui suivent inévitablement certaines interventions de l’homme. Le paysage de mangrove porte en effet les cicatrices de certaines d’entre elles : défrichements agricoles abandonnés, coupes d’exploitation du bois ou du tanin, layons sismiques des pétroliers, destructions liées aux défoliants (mangroves du Vietnam)... Les cicatrices se manifestent généralement par une hétérogénéité dans la hauteur des peuplements végétaux et par des perturbations dans les zonations floristiques engendrées par la colonisation d’espèces pionnières. Certaines cicatrisations sont très longues à s’effectuer comme dans le cas des layons séismiques des mangroves gabonaises : plusieurs années après leur ouverture, ceux-ci restent béants à l’exception des segments traversant les rideaux de palétuviers qui bordent les chenaux.

CONCLUSION

42Particulièrement fréquents dans les mers chaudes, les beach-rocks, témoins figés par la grésification d’anciennes positions de la ligne de rivage, sont un instrument privilégié de la reconstitution de l’évolution récente du littoral : indicateurs de la tendance évolutive actuelle, ils jouent aussi le rôle d’enregistreurs de situations anciennes et dans certains cas (arrecifes) témoignent de variations récentes du niveau marin.

43Propre à la zone intertropicale, le milieu corallien est un enregistreur fidèle du niveau marin. Les brèches coralliennes, parfois fortement recimentées, et les massifs de coraux en position de croissance dans les récifs fossiles, constituent de véritables archives paléogéographiques, qui permettent d’estimer avec de faibles marges d’erreur les variations du niveau de la mer à l'Holocène. Ce rôle d'enregistreur de niveau marin existe aussi pour le Pléistocène, mais interviennent ici aussi les mouvements du sol : les récifs pléistocènes constituent le meilleur instrument d’étude de la néotectonique, en combinant la cartographie et l’étude altitudinale des témoins récifaux d’une part, les datations radiométriques d’autre part.

Photo 6 : Chenier coquillier sous mangrove à Avicennia (pointe Akanda, baie de la Mondah, Gabon) (cliché J.-M. Lebigre). Shelly chenier covered by Avicennia mangroves (Pointe Akanda, Mondah Bay, Gabon).

44Les marais maritimes tropicaux, du fait du développement sur une partie de leur étendue de forêts ou de fruticées, se présentent comme un milieu naturel sensiblement différent de leurs homologues des régions froides et des régions tempérées. La formation de tourbes racinaires propre aux mangroves à Rhizophoracées, la conservation sous les sédiments de vieilles souches de palétuviers sont autant de phénomènes qui permettent de disposer de bons enregistreurs de la dynamique végétale et sédimentaire. Cela s’applique non seulement à l’Holocène, mais également au Pléistocène lors de sondages ou à l’occasion de la découverte de restes de paléomangroves. Le paysage végétal de la mangrove, en revanche, ne peut constituer que des archives de phénomènes relativement récents et non datables en l'état des techniques.

45L’intérêt de ces enregistreurs dans l’étude du paléoenvironnement est variable (tableau 1) et dépend en outre de l'évolution des techniques. Parmi les principaux facteurs qui entrent en compte interviennent :

  1. d’abord leur durée de vie : le sable d’une plage, par exemple, enregistre en permanence les conditions hydrodynamiques du milieu, mais l’enregistrement est de très courte durée ; la consolidation du sable de plage en beach-rock permet la conservation des données avec une espérance de vie bien supérieure. Les autres enregistreurs carbonatés (coraux, vermets) bénéficient aussi d'une longue conservation ;

  2. leur capacité à être datés : tests fossiles, coraux, résidus végétaux peuvent être aisément datés par la méthode du C'4 jusqu'à 35 000 ans BP : lorsque ces éléments constituent un enregistreur ou y sont associés, il y a possibilité de dater le phénomène, mais ce n’est pas toujours le cas (exemple des encoches de corrosion fossiles ne présentant pas de faune associée ou des phénomènes inscrits dans le paysage végétal) ;

  3. la combinaison au sein de l’enregistreur de plusieurs indices permettant une interprétation difficilement réfutable du phénomène identifié.

Milieux enregistreurs

Plages

Falaises

Marais maritimes

Récifs coralliens

Indicateurs

- beach-rock

- encoches superposées
- vermets

- végétation actuelle
- pollens
- tourbes fossiles
- charbons fossiles
- granulométrie des sédiments

- brèches coralliennes anciennes
- coraux fossiles*

Types de renseignements

- positions anciennes de la plage (C14)
- dynamique littorale

niveaux holocènes de la mer supérieurs au niveau actuel (C14)

- évolution holocène (C4) et récente du milieu
- dynamique littorale
- variations du niveau marin
- variations du climat

- niveaux marins holocènes (C14)
- niveaux marins pl
éistocènes (230Th/234U)
- n
éotectonique

Tableau 1 : Indicateurs et types de renseignements fournis par les quatre principaux milieux enregistreurs des littoraux tropicaux.
* en position de croissance (au dessus du niveau de croissance actuel du corail).
(C14) : datation par la méthode du C14.
(230Th/234U) : datation par la méthode du 230Th/234 U.

Figure 6 : Un exemple d'enregistrement de phases de recul et de progression de la mangrove : reconstitution de l’évolution du front de mangrove de la pointe Akanda (baie de la Mondah, Gabon). Les connaissances actuelles ne permettent pas de dater les différentes phases. A. Première phase d'érosion de la mangrove (non datée). B. Phase de recolonisation par Avicennia puis par Rhizophora raoemosa. C. Seconde phase d’érosion (non datée). 1. Erosion marine. 2. Progradation végétale. 3. Grands Rhizophora raoemosa. 4. Peuplement d'Avicennia nitida. 5. Peuplement de Phoenix reclinata. 6. Anciennes flèches sableuses. D. Evolution entre la seconde phase d’érosion et 1980 - Age relatif des peuplements :1. Vieux peuplements. 2. Front pionnier résiduel (phase B). 3. Peuplement résiduel d'Avicennia nitida (phase C). 4. Dernier front de colonisation d'Avicennia pour l’essentiel antérieur à 1955.
An exemple of enregistration of mangal retreat and advance phases: reconstruction of Pointe Akanda mangal front evolution (baie of Mondah, Gabon). A. First erosion phase of the mangal (undated). B. Recolonisation phase by Avicennia and then by Rhizophora racemose. C. Secund erosion phase of the mangal (undated). 1. Marine erosion. 2. Vegetal progradation. 3. Tall Rhizophora racemosa. 4. Avicennia nitida stand. 5. Phoenix reclinata stand. 6. Former sand spits. D. Evolution from the secund erosion phase to 1980 - Relative age of the stands : 1. Old stands. 2. Residual pionnier front (phase B). 3. Avicennia nitida residual stand (phase C). 4. Last Avicennia colonisation front essentially prior to 1955.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALLEN G.-P., LAURIER D. et THOUVENIN J. - 1979 - Etude sédimentologique du delta de la Mahakam (Kalimantan). Paris, Notes et Mémoires de la Compagnie Française des Pétroles, no 15, 156 p.

AOUTIN J. - 1967 - Les pollens et les spores des sédiments du delta de l’Ogooué (République du Gabon). Montpellier, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Laboratoire de Palynologie, 160 p.

BATTISTINI R. - 1960 - Description géomorphologique de Nosy-Be, du delta du Sambirano et de la baie d’Ampasindava. Tananarive, Mémoires de l’Institut Scientifique de Madagascar, Série F, tome 3, p. 121-343.

BATTISTINI R. - 1964 - Etude géomorphologique de l’Extrême Sud de Madagascar. Paris, Cujas, thèse de doctorat d’Etat, 636 p.

BATTISTINI R. - 1971 - Conditions de gisement des sites littoraux de subfossiles et causes de la disparition de la faune des grands animaux dans le S.W. et l’Extrême-Sud de Madagascar. Taloha - Revue du musée d’art et d’archéologie de Tananarive, 4, p. 7-18.

BATTISTINI R., HINSCHBERGER F., HOANG C.-T. et PETIT M. - 1986 - La basse terrasse corallienne pléistocène (Eemien) de la Guadeloupe : morphologie, datation 230Th/234U, néotectonique. Revue de Géomorphologie Dynamique, XXXV, 1, p. 1-10.

BLASCO F. - 1984 - Mangrove evolution and palynology. In : The mangrove ecosystem - Research methods. Paris, UNESCO, p. 36-49.

BLASCO F. et CARATINI C. - 1973 - Mangrove de Pichavaram : phytogéographie et palynologie. Talence, Travaux et Doc. de Géo. Trop., 8, p. 164-179.

BOURROUILH-LE JAN F.-G. 1982 - Géométrie et minéralogie des corps sédimentaires dans une mangrove carbonatée sous l’influence des ouragans, île Andros, Bahamas. Mém. Soc. Géol. Fr., N.S.. 144, p. 77-92.

BOURROUILH-LE JAN F.-G. 1992 Evolution des karsts océaniens (karsts, bauxite et phosphates). Karstologia, 19, p. 31-50.

CARATINI C., BELLET J. et TISSOT C. 1978 Etude microscopique de la matière organique : palynologie et palynofaciès. In : Orgon II, Paris, CNRS, p. 158-178.

CHAPMAN V.J. - 1976 - Mangrove Vegetation. Leutershausen, Strauss et Cramer, 499 p.

CHAPPELL J. - 1974 - Geology of coral terraces, Huon Peninsula, New Guinea : a study of Quaternary tectonic movements and sea-level changes. Bull. Geol. Soc. Am., 85, p. 553-70.

DALONGEVILLE R. et SANLAVILLE P., éditeurs -1984 - Le beach-rock. Actes du colloque de Lyon, nov. 1983. Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient, no 8, 197 p.

DEWAR R.-F. et VERIN P. - 1986 - Ecologie et extinctions des subfossiles de Madagascar. Taloha - Revue du musée d'art et d’archéologie de Tananarive, 10, p. 25-41.

FREDOUX A. - 1980 - Evolution de la mangrove près d’Abidjan au cours des quarante derniers millénaires. In : Les rivages d’Afrique et d’Asie. Travaux et Documents de Géographie Tropicale, Bordeaux-Talence, CEGET, no 39, 49-88.

GIRESSE P. et KOUYOUMONTZAKIS G. - 1974 - Observations sur le quaternaire côtier et sous-marin du Congo et des régions limitrophes. Aspects eustatiques et climatiques. Bull, de l'ASEQUA, no 42-43, p. 45-61.

GUILCHER A. - 1983 - Géomorphologie et utilisation de la côte de la Paraiba. Travaux et Documents de Géographie Tropicale, Bordeaux-Talence, CEGET, no 50, p. 573-425.

HANTORO W.-S., JOUANNIC C. et PIRAZZOLI P.-A. - 1989 - Terrasses coralliennes quaternaires soulevées dans l’île de Sumba (Indonésie). Rev. Photo-Interprétation, 1989-1, fasc. 3.

HEBRARD L. - 1973 - Contribution à l’étude géologique du Quaternaire du littoral mauritanien entre Nouakchott et Nouadhibou - Participation à l’étude des désertifications du Sahara. Université de Lyon, thèse de doctorat d’Etat, 483 p.

HERVIEU J. - 1968 - Contribution à l’étude de l’alluvionnement en milieu tropical. Paris, Mémoire ORSTOM, no 24, 465 p.

KALCK Y. - 1978 - Evolution des zones à mangroves du Sénégal au Quaternaire récent - études géologiques et géochimiques. Strasbourg, Université Louis Pasteur, thèse de doctorat, 122 p. et annexes.

LABOREL J. - 1969 - Les peuplements marins de Madréporaires des côtes tropicales du Brésil (thèse de doctorat d'Etat). Annales de l’Univ. Abidjan, sér. E, II. fasc. 3. 261 p.

LABOREL J. - 1984 - Grès de plage (beach-rocks) et récifs coralliens. In : DALONGEVILLE K. et SANLAVILLE P., éd. : Le beach-rock. Actes du colloque de Lyon, nov. 1983. Lyon, Travaux de la Maison de l'Orient, no 8, p. 77-83.

LAFOND L.-R. - 1967 - Etudes littorales et estuariennes en zone intertropicale humide. Université de Paris-Orsay, thèse de doctorat d'Etat, 836 p.

LEBIGRE J.-M. - 1990 - Les marais maritimes du Gabon et de Madagascar - Contribution géographique à l’étude d'un milieu naturel tropical. Université de Bordeaux III, thèse de doctorat d’Etat, 706 p.

LEBIGRE J.-M. et WEYDERT P. 1984 Cadre sédimentologique de la séquence mangrove-tanne de la Moka (Gabon). Palaeoecology of Africa, 16, p. 87-107.

LEBIGRE J.-M., PEYROT B., CARATINI C. et DELIBRIAS G. - 1990 - Mise en évidence d'une paléo-mangrove du Pléistocène supérieur à Libreville (Gabon). In : Paysages quaternaires de l'Afrique Centrale atlantique, Paris, Ed. de l’ORSTOM. call. Didactiques, p. 100-105.

LESCURE J.-P. - 1977 - Aperçu architectural de la mangrove guadeloupéenne. Acta Oecologica, Oecologica Generalis, 1 (3), p. 249-265.

MARIUS C. - 1986 - Mangroves du Sénégal et de la Gambie : écologie, pédologie, géochimie, mise en valeur et aménagement. Paris, Ed. ORSTOM, 356 p.

MARTIN L., SUGUIO K., FLEXOR J.-M., BITTENCOURT A., et VILAS-BOAS G. 1979-80 - Le Quaternaire marin brésilien (littoral pauliste sud, fluminense et bahianais). Cahiers de l’ORSTOM, sér. Géol., Paris, vol. XI. no 1. p. 95-124.

MONTAGGIONI L.-F. et PIRAZZOLI P.-A. 1983 - Utilisation des grès et conglomérats récifaux émergés en tant qu’indicateurs des variations récentes du niveau marin. In : DALONGEVILLE R. et SANLAVILLE P., éditeurs, 1984. Le beach-rock. Actes du colloque de Lyon, nov. 1983. Lyon, Travaux de la Maison de l'Orient, no 8, p. 91-97.

PHILIPPON J. et PLAZIAT J-.C. - 1975 - Rôles respectifs de la corrosion et des Cryptogames perforantes dans la destruction des coquilles de Mollusques de mangroves - Conséquences sur la fossilisation. C.R. Acad. Sc. Paris, 281, p. 617-620.

PIRAZZOLI P.-A., MONTAGGIONI L.-F., SALVAT B. et FAURE G.- 1988 - Late Holocene sea level indicators from twelve atolls in the Central and Eastern Tuamotus (Pacific Ocean). Coral Reefs, vol. 7, p. 51-68.

PLAZIAT J. C., KOENINGUER J.-C. et BALTZER F. - 1983 - Des mangroves actuelles aux mangroves anciennes. Bull. Soc. Géol. Fr., XXV, 4, p. 499-504.

RHODES E.G. - 1980 - Modes of Holocene Coastal Progradation - Gulf of Carpenteria. Canberra, Australian National University, thèse, 357 p.

SALOMON J.-N. - 1986 - Le Sud-Ouest de Madagascar, étude de géographie physique. Presses Universitaires de Bordeaux, thèse de doctorat d’Etat, 998 p.

THANIKAIMONI G. - 1987 - Mangrove Palynology. Travaux de la Section Scientifique de l’Institut Français de Pondichéry, XXIV, 100 p.

TISSOT C. - 1980 - Palynologie et évolution récentes de deux mangroves du Tamil Nadu (Inde). In : Les rivages tropicaux : mangroves d’Afrique et d’Asie. Travaux et Documents de Géographie Tropicale, Bordeaux-Talence, CEGET, no 39, p. 109-214.

VIEILLEFON J. - 1977 - Les sols des mangroves et des tannes de Basse-Casamance (Sénégal). : importance du comportement géochimique du soufre dans la pédogenèse. Paris, Mémoire ORSTOM. no 83. 292 p.

Table des illustrations

Légende Photo 1 : Beach-rock témoignant du recul de la plage dans la partie NW de la caye de Nosy-Ve (SW de Madagascar). Sur la gauche du cliché, jeunes beach-rocks récemment dégagés. La haute plage est jonchée de fragments de dalles arrachés lors des tempêtes, (cliché R. Battistini).Beach rock testifying a beach retreat in the NW part of the Nosy Ve sand cay (SW coast of Madagascar). At the left of the photography, young beach rocks recently got out.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Figure 1 : A à D - Beach-rocks sur quatre récifs à caye au sud de Morombe (SW de Madagascar) : Nosy Ve (A), Nosy Hao (B), Nosy Fasy (C) et Nosy Andrahombava (D). E. Deux beach-rocks discordants d’un point de vue directionnel sur un récif à caye près de Morombe. Le plus ancien (br 1) correspond à une caye qui a disparu. F. Deux beach-rocks discordants mais de même direction près de Morombe témoignent d’un premier recul puis d’une avancée et d’un nouveau recul de la plage. G. Coupe à travers les beach-rocks dissociés et la caye résiduelle submersible de Nosy Fasy, au sud de Morombe. 1. Beach-rock. 2. Caye de sable et graviers submersibles. 3. Crêtes de plage les plus récentes. 4. Végétation arborée sur les crêtes de plage remaniées en dunes. 5. Platier corallien rainuré. 6. Levée détritique externe de blocs. 7. Pente externe du récit avec structure en peigne.Beach rocks upon four sand cay reefs to the south of Morombe (SW of Madagascar): Nosy Ve (A), Nosy Hao (B). Nosy Fasy (C) et Nosy Andrahombava (D). E. Two discordant beach rocks with an opposite direction upon a sand cay reef close to Morombe. The oldest (br 1) correspond to a vanished sand cay. F. Two discordant beach rocks with the same direction close to Morombe. G. Schematic cross through the dissociated beach rocks and the residual drownable sand cay of Nosy Fasy to the south of Morombe. 1. Beach rock. 2. Sand cay and drownable gravels. 3. The more recent beach ridges. 4. Tree vegetation on beach ridges reorganized in dunes 5. Furrowed reef flat 6. Outer detrital ridge. 7. Outer slope with spurs and grooves.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 2 : Trois flèches triangulaires sous le vent de la région de Nosy Be au nord de Madagascar (à Nosy Tanikely, Nosy Lolo, et Nosy Antafiambotry), avec beach-rocks témoignant d’une légère modification directionnelle de la houle. 1. Accumulation sableuse avec crêtes de plage. 2. Beach-rock. 3. Mangrove. 4. Côté érodé de l’accumulation avec petite falaise. 5. Côté en progression de l’accumulation.Three leeward triangular spits - region of Nosy Be, north of Madagascar (Nosy Tanikely, Nosy Lolo, and Nosy Antafiambotry), with beach rocks showing a small modification of the swell direction. 1. Sand accumulation with beach ridge. 2. Beach rock. 3. Mangrove swamp. 4. Eroded accumulation side with a small cliff. 5. Progressive accumulation side.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 2 : Arrecife de Suape sur le littoral nordestin du Brésil au sud de Recife (cliché J.-M. Lebigre). Suape arrecife on the brasilian N.E. seashore.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Figure 3 : Quatre lignes d'arrecifes à Manakara (côte sud-est de Madagascar). 1. ligne d’arrecifes. 2. Cote sommitale de la ligne d'arrecifes. 3. Isobathe de - 5 m. 4. Cordon sableux flandrien. 5. Marécages.Four arrecife lines in Manakara (S.E. coast of Madagascar) 1. Arrecife lines. 2. Top spot heigh of the arrecife line. 3. - 5 m sealine. 4. Flandrian sand ridge. 5. Swamps.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Photo 3 : Terrasses coralliennes soulevées (+700 m, -220 000 ans) sur la côte septentrionale de la Péninsule de Huon, Papouasie-Nouvelle-Guinée (cliché G. Favre). Raised coral terraces on the north coast of the Huon Peninsula (Papua-New Guinea).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Photo 4 : Encoches superposées holocène (+2 m) et actuelle dans les éolianites d’Ambatomilo - zone subsidente du littoral Mikea (SW de Madagascar), (cliché J.-N. Salomon). Double notches on the Mikea seashore (SW coast of Madagascar).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Photo 5 : Banquette de tourbe racinaire de mangrove fossile sur une plage d’Owendo (estuaire du Gabon, Gabon) (cliché J.-M. Lebigre). Fossil mangrove root peat platform on a beach of Owendo (Gabon Estuary).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Figure 4 : Barkhanes littorales du marais maritime de la Batterie (Tuléar, Madagascar) et micro-buttes résiduelles en arc de cercle sur le tanne vif.Coastal barkhanes in the tidal marsh of La Batterie (Toliara - Madagascar) with residual semi-circle micro-hillocks on the tanne (salt flat).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 5 : Genèse des micro-buttes résiduelles. A - Submersion de la base de la dune par des eaux turbides riches en argiles lors de marées de vive-eau coïncidant avec des crues du fleuve Fiherenana. B - Une croûte de sable argileux plus ou moins riche en sel se crée à la base de la dune, parfois colonisée par des halophytes ou même des Typha dont les touffes ont été amenées par la crue. C et D - La barkhane poursuit sa course (un à deux mètres par an selon sa taille) mais la déflation n’a pas prise sur son pourtour encroûté qui constitue désormais une butte en demi-cercle couverte d’halophytes.Residual micro-hillocks genesis. A - Submersion of the dune base by turbid clayish waters during the hightspring tide coinciding with the Fiherenana River flood. B - A salt and clayish sand crust build up at the dune base, sometimes colonized by halophytes or by flood-pulled Typha. C et D - The barkhane walks on (one or two meters each year according to its size) but deflation don’t destroy its encrusted surround converted in a semi-circle hillock covered with halophytes.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Photo 6 : Chenier coquillier sous mangrove à Avicennia (pointe Akanda, baie de la Mondah, Gabon) (cliché J.-M. Lebigre). Shelly chenier covered by Avicennia mangroves (Pointe Akanda, Mondah Bay, Gabon).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Figure 6 : Un exemple d'enregistrement de phases de recul et de progression de la mangrove : reconstitution de l’évolution du front de mangrove de la pointe Akanda (baie de la Mondah, Gabon). Les connaissances actuelles ne permettent pas de dater les différentes phases. A. Première phase d'érosion de la mangrove (non datée). B. Phase de recolonisation par Avicennia puis par Rhizophora raoemosa. C. Seconde phase d’érosion (non datée). 1. Erosion marine. 2. Progradation végétale. 3. Grands Rhizophora raoemosa. 4. Peuplement d'Avicennia nitida. 5. Peuplement de Phoenix reclinata. 6. Anciennes flèches sableuses. D. Evolution entre la seconde phase d’érosion et 1980 - Age relatif des peuplements :1. Vieux peuplements. 2. Front pionnier résiduel (phase B). 3. Peuplement résiduel d'Avicennia nitida (phase C). 4. Dernier front de colonisation d'Avicennia pour l’essentiel antérieur à 1955.An exemple of enregistration of mangal retreat and advance phases: reconstruction of Pointe Akanda mangal front evolution (baie of Mondah, Gabon). A. First erosion phase of the mangal (undated). B. Recolonisation phase by Avicennia and then by Rhizophora racemose. C. Secund erosion phase of the mangal (undated). 1. Marine erosion. 2. Vegetal progradation. 3. Tall Rhizophora racemosa. 4. Avicennia nitida stand. 5. Phoenix reclinata stand. 6. Former sand spits. D. Evolution from the secund erosion phase to 1980 - Relative age of the stands : 1. Old stands. 2. Residual pionnier front (phase B). 3. Avicennia nitida residual stand (phase C). 4. Last Avicennia colonisation front essentially prior to 1955.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10286/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

Auteurs

Professeur à l’Université d’Orléans

Institut de Géographie de Bordeaux III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540