Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les milieux littoraux

Introduction

Jean-Michel Lebigre

Texte intégral

1Situés (à l’exception des atolls) à l’interface de bassins-versants actuellement soumis à de rapides transformations, et d’océans aux incessantes fluctuations, les littoraux tropicaux constituent un des environnements les plus sensibles de notre Planète ; ceci est d’autant plus flagrant aujourd’hui qu’ils sont marqués, sans exception notable, par la mise en place de concentrations humaines de plus en plus fortes. Il était donc important de leur accorder dans cet ouvrage une place à la mesure des problèmes soulevés : leur évolution passée et actuelle est riche d’enseignements utilisables pour construire l’avenir des hommes qui y vivent. Si les articles qui suivent ne prétendent pas couvrir la totalité des thèmes propres à ce vaste sujet, en revanche ils offrent une approche véritablement géographique. Y sont présentées différentes démarches qui permettent de reconstituer l’évolution des littoraux tropicaux, grâce à ce qu’il convient d’appeler des enregistreurs et des indicateurs. Sont également examinés les facteurs d’origine strictement physique comme les changements climatiques, mais aussi quelques-uns des facteurs anthropiques les plus notables.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET FLUCTUATIONS DU NIVEAU MARIN

2Les fluctuations du niveau marin constituent une des questions les plus souvent abordées par les spécialistes des Sciences de la Terre : les rivages tropicaux n’y font pas exception car on y observe de nombreux héritages des variations climatiques et marines anciennes. Il est essentiel de noter à ce propos que les tropiques offrent quelques types de paysages particulièrement originaux du point de vue littoral, principalement les milieux coralliens et les marais maritimes à mangrove. On peut donc y répertorier des indicateurs, qui à défaut de leur être toujours propres (on les observe parfois également dans les régions subtropicales), sont absents de nos rivages tempérés océaniques : les beach-rocks, les arrecifes et les tourbes racinaires de palétuviers notamment (cf. article de synthèse de R. BATTISTINI et J.-M. LEBIGRE). A l’échelle supérieure, celle des milieux enregistreurs, plusieurs grands types d’environnements ont été identifiés, qui font l’objet de développements : les récifs coralliens (article de Fr. BOURROUILH-LE JAN), les cordons littoraux (article de R. BATTISTINI et F. HINSCHBERGER sur l’île de Saint-Martin) et les marais maritimes à mangroves (article de B. PEYROT et J.-M. LEBIGRE sur le Gabon). Le problème de datation posé par les tourbes racinaires de palétuviers découvertes près de Libreville montre les limites de certains outils et l’importance d’une bonne interprétation des résultats.

LES DÉSTABILISATIONS ANTHROPOGÈNES

3De ce point de vue, il y a lieu de bien distinguer les déstabilisations propres aux bassins-versants, de celles qui sont inféodées aux littoraux proprement dits. La déforestation des premiers, entraînant érosion et modifications des régimes des cours d’eau, semble être, à l'heure actuelle, un des problèmes essentiels dans divers pays tropicaux (article de J.-M. LEBIGRE sur les Philippines). Parmi les causes, multiples, il est possible d’en retenir au moins deux : la forte croissance démographique actuelle qui conduit les hommes à coloniser de nouvelles terres et à intensifier leurs activités d’une part, la pauvreté et les fortes disparités économiques et sociales qui y sont liées d’autre part. Ces dernières sont en effet souvent à l’origine de conflits pour la possession de ressources naturelles, se développant aux détriments de l’environnement. Cependant, au delà de ces raisons primordiales, au départ des processus de déstabilisation, s’offrent à notre investigation une grande variété de pratiques économiques et sociales, plus ou moins aisées à mettre en évidence (traditions agricoles et pastorales, exploitation des ressources forestières, barrages hydroélectriques...).

4Il en est de même pour les atteintes aux littoraux proprement dits : la multiplicité des pratiques locales ayant des conséquences sur l’environnement n’a d’égale que celle des petites unités de paysage disséminées sur les rivages des basses latitudes ; il est plus particulièrement fait mention ici des aménagements aquacoles affectant les marais maritimes à mangrove et des dommages causés aux récifs coralliens par des pratiques de pêche destructrices aux Philippines (article de J.-M. LEBIGRE), des aménagements et pratiques touristiques (article de R. BATTISTINI et F. HINSCHBERGER), des aménagements hydrauliques à finalités agricoles (article de Μ. MIETTON et J. HUMBERT sur le delta du Sénégal). De nombreuses voies de recherche commencent ainsi à mieux être explorées notamment concernant l’identification de symptômes de déstabilisation et de seuils. Une des questions les plus importantes soulevée ici, est de savoir jusqu’à quel point les actuelles agressions anthropiques sont différentes des crises de l’environnement qui ont marqué le passé : en particulier quels sont les seuils au delà desquels se crée une situation irréversible, à l’exemple des nombreux bouleversements qui ont marqués le passé ?

L’ANALYSE DES DYNAMIQUES ACTUELLES ET PASSÉES AU SECOURS DE L’AVENIR

5Il y a lieu de se louer que les études d’impact et celles mettant prioritairement en lumière les interactions entre phénomènes naturels et phénomènes socio-économiques constituent aujourd’hui un champ de recherche prenant rapidement le pas sur les traditionnelles études de géomorphologie ou d’écologie littorale. Seule une connaissance fine de l’évolution des littoraux peut nous permettre, à travers les enseignements que l’on peut en tirer, de mieux préparer l’avenir des peuples qui y vivent et qui en vivent. De ce point de vue, l'article de M. MIETTON et J. HUMBERT nous procure un excellent exemple : l’étude paléoenvironnementale d’une cuvette de décantation du delta du Sénégal sert à mieux cerner le contexte de la crise actuelle où interagissent facteurs anthropiques et facteurs climatiques ; cette démarche, loin d’être académique, constitue le fondement d’une prospective sur les aménagements et la politique de gestion de l’environnement qui permettrait à la fois de restaurer le milieu et d’assurer un développement durable pour les sociétés qui s’y sont établies.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540