Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les indicateurs climatiques et le rôle des eaux

Introduction

Simon Pomel

Texte intégral

LA VARIABILITÉ CLIMATIQUE

1Le climat de la Terre est changeant. Pour l’étudier, la climatologie se fonde d’abord sur l’étude des paramètres météorologiques (données pluviométriques et radiatives, régimes pluviométriques et de nébulosité). Mais le problème posé est d’abord celui des échelles spatiales et temporelles des variations climatiques, puis des réseaux de mesure de ces changements. La variabilité climatique oriente de plus en plus les recherches vers une “Climatologie diagnostique” (article de D. LAMARRE). Les approches synoptiques demeurent cependant inadéquates à reconstituer les changements climatiques et des modèles de fonctionnement climatique manquent à l’échelle du Quaternaire ou au-delà. C’est tout l’intérêt des études menées dans les marges climatiques (forêts, déserts, montagnes), de permettre une étude des paléofonctionnements du climat.

2Les causes des variations du climat au cours de l’histoire de la Terre sont encore imprécises et les informations climatiques fournies par certaines archives naturelles sont peu souvent décryptées. Les causes des variations naturelles du climat fondées sur la variation des paramètres astronomiques (obliquité, précession, etc.) sont loin d’être totalement interprétées : pour certains elles sont cycliques, pour d’autres chaotiques.

3Ce sont surtout les mutations récentes des paramètres du climat qui sont remarquables et pas exclusivement en région tropicale : irrégularité pluviométrique, pluies acides, modification de la circulation troposphérique et problème de l’ozone, modification des courants océaniques chauds, effets de serre liés aux CO2 et au méthane, pollution des eaux, etc. Les modifications récentes du climat marquent une influence croissante de l’Homme sur les principaux paramètres. L’Homme, surtout dans les régions tropicales de survie à démographie galopante et pénurie d’énergie fossile, en épuisant certaines ressources, est devenu un “facteur” de changement climatique. En modifiant le cycle du carbone et partiellement le cycle et la répartition de l’eau, il accélère certains processus. De nombreux cas de forçages radiatifs (effet de serre) seraient dus aux activités humaines, surtout en zone tropicale. On estime que la déforestation amazonienne conduirait à une réduction de 20 % des précipitations au-dessus de la région, un réchauffement local et une diminution de l’évapotranspiration notable. Les feux de forêts sont également de puissants émetteurs de CO2 et de divers polluants qui contribuent à des phénomènes complexes de forçage radiatif.

4Certains paramètres d’évolution demeurent cependant peu connus, comme les relations qui existent entre évapotranspiration, effet de serre et albedo. Les incertitudes sont importantes concernant les rétroactions dans le système climatique et en particulier dans les variabilités spatiales : l’imprécision des scénarios de réchauffement inévitable mais non-uniforme ne permettent pas de prévoir valablement l’évolution du climat au cours du XXIème siècle comme le signale l’astronome belge A. BERGER. Les impacts des changements du climat se manifestent sur le niveau marin, les écosystèmes et la santé. Les risques climatiques sont ainsi devenus des paramètres pris en compte par l’Economie et la Politique.

LES RESSOURCES EN EAU ET LA GESTION DE L’EAU

5L’eau est une des ressources naturelles qui, dans les milieux de limites écologiques ou de surexploitation, est peu ou pas renouvelable. La précarité de l’équilibre alimentaire et des ressources se posent dans l’ensemble des pays tropicaux. Cette fragilité des ressources en eau est accélérée par l’explosion démographique, l'urbanisation, le tourisme, le développement des cultures irriguées, etc. La compatibilité, la conservation et les problèmes posés par les transferts d’eau entre les villes et les campagnes sont donc fondamentaux. La gestion des eaux est un problème d’autant plus crucial que dans la plupart des pays tropicaux il existe un vide législatif. Les problèmes de rendements hydrologiques sont liés à l’infiltration, aux variations du stock souterrain, à l’étendue des bassins-versants réels, à la compétition entre l’écoulement superficiel épisodique et profond, etc.

6La pénurie est surtout manifeste avec la sécheresse sahélienne (article de J. MUDRY et Y. TRAVI). Le problème est posé des pluies efficaces et de l’approvisionnement des nappes du fait de la reprise par l’évapotranspiration (notion de pluie efficace résiduelle). La précarité est renforcée dans ces régions par la détérioration de la piézométrie (baisse depuis le milieu de 1970) et de la qualité de l’eau (exemple du bassin de Casamance et de la surexploitation de Dakar). En Afrique soudanienne les ressources en eaux souterraines sont souvent limitées et vulnérables, mais les prélèvements sont plus réduits (faible densité humaine et niveau de vie très bas). Cependant il existe de gros risques en raison du développement urbain et de la croissance des périmètres irrigués (article de B. COLLIGNON). La qualité chimique des eaux est généralement satisfaisante, mais la qualité bactériologique est médiocre et représente un redoutable problème de santé publique.

7L’intrusion des eaux salées, la salinisation par remontée des nappes saumâtres ou excès d’irrigation demeurent des problèmes majeurs. Une recherche de plantes cultivées adaptées aux microclimats — par leur physiologie, en particulier leurs capacités évapotranspiratoires — est devenue indispensable. L’impact de l’urbanisation, du tourisme et des modifications liées à la latéralisation des processus pédologiques (augmentation de l’hydrisme de surface dans le processus général de “désertification”) sont des phénomènes à évolution rapide qui menacent d’ores et déjà l’avenir.

8La vitesse de recharge des nappes et les propositions pour la gestion rationnelle et concertée de l’eau, demeurent au cœur du débat scientifique. Les phénomènes d’érosion hydrique et de faible recharge des nappes dans les anciens domaines bocagers et déstructurés par la culture du coton sont très inquiétants en zone soudanienne. Il est signalé le faible rôle des crues dans la recharge des nappes et l’exploitation inconsidérée des nappes fossiles ainsi que les effets de la déforestation sur l’érosion hydrique, les transports solides et l’alluvionnement. La gestion des grands fleuves tropicaux est toujours difficile à cerner. Des problèmes de diagnostic se posent encore, en particulier au sujet des connexions entre les nappes superficielles et les nappes profondes. Le problème des paléo-recharges des régions sahéliennes demeure au cœur du débat, compte-tenu d’un âge plus ancien que prévu pour la dernière : estimée auparavant à 10 000 ans environ, il est bien établi maintenant que la période principale de recharge s’est effectuée entre 80 000 et 140 000 ans, c’est-à-dire pendant le dernier grand interglaciaire (Eémien s.l.).

9Il existe actuellement un risque grave d'épuisement des réserves et la nécessité de la recherche de nouvelles ressources. Dans des options de dessalement, la prise en compte des problèmes d’énergie est importante. La gestion des eaux usées laisse toujours peser le risque de l’impact de l’eau sur les sels dans le cas de rejets, l’intrusion d’eaux marginales dans le cas de surexploitation de forages et les risques consécutifs aux réinjections, dans le cas des exploitations géothermales.

10Gaspillage, problèmes sanitaires liés aux traitements incomplets des eaux usées, fiabilité des pièges dans la gestion des déchets et des stocks d’eaux non traitées sont des problèmes courants. Il existe toujours des risques dans la concentration des métaux lourds, notamment dans les systèmes dégradés non auto-épurants. Des problèmes non encore maîtrisés existent à propos du maintien des métaux dans le système sols-nappes, des concentrations successives par les chaînes alimentaires, du rôle des saccharides et des relais bactériens, etc. Une grande prudence doit être respectée sur les taux de rejets du fait d’une auto-concentration par déclenchement de mécanismes post-rejets. Signalons aussi l'importance du capital représenté par les systèmes traditionnels de gestion de l’eau et les systèmes traditionnels de parcs arborés. Leur perfectionnement est souvent préférable à leur changement pour des techniques perturbantes : les problèmes de crédibilité ou d’acceptabilité se posant souvent dans le monde rural.

11Des modèles de Développement fondés sur la priorité des Villes sur les Campagnes demeurent toujours contestables en terme de gestion de l’Environnement. La prise en compte des échelles d’intervention, et surtout une grande réticence scientifique à la réalisation de méga-projets dont les impacts et les coûts induits sont incontrôlables, demeurent d’actualité. Des options sont possibles entre politiques volontaristes et politiques pragmatistes : une gestion à une autre échelle, et en particulier la réinjection des panoplies traditionnelles dans la stratégie de l’eau, la modification des tarifs de l’eau ou la pondération suivant les régions. L’orientation des recherches se doit donc de prendre en compte en priorité :

  • une gestion concertée de l’eau et des aménagements en mosaïques ;
  • un réajustement des systèmes traditionnels comme chance d’efficacité à moindre coût.

LES MALADIES DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

12Il apparaît de nouvelles pathologies dont les changements sont directement liés aux modifications de l'environnement. Ces modifications dans la nocivité des virus ne procèderaient pas de mutations, mais de changements du milieu. Les nouveaux virus de la Médecine humaine sont souvent les anciens virus d’animaux. Les dérangements des cycles écologiques entraînent des modifications dans les vecteurs des maladies : moustiques, rongeurs, oiseaux, etc. En Médecine vétérinaire, des études chorologiques sont devenues nécessaires pour évaluer l’impact important des changements de l’environnement sur les zoopathologies : cas bien connu des pathologies caprines nouvelles. Les recherches ont souvent été exclusivement consacrées jusqu’alors à la Virologie, d’où la nécessité d’études intégrant la Géomédecine, la Phyto-Médecine (à ne pas confondre avec l'Homéopathie). Cette branche nécessite un criblage du savoir traditionnel et des essais cliniques pour lesquels il existe encore un vide juridique et des problèmes d’éthique.

13Il existe donc un devoir de préservation avant la disparition du savoir et des programmes de conservation et de banque des espèces médicinales. L'importance des altérations respiratoires sont liées, par exemple, aux pollutions de l’atmosphère, en particulier aux pollutions industrielles dans certains pays du Tiers-Monde. Les activités microbiologiques qui découlent de telles pollutions sont loin d’être maîtrisées. L’utilisation inconsidérée (soumise à des marchés) des herbicides et des pesticides dans le compartiment sol, compromet de plus en plus la qualité biologique des nappes.

14Les transports locaux ou distaux des maladies virales ou le transport des bactéries sont des problèmes importants. Il est nécessaire de développer ou d’appliquer de nouvelles recherches dans les régions tropicales sur les bio-indicateurs des pollutions (cas déjà utilisé des mousses, des champignons, des différents thallophytes et surtout des lichens). L’impact des changements des habitudes alimentaires sur la santé (huiles et graisses, fibres végétales, etc.) et les risques liés à certains conditionnements sont à souligner.

15Actuellement la situation de précarité engendrée par la dégradation ou la surexploitation de certains environnements est aggravée par de nouveaux risques médicaux (allergies, SIDA, différents types de diminution des défenses immunitaires) ou la recrudescence de maladies antérieurement et partiellement maîtrisées (paludisme, fièvre jaune, onchocercose, bilharziose, trypanosomiase, typhus, choléra, tuberculose, etc.). La surexploitation des milieux, l’état sanitaire, les problèmes des voieries périurbaines et les destructurations des régions en guerre menacent gravement les capacités de développement, voire le capital génétique de l’espèce humaine (cas des maladies héréditaires ou sexuellement transmissibles). La modification des cénoses sous causalités économiques ou politiques engendre le développement de vecteurs et de foyers multiples. En plus des vecteurs traditionnels, tels que l’eau polluée, les mutations des vecteurs rendent le constat alarmant et laissent peser une menace sur le taux de survie. De nombreuses maladies sont liées à la difficile gestion de l’eau : parasitoses endémiques vectorielles (paludisme, onchocercose, trypanosomiase, bilharziose, filariose) ou non endémiques (dracunculose, ankylostomiase, ascaridiose, amibiase), maladies infectieuses (fièvre jaune, choléra, poliomyélite et hépatites). Enfin le développement ou les risques des maladies représentent actuellement un facteur limitant du développement économique. Il existe de plus en plus de véritables maladies de la survie.

Auteur

Centre de Géographie Tropicale (CEGET-CNRS) - Domaine Universitaire de BORDEAUX, 33405 TALENCE Cedex (FRANCE) et Association Climat et Environnement (CLIME), Le Chalay, 63160 MAUZUN.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540