Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les indicateurs de la végétation et des sols

La bordure sud du Sahara : du désert à la savane

Erhard Schulz et Simon Pomel

Résumé

La distribution de la végétation et des sols fournit la possibilité la mieux adaptée pour délimiter le Sahara. Au Sahara, le désert est caractérisé au sud par une végétation permanente contractée et des sols discontinus. Vers le nord, il trouve ses limites dans les formations arbustives du semi-désert et vers le sud il est caractérisé par le passage à une végétation diffuse avec Acacia-Panicum. Cette transition peut se suivre à travers le continent africain. Les savanes à Acacia-Panicum sont différentes des savanes sahéliennes par leur physionomie et leur composition floristique, sahariennes ou saharo-indiennes. Dans ce contexte, le Sahara se subdivise en semi-désert, en désert et en savanes sahariennes. Dans le domaine des sols, on trouve également cette transition avec l’apparition de sols minéraux bruts des déserts. Vers le nord, on observe des sols peu évolués subdésertiques, des sols salés et des yermosols ; vers le sud, des sols isohumiques, des sols bruns subarides ou sols brun-rouge subarides. Le contact désert/savane s’effectue dans le passage d’une couverture discontinue à une couverture diffuse de sols à O.P.S. de duriconcentration et à dissociation plasma/squelette. Le problème est posé pour la genèse anthropogène des sols qui bordent la marge sud du désert : sols isohumiques, yermosols noirs, sols colluvionnés ou compactés, à matière organique mélanisée, phytolithes et satuconcentration de silts ferrugineux. Les documents des 150 dernières années sur la partie méridionale du Sahara nigérien montrent que le système actuel des limites végétales est établi depuis 130 années environ ; il est demeuré stable depuis. Le système du désert est donc stable à l’échelle séculaire, mais a changé durant les périodes géologiques.

The southern border of Sahara: from desert to savanna. The disposition of vegetation limits is still the most adapted way to delimit the borderlines of the Sahara. The desert in the Sahara is characterized in the southern border by its contracted permanent vegetation and discontinuous soils. In the North it is clearly confined to the shrub formation of the Mediterranean influenced semi-desert and in the South to the Acacia-Panicum savanna. This transition is performed within the Acacia-Panicum complex from its contracted to its diffuse form. The southern part of the Sahara is characterized by this savanna all over the continent. The tussock grass-thorn savannas are clearly different from the sahelian savanna by their physiognomy and their floristic composition. So they are to be classified as saharan savannas. The Sahara includes the semi-desert, the desert and the saharan savanna. In the soil cover the limit is also documented by the apparition of lithic desert soils of desert: in the north subdesertic, sodic or yermosoils; in the south, isohumic, brown or red-brown subaridic soils. Savanna/desert contact is performed by discontinuous/continuous weathering cover of pellicular and duriconcentrated soils with dissociated plasma-skeleton. Isohumic soils, black yermosoils, colluvial and compacted soils, with melanized organic matter, phytolites and oxic Fe satuconcentrated silts are problematic anthropic soils in southern borderlines of desert in the Sahara. Descriptions of the southern Niger over the last 150 years give evidence that the present system of vegetation boundaries was finally established about ca 130 years ago. Since that time it has remained relatively stable. The desert seems to be a stable system on the secular scale, but it has changed in geological times.

Die Umrandung des Sahara : von der Wüste bis der Savanne. Die Vegetation bietet in der Sahara die geeignetsten Hilfsmittel um ihren Raum zu begrenzen. Die Wüste in der Sahara ist charakterisiert durch die kontrahierte permanente Vegetation und grenzt im Norden gegen die diffusen Strauchfluren der mediterran beeinllulssten Halbwüste und im Süden gegen die Acacia-Panicum Savannen. Dieser Übergang läβt sich quer iiber den Kontinent hin verfolgen. Der Wechsel findet dabei in der Acacia-Panicum Vegetation von der kontrahierten Form der Wüste zur diffusen Form der Savanne statt. Als Horstgras-Dornsavanne ist diese Formation physiognomisch von den eigentlichen Sahel-Savannen unterschieden und floristisch durch saharische Elemente geprägt. Sie ist somit als saharische Savanne zu bezeichnen. Der Landschaftsraum Sahara umfaβt also die Halwüste, Wüste und die saharische Savanne. Reiseberichte der letzten 150 Jahre belegen für den Niger die Einstellung der heutigen Vegetationsgrenzen vor ca. 150 Jahren und deren seitherige Konstanz. Eine Ausdehnung der Sahara nach Süden kann somit widerlegt werden. Die Wüste scheint ein stabiles System im säkularen Maβstab zu sein und sich nur in geologischen Zeiträumen zu verändern.

Entrées d'index

Géographique :

Sahara

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

La limite sud du Sahara peut être classée parmi les limites les plus fluctuantes du domaine végétal. Depuis longtemps, le désert au Sahara est considéré en expansion (KASSAS, 1970 ; ORMEROD, 1978). Les premiers cris d’alarme proviennent du Nord-Nigeria en 1935 (STEBBING, 1935, 1938) sur la base d’un léger ensablement de saison sèche. On a ainsi proposé d’immenses bandes d’afforestation pour empêcher l’avance du désert. Cependant, en 1936, cette vision était déjà refusée et considérée comme une interprétation inadaptée de paysages fortement anthropisés sous un climat saisonnier (AUBREVILLE, 1936, 1937 ; JONES, 1938 ; STAMP, 1940). Le terme même de "désertification” créé par AUBREVILLE en 1949 pour décrire la dégradation de la forêt est actuellement mélangé à toutes sortes de dégradation de savanes et confondu avec une avancée du désert (CLOUDLSLEY-THOMPSON, 1974 et 1977 a et b ; KASSAS, 1970 ; ORMEROD, 1978). Mais, depuis quelques années, le désert et le Sahara lui-même a...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540