Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les indicateurs de la végétation et des sols

La bordure sud du Sahara : du désert à la savane

Erhard Schulz et Simon Pomel

Résumé

La distribution de la végétation et des sols fournit la possibilité la mieux adaptée pour délimiter le Sahara. Au Sahara, le désert est caractérisé au sud par une végétation permanente contractée et des sols discontinus. Vers le nord, il trouve ses limites dans les formations arbustives du semi-désert et vers le sud il est caractérisé par le passage à une végétation diffuse avec Acacia-Panicum. Cette transition peut se suivre à travers le continent africain. Les savanes à Acacia-Panicum sont différentes des savanes sahéliennes par leur physionomie et leur composition floristique, sahariennes ou saharo-indiennes. Dans ce contexte, le Sahara se subdivise en semi-désert, en désert et en savanes sahariennes. Dans le domaine des sols, on trouve également cette transition avec l’apparition de sols minéraux bruts des déserts. Vers le nord, on observe des sols peu évolués subdésertiques, des sols salés et des yermosols ; vers le sud, des sols isohumiques, des sols bruns subarides ou sols brun-rouge subarides. Le contact désert/savane s’effectue dans le passage d’une couverture discontinue à une couverture diffuse de sols à O.P.S. de duriconcentration et à dissociation plasma/squelette. Le problème est posé pour la genèse anthropogène des sols qui bordent la marge sud du désert : sols isohumiques, yermosols noirs, sols colluvionnés ou compactés, à matière organique mélanisée, phytolithes et satuconcentration de silts ferrugineux. Les documents des 150 dernières années sur la partie méridionale du Sahara nigérien montrent que le système actuel des limites végétales est établi depuis 130 années environ ; il est demeuré stable depuis. Le système du désert est donc stable à l’échelle séculaire, mais a changé durant les périodes géologiques.

The southern border of Sahara: from desert to savanna. The disposition of vegetation limits is still the most adapted way to delimit the borderlines of the Sahara. The desert in the Sahara is characterized in the southern border by its contracted permanent vegetation and discontinuous soils. In the North it is clearly confined to the shrub formation of the Mediterranean influenced semi-desert and in the South to the Acacia-Panicum savanna. This transition is performed within the Acacia-Panicum complex from its contracted to its diffuse form. The southern part of the Sahara is characterized by this savanna all over the continent. The tussock grass-thorn savannas are clearly different from the sahelian savanna by their physiognomy and their floristic composition. So they are to be classified as saharan savannas. The Sahara includes the semi-desert, the desert and the saharan savanna. In the soil cover the limit is also documented by the apparition of lithic desert soils of desert: in the north subdesertic, sodic or yermosoils; in the south, isohumic, brown or red-brown subaridic soils. Savanna/desert contact is performed by discontinuous/continuous weathering cover of pellicular and duriconcentrated soils with dissociated plasma-skeleton. Isohumic soils, black yermosoils, colluvial and compacted soils, with melanized organic matter, phytolites and oxic Fe satuconcentrated silts are problematic anthropic soils in southern borderlines of desert in the Sahara. Descriptions of the southern Niger over the last 150 years give evidence that the present system of vegetation boundaries was finally established about ca 130 years ago. Since that time it has remained relatively stable. The desert seems to be a stable system on the secular scale, but it has changed in geological times.

Die Umrandung des Sahara : von der Wüste bis der Savanne. Die Vegetation bietet in der Sahara die geeignetsten Hilfsmittel um ihren Raum zu begrenzen. Die Wüste in der Sahara ist charakterisiert durch die kontrahierte permanente Vegetation und grenzt im Norden gegen die diffusen Strauchfluren der mediterran beeinllulssten Halbwüste und im Süden gegen die Acacia-Panicum Savannen. Dieser Übergang läβt sich quer iiber den Kontinent hin verfolgen. Der Wechsel findet dabei in der Acacia-Panicum Vegetation von der kontrahierten Form der Wüste zur diffusen Form der Savanne statt. Als Horstgras-Dornsavanne ist diese Formation physiognomisch von den eigentlichen Sahel-Savannen unterschieden und floristisch durch saharische Elemente geprägt. Sie ist somit als saharische Savanne zu bezeichnen. Der Landschaftsraum Sahara umfaβt also die Halwüste, Wüste und die saharische Savanne. Reiseberichte der letzten 150 Jahre belegen für den Niger die Einstellung der heutigen Vegetationsgrenzen vor ca. 150 Jahren und deren seitherige Konstanz. Eine Ausdehnung der Sahara nach Süden kann somit widerlegt werden. Die Wüste scheint ein stabiles System im säkularen Maβstab zu sein und sich nur in geologischen Zeiträumen zu verändern.

Entrées d'index

Géographique :

Sahara

Texte intégral

INTRODUCTION

1La limite sud du Sahara peut être classée parmi les limites les plus fluctuantes du domaine végétal. Depuis longtemps, le désert au Sahara est considéré en expansion (KASSAS, 1970 ; ORMEROD, 1978). Les premiers cris d’alarme proviennent du Nord-Nigeria en 1935 (STEBBING, 1935, 1938) sur la base d’un léger ensablement de saison sèche. On a ainsi proposé d’immenses bandes d’afforestation pour empêcher l’avance du désert. Cependant, en 1936, cette vision était déjà refusée et considérée comme une interprétation inadaptée de paysages fortement anthropisés sous un climat saisonnier (AUBREVILLE, 1936, 1937 ; JONES, 1938 ; STAMP, 1940). Le terme même de "désertification” créé par AUBREVILLE en 1949 pour décrire la dégradation de la forêt est actuellement mélangé à toutes sortes de dégradation de savanes et confondu avec une avancée du désert (CLOUDLSLEY-THOMPSON, 1974 et 1977 a et b ; KASSAS, 1970 ; ORMEROD, 1978). Mais, depuis quelques années, le désert et le Sahara lui-même auraient tendance au contraire à se rétracter (TUCKER et al, 1991).

2Les recherches paléoenvironnementales ont bien mis en évidence des changements écologiques fondamentaux au Sahara et au Sahel pendant les derniers 10 000 ans (PETIT-MAIRE et RISER, 1983). Une première série d'investigations avait conclu à une grande extension de la végétation méditerranéenne ou même tempérée (PONS et QUEZEL, 1957 ; VAN CAMPO et al., 1964 ; VAN CAMPO, 1967). Cependant, des travaux récents, fondés sur des profils polliniques cohérents, des analyses de macrorestes ainsi que des investigations géomorphologiques et sédimentologiques (RITCHIE et al., 1985 ; SCHULZ, 1987 ; LEZINE, 1988 ; NEUMANN, 1989), ont démontré une extension des savanes ou même des forêts sèches et leur contact direct avec la végétation saharienne ou le désert. Ces résultats ont des conséquences énormes, pas seulement pour la paléoécologie, mais surtout pour l’estimation des réserves en eau. Ainsi, la compréhension de la dynamique de ces deux systèmes — désert et savane — peut servir à une reconstruction fiable du paléoenvironnement et éviter les problèmes d’écoles sur les termes steppe, désert, savane. Pour éviter des confusions de terminologie et bien comprendre la nature des écosystèmes, certaines questions restent posées : caractères de la marge sud du Sahara (bordure nette ou transition aux savanes ?), stabilité ou instabilité durant les périodes de changements importants ?

3Pour tenter de répondre à ces questions, nous décrivons d’abord la situation actuelle après les sécheresses des dernières décennies. Ensuite, nous décrivons les paysages du sud-Sahara et du nord-Sahel et formulons une évaluation de la stabilité et de l’instabilité à l’échelle séculaire reposant sur des données historiques. Ces analyses prennent en compte les facteurs les plus sensibles aux changements climatiques : la végétation et les sols. Cette contribution doit permettre une meilleure reconstruction de l’évolution des savanes pendant l’Holocène et le Pléistocène supérieur.

I. LE PROBLÈME DE DÉFINITION DE LA BORDURE DU DÉSERT

A. Le choix difficile d’un critère significatif

4Quand il est question de définir une limite entre des paysages, il convient de caractériser en même temps les unités séparées par cette limite. A propos du désert, on entre dans un “chaos” de définitions dont certaines sont des “a priori” non fondés sur des observations régionales. C’est le cas des limites climatiques du désert fondées sur les valeurs annuelles des précipitations, 100 et 150 mm pour les limites nord et sud respectivement (CAPOTREY, 1953 ; DUBIEF, 1963 ; QUEZEL, 1965 ; SHMIDA, 1986). En raison du faible maillage du réseau météorologique et de la courte durée d’enregistrement au Sahara, ces définitions sont imprécises. De plus, la grande variabilité climatique du désert et aussi du Sahel (KLAUS, 1986 ; MENSCHING et IBRAHIM. 1976) rend inutile toute définition d’une limite à partir de totaux pluviométriques. Cette conception peut engendrer la fiction d’une mobilité des limites et du système du désert : une modification des isohyètes impliquerait une réaction immédiate des écosystèmes (REICHELT, 1989). Une bonne part de l’incompréhension dans les discussions sur la progression du désert est fondée sur ce concept purement “climatique”.

5On trouve des exemples comparables dans le domaine des compositions floristiques. Le simple pourcentage de la composition floristique ne peut suffire à définir une couverture végétale : il peut changer relativement vite et osciller ; de plus, la connaissance de la région demeure toujours insuffisante. Même si on recherche dans les paysages des phénomènes visibles plus ou moins stables, il s’en rencontre fort peu qui soient comparables au nord et au sud du Sahara. Le système structural, chaînes atlasiques/plateaux sahariens, fournit un critère utile pour le nord, mais n’a pas son équivalent au sud. On sait que les processus d’éolisation, d’endoréisme, d’aréisme, sont typiques des déserts (HAGEDORN, 1985 ; SCHIFFERS, 1951 ; GIESSNER, 1988), mais la présence de fleuves allogènes comme le Niger minimise au Sahara la possibilité de se servir de ce critère pour définir la limite sud du désert.

B. Les limites dans les couvertures pédologiques

6Les couvertures pédologiques reflètent les grandes tendances du pédoclimat et des processus d’altération : lithosols et sols sodiques des déserts et des savanes sahéliennes, sols fersiallitiques ou ferrallitiques dans les forêts et les savanes tropicales (soudaniennes et guinéennes). Cependant, la limite entre désert et savanes sahéliennes est nette au plan des couvertures. Les mécanismes pédologiques sont comparables et liés à la prépondérance des mécanismes latéraux, des organisations pelliculaires superficielles (O.P.S.) et des migrations et concentrations des éléments les plus solubles dans le profil.

7Si l'on adopte les limites de certains types de sols, les marges désertiques seraient caractérisées par des transitions insensibles à des xérosols, avec les sous-ensembles haplique, calcique, luvique et gypsique de la F.A.O. (FAO-UNESCO, 1975), les aridisols (orthids et argids) de la “Soil Taxonomy” (USDA, 1975) et les sols gris subdésertiques, les xérorankers (classe des sols peu évolués) et les sierozems (sols isohumiques) de la classification française (CPCS, 1967).

8Dans les sols, les bioturbations par les actions des vers, des rats, des criquets et des termites sont importantes, mais leur utilisation comme critère de différenciation zonale est délicate. Si les OPS des vers sont localisées dans les savanes soudaniennes (> 800 mm/an), les OPS des termites marquent la limite sud des savanes sahéliennes (> 750 mm/an). Ces dernières construisent des champignons (Cubitermes), des cathédrales ou donjons (Bellicotermes et Macrotermes), mais tantôt elles augmentent l’infiltration par la porosité de leur activité de récolte, tantôt elles la réduisent par l'édification de nids très peu perméables. Elles indiquent toujours une hydromorphie à faible profondeur. Le fait le plus important est la fabrication de profils à l’envers, par remontée d’argiles ferrugineuses en surface. Les OPS de fourmis sont plus ubiquistes et contribuent dans les savanes sahéliennes à un certain glaçage argileux des sols.

9Les observations au Sénégal, en Mauritanie, au Mali et au Niger montrent que ce ne sont pas des classes de sols qui caractérisent le mieux la limite désert/savanes, mais le fait que la pédogenèse est discontinue dans le temps (manifeste après de rares pluies, avec des sols minéraux bruts ou peu évolués, très pauvres en matière organique et sensibles à l’érosion) et dans l’espace (sols concentrés dans les oueds ou dépressions, là où les nappes permettent des migrations d’éléments). En fait, c’est plus la structure du couvert herbacé (son pourcentage de couverture) que sa composition floristique qui intervient sur les phénomènes d’infiltration. Les sols discontinus du désert sont caractérisés, au plan micromorphologique, par une dissociation plasma/squelette, une mobilisation et une organisation pelliculaire des carbonates et des sels ; les sols des savanes, à distribution diffuse, présentent au contraire une association plasmasquelette, avec mobilisation de la silice et fixation du fer. Le contact entre ces deux types de sols aurait alors une signification climatique.

10Dans le détail, les sols reflètent une sorte de mosaïque d’utilisations anthropogènes. On distingue ainsi toute une gamme de sols influencés par les feux de brousse, les défrichements et les surpâturages. Certains horizons isohumiques des sols gris ou des sols noirs sont riches en phytolithes et matière organique mélanisée. D’autres horizons de sols incendiés sont condensés ou glacés, avec “satuconcentration” (au sens de JONGERIUS, 1983) de silts ferrugineux et apports de silice qui participe aux néogenèses d’argile. Les zones piétinées caravanières ou pastorales présentent des horizons compactés, vertiques ou à “duriconcentration”. Les horizons décapés (à O.P.S., à “abruconcentration”) reflètent souvent l'histoire complexe des systèmes culturaux (culture en billons ou en buttes par exemple) (POMEL, SCHULZ et POMEL-RIGAUD, 1990).

11Dès que la couverture du sol n’est plus assurée, les milieux anthropisés de la marge sud des savanes sahéliennes étendent vers le sud le domaine des OPS, les marges des savanes sahéliennes progressant au détriment des savanes soudaniennes. Par contre, du point de vue pédologique, la marge nord du contact savanes sahéliennes ou sahariennes/désert paraît stable. La confusion entre ces deux marges, contact linéaire stable des savanes sur le désert et transition diffuse instable des savanes sahéliennes sur les savanes soudaniennes, est maintenue lorsque le système des sols zonaux est utilisé comme critère de l’avancée du désert.

12Les observations des couvertures pédologiques et de leur fonctionnement hydrique montrent clairement que le Sahel étend de façon diffuse vers le sud les états de surface et les modifications qu’ils entraînent sur l’infiltration (CASENAVE et VALENTIN, 1989). En Afrique occidentale, on discerne deux bandes de cuirassement pelliculaires gravillonnaires, l’une située au contact nord (savanes soudaniennes/savanes sahéliennes ou sahariennes), l’autre au sud (savanes guinéennes/forêts). Plus ou moins dégradées (avec concrétions gravillonnaires et altération kaolinitique) au nord et au sud de la zone cuirassée fonctionnelle, ces cuirasses semblent dysfonctionnelles. Elles ne peuvent s’expliquer par un simple gradient climatique, qui serait illogique puisque la pluviométrie est croissante vers le sud. En revanche, un décapage et un étalement des couvertures pédologiques sous les actions anthropogènes pourrait expliquer une telle répartition. En effet, ces zones d’OPS ferrugineuses se situent au contact des grands fronts pionniers anthropogènes d’agro-pastoralisme et de cultures permanentes.

Photo 1 : Savane à Acacia-Commiphora-Rhus du Bagzan dans l’Aïr (Niger).

13La distinction fondamentale entre un sol tropical de savane et un de forêt s’estompe lors d’une mise en culture, puisque la dynamique verticale du sol devient latérale, avec appauvrissement superficiel, transport et organisation pelliculaire superficielle, compaction et migration irréversible des particules fines. En fait, certains types d’exploitations agricoles déterminent de véritables classes de sols à une échelle continentale comparable aux actions sur les couvertures végétales et non seulement au niveau des horizons (Ap) ou des classifications d’ordre inférieur. Il faut ainsi considérer les effets zonaux des actions anthropogènes sur la localisation des fronts d’éluviation et d’illuviation et le rôle dans les déséquilibres des couvertures pédologiques mont-morillonitiques (argile gonflante) et kaolinitiques (argile peu gonflante), notions de base de toute classification des sols tropicaux.

14Ainsi, l’extension du Sahel et non du désert pourrait être liée aux pressions anthropogènes au Sahel. Il gagne sur les savanes soudaniennes comme les savanes guinéennes le font au détriment des forêts mésophiles et ombrophiles. Les couvertures pédologiques discontinues du désert seraient par contre stables car relictes ou inexploitées depuis les migrations démographiques et les déprises rurales consécutives des sécheresses.

C. Les limites dans les couvertures végétales

15Pour la limite sud du désert au Sahara, il existe une certaine incompréhension dans l'utilisation du terme savane. La végétation élargie des oueds et des dépressions a été initialement décrite comme celle des “savanes désertiques” (MAIRE, 1932 ; QUEZEL, 1965), un terme qui combine ceux contradictoires de désert et de savane. En effet même si les oueds sont quelquefois très étendus, la végétation est strictement limitée aux zones où la nappe est présente et où le ruissellement superficiel est collecté. Le changement dans la couverture végétale (de la forme diffuse à la forme contractée) qui affecte le groupement à Acacia-Panicum, caractérise la transition du désert à la savane dans une composition floristique définie comme saharienne. Une telle limite se suit également au sud de la Tamesna et à l’est, à environ 100 km au sud d’Agadem près de la frontière du Tchad. La formation d’une savane à Acacia-Panicum est également signalée sur de vastes étendues de l’Arabie Saoudite, dans le Nadji (MANDAVILLE, 1986).

16Afin d’éviter le “chaos” des définitions de la savane comme le souligne COLE (cité par JOHNSON et TOTHILL, 1985), on peut admettre un certain compromis de base, en la décrivant comme une formation végétale permanente diffuse qui incorpore des arbres et des graminées vivaces ou annuelles, sous un climat tropical à saisons contrastées et parcourue régulièrement par les feux, en accord avec SANDFORT et al. (1987).

17En prenant les limites de distribution de certaines espèces, on peut essayer de combiner la limite sud du “had” (Cornulaca monacantha) avec la limite nord du “cram cram” (Cenchrus biflorus) et la limite de production effective de dattes (CAPOT-REY, 1953). Dans ce cas, il faut constater la connexion de Cornulaca et Cenchrus avec des substrats sableux et l’élimination du “had” de vastes régions par les effets de la sécheresse et des surpâturages. Ces facteurs de définition sont aussi soumis à des décisions et des changements économiques et de ce fait inadéquats pour caractériser la limite du Sahara.

18Une autre approche dans la recherche des indicateurs visibles dans les paysages et omniprésents à travers le continent, demeure l’étude de la distribution, de la structure et de la physionomie des couvertures végétales. Répartition et physionomie sont toujours les premières réponses à des facteurs climatiques et pédologiques et aussi à leur histoire, en incluant le rôle de l’homme. Cette approche est bien différente de la conception d’une transition diffuse au sud du Sahara et au Sahel vers les savanes “sensu stricto” (soudaniennes) (BARRY, 1982 ; BARRY et al., 1986). Le cas du Niger peut illustrer ce changement définitif et net dans le paysage. A environ 100 km au SW d’Agadès en direction de l’escarpement de Tigidit (au 16° 30’N), on remarque sur une distance d’environ 3 km, un changement de la distribution de la végétation permanente. Alors que dans l’Ihrazer la végétation était cantonnée dans les oueds ou les dépressions, on peut maintenant observer une forme diffuse à la conquête des plateaux et des pentes. Ce changement de couverture végétale s’effectue dans le même type de végétation et de composition floristique à groupements d'Acacia-Panicum. Le changement se présente sur substrats variés et peut être considéré comme climatique.

19Ces observations reprennent les descriptions et définitions du désert par MONOD (1954 a et b) et WALTER (1964). La végétation permanente est contractée ou linéaire dans les déserts parce que les précipitations annuelles ne sont pas suffisantes pour une végétation arbustive diffuse. Arbres et arbustes sont restreints dans les oueds et les dépressions où la nappe et le ruissellement superficiel peuvent compenser le manque de précipitations. Le nombre d’organismes durables est limité par la quantité des ressources nécessaires surtout en eau et des stratégies diverses contre la dessiccation, avec des cycles de transpiration journalière spécifiques (ULLMANN, 1985) et des méthodes adaptées de photosynthèse (C4) (STOCKER, 1962). La deuxième stratégie de la végétation consiste en l’abondance des thérophytes qui peuvent par un cycle végétatif court trouver leur réserve dans les pluies irrégulières, sans protection contre la transpiration.

20Un changement comparable se retrouve aussi bien dans les paysages végétaux du nord-Sahara. Vers 30° N on observe une transition d’une végétation à distribution linéaire à une couverture diffuse. Au contraire de la bordure sud du Sahara, cette couverture végétale comprend des formations arbustives ou buissonnantes. Le taux de couverture au sol demeure variable, mais dépasse rarement 30 %. Comme dans les autres parties du Sahara, les Achabs (plaques de thérophytes) forment une deuxième strate de la couverture végétale et constituent une réserve importante pour le pâturage. A la différence du changement observé au sud du Sahara, cette transition du désert à des formations permanentes diffuses de type semi-désert, ne représente pas seulement un changement physionomique, mais aussi Floristique (BORNKAMM et KEHL, 1985).

D. Exemples d’enclaves de savanes au Niger

21A environ 100 km au nord du changement savane/désert, on rencontre deux enclaves de savanes : l’une est située sur les hauts plateaux de l’Aïr et l’autre sur les plateaux de grès cuirassés d’Agadem, Homodji et Tcheni-Tchadi. La composition floristique et les conditions géographiques sont totalement différentes. Dans l’Aïr, au-dessus de 1 500 m, au Bagzan, au Tarouadji, dans l’Egalag ou le Guide (fig. 1), on trouve une savane à Acacia laeta, Acacia raddiana, Commiphora africana et Rhus tripartita. (SCHULZ et ADAMOU, 1988). Elle est localisée sur les blocs de granite qui constituent une mosaïque de niches et de citernes collectant humidité et matériaux fins. Par contre, dans le Niger oriental, les savanes sont presque monospécifiques, à Maerua crassifolia, mais les substrats constituent des niches écologiques comparables : les cuirasses fortement disjointes forment des citernes pour l’humidité et les terres fines (SCHULZ, 1988). Dans les deux cas, le seuil écologique est franchi du fait de conditions édaphiques de type “réservoir”. Dans l’Aïr, ces savanes forment également un étage altitudinal de type sahélien, alors qu’au Niger oriental les enclaves représentent un type saharien.

II. LA BORDURE DU DÉSERT A TRAVERS LE CONTINENT AFRICAIN

22Si l'on considère l’exemple du Niger comme représentatif de l’ensemble du continent, il faudrait comparer avec les descriptions de la végétation effectuées durant le dernier siècle par les voyageurs et explorateurs, dans de vastes régions entre 21°N et 16°N. Malheureusement la littérature n’est pas riche et il faut extraire les traits de description des paysages, d’auteurs ayant suivi une démarche non naturaliste et eu une autre vision du système. Une réinterprétation incorpore toujours un risque de surinterprétation. De plus, de vastes régions demeurent toujours inconnues, et pour des raisons politiques, une grande partie du continent le demeurera longtemps. La carte des formations végétales et pédologiques (fig. 1) est centrée sur la nature de la bordure sud du Sahara et au nord, seules les couvertures pédologiques ont été représentées. Les limites des formations végétales de la bordure nord du Sahara sont seulement discutées. La cartographie est fondée sur les travaux et observations de terrain, en particulier au Niger, et une évaluation de la littérature disponible.

A. La partie occidentale du Sahara, en Mauritanie et au Mali

23En Mauritanie occidentale, le climat est sous influence océanique, ce qui entraîne une remontée des “bandes végétales” vers le nord. D’après les descriptions de MONOD (1939 et 1986), NAEGELE (I960), D1ACK (1977) et BARRY et al. (1987), on peut localiser le changement de la végétation de la forme diffuse à la forme contractée au sud de l’Adrar. La composante océanique du climat a certainement aussi influencé la composition floristique à la fois sahélienne et méditerranéenne. Dans les régions sableuses, on observe une prédominance de Stipagrostis pungens. A l’est de l’Adrar, la zone de transition descend jusqu’au 17°N. Dans le Tagant, vers 21°N, la transition s’effectue avec une savane à Commiphora africana et Acacia Senegal. Il existe une certaine divergence entre les cartes de DIACK (1977) et le RSI (1982) concernant la dominance d'Acacia dans ces savanes, mais il est probable qu’Acacia remplace Commiphora.

24Vers le sud-est, la Majiabat al Kubra repousse les bandes de végétation vers le sud (MONOD, 1958). Il n’y a que sur le plateau de Tichit qu’on peut encore observer une formation diffuse à Maerua, Acacia et Panicum et dans le sud de l’erg d’Aouker où la transition sur la savane à Commiphora et Acacia est dépassée. Ces savanes, spécialement mentionnées par MONOD en 1939, se suivent vers l’est jusqu’au lac Faguibine où elles sont interrompues par les formations du delta intérieur du Niger.

Figure 1 : Carte schématique des couvertures végétales et pédologiques de la bordure sud du Sahara, savanes sahariennes et nord-sahéliennes (d’après nos travaux). Schematic map of vegetation and soils cover on southern borderlines of Sahara, saharan savannas and northern sahelian savannas, after own works.
VEGETATION : 1. Savane à Acacia-Panicum ; Acacia-Panicum savanna. 2. Végétation pseudo-diffuse à Acacia-Panicum dans les vallées sud-ouest des montagnes ; Acacia-Panicum pseudo-diffuse vegetation in SW. 3. Savane à Maerua dans le sud-est du Niger ; Maerua savanna in SE Niger. 4. Végétation à Tamarix-Salvadora sur les dunes côtières de Mauritanie ; Tamarix-Salvadora vegetation in coastal dunes of Mauritania. 5. Savanes à Acacia-lndigofera de l’Ennedi ; Acacia-Indigofera savannas of Ennedi. 6. Savanes à Commiphora-Acacia/Acacia-Commiphora ; Commiphora-Acacia/Acacia-Commiphora savannas. 7. Savane à Acacia-Commiphora-Rhus du sud-Aïr ; Acacia-Commiphora-Rhus savannas of south-Aïr. 8. Savane à Acacia-Maerua-Salvadora ; Acacia-Maerua-Salvadora savanna. 9. Savanes à Combretaceae du Djebel Marra et des montagnes sahariennes ; Combretaceae savanna of Djebel Marra and saharan mountains. 10. Végétation hydromorphe du delta intérieur du Niger ; hydromorphic vegetation of Niger delta.
LIMITES SAHARA/DESERT : 11. Limite méridionale du désert ; southern borderline of desert. 12. Limite méridionale du Sahara ; southern borderline of Sahara.
SOLS : 13. Sols minéraux bruts et peu évolués non différenciés des déserts, sols salés et compactés des oasis et des puits, sols compactés des pistes caravanières ; mineral and lithic less developed soils and non differenciated soils of deserts, salted and compacted soils of oases and around wells, compacted soils of trucks. 14. Sols sableux des ergs et sols associés à des sols variés résultants des héritages paléoclimatiques ; entisols-psamments and arenosols of dunes resulting of palaeoclimatic inheritance. 15. Sols peu évolués subdésertiques (aridisols), sols compactés, salés et encroûtés des zones surpâturées, caravanières et des puits ; less developed subdesertic soils, compacted soils, salted and incrustated soils of overgrazed areas, trucks and around wells. 16. Sols isohumiques (sols bruns subarides ; sols brun-rouge subarides), sols incendiés-colluvionnés et yermosols noirs et gris à matière organique mélanisée, cendres et phytolithes des régions agro-pastorales et des zones d’agriculture précaire ; isohumic soils (brown/red-brown, reddish and reddish brown subarid soils), burning ash-colluvium soils and blacks and greys yermosols with melanized organic matter, ashes and phytolithes of the agro-pastoral regions and zone of marginal agriculture (rotation and burning). 17. Sols halomorphes et sols sodiques, sols compactés des cures de sel, sols à OPS salés des zones irriguées et des cultures de case ; halomorphic and sodic soils, compacted soils of the salt pasture area, soils with pellicular organisation of irrigated zones and garden-hutting cultivation. 18. Vertisols et vertisols compactés des zones surpâturées et des zones caravanières ; vertisols, vertisols, usterts compacted vertisols of overgrazed areas and on truck zones, black and dark grey soils. 19. Sols hydromorphes du delta intérieur du Niger, du Chari, du Tchad et du Nil et sols alluviaux des principales vallées ; hydromorphic soils, drainage of the interior deltas of Niger, Chari, Tchad and Nil and alluvial soils of main valleys. 20. Sols minéraux bruts, rankers, associés à des sols très variés des zones montagneuses ; mineral and lithic soils, rankers and entisols with various soils of mountains. 21. Sols rouges et bruns fersiallitiques méditerranéens, rendzines ; red and brown fersiallitic soils of mediterranean zone, rendzina and reddish mediterranean soils (inceptisols-ochrepts).

25Entre Tombouctou et l’Adrar des Iforas, les observations de BARRY (1982), BARRY et al. (1986), CELLES et MANIERE (1983) et CATELLA et al. (1984) sont assez claires pour placer la transition désert/savanes sahariennes vers 100 km au nord de Tombouctou.

26L’Adrar des Iforas est une montagne typiquement désertique et saharienne, comparable à l’Aïr, même si elle est considérée souvent comme sahélienne (CAPOT-REY, 1953 ; QUEZEL. 1965 ; WHITE, 1983 ; MAIRE et VOLKONSKY, 1945 ; UNESCO-FAO, 1965). La végétation est restreinte aux oueds et même si plusieurs espèces sahéliennes sont présentes, la physionomie générale demeure inchangée. Les vastes plaines de Tilemsi sont peuplées de larges groupes d'Acacia et surtout de Cassia tara sur les substrats argileux. Le Tilemsi présente une végétation dans les oueds élargis, comparable à celle des régions du SW de l’Air. A environ 90 km au nord de Gao, on trouve ainsi sur les plateaux de grès cuirassés, une savane à Maerua, Acacia et Salvadora, utilisant l’effet citerne comme dans les enclaves de savanes nigériennes. Du fait de l’altitude réduite de l’Adrar, on ne peut rencontrer de savane montagnarde de type sahélien comme dans l’Aïr.

B. La marge sud orientale du Sahara au Tchad et au Soudan

27Les cartes et descriptions de GASTON (1981), PIAS (1970), QUEZEL (1964 et 1965), GILLET (1968), GRONDART (1964) pour le Tchad et d’HARRISSON et JACKSON (1958), WICKENS (1976 et 1982) et NEUMANN (1988) pour le Soudan sont suffisantes pour vérifier le même modèle de transition du désert à la savane que celui décrit vers l’ouest.

28Dans les régions à l’est du lac Tchad, GASTON (1981) a décrit la transition avec le désert par une savane à Acacia-Panicum située vers 15°30’N et le passage à une savane sahélienne à Commiphora vers 14° N. Sur la carte de PIAS (1970), on peut suivre la marge nord de la savane à Acacia-Panicum en remontant vers l'est à 18°N. Au nord de l’Ennedi, cette transition est réalisée sur une courte distance et la montagne est occupée par des savanes à Acacia raddiana, Acacia mellifera et Indigofera ferruginea, directement en contact avec le Sahara (GILLET-1968). La composition des savanes à Commiphora-Acacia est dominée dans l’ouest par Acacia et ce n'est que dans le Ouaddai que Commiphora devient important. Dans le SW du Tibesti, on rencontre également une végétation à Acacia-Panicum étendue dans les oueds et mentionnée par QUEZEL (1965) comme enclave sahélienne. Contrairement à l'Aïr, la transition avec une végétation diffuse se réalise au Tibesti en altitude par des landes ou une végétation de semi-désert à Artemisia et Ephedra comparable à celle du Hoggar.

29Au Soudan, le changement est décrit comme une transition de semi-désert, “desert scrub” à Acacia, qui d'après CHIPP (1930), HARRISON et JACKSON (1958) et WICKENS (1976) représente également la transition à une savane à Acacia-Panicum. La transition est localisée entre Jebel Tagerou et les Meidob hills (NEUMANN, 1988 ; SHAW, 1936). On a également quelques indications que cette savane colonise la partie méridionale de Bayuda dans des conditions édaphiques de citerne sur le socle (DRAGA, comm. pers.). Pour les savanes à Commiphora et Acacia, les classifications diffèrent suivant l’importance des Acacias : Acacia Senegal domine dans les savanes orientales, alors qu’on observe une association à Acacia mellifera et Commiphora dans les savanes occidentales. Il faut cependant remarquer que cette région représente l’ancien “gum belt” du Soudan (OBEID et SEIF, 1983), avec une rotation, culture du mil, jachère, récolte de gomme et coupe des Acacias. La production de gomme était également importante dans le reste du Sahel (GRONDART, 1964). Il faut donc admettre que ces savanes sont fortement anthropisées et représentent plus ou moins les anciennes régions de production de gomme.

C. Conclusion sur les observations de la marge sud du Sahara

30Sur la base des observations au Niger et de l’interprétation des descriptions de régions au sud du Sahara, on peut clairement constater que le désert est nettement limité et que sa bordure est formée presque uniformément par le changement d’une végétation linéaire à une forme diffuse dans le même complexe végétal à Acacia-Panicum (fig. 1). Ce type de savanes est constitué d’éléments floristiques sahariens, parfois saharo-indiens comme Acacia raddiana, Acacia ehrenbergiana, Capparis decidua, Maerua crassifolia, Panicum turgidum, Cyperus conglomeratus. et on peut les classer comme savanes sahariennes. Cette transition est observable à travers le continent sur des reliefs et substrats variés et représente une limite climatique avec des précipitations effectives de 150 à 200 mm par an et une saison des pluies de 2 à 3 mois. Le passage au Sahel est formé par la transition des savanes à Commiphora et Acacia, avec une strate herbeuse de graminées annuelles. Ici le spectre floristique indique un autre domaine phytogéographique, le Sahel. Il faut également signaler que les savanes à Acacia-Commiphora sont fortement anthropisées et pour la plupart, d’anciennes régions de production de gomme. La transition du Sahara au Sahel est donc bipartite :

  • la bordure du désert s’effectue dans le système des paysages du Sahara par une transition aux savanes sahariennes ;
  • et par le passage aux savanes sahéliennes.

Photo 2 : Savane à Maerua-Acacia du plateau du Homodji au sud-est du Niger.

Photo 3 : Végétation contractée à Acacia-Panicum-Cyperus, environ 40 km au sud du Homodji (Niger).

Photo 4 : Dépression dunaire avec un groupe d'Acacia de plusieurs générations, environ 50 km au sud du Homodji (Niger).

III. LES TYPES DE SOLS ANTHROPISES ET ANTHROPIQUES DE LA MARGE SUD DU SAHARA

A. La pédogenèse au Sahara, au désert et au Sahel

31Le Sahara est défini par un pédoclimat “xérique” ou aride et surtout un régime d’humidité du sol en relation avec la température et la pluviosité. Dans ce contexte, plus le milieu est sec, plus l’évolution pédohydrique est superficielle et latérale d’où l’importance des états de surface au Sahara. Le flux solaire non réfléchi est particulièrement élevé dans les zones sèches dénudées sous influence des activités humaines qui perturbent les échanges en modifiant l'albedo et la composition et l’opacité de l’atmosphère.

32On distingue classiquement plusieurs types de sols : sols minéraux bruts des déserts, lithosols et sols peu évolués subdésertiques, sols isohumiques (sols bruns arides ou sols brun-rouge subarides), sols à apports de matière organique et sols d’érosion ou de décapage des couvertures et solonetz du Sahel. Les sols carbonatés occupent également une place particulière au Sahel, avec une migration des carbonates suivant la toposéquence et une concentration en profondeur en liaison avec du gypse ou de l'attapulgite.

33Dans le SW de l’Egypte étudié par SMETTAN (1987) par exemple, on peut distinguer des sols actuellement irrigués sur sables (“Anthropic gleysols”), des sols sur sédiments de playa (“Haplic yermosols”), des vertisols relictes riches en argiles (“orthic solonchaks”) et des sols de dunes à Tamarix (“solonchaks”). Les sols sont très localisés et discontinus et morphodépendants : le pied des escarpements est caractérisé par des “solonchaks orthic”, les escarpements par des “lithosols” et les plateaux par des “orthicsolonchaks”, comme les terrasses alluviales, alors que les drains des oueds sont jalonnés de “fluvisols”. Les champs de dunes sont caractérisés par une mosaïque de lithosols, de “régosols eutric” et carbonatés, de “solonchaks” arides, d’“arenosols cambic” et de “Yermosols calcic”.

34En général les sols sont pauvres en matière organique et affectés d’une salinisation. La structure est souvent prismatique, avec un enrichissement en carbonates dans le sommet du profil, des infiltrations des fissures, avec une structure sableuse vésiculaire. A l’exception des sols irrigués, les sols ne sont pas en contact avec la nappe. L’enrichissement en sels (surtout en NaCl) des “orthic solonchaks” fossiles est caractérisé par un horizon cimenté épais, souvent plus de 20 à 50 cm, fréquemment enrichi en gypse, qui au contraire des carbonates augmente en profondeur. Certains rubans de gypse dominent dans les horizons de surface donnant une structure “fesch-fesch”. La migration des argiles ne concerne que les vertisols irrigués et les oueds.

35Les sols sableux (régosols, arénosols, fluvisols) sont omniprésents et contiennent peu de sels et seulement un maximum dans les horizons profonds. La C.E.C. est marquée par Na, K et Mg dans les horizons de surface, avec un ratio de Ca élevé, de faibles réserves en P et de fortes en Mg, avec vermiculite et/ou dolomies. Dans les “Yermosols calcic” des champs de dunes, palygorskite, borate et sodium apparaissent également en concentration toxique dans les horizons profonds à niveaux racinaires morts. Les horizons des sols enrichis en sels sont souvent agrégés par le gypse et les niveaux à faible teneur en sels, sont souvent enrichis par les carbonates. Le régime hydrique des sols des plateaux, des oueds et ceux des champs dunaires est seulement déterminé par la pluviosité, avec un enrichissement saisonnier en sels solubles.

36Dans les horizons profonds, on observe des croûtes salées, des oxydes de fer et des rubans de gypse qui sont des traits souvent relictes. En effet, l’altération due aux solutions ne peut intervenir que dans des conditions humides. Une autre indication est représentée par les précipitations de silice, avec oxydes de fer issus des argiles kaolinitiques. Le problème est posé pour certains des horizons argiliques et racinaires profonds des arénosols et régosols : sont-ils pédoclimatiques ou anthropiques ?

B. Les facteurs de l’anthropisation et leurs effets sur les sols de la marge sud du Sahara

37Facteur d’instabilité des couvertures, les actions anthropogènes doivent être prises en compte pour expliquer l’existence de savanes sahéliennes ou soudaniennes en position plus septentrionale à l’Holocène. Les savanes soudaniennes étaient étendues par exemple à 19°N au Niger vers 7 000 ans BP et cette situation climatique était favorable à des paysages stabilisés et au développement des sols (VÖLKEL, 1989 ; SKOWRONEK, 1987 ; GRUNERT, 1988). L’action de l’homme a souvent été considérée par ses effets sur certains sols cultivés ou irrigués et ses conséquences sur la fertilité ou l’érosion. L'homme intervient en effet sur un sol de façon directe ou indirecte par trois actions principales (déforestation, feux de brousse et surpâturage) ayant des conséquences à la fois dans le profil et la catena, la dynamique et les organisations pédologiques enregistrées par la micromorphologie (POMEL, 1989). Ces actions ont en commun une diminution de la protection contre les énergies solaire, pluviale et éolienne. L'ensemble des pressions anthropiques exerce une action sur les sols pelliculaires du Sahara et du Sahel, avec mobilisation accrue des horizons superficiels après dénudation, remobilisation des produits fins des lunettes des sebkhas, apparition de sols d’érosion : lithosols, regs anthropogènes, sols nourris par les aérosols (yermosols). La pression se manifeste sur la végétation et les sols du fait de l’agriculture, de l’élevage et des feux de brousse.

38Si la déforestation est devenue actuellement un problème économique et politique préoccupant, c’est cependant une action ancienne liée au développement de l’agriculture et, surtout en Afrique, de la métallurgie. L’extension récente de l’agriculture (culture de mil) vers l’extrême nord des savanes sahéliennes provoque aussi une grande variété de dégradation de sols. La déforestation modifie les horizons superficiels des sols avec de multiples effets : suppression de la litière, diminution de la pédofaune, chute de N, CEC, K et pH, augmentation de la toxicité en Al et Mn. La défloculation des argiles par perte des sucres racinaires, engendre des problèmes de fixation du phosphore, de rétention en eau et dans les horizons sous-jacents, une migration verticale des argiles, une hydromorphie remontante avec réduction du fer, acidification, voire oxydation, induration et concrétionnement de certains horizons. Dans la catena, l’érosion particulaire latérale augmente, avec des apports en produits grossiers et l’apparition d’argiles oxydées à composés labiles migrant loin et se substituant à des argiles peptisées riches en polyssacharides ou composés humiques à polyphénols (ROBERT et SCHMIT, 1982 ; FOSTER, 1980). L’organisation du sol est également modifiée avec l’apparition de structures à “abruconcentration”, apédales ou agrégées de type vertiques et par des squelétanes couverts de matériel désintégré.

39Les effets des feux présentent certaines convergences avec la déforestation ou l'utilisation des défoliants : suppression de la litière et de la pédofaune, migration des silts, bouchage, induration, rubéfaction et oxydation du profil, augmentation de la susceptibilité à l’érosion superficielle. La grande remobilisation des colloïdes minéraux est liée au rajeunissement temporaire du profil avec resaturation en alcalis par les cendres, augmentation brutale des acides humiques et fulviques et inactivation ultérieure de la matière organique qui devient hydrofuge (mélanisation). Dans la catena, on observe une augmentation de l’hétérogénéité spatiale et transversale, avec l’apparition de colluvions silteuses pauvres en argiles et évacuées par les eaux de surface en raison de leur bon état de dispersion (effets des bases provenant des cendres) ; celles-ci vont donner des ferruginisations en bandes et favoriser des cuirassements d’apport absolu. Le fait est confirmé par l’apparition de cuirasses latéritiques gravillonnaires épaisses de plusieurs mètres en moins de 15 ans, après utilisation des défoliants au Vietnam (RAMADE, 1990). Dans le détail apparaissent après les feux des dégradations irréversibles des édifices argileux et des transformations des hydroxydes amorphes en minéraux bien cristallisés, avec “satuconcentration” en siltanes de limons purs.

40Les surpâturages ont également des effets convergents parmi lesquels dominent la compaction, la diminution de la porosité, une certaine suppression du recyclage, faiblement compensé par les apports en azote excrémentielle. Les sols deviennent érodables avec l’apparition de structures brisées à OPS de “duriconcentration”. Les régions surpâturées présentent des morphologies de décapage des cuirasses ou des micro-formes d’érosion en nappe et linéaire, avec des surfaces à OPS grossières, des griffes et des ravines. Dans les couvertures sableuses du Ferlo (Sénégal), le piétinement favorise la formation d'une pellicule plasmique sous-jacente qui immobilise le profil et favorise l’éolisation de la jupe sableuse superficielle. Dans la région de Maroua (Cameroun), de Markoye (Burkina), la cuvette d’Agadez (Niger) ou les savanes à Acacia seyal de Banigourou (Mali), le piétinement est responsable de l’apparition de micro-buttes et micromarches d'escaliers et de surfaces argileuses rugueuses de ruissellement ou d’érosion. Ces surfaces favorisent la migration latérale des éléments fins et l’apparition d’un endoréisme localisé, avec croûtes de décantation à structure prismatique, croûtes à plaquettes, voire gilgaï sur les vertisols.

41La plupart des mises en culture engendrent des sols nus favorables à la déflation. Le développement des activités agricoles liées à la mécanisation, à la pression démographique et à l’intensification des feux de brousse augmente la surface des sols érodables. Or c’est la fraction fine, la plus importante en terme de fertilité, qui est exportée. Il s’ensuit un appauvrissement des zones de départ et un enrichissement des zones de retombées. Sous végétation dégradée et sous cultures, l’activité biologique du sol est rapidement réduite, la structure est détruite et une pellicule de battance (avec horizon compacté à faible profondeur) se forme. Dans ce cas, le transport latéral croît de façon exponentielle, avec appauvrissement superficiel en fraction fine ou même ablation pure et simple de l’horizon de surface. En quelques centaines d’années, sous cultures sarclées, le sol peut être appauvri ou tronqué sur plusieurs dizaines de centimètres. La dynamique du sol devient latérale, très intense, l’illuviation d’argile est localisée, les croûtes de battance manifestant une activité biologique réduite (ROOSE, 1981).

C. Les types de sols anthropisés

42Les observations menées depuis une vingtaine d’années ont permis d'établir une typologie et une cartographie des sols anthropisés à l’échelle de la marge sud du Sahara (fig. 1).

1. Les néoformations salées

43Certaines sont de précieux indicateurs des modifications apportées par l’homme dans la circulation des nappes. Ainsi les sels néoformés sont de plusieurs types plus ou moins défavorables à la porosité et donc facteurs d’érodabilité dans les sols salés du delta intérieur du Niger ou les plaines du Tchad et de l’Oubangui-Chari :

  • les cubes engrenés d’halite formant des croûtes lisses imprègnent le sol et sont favorables au ruissellement par les eaux d’irrigation, comme les enchevêtrements d’engsterite en aiguilles entrecroisées ou de thénardite en aiguilles ou en pousses curvilignes ;
  • au contraire les croûtes salées poreuses formées d’hexahydrite floconneuse, de trona en faisceaux ou de bloedite en grappes de raisins à cristaux arrondis vaguement entassés sont moins érodables. Ces arrangements varient ainsi suivant les modes d’irrigation.

44Au Tchad, à Kossélili, BOCQUIER (1971) a montré que des accumulations de carbonates débutent vers 8 570 ans BP et remontent sur les versants jusqu’à 2 710 ans BP. Entre les deux séquences se développent des solonetz solodisés et des vertisols, avec invasion de la montmorillonite. Ces effets attestent une anthropisation active du milieu, liée aux incendies et surtout au premier décapage des sols régionaux. La cristallisation des sels solubles et de gypse s’étant produite par remontée capillaire dans les épandages des crues et lors de la formation de pseudo-sables. Il apparaît parfois des sols phosphatés dans les sols cultivés battants à fort amendement du bétail. Les traits calcitiques et phosphatiques sont diachroniques, avec une origine organique probable : excréments de la faune du sol en rapport avec la porosité.

2. Les organisations pelliculaires superficielles et les encroûtements dans les zones de survie

45L’existence d’organisations pelliculaires à la surface des sols tend à limiter l’appauvrissement en argile. Dans les régions humides, ces OPS peuvent être détruites par l’action de la pédofaune (termites, vers de terre) qui apporte en surface des particules argileuses facilement entraînées par le ruissellement.

46Au Sahel, le caractère microlité des horizons superficiels disparaît et leur épaisseur devient irrégulière, en même temps qu’ils se chargent en limons fins (jusqu’à 5 μm), tandis que les ponts inter-grains forment des amas argilo-limoneux de forme mal définie. Les processus actuels se limitent à la ségrégation superficielle des particules de tailles différentes et l’aéroturbation avec formation d'une porosité vésiculaire.

47Au désert, les horizons argiliques ne se forment plus (FEDOROFF et COURTY, 1989). FEDOROFF et COURTY (1987) ont montré que l'aridité entraîne une remontée des phénomènes pédologiques vers la surface du sol avec formation d’une croûte superficielle et d’un micro-horizon éluvial de surface. Le microlitage indique une durée d’évolution assez longue pour la formation de revêtements argileux. Les croûtes superficielles apparaissent lorsque le couvert végétal devient discontinu et se généralisent lorsque celui-ci tend à disparaître. Elles se développent lorsque la litière disparait et que l’agrégation biologique à la surface du sol décroît. Elles ferment la mésoporosité canaliculaire et fissurale.

48La superposition, en général en discordance, de traits grossiers sur des revêtements argileux indique une aridification ou une anthropisation du milieu. Cependant l’abondance des carbonates décroît avec un accroissement de l’aridité. Les encroûtements résultent de la montée de la nappe phréatique, et la présence de croûtes superficielles et d’un sous-horizon tassé sous-jacent entraîne un ralentissement ou un arrêt de l’infiltration, provoquant ruissellement et érosion.

49BOIFFIN et BRESSON (1987) ont montré que la genèse des croûtes superficielles dépend très largement de la diminution de l’infiltration, donc de la porosité et de l’engorgement de la partie superficielle du profil. Après fermeture de la surface par une croûte structurale apparaissent des croûtes sédimentaires liées à l’excès d’eau à la surface du sol. Cette phase est donc quasi irréversible. On passe peu à peu d’un horizon de surface fragmentaire initial à un état fragmentaire altéré, puis à un état plus ou moins lité, enfin à un état continu. Sur un sol travaillé la pluie engendre une diminution de la porosité, sensible jusqu’à la base des horizons initialement meubles. Elle est liée aux impacts des gouttes et aux alternances hydriques prononcées avec excès d’eau temporaire. Les microlits agrégés avec emprisonnement de bulles deviennent des microlits à fort triage et orientation nette des particules.

50Les travaux de VALENTIN (1981) sur les sols de la région d’Agadez (Niger) ont montré la genèse des OPS, leur conséquence sur l’économie en eau et les effets des mises en culture. Les labours engendrent la formation d’OPS à pavage caillouteux ou gravillonnaire et d’OPS silteuses, l’ensemble constituant une catena (amont-versant-aval ou cuvette). Ces OPS culturales sont des microorganisations laminaires définies comme des sidéreliques ou microdépôts enfouis, avec des ségrégations granulométriques. Les labours détruisent les OPS naturelles, modifiant la composition granulométrique de l’horizon supérieur. Les cultures et les labours engendrent ainsi une certaine érodabilité et détachabilité hydriques, du fait de leur faible teneur en matière organique et en composés ferrugineux, favorisant l’action du vent. Sur les sols alluviaux le labour apporte en surface des agrégats dont la détachabilité est nettement plus importante que celles des OPS naturelles. Le labour sur reg accroît la teneur en sable et éléments grossiers de surface et donc minimise la détachabilité des parcelles cultivées. En général la reconstitution d’OPS sur parcelles labourées s’accompagne d’une légère diminution des turbidités, malgré une augmentation du ruissellement. Les sols argileux sont sensibles à la désagrégation hydrique d'imbibition, les sols sableux surtout au rejaillissement. La résistance à l’érosion éolienne dépend de la cohésion des particules, de l’humidité et de la composition granulométrique, et la présence d’OPS à la surface du sol réduit la sensibilité à la déflation.

3. Les sols d’oasis

51Dans les oasis du Sahara on observe une intense activité biologique bien que plus superficielle, jusqu’à 50 cm profondeur, avec accumulation de gypse fin. Les apports en eaux usées peuvent augmenter la conductivité électrique et modifier le faciès géochimique de la solution du sol : de bicarbonaté calcique, il devient chloruré sodique. On observe également une augmentation de C, N et du phosphore assimilable et surtout de Zn, Pb et Cu, concentrations que l’on retrouve fréquemment dans les sols d’oasis anciennes. L’irrigation est en fait caractérisée par un enrichissement en matière organique, un maximum de sel dans l’horizon Ap dû à l’évaporation et un deuxième maximum dans les horizons profonds. La composition du sel est en relation avec la nature de l’eau d’irrigation et les propriétés physiques des sols. Dans les sols sableux, l’irrigation est cause de la diminution des teneurs en sels et de l’augmentation de celles en carbonates, d’une alcalinisation et d'une modification de la structure. Dans les sols argileux non drainés, l’irrigation est la cause d’une très forte alcalinisation et sodification. Les sols irrigués attestent des bouchages externes des structures pédologiques par le vent et des bouchages internes par les eaux d’irrigation. Dans la partie supérieure exclusivement sableuse des profils (de 30 à 100 cm), une nette stratification entrecroisée atteste un nourrissage récent éolien fin lié à l’irrigation (augmentation des turbides “vanables” après dessiccation) et surtout, en profondeur, d’importantes traces charbonneuses fines. L’hydromorphie fréquente, peut être un signe de surexploitation agricole ou pastorale ; dans ce cas, elle est d’origine colluviale. Il apparaît alors une mobilisation du fer dans le profil avec des tâches rouilles et blanches, voire une migration dans la catena avec formation de croûtes.

4. Les yermosols “humiques” ou isohumiques, charbonneux ou cendreux des zones basses

52Les sols des vallées alluviales sont depuis longtemps aménagés avec des horizons gris-noirs compactés, remaniés ou enterrés avec des niveaux sableux. Dans la vallée du Sénégal ou dans les anciens bras abandonnés par le Niger, on observe des apports éoliens sableux mélangés aux horizons supérieurs par les labours. Sur les levées, en position de basses terrasses, les sols isohumiques sont nourris par des apports éoliens finement sableux. En raison de l’érosion des sols, les cuvettes argileuses évoluent en sebkhas, avec salinisation et développement de vertisols. Au Mali, dans la plaine de Daye, à 10 km au sud de Tombouctou, les apports éoliens sableux sont mélangés aux horizons supérieurs gris-noir par les travaux de labour et les couches sableuses sont fréquentes en profondeur dans la haute plaine alluviale. Dans de nombreux profils, on observe un horizon Ap (0-7 cm) à structure lamellaire de battance, puis des horizons limoneux bien drainés qui passent à des sables entre 20 et 50 cm de profondeur. Dans les sols argileux profonds, on observe sous un horizon Ap (0-25 cm), à structure polyédrique et angulaire, des horizons sableux enterrés entre 20 et 50 cm de profondeur, puis un horizon C1 vertique.

53Au Sahara malien, de nombreux sols de bas-fonds présentent des “cracks” salés souvent infiltrés de sols tourbeux. Il s’agit de sédiments fins charbonneux piégés dans les fentes de dessiccation et attestant non pas une humidification du milieu, mais un colluvionnement de cendres et donc des incendies naturels, accidentels ou volontaires. Près de Niamey (Niger), les horizons argiliques et les glaçages des sols sableux sont en rapport avec les périodes d’érosion de sols après les feux de brousse (WEST et al., 1987). Les argiles illuviées (15 à 30 % dans les profils) sont en effet très dispersables dans l’eau et leur forte proportion semble favoriser le ruissellement et l’érosion de surface, entraînant la formation de croûtes superficielles et la diminution de l’infiltration.

54Tous ces paléosols noirs, considérés comme des sols humiques, montrent donc une grande richesse en résidus cendreux, témoins d’incendies qui à plusieurs reprises se sont produits sur les bordures des dépressions lacustres, au cours de phases d’anthropisation et d’assèchement du milieu, dont la cause est anthropogène. Ce type de sols anthropogènes est spécifique de la marge sud du désert et peut se suivre au Sahara à l’échelle du continent. Son extension septentrionale marque bien le contact des savanes sahariennes ou sahéliennes avec le désert.

D. Les pratiques culturales

55Les pratiques culturales engendrent des microreliefs qui modifient les dynamiques verticale et latérale du sol. Les différenciations sont dues à l’action des outils (lissages ou semelles de labour) et la surexploitation présente des indicateurs comme les tâches d’hydromorphie ou les niveaux compactés.

1. Les jachères et les cultures au bâton à fouir

56Le profil cultural typique de jachère dans le Sahel présente un horizon A très organique et poreux racinaire sous recrû à Piliostigma reticulatum, puis un horizon A/B entrecoupé d’horizons compactés, traces des anciens billons. La réduction du temps de jachère minimise donc les processus de régénération de l’humus et favorise la diminution de la porosité, contribuant au glaçage, à la compaction, à l’érodabilité hydrique et éolienne du sol et à l'accélération des processus d’organisation superficielle. Dans un sol travaillé à plat au bâton à fouir (technique du poquet), on observe en surface une jupe sableuse, puis une croûte de ruissellement à porosité vésiculaire, avec le poquet en “V” rempli d’agrégats sableux ou limoneux. Cette technique est favorable à la formation d’agrégats limoneux et de pseudo-sables, voire à la genèse de dunes limono-argileuses.

2. Le sarclage, les cultures à la houe (“daba” ou “iler”) et à l’araire ou à la charrue

57Le sarclage qui a pour fonction d’éliminer les plantes adventices a surtout pour effet de destructurer les croûtes superficielles. Un sol travaillé à la houe présente des micro-buttes avec en surface des placages de termites et une alternance de croûtes litées et de niveaux plus ou moins meubles racinaires, avec en profondeur un horizon compacté. Ces techniques favorisent l’apparition d’OPS gravillonnaires ou argileuses épaisses et la différenciation de certains éléments géochimiques, oxydes, carbonates ou sels. Elles sont favorables à l’apparition de croûtes de ruissellement dans les griffes d’érosion (Burkina).

3. Les amendements et les paillages, les effets des cordons isohypses

58Les dépôts de bouses favorisent la formation d’OPS de “bioconcentrations” argileuses ou silteuses de placages de termites sur les surfaces d’érosion surpâturées ou à jachères réduites. Les paillages végétaux sont rapidement colonisés par des OPS de termites (Maroua au Cameroun). A l’amont des cordons ou des digues filtrantes, se forment des croûtes de décantation ou à jupe sableuse éolienne (Burkina ou Niger). Ces pratiques ont donc pour effet principal de retenir les fines dans le profil et la catena, mais sont rares et localisées, et leur impact a toujours été réduit au Sahel.

E. Les types de sols anthropiques ou cultivés

1. Les sols à Tamarix ou à Salvadora des zones de cures de sel

59De grandes étendues de sols halomorphes existent au Sénégal (région du lac de Guier) ou au sud-est du lac Tchad (régions du Logone, Chari et Sakouma). Le fonctionnement de ces sols est en relation avec les cures de sel pour le bétail et l’exploitation de Salvadora pour l’extraction (cas du Manga au Niger). Les monticules à Tamarix ou les sols à Salvadora sont caractérisés par un régime d’aquifère et des sels spécifiques, avec enrichissement en NaCl et carbonates dans les touffes. Lorsque ce type de couverture végétale est dégradée, les buttes salées sont rapidement érodées et alimentent de véritables yermosols salés.

2. Les sols des parcs à Acacia albida de la “gum belt” remplaçant les sols des savanes à Commiphora

60Acacia albida est l'un des rares arbres qui perd ses feuilles en début de saison des pluies, fournissant ainsi aux cultures des éléments nutritifs et aux troupeaux un excellent fourrage durant la saison sèche. L’Acacia a surtout la capacité de fixer l’azote de l’air par le biais de bactéries (Rhizobium) enfouies à plusieurs dizaines de mètres sous terre dans des nodules fixés sur un chevelu racinaire particulièrement dense et profond. Les bactéries fixatrices d’azote vivent en plus grand nombre au niveau de la nappe que dans les horizons supérieurs du sol (travaux de DREYFUS cités par VINCENT, 1990). L’arbre adulte va ainsi transférer vers ses feuilles d’importantes quantités d'azote, enrichissant le sol par sa litière.

Figure 2 : Reconstitution de la végétation au sud et au sud-est Niger pendant les années 1822 à 1937 d’après les descriptions de DENHAM, BARTH, ROHLFS, NACHTIGAL, FOUREAU, CHUDEAU, TILHO et AUBREVILLE. 1 : végétation contractée à Acacia-Capparis-Salvadora-Panicum. 2 : savane à Acacia-Maerua-Panicum-Cyperus. 3 : savane à Commiphora-Acacia. 4 : savane à Acacia-Balanites-Ziziphus. 5 : savane à Combretaceae. 6 : brousse à Salvadora-Leptadenia. 7 : végétation de graminées en touffe (Panicum, Stipagrostis), Cyperus et Cornulaca. 8 : achabs.

61Dans les parcs à Acacia albida du Sénégal ou de la région de Mopti ou de Koumbaka au Mali, on observe ainsi souvent des sols ferrugineux à plasma condensé nitré. Le profil montre de 0 à 20 cm une butte avec rétention racinaire des fines. Par rapport à des sols couverts par Commiphora, on note une augmentation de la teneur en argiles et limons, une structure homogène à meilleure cohésion, une augmentation du C.E.C., de N, CaO et MgO. De 20 à 50 cm, l’ancienne surface indurée qui représente le niveau du chevelu racinaire de Commiphora, avec des sables argileux à structure polyédrique et un niveau racinaire dense. De 50 à 80 cm, on observe un horizon C sableux à structure poreuse.

62On peut ainsi apprécier l’extension des dégradations pédologiques irréversibles depuis un siècle dans les parcs à Acacia. Fonctionnels pour la production de gomme du début du XVIIème siècle à 1870, ils sont peu à peu détruits par la rapide expansion de la culture de l’arachide (WEBB, 1985), le surpâturage et l’utilisation comme bois d’oeuvre.

3. Les sols gravillonnaires en billons des cultures de mil et des savanes à Balanites aegyptiaca

63Dans les sols à billons de la région de Ségou (Mali), on observe souvent l’apparition d’OPS structurales à 1,2 ou 3 horizons, souvent ferrugineux gravillonnaires, avec croûtes de ruissellement, cas des champs du pays Gourma au Burkina. L’apparition de croûtes d’érosion sur un horizon B de sol ferrugineux décapé est fréquente dans les savanes à Balanites aegyptiaca du Burkina, les arbres étant déchaussés par l’érosion des sols.

64La culture du mil en billons engendre la formation d’une croûte structurale au sommet du billon, d’une croûte d’érosion sur les flancs et de ruissellement entre les billons. Il apparaît souvent des concentrations carbonatées ou salées sur les flancs des billons.

65Ces sols représentent une remobilisation importante des particules et des éléments géochimiques à l’échelle de l’Afrique dans les régions d’agriculture itinérante des savanes sahéliennes. Ils représentent ainsi la marque de véritables fronts pionniers anthropogènes dans l’apparente répartition zonale des sols.

F. Conclusions

66Une cartographie à l’échelle du continent africain (fig. 1) permet d’observer que le désert est marqué sur sa marge sud par le contact entre :

  • des sols minéraux bruts salés et compactés des oasis, des puits et des pistes caravanières, des sols peu évolués compactés, salés ou encroûtés des zones surpâturées, caravanières et des puits ;
  • et des sols isohumiques, bruns ou brun-rouge, des yermosols noirs ou gris incendiés ou colluvionnés à matière organique mélanisée, cendres et phytolithes des zones d’agriculture précaire, voire des sols halomorphes ou sodiques compactés des cures de sel, à O.P.S. salées des zones irriguées et des cultures de case, des sols hydromorphes des deltas intérieurs et des vertisols tassés des zones surpâturées.

67Toute une gamme de sols anthropogènes marque donc la limite sud du désert. La limite végétale à Acacia-Panicum est par ailleurs très au nord des limites définies par les couvertures pédologiques (sols isohumiques) dans la partie occidentale du Sahara (entre la Mauritanie et le fleuve Niger) ou extrême orientale (entre l’Ennedi et le Nil). Il faut y voir les effets d’une véritable ceinture de gommiers-indigotiers. La limite est par contre localisée bien au sud au Sahara central à l’est du lac Tchad au contact sols isohumiques/sols halomorphes dans les régions traditionnelles de cures de sel. En fait seules de rares portions représenteraient un contact végétal et pédologique à signification climatique.

IV. LES CHANGEMENTS DE LA VÉGÉTATION ET DES SOLS SUR LA MARGE SUD DU SAHARA

A. Changements de la végétation durant les 160 dernières années

68Les questions concernant la stabilité ou l’instabilité des paysages ne peuvent être abordées sans en regarder leur histoire. Pour le “Sahara expansiva”, seules des analyses historiques peuvent fournir les informations sur la dynamique du système. Généralement les sources en sont rares, mais il existe une série d’observations et descriptions sur l’état des paysages et de la végétation sur la route de Bornou, ancien trajet des caravanes entre Bornou et Tripoli, fréquenté jusqu’au début du XXème siècle, avec même une grande période de commerce au milieu de ce dernier siècle. Depuis 1825 et tous les 30 ans, on dispose d’un reportage de voyageurs européens sur les paysages (DENHAM, 1825 ; BARTH, 1858 ; NACHTIGAL. 1879 ; TILHO, 1914 ; VISHER, 1910 ; FRISON-ROCHE, 1961 ; GARDI, 1979 ; FOUREAU, 1905 ; CHUDEAU, 1907 ; AUBREVILLE. 1936 et 1937). Sur cette base, on peut établir des cartes de la végétation le long des itinéraires et observer s’il y a eu des changements importants, une modification ou une certaine stabilité des systèmes (fig. 2).

69Presque toutes les descriptions concordent pour attester une modification profonde des paysages vers 16°N au niveau du puits de Bedouaram. La série de cartes montre également que le système actuel du changement désert - savane ainsi que la succession des savanes vers le sud, se sont établis entre les années du voyage de ROHLFS et celui de NACHTIGALL, soit environ 130 années avant l’actuel.

70DENHAM (1825) mentionne, en venant du nord, une couverture végétale étendue à graminées en touffe et Capparis decidua isolés qui change entre Kouffey et Moul en une formation plus dense de graminées en touffe. Il signale seulement au 14°30’N, une forêt à Acacia, relativement dense, qui contourne aussi les berges du lac Tchad. BARTH (1857-58) note en venant du sud et du lac Tchad, des bosquets de Salvadora qui sont exploités pour la fabrication du sel et une végétation dense d’Acacia plus au nord. Il note entre les puits de Moul et de Bedouaram, une savane ouverte à Acacia et Leptadenia qui change vers le nord en une formation ouverte à individus de Capparis decidua.

71ROHLFS (1879) décrit un certain déplacement de la végétation vers le nord. Il mentionne également des bosquets à Salvadora autour du lac Tchad, une forêt à Acacia vers Kouffey et l'extension de la savane jusqu’à Ngourti. Plus vers le nord, dans les environs de Bedouaram, il note une savane à Acacia et Balanites qui comporte aussi Cenchrus biflorus et c’est là qu’il décrit la bordure du Sahara, parce que plus au nord on rencontre le “Tintoumma” riche en herbes, avec des Capparis decidua isolés. Il signale que les pâturages à Cornulaca et graminées en touffe entre Dibella et Zoo Baba sont remplacés par les annuelles.

72NACHTIGAL (1879) a confirmé ce système de paysages et a décrit des forêts à Acacia, Balanites et Ziziphus au sud de Ngourti. Au Nord, il est le premier auteur à mentionner la savane à Commiphora et Maerua, remplacée vers le nord par une savane à Acacia, Leptadenia et Ziziphus. Vers le puits de Bedouaram, il note le changement à des plaines de graminées en touffe avec des arbres isolés d'Acacia et de Capparis.

7330 années plus tard, la carte de la mission TILHO (1911-1914) mentionne des bosquets de Salvadora, Leptadenia et Acacia autour du lac Tchad et une savane à Acacia et Capparis jusqu’à Kouffey et étendue également vers Ngourti. Entre Ngourti et Bedouaram, une savane à Maerua était dominante et est remplacée par la végétation contractée à Maerua, Acacia et Panicum. Pour les savanes au sud de Ngourti, il faut annoncer que le Commiphora était rapporté sous le nom vernaculaire d’”aderas”, mais classé comme non déterminable.

74Les descriptions de ce siècle, VISCHER (1910), dernier voyageur de la route de Bornou pour le Nigeria, GENTIL (1945) cité par GARDI (1979), FRISON-ROCHE (1961) et GARDI (1979) confirment cette zonation. D’après les reportages de GARDI (1979) et DELWAULES (1975 et comm, pers.), les dégradations profondes qui affectent cette région et qu’on pouvait observer en 1984 ont été acquises avant 1975, probablement du fait de surpâturages intenses de boeufs et de chameaux pendant les années 60. Dans les régions centrales du Niger, les descriptions sont encore plus rares. BARTH (1857-58) rapporte le passage de la végétation contractée à Acacia-Panicum, aux savanes, vers le plateau de Tigidiut et note une savane à Commiphora et Acacia sur le plateau de Tegama. Les paysages de Damergou étaient si dégradés à cette époque, que l'approvisionnement en bois s’effectuait sur le plateau de Tanout.

75FOUREAU (1905) et CHUDEAU (1907) confirment les descriptions de BARTH. FOUREAU est également le premier auteur qui signale une végétation diffuse avec des arbres dans l’Air. Les descriptions d’AUBREVILLE (1936 et 1937, puis 1973) résument les résultats de la mission forestière franco-anglaise de 1935. Cette mission engagée pour vérifier ou contester les idées d’un “Sahara expansivus” (STEBBING, 1935) rencontre les mêmes systèmes de savanes déjà décrits et rejette fermement l'interprétation d'une avancée du désert.

B. Changements plus récents de la végétation au Niger et au Sahel

76Si la transition zonale du désert à la savane n’a pas radicalement changée, par contre la densité de la végétation a fortement diminué. De nombreux Acacia et touffes de Panicum sont morts pendant les dernières sécheresses. Cette réduction de la végétation permanente n’a pas été compensée par les plantes annuelles. Du fait de la combinaison de la sécheresse et des surpâturages, les graminées comme Schoenefeldia et Aristida mutabilis ont presque disparues dans les savanes du nord où elles sont remplacées par Cenchrus biflorus ou Tribulus terrestris. Parmi les arbres, le fort surpâturage a également touché Commiphora africana et Maerua crassifolia. Commiphora est très menacé au Sahel à cause de son système racinaire horizontal et inadapté à exploiter les niveaux de la nappe plus profonde. Au contraire Acacia et Maerua peuvent utiliser les réserves annuelles de la nappe par leur système racinaire latéral à large extension et des racines verticales qui peuvent descendre jusqu’à 40 m.

77Une forte dégradation de la végétation arborescente est observable dans certaines vallées des montagnes de l’Aïr. Non seulement les espèces les plus exigeantes comme Commiphora africana ont disparu des régions basses, remplacées par des pionnières comme Acacia ehrenbergiana (BRUNEAU DE MIRE et GILLET, 1956), mais également la vieille génération des grands arbres est morte et des arbres de plusieurs générations ont été décimés même dans les oueds les plus larges. Cette perte n’a pas été compensée par les bonnes saisons de pluies de 1987/88, bien que dans d’autres régions de la montagne la végétation en ait profité. La régénération des pâturages et des arbres survivants a été remarquable, ainsi qu'un renouvellement naturel par des pousses racinaires et des germinations. Il faut cependant souligner la forte régionalisation des précipitations qui a offert des possibilités de régénération dans le centre et le sud du massif montagneux, mais a laissé l’est complètement sec. Ainsi, dans le Ténéré et le sud de l’erg de Bilma, le “Tin Toumma”, bon pâturage de Cyperus conglomeratus et de graminées annuelles, était installé sur de larges surfaces.

78Cette réaction de la végétation dans le désert et dans les savanes a fait la preuve qu’une régénération des savanes demeure actuellement possible, mais probablement sous forme d'une succession lente pour laquelle on ne connaît pas encore les étapes. Par comparaison avec les périodes de sécheresse de ce siècle, les périodes récentes sont les premières où la végétation n’a pas de possibilités de régénération du fait de l’immigration des populations : surpâturage, coupe de bois et avance de la culture du mil vers le nord continuent. On peut seulement espérer que les saisons des pluies vont continuer à être suffisantes pour permettre à la végétation de compenser les fortes exploitations.

C. Sources historiques, changements pédologiques récents et sols des zones surexploitées

79- Les données historiques sur l’évolution de la désertification au Tchad et au Niger attestent les effets indubitables et conjugués du surpâturage, du surpiétinement, des déboisements, des défrichements des bords d’oueds pour les cultures maraîchères, de l’ébranchage surtout des mimosées pour le fourrage de soudure, des feux de brousse et de la suppression des rotations de jachères. Mais les sources historiques utilisables pour définir des évolutions pédologiques au Sahara sont quasi inexistantes. Néanmoins certaines mentions des voyageurs de la fin du XIXème permettent de fixer les idées.

80En zone sahélienne, au Tchad, des mises en défens semblent avoir été efficaces sur une décennie (DELPIERRE et GILLET, 1971), l’action du bétail favorisant la prolifération des nitrophiles (Boerhavia repens, Gymnandropsis gynandra, Amarantus graecizans) et la propagation des fourrés d'Acacia raddiana. Il apparaît alors des sols épuisés à Calotropis procera. Dans le NE et le SE du Tchad, les travaux de GASTON (1981) mettent en relation les types de sols avec les dégradations végétales : vertisols dans les savanes à Combretum ou Hyparrhenia, sols isohumiques sableux, sols halomorphes ou sols hydromorphes à Phragmites australia, sols ferrugineux décapés à savane boisée à Daniella oliveri, sols exondés par l’homme des berges du lac (le plus ancien, celui de Ganatir daterait de 1910) et sols à gley et pseudo-gley, quelquefois à savane à Hyparrhenia rufa.

81- La pression agricole est souvent liée au passage d’une agriculture vivrière à une agriculture commerciale ou industrielle (le coton dans le sud du Tchad). Le mil est en général cultivé sur des sols sableux et le sorgho de décrue sur des sols argileux. Les associations culturales sont à base d’arachide, de riz, de blé, de maïs (cultures de plein champ), de pois de terre, de niébé (cultures de bas-fonds ou de décrue) et de légumes (cultures de case). Les soles de 3 ans alternent coton-sorgho-arachide avant abandon. Le système favorise le développement des Combrétacées et plus au nord de la jachère à épineux (Balanites et Acacia seyal) ; la rotation est plus rapide car les sols sont pauvres et compactés par le piétinement. Le sorgho de décrue nécessite un défrichement total (utilisation du bois pour les fagots, seules demeurant des haies défensives d’épineux) et se forment ainsi des glacis secondaires, accentués par la culture épuisante du coton. L’élevage de transhumance est surtout concentré autour des points d’eau ou dans les plaines d’inondation, les arbustes étant ébranchés ou rabattus par le broutage. Il favorise le développement de graminées vivaces (Panicum turgidum). Dans les sols bruns subarides et les sols ferrugineux tropicaux peu lessivés, le compactage et le colmatage de l’horizon superficiel stérilisent le sol, favorisant le ruissellement, du fait d’une alimentation en eau réduite. Ces sols sont liés à la cohabitation surpâturage/jachère, les épineux remplaçant peu à peu les ligneux.

Photo 5 : Savane à Acacia-Panicum, environ 90 km au nord de Ngourti (Niger).

82- L’influence de la pluviosité actuelle, dans le désert, est limitée aux horizons superficiels, ce qui est la cause de désorption de Ca, de précipitation de Na et de calcite sur les surfaces minérales et de l’alcalinisation du profil, avec l’augmentation en Na et Mg. La salinisation des argiles engendre des migrations latérales importantes, les sols sont emportés par les pluies et le vent. Dans les sols sableux très perméables, la salinisation est le résultat des conditions climatiques actuelles avec un mouvement des sels seulement lors des pluies importantes. Lors des autres épisodes pluvieux, il n’y a pas de concentration en surface. La dynamique sodique dans les sols très salés est limitée aux horizons sus-jacents cimentés. En fait, la salinisation de surface est assurée par la redistribution des sels depuis les horizons déjà cimentés. La cristallisation des sels et leur déshydratation/hydratation créent une structure “loosening”, avec une homogénéisation par le sel. Les horizons vésiculaires, en liaison avec les “bearing crusts” carbonatées à loess désertiques, sont en rapport avec les pluies récentes. Dans les sols sableux, on observe souvent ce matériel fin infiltré dans les horizons supérieurs. Dans les horizons de surface des sols, comme les fissures infiltrées de sels, les pellicules d’argile semblent avoir été formées récemment au cours de fortes pluies. Du fait de leur forte soditisation, les argiles sont aisément dispersées. Les teneurs élevées en K (associées avec un bas niveau de sel et une phase smectitique notable de type “bearing dust”) dans les sols à kaolinite seraient en relation avec une actuelle illitisation des sommets des profils.

CONCLUSION

83Les observations récentes et actuelles sur la nature de la marge sud du Sahara et le développement de la couverture végétale et pédologique ont démontré que la transition du désert aux savanes est nette, claire et visible à travers le continent africain (fig. 1). Le changement de la végétation et des sols, du contracté au diffus, se réalise sur des substrats et des reliefs variés et devrait être interprété comme climatique. Ce changement s’opère dans le complexe à Acacia-Panicum, avec une certaine variation floristique régionale.

84On peut principalement décrire le Sahara comme une vaste région qui englobe trois formations végétales. Deux formations représentent une couverture permanente et diffuse :

  • au nord, le semi-désert à végétation essentiellement buissonnante ;
  • au sud, la savane saharienne, caractérisée dans la pensée de JAEGER (1956) comme une savane à épineux et graminées en touffe.

85Le Sahara trouve ses limites vers les savanes du Sahel qui sont comparables aux savanes à épineux de JAEGER (1956) et de TROLL (1952).

86Les observations actuelles concordent avec les descriptions et les informations historiques sur la nature et la position de la limite du désert qui montrent une certaine stabilité du système à l’échelle séculaire. Les principaux systèmes actuels se sont installés il y a environ 130 ans et semblent stables malgré l’annonce d’une extension du désert ou du Sahara. Les descriptions attestant d’une extension du désert ou de son retrait sont souvent fondées sur une mauvaise compréhension des systèmes écologiques et sur une interprétation erronée des données ou des images. Elle sont aussi fondées sur les composantes émotionnelles des termes désert et Sahara.

87Le désert a eu des phases à végétation et pâturage relativement riches et variés et d’autres plus pauvres ; malgré les pressions anthropiques, les limites ont été stables. Cependant le seuil écologique est net et on ne connaît pas l’échelle d'une surexploitation continue sans changement définitif.

SAHARA
semi-désert (Végétation diffuse buissonnante et achabs)
- Groupements de Artemisia, Rhantherium, Chenopodiaceae, Retama, Ephedra, Gramineae en touffe (Stipagrostis pungens), achabs
- Système pastoral et jardinage d'oasis
Désert (Végétation permanente linéaire d'arbres, arbustes et Gramineae en touffe, dans les oueds et achabs)
- Groupements de Acacia - Panicum, Tamarix - Stipagrostis, achabs
- Système pastoral et jardinage d'oasis
Savane saharienne (végétation diffuse d'arbres et de Gramineae)
- Savane à Acacia-Panicum et savane à épineux et Gramineae en touffe
- Système pastoral et zones surpâturées à Tribulus terrestris
SAHEL
Savanes sahéliennes (savane à épineux et Gramineae annuelles)
- Savane à Commiphora-Acacia
Système pastoral et anciennement sylvo-pastoral (production de gomme), surpâturages avec Cenchrus biflorus sur sols sableux
- Savane à Acacia-Bauhinia-Balanites-Piliostigma
Système agro-pastotal, zone de conflits, nomades/sédentaires, surpâturages avec Zomia glochiata et Cenchrus biflorus
- Savane à Combretaceae (savane sèche)
- Cultures pluviales, de décrue ou irriguées de mil ; sorgho, coton, arachide, riz, maïs, niébé et légumes

Tableau 1 : Les principaux types de formations végétales du Sahara et du Sahel.

Photo 6 : Dégradation de la savane à Acacia-Panicum en formation à Leptadenia-Cyperus, environ 80 km au nord de Ngourti (Niger).

Photo 7 : Région septentrionale de la savane à Acacia-Panicum avec Panicum turgidum, environ 40 km au nord de Ngourti (Niger).

88Au contraire, à l’échelle géologique le désert a changé de limites et probablement de caractère (SCHULZ, 1987 et NEUMANN, 1988). L’impact humain (destructif ou constructif) sur la nature du désert a été important, même s’il est difficile d’en estimer l’ampleur (SCHULZ et POMEL, 1992). La forte anthropisation des savanes est un fait, et dans le désert l'influence humaine est également marquée par des dégradations. Il n’en demeure pas moins que la limite du désert au Sahara est l’une des rares limites climatiques végétales et pédologiques en Afrique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AMBOUTA K. - 1984 - Contribution à l'édaphologie de la brousse tigrée de l’ouest nigérien. Thèse Univ. Nancy I, 128 p.

AUBREVILLE A. - 1936 - Les forêts de la colonie du Niger. Bull. Com. A.O.F., XIX, 1, p. 1-95.

AUBREVILLE A. - 1937 - Les forêts du Dahomey et du Togo. Bull, du Comité d’Etudes Historiques et Scient.. Paris, 20, p. 1-112.

AUBREVILLE A. - 1949 - Climats, forêts et désertification de l’Afrique tropicale. Soc. Ed. Géogr. Marit. et Colon., Paris, 255 p.

AUBREVILLE A. - 1973 - Rapport de la mission forestière anglo-française Nigeria-Niger (déc. 1936-févr. 1937). Revue Bois et Forêts des Tropiques, 148, p. 3-26.

BARRY J.-P. - 1982 - La frontière méridionale du Sahara entre l’Adrar des Iforas et Tombouctou. Ecol. Médit., 7/3, p. 99-124.

BARRY J.-P., CELLES J.-Cl. et MUSSO J. - 1986 - Le problème des divisions bioclimatiques et floristiques du Sahara. Note V : du Sahara au Sahel, Un essai de définition de cette marche africaine aux alentours. Ecol. Médit., XII, p. 187-235.

BARRY J.-P., JAQUEN X., MUSSO J. et RISER J. -1987 - Le problème des divisions bioclimatiques au Sahara. Note VI : entre Sahel et Sahara. L’Adrar mauritanien. Approches biogéographiques et géomorphologiques. Ecol. Médit., XIII, 1/2, p. 131-142.

BARTH H. - 1857-1858 - Reisen und Entdeckungen in Nord-und Central-Afrika. 5 vol. Gotha.

BERNUS E. - 1983 a - Désertification dans la région d'Eghazer et Azawak, Niger. In : MABUTT J.A. (ed.) : Etudes des cas sur la désertification. UNESCO, Paris, p. 118-151.

BERNUS E. - 1983 b - Végétation. In : PONCET Y. (ed.) : La région d’In Gall-Teggidan-Tesemt “Niger”. Etudes Nigériennes, 47, p. 23-26.

BOCQUIER G. - 1971 - Genèse et évolution de deux toposéquences de sols tropicaux du Tchad. Interprétation biogéodynamique. Cah. ORSTOM, sér. Pédologie, IX, 4, p. 509-515.

BOIFFIN J. et BRESSON L.-M. - 1987 - Dynamique de formation des croûtes superficielles : apport de l’analyse microscopique. Micromorphologie des sols, Congrès Paris, p ; 393-399.

BORNKAMM R. et KEHL H. 1985 Pflanzengeographische Zonen in der Marmarika. Flora, 176, p. 141-151.

BRUNEAU DE MIRE Ph. et GILLET H. - 1956 - Contribution à l’étude de la flore du massif de l’Aïr. Journ. d’Agron. trop, et de Bot. appl., III, 5-6, p. 221-247 ; 7-8, p. 422-442 ; 11, p. 701-760 ; 12, p. 857-886.

CAPOT-REY R. - 1953 - Le Sahara français. Paris.

CASENAVE A. et VALENTIN Ch. - 1989 - Les états de surface de la zone sahélienne. Influence sur l'infiltration. ORSTOM, Paris, 229 p..

CATELLA A.M., CELLES J. et PETIT-MAIRE N. - 1984 - Progrès récents de le désertification dans la région de Tombouctou-Araouan (Mali) : Manuscrit. Marseille.

CELLES J.-Cl. et MANIERE R. - 1983 - Végétation. In : PETIT-MAIRE, N. et RISER, R. (ed.). Sahara ou Sahel, CNRS, Marseille, p. 29-35.

CHIPP T.F. - 1930 - Forests and plants of the Anglo-Egyptian Sudan. Geogr. Journ, 75, p. 123-141.

CHUDEAU R. - 1907 - Sahara soudanais. Paris.

CLOUDLSEY-THOMPSON J.L. - 1974 - The expanding Sahara. Environmental Conserv., 1, p. 5-13.

CLOUDSLEY-THOMPSON J.L. - 1977 a - Reclamation of the Sahara. Environmental Conserv., 4, p. 115-119.

CLOUDSLEY-THOMPSON J.L. - 1977 b - Man and the biology of Arid Zones. London.

C.P.C.S. - 1967 - Commission de Pédologie et de classification des sols. Classification des sols. E.N.S.A., Paris-Grignon, Lab. Pédologie-Géologie, 87 p.

DELPIERRE P. et GILLET H. - 1971 - Désertification de la zone sahélienne au Tchad. Bilan de dix années de mise en défens. Revue Bois et Forêts des Tropiques, no 139, septembre-octobre, p. 27-49.

DELWAULLE J.-C. - 1975 - Désertification de l’Afrique au Sud du Sahara. Bois et Forêts des Tropiques, 149, p. 3-20.

DENHAM D. - 1822-25 - Mission to the Niger. The Bornu mission. Reprint Cambridge, 1966, p. 325.

DIACK M.-S. - 1977 - Végétation et faune. Atlas de la République Islamique de Mauritanie. Paris, p. 24-26.

DUBIEF J. - 1963 - Le climat du Sahara. Mém. de l'Inst. Rech. Sahar. Alger, 2, 275 p.

FAO-UNESCO- 1975 - Carte mondiale des sols, 1/500 000, vol. 1 : Légende, Paris, 56 p.

FEDOROFF N. et COURTY M.-A. - 1987 - Morphology and distribution of textural features in arid and semiarid regions. Micromorphologie des sols, Congrès Paris, p. 213-219.

FEDOROFF N. et COURTY M.-A. - 1989 - Indicateurs pédologiques d’aridification. exemples du Sahara. Bull. Soc. Géol. France, 8, V, 1, p. 43-53.

FOSTER R.-C. - 1980 - Localization of organic materials in situ in ultrathin sections of natural soil fabrics using cytochemical techniques. In Submicroscopy of soils and weathered rocks. 1st Workshop of I.W.G.S.U.S.M., Wageningen.

FOUREAU F. - 1903-1905 - Documents scientifiques de la mission saharienne. 4 vol., Paris.

FRISON-ROCHE E. - 1961 - Mission Ténéré. Paris.

GARDI R. - 1979 - Ténéré. Bern.

GASTON A. - 1981 - La végétation du Tchad (NE et SE du lac Tchad). Evolutions récentes sous des influences climatiques et humaines. Thèse Doctorat Sc. Nat.. Paris XII, 333 p., 1 carte h.t.

GIESSNER K. - 1988 - Sahara-”Die grosse Wüste” als Forschungsobjekt der Physiogeographie. Eichstätter Hochschulreden 50, 70 p.

GILLET H. - 1968 - Le peuplement végétal du massif de l’Ennedi (Tchad) Mém. du Mus. d’Hist. Nat., Paris, B, XVII.

GRONDART A. - 1964 - La végétation forestière du Tchad. Bois et Forêts des Tropiques. 93, p. 15-34.

GRUNERT J. - 1988 - Verwitterung und Bodenbildung in der Süd-Sahara, im Sahel und im Nord-Sudan. Mit Beispielen aus Niger, Burkina Faso und Nord-Togo. Abd. Akad. Wiss. Göttingen, 41, p. 22-43.

HAGEDORN H. - 1985 - Formen und Bilder der Wüste am Beispiel der Sahara. Natur und Museum, 115, p. 210-230.

HARRISON M.N. et JACKSON J.K. 1958 - Ecological classification of the vegetation of the Sudan. Sudan Forest. Dept. Bull., 2.

IBRAHIM F. - 1984 - Ecological imbalance in the Republic of the Sudan-with reference to desertification in Darfur. Bayreuther Geowiss. Qrb. 6.

JAEGER F. - 1956 - Zur Gliederung und Benennung des tropischen Graslandgürtels. Geogr. Ber. 1, p. 36-44.

JOHNSON R.W. et TOTHILL J.C. - 1985 - Definition and broad geographic outline of savanna lands. In : TOTHILL, J.-C. et MOTT, J.J. (ed.) Ecology and management of the world’s savannas, Camberra, p. 1-13.

JONES B. - 1938 - Desiccation and the west african colonies. Geogr. Journ., 91, 5, p. 401-423.

JONGERIUS A. - 1983 - The role of micromorphology in agricultural research. In BULLOCK P. and MURPHY C.-P. : “Soil Micromorphology”, A.B. Acad. Publ. Berkhamsted, p. 111-138.

KASSAS M. - 1970 - Desertification versus potential for recovery in circum saharan territories. In : DREGNE, H.-E. (ed). Arid lands in transition. American Ass. for the advancement of Sciences. 9, p. 123-142.

KLAUS D. - 1986 - Desertification im Sahel. Geogr. Rdsch., 11, p. 577-585.

LEZINE A.-M. - 1988 - Paléoenvironnements végétaux d’Afrique noire tropicale depuis 12 000 ans B.P. Thèse Univ. Aix-Marseille II, 180 p.

MAIRE R. - 1933 et 1944 - Etudes sur la flore et la végétation du Sahara central. Mém. Soc. Hist. Nat. Afr. N., 3, 1-272 ; 140, p. 273-433.

MAIRE R. et VOLKONSKY M. - 1945 - Le passage du Sahara Central Méridional (zone sahélo-saharienne) entre l’Adrar des Iforas et l’Aïr. Trav. de l’Inst. des Rech. Sahar., Ill, p. 130-135.

MANDAVILLE J.-P. - 1984 - Studies in the flora of Arabia XI. Some historical and geographical aspects of principal floristic frontiers. Notes. R.B.G. Edimb., 42, 13, p. 1-15.

MENSCHING H. et IBRAHIM F. - 1976 - Das Problem der Desertification. Geogr. Zeitschr., 64, 2, p. 81-93.

MONOD Th. - 1939 - Itinéraire botanique. In : MONOD, Th. (ed). Contribution à l’étude du Sahara occidental. Paris, p. 135-178.

MONOD Th. - 1954 a - Modes “contracté et diffus” de végétation saharienne. In : CLOUDSLEY-THOMPSON, J.-L. (ed). Biology of deserts, London, p. 35-44.

MONOD Th. - 1954 b - Contribution à l’étude du peuplement de la Mauritanie. Notes botaniques sur l’Adrar (Sahara occidental). Bull. IFAN, Dakar, 16, A, p. 1-48.

MONOD Th. - 1958 - Majabat al Koubra. Contributions à l’étude de 1’“Empty quarter” ouest-saharien. Mém. IFAN, 52 p.

MONOD Th. - 1986 - The Sahel zone north of the equator. In : EVENARI, M. NOV-MEIR J. (ed). Hot deserts and arid shrublands. Oxford, p. 203-243.

NACHTIGAL G. - 1879 - Sahara und Sudan. 2 vol. Berlin.

NAEGELE A. - 1960 - Contribution à l'étude de la flore et des groupements végétaux de la Mauritanie. IV voyage botanique dans la presqu’île du Cap Blanc. Bull IFAN, Dakar. XXII, 4, p. 1231-1247.

NEUMANN K. - 1988 - Die Bedeutung von Holzkohleuntersuchungen für die Vegetationsgeschichte der Sahara - das Beispiel Fachi/ Niger. Würzburger Geogr.Arb., 69, p. 71-85.

OBEID M. et SEIF ED DIN. - 1970 - Ecological studies on the vegetation of the Sudan. L'Acacia Senegal (L). Willd. and its natural regeneration. J. App. Ecol., 7, p. 507-518.

ORMEROD W. - 1978 - The relationship between economic development and ecological degradation. How degradation has occured in West Africa and how it’s progress might be halted. Journ Arid Env. 1, p. 357-379.

PETIT-MAIRE N. et RISER J. - 1983 - Sahara ou Sahel ? Marseille, 473 p.

PEYRE DE FABREGUE B. - 1971 - Evolution des pâturages naturels sahéliens du sud Tamesna. Etude agrostol., IEMVT, Paris, 32, p.

PIAS P. - 1970 - La végétation du Tchad. Trav. et doc. de l'ORSTOM. Paris, 6.

POMEL S. - 1989 - Les indicateurs d’anthropisation dans les sols. Anzeichen anthropener Einwirkung –“Anthropisation”- auf die Bodenent : wicklung. Conférence au Geographische Kolloquium du 27 juin, Instituts für Geographie der Universität Würzburg. Echanges Univ. Aix-Würzburg, Convention DRCI/DFG, Rpt. 78 p.

POMEL S., SCHULZ E. et POMEL-RIGAUD F. -1990 - Les indicateurs anthropogènes de la végétation et des sols du désert et des savanes de l’Afrique de l’Ouest. Comm. Symp. Human Impact and Abrupt Climatic Changes, Sfax (Tunisie), 20-25 mars, 3 cartes.

PONS A. et QUEZEL P. - 1957 - Première étude palynologique de quelques paléosols sahariens. Trav. de l'Inst. Rech. Sahara, XVI, p. 15-40.

QUEZEL P. - 1964 - Carte internat, du tapis végétal. 1 :1 Mio. Feuille Largeau. Toulouse.

QUEZEL P. - 1965 - La végétation du Sahara du Tchad à la Mauritanie. Geobotanica selecta, Stuttgart, 2, p. 333.

QUEZEL P. - 1968 - Carte internationale du tapis végétal. 1 :1 Mio. Feuille Djado. Toulouse.

RAMADE F. - 1990 - Des pesticides aux armes chimiques. Dossier. La Recherche, 21, no 219, mars, p. 382-390.

REICHELT- 1989 - L’hydraulique pastorale et la désertification au Sahel des nomades en Afrique de l’Ouest. Réalités et perspectives. Geologisches Jahrbuch, C 52, p. 3-32

RIPPSTEIN G. et PEYRE DE FABREGUE B. - 1972 - Modernisation de la zone pastorale du Niger. Etude agrostol., 33, IEMVT, Paris.

RITCHIE J.C., EYLES C.H. et HAYNES C.V. - 1985 - Sediment and pollen evidence for an early to mid-Holocene humid period in the eastern Sahara. Nature, 314, p. 352-359.

ROBERT M. et SCHMIT J. - 1982 - Rôle d’un exopolysaccharide (le xanthane) dans les associations organo-minérales. CRAS, Paris, 294, 3 mai, série II, p. 1031-1036.

ROHLFS G. - 1874-1875 - Quer durch Afrika. Reise vom Mittelmeer nach dem Tschad-See und zum Golf von Guinea. 2 vol. Leipzig.

ROOSE E. - 1981 - Dynamique actuelle des sols ferrallitiques tropicaux d’Afrique occidentale. ORSTOM, Travaux et Doc., no 130, 569 p.

RSI- 1982 - Inventaire des ressources du Sud ouest Mauritanien. Brookings. SD.

SANDFORD W.W. et ISICHEI A.O. 1986 Savanna. In : LAWSON, G.W.(ed). Plant ecology in West Africa, Systems and Processes. John Whiley Sons, London, p. 95-149.

SCHIFFERS H. - 1951 - Begriff, Grenze und Glliederung der Sahara. Petermanns Geogr. Mitt., 95, p. 239-246.

SCHULZ E. - 1987 - Die holozäne Vegetation der zentralen Sahara (N-Mali, N-Niger, und SW-Libyen). Palaeoecology of Africa, 18, p. 143-161.

SCHULZ E. - 1988 - Der Südrand der Sahara. Würzburger Geogr. Arb., 69, p. 167-210.

SCHULZ E. et ADAMOU A. - 1988 - Die Vegetation des Aïr-Gebirges in Nord-Niger und ihre traditionelle Nutzung. Giessener Beiträge zur Entwicklungsforschung, I, 17, p. 75-86.

SCHULZ E. et POMEL S. - 1992 - Die anthropogene Entstehung des Sahel. Würzb. Geogr. Arb., 84, p. 263-288.

SHAW W.K. - 1936 - An expedition in the southern Libyan desert. Geogr. Journ., 87, p. 193-221.

SHMIDA A. - 1985 - Biogeography of the desert flora. In : EVENARI. M. et NOV-MEIR J. (eds). Hot deserts and arid shrublands. A, p. 23-77.

SKOWRONEK A. - 1987 - Böden als Indikator klimagesteuerter Landformung in der zentralen Sahara. Relief, Böden, Palâoklima. Gebr. Borntraeger, Berlin-Stuttgart, Bd. 5, 184 p., 1pl. h.t.

SMETTAN U. - 1987 - Typische Böden und Bodengesellschaften der Extremwüste Südwest-Ägyptens. Berliner Geowissenschaftliche Abhandlungen. Reihe A/Bd. 83, 190 p.

STAMP L.D. - 1940 - The southern margin of the Sahara. Comments on some recent studies on the question of dessication in West Africa. Geogr. Rev., 30, p. 297-300.

STEBBING E.P. - 1935 - The advance of the desert. Geogr. Journ., 91, p. 356-359.

STEBBING E.P. - 1938 - The advance of the desert. Geogr. Journ., 91, p. 356-35.

STOCKER O. - 1962 - Steppe-Wüste-Savanne. Veröff. Geobot. Inst. ETH. Zürich (Rübel), 37, p. 234-243.

STOCKER O. - 1976 - The water-photosynthesis syndrome and the geographical plant distribution in the Saharan deserts. In : LANGE, Ο., KAPPEN, L., SCHULTZE, E.-D. (eds). Ecological studies, analysis and synthesis, 11, p. 506-521.

TILHO Cl. - 1911-1914 - Documents scientifiques de la mission Tilho. 3 vol., Paris.

TROCHAIN J. - 1940 - Contribution à l’étude de la végétation du Sénégal. Mém. de l’IFAN, Paris, 2, p. 433.

TROLL C. - 1952 - Das Pflanzenkleid der Tropen in seiner Abhängigkeit von Klima, Boden und Mensch. Deutscher Geographentag Frankfurt, p. 35-66.

TUCKER C.J., DREGNE H. et NEWCOMB W.W. -1991 - Expansion and contraction of the Sahar desert from 1980 to 1990. Science, 253, p. 299-301.

ULLMANN - 1985 - Tagesgänge von Transpiration und stomatärer Leit-fänigkeit Sahelisches und Saharissches Akazien in der Trockenzeit. Flora, 176, p. 383-409.

UNESCO-FAO - 1965 - Carte de la végétation de la région méditerranéenne. Rech sur la zone aride, Paris, XXX.

U.S.D.A. - 1975 - Soil taxonomy. A basic system of soil classification for making and interprating soil survey. Handbook no 436, Washington, 754 p.

VALENTIN Ch. - 1981 - Organisation pelliculaires superficielles de quelques sols de régions subdésertiques. (Agadez, République du Niger). Dynamique de formation et conséquences sur l’économie en eau. Thèse 3ème cycle, Univ. Paris VII, 229 p.

VAN CAMPO Μ., AYMONIN G., GUINET Ph. et ROGNON P. - 1964 - Contribution à l’étude du peuplement végétal quaternaire des montagnes sahariennes. L’Atakor. Pollen et Spores, VI, 1, p. 169-194.

VAN CAMPO M. - 1967 - Etude de la désertification du massif du Hoggar par les méthodes de l’analyse pollinique. Rew. Palaeobot. and Palyno., 2, p. 281-289.

VINCENT C. - 1990 - L’arbre aux racines d'or : Acacia albida. Le Monde, mercredi 8 août, p. 12.

VISCHER H. - 1910 - Across the Saharan from Tripoli to Bornu. London, 308 p.

VÖLKEL J. - 1989 - Geomorphologische und pedologische Untersuchungen zum jungquartären Klimawandel in den Dünengebieten Ost-Nigers (Südsahara und Sahel). Bonner Geogr. Abh., 79, 258 p.

WALTER H. - 1964 - Die Vegetation der Erde in ôkophysiologischer Betrachtung I, Jena.

WEBB J.L.A. - 1985 - The trade in gum arabic : prelude to french conquest in Senegal. Jour. Afr. Hist., 26, p. 149-168.

WEST L.T., WILDING L.P. et CALHOUN F.G. - 1987 - Argillic horizons in sandy soils of the Sahel, West Africa. Micromorphologie des sols. Congrès Paris, p. 221-225.

WICKENS G.E. - 1976 - The flora of Jebel Marra (Sudan Republic) and it’s geographical affinities. Kew Bull. London, Add. ser. V, p. 368.

WICKENS G.E. - 1982 - Palaeobotanical speculations and Quaternary environments in the Sudan. In : WILLIAMS, R.-A.-J. et ADAMSON, D.-A. (eds). A land between two Niles, p. 23-50.

WHITE F. - 1983 - The vegetation of Africa. UNESCO, Natural resources research, Paris, XX, 356 p.

Table des illustrations

Légende Photo 1 : Savane à Acacia-Commiphora-Rhus du Bagzan dans l’Aïr (Niger).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-1.jpg
Fichier image/, 446k
Légende Figure 1 : Carte schématique des couvertures végétales et pédologiques de la bordure sud du Sahara, savanes sahariennes et nord-sahéliennes (d’après nos travaux). Schematic map of vegetation and soils cover on southern borderlines of Sahara, saharan savannas and northern sahelian savannas, after own works.VEGETATION : 1. Savane à Acacia-Panicum ; Acacia-Panicum savanna. 2. Végétation pseudo-diffuse à Acacia-Panicum dans les vallées sud-ouest des montagnes ; Acacia-Panicum pseudo-diffuse vegetation in SW. 3. Savane à Maerua dans le sud-est du Niger ; Maerua savanna in SE Niger. 4. Végétation à Tamarix-Salvadora sur les dunes côtières de Mauritanie ; Tamarix-Salvadora vegetation in coastal dunes of Mauritania. 5. Savanes à Acacia-lndigofera de l’Ennedi ; Acacia-Indigofera savannas of Ennedi. 6. Savanes à Commiphora-Acacia/Acacia-Commiphora ; Commiphora-Acacia/Acacia-Commiphora savannas. 7. Savane à Acacia-Commiphora-Rhus du sud-Aïr ; Acacia-Commiphora-Rhus savannas of south-Aïr. 8. Savane à Acacia-Maerua-Salvadora ; Acacia-Maerua-Salvadora savanna. 9. Savanes à Combretaceae du Djebel Marra et des montagnes sahariennes ; Combretaceae savanna of Djebel Marra and saharan mountains. 10. Végétation hydromorphe du delta intérieur du Niger ; hydromorphic vegetation of Niger delta.LIMITES SAHARA/DESERT : 11. Limite méridionale du désert ; southern borderline of desert. 12. Limite méridionale du Sahara ; southern borderline of Sahara.SOLS : 13. Sols minéraux bruts et peu évolués non différenciés des déserts, sols salés et compactés des oasis et des puits, sols compactés des pistes caravanières ; mineral and lithic less developed soils and non differenciated soils of deserts, salted and compacted soils of oases and around wells, compacted soils of trucks. 14. Sols sableux des ergs et sols associés à des sols variés résultants des héritages paléoclimatiques ; entisols-psamments and arenosols of dunes resulting of palaeoclimatic inheritance. 15. Sols peu évolués subdésertiques (aridisols), sols compactés, salés et encroûtés des zones surpâturées, caravanières et des puits ; less developed subdesertic soils, compacted soils, salted and incrustated soils of overgrazed areas, trucks and around wells. 16. Sols isohumiques (sols bruns subarides ; sols brun-rouge subarides), sols incendiés-colluvionnés et yermosols noirs et gris à matière organique mélanisée, cendres et phytolithes des régions agro-pastorales et des zones d’agriculture précaire ; isohumic soils (brown/red-brown, reddish and reddish brown subarid soils), burning ash-colluvium soils and blacks and greys yermosols with melanized organic matter, ashes and phytolithes of the agro-pastoral regions and zone of marginal agriculture (rotation and burning). 17. Sols halomorphes et sols sodiques, sols compactés des cures de sel, sols à OPS salés des zones irriguées et des cultures de case ; halomorphic and sodic soils, compacted soils of the salt pasture area, soils with pellicular organisation of irrigated zones and garden-hutting cultivation. 18. Vertisols et vertisols compactés des zones surpâturées et des zones caravanières ; vertisols, vertisols, usterts compacted vertisols of overgrazed areas and on truck zones, black and dark grey soils. 19. Sols hydromorphes du delta intérieur du Niger, du Chari, du Tchad et du Nil et sols alluviaux des principales vallées ; hydromorphic soils, drainage of the interior deltas of Niger, Chari, Tchad and Nil and alluvial soils of main valleys. 20. Sols minéraux bruts, rankers, associés à des sols très variés des zones montagneuses ; mineral and lithic soils, rankers and entisols with various soils of mountains. 21. Sols rouges et bruns fersiallitiques méditerranéens, rendzines ; red and brown fersiallitic soils of mediterranean zone, rendzina and reddish mediterranean soils (inceptisols-ochrepts).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-2.jpg
Fichier image/, 464k
Légende Photo 2 : Savane à Maerua-Acacia du plateau du Homodji au sud-est du Niger.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-3.jpg
Fichier image/, 175k
Légende Photo 3 : Végétation contractée à Acacia-Panicum-Cyperus, environ 40 km au sud du Homodji (Niger).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-4.jpg
Fichier image/, 158k
Légende Photo 4 : Dépression dunaire avec un groupe d'Acacia de plusieurs générations, environ 50 km au sud du Homodji (Niger).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-5.jpg
Fichier image/, 157k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-6.jpg
Fichier image/, 364k
Légende Figure 2 : Reconstitution de la végétation au sud et au sud-est Niger pendant les années 1822 à 1937 d’après les descriptions de DENHAM, BARTH, ROHLFS, NACHTIGAL, FOUREAU, CHUDEAU, TILHO et AUBREVILLE. 1 : végétation contractée à Acacia-Capparis-Salvadora-Panicum. 2 : savane à Acacia-Maerua-Panicum-Cyperus. 3 : savane à Commiphora-Acacia. 4 : savane à Acacia-Balanites-Ziziphus. 5 : savane à Combretaceae. 6 : brousse à Salvadora-Leptadenia. 7 : végétation de graminées en touffe (Panicum, Stipagrostis), Cyperus et Cornulaca. 8 : achabs.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-7.jpg
Fichier image/, 298k
Légende Photo 5 : Savane à Acacia-Panicum, environ 90 km au nord de Ngourti (Niger).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-8.jpg
Fichier image/, 124k
Légende Photo 6 : Dégradation de la savane à Acacia-Panicum en formation à Leptadenia-Cyperus, environ 80 km au nord de Ngourti (Niger).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-9.jpg
Fichier image/, 281k
Légende Photo 7 : Région septentrionale de la savane à Acacia-Panicum avec Panicum turgidum, environ 40 km au nord de Ngourti (Niger).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10061/img-10.jpg
Fichier image/, 326k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540