Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale

 | 
Richard Maire
, 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Les indicateurs de la végétation et des sols

Indicateurs de l’influence anthropique sur la végétation actuelle et passée

Régions méditerranéennes, subtropicales et tropicales

Erhard Schulz

Abstract

La végétation et son histoire sont souvent interprétées en terme de zonalité et de dépendance climatique. L’homme est rarement considéré comme un agent important ou déterminant. Cependant plusieurs régions du globe sont caractérisées par l'action de l'homme comme les régions méditerranéennes et les savanes. Par la répétition et la combinaison du défrichage, de la sélection, de la mise en culture, du pâturage et surtout de l’usage du feu, il résulte un développement de grandes unités de végétation et la genèse de paysages à l'échelle continentale. La présence dans la végétation actuelle d’espèces exploitées ou sélectionnées, leur distribution volontaire ou non le long des routes de migration et de commerce, et une uniformisation de la végétation sont bien les résultats et les indicateurs d'impacts humains. Ils vont rendre encore plus délicate l'interprétation climatique exclusive des paysages végétaux.

The vegetation and vegetation history are more or less interpreted in the sense of zonality and climate dependent units. Man is rarely accepted as a major agent for the landscape development. However, several regions are characterized by human interference, such as the Mediterranean regions or those of the savannas. The combination and repetition of clearing, selection, cultivation, pasture and especially the use of fire have resulted in the development of continental wide anthropogeneous vegetation and landscape units. The presence of traditionally exploited or selected species in the vegetation, a distribution of several species along migration or trade routes, a uniformity of the plant cover and the remains of repeated fires are indicators of important human interference. The pure climatic interpretation of vegetation units and their history is consequently more and more difficult to make.

Full text

INTRODUCTION

1La simple consultation des cartes générales de la végétation des différents continents et des vastes ceintures qui apparaissent nous amène automatiquement à penser en termes de zonalité, en suivant le schéma général de succession et de climax, même si les idées premières de monoclimax (CLEMENTS, 1916) ne sont plus acceptées. Les grandes formations végétales sont considérées comme dépendantes du climat et zonales, voire même naturelles (WALTER, 1964 ; ADAMS et al., 1990). Ces ceintures zonales de végétation dépendantes du climat servent également de modèle actuel pour interpréter les anciennes ou futures formations végétales et les variations climatiques, en fonction des simples modifications des ceintures climatiques ou de végétation (LEZINE, 1987 ; PETIT-MAIRE, 1991).

2Dans le débat, souvent confus, sur l’origine des savanes, COLE (1984) souligne l’importance du rôle de la géomorphologie et de la répartition des substrats et soutient que l’impact anthropique ne joue qu’un rôle secondaire. Au contraire, BLASCO (1978) et GUINKO (1984) insistent sur le fait que l’impact de l’homme représente le facteur fondamental de la diversité des types de végétation dans les régions tropicales.

3L’importance de l’impact anthropique sur la végétation a été récemment démontrée pour l’Europe et le Proche Orient (BEHRE, 1986 ; BIRKS et al, 1988 ; VAN ZEIST et BOTTEMA, 1991). Pour les régions tropicales de larges revues ont été effectuées par FLENLEY (1979), MALONEY (1985), et EDWARDS et MAC DONALD (1991). SCHÜLE (1990) a produit un essai enthousiaste sur l’impact de l’homme sur les paysages et sur l’histoire des feux tout au long de la Préhistoire.

4Dans le cadre d’une interprétation sol-végétation sous dépendance du climat, il existe très peu d’information sur le type d’impact humain, sur son échelle et spécialement sur ses indicateurs végétaux ou pédologiques. Cet article a pour objectif de discuter des différents indicateurs de l’influence humaine sur la végétation actuelle et des traces fossiles qu’elle a pu laisser. Des exemples pris en région méditerranéenne, au Sahara, dans les régions de savane et de forêt de l’Ouest et de l’Est africains aussi bien que dans le Sud-Est asiatique et en Australie, servent de démonstration.

I. LE DOMAINE MÉDITERRANÉEN

5En prenant la végétation méditerranéenne actuelle comme exemple, un certain nombre de caractéristiques communes ressortent. Tout d’abord la dominance des formations arbustives plus ou moins ouvertes avec un nombre relativement faible d’espèces floristiques. Connues sous les termes de macchia shibljak, garrigue, phrygana ou tommilares, elles représentent le résultat d’une longue évolution historique soumise à la coupe, aux feux et aux pâturages de telle sorte qu’elles représentent des exemples classiques de schémas de dégradation (BRAUN BLANQUET, 1964). WALTER (1964) caractérise la zone méditerranéenne comme un mélange de suites de dégradations et de régénérations.

6En regardant la composition des types de végétation, on peut facilement reconnaître qu’ils sont dominés par des éléments ayant un comportement conquérant et colonisateur. Par exemple, il s’agit d’une nouvelle germination rapide à partir des racines ou des tiges inférieures après un incendie ou une perturbation (Quercus coccifera, Quercus ilex, Erica arborea, Arbustus unedo) ou bien le grand nombre de géophytes adaptés au feu et au surpâturage (Asphodelus, Urginea, etc.). L’histoire des incendies récents dans le Sud-Est de la France (BARBERO et al, 1987 ; LE HOUEROU, 1974 ; PONS et THINON, 1987) montre bien la rapide regermination des chênes là où les pinèdes avaient complètement brûlé. Des descriptions similaires ont été faites en Israël (NAVEH et DAN, 1973), et l’on explique l’actuelle zonation comme étant le résultat de l’action du feu et du surpâturage ainsi que de l’érosion consécutive des sols.

7Les arbres cultivés ou exploités de façon claire (Olea, Ceratonia, Quercus suber, Fraxinus, Castanea ou Juglans) sont si abondants dans la végétation que certains d'entre-eux servent d’indicateurs pour définir la zone méditerranéenne (RIKLI, 1943-48). L’ensemble Olea-Ceratonia constitue un exemple intéressant. Il représente le terme ultime de la végétation méditerranéenne d’adaptation à la sécheresse et à la chaleur (HORVAT et al, 1973 ; OZENDA, 1985) ; il est aussi décrit comme formant le stade thermo-méditerranéen (OZENDA, 1985). Il peut appartenir au potentiel de la végétation naturelle (OZENDA et LUCAS, 1987). Etant très dispersé et relié à des habitats densément peuplés, il peut ne représenter que des terres très anciennement cultivées. Quelquefois l’argumentation peut conduire à une interprétation contraire. HORVAT et al. (1973) soutiennent que ces ensembles végétaux fournissaient des fruits utiles à l’alimentation de l’homme et que cela a pu être justement une des raisons de leur domestication dans ces régions.

8Sur les marges sud-orientales du domaine méditerranéen, on retrouve une situation du même type. Les formations steppiques et semi-désertiques se composent le plus souvent d’éléments à comportement conquérant (Artemisia, Rhantherium, Astragalus, Stipa, Lygeum, etc.). Il n’est pas nécessaire d’entrer dans le débat sur le terme “steppe”, utilisé pour les formations à graminées et à arbustes de la bordure sud de la Méditerranée même si ces termes ont été réservés à l’origine aux formations à Stipa des régions continentales à hiver froid. Souvent ces termes sont utilisés par emprunt aux autres auteurs (LEIPERT et ZEIDLER, 1969). Elles représentent des formations secondaires reflétant les périodes agraires et pastorales successives depuis l’époque de la colonisation romaine (LE HOUEROUT, 1969). On peut aussi faire remarquer que Stipa et Lygeum représentent une ressource largement exploitée pour la cellulose et la production de papier et ces espèces étaient également exportées en grandes quantités jusqu’à la fin du siècle dernier (MENSCHING, 1968).

9De nombreux comptes-rendus historiques de l’état des forêts méditerranéennes et de la végétation décrivent la longue durée de l’exploitation et l'ancienneté des dévastations (MEIGGS, 1982). ASCHMANN (1973) passe également en revue les impacts anthropiques inscrits depuis longtemps dans les autres régions méditerranéennes. Il existe aussi une importante histoire récente de reforestation et de plantation d’arbres pour constituer de grandes réserves de bois d’énergie ou d’œuvre, comme c’est le cas pour des essences telles qu'Olea ou Abies (PARTSCH, 1890). Plusieurs découvertes archéologiques concernant les débuts des changements paysagers impliquent l’Homme dès 9 000 BP, sans pour autant que cela soit directement lié à l’invention de l’agriculture au Proche Orient.

10En conclusion, la végétation méditerranéenne se compose principalement de formations secondaires constituées par des individus à comportement conquérant, le plus souvent adaptés au feu, aux coupes et au surpâturage, aussi bien que par des éléments qui ont été cultivés ou exploités par l’homme dans le passé et qui le sont encore. Cette composition indique clairement l’influence de l’homme en tant qu’agent fondamental, lequel ne se traduit pas uniquement par l’omniprésence d'Eucalyptus ou de Pinus dans les plantations et les opérations de reforestation. L’explication des formations végétales actuelles et de leur répartition en fonction du climat ou non (RICKLI, 1943-48 ; SCHMIDT, 1969) est beaucoup plus difficile.

II. LES ENREGISTREMENTS FOSSILES DANS LES RÉGIONS MÉDITERRANÉENNES

11Les recherches dans l’ex-Yougoslavie adriatique (BEUG, 1962 ; BRANDE, 1973) indiquent une colonisation relativement tardive par l’homme. Ceci est attesté par la présence à la fois de pollens de céréales et d’arbres visiblement cultivés tels Juglans et Castanea. Une certaine augmentation dans les pourcentages de Pinus montre de façon nette une activité humaine en relation avec Juglans et Castanea à l’époque des colonisations grecques et romaines.

12BOTTEMA (1982) discute de la valeur indicative de plusieurs types de pollens et plus précisément du comportement de Fraxinus, Platanus et Juglans pour le nord-est et le centre de la Grèce. La combinaison d’un déclin des valeurs de Fraxinus et d’une expansion de celles de Platanus et de Juglans accompagnée par une croissance des pollens des graminées et des céréales, et celle de quelques herbes (Rumex, Plantago, Centaurea) est caractéristique d’un défrichement et d’une mise en culture. L’érosion des sols et l’existence d’une forte érosion alluviale permet le remplacement de Fraxinus par Platanus sur les terrasses alluviales. L’auteur souligne aussi les différences régionales quant à la valeur indicative des multiples types de pollens.

13En Méditerranée occidentale, il y a des indications montrant que l'histoire du hêtre (Fagus silvatica) est en rapport avec l’activité de l’homme comme cela est prouvé par l’extension de Fagus dans les montagnes pyrénéennes (JALUT et al., 1988 ; PLANCHAIS, 1973). VAN ZEIST et BOTTEMA (1991) décrivent l'histoire des défrichements des forêts d’Anatolie par stades successifs depuis 5 000 à 3 200 BP. Les déclins rapides de Cedrus et de Pinus sont compensés par l’essor d'Artemisia, Graminea, Chenopodiacea, et Plantago. Parmi les types de pollens, il y a de plus grands pourcentages de Quercus, Olea, Fraxinus, Castanea, Juglans, tous étant des arbres cultivés et exploités. Le cas des céréales est considéré par les auteurs comme étant plus complexe en raison de la large répartition de ce type de pollen dans la flore herbacée régionale. Ils ne prennent en compte que les très forts pourcentages de ce type de pollen comme indicateurs d’une agriculture. Ils soulignent particulièrement l’importance des exploitations forestières (Olea, Castanea, Fraxinus).

14Tout ceci permet de poser en premier lieu la question du début de l'exploitation ou de la domestication des plantes via les arbres ou les herbes. En comparaison avec la situation en Europe centrale (BEHRE, 1986), les auteurs soulignent la difficulté de la représentativité de l’agriculture au travers des enregistrements polliniques car ceux-ci sont dépendants de la distance séparant le lieu de prélèvement et celui de la culture. Finalement ils énoncent qu’au delà de 4 000 BP, les végétations primaires prédominaient au Proche Orient et ce n’est qu’après cette période que l’influence humaine et les défrichements végétaux deviennent importants.

15Si l’on considère le Maghreb, seuls quelques diagrammes polliniques montrent des signes pouvant être interprétés comme liés à l’impact de l’homme. Dans les montagnes de Kroumirie (NE de la Tunisie), BEN TIBA et REILLE (1982) signalent une évolution ancienne de la forêt de chênes caduques vers une forêt à chênes sclérophylles accompagnés d'Erica arborea Phillyrea, Pistacia ainsi qu’un développement de Gramineae, Compositae, Artemisia, Plantago et seulement plus tard des céréales. Ces modifications seraient intervenues vers 4 000 BP.

16A partir de carottes marines du Golfe de Gabès, BRUN (1991) montre l’apparition précoce d'Olea et de Pistacia aux environs de 8 500 BP, et lors de l'époque romaine il y eut un remplacement net de la forêt de chênes caduques par celle à chênes sclérophylles mêlée de nombreux Olea et Pinus. Par contraste la région semi-désertique n’indique aucune modification majeure pendant l’Holocène.

17DAMBLON et VAN DENBERGHEN (1991) décrivent les évolutions anthropogènes dans la forêt de Quercus suber de la région de Tanger marquée à partir du XIème siècle par l’apparition des formations à Erica et Cistacea.

18Dans les montagnes de l’Atlas marocain LAMB et al. (1989) montrent le déclin de Fraxinus et de Quercus remplacés par des herbacées comme Cruciferae et Lotus aux environs de 2 250 BP. Un exemple remarquable de réactions en chaîne des différents géosystèmes est fourni par la plaine côtière marocaine et le Moyen Atlas (FLOWER et al, 1989). Le bouleversement intensif intervenu dans les paysages lors des deux derniers siècles est bien enregistré dans les diagrammes polliniques avec une augmentation des pollens de plantes rudérales telles que Cruciferae, Plantago, Rumex, Artemisia, Chenopodiaceae, Gramineae et Comp. liguliflorae, tandis que dans le même temps les pollens d’arbres tels que Pinus et Cedrus déclinent, alors que par contraste ceux de Quercus augmentent. La fréquence des rudérales varie le plus souvent en fonction de l’érosion des sols, ce qui est aussi souligné par la chute des valeurs des diatomées.

III. LE SAHARA ET LES SAVANES DE L'OUEST AFRICAIN

19La végétation du désert saharien présente quelques caractéristiques de l’influence humaine à travers ses formes et sa composition, mais les limites du désert tant au nord qu’au sud sont étroites et dépendantes du climat (SCHULZ, 1988) (cf. article de SCHULZ et POMEL dans cet ouvrage).

20La discussion relative à la nature et à l’origine de la végétation des hautes montagnes du Sahara est toujours d’actualité. La présence de différents taxons isolés est expliquée comme étant liée à des formations relictes issues d’ensembles primitifs, fonctions des différents climats (BRUNEAU DE MIRE et GILLET, 1956 ; QUEZEL, 1965, 1978 ; BARRY, 1990). Des conditions similaires sont supposées expliquer la répartition de ces différents taxons endémiques. Finalement s’est développée l’idée que ces taxons isolés reflètent les différents états d’une végétation tropicale primitive s’étendant plus au nord et, secondairement, ceux d’une végétation méditerranéenne continue s’étendant à la fin du Quaternaire jusqu’au Sahara central (BARRY, 1991 ; QUEZEL, 1965). Ces arguments ont été repoussés par LEBRUN (1981) qui souligne que la plupart des espèces endémiques du Sahara central ont été mal déterminées et qu’un réexamen est nécessaire.

21En laissant de côté ces réflexions, la présence d’espèces telles que Olea, Anogeissus, Ficus ou Sclerocarya dans les montagnes sahariennes peut être due à un transport par oiseau ou tout simplement par l’homme. Dans le sud-est de l’Aïr (Niger), on observe une concordance entre la présence de ces espèces “exotiques” et les lieux d’arrivée des caravanes venues du Sud (cf. SCHULZ et POMEL, dans cet ouvrage).

22Le long débat de ces dernières décennies a mis en valeur l’impact sévère de l’homme sur la végétation des régions de savanes, mais en dépit de tous les cris d’alarme sur la situation du Sahel du nord-est et du sud-est du Sahara (CLOUDSLEY-THOMPSON 1974 ; TUCKER et al., 1991), il n'y a aucun signe tangible d’extension de la végétation saharienne vers le sud ou de la végétation vers le nord. Il y a souvent confusion entre les mouvements des sables et le désert proprement dit. Il existe aussi une mauvaise interprétation des images satellitaires fondée sur la non-compréhension du dualisme intrinsèque de la végétation du désert (formations d’arbres permanents et rapide évolution des flores à acheb, périodes végétatives courtes des thérophytes), problème qui a été signalé très tôt par LE HOUEROUT (1989).

23Les frontières stables entre le désert et la savane mettent en valeur le point selon lequel le Sahel représente une région de savane cohérente et non pas une simple région de transition diffuse vers les “vraies” savanes (soudaniennes) du Sud (le karité n’est pas loin), ce que font remarquer BARRY et al. (1988) et en partie LE HOUEROUT (1989).

24Les savanes d’Afrique et d’Asie sont l’occasion de présenter de façon nette les désaccords entre l'interprétation purement climatique s’appuyant sur une succession de climax et de zonalités et celle d’une analyse beaucoup plus nuancée introduisant le fait que la majeure partie de ces formations végétales sont le résultat de systèmes agro pastoraux (BARRY et al., 1986 ; KRINGS, 1991 ; SEIGNOBOS, 1982). Une documentation cartographique extensive a été consacrée au développement des savanes dans la région du Gourma (Burkina Faso) pendant les dernières sécheresses (IEMVT, 1978). Il a été démontré que les dégradations les plus sévères se développaient dans la partie sud du Sahel et au Soudan et non dans les régions limitrophes du Sahara.

25Une autre approche, celle de la télédétection, permet de bien montrer l’importance de l’influence humaine quant à ces formations. Les premières images satellitaires de nuit (CROFT, 1978) ont détecté l’énorme extension des feux de brousse en Afrique comme en Amérique du Sud. Des observations récentes ont bien mis en valeur la large ceinture de feux dans les régions de savanes des zones guinéenne et soudanienne de l’Afrique de l’Ouest (CAHOON et al., 1992 ; MALINGREAU, 1990) et les vastes surfaces incendiées dans la zone sahélo-soudanienne du Sénégal (FREDERIKSEN et al., 1990). LE HOUEROUT (1989) rapporte que 15 à 20 % des régions sahéliennes sont régulièrement incendiées et que les feux observés n’ont rien à voir avec des feux pour s’éclairer. Ces observations confirment aussi les avertissements d’AUBREVILLE (1949) face à la dégradation continue des basses régions forestières ombrophiles par les feux.

26Le feu est le principal outil de l’homme pour le défrichement forestier et la préparation des champs avant la culture ; il sert aussi pour la chasse (SCHÜLE, 1990). Le défrichage peut être total ou sélectif en laissant quelques arbres utiles comme Elaeis, Borassus Daniellia, Butyrospermum, etc (fig. 1). De même, pour le Mésolithique, nous devons admettre l’impact anthropique par l'usage intensif du feu comme l’ont démontré BOHNKE (1988) pour le Nord-Ouest de l’Europe ou HOPE et HABERLE (1993) pour la Nouvelle-Guinée. Par contraste avec les régions tempérées, l'exploitation des arbres joue un très grand rôle dans l’agriculture des régions de savane. De grandes étendues de ces savanes sont ainsi mises en valeur, tels les systèmes de parcs (SEIGNOBOS, 1982 ; KRINGS, 1991) où les arbres sont exploités, sélectionnés, voire même plantés (fig. 1) ; quelquefois ils procurent des revenus supérieurs à ceux de l’agriculture pratiquée à leurs pieds. Cette bipartition dans les savanes présente une strate élevée d’arbres anciens et une strate inférieure de différents arbustes. Même après un abandon, cette physionomie perdure longtemps, aussi le débat estil ouvert pour déterminer si une savane à parcs peut être interprétée comme une formation relicte d’un épisode sec du Quaternaire récent (HURAULT, 1990 ; RIPPSTEIN. 1986).

Figure 1 : Bloc-diagramme des savanes-parcs à Daniellia-Lophira dans le Cameroun central. Formation de sols à horizons Ap multiples, sableux, ferrugineux gravillonnaires ou lités fins, alimentés par une couverture de poussières liée aux feux répétitifs (SCHULZ et POMEL, 1992).
Block diagram showing the different rotation stages of a Daniellia-Lophira park and park savanna in central Cameroon. Note the formation of several Ap horizons and of a dustcover caused by regular burning (SCHULZ and POMEL, 1992).

27La seconde manière d’importance pour modeler les paysages (YEN, 1989) est le recours à l’animal domestique. Le pâturage est préparé et entretenu de la même façon par le feu, tandis que les animaux domestiques prennent une grande importance, remplaçant ainsi les grands herbivores éliminés longtemps auparavant par l’homme (SCHÜLE, 1990). De ce point de vue, l’influence de l’homme n’est pas seulement destructive, mais avant tout transformante. Le pâturage tant dans les prairies que dans les forêts conduit à une sélection des herbes et des arbres. Au Sahel quelques espèces d'Acacia (A. albida ou A. latea) sont nettement reliées à la présence de l’élevage bovin (A. albida) ou caprin (A. latea). Les gousses sont préparées à la germination par voie intestinale et dispersées par les animaux. Des observations de même nature sont signalées par SOWUNMI (1986). Quelques arbres zoochores comme différents Acacia ou Dichrostachys glomerata sont régulièrement dispersés par ces animaux, par exemple Cenchrus biflorus le célèbre cram-cram.

28En plus de tout cela, la production de métaux (or, argent, cuivre et surtout le fer) est chose courante en région de savane comme le montrent des sondages remontant jusqu’à 4 000 BP en Basse Côte d’Ivoire (POMEL, 1975) ou 2 000 BP dans le sud-est du Sahara (GREBENARD, 1989). Ces productions étaient fondées sur l’exploitation du bois comme source d’énergie, et le rapport de 5 kg de métal pour 100 kg de bois de combustion est souvent avancé (KADOMURA, 1982, 1989 ; OTTO comm. pers.).

29La combinaison de tous ces facteurs conduit nécessairement à une certaine uniformisation des formations végétales, qui présentaient auparavant une grande variété d’espèces et des mosaïques complexes de végétation. Nous n’entrerons pas dans la discussion difficile des stratégies évolutives des écosystèmes et du développement des diversités lors des différentes époques (ODUM, 1969). mais nous constatons que les formations secondaires sont partout. Elles ont également plusieurs intérêts pour l’homme, telles leur structure homogène, la production rapide et importante de matière organique en rapport avec le comportement colonisateur de leurs individus et une importante production de fruits et de graines utiles à l’homme (BROWS et LUGO, 1990).

30Il y a aussi la prédominance des formations herbacées ainsi que la propagation des espèces résistantes à la sécheresse pour donner parfois des formations herbeuses permanentes même au sein des formations forestières. LE HOUEROUT (1989) examine de façon approfondie les multiples possibilités de différenciation entre les savanes sahéliennes composées d’herbes éphémères annuelles, et la prédominance des savanes à Andropogon, herbe pérenne, dans les régions soudaniennes, comme étant le résultat des différences de tolérance au feu et à la sécheresse. On peut remarquer que ces formations secondaires peuvent être aussi reliées à des causes naturelles telles que les tempêtes tropicales (WEBB, 1988 ; BASNET et al.. 1992).

31En résumé, l'existence de formations secondaires, l’étroitesse de la frontière entre la forêt et les secteurs de savane (quelquefois sous forme de mosaïque), l’extension des formations herbeuses, la présence d’arbres ou d’herbes exploités de façon nette, la structure des savanes-parcs et l’uniformisation de la végétation et du paysage, peuvent donc servir d’indicateurs de l’intervention de l’homme. Ceci peut être confronté aux observations concernant les usages traditionnels de la végétation dans différentes régions, et aux multiples indices de l’usage du feu, aux réponses consécutives de la végétation, ainsi qu’aux vestiges historiques et archéologiques. De son côté la composition floristique recèle une grande partie des espèces pyrophiles de la zone guinéenne, mais il y a aussi la structure en vergers de grandes étendues savanicoles (MILDBRAED, 1966) qui souligne l’importance du rôle des feux et du surpâturage. Les différentes formations secondaires sont aussi caractéristiques quant à l’implantation des arbres (GREIG-SMITH, 1991) où une distance de 160 m est plus ou moins attribuée à une ancienne mise en valeur (en oubliant de mentionner les systèmes des parcs).

32Le cas de l’Australie montre bien que sans la moindre agriculture ou forme d’élevage, l’homme est parfaitement capable de transformer une région en une forme de paysage aménagé, par l’exploitation de toutes sortes de ressources et par l’usage savant du feu (BLAINEY, 1975 ; KERSHAW, 1986). Très récemment on discute de l'existence d’une certaine forme de sélection et de culture des yams ou taros par quelques tribus d’aborigènes (FLOOD, 1992).

IV. LES ENREGISTREMENTS FOSSILES DANS LE SAHARA ET LES SAVANES DE L’OUEST AFRICAIN

33Les diagrammes polliniques et les recherches sur les macro-restes du Sahara et des régions de savanes ne sont pas nombreuses (LEZINE, 1987 ; RITCHIE, 1987, 1990 ; NEUMANN, 1988, 1989 ; SCHULZ, 1991 ; SCHULZ et al., 1991 ; POMEL et al., 1992 ; WASYLIKOWA, 1992). Des modifications significatives dans les types de formations végétales au cours de la fin du Pliocène et de l’Holocène ont été mises en évidence, mais il est difficile de faire la part d’une intervention humaine précoce, d’autant que la plupart des découvertes et des diagrammes polliniques sont interprétés en termes de changements climatiques. En outre, les critères pour l’Europe centrale et la région méditerranéenne, comme les hauts pourcentages de graminées, de plantes cultivées ou sélectionnées, sont rarement sûrs. En effet le haut pourcentage en graminées est une des caractéristiques de ces types de végétations. En comparaison avec la situation du Proche Orient, la différenciation à partir des pollens, entre les herbes sauvages ou cultivées au sein des herbes panicoïdes est très difficile. On peut relever que le débat sur l’invention de l’agriculture au Néolithique est toujours animé (ROSET, 1987) et déjà plusieurs tentatives pour reconstituer les premières étapes de la mise en culture au Sahara ont été récusées, car elles n’étaient fondées que sur l’analyse de grains de pollens (CAMPS, 1967), avec un macro-reste d’orge mal daté et quelques mauvaises déterminations de macro-restes (WENDORF et SCHILD, 1984 ; WENDORF et al., 1990). Ceci devrait démontrer que l'on doit être extrêmement prudent avec la découverte des “premiers” indices de mise en culture dans ces régions. Il y aurait eu plutôt une exploitation intelligente de multiples ressources végétales par l’homme (WASYLIKOWA, 1992) comme c’est toujours le cas dans le nord-est du Mali (KLUTE, 1990).

34Les recherches faites sur un carottage effectué dans des sédiments lacustres de l'Holocène moyen à Seguedine (Niger, 20° N) ont montré la longue histoire récente de feux réguliers, lesquels ne peuvent pas être uniquement interprétés en termes de feux d’éclairage ou de feux accidentels. Il est plus vraisemblable qu’ils relèvent de la longue tradition des chasseurs-éleveurs ou des gardiens de petits animaux pour permettre l’accès à des étendues d’eau comme cela est familier aux nomades du Sahara méridional (HAYNES et al., 1990). Ces découvertes mettent en exergue une influence humaine précoce et suivie sur la végétation, bien avant la venue des pasteurs (GAUTIER, 1987), et des effets notables sur l’érosion des sols et la sédimentation (POMEL et al., 1994).

35LEZINE (1987) explique le recul de la végétation de la savane arborée au Sénégal aux environs de 2 000 BP et l’absence de relation chronologique avec les débuts très tardifs de l’agriculture dans cette région, comme un signe de l’intervention humaine. Elle soutient également que la ceinture de végétation sahélienne à l’époque de l’extension maximale de la végétation de type humide vers le nord n’était que très rétrécie. Ceci renforce également l’idée que le système des savanes sahéliennes lui-même a été influencé, voire créé, par l’homme à ces époques (SCHULZ, 1991 ; SCHULZ et POMEL, 1992).

V. LES ENREGISTREMENTS FOSSILES DES RÉGIONS FORESTIÈRES DE L'OUEST AFRICAIN, DE L’EST AFRICAIN, DU SUD-EST ASIATIQUE ET D'AUSTRALIE

36Les quelques diagrammes relatifs aux régions méridionales forestières et aux savanes de l’Ouest africain sont interprétés par MALEY (1987), MALEY et BRENAC (1987), uniquement en termes de changements climatiques, là où SOWUNMI (1981, 1986) fait étal d’un important impact anthropique sur la végétation du Nigéria méridional à partir de 3 000 BP, attesté par l’augmentation des pourcentages des pollens d'Elaeis et d’Uncaria dans les diagrammes.

37Différentes interprétations des ouvertures abruptes de la forêt à partir de l'augmentation des graminées et des herbes dans les diagrammes polliniques sont clairement exposées dans la discussion des diagrammes du Cameroun du sud et la tradition métallurgique au Cameroun-Congo (MALEY, 1992 ; SCHWARZ, 1992) (fig. 2). MALEY constate que la présence contemporaine d'une phase de défrichement (vers 2 500 – 2 000 BP), la présence de terrasses d’érosion avec du matériel archéologique et l’augmentation des graminées et des herbes dans les diagrammes peuvent seulement se rapporter à une phase de changement climatique et que l’influence humaine reste mineure. SCHWARZ souligne au contraire l’influence prépondérante de la production des métaux sur la formation des paysages pour la même période.

38De même nature sont les renseignements fournis tant par les diagrammes polliniques de l’Est africain (KENDALL, 1969 ; HAMILTON et al., 1986) que par ceux du Sud-Est asiatique et d’Australie (FLENLEY, 1979 ; MALONEY, 1985 ; KERSHAW, 1986). Un point commun relevé dans tous ces diagrammes sont les brusques réductions des couverts forestiers avec corrélativement un essor des graminées ou des cypéracées et de quelques herbes, avec ensuite le remplacement par des arbres de végétation secondaire tels que Trema, Macaranga et Acalypha ou Casuarina (Australie, Nouvelle-Guinée). Quelquefois il n'y a pas d'indices probants de la présence de plantes cultivées. Parallèlement, HABERLE (1993) décrit un début précoce d'une exploitation régulière et une sélection consécutive des Pandanus, comme base de l’alimentation en Nouvelle-Guinée à partir de 12 000 ans BP. KERSHAW (1986) souligne l’importance des incendies répétitifs et prend la présence régulière et le développement des charbons de bois comme des indicateurs de feux volontaires par contraste avec l’existence, depuis longtemps dans ces régions, des feux d’éclairage. Des faits identiques sont signalés à Madagascar également (BURNEY, 1987). LIU et COLINVEAUX (1988) décrivent une histoire complexe de la forêt ombrophile dans les secteurs équatoriaux du bassin amazonien avec plusieurs phases d’éclaircissement et une maïsiculture précoce au cours de l'Holocène.

39De tous ces renseignements fournis par les pollens des zones savanicoles et forestières, il est possible de conclure que l’influence de l’homme est illustrée par des reculs soudains du couvert forestier, un essor des pollens des arbres des formations secondaires, des graminées, des cypéracées, des herbes et, avec un peu de chance, également des plantes cultivées. Les charbons de bois sont des indices sûrs de l’impact anthropique lorsqu’ils sont présents de façon régulière par contraste avec les découvertes isolées qui ne relèvent peut-être que de simples feux d’éclairage. Les difficultés augmentent dans les régions arides ou semi-arides où les herbes sont présentes en grandes quantités dans la végétation originelle. La présence de quelques grains de pollen étrangers peut aussi être rapportée à une utilisation par l’homme de ces plantes et non pas forcément à une présence “naturelle” dans la formation végétale en question.

CONCLUSION

40Les indicateurs de l’influence anthropique sont illustrés de différentes façons. Le schéma classique de “landnam” (IVERSEN, 1941) avec une série de défrichements, la présence de plantes cultivées et une reforestation ultérieure, est présenté avec des variantes aussi bien dans les régions subtropicales que tropicales. Parfois il n’y a pas d’indices de mise en culture ou d’agriculture visibles dans les diagrammes polliniques, au cours des phases de défrichement. Cela peut s’expliquer de multiples façons comme la distance séparant le lieu de culture de celui du carottage, ou le fait que peut-être seuls quelques arbres étaient exploités. Dans ce cas leur représentation pouvait être minorée également par la pollinisation par les insectes, laquelle est fréquente pour des arbres cultivés tels que Parkia ou Butyrospermum dans les régions soudaniennes de l’Ouest africain. Au Sahel et dans les régions sahariennes, quantités d'arbres et de buissons sont exploités voire cultivés, alors qu’ils sont souvent assimilés à la végétation naturelle, tels Balanites, Maerua, Ziziphus, Celtis, Rhus, Grewia, ou même Artemisia. Finalement, pour ces régions, il reste encore à définir les indicateurs de l’impact anthropique en plus de ceux fournis par les pollens ou les macro-restes. Le feu, en tant que principal outil de l’homme, doit être discriminé du simple feu d’éclairage, par sa répétitivité ou par une certaine présence rythmique des charbons de bois dans les sols.

41Dans la végétation actuelle, on peut considérer la présence d’ensembles de végétation secondaire, ainsi que la prédominance d’arbres et d’herbes traditionnellement cultivés ou exploités, comme des indices de l’influence anthropique. Ceci peut également être détecté par la physionomie de la végétation. Mais cela nécessite généralement l’intrusion de l’homme et son action est certainement un facteur écologique majeur à prendre en considération lorsqu’on étudie ou décrit des formations végétales. Comme c’est le cas pour la plupart des régions d’Afrique, le débat est trop centré sur les reconstructions climatiques et non suffisamment sur la prise en compte de l’histoire écologique des environnements.

Figure 2 : Bloc-diagramme des champs liés à l’agriculture sur brûlis sous couvert des forêts humides (Sud Cameroun). La structure des champs est relativement peu différenciée et les sols présentent une mosaïque de sols ferrallitiques jaunes et rouges et d’horizons Ap et Bt plus ou moins cuirassés gravillonnaires (SCHULZ et POMEL, 1992).
Block diagram showing a shifting cultivation field at the edge of the rain forest in South Cameroon. Note the relatively undifferentiated field structure and the mosaic of Ap and Bt horizons (SCHULZ and POMEL, 1992).

42Même s'il semble banal de mettre en valeur la présence d’espèces exploitées ou cultivées comme un indice de la présence de l’homme, dans les régions tropicales notre connaissance de l’utilisation traditionnelle de la végétation est assez faible. Toute une série de stratégies d’exploitations ne sont pas parfaitement comprises, plus particulièrement lorsque cela concerne les premières étapes de la domestication. Il y a aussi des différences dans la signification des herbes cultivées. Le blé, l’orge ou le millet peuvent être domestiqués très rapidement d’une façon relativement fortuite simplement en changeant les modes de collecte (STEMMLER, 1958), tandis que le maïs nécessite certainement en arrière plan une organisation sociale solide en raison de son évolution complexe, que l’on accepte ou non la théorie de la transmutation sexuelle de Theosinthe (MANGELSDORF, 1958 ; ILTIS, 1983).

43Finalement nous devons admettre que la plupart des régions tropicales ou subtropicales sont aussi des paysages de cultures comme cela est évident pour les régions d’Europe et du monde méditerranéen. De même que pour les régions européennes, nous devons bâtir un répertoire d’indicateurs de l’influence humaine dans les régions tropicales, au moins pour détecter de solides indices de modifications ou de changements climatiques.

44Il est clair que les indicateurs de l’influence anthropique quant à l’évolution du paysage ne peuvent pas être exclusivement pris dans la végétation ou ses restes fossiles. L’extension de l’érosion des sols ou les découvertes archéologiques peuvent être considérées comme des signes d’un possible impact de l’homme sur l’environnement. Il est toujours surprenant de constater que toutes les informations provenant de la Préhistoire et de l’Archéologie sur la présence de l’homme et de son influence sur les systèmes paysagers, sont rarement prises en considération. En fait nous avons besoin d’une véritable géographie historique des pays tropicaux concernant les études des couvertures végétales et pédologiques.

45Comme cela devient clair à partir des découvertes faites en Asie, et de plus en plus en Afrique, nous devons tenir compte d'un important impact anthropique à partir de 7 000 BP et au delà, ce qui rend les raisonnements sur les paysages “naturels” et la végétation encore plus délicats.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

ADAMS J.M. et al. - 1990 - Increases in terrestrial carbon storage from the last glacial maximum to the present. Nature, 348, 6303, p. 711-714.

ASCHMANN H. - 1973 - Man’s impact on the several regions with Mediterranean climate. In : Di Castri F., Mooney H.A. (eds) Mediterranean type ecosystems, Springer, Berlin, p. 363-371.

AUBREVILLE M. - 1949 - Climat, forêts et désertification de l’Afrique tropicale. Soc. Edit. Géogr. Mark., Colon., Paris, 350 p.

BARBERO Μ., BONION G., LOISEL R., MIGLIORETTI F. et QUEZEL, P. - 1987 - Impact of forest fires of structure and texture of mediterranean ecosystems. Ecol. Médit, XIII, 4, p. 39-49.

BARRY J.-P. - 1991 - La végétation des massifs sahariens : Hoggar, Tassilis, Adrar des Iforas et Adrar Tmar de Mauritanie. Rev. Géogr. Alpine, I, p. 55-70.

BARRY J.-P., CELLES J.-C. et MUSSO I. - 1986 - Le problème des divisions bioclimatiques et floristiques du Sahara. Note V : du Sahara au Sahel. Un essai de définition de cette marche africaine aux alentours. Ecol. Médit., XII, p. 187-235.

BASNET K. et al. - 1992 - Hurricane Hugo : damage to a tropical rain forest in Puerto Rico. Journal of tropical ecology, 8, p. 47-55.

BEHRE K.E. (ed) - 1986 - Anthropogenic indicators in pollen diagrams. Balkema Rotterdam, 235 p.

BEN TIBA B. et REILLE M. - 1982 - Recherches pollen-analytiques dans les montagnes de Kroumirie (Tunisie septentrionale) : premiers résultats. Ecol. Medit., VIII, 4, p. 75-86.

BEUG H.J. - 1962 - Über die ersten anthropogenen Vegetationsveränderungen in Süddamatien and Hand eines neuen Pollendiagramms vom Malo Jezero auf MIjet. Veröffentl. Geobot. Inst. Rübel, Zürich, 37, p. 9-15.

BIRKS H.H. et al. - 1988 - The cultural landscape past, present and future. Cambridge, 521 p.

BLAINEY G. - 1975 - Triumph of the nomads. Melbourne, 285 p.

BLASCO F. - 1987 - Réflexions sur le déterminisme des formations végétales tropicales. Mém. E.P.H.E. Inst. Montpellier, 17, p. 3-13.

BOHNKE S.J.P. - 1988 - Vegetation and habitation history of the Callinish area. In : BIRKS et al. (eds). The cultural landscape, past, present and future. Cambridge, p. 445-461.

BOTTEMA S. - 1982 - Palynological investigations in Greece with special reference to pollen as an indicator of human activity. Palaeohistoria, 24, p. 257-289.

BRANDE A. - 1963 - Untersuchungen zur postglazialen Vegetationgeschichte in Gebiet der Neretwa-Niederungen (Dalmatien Herzegowina). Flora, 162, p. 1-44.

BRAUN BLANQUET J. - 1964 - Pflanzensoziologie. Springer Berlin, 865 p.

BROWS S. et LUGO A.E. - 1990 - Tropical secondary forests. Journal of Tropical Ecology, 6, p. 1-32.

BRUN A. - 1991 - Réflexions sur les Pluviaux et Arides au Pléistocène supérieur et à l’Holocène en Tunisie. Palaeoecology of Africa, 22, p. 157-170.

BRUNEAU de MIRE Ph. et GILLET H. 1956 - Contribution à l'étude de la flore du massif de l'Aïr. Journ. Agron. trop, et Bot. appl., III, 5-6, p. 221-247 ; 7-8. p. 422-442 ; 11, p. 701-760 ; 12, p. 857-886.

BURNEY D.A. - 1987 - Late quaternary stratigraphic charcoal records from Madagascar. Quaternary Research, 28, p. 274-284.

CAHOON D.R., STOCKS B.J., LEVINE J.S., COFFER III W.R. et O’NEILL K.P. - 1992 - Seasonal distribution of African savanna fires. Nature, 359, p. 812-815.

CAMPS G. - 1969 - Amekni-Néolithique ancien du Hoggar. Mém. Centr. Rech., anthrop. préhist. et ethnogr., X.

CLARK R.L. - 1983 - Pollen and charcoal evidence for the effect of Aboriginal burning on the vegetation of Australia. Archaeology in Oceania, 18, p. 32-37.

CLEMENTS F.E. - 1916 - Plants succession. An analysis for the development of vegetation. Washington.

CLOUDSLEY-THOMPSON J.C. - 1974 - The expanding Sahara. Environmental Conservation, 1, p. 5-13.

COLE M. - 1978 - The savannas. Biogeography and geobotany. Academic Press, Londres, 418 p.

CROFT T.A. - 1978 - Nighttime images of the earth from space. Sci. Am., 239, p. 86-98.

DAMBLON F. et VAN DEN BERGHEN C. - 1991 - Etude paléo-écologique (pollen et macrorestes) d’un dépôt tourbeux dans l'île de Djerba, Tunisie méridionale. In : CLET M., HOUZARD G. et LECOINTE A., Biogéographie et palynologie, Caen.

DEVISSE J. - 1990 - Impact des industries métallurgiques sur l’environnement de l’homme en Afrique. Symp. Impact, anthrop. et changements climatiques abruts, Sfax.

ELHAI H. - 1968 - Biogéographie. Paris, 406 p.

EDWARDS K.J. et MAC DONALD G.M. - 1991 - Holocene palynology : II human influence and vegetation change. Progr. in physical geography, 15, 4, p. 364-391.

FLENLEY J.R. - 1979 - The equatorial rain forest - a geological history. Butterwoths, Londres, 162 p.

FLENLEY J.R. - 1988 - Palynological evidence for land use change in South East Asia. Journ. of Biogeography, 15, p. 185-197.

FLOWER R., STEVENSON A.C., DEARING J.A., FOSTER I.D.L., AIREY A., RIPPEY D., WILSON J.P.E. et APPLEBY P.C. - 1989 - Catchment disturbance inferred from paleolimnological studies of three contrasted sub-humid environments in Morocco. Journ. of Paleolimnology, I, p. 293-322.

FLOOD - 1992 - Archaeology of the dreamtime. Angus et Robertsen, Pymble. Austr., 302 p.

FREDERIKSEN P., LANGAAS S. et MBAYE Μ. - 1990 - NOAA-AVHRR and GIS based on monitoring of fire activity in Senegal-a provisional methodology and potential applications. In : GOLDAMMER J.G. (ed). Eire in the tropical biota, Springer Berlin, p. 400-417.

GAUTIER A. - 1987 - Prehistoric man and cattle in North Africa. A dearth of data and a surfait of models. In : Close A. (ed). Prehistory of arid North Africa. Dallas, p. 163-187.

GOLDAMMER J.G. (ed) - 1990 - Fire in the tropical biota. Springer Berlin, 497 p.

GREBENART D. - 1985 - Le Néolithique final et les débuts de la métallurgie. Etudes nigériennes, Niamey, 49, 418 p.

GREIGT-SMITH P. -1991 - Pattern in a derived savanna in Nigeria. Journ. of tropic. Ecology, 7, p. 491-502.

GUINKO S. - 1984 - Végétation de la Haute-Volta. Thèse Univ. Bordeaux III, 363 p.

HABERLE S. - 1992 - Pleistocene vegetation changes in upland New Guinea. Implations for early human occupation. In : 8th Internat. Palyn Conf. Aix-en-Provence, Abst. 59.

HAMILTON A., TAYLOR D. et VOGEL J.C. 1986 - Early forest clearing and environmental degradation in south west Uganda. Nature, 4320, p. 164-167.

HAYNES C.V., EYLES C.H.. PAVLISH L.A., RITCHIE J.C. et RYBAK M. - 1989 - Holocene palaeoecology of the eastern Sahara : Selima oasis. Quaternary Science Review, 8, p. 100-136.

HOPE G. et HABERLE S. - 1993 - Human clearence in the tropical south west Pacific. INTER-INQUA Abstracts, Canberra, 47.

HORVAT J., GLAVAC V. et ELLENBERG E. - 1974 - Vegetation Südosteuropas. G. Fischer, Stuttgart, 768 p.

HURAULT J. - 1990 - Evolution récente des vallées de l’Adamaoua occidental (Cameroun-Nigéria). Revue de Géom. Dyn., XXXIX, 2, p. 49-62.

IEMVT- 1978 - Pâturages du nord du Sahel et de la zone de délestage au nord-est de Fada N’Gourma. 3 volumes, cartes, Maisons Alfort.

ILTIS J. - 1983 - From theosinte to maize : the catastrophic sexual transmission. Science, 222, p. 228-231.

IVERSEN J. - 1941 - Landman in Danmarks stenalderen. Land occupation in Denmarks stone age. Danmarks geologiske undersogelse, II, 66, p. 1-65.

JALUT G. et al. - 1988 - Paleoenvironment of the valley of Ossau western french Pyrenees during the last 27 000 years. Pollen et Spores, XXX, p. 357-394.

KADOMURA H. - 1982 - Geomorphology and environment changes in the forest and savannas Cameroon. Hokkaido University Spe. Publ., 2.

KADOMURA H. (ed) - 1989 - Savannization processes in tropical Africa. Dept. Geogr., Tokyo Metropolitan Univ., 230 p.

KENDALL R.L. - 1969 - An ecological history of the Lake Victoria basin. Ecological Monograph., 39, 2, p. 121-176.

KERSHAW - 1986 - The last two glacial/interglacial cycles from north-eastern Australia, implications for climatic change and Aboriginal burning. Nature, 322, p. 47-49.

KLUTE G. - 1990 - Arbeit bei den Kel Adagh. Diss. Bayreuth., 324 p.

KRINGS Th. - 1991 - Kulturbaumparke in den Agrarlanschaften Westafrikas - eine Form autochtoner Agroforstwirtschaft. Erde, 122, p. 117-129.

KOMAREK E.V. (ed) - 1968 - Proceed tall timbers fire ecology conference. Tallahassee, 258 p.

LAMB H.F., EICHNER U. et SWITSUR V.R. - 1989 - An 18 000 years record of vegetation and climate change from Tigalmalmine, Middle Atlas, Morocco. Journ. of Biogeography, 216, p. 65-74.

LEBRUN J.-P. - 1981 - Les bases floristiques des grandes associations chorologiques de l’Afrique sèche. IEMVT, Etude botanique, T, 483 p.

LE HOUEROUT H.-J. - 1969 - La végétation de la Tunisie steppique. Ann. Inst. Nat. Rech. Agron., Tunis, 142 p.

LE HOUEROUT H.J. - 1974 - Fire and vegetation in the Mediterranean basin. Proc. Ann Tall Timbers Fire Ecology Conf., 1973, Tallahassee, p. 237-277.

LE HOUEROUT H.J. - 1989 - The grazing land ecosystem of the African Sahel. Springer Berlin, 282 p.

LEIPERT H. et ZEIDLER H. - 1984 - Vegetations geographie-Nordafrika. (Tunesien-Algerien) 32° 37’ N, 6° 12’ E. Beiheft Afriak Kartemwerk N7 Gebr. Bornträger, Berlin, 127 p.

LEZINE A.M. - 1987 - Paléoenvironnements végétaux d’Afrique nord tropicale depuis 12 000 BP. Thèse Univ. Aix-Marseille II, 2 volumes.

LIU K.B. et COLLINVEAUX P.A. - 1988 - A 5 200 years history of Amazonia rain forest. Journ. of Biogeography, 15, p. 231-248.

MALEY J. - 1987 - Fragmentation de la forêt dense humide ouest-africaine et extension d’une végétation montagnarde à basse altitude au Quaternaire récent : implications paléoclimatiques et biogéographiques. Géodynamique, 2, 2, p. 127-131.

MALEY J. - 1992 - Mise en evidence d’une péjoration climatique entre 2 500 et 2 000 BP en Afrique tropicale humide. Bull. Soc. Géol. France. Paris, 163, 3, p. 363-365.

MALEY J. et BRENAC P. - 1987 - Analyses polliniques préliminaires du Quaternaire récent de l’Ouest Cameroun : mise en évidence de refuges forestiers et discussion des problèmes paléoclimatiques. Mém. Trav. E.P.H.E. Inst. Montpellier, 17, p. 129-142.

MALINGREAU J.P. - 1990 - The contribution of remote sensing on the global monitoring of fires and subtropical ecosystems. In : GOLDAMMER J.G. (ed) - Fire in the tropical biota. Springer Berlin, p. 337-370.

MALONEY B.K. - 1985 - Man’s impact on the rainforest of West Malaisia, the palynological record. Journ. of Biogeography, 132, p. 537-558.

MANGELSDORF P.C. - 1958 - Reconstructing the ancestors of corn. Proc. Amer. Phil. Soc., 102, p. 454-463.

MEIGGS R. - 1982 - Trees and timber in the ancient mediterranean world. Oxford.

MENSCHING H. - 1969 - Tunesien. Wioss. Buchgesellschaft. Darmstadt., 281 p.

MILBRAED J. - 1966 - Gründzüge der Vegetation des tropischen Kontinental-Afrika herausgegeben und revidiert von Walter. Domke, Willdenovia, Beiheft 2, 253 p.

NAVEH Z. et DAN J. - 1973 - The human degradation of the mediterranean landscapes in Israel. In : DI CASTRI F. and MOONEY H.H. (eds) - Mediterranean type ecosystems, Springer Berlin, p. 373-390.

NEUMANN K. - 1988 - Die Bedeutung von Holzkohleuntersuchungen für die Vegetationgeschichte des Sahara - das Beispiel Fachi/Niger. Würzb. Geogr. Arb., 69, p. 71-85.

NEUMANN K. - 1989 - Vegetationsgeschichte der Ostsahara im Holozän. Holzkohlen aus prähistorischen Fundstellen. In : KUPER R. (ed.) - Africa Praehistorica, 2, Forschungen zur Umweltgeschichte der Ostsahra, p. 13-181.

ODUM E.P. - 1969 - The strategy of ecosystems development. Science, 164, p. 262-270.

OZENDA P. - 1965 - La végétation de la chaîne alpine. Masson, Paris, 330 p.

OZENDA P. et LUCAS M.-C. - 1987 - Esquisse d’une carte de la végétation potentielle de la France au 1/1 500 000. Doc. cart, écol, XXX, p. 49-80.

PARTSCH. J. - 1890 - Kephallinia-Ithaka. Petermanns Geographische Mitteilungen, Ergänzungsheft 98, p. 1-106.

PETIT-MAIRE N. - 1991 - The Sahara in past and future, global changes. In : ARNOLD A. et al. Paléoenvironnements du Sahara. Lacs holocènes à Taoudenni (Mali), CNRS, Paris, p. 212-218.

POMEL S. - 1975 - Les faluns lagunaires de Côte d’Ivoire : indicateurs pour l’étude du Quaternaire récent et l’âge du fer. Bull. Assoc. Géogr. Franç., Paris, 428, p. 259-263.

POMEL S., SCHULZ E., BAUMHAUER R. et SCHULTZE E. -1994 - Changing landscapes near the boundary of savannas during the Holocene : Segedim (Kawar, NE-Niger). Human and climatic interaction, (en préparation).

PONS A. et THINON M. - 1987 - The role of fire from palaeoecological data. Ecol. Médit., XIII, 4, p. 3-11.

QUEZEL P. - 1965 - La végétation du Sahara. G. Fischer, Stuttgart, 333 p.

QUEZEL P. - 1978 - Analysis of the flora of Mediterranean and Saharan Africa. Ann. Missouri Bot. Gard., 65, p. 479-534.

RIKLI M. - 1943-1948 - Das Planzenkleid der Mittelmeerländer. Bern, 3 volumes, 1 418 p.

RIPPSTEIN G. - 1986 - Etude de la végétation de 1’Adamaoua. Evolution, conservation et aménagement d’un écosystème pâturé au Cameroun. Etude et synthèse de l’IEMVT, Maison Alfort, 14, 367 p.

RICHTIE J.C. - 1987 - A Holocene pollen record from Bir Atrun Northwest Sudan. Pollen et Spores, XXIX, p. 391-410.

ROSET J. - 1987 - Palaeoclimatic and cultural conditions of neolithic development in the early Holocene of northern Niger (Aïr and Tenere). In : Prehistory of arid North Africa., Dallas, p. 211-234.

SCHMIDT G. - Vegetationgeographie. Teubner, Leipzig, 596 p.

SCHULZ E. - 1988 - Der Südrand der Sahara. Würzb. Geogr. Arb., 69, p. 167-210.

SCHULZ E., JOSEPH A., BAUMHAUER R. SCHULTZE E. et SPONHOLZ B. - 1991 - Upper Pleistocene and Holocene history of the Bilma region (Kawar, NE-Niger). Recent data in Africa earth sciences. CIFEG, Paris, p. 281-284.

SCHULZ E. et POMEL S. - 1992 - Die anthropogene Entstehung des Sahel. Würzb. Geogr. Arb., 84, p. 263-288.

SCHÜLE W. - 1990 - Landscapes and climate in Prehistory. Interaction of wildlife man and fire. In : GOLDAMMER J.G.(ed) - Fire in the tropical biota, Springer Berlin, p. 273-318.

SCHWARZ D. - 1992 - Assèchement climatique vers 3 000 BP et expansion bantou en Afrique central atlantique : quelques réflexions. Bull. Soc. géol. Fr., Paris, 163, 3, p. 353-361.

SEIGNOBOS Ch. - 1982 - Végétations anthropiques dans la zone soudano-sahélienne : la problématique des parcs. Rev. Géogr. du Cameroun, III, 1, p. 1-23.

SOWUNMI M.A. - 1981 - Late quaternary vegetational changes in West Africa. Pollens et Spores, 23, 1, p. 125-148.

SOWUNMI M.A. - 1986 - Change of vegetation with time. In : LAWSON G.W. (ed). Plant ecology in West Africa, Wiley sons, London, p. 273-307.

STEMMLER A.B.L. - 1980 - Origins of plant domestication in the Sahara and in the Nile valley. In : Williams M.A. et Faure H. (eds). The Sahara and the Nile, Balkema Rotterdam, p. 503-526.

TUCKER C.J., DREGNE H. et NEWCOMB W.W. - 1991 - Expansion and contraction of the Sahara desert from 1980 to 1990. Science, 253, p. 299-301.

VAN ZEIST W. et BOTTEMA S. - Late quaternary of the Near East. Beihefte TAVO, Reihe A., 18, 156 p.

WALTER H. - 1964 - Die Vegetation der Erde in ökophysiologischer Betrachtung. G. Fischer Jena, vol. 1.592 p.

WASYLIKOVA K. - 1992 - Plant macrofossils from the archaelogical sites Uan Muhuggiag and Tin-Torha/Two Caves, Tadrard Acacus, SW-Libya. Proceed. Internat. Sympos. Environmental changes and human culture in the Nile Basin and Northern Africa until 2 nd mill. BC. Dymaczcwa, 1988, Polska (sous presse).

WEBB L.J. - 1988 - Cyclones as an ecological factor in tropical lowlands forests North-Queensland. Australian Journ. of Botany, 6, p. 220-228.

WENDORF F. et SCHILD R. - 1984 - The emergence of food production in the Egyptian Sahara. In : CLARK, BRANDT M.(eds). From hunters to farmers, p. 93-101.

WENDORF F. CLOSE A. et SCHILD R. 1990 - Egyptian Sahara. In : BLACAS F., PETIT-MAIRE N et RISER J. - Desert Past and Future evolution, IGCP 252, Marseille, 105 p.

YEN D.E. - 1989 - The domestication of environment. In : Harris D.R. and Hillmann (eds). Foraging and Farming. Unwin Londres, p. 55-78.

List of illustrations

Caption Figure 1 : Bloc-diagramme des savanes-parcs à Daniellia-Lophira dans le Cameroun central. Formation de sols à horizons Ap multiples, sableux, ferrugineux gravillonnaires ou lités fins, alimentés par une couverture de poussières liée aux feux répétitifs (SCHULZ et POMEL, 1992).Block diagram showing the different rotation stages of a Daniellia-Lophira park and park savanna in central Cameroon. Note the formation of several Ap horizons and of a dustcover caused by regular burning (SCHULZ and POMEL, 1992).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10019/img-1.jpg
File image/jpeg, 435k
Caption Figure 2 : Bloc-diagramme des champs liés à l’agriculture sur brûlis sous couvert des forêts humides (Sud Cameroun). La structure des champs est relativement peu différenciée et les sols présentent une mosaïque de sols ferrallitiques jaunes et rouges et d’horizons Ap et Bt plus ou moins cuirassés gravillonnaires (SCHULZ et POMEL, 1992).Block diagram showing a shifting cultivation field at the edge of the rain forest in South Cameroon. Note the relatively undifferentiated field structure and the mosaic of Ap and Bt horizons (SCHULZ and POMEL, 1992).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/10019/img-2.jpg
File image/jpeg, 442k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Terms of use: http://www.openedition.org/6540