Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoire du droit de la guerre (1700-1819)

 | 
Jean-Mathieu Mattéi

Seconde partie. Des droits de la guerre des nations

Introduction à la seconde partie

Full text

1La survenance de la guerre se caractérise par une montée en puissance dont la marche est ponctuée par la survenance de facteurs matériels ou incorporels, d’actes, d’intentions et de volontés, à partir desquelles l’entrée en guerre est considérée unilatéralement ou bilatéralement, et en un temps donné, d’abord comme envisageable puis comme souhaitable et enfin comme inéluctable et nécessaire.

2Les nations sont passées maîtres pour créer artificiellement les conditions de concomitance entre ces éléments qui doivent être considérés comme les détonateurs de guerre. Parfois des circonstances imprévisibles les y aident. Les alliances, la neutralité même précèdent en général les premières voies de fait à partir desquels, de ripostes en rétorsions et représailles, l’intensité des tensions entre nations s’élève graduellement jusqu’à la guerre. Celle-ci peut ou ne pas être formellement déclarée et ce sera l’un des grands débats du droit de la guerre au xviiième. Après avoir examiner ces points, nous entrerons dans le vif de notre sujet constitué par les combats eux-mêmes. L’Apocalypse maintenant, ce cœur des ténèbres selon le mot de Joseph Conrad, nous conduira à étudier la manière dont le droit envisage de limiter par recours aux coutumes et conventions, cette violence dans la guerre.

3Mais la volonté de tuer prend toujours fin par une sorte d’épuisement des forces et des volontés. Et les combats, cessant graduellement des premières suspensions d’armes et des trêves, à l’armistice et à la conclusion d’un traité de paix, restera alors à organiser l’état de paix et le retour à l’ordre pacifié entre les nations.

4La marche à la guerre et les voies de la paix constitueront nos deux sous parties.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540