Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Homo Civilis. Tome I et II

 | 
Jean-François Niort

Postface

Jean Carbonnier

Full text

1Maudite soit la maladie qui, en entravant mes pas, m’a empêché d’être sur le quai à l’heure dite. Quant je suis arrivé à bout de souffle, l’Homo civilis avait déjà rompu ses amarres, et je ne pus recevoir que les derniers embruns d’un sillage qui allait s’effacer. Ils n’avaient pas le goût amer de mon échec à marcher assez vite, mais bien plutôt le sel excitant d’une vaste aventure qu’il m’était donné de saluer. Car, grâce à l’inoubliable Gutenberg, un travail universitaire, étincelant d’érudition et brûlant d’intelligence, mais demeuré trop méconnu, venait de conquérir une nouvelle jeunesse.

2Désormais, en s’appuyant sur trois tentatives de Code civil -une réussie, deux manquées -un livre pose pour la première fois aux philosophes du droit et, par delà, au monde des juristes et des politiques, une question fondamentale : comment expliquer qu’entre un Code civil et une nation, un couple -un mariage, bien sûr - se forme (ou ne se forme pas) ? Rien de semblable pour une loi, même une grande loi. C’est qu’un Code civil est tout autre chose qu’un ensemble, un recueil, un album de textes. D’une loi les spécialistes de la “légistique” sont capables de déterminer si elle est ou non adaptée au milieu pour lequel elle a été fabriquée et, réciproquement, si celui-ci est apte à la recevoir, c’est-à-dire à la comprendre et à l’appliquer.

3Mais l’adaptation et la réception sont des phénomènes objectifs, mesurables par des procédés quasi mécaniques, telles des enquêtes d’effectivité/ineffectivité. La relation d’un Code civil avec sa nation appelle à plus de romantisme : c’est un peu une relation d’amour. La fièvre de législation est portée à son paroxysme en un désir d’embrasser, d’étreindre, entre ses bras la nation tout entière, son passé et son futur, ses qualités et ses vices, ses décors et ses paysages, tandis qu’en face la nation palpite en attente de commandements à quoi se soumettre d’un seul cœur, en espérance d’une norme de vie qui sera dorénavant sa respiration.

4Je marchais lentement, bousculé, entraîné par la foule qui refluait après avoir assisté aux fêtes du lancement. Depuis un moment, cheminait à mes côtés un personnage que je supposais journaliste à voir l’attirail d’enregistrement audiovisuel qu’il transportait. De fait, c’était sa profession ; il avait enregistré les discours, pris des notes ; la copie abondait ; il se préoccupait, toutefois, pour la partie de variétés, de divertissement que comportait son organe et il songeait pour elle à un questionnaire, sinon à un concours, du genre “En quel siècle auriez-vous aimé vivre ?”. Bref, il demanda à m’interviewer à partir d’une question qui serait analogue au thème de la journée. Puisque celle-ci avait fait émerger de l’histoire du Code trois jalons, 1804, 1904, 1945, “A quelle série de travaux préparatoires, auriez-vous préféré être invité ?”.

5J’entrai dans le jeu et d’emblée récusai 1945. J’en avais connu la plupart des acteurs, j’en tenais plus d’un pour maître : je n’aurais pas été assez dépaysé. Avec 1804, c’était l’inverse : que de curiosités refoulées à satisfaire. Le premier consul avait-il l’accent italien quand il évoquait la France ? Portalis avait-il lu Kant en version latine ? Pouvait-on deviner sur les traits jacobins de Treilhard que, bientôt, il courtiserait l’empereur pour obtenir de lui des emplois en faveur de sa famille ? Mais surtout quelle allure, quelle vitesse de conception et d’exécution ! Ce devrait être hallucinant. Aurais-je eu la force de suivre ?

6Ce n’est pas, pourtant, par éliminations successives que ma préférence retomba finalement sur 1904. Ce fut plutôt par esprit de contradiction, besoin de venger une époque que la mienne avait ridiculisée jusqu'à la tuer politiquement.

J’aime l’araignée et j’aime l’ortie
Parce qu’on les hait,
Et que rien n’exauce et que tout châtie
Leur morne souhait.

7Le souhait de survivre qu’avait cette République était-il si morne ? On pourrait en douter après avoir lu ce qu’a écrit d’elle l’Homo civilis – lumineusement. On pourrait même soutenir que, des trois, c’est elle qui frôla de plus près - non pas par un projet (car elle n’eut jamais de projet), mais d’intention - la chance d’un Code civil des citoyens, qui aurait été le Code citoyen.

8Reste une énigme : la date à laquelle disparut la fameuse Commission de révision. Il ne serait pas déraisonnable de lui attribuer le sort de beaucoup de commissions : des réunions qui s’effilochent, une communion en somnolence. Il n’est pas, cependant, interdit de rêver à une autre vérité, une sorte de vérité prophétique traversant la décennie qui prolongea 1904, ces dix années tourmentées durant lesquelles la nation elle-même -avec ses commissions, avec son Code -se précipita à l’aveugle vers un grand trou noir : une guerre immense, Grande, c’est son nom, sur plus d’un champ de bataille, massacres humains, désastres économiques, ruine des idées et des idéaux. Rien ne sera plus comme avant. La formule a pu être banalisée, mais elle était ici très véridique : 1914 a peut-être été une abrogation cachée du Code civil des Français.

Author

Professeur honoraire de l'Université Panthéon-Assas Paris II

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540