Version classiqueVersion mobile

Compensation écologique

 | 
Virginie Mercier
, 
Stéphanie Brunengo-Basso

Troisième partie - La diversité des programmes de compensation écologique

Présentation des actions du GPMM dans le cadre des mesures compensatoires de la biodiversité

Jean-Michel Bocognano

Texte intégral

Une vision territoriale intégrée

1Dès la création de la zone industrialo-portuaire (ZIP) de Fos, la plani­fication de l’aménagement du littoral méditerranéen prenait en compte, à une échelle régionale, la nécessité d’un équilibre entre le développement écono­mique et la préservation des milieux naturels dans le Delta du Rhône. C’est ainsi que l’État distribuait les vocations spatiales, projetant le développement du tourisme balnéaire en Languedoc, le développement industriel à l’ouest de Marseille, et entre ces deux pôles, la création d’un parc naturel régional en Camargue, le premier en région PACA.

2Avec la relance de l’aménagement de la ZIP au début des années 2000 et l’évolution des attentes sociétales en matière d’environnement, le Port Auto­nome de Marseille a revisité sa vision de l’aménagement dans le cadre de la démarche « Fos 2020 ». Parmi les orientations majeures qui en ont découlé, une « couronne » de nature a été délimitée. Un diagnostic établi en 1999 par la Tour du Valat (fondation scientifique pour la préservation des zones humides) a permis d’appréhender la valeur écologique des différents secteurs de la zone. Mais la délimitation a également été réalisée en recherchant une fonction d’in­terface entre la zone aménagée et les espaces périphériques, naturels, agricoles ou urbains. C’est la raison pour laquelle cette « couronne » ne correspond pas toujours exhaustivement aux secteurs présentant les enjeux écologiques les plus forts.

3En complément de cette approche spatiale de l’aménagement intégré, ce dispositif a été complété encore en 2008 par l’élaboration d’une méthode, inno­vante alors, d’évaluation des enjeux de biodiversité pour leur prise en compte dans les projets d’aménagement et la détermination de mesures d’évitement, de réduction ou de compensation des impacts sur les milieux naturels.

4Depuis lors, la prise en compte des milieux naturels s’appuie donc sur deux axes : la gestion des espaces naturels volontairement préservés, et la prise en compte pleine et entière des enjeux de biodiversité sur les terrains aménagés.

Valeur écologique

5La question de la biodiversité pour le Grand Port Maritime de Marseille Fos ne se pose pas dans les mêmes termes que pour ses homologues mé­tropolitains. En effet, la Méditerranée a été identifiée en 2004 parmi les 34 « hotspots » mondiaux de biodiversité. Cela ne concerne pas les façades océaniques de la métropole. Par ailleurs la situation du Golfe de Fos, si elle est particulièrement propice à l’aménagement d’infrastructures de transport du­rable, en fait également un secteur biogéographique très riche : il s’agit d’un carrefour entre fleuve, étangs, canaux, zones humides et mer, entre Camargue et Crau, et la couronne de nature de la ZIP témoigne de cette diversité de paysages. Les terrains du GPMM se situent ainsi sur les routes migratoires méditerranéennes de nombreuses espèces de grand intérêt. Avec plus de 300 espèces animales vertébrées visibles sur l’ensemble des espaces naturels de la ZIP et près de 400 espèces végétales, la zone présente des enjeux majeurs en matière de conservation de la biodiversité.

6Au plan qualitatif, la présence fréquente d’espèces protégées au niveau régional, national et international, et les nombreux zonages d’inventaires ou de protection réglementaire (ZNIEFF, Natura 2000, Réserves Nationales, Inven­taire des Zones Humides, etc.) au sein même de la ZIP, attestent d’enjeux bien supérieurs à ceux relevant de la nature ordinaire ou d’îlots préservés dans un contexte très urbanisé par exemple.

7Enfin, et à titre de comparaison, la superficie volontairement préservée par le GPMM, au sein de la ZIP (10 000 ha), fait de son action une contribution substantielle et crédible aux politiques locales de préservation de la biodiversité. Ainsi, le port de Marseille Fos est-il le troisième gestionnaire d’espaces naturels du secteur Crau-Camargue :

  • réserve de Camargue : 13 120 ha ;

  • réserve des Coussouls de Crau : 7 400 ha ;

  • espaces naturels gérés par le GPMM : 2 600 ha ;

  • réserve de la Tour du Valat : 1 840 ;

  • réserve des Marais du Vigueirat : 920 ha ;

  • domaine de la Palissade (Conservatoire du Littoral) : 702 ha ;

  • Theys de Roustan, du Mazet et du Levant (Conservatoire du Littoral) : 428 ha.

8À ces superficies s’ajoutent celles des espaces situés dans la zone dite « aménageable » mais dont la valeur écologique est considérée comme rédhibi­toire pour le développement de projets économiques, et celles acquises en Crau et Camargue, hors de la ZIP, au titre de la compensation des projets succes­sivement réalisés.

Bilan des superficies (hectares) d’espaces naturels sous responsabilité du Port Auto­nome de Marseille/GPMM

Une politique d’action en faveur des espaces naturels

9Donnant suite à l’analyse qui précède, en 2007, le Port Autonome de Marseille a initié la mise en œuvre d’un plan de gestion quinquennal de ces espaces naturels situés dans la couronne agro-environnementale de la ZIP : le Plan de Gestion des Espaces Naturels (PGEN).

10La loi n° 2008-660 du 4 juillet 2008 portant réforme portuaire a légitimé l’analyse stratégique du port de Marseille Fos, précisant que l’intégration des enjeux du développement durable s’inscrit dans l’exercice de l’ensemble des missions des GPM. Surtout, ceux-ci se voient confier une mission nouvelle de gestion et de préservation des espaces naturels dont ils sont propriétaires, ou qui leur sont affectés (article L. 101-3-4° du Code des ports maritimes).

11Le port de Marseille Fos est le seul Grand Port Maritime à avoir inter­nalisé cette mission, compte tenu de l’imbrication étroite entre la qualité de la gestion des espaces naturels et la capacité à mettre en œuvre les missions de développement économique et d’aménagement en particulier autour du Golfe de Fos. Les compétences écologiques et les partenariats développés dans ce cadre, bénéficient ainsi à la planification des projets et la pratique de la séquence Éviter/Réduire/Compenser.

12Cette vision globale permet également d’anticiper les besoins et de sti­muler le développement des outils adéquats : c’est notamment le cas pour le génie écologique en milieu marin dont l’essor récent en France a été en grande partie impulsé par le GPMM avec le programme de R&D ambitieux « GIREL » – Gestion des Infrastructures pour la Réhabilitation Écologique du Littoral sur le GPMM, mené avec le concours du Pôle de compétitivité Mer Méditerranée et le soutien de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée.

Table des illustrations

Légende Bilan des superficies (hectares) d’espaces naturels sous responsabilité du Port Auto­nome de Marseille/GPMM
URL http://books.openedition.org/puam/docannexe/image/1987/img-1.png
Fichier image/png, 31k

Auteur

Responsable Environnement et Développement Durable, Grand Port Maritime de Marseille

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search