Version classiqueVersion mobile

Vers une laïcité d’intelligence ?

 | 
Philippe Gaudin

Troisième partie. Depuis 2002, enracinement et difficultés d’une politique éducative laïque

Chapitre I. De la consolidation du dispositif institutionnel pour l’enseignement des faits religieux à la création d’un observatoire de la laïcité

Texte intégral

1À partir du moment où les grandes orientations éducatives sont des politiques d’État, comment l’enseignement des faits religieux a-t-il reçu un soutien politique ? Les rapports de 1985, commandés au Collège de France ou à Jacques Berque, l’étaient par François Mitterrand et le ministre de l’Éducation nationale, ceux de Philippe Joutard et de Régis Debray par le ministre également. La création de l’IESR a reçu l’impulsion de Jacques Chirac. Comme nous l’avons vu, cette politique éducative n’est pas qu’une question de technique pédagogique, une sorte de détail dans l’océan des programmes de toutes les matières. Elle s’inscrit profondément dans les réalités sociales, culturelles et politiques d’une époque historique précise et d’une certaine manière elle les révèle. Comment donc cette politique éducative s’est-elle articulée à une doctrine plus générale, dont on peut suivre les développements progressifs au travers, notamment, des discours présidentiels ?

I. Le soutien du politique de Jacques Chirac à Nicolas Sarkozy : quelle continuité ?

2Président de la République de 1995 à 2007, « Jacques Chirac a toujours eu des convictions laïques fortement enracinées en même temps qu’un intérêt et une sympathie réels pour les religions ». C’est avec ces propos que Roch-Olivier Maistre, chargé à l’Élysée de la culture, de la communication, de l’éducation et des relations avec les cultes de 2000 à 2007, nous a confirmé ce souci d’équilibre constant qui s’est notamment exprimé à trois grandes occasions : la réaffirmation du principe de laïcité (ou en tous les cas une certaine conception de celui-ci) avec la mise en place de la commission Stasi et le vote de la loi de mars 2004 sur les signes religieux à l’École ; le soutien apporté à Régis Debray sur l’enseignement du fait religieux et la création de l’IESR en 2002, par un décret signé par Luc Ferry, alors ministre de l’Éducation nationale ; enfin le soutien apporté au ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, pour favoriser la naissance d’un islam de France par la création du CFCM et le souhait que la formation d’Imams français soit assurée.

3Nous tenterons une analyse de cette politique au travers de deux discours significatifs : « Une autre vision du XXIe siècle », prononcé à Paris le 15 octobre 2001 à l’occasion de l’ouverture de la 31e session de la Conférence générale de l’Unesco. L’autre discours est celui relatif au « respect du principe de laïcité dans la République » prononcé à l’Élysée le 17 décembre 2003, six jours après que la Commission Stasi eut rendu son rapport sur l’application du principe de laïcité dans la République. Nous ne revenons pas sur le message d’encouragement de Jacques Chirac lu par Xavier Darcos pour l’ouverture du séminaire de la Desco de 2002, que nous avons déjà traité.

A. Les discours de Jaques Chirac du 15 octobre 2001267 et du 17 décembre 2003268

1. Discours du 15 octobre 2001

4Ce discours a pris place dans une réunion dont l’ordre du jour prévoyait l’adoption d’une Déclaration sur la promotion de la diversité culturelle, ainsi qu’un Plan d’action pour sa mise en œuvre. Il s’agit d’ailleurs du premier instrument international dans ce domaine. Faisons une brève synthèse de ce discours : Après le choc des nationalités au XIXe siècle, celui des idéologies au XXe siècle, assisterait-ton au XXIe siècle à celui des civilisations, « plus radical, plus violent, plus passionnel, parce qu’il verrait s’affronter les cultures et les religions » ? « L’Occident a-t-il donné le sentiment d’imposer une culture dominante, essentiellement matérialiste, vécue comme agressive ? ». L’antidote au choc des civilisations sera, selon le Président, dans le dialogue des cultures. Le premier principe de ce dialogue est « l’égale dignité de toutes les cultures, et leur vocation à s’interpénétrer et à s’enrichir les unes les autres ». Quant aux religions, leur apport essentiel à la vie des hommes serait de les « élever au-dessus de leur simple condition pour accéder à l’absolu » et de les éloigner de la haine et des égoïsmes, de les rassembler dans une communauté ouverte et généreuse. Le deuxième grand principe de ce dialogue, c’est la nécessité de la diversité culturelle. En effet, elle constituerait une réponse au danger du laminoir que constitue la mondialisation et c’est pourquoi une convention établissant en droit la particularité du fait culturel lutterait contre l’assimilation des œuvres de l’esprit à des biens commerciaux. Mais d’autres combats – contre les fractures sociales, l’oppression des femmes - doivent accompagner un tel dialogue. Le respect des autres doit cependant s’accompagner de lucidité sur soi et chaque culture, chaque religion devrait mener sur elle-même un travail critique. En conclusion, Jacques Chirac réaffirme l’existence d’une éthique universelle, celle qui inspire la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui n’est pas qu’occidentale mais qui est un humanisme s’exprimant dans une infinité de langues.

5La sincérité d’un tel discours ne fait aucun doute, quand on sait l’intérêt très réel et documenté de ce Président pour des cultures éloignées de l’Occident, dans l’espace ou dans le temps. Sa présidence laissera notamment le musée du quai Branly et une vraie notoriété pour les « arts premiers ». Mais ces idées quoique très généreuses, restent très générales, même s’il s’agit de défendre concrètement la diversité culturelle à l’occasion de cette Conférence. L’incapacité qu’eut l’humanité d’éviter le choc des nationalités au XIXe siècle et le choc des idéologies au XXe, ne rassure pas sur le choc possible des civilisations au XXIe. Cependant une froide lucidité, voire un pessimisme de l’intelligence n’a jamais empêché, bien au contraire, l’optimisme de la volonté. La protection de la diversité est sans doute possible et souhaitable. Plus intéressante que les déclarations sur le dialogue ou sur le fait que toutes les religions sont belles et bonnes, l’affirmation de la nécessité d’un travail critique sur soi et de la valeur universelle des droits de l’homme est redite. Le propos est clair, autant que celui où le Président affirme la centralité du sort funeste réservé aux femmes dans le drame afghan.

2. Discours du 17 décembre 2003

6Ce discours sur la laïcité, plus long et plus dense, concerne très directement l’objet de notre recherche. Il a été prononcé à l’Élysée le 17 décembre 2003, à la suite de la remise du rapport de la Commission Stasi sur l’application du principe de laïcité dans la République. Le principe de laïcité y est affirmé comme la pierre angulaire de notre identité républicaine, en lien direct avec la liberté, comme primauté de la loi, l’égalité des hommes et des femmes, des chances, des droits et des devoirs et la fraternité quelles que soient les origines. La liberté religieuse est le résultat d’un chemin douloureux en France et « le communautarisme ne saurait être le choix de la France » au moment où la mondialisation entraîne la réaction du repli sur soi. L’égalité des chances est un combat qui consiste aujourd’hui à lutter contre les discriminations, d’où la création de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE). Si personne ne conteste le principe de laïcité, « sa mise en œuvre concrète se heurte dans le monde du travail, dans les services publics, en particulier à l’école ou à l’hôpital, à des difficultés nouvelles et grandissantes… On ne saurait tolérer que, sous couvert de la liberté religieuse, on conteste les lois et les principes de la République ». Face à cette situation nouvelle, un certain nombre de mesures s’imposent : création d’un Conseil français du culte musulman ; « un nouveau pas sera franchi quand la formation d’imams français sera assurée et permettra d’affirmer la personnalité d’un islam de culture française » ; « le respect, la tolérance, l’esprit de dialogue s’enracineront aussi avec la connaissance et la compréhension de l’autre auxquelles chacun d’entre nous doit attacher la plus grande importance. C’est pourquoi il me paraît aujourd’hui primordial de développer l’enseignement du fait religieux (…) combattre la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme (…) réaffirmer avec force la neutralité et la laïcité du service public », en particulier à l’École qui est « l’instrument par excellence d’enracinement de l’idée républicaine ». Puis le Président en vient au cœur de ses décisions après avoir consulté et médité le rapport de la Commission : « En conscience, j’estime que le port de tenues ou de signes qui manifestent ostensiblement l’appartenance religieuse doit être proscrit dans les écoles, les collèges et les lycées publics… Pour cela une loi est évidemment nécessaire ». Il n’y aura pas de nouveaux jours fériés, mais les absences scolaires seront tolérées pour les fêtes de Kippour ou de l’Aïd-el-kébir si les établissements en sont informés à l’avance. À l’hôpital, on ne pourra pas récuser un médecin en fonction de son sexe ; dans l’entreprise, il faudra établir des règlements pour les tenues vestimentaires en prenant en compte les exigences de la sécurité et le contact avec la clientèle. À la fin de son discours, le Président insiste pour des raisons évidentes sur le thème suivant : « le degré de civilisation d’une société se mesure d’abord à la place qu’y occupent les femmes… La règle c’est la mixité, parce qu’elle rassemble ».

7Ce discours réaffirme donc le principe de laïcité tout en reconnaissant que sa « mise en œuvre concrète » exige aujourd’hui des adaptations, afin de le faire « vivre ». Il s’agit en fait de mettre un terme à la longue affaire du foulard islamique à l’École qui a débuté près de 15 ans plus tôt, en 1989, au collège Gabriel-Havez de Creil dans l’Oise. Fait nouveau en France – comme d’ailleurs dans les pays musulmans – les femmes musulmanes portent ou portent à nouveau dans des proportions importantes, un vêtement qui peut prendre des formes très variables et qui cachent leur chevelure, leur visage, voire la totalité de leur corps. Ce phénomène donne lieu à un grand nombre d’interprétations, tant sur le registre religieux que sur le registre psychologique, sociologique ou politique. Que ce signe vestimentaire soit licite, recommandé ou obligatoire selon l’islam, peu importe, il est de toute évidence la manifestation d’un regain identitaire qui passe par un langage religieux ou pseudo-religieux. En situation d’immigration, les anthropologues parleraient d’un réflexe endogamique classique, qui vise à préserver l’identité du groupe culturel quand il sent qu’il est menacé de se dissoudre. Il serait d’ailleurs assez facile de montrer que les jeunes filles d’origine portugaise vivant en France se marient dans des proportions importantes avec des jeunes gens portugais. Mais il n’y a pas eu de 11 septembre au nom de la défense de la culture portugaise, pas plus que de la religion des Portugais. Il y a donc un contexte géopolitique mondial d’intrication entre les luttes de pouvoir et l’islam aujourd’hui. Qu’il s’agisse de détournements, de manipulations, de perversion de l’islam, on peut certes le penser, mais cela ne change rien à la réalité d’un certain islamisme. Ce n’est sans doute pas la seule religion concernée par ce genre de phénomène dans le monde, mais à titre de comparaison, le rôle politique que joue le bouddhisme à Ceylan n’a guère d’incidence sur la vie sociale et politique française ou sur l’ambiance des cours de récréation en Seine Saint-Denis. Certes, ce qui est ressenti comme une atteinte à la laïcité en France est facilement admis dans d’autres pays européens. Mais la culture et l’histoire de l’Angleterre, par exemple, sont bien différentes de celles de la France sur le plan politique et religieux ; la socialisation, la citoyenneté ne s’y construisent pas de la même façon et il n’y a rien comme ce fameux « sanctuaire » – réel ou fantasmé – de l’École de la République. Ainsi, pour revenir au contexte français, la multiplication de jeunes filles portant ce voile à l’École finissait par créer une situation de tension, dans laquelle les chefs d’établissement se trouvaient entre le marteau et l’enclume. Le Conseil d’État, sollicité par le Premier ministre Lionel Jospin, avait rendu un avis qui faisait apparaître clairement qu’en raison du droit existant, on ne pouvait interdire généralement un tel signe dans les établissements, car il était impossible de l’interpréter universellement et univoquement comme un appel à la haine, à l’instar d’une croix gammée par exemple. Il était donc légal de l’interdire en travaux pratiques de sciences ou en sport pour des raisons de sécurité, mais pas dans d’autres cours, un chef d’établissement pouvait aussi faire adopter un règlement intérieur l’interdisant généralement, mais les tribunaux ne pouvaient que donner raison aux plaignants en cas de recours administratif. La loi est donc apparue, après consultation de la Cour européenne des droits de l’homme reconnaissant la souveraineté des États en matière de laïcité scolaire, comme étant la meilleure solution pour clarifier la situation et apaiser les conflits. À l’exception de l’historien Jean Baubérot, le rapport de la Commission Stasi a été approuvé à l’unanimité de ses membres et que ce consensus est apparu au fur et à mesure des consultations et des auditions, alors que cette commission était pluraliste dans sa composition. Ce fut aussi la première fois que l’on fit « sortir sur la place publique », qu’il pouvait y avoir des difficultés d’application du principe de laïcité à l’hôpital.

  • 269 Entretien du 13/01/10.

8Ce discours est donc une manière de réaffirmer le principe de laïcité qui semblait aller de soi pour tout le monde, mais qui en réalité fait débat dès lors qu’il s’agit de son application dans le contexte contemporain, où une forte minorité d’origine musulmane existe en France. Cependant cette réaffirmation ne va pas sans contreparties, c’est du moins comme cela que les choses apparaissent dans le discours. L’égalité des chances reste un objectif éminemment social, mais aujourd’hui les composantes ethniques et culturelles de cet objectif ne peuvent être passées sous silence, le concept et la pratique de la lutte contre les discriminations s’en trouvent profondément modifiés. Si les cultes sont par définition égaux devant la loi, le poids de l’histoire est là et nombre d’églises du culte catholique par exemple sont entretenues sur fonds publics, etc. Faut-il donc aider l’islam de France ? La réponse est clairement positive dans ce discours, au moins sur deux plans : aider (l’emploi de ce verbe est un euphémisme) à l’émergence d’instances représentatives de ce culte, favoriser la formation d’Imams français. En 2003, rien n’a encore vu le jour sur ce plan et nous reviendrons plus loin sur cette question. Et enfin, le développement de l’enseignement du fait religieux à l’École apparaît comme un des moyens pour consolider la laïcité via le respect, la tolérance, l’esprit de dialogue, favorisés par la connaissance et la compréhension de l’autre, pour reprendre les termes exacts du discours. Il est donc très clair que cet enseignement s’inscrit dans une politique publique au nom du vivre ensemble, quand les citoyens d’un même pays sont religieusement différents. Cela ne veut pas dire que c’est la seule justification de cet enseignement, cela ne prouve pas non plus que cet enseignement parvienne à cet objectif du simple fait qu’on le souhaite, ou qu’on le lui assigne, mais cela prouve que cette politique est choisie et soutenue par les sphères dirigeantes pour cette raison-là d’abord et non l’accès au patrimoine. On peut se demander s’il n’y a pas un hiatus assez important, entre cette manière présidentielle de justifier cet enseignement et la manière de le mettre en œuvre effectivement, au sein des disciplines, où l’objectif est plus celui de l’intelligibilité de ces faits – en refusant peut-être de se poser la question de savoir à quelle fin et surtout en refusant d’apporter une réponse univoque et simpliste à cette question – que celui du dialogue avec l’autre. On retrouve cette position fondamentale du monde scolaire – français en particulier – qui veut que l’instruction soit en elle-même et par elle-même éducation, tandis que le monde politique ne s’embarrasse pas de ce genre de subtilité. Après tout, l’État s’intéresse à la religion dans la mesure où elle peut produire du désordre ou de l’ordre social. L’ordre en démocratie n’est pas une fin en soi, mais il n’est pas de démocratie qui puisse se passer d’ordre et l’idée que la connaissance puisse contribuer à un certain ordre dans le cadre d’un rapport démocratique à la loi n’est pas une incongruité. Il y aura toujours une tension entre le principe de la liberté scientifique, celui de l’indépendance du magistère universitaire et celui de gouvernement. L’École comme institution politique est à l’intersection de ces deux principes, elle est voulue en tant que politique, elle est par excellence action et relève du domaine pratique ; mais elle est aussi de nature théorétique si elle n’est pas le lieu d’un simple dressage, c’est la recherche de la vérité qui doit y être enseignée et qui ne peut pas ne pas bousculer les habitudes, les places acquises et le souci de l’ordre. Voilà qui peut-être éclaire la situation de l’enseignement des faits religieux à l’École. Selon Régis Debray, la principale difficulté sur ce point est que « les politiques ont lâché prise »269. Le diagnostic est sans doute un peu sévère et la situation susceptible d’être corrigée. Toutefois il exprime clairement cette situation d’un décalage entre des attentes peut-être un peu à court terme et quelque peu iréniques des politiques, et la grande complexité de ce que l’on appelle les faits religieux défendue par les hommes de science. Décalage entre des objectifs, certes louables, que les politiques veulent toujours mettre à leur compte quand ils sont atteints, et un comportement de méfiance, voire de suspicion exagérée des intellectuels et du monde enseignant en particulier, qui redoutent toujours d’être manipulés par un « pouvoir » mauvais par nature et oubliant qu’ils sont pour la plupart fonctionnaires et que l’obéissance à la loi – quand elle est l’expression de la volonté générale – est toujours liberté, quelle que soit la majorité en place et, ce faisant, oubliant aussi Rousseau.

9Pour conclure sur ce discours, il faut noter l’entrée en force de la mixité et de l’égalité entre les sexes, qui font désormais partie des valeurs républicaines qui doivent être enseignées et mises en œuvre à l’École, selon le code de l’éducation. Ceci étant proclamé, alors même que de l’aveu du Président lui-même, « en matière de droits des femmes, notre société a encore beaucoup de progrès à faire ».

B. Les prises de position sans rupture réelle de Nicolas Sarkozy

  • 270 Les discours de Nicolas Sarkozy ont d’ailleurs fait l’objet d’analyses également nombreuses. Parmi (...)
  • 271 Sarkozy N., La République, les religions, l’espérance, éd. du Cerf, 2000. Dans ce livre il est bien (...)

10Le dossier « Nicolas Sarkozy, la laïcité et les religions » est un dossier très fourni.270 En effet, l’actuel Président de la République, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, a clairement exprimé que le fait d’être aussi chargé des cultes l’intéressait au plus haut point et c’est d’ailleurs en tant que ministre de l’Intérieur qu’il a fortement contribué à la naissance du CFCM en 2002. Un livre d’entretiens271 était paru sur ce sujet-là et depuis, le Président de la République n’a pas manqué de rappeler toute son attention à l’égard des religions, dans une série de discours qui eurent d’ailleurs un grand retentissement. Il y a donc une certaine continuité avec la politique de Jacques Chirac qui a montré son attachement à la laïcité et son attention au fait religieux, mais il y a incontestablement un changement de style, un renouvellement de génération, qui atteste d’une réelle sortie d’une laïcité d’abstention vis-à-vis des religions et l’abandon de la conviction que le religieux relève exclusivement du domaine privé. Mais au-delà du style de l’homme et des déclarations, il convient d’analyser les discours et les pratiques.

11Quelle est la position de ce Président sur l’enseignement du fait religieux ? Nous commencerons par analyser sa « lettre aux éducateurs », qui leur a été envoyé au début de son mandat présidentiel, car il y est explicitement question de l’enseignement du fait religieux et du sens qu’il faut lui donner. Nous affinerons le point de vue du Président sur cette question par l’analyse d’autres prises de position. Ensuite nous essayerons de comprendre en quoi le ton adopté par Nicolas Sarkozy est foncièrement nouveau de la part d’un président de la République. Enfin nous essayerons de comprendre les enjeux que représente l’affirmation d’une « laïcité positive », pour conclure sur la rupture ou la continuité entre les deux présidents de la République.

1. Un plaidoyer de Nicolas Sarkozy pour l’enseignement du fait religieux ?

  • 272 media.education.gouv.fr/file/41/3/6413.pdf

12La Lettre aux éducateurs de septembre 2007272 peut être citée toute entière dans la partie qui concerne directement notre recherche : « Au risque de la confrontation religieuse qui ouvrirait la voie à un choc des civilisations, qu’avons-nous de mieux à opposer que quelques grandes valeurs universelles et la laïcité ?

13Pour autant, je suis convaincu qu’il ne faut pas laisser le fait religieux à la porte de l’école. La genèse des grandes religions, leurs visions de l’homme et du monde doivent être étudiées, non, bien sûr, dans un quelconque esprit de prosélytisme, non dans le cadre d’une approche théologique, mais dans celui d’une analyse sociologique, culturelle, historique qui permette de mieux comprendre la nature du fait religieux.

14Le spirituel, le sacré accompagnent de toute éternité l’aventure humaine. Ils sont aux sources de toutes les civilisations. Et l’on s’ouvre plus facilement aux autres, on dialogue plus facilement avec eux quand on les comprend.

15Mais l’apprentissage de la différence ne doit pas conduire à négliger la participation à une culture commune, à une identité collective, à une morale partagée. Éduquer c’est éveiller la conscience individuelle et la hausser par paliers jusqu’à la conscience universelle, c’est faire que chacun se sente une personne unique et en même temps partie prenante de l’humanité toute entière. Entre les deux il y a quelque chose d’essentiel que nulle éducation ne peut contourner ».

  • 273 Par exemple : Lettre de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation nationale, aux instituteur (...)

16Il s’agit donc d’une lettre aux éducateurs. Le genre est devenu classique273 depuis la Lettre aux instituteurs de Jules Ferry. Éducateurs et non professeurs, car l’enjeu ne semble pas d’atteindre tel ou tel type de savoir, mais plutôt tel niveau ou qualité de conscience. « Unicité et unité » pourrait être une manière de synthétiser la finalité de l’éducation : chacun est unique et tous sont également humains. Il est difficile de contester un tel objectif, puisqu’il est à la fois riche sur le plan moral et scientifiquement fondé. En effet notre génome humain est commun et nous sommes génétiquement uniques comme individus ; nous nous construisons aussi grâce à la société et grâce à notre histoire personnelle. Moralement, l’unicité signifie la responsabilité du sujet humain capable d’assumer une parole et un désir en son nom propre. Elle est la source de la création et de l’innovation ; l’unité de son côté signifie la solidarité, la conscience du fait que l’individu et le sujet n’existent que parce qu’ils ont tant reçu, via la nature, la société et la culture. L’éducation trouverait donc sa tâche et sa tension entre ces deux pôles, n’oublier ni l’un ni l’autre et poursuivre les deux dans leur tension dialectique. N’est-ce pas là tout simplement une autre manière de dire que notre projet social se construit à l’ombre de ces trois idéaux que sont la liberté, l’égalité et la fraternité lesquels ne peuvent pas ne pas être contradictoires dans leurs réalisations concrètes. Reste à savoir si l’École aujourd’hui a une conscience claire de sa mission éducative et des finalités de cette mission… Il ne fait toutefois aucun doute que les personnels de l’Éducation nationale, dans leur immense majorité assument cette tâche, de fait, dans des conditions parfois bien difficiles.

17Mais quelle relation entre éducation et religion ? Cette Lettre ne dit pas qu’il n’y a pas d’éducation sans religion, mais que si l’éducation consiste à harmoniser différences et communauté, unicité et unité, il y a alors une analogie entre éducation et laïcité. Dans l’introduction, exactement comme le discours du Président Jacques Chirac à l’Unesco, la perspective d’un choc des civilisations nourrie par la confrontation religieuse est l’abîme à éviter, ce qui est une façon de reconnaître que ce risque n’est pas entièrement nul. Il y aurait deux remèdes face à ce mal : « … quelques grandes valeurs universelles et la laïcité » répétition du geste de Ferry de parier sur une morale universelle, « celle de nos pères et de toutes les grandes civilisations », celle dont les religions particulières ne seraient qu’une propédeutique pour se situer dans l’esprit d’un Ferdinand Buisson. Il y a néanmoins une différence majeure par rapport à l’époque Ferry/Buisson, où il s’agissait d’imposer tout à la fois la laïcité et la morale laïque (celle-ci par celle-là et réciproquement) contre les religions, qu’il fallut « sortir » de l’École. Cette fois, il s’agit plutôt d’un retour non pas des religions, mais du « fait religieux » à l’école. À la fin du XIXe siècle, le clivage se situait entre catholiques et laïques, nostalgiques de la monarchie et conservateurs contre républicains et socialistes. Aujourd’hui la fracture sociale peut coïncider avec une césure ethnique et religieuse. L’enseignement du fait religieux est donc appelé pour prévenir la confrontation, faciliter le dialogue. L’argumentation est la même que celle de Jacques Chirac, la justification de cet enseignement est le même. Mais des précisions dignes d’analyse nous sont données. Il ne s’agit pas de prosélytisme ni d’approche théologique, mais d’analyse sociologique, culturelle, historique ; il s’agit d’étudier la genèse des grandes religions, leurs visions de l’homme et du monde. Il est bien précisé qu’il s’agit d’une approche laïque et non confessionnelle. Quant à savoir si l’on peut comprendre la vision de l’homme et du monde des religions en faisant l’économie de toute théologie… In fine, le « spirituel et le sacré » sont déclarés éternels et sources de toutes les civilisations, ce qui est une manière de dire que ce sont les religions qui forment le cœur des cultures et qu’en les comprenant, on a les meilleures chances de comprendre ceux qui les partagent ou en sont marqués.

18L’objectif final, à la fois éducatif et politique, est de pouvoir vivre ensemble, c’est-à-dire partager une identité, une culture, une morale quelles que soient nos différences par ailleurs. Une certaine ambiguïté demeure : une société réunit-elle ses membres par le haut ou par le bas et où situer les religions ? Premier point de vue, nous avons des besoins communs, des contraintes matérielles et économiques à partager et puis nous divergeons tous pour nos aspirations philosophiques et religieuses. Deuxième point de vue, nous avons tous des choix plus ou moins contingents dans notre manière d’organiser nos vies, nos goûts, nos habitudes de consommation, mais nous convergeons dans notre aspiration commune à l’amour, au bien, à la beauté et à la vérité. Les religions sont-elles en bas, c’est-à-dire du côté du contingent, des croyances et des mœurs relatives ou en haut dans l’aspiration à l’unité du genre humain réconcilié avec le divin ? Nous pouvons tout au plus formuler l’hypothèse qui nous paraît sous-jacente à ces recommandations. L’enseignement du fait religieux est supposé favoriser la prise de conscience suivante : les religions sont toutes différentes les unes des autres, car elles ne sont pas nées au même endroit ni à la même époque, n’ont pas la même histoire et formulent leurs croyances différemment ; mais une aspiration commune à élever l’homme les anime, de même qu’elles incitent à l’altruisme et à l’obéissance aux anciens et à l’ordre social. On part aussi du principe que quand on comprend les religions, le dialogue devient possible. Mais que faire de cette possibilité : quand on connaît les religions, on comprend pourquoi elles ne peuvent dialoguer et nourrissent les conflits ? On ne peut guère reprocher à un gouvernement sa préférence pour la paix sociale, a fortiori lorsque ce gouvernement est élu démocratiquement. Mais on peut avoir une lecture critique des deux points de vue. Intellectuellement, on préjuge du résultat du travail de la connaissance et on véhicule plus ou moins consciemment cette idée simpliste et bien-pensante selon laquelle toutes les religions sont des religions, c’est-à-dire se ressemblent malgré leurs dissemblances apparentes et sont d’égale valeur. Politiquement, transformer les religions en instruments de paix pour le « dialogue » et la paix sociale est sans doute une idée intéressante, mais il faudrait aussi aiguiser l’esprit critique, aussi bien à l’égard des religions que de l’ordre social.

  • 274 Dans le discours dit du Latran du 20 décembre 2007 sur lequel nous donnerons plus loin des explicat (...)
  • 275 Entretien du 30/03/10.

19On trouve d’autres déclarations de Nicolas Sarkozy sur la place que doit avoir le religieux à l’École dans le Discours du 13 février 2008 au dîner du CRIF. Quant à la morale laïque dans ses rapports avec la morale religieuse et à ceux de l’instituteur et du curé, le Président explique qu’il n’a pas voulu dire274 que l’une ou l’un étaient supérieurs aux autres, mais qu’ils étaient complémentaires. En conséquence, il déclare : « Je souhaite que tous nos enfants reçoivent à l’école l’enseignement d’une morale laïque (…) mais je maintiens, parce que je le crois profondément, que nos enfants ont aussi le droit de rencontrer, à un moment de leur formation intellectuelle et humaine, des religieux engagés qui les ouvrent à la question spirituelle et à la dimension de Dieu (…) je pense que si nos jeunes peuvent, à un moment de leur vie, être initiés à ces questions-là, c’est mieux que s’ils ne le peuvent pas ». D’une manière générale, Nicolas Sarkozy revendique le droit et l’intérêt qu’il a de se préoccuper des questions religieuses sans pour autant, de ce fait, être considéré comme ennemi de la laïcité. Et de conclure, pour au moins ce qui nous intéresse, qu’on aurait tort de s’offusquer qu’un « Président en exercice puisse dire tout simplement que l’espérance religieuse reste une question importante pour l’humanité, et que croire dans quelque chose vaut parfois mieux que croire que tout se vaut ». À savoir le souhait que soit enseignée une morale laïque à l’École et d’autre part, pour les jeunes, le « droit de rencontrer » des religieux afin de les « ouvrir » ou « initier » à la « question spirituelle et à la dimension de Dieu ». Pour ce qui est de la morale laïque enseignée à l’école, on sait que ce fut le cas des années 1888 jusqu’en 1969. On observe une réapparition de celle-ci sur laquelle nous allons revenir longuement. Plus énigmatique est ce droit de rencontrer des religieux. Cette rencontre serait souhaitable à un moment de la « vie » des élèves ou de leur « formation intellectuelle et humaine ». Le cadre – vie privée et cultuelle ou École publique – n’est pas précisé. Dans le premier cas, c’est du ressort de la liberté des familles et pourquoi en parler ? Dans le deuxième cas, rien n’est précisé et s’il en était, il s’agirait d’une nouveauté qui poserait bien des questions. S’agirait-il de l’organisation d’un enseignement d’initiation religieuse organisé sur tout le territoire en s’inspirant peut-être du cas de l’Alsace Moselle ? Par contre, il arrive déjà couramment que des élèves accompagnés par un professeur, visitent des lieux de culte lors d’une sortie scolaire encadrée, et rencontrent à cette occasion des religieux qui sont d’ailleurs bien souvent assaillis de questions, qui débordent largement l’architecture des lieux de culte et le déroulement de tel ou tel rite. Dominique Borne, doyen de l’Inspection Générale entre 2002 et 2005, a donné à cette époque des « instructions pour que soient bien distingués les rôles d’enseignant et de témoin. Le témoin n’a pas qualité d’enseignant et ne doit pas intervenir dans le cadre de la classe. Il peut arriver que des religieux interviennent dans le cadre de la formation continue des enseignants, mais ils ne le font qu’au titre du fait qu’ils sont dans ce cas aussi des universitaires, des savants. Par contre, rien n’interdit en effet ce contact avec des témoins, dans le cadre des sorties avec le professeur qui apporte sa propre parole dans le cadre de sa discipline »275. Est-ce à dire que le Président souhaiterait une multiplication de ce genre de sorties et de contacts ? Rien ne permet de l’affirmer. Le problème matériel récurrent de ce genre de sorties scolaires est le déséquilibre entre le nombre d’églises et celui de temples protestants, de synagogues, de mosquées ou de temples bouddhistes. Mais avec un peu d’effort, il n’est sans doute pas insurmontable, et l’enseignement d’histoire des arts sera peut-être l’occasion de sorties de cette nature plus nombreuses.

20La question de l’accès au patrimoine justement a toujours fait partie de la justification de l’enseignement des faits religieux. Peut-on trouver des déclarations qui abordent cette question ? C’est le cas dans le Discours au Puy-en-Velay du 3 mars 2011. Ce discours récent et médiatisé a été prononcé après la visite de la cathédrale du Puy, lieu de pèlerinage, étape sur le chemin de Compostelle, et décrétée par le Président « lieu de mémoire ». Une cathédrale est par excellence un « fait religieux », illustre par excellence la justification « patrimoniale » de l’enseignement des faits religieux et peut donner lieu à des développements infinis sur sa signification dans l’histoire en général et dans celle des arts en particulier. Mais ce qu’il faut noter, c’est le lien qui est fait dans ce discours entre l’existence d’un tel monument et la question de l’identité nationale. Du point de vue des circonstances, c’est en quelque sorte un plaidoyer défensif contre les adversaires du « débat sur l’identité nationale » lancé à l’époque et ceux qui s’opposent à la création d’une « Maison de l’Histoire de France », sous l’égide du ministère de la Culture.

21C’est, pour l’essentiel, un éloge de l’héritage et du patrimoine, une défense de la notion d’identité sans laquelle il n’y aurait pas non plus de diversité possible. Il y est affirmé que préserver le patrimoine, c’est résister à la dictature du présent et de l’immédiateté : on retrouve les termes mêmes dans lesquels Régis Debray qualifiait les dangers qui nous menacent dans son rapport sur l’enseignement du fait religieux. Ce patrimoine doit être assumé, même si « on n’est pas obligé de partager la même foi que celle des bâtisseurs de la cathédrale du Puy ». Ce patrimoine n’est pas seulement artistique, il est moral, politique et culturel. Donnons les passages le plus significatifs à nos yeux pour qualifier ce patrimoine ainsi que l’usage que l’on devrait en avoir : « Avoir soin de notre patrimoine c’est au fond l’une des clefs de voûte du “vivre-ensemble” des Français » ; « La chrétienté nous a laissé un magnifique héritage de civilisation et de culture, et président d’une République laïque, je peux dire cela car c’est la vérité. Je ne fais pas de prosélytisme, je regarde simplement l’Histoire de notre pays » ; « Grégoire de Tours, le plus ancien de nos historiens, qui dans les mêmes pages de son Histoire des Francs, parle pour la première fois non seulement du sanctuaire du Puy-en-Velay mais de la synagogue de Clermont » ; « Il est difficile de passer devant les antiques portes de cèdre de la Cathédrale et leurs inscriptions en langue soufique sans être impressionné et ému de cette rencontre entre la langue de l’Islam et l’architecture romane » ; « Il est difficile, encore, de lire les inscriptions romaines intégrées à la paroi médiévale de la Cathédrale sans penser, comme le disait si justement l’historien Claude Nicolet, que nous sommes tous des citoyens romains ». Citons enfin la conclusion : « J’étais venu ici devant vous pour dire que la France a un patrimoine qu’elle entend préserver. J’étais venu vous dire que la France a un héritage qu’elle doit partager. J’étais venu vous dire que la France a une identité dont elle doit être fière, mais ici, au Puy-en-Velay, peut-être un peu plus qu’ailleurs, il est évident que la France a aussi une âme ».

22Que retenir de ce discours ? Les circonstances ont beau être passagères, les questions soulevées ne le sont pas. Sa relation directe avec une politique publique éducative est peu contestable : le patrimoine est fortement en relation avec les faits religieux et il est l’une des clés de voûte du « vivre ensemble ». Au-delà de cette question, le religieux est ici mis au service de considérations politiques dans la volonté de fédérer l’héritage romain aussi bien que celui… des « trois monothéismes ». Mais en dernière analyse, il y a, à défaut d’une contradiction, au moins une tension entre la fierté proclamée d’un héritage et l’invitation à le partager. Ce partage peut se faire par la connaissance, et pas seulement par l’adhésion. C’est d’ailleurs là tout le sens de l’enseignement des faits religieux.

2. Un ton nouveau

  • 276 On pourra trouver aisément tous les discours de l’actuel Président sur le site web de la présidence (...)

23La nouveauté de ce ton tient pour l’essentiel au fait que le Président semble engager sa personne et passe par le je pour mieux toucher le nous dans un domaine où, traditionnellement, c’est la réserve qui primait. Dans son Allocution dans la salle de la signature du palais du Latran à Rome le jeudi 20 décembre 2007276 des jugements de valeur sont clairement exprimés, où il est déclaré qu’il est de l’intérêt de la République qu’il y ait beaucoup de croyants et d’hommes qui espèrent ; qu’une morale non religieuse reste finalement fragile car « exposée aux contingences historiques et finalement à la facilité » ; que la réflexion et la conscience de l’homme politique doivent être éclairées par des « convictions libres des contingences immédiates », c’est-à-dire des convictions religieuses ; que « dans la transmission des valeurs et l’apprentissage de la différence entre le bien et la mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur… parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance ». Il conclut sur le fait que notre monde obsédé par le confort matériel a surtout besoin d’espérance, dont la plus haute forme selon Bernanos est le désespoir surmonté. Laissons de côté les circonstances et le lieu, pour aller à l’essentiel. S’adressant notamment à des cardinaux, il est tout naturel que le Président ait insisté sur le lien profond entre l’histoire de France et celle de l’Église catholique. Deux remarques tout de même. La France y est déclarée « fille aînée de l’Église depuis le baptême de Clovis », il eut été plus juste de rappeler que ce titre, sans doute en référence à Clovis certes, vient en fait de Léon XIII à la fin du XIXe siècle. Quant aux « racines essentiellement chrétiennes de la France », par les illustrations qui en sont données, on voit que l’équation entre christianisme et catholicisme, pourtant cause de beaucoup d’aveuglements et de persécutions dans l’histoire de France, est toujours posée, sans doute par une inattention qui aurait dû être évitée.

  • 277 C’est à Charles Péguy (1873-1914) en effet que revient la paternité de l’expression « hussards noir (...)
  • 278 On retrouve une notion assez classique en sociologie des religions, celle de « virtuose » qui vit t (...)
  • 279 Voir ses Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Pari (...)

24Ce discours marque une nette rupture par rapport à la tradition républicaine, même quand les Présidents de la République étaient catholiques. La phrase qui a le plus choqué est celle qui concerne l’infériorité de l’instituteur par rapport au religieux. Quand on sait que c’est le vibrant catholique Péguy qui a inventé la géniale expression des « hussards noirs de la République »277 pour désigner les instituteurs laïques qui l’avaient formé lui-même, lui l’enfant du peuple orphelin, on ne peut qu’éprouver un sentiment de malaise. Mais laissons cette phrase de côté, particulièrement maladroite. Considérer les religions comme un atout, considérer que l’éclairage des traditions religieuses est utile à la réflexion, cesser de négliger ou de vouloir occulter les racines chrétiennes de notre culture semble de l’ordre du bon sens, de la plus élémentaire ouverture d’esprit comme de la plus élémentaire culture générale. Dire que la République a besoin d’hommes et de femmes nourris par une espérance religieuse et actifs dans le monde est sans doute courageux et profondément moderne. En effet, sans qu’on y prenne garde, ce discours véhicule une conception très contemporaine de la religion et du rôle des religions dans la démocratie, pour paraphraser le titre d’un livre de Marcel Gauchet. Nicolas Sarkozy a compris une mutation essentielle du religieux, même si cette disposition existe depuis longtemps, dans le christianisme en particulier. L’espérance a beau désigner un ailleurs ou un au-delà, le croyant d’aujourd’hui – c’est-à-dire d’après l’âge des idéologies – n’entend pas essentiellement préparer sa vie après la mort, ne se résigne pas au malheur ici-bas en attendant la béatitude au-delà, il entend bien changer ce monde ci, accompagner les uns et les autres dans cette vie, il revendique son intérêt pour le monde au nom du ciel au lieu de se détourner de lui. Si l’espérance est le désespoir surmonté, est-il surmonté dans un autre monde ou bien dès à présent pour entreprendre un combat progressiste ? C’est cette deuxième solution qui est privilégiée dans ce discours et qui ne peut qu’intéresser directement un homme politique. Dès lors, tombent les objections philosophiques que l’on peut faire à cette affirmation selon laquelle un homme qui croit est un homme qui espère. En effet croire peut vouloir dire désespérer de ce monde et inversement ce sont ceux qui renoncent à l’espérance ultra mondaine qui décident de changer le monde hic et nunc. L’espérance dont il est question dans ce discours vise bien à l’infini ou y puise, mais pour être l’énergie du courage et de l’esprit d’entreprise, ce qui peut même correspondre assez bien à la psychologie de Nicolas Sarkozy, qui n’hésite pas à parler de son cas personnel, de sa vocation politique et des sacrifices consentis pour parvenir aux plus hautes responsabilités. Là encore, modernité incontestable, l’antique question du sacrifice se transforme en éthique de la performance individuelle. « Pour être moi-même, j’ai tout donné » pourrait être la bannière rassemblant le religieux et le performer278. De même que le Président de la République sort de sa réserve laïque pour prendre parti sur un plan métaphysique, il n’hésite pas non plus à parler de lui sur un plan quasiment intime : « Sachez que nous avons au moins une chose en commun : c’est la vocation… Je comprends que vous vous soyez sentis appelés par une force irrépressible qui venait de l’intérieur, parce que moi-même je ne me suis jamais assis pour me demander si j’allais faire ce que j’ai fait, je l’ai fait. Je comprends les sacrifices que vous faites pour répondre à votre vocation, parce que moi-même je sais ceux que j’ai faits pour réaliser la mienne ». Ce passage est tout de même assez exceptionnel dans un discours de tonalité pourtant très « officielle ». Max Weber se serait sans doute enthousiasmé à voir « fonctionner » la notion de Beruf (tout à la fois appel, vocation et métier en allemand) faisant le lien entre spiritualité, motivations religieuses et activité dans la société, profession. C’est un bel exemple concret « d’individualisme dans le monde » pour reprendre ce concept de Louis Dumont, par opposition à l’individualisme hors du monde, celui des renonçants, celui des religieux qui vivent en dehors ou à côté de la société279. Alors que la religion est tradition, prééminence du passé et du groupe, le Président de la République en fait l’éloge en y trouvant l’occasion idéale pour dire « je ».

3. L’affirmation d’une laïcité positive

25Dans le discours du Latran, la France est présentée comme ayant « des racines essentiellement chrétiennes ». Il rappelle que le processus de laïcisation a provoqué des souffrances chez les catholiques mais qu’aujourd’hui la laïcité est la condition de la paix civile. « Et c’est pourquoi le peuple français a été aussi ardent pour défendre la liberté scolaire que pour souhaiter l’interdiction des signes ostentatoires à l’école ». Mais la laïcité ne saurait couper les racines chrétiennes de la France, « arracher la racine, c’est perdre la signification, c’est affaiblir le ciment de l’identité nationale, c’est dessécher davantage encore les rapports sociaux qui ont tant besoin de symboles de mémoire ». Le Président résume alors le sens général de son propos : « assumer les racines chrétiennes de la France, et même les valoriser, tout en défendant la laïcité, enfin parvenue à maturité ». C’est cette laïcité enfin mûre que le Président va désormais décrire et même appeler de ses vœux, elle sera qualifiée de « positive » vers la fin du discours, c’est-à-dire une laïcité qui, « tout en veillant à la liberté de penser, à celle de croire et de ne pas croire, ne considère pas que les religions sont un danger mais un plutôt un atout ». Ce discours plaide pour une laïcité positive au sens où elle ne nie pas les religions mais – oserait-on dire – cherche à en profiter ou en tout cas veut mettre à profit pour la République tout ce qu’il y a de positif en elles. Reste en suspens une question fondamentale qui touche la nature même de la laïcité : est-ce la coexistence de manières de croire différentes, étant entendu que ne pas croire est une forme inférieure de croyance qui est tolérée, ou bien est-ce une manière de mettre à distance toutes les croyances qui coexistent sur le fond de la liberté de ne pas croire ? Le Président semble pencher pour la première formule plutôt anglo-saxonne que française. Mais, in fine, quelles sont les conséquences concrètes, sur le plan juridique notamment ? Il est annoncé un processus de reconnaissance des diplômes délivrés par l’enseignement catholique, ce qui implique de fait un niveau de subventionnement public de cet enseignement privé : voilà la seule évolution mesurable de notre pratique de la laïcité à partir de ce discours.

26On peut affiner la notion de « laïcité positive » grâce au Discours de réception du Pape en visite en France en 2008. Ce discours a été prononcé à l’Élysée le 12 septembre 2008 soit quelques mois après celui du Latran. Il est l’occasion de prolonger le thème de la laïcité positive. Donnons-en une brève synthèse. Le Président rappelle l’attachement du Pape à la compatibilité de la foi et de la raison et fait une analogie avec la démocratie qui a besoin de raison et pas seulement de l’addition arithmétique des suffrages ou des passions individuelles. Ce connecteur raisonnable commun ferait ainsi communiquer harmonieusement religion et démocratie. Ainsi les religions, et notamment le christianisme, sont présentées comme des « patrimoines vivants de réflexion et de pensée, pas seulement sur Dieu, mais aussi sur l’homme, sur la société et même sur cette préoccupation aujourd’hui centrale qu’est la nature et la défense de l’environnement ». La laïcité positive sera définie comme étant celle « qui rassemble, qui dialogue, et pas une laïcité qui exclut ou qui dénonce… elle offre à nos consciences la possibilité d’échanger, par-delà les croyances et les rites, sur le sens que nous voulons donner à nos existences ». Plus loin dans le discours : « Voilà la pratique de la laïcité positive : la quête de sens, le respect des croyances. Nous ne mettons personne au-devant de l’autre, mais nous assumons nos racines chrétiennes. Voilà ce que nous voulons très saint Père, pour la France. Nous travaillons pour la paix, nous ne voulons pas d’une reprise des guerres de religion ». Il est rappelé ensuite que la croissance n’a de sens que dans l’amélioration du sort du plus grand nombre et l’épanouissement de la personne, conformément à la doctrine sociale de l’Église, que les questions de bioéthique ne peuvent être l’affaire des seuls experts. La notion de dignité humaine, au cœur de la Déclaration de 1948 est à la convergence des grandes traditions philosophiques et religieuses de l’humanité. La dignité humaine et son ancrage dans la raison : tel est le secret de l’Europe et l’esprit de l’Union pour la Méditerranée. Si la diversité religieuse est acceptée en France, elle devrait être acceptée ailleurs selon le principe de réciprocité. « Le dialogue avec et entre les religions est un enjeu majeur du siècle naissant. Les responsables politiques ne peuvent s’en désintéresser ».

27Le thème de la laïcité positive est donc repris et son sens précisé. Mais les ambigüités demeurent. Il paraît en effet très juste de souligner que les religions ne parlent pas que de Dieu et sont effectivement des ressources pour penser l’humanité et la société. Cette laïcité aurait la vertu de rassembler. On peut supposer que ce sont les communautés spirituelles et religieuses qu’il s’agit de rassembler et de faire dialoguer. Mais la tradition laïque française n’est-elle pas plutôt fondée sur la dissociation entre l’individu et ses appartenances et non sur le rassemblement des communautés ? Par contre les échanges qu’elle rendrait possibles seraient « par-delà les croyances et les rites », ce « par-delà » indique-t-il que nous sommes bien sur un autre plan avec la laïcité, celui de la citoyenneté, et non dans un système religieux de tolérance religieuse ? Une autre ambiguïté demeure en relation avec la nature même de l’interlocuteur auquel il s’adresse. L’expression « assumer ses racines chrétiennes » a-t-elle un sens purement et simplement patrimonial, est-ce seulement la reconnaissance d’une évidence historique ? Le ton général reste celui d’une apologie du catholicisme défenseur de la raison et de la dignité humaine, le promoteur d’une doctrine sociale, en référence au Prieur de Tibhirine, figure sublime et martyr du respect d’autrui ; tout cela donne le sentiment que dans l’aptitude au dialogue et au respect de la pluralité religieuse, certaines religions sont plus douées que d’autres et que la réciprocité n’est pas toujours respectée. Beaucoup d’historiens répondraient sans doute que ce n’est pas dans les religions qu’il faut chercher s’il y a ou non une aptitude au dialogue, mais que tout dépend du contexte. Il est vrai que l’Église catholique comme championne du pluralisme religieux peut surprendre quiconque a une petite culture historique et théologique en la matière. C’est le problème même du dialogue interreligieux où, au moment même d’affirmer l’égale dignité de toutes les religions, on est tenté de penser que certaines sont plus égales que d’autres quant à leur capacité à poser cette affirmation même. Ce dialogue, pas seulement avec mais aussi entre les religions est présenté comme un enjeu majeur dont la politique ne peut se désintéresser, sans qu’il soit précisé pour autant de quelle manière.

  • 280 Qui est en fait un pèlerinage à Lourdes pour les 150 ans de ce que l’Église catholique considère co (...)

28Si le Président s’adresse au Pape d’une manière si bienveillante, que lui a répondu celui-ci, dans son propre discours lors de cette visite du 12 septembre 2008 ?280 Il rappelle les racines chrétiennes très anciennes de la France, comme de l’Europe en général, évoque Irénée, évêque de Lyon au IIe siècle et de langue maternelle grecque… Mais rapidement il est question des relations entre l’Église et l’État et de « la juste solution » donnée par le Christ : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mc 12, 17). Le Pape se félicite du fait que « l’Église de France jouit actuellement d’un régime de liberté » et de l’existence d’un nouvel instrument de dialogue depuis 2002 (il s’agit de réunions régulières entre l’État et l’Église catholique, ce dispositif ayant été mis en place quand Lionel Jospin était Premier Ministre). L’expression de « laïcité positive » est qualifiée de « belle » et répond à une nécessité « en ce moment historique où les cultures s’entrecroisent de plus en plus » et où il faut « prendre une conscience plus claire de la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences et de la contribution qu’elle peut apporter, avec d’autres instances, à la création d’un consensus éthique fondamental dans la société ». Le Pape évoque enfin son souci de la jeunesse, la responsabilité de l’État pour éradiquer les injustices, son souci de l’état de notre planète, son désir que l’Europe promeuve la conception catholique des droits de l’Homme. Il rappelle enfin que « l’identité nationale elle-même ne se réalise que dans l’ouverture aux autres peuples et à travers la solidarité avec eux ».

29À part peut-être la conception catholique des droits de l’Homme (qui suppose notamment l’interdiction de l’avortement) et qui n’est pas à l’agenda politique du gouvernement, on peut remarquer qu’il y a une véritable communauté de vues entre les deux hommes, en paroles au moins : les racines de la France sont chrétiennes (catholiques ?) et la religion est irremplaçable pour l’éducation de jeunes et la cohésion sociale sur le plan éthique.

30Peut-on cependant s’en tenir à l’idée selon laquelle Nicolas Sarkozy cherche à promouvoir une conception positive de la laïcité qui serait seulement celle du Magistère catholique, ou au moins en forte convergence avec elle ? Son Discours du 27 mai 2010 à l’Institut Protestant de Théologie à l’occasion de l’inauguration du Fonds Paul Ricœur semble compliquer un peu la donne. Ce discours a été prononcé le 27 mai 2010 à Paris. Il évoque bien sûr Paul Ricœur, mais il est surtout l’occasion pour le Président de s’adresser aux Protestants français publiquement et pour la première fois. La définition qu’il en donne est plutôt élogieuse : « Ce n’est pas faire injure au principe de laïcité que de reconnaître dans le protestantisme une pensée de la liberté et de la responsabilité humaines. Une éthique forte, rigoureuse, exigeante. Un esprit d’indépendance. Une volonté de résistance à toutes les oppressions. Une fidélité sans faille à la Nation et à la République ». Et de citer Jules Ferry inaugurant en 1877 les locaux de la faculté de Théologie Protestante de Paris : « Le protestantisme a été, dans l’histoire moderne, la première forme de liberté (…). La Révolution de 1789 (…) a été faite en partie pour vous : elle est pour vous la date de l’affranchissement définitif ». Citant également le doyen de la Faculté de 1877 : « La théologie que nous enseignons ici accepte avec confiance les procédés et les méthodes auxquels est tenue de se soumettre la science moderne ». Cela donne l’occasion au Président de développer une thématique qui lui est chère mais sur un ton spécifique : « Nous sommes ici dans un lieu d’étude et de réflexion non dans un lieu de culte. Ce qui est en jeu ici dans cette Faculté qui appartient à toutes les confessions protestantes et qui est ouverte à tout le monde, c’est la transmission d’une connaissance et d’un savoir qui représentent un véritable trésor d’humanité et qui fait partie de l’héritage d’une civilisation que nous voulons garder vivante. Croyants ou non croyants le legs de 2000 ans de pensée et de civilisation chrétiennes nous concerne tous » ; « Et ne voyons-nous pas aussi que la théologie telle qu’on l’enseigne ici nous préserve du charlatanisme, de l’esprit sectaire et rétrograde qui menacent de dénaturer le sentiment religieux et de l’engager sur des chemins peu compatibles avec les idéaux et les valeurs de notre civilisation ? Laissons tous ceux qui éprouvent le besoin de croire entre les mains de n’importe qui, n’ayant reçu aucune formation théologique sérieuse ancrée dans une longue tradition intellectuelle et c’est la société toute entière qui aura à en souffrir » ; « C’est dans des lieux comme celui-ci que ce dialogue confiant entre la science et la religion peut s’organiser. C’est peut-être ce que nous avons de mieux à opposer à la mort lente d’une certaine idée de la civilisation et d’une certaine idée de l’Homme ».

31Il est donc fait état d’une certaine tradition protestante et française où s’est établi un lien très fort entre la religion, la science, la laïcité et la République. Pour ce qui est du « charlatanisme, de l’esprit sectaire et rétrograde », peut-être certaines tendances fondamentalistes de certaines Églises rapidement désignées comme « évangéliques » sont-elles visées… En tout cas, cette tradition évoquée plus haut, bien vivante aujourd’hui encore, peut effectivement prendre une signification très en phase avec un certain nombre de questions fondamentales qui se posent à l’homme contemporain. On retrouve la thèse, constante dans tous les discours de Nicolas Sarkozy, d’une pertinence du message religieux dans la société hypermoderne. Mais quel message et surtout sous quelle forme ? Le front des religions, qui semble parfois prêcher contre le matérialisme d’une société contemporaine dévoyée, est-il compatible avec l’éloge fait de l’esprit critique et scientifique que doit accepter toute tradition théologique ayant atteint l’âge adulte ?

  • 281 Habermas J. et Ratzinger J., Raison et religion. Dialectique de la sécularisation, Salvator, 2010. (...)
  • 282 Ferry J.-M., La religion réflexive, Cerf, 2010.

32Il y a là en fait deux thèses contradictoires en présence, au moins en germe : les religions unies contre la modernité libérale (au sens éthique, politique et théologique) ou la religion comme processus, pensé par des auteurs comme J. Habermas281 ou J.-M. Ferry282 dans lequel les religions apprennent à traduire leurs convictions et expériences dans les termes d’une éthique de la discussion, et où les sociétés démocratiques apprennent à profiter des ressources culturelles, spéculatives et éthiques des religions. Il nous semble que la deuxième est de loin la plus féconde…

C. Évolutions et continuités entre les deux Présidents

33Le cœur du message du Président Chirac est l’apologie de la diversité et du dialogue des cultures et civilisations contre le spectre d’un choc des civilisations. Cette apologie n’a toutefois pas empêché ce que l’on peut appeler une réaffirmation du principe de laïcité dans un style assez français, au travers de la loi de mars 2004. L’enseignement des faits religieux participe alors de ces deux postures fondamentales : ouverture et connaissance dans le cadre d’une laïcité exigeante.

34Nicolas Sarkozy fut le ministre de l’intérieur et des cultes de Jacques Chirac de mai 2002 à la fin mars 2004. C’est lors de ce mandat que fut créé le Conseil français du culte musulman en 2003, comme la mise en place de la Commission Stasi. En ce sens, il y a eu une coopération étroite entre les deux hommes et une large communion, voire identité de vue sur ces questions. Dans les premiers textes de N. Sarkozy dont nous venons de donner une lecture critique la continuité est parfaite. C’est avec le discours du Latran fin 2007 que l’on sent une inflexion. Il est probable qu’Emmanuelle Mignon qui était à l’époque son chef de cabinet a joué un rôle dans cette inflexion. Le ton a nettement changé, le discours se fait plus favorable au religieux d’une manière générale, au christianisme et au catholicisme en particulier. On retrouvera plus tard lors de la réception du Pape en 2008, cette expression de « laïcité ouverte » assez en décalage avec le mouvement enclenché en 2003-2004. On constate cependant, sans doute au gré de l’évolution de l’équipe des plumes du Président et de l’actualité, que les discours du Président sont moins catho-centrés, que ce soit à l’occasion des dîners du CRIF ou lors de l’inauguration du fonds Ricœur, ou plus récemment encore, le 4 octobre 2011 à Alès après avoir visité le Musée du Désert du Mas Soubeyran qui garde la mémoire des persécutions et de la révolte des Protestants en France.

  • 283 Circulaire NOR/IOC/D11/21246C du 29 juillet 2011 « Édifices du culte : propriété, construction, rép (...)

35Mais derrière le fait que Nicolas Sarkozy parle souvent des religions – ce qui est en soi intéressant sur le plan politique – et qu’il a un ton plus que bienveillant à leur égard, quel véritable changement en terme de politique publique et d’évolution juridique ? Une possibilité plus large de reconnaissance des diplômes des facultés ou Instituts de théologie… De nouvelles circulaires283 paraissent sur les règles d’utilisation des édifices du culte construits avant 1905, elles protègent à la fois les intérêts et les droits des affectataires comme des propriétaires, assouplissent la frontière entre le culturel et le cultuel. Tout cela est à mettre au compte d’une adaptation ordinaire, qui n’a d’ailleurs jamais cessé depuis 1905 et ne bouleverse aucunement le droit et la pratique de la laïcité en France. Entre les deux Présidents, c’est donc la continuité qui l’emporte sur les questions qui nous occupent.

36Que conclure au sujet de cette irruption de la laïcité dans l’actualité politique comme les discours présidentiels ? Elle a « couvé » longtemps, commence à poindre à la fin des années 1980 – début des années 1990 avec l’affaire des voiles islamiques à l’École et se déclare nettement en 2001. C’est un changement d’époque assurément, qui montre à quel point l’enseignement des faits religieux n’est pas qu’un chapitre perdu dans l’ensemble des programmes de l’Éducation nationale, mais qu’il est révélateur d’enjeux éducatifs et politiques, qui ne feront que croître en importance. La laïcité d’ignorance a vécu, cela ne veut pas dire pour autant que la laïcité s’est brusquement « ouverte » à tous les vents. Elle montre au contraire, en même temps qu’une certaine capacité d’évolution dans ses pratiques, une grande solidité dans ses principes.

II. Un contrepoint international au discours présidentiel français : le discours de Barack Obama au Caire du 4 juin 2009284

  • 284 www.america.gov/st/.../2009/June/20090604162956eaifas0.5829126.html

37Ce discours a été prononcé par le Président des États-Unis au Caire à l’université Al-Azhar le 4 juin 2009. Son objectif affiché était de briser la discorde entre l’Occident et l’islam et plus particulièrement entre l’Amérique et le monde musulman. On pourrait donc penser qu’il n’a pas grand-chose à voir avec les prises de position des Présidents français sur la laïcité ou l’enseignement des faits religieux à l’école. Nous avons vu cependant que cette problématique française est inséparable de la question du vivre ensemble dans les démocraties pluralistes sur le plan religieux, qui connaissent comme la France une présence significative et relativement récente de Musulmans. Il n’est donc pas inutile de faire cette petite mise en perspective internationale, de comparer les thématiques et les styles.

  • 285 Rappelons que sur ces 7 millions, tous ne sont pas issus de l’immigration, un nombre non négligeabl (...)

38Le discours commence par une longue apologie de l’islam et une déclaration de valeurs communes entre l’Amérique et l’islam : la justice et le progrès, la tolérance et la dignité de chaque être humain. Le Président se place lui-même sous les auspices de l’islam, puisqu’il déclare : « Comme le dit le Saint Coran, crains Dieu et dis toujours la vérité. C’est ce que je vais essayer de faire aujourd’hui ». Il évoque ensuite son « vécu » personnel, lui est chrétien mais parle de son père musulman, de ses années d’enfance passées en Indonésie, de son expérience de travailleur social à Chicago où il croisa souvent des Musulmans. Viennent ensuite des développements sur les apports civilisationnels et techniques de l’islam, où celui-ci apparaît comme ayant ouvert la voie à la Renaissance et au siècle des Lumières en Europe. Puis il évoque les relations anciennes et cordiales entre les États-Unis et les pays musulmans, la présence de 7 millions de musulmans aux États-Unis qui y sont libres, actifs et prospères285. Au-delà des différences, les aspirations humaines sont les mêmes, mais il y a des causes de tension qu’il faut clairement exposer. Il y en a 6 principales :

  • L’extrémisme violent. « Quand il s’agit de combattre l’extrémisme violent, l’islam ne fait pas partie du problème, il constitue une partie importante de la solution ». Le terrorisme islamiste est donc antimusulman, ce qui justifie pour un temps encore la présence américaine en Afghanistan.

  • La situation au Moyen-Orient. Les peuples juif et palestinien ont tous les deux droit à un État. Les Noirs américains se sont libérés par la persévérance plutôt que la violence. Le Hamas doit reconnaître l’existence de l’État d’Israël, qui doit de son côté stopper le processus des colonies.

  • Les armes nucléaires. Il faut s’acheminer vers une situation où aucun pays ne devrait posséder d’armes nucléaires. L’Iran devrait avoir le droit d’accéder à l’énergie nucléaire pacifique, s’il respecte ses engagements dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire.

  • La démocratie. On ne peut rien imposer, mais les droits de l’homme existent et l’Amérique les encourage dans le monde entier. « Les gouvernements qui défendent ces droits sont à terme plus stables, meilleurs et plus en sécurité… Sans ces ingrédients, les élections ne créent pas une vraie démocratie à elles seules ».

  • La liberté de religion. Il y a une tradition de tolérance religieuse en islam que le Président a notamment pu constater en Indonésie. Donc la diversité religieuse doit exister dans les pays musulmans, et leurs minorités doivent être protégées. De même les violences entre sunnites et chiites devraient cesser. Quant aux pays occidentaux, ils ne devraient pas « déguiser l’hostilité envers la religion sous couvert de libéralisme », en dictant par exemple ce qu’une musulmane devrait porter. – phrase qui a été longuement applaudie – Le Président fait l’éloge des programmes interreligieux de service communautaire, de tout ce qui va dans le sens de l’Alliance des civilisations et du dialogue. « De fait, la foi devrait nous unir ».

  • Le droit des femmes. Il faut favoriser tout ce qui va dans le sens de l’éducation des femmes. C’est l’occasion pour Barack Obama d’annoncer des programmes de coopération et d’aide dans le but de développer l’éducation, l’entreprise, les sciences et les techniques. Après avoir cité le Coran, le Talmud et la Bible, le Président conclut : « Les habitants du monde peuvent cohabiter en paix. Nous savons que telle est la vision de Dieu. C’est maintenant notre tâche sur cette terre. Je vous remercie et que la paix de Dieu soit avec vous ».

  • 286 Voir sur ce point, Chelini-Pont B., « Vers une laïcité transatlantique ? Analyse croisée France-Éta (...)

39Si nous établissons une comparaison entre ce discours et ceux des Présidents français et particulièrement ceux de Nicolas Sarkozy, Barack Obama s’exprime certes en tant que Président des États-Unis, mais il s’exprime aussi clairement en tant que chrétien, en tant que croyant parlant à d’autres croyants, musulmans. Il cite « le Saint Coran » et prétend s’en inspirer dans son discours de vérité, il parle du Moyen-Orient comme de « la région où il a été révélé pour la première fois ». Une telle manière de s’exprimer lui vaudrait des reproches s’il était un professeur d’histoire de l’Éducation nationale française… En effet, il n’exprime pas de prise de distance par rapport à un discours religieux, une manière religieuse de dire le réel ou l’histoire. Quant à sa conclusion, c’est clairement celle d’une prédication donnée par un pasteur, puisqu’il s’agit de s’inscrire dans la vision de Dieu pour accomplir notre tâche sur la terre, en accord avec cette vision. C’est une vision par ailleurs très syncrétique, irénique et interreligieuse, où les trois monothéismes sont convoqués pour dire sinon la même chose, mais au moins des messages convergents. J. Chirac n’a bien sûr jamais parlé comme cela, quant à N. Sarkozy, il se rapproche incontestablement de ce ton, en tenant un discours ouvertement pro-religieux, mais sans jamais toutefois adopter un discours directement religieux. On ne se lasse pas de constater cette différence entre la France et les États-Unis. Ces deux nations ayant tant de proximité et de distance. Les États-Unis, ce pays né laïque et religieux tout à la fois ; la France ce pays né religieux et se voulant laïque. Un Président américain n’éprouve aucune gêne à parler de sa foi ou au nom de la foi, car celle-ci n’a jamais été historiquement liée à un large système de persécution d’État de quiconque ne croyait pas ou croyait de manière prétendument hérétique. On voit aussi toute l’ambiguïté de la posture de N. Sarkozy qui a un style assez « américain » mais s’adresse à un Pape féru de philosophie grecque et de théologie médiévale plutôt que de prophétisme à la Martin Luther King et qui dirait plus volontiers « l’Église détient la Vérité » que « I have a dream ».286 Autre caractéristique de ce discours, et là le point commun est évident avec le Président français, Barack Obama parle de lui et fait explicitement référence à son expérience vécue, à son père, à sa vie en Indonésie et à son parcours professionnel et même à son prénom. Il est vrai que l’objet de son discours se prêtait particulièrement à ce genre de confidences qui ne pouvait que créer l’empathie et la sympathie avec son auditoire égyptien.

40Il y a par contre un point de divergence évident, que l’on peut même considérer comme une « pierre dans le jardin de la France », qui est l’interdiction des signes religieux ostensibles ou ostentatoires à l’école et qui est directement visée comme une « hostilité envers la religion sous couvert de libéralisme » en voulant dicter l’habillement d’une musulmane. Là encore, la culture politique et l’histoire ne sont pas du tout les mêmes en France et aux États-Unis. La liberté religieuse est constitutive de la Constitution américaine, en France elle est le fruit d’un processus complexe qui a pu prendre l’aspect d’une lutte antireligieuse à cause des résistances de l’Église catholique et dans laquelle l’École fut l’instrument privilégié d’une laïcité d’émancipation et pas seulement un système éducatif neutre. Pour tout le reste, on pourrait trouver une véritable consonance entre ce discours et les discours des Présidents français. L’insistance sur l’alliance des civilisations pour prévenir un « choc des civilisations », l’appel au dialogue des cultures et au dialogue interreligieux. Il conviendrait toutefois d’apporter la remarque suivante : Barack Obama s’adresse au reste du monde au nom d’une nation qui aurait fait son unité de plusieurs peuples, lui-même incarnant la capacité de ce pays à intégrer et à valoriser ses minorités. Force est de constater que l’appel au dialogue, à la compréhension mutuelle et au vivre ensemble est teintée d’angoisse en France. Il s’agit en effet d’un problème intérieur à la France, ancienne puissance coloniale qui s’est longtemps complu dans la dénonciation du racisme américain, au temps de la ségrégation et qui se rend compte aujourd’hui que, derrière son universalisme fier et verbal, elle semble avoir quelques difficultés à intégrer ses minorités ethniques, culturelles et religieuses. Notons un autre point commun significatif aux différents discours, le soutien aux droits des femmes et à leur promotion via l’éducation. Même si la situation est assez contrastée de ce point de vue dans les pays musulmans, nul doute que ce message s’adresse en priorité à eux et aux populations qui en sont issues.

III. La mise en place de l’IESR

41Pour modeste que soit encore la taille de l’IESR en 2014, son existence même et le travail qui s’est accompli en son sein depuis sa création en fait un acteur de premier plan sur la question de l’enseignement des faits religieux en France. Non pas le seul bien sûr et il y a aujourd’hui une formidable actualité autour des faits religieux, de nombreux chercheurs de toutes disciplines et de toutes obédiences publiques ou privées, laïques ou religieuses, qui croisent de près ou de loin ces questions. Mais l’IESR est la seule institution publique laïque plus spécifiquement – mais pas seulement – chargée de cette question par la volonté politique. Il ne s’agit pas d’un laboratoire de recherche, dédié exclusivement à celle-ci, mais plutôt d’une instance où se croisent en permanence la recherche et la société, dès qu’il est question de faits religieux et de laïcité. Mais, avant de voir comment l’activité de l’IESR se déploie en faveur de l’enseignement des faits religieux, quelles sont ses avancées ou ses difficultés, il convient de revenir sur les conditions dans lesquelles cet institut a été créé. Pour mener à bien ce travail, en plus de la consultation des nombreux documents existants, nous avons mené des entretiens avec les principaux acteurs de cette période.

A. La création de l’IESR

42L’arrêté ministériel portant création de l’IESR est signé par le ministre de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur de cette époque, Luc Ferry. Nous sommes le 26 juin 2002. Jacques Chirac vient d’être réélu Président de la République. Régis Debray a rendu son rapport en février 2002 et la création de cet institut fait partie des préconisations. Le délai a été extrêmement bref, qui prouve que ce rapport n’est pas resté lettre morte.

  • 287 Entretien du 8/12/09.
  • 288 Entretien du 16/12/09.

43À l’origine de cette création, Régis Debray a découvert les ressources de la section des Sciences Religieuses de l’EPHE, qui souhaitait de son côté accueillir un institut à l’instar de l’Institut de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM) créé au sein de l’EHESS. Selon Philippe Joutard « Claude Langlois jouera un rôle important pour que la cinquième section de l’EPHE dont il était à l’époque le doyen soit très présente dans la gestion des conséquences de (son) rapport »287. L’idée de créer une « École des Hautes Études en Sciences des Religions » qui aurait son autonomie propre, a même pu flotter un temps dans les esprits comme l’a confirmé Jean-Paul Willaime288. En fait, d’une manière plus réaliste, à partir de la connaissance de ce contexte, on peut parler d’une sorte « d’entrée dans l’atmosphère terrestre » de l’idée d’enseigner les faits religieux à l’École laïque. Cela est d’ailleurs vrai pour toutes les idées et les initiatives nouvelles dès l’instant qu’elles veulent s’inscrire dans le réel et trouver un refuge institutionnel. Régis Debray, naturellement tourné vers l’international, comptant probablement sur un succès de ses amis politiques aux élections de 2002, avait sans doute imaginé quelque chose de plus grand, de plus indépendant, pouvant recevoir à la fois un soutien public et privé, quelque chose comme un organisme qui serait le Conseil du gouvernement pour les questions religieuses, politique éducative comprise. Mais il est lui-même persuadé de la puissance du « médium » et dans ce cas, de son propre aveu, « le médium fut à la fois un établissement universitaire pour l’institution et l’Inspection générale de l’Éducation nationale pour les préconisations ». Le contenu de ce rapport que nous avons analysé porte donc la marque de son auteur bien sûr, dans ses grandes thèses et dans son style, mais il porte aussi la marque des institutions tutélaires qui se sont penchées bien vite sur son berceau. Il en ressort que cet enseignement n’existera qu’au sein des disciplines, que, par exemple, l’Inspection générale de philosophie tiendra au fait que le module de formation continue en IUFM s’intitule « philosophie de la laïcité et enseignement du fait religieux » et que devait être créé… un Institut européen en sciences des religions au sein... de l’EPHE qui serait la tête de pont pour tenter de coordonner des initiatives nombreuses, mais malheureusement éparses.

  • 289 Entretiens des 13/01/10 et 19/04/10.

44Malgré les inquiétudes politiques, le rapport ne fut pas « enterré » et aux dires à la fois de Régis Debray et Roch Olivier Mestre (conseiller du Président de la République, chargé de la culture, de la communication, de l’éducation et des relations avec les cultes à partir de 2000), Jacques Chirac a personnellement encouragé ce dossier et fait des recommandations favorables à ses ministres de l’Éducation nationale successifs, que furent Luc Ferry et François Fillon pour que le fait religieux ne soit pas oublié à l’École.289 L’IESR fut donc créé, Jean Baubérot dut batailler pour que cela ne soit pas à « moyens constants », un local fut loué et quelques postes créés (un responsable administratif, un documentaliste et deux professeurs agrégés responsables formation recherche qui sont actuellement au nombre de trois). Le premier Président de l’IESR fut Régis Debray, son premier directeur Claude Langlois. Finalement, ne sentant plus une volonté politique assez forte à ses yeux sur ces enjeux, atteignant l’âge de la retraite, Régis Debray préféra démissionner de la présidence du Conseil de direction en 2004. Mais il reste attentif à la vie de l’IESR dont il est toujours le Président d’honneur et participe ponctuellement à certaines de ses actions. Jean-Paul Willaime a été le directeur de l’IESR de 2005 à 2010, avec pour directrice adjointe Isabelle Saint-Martin qui lui a succédé. Dominique Borne a été Président du Conseil de direction de 2005 à 2013 auquel a succédé l’historien Gérald Chaix.

B. Les missions de l’IESR

45Nous les donnons telles qu’elles sont définies par arrêté ministériel : « L’IESR a pour mission de participer à la formation initiale et continue des enseignants et des formateurs des établissements d’enseignement et de formation, pour la connaissance des faits religieux, notamment par des cours et séminaires, en favorisant la publication d’ouvrages pédagogiques et par la constitution d’une documentation directement accessible, en particulier par internet.

46Il organise, à la demande d’autres partenaires institutionnels, des actions de formation visant à diffuser dans la société la connaissance du fait religieux. L’IESR a comme interlocuteurs privilégiés les recteurs, les responsables des instituts universitaires de formation des maîtres, les inspecteurs des disciplines concernées par l’enseignement du fait religieux ainsi que les instances européennes compétentes et les institutions internationales, pour permettre une meilleure connaissance des modalités d’enseignement des religions et pour favoriser une réflexion commune sur le contenu des enseignements.

47L’IESR a une activité de recherche concernant l’enseignement des faits religieux en France et en Europe. Il organise, seul et avec des partenaires français ou étrangers, des séminaires, colloques et programmes de recherche concernant son objet de recherche. Il peut être habilité à constituer une bibliothèque rassemblant les ouvrages pédagogiques et didactiques spécialisé dans l’enseignement des religions. Pour l’exercice de ses missions, l’IESR s’appuie sur les compétences scientifiques de l’Ecole pratique des hautes études. Il est habilité à développer un réseau régional qui contribue à ses travaux au plan local en liaison avec, notamment, les recteurs d’académie, les responsables des instituts universitaires de formation des maîtres et des inspections d’académie ».

48Il apparaît clairement que la mission de formation de l’IESR est essentielle, tout particulièrement auprès des professeurs et des maîtres formateurs, qu’il met à disposition du public des ressources en ligne et des publications, qu’il conduit des recherches sur l’enseignement des faits religieux en Europe et en France. Au vu de ses bilans d’activités, quelle activité a-t-il pu déployer et quelle maturité y-a-t-il acquise depuis maintenant près de 10 ans ?

49L’IESR mène en fait à bien quatre missions principales, une mission de formation, une mission d’expertise, une mission de recherche, une mission documentaire.

- Une mission de formation

50Cette mission se déploie d’abord auprès des enseignants (primaire et secondaire) et chaque année l’IESR construit des modules de formation ou y participe tant en formation initiale que continue. Dans les académies de la région parisienne mais aussi dans des académies de province, comme à l’École supérieure de l’Éducation nationale pour ses cadres (ESEN). Le fameux « module Debray », « philosophie de la laïcité et enseignement du fait religieux » a de fait existé jusqu’en 2010 à l’IUFM de Créteil, même s’il était plus sobrement appelé « laïcité et faits religieux ». Outre la laïcité, ces formations ont porté, à titre d’exemples, sur le pluralisme religieux (y compris interne aux religions), sur l’impact de cet enseignement dans les différentes disciplines, religions et colonisation, relations État-religions en Europe, les trois monothéismes et leurs textes fondateurs, les intégrismes et fondamentalismes, l’évolutionnisme, la relation faits religieux et histoire des arts… Ces formations profitent largement du fait que l’IESR organise des séminaires thématiques ou disciplinaires en histoire, lettres ou philosophie. Cette mission de formation s’exprime aussi par des cours du soir et des journées de formation destinés à un large public et auxquels les enseignants peuvent bien sûr assister. L’offre de formation, dispensée par les meilleurs spécialistes du moment est extrêmement étendue : du chamanisme, aux hérésies de l’antiquité, à Calvin, à l’Inde des Guptas, à la notion de sacrifice, aux pratiques alimentaires, aux récits de création, à la naissance de l’islam, en passant par le Talmud, la Russie orthodoxe, Constantinople, la Mésopotamie, les rites funéraires, les prophètes d’Israël, la philosophie de la religion de Nietzsche ou le bouddhisme indien. Cet inventaire à la Prévert ne donne qu’un tout petit aperçu de l’étendue extraordinaire que peut prendre l’étude des faits religieux ! Toujours destinés au large public, l’IESR organise tous les mois des rencontres pour présenter et discuter des auteurs et leurs ouvrages en lien avec les faits religieux. Toujours dans le cadre de cette mission de formation, l’IESR offre la possibilité, en cohabilitation avec l’ensemble des enseignements de l’EPHE et de l’EHESS, de préparer un Master professionnalisant intitulé « Religions et laïcité dans la vie professionnelle et associative » qui s’adresse à toute personne dont l’activité professionnelle est ou sera en prise avec les faits religieux, dans une perspective socio-éducative, politique, juridique, médico-sociale ou culturelle.

- Une mission d’expertise

51Cette deuxième mission peut très bien, elle aussi, prendre l’aspect d’actions de formation. Il s’agit de constituer un lieu d’expertise sur l’impact des religions dans la vie des sociétés. C’est notamment la raison pour laquelle différents ministères ont des représentants au Conseil de direction de l’IESR. De nombreux partenariats existent avec le monde de la culture, des musées (Louvre, Musée d’art et d’histoire du judaïsme, etc.), de la BNF ; avec celui de la Justice (formations, colloques pour la Protection Judiciaire de la Jeunesse) ; avec celui des Affaires étrangères (séminaires avec le centre de recherches internationales de Sciences-Po sur les religions dans la mondialisation, la relation entre démocratie et religions…) ; avec celui de l’Intérieur et le Bureau des Cultes (formation pour les Préfets, recherche sur l’évolution du protestantisme…) ; avec celui de la santé (formations pour le personnel hospitalier, colloque sur les aumôneries hospitalières…) ; ou avec le Congrès des pouvoirs locaux du Conseil de l’Europe (dialogue interreligieux et collectivités territoriales).

- Une mission de recherche

  • 290 La consultation du site web de l’IESR (www.iesr.fr) permet de suivre l’actualité de ses activités.

52Les recherches finalisées peuvent concerner les relations État /École/Religions dans les pays européens, l’enseignement privé confessionnel, l’enseignement religieux dans les départements d’Alsace-Moselle, la place du religieux dans l’administration pénitentiaire, la façon dont les professeurs d’histoire enseigne les faits religieux… Il peut s’agir aussi de journées d’étude autour d’auteurs comme Camille Tarot, Jean-Marc Ferry, René Rémond ou d’une réflexion thématique autour des « transferts de sacralité », de la question de savoir « ce qui est sacré aujourd’hui », de se demander « quel avenir pour les chrétiens d’Orient ? » ou de « théorie de l’évolution des religions de 1859 à nos jours »290.

- Une mission documentaire

53Le site internet de l’IESR se développe régulièrement et sa bibliothèque virtuelle est riche de près de 500 notices d’ouvrages et 70 documents de synthèse. La fréquentation moyenne est supérieure à 10.000 visiteurs par mois. On y trouve aussi des communications, des comptes rendus de séminaires ou journées d’études, des avis sur les nouveaux programmes. Le site renvoie à de nombreux autres sites en lien avec les faits religieux ou la laïcité.

C. Le besoin global de formation sur la laïcité

54Depuis une dizaine d’années, l’actualité nationale fait revenir sans cesse au-devant de la scène la laïcité comme question révélatrice des enjeux socio-politiques contemporains. Centenaire de la loi de 1905, Commissions Stasi, commission Machelon, rapports nombreux, chartes de la laïcité, recherches et publications abondantes, débats parlementaire ou médiatiques, discours présidentiels, déclarations publiques de responsables religieux, tout concourt pour revenir sur ce paradoxe surprenant : tous revendiquent la laïcité et un attachement sans faille pour elle et pourtant les débats sont vifs, sur la manière de la concevoir, de la mettre en pratique, sur la question de savoir s’il faut la faire évoluer et si oui, dans quel sens et comment ? C’est ainsi que l’IESR a spécifiquement vocation à assurer des formations sur la laïcité. Ce besoin de formation n’est pas qu’une hypothèse ou une sorte de lieu commun partagé, c’est le constat que l’IESR fait dans l’exercice de l’une de ces missions fondamentales. L’IESR a, dès sa création, assuré des formations, aussi bien initiales que continues, sur la laïcité à l’attention des professeurs ou des cadres de l’Éducation Nationale. Il s’agit de comprendre aussi bien la laïcité dans la vie scolaire que la laïcité de l’enseignement, notamment lorsqu’il s’agit d’aborder les faits religieux dans le cadre des disciplines scolaires existantes.

  • 291 La rubrique « laïcité » de la bibliothèque virtuelle de l’IESR contient près d’une centaine de d’ou (...)

55On peut débattre de l’association entre formations sur les faits religieux et formations sur la laïcité. Cette association a pu, pour certains esprits faire naître une inquiétude et une suspicion sur l’enseignement des faits religieux. Ainsi, le rappel constant de la laïcité serait comme la prophylaxie qui devrait sans cesse accompagner une activité dangereuse, chargée d’on ne sait quel pouvoir de contamination. Nous espérons avoir bien montré en quel sens l’enseignement des faits religieux, dans sa nature même, n’est ni une entorse vis-à-vis de la laïcité, ni un recul par rapport à elle, mais un développement de celle-ci et l’expression de sa maturité. On montre ce qu’est la laïcité en enseignant les faits religieux d’une manière laïque, comme on prouve la marche en marchant. Non pas que toute formation sur les faits religieux devrait être suivie ou précédée par un exposé sur la laïcité, mais la laïcité, elle-même, a besoin d’être enseignée et discutée. En effet, les très nombreuses publications à son sujet le prouvent291 : la laïcité recèle une complexité et une vitalité qui obligent sans cesse à des recherches et une réflexion renouvelées. Or cette complexité et cette vitalité doivent absolument être l’objet de la connaissance et du débat, en tous les cas pour les fonctionnaires.

56En effet, les missions de l’IESR ne s’arrêtent pas au monde scolaire. Le besoin profond de formation concerne concrètement et immédiatement, toutes les fonctions publiques. Rappelons que c’est la République qui est laïque et que tous les fonctionnaires sont dans le cadre de leurs fonctions des représentants de la laïcité. Mais ils sont par définition au service de la société civile et au contact du public, c’est-à-dire aussi en relation avec les faits religieux tels qu’ils se manifestent dans la société contemporaine. Même si cela nous éloigne un peu de notre étude qui porte sur la laïcité au prisme de l’enseignement des faits religieux, nous pensons qu’il est éclairant de présenter l’offre de formation globale sur la laïcité abordée d’une manière croisée par les points de vue philosophique, sociologique, historique, juridique, sans jamais perdre de vue la spécificité des pratiques professionnelles et des besoins qui leur sont liés. Cela est éclairant, en effet, car la question de l’enseignement des faits religieux s’insère dans un contexte plus global qui est celui de la société française dans son ensemble.

  • 292 Les formations en question sont consultables sur le site internet de l’IESR.

57Quels exemples de formations dispensées par l’IESR sur la laïcité pourraient illustrer ce besoin de formation ? Pour l’Éducation nationale les formations portent aussi bien sur les relations entre laïcité et École, laïcité et Europe. Dans le domaine de la Santé et des affaires sociales, des formations sont dispensées auprès des personnels des hôpitaux, des travailleurs sociaux. Dans le domaine de la justice des formations sont dispensées auprès des magistrats, des éducateurs de la protection Judiciaire de la Jeunesse. Dans le domaine associatif éducatif ou même interreligieux des formations sur la laïcité sont également dispensées.292

IV. La mise en place de l’Observatoire de la laïcité et la posture prudente de François Hollande

  • 293 www.blogs.mediapart.fr/blog/claude.../vers-lenseignement-du-fait-laique
  • 294 L’Observatoire assiste le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en (...)

58Si les deux derniers Présidents français ont pu s’exprimer abondamment sur la laïcité et même l’enseignement des faits religieux, qu’en est-il de l’actuel Président François Hollande ? On se souvient de déclarations de campagne où il était question de la constitutionnalisation de la loi de 1905 (au moins les deux premiers articles) mais qui a été oubliée à la faveur de la découverte de la fausse simplicité de la situation française en la matière, avec, par exemple, la situation de l’Alsace-Moselle, récemment confirmée comme compatible avec la laïcité constitutionnelle par le Conseil Constitutionnel. Claude Lelièvre rapporte293 que le candidat François Hollande aurait suggéré qu’il faille enseigner à l’école le « fait laïque » à l’instar du fait religieux. Il est tout à fait certain que le sens de la laïcité n’est pas assez enseigné aux élèves, et que les personnels n’y sont pas assez formés, même si des efforts sont faits comme nous venons de le voir. Par contre, il serait regrettable de penser que l’enseignement des faits religieux est une sorte d’entorse à la laïcité, car il en est plutôt une manifestation étendue. On prête aussi des intentions semblables à Vincent Peillon à l’époque de la campagne présidentielle, ce qui s’est peut-être traduit par son projet d’enseignement de morale laïque, que nous étudierons plus loin en profondeur. Quoiqu’il en soit, François Hollande appartient à une famille politique très marquée par le combat pour la laïcité. Mais les temps ont changé et les débats qui renaissent autour d’elle ne permettent pas les classifications simplistes et anachroniques entre partisans et adversaires de la laïcité. Au-delà de l’atmosphère de campagne électorale, la posture du nouveau Président semble se caractériser par la prudence mais aussi un premier acte significatif : l’installation d’un Observatoire de la laïcité294, institué en 2007 par Jacques Chirac auprès du Premier ministre (à l’époque Dominique de Villepin), mais qui n’avait pas encore eu de réalité jusque-là.

A. Le contexte

  • 295 www.hci.gouv.fr
  • 296 Haut Conseil à l’Intégration, Laïcité dans la fonction publique, de la définition du principe à son (...)
  • 297 Ibid., p. 129-132.
  • 298 Haut Conseil à l’Intégration, Ministère de l’éducation nationale, Abdennour Bidar, préface Vincent (...)
  • 299 Ibid., p. 94.

59La commission Stasi avait déjà proposé fin 2003 la création d’un Observatoire national de la laïcité. Il fut bien créé le 25 mars 2007, mais l’agenda politique en a suspendu l’installation. Le Président Nicolas Sarkozy préféra confier une mission sur l’application du principe de laïcité au Haut Conseil à l’Intégration295. Cette instance créée par Michel Rocard en décembre 1989, peu après « l’affaire du voile » du Collège Gabriel Havez de Creil avait déjà été sollicitée par Dominique de Villepin le 15 mai 2006 pour un projet de Charte de la laïcité dans les services publics. En mars 2010, dans un avis sur l’expression religieuse dans les espaces publics de la République, le HCI recommandait l’installation de l’Observatoire sur la laïcité. C’est donc tout naturellement que les travaux de la Mission laïcité du HCI qui travaillait sous la direction d’Alain Seksig ont pris fin avec l’installation de l’Observatoire. Mais il faut encore un peu revenir sur les travaux qui furent les siens, notamment dans la perspective qui est la nôtre, c’est-à-dire la relation entre laïcité et enseignement des faits religieux. Le HCI a organisé un séminaire les 8 et 9 décembre 2011 au CNAM qui a donné lieu à une publication296 dans laquelle Isabelle Saint-Martin, directrice de l’IESR, explique le rôle de l’IESR dans différentes actions de formation sur la laïcité auprès de plusieurs fonctions publiques297. Le 13 février 2012 est signée une convention de partenariat entre le HCI et le Ministère de l’éducation nationale, qui a pour but d’établir une mission « Pédagogie de la laïcité » confiée à Abdennour Bidar, professeur de philosophie. Il est précisé dans cette convention que « l’IESR pourra être associé, en tant que partenaire privilégié, aux travaux de cette mission », ce qui fut d’ailleurs fait. Il s’agit de promouvoir la connaissance et la formation au sujet de la laïcité, ce qui donnera également lieu à une publication298. Une large place est faite dans ce rapport à l’enseignement des faits religieux. On peut y lire notamment : « L’enseignement des faits religieux ne devrait pas susciter une réticence de la part du professeur d’histoire. En effet, l’enseignement des faits religieux ne correspond pas à un recul de la laïcité, mais au contraire à une avancée : se saisir des faits religieux au sein de l’école laïque revient à légitimer un espace pour leur étude profane, autrement dit à revendiquer et à assumer la possibilité de les mobiliser différemment, et en dehors de leur usage religieux »299.

60Pour revenir au contexte plus général de la vie politique en France, il est certain que ces dernières années ont vu revenir dans le débat public, la laïcité comme « question sensible » pour ne pas dire sujet brûlant. Le HCI, dans son avis du 6 septembre 2011 sur « Expression religieuse et laïcité dans l’entreprise » est favorable à l’application à l’entreprise des règles de neutralité et d’impartialité, ainsi qu’à l’extension au secteur social et médico-social des règles de laïcité régissant les services publics. Dans ce domaine, la Chambre sociale de la Cour de cassation qui avait tranché un contentieux riche en rebondissements dans un arrêt du 19 mars 2013, a été désavouée par la Cour d’appel de Paris le 27 novembre 2013 sur l’affaire dite de la crèche Babyloup. Aux prises avec cette affaire, la haute juridiction judiciaire avait décidé de renverser les solutions rendues par les juridictions du fond et avait finalement fait prévaloir la liberté d’expression religieuse dans une structure ‘privée’ de la salariée impliquée, licenciée pour le port d’un voile. La Cour d’appel a estimé quant à elle, que la crèche pouvait être considérée comme une entreprise de conviction, en mesure d’exiger la neutralité de ses employés. Ces atermoiements interviennent dans un contexte très passionnel : un quartier sensible, les pressions des milieux religieux, un lieu dirigé par une femme pour aider les femmes etc. On retrouve donc, mutatis mutandis (en insistant toutefois sur la différence entre un service public et une structure privée), une situation analogue à celle qui précédait la loi de mars 2004 pour les signes religieux à l’École : pas d’interdiction générale possible dans l’état du droit, mais des limitations susceptibles d’être apposées pour peu que le cadre réglementaire et l’esprit régissant les structures de travail- qu’elles soient publiques ou privées- exige la neutralité de ses employés. Faut-il modifier le droit pour prendre en compte la situation d’établissements et d’associations de droit privé qui accomplissent une mission de service public (sans toutefois avoir explicitement une délégation de service public) et sont subventionnés à ce titre ? À gauche, beaucoup sont partisans d’une telle évolution juridique. C’est donc sous la pression d’un tel contexte que François Hollande a installé l’Observatoire, peu de jours après l’arrêt de la Cour de cassation, pour souhaiter « l’apaisement ».

B. La lettre de mission de l’Observatoire

61Cette « lettre » a été prononcée comme discours par François Hollande lui-même lors de l’installation de l’Observatoire le 8 avril 2013 au Palais de l’Élysée. Situons en l’esprit général : « La laïcité est depuis plus d’un siècle un pilier du pacte républicain, une référence commune, un cadre collectif. La laïcité, c’est la liberté de conscience, donc la liberté religieuse dans le respect des droits pour toutes les religions, pour toutes les croyances, de se pratiquer dans le respect réciproque. Faire vivre la laïcité, ce n’est pas seulement la protéger, la préserver. C’est lui donner les moyens d’évoluer, et de répondre aux mutations de la société ». Deux remarques s’imposent : la laïcité est d’abord définie comme une liberté, la laïcité a besoin d’évoluer. Que la laïcité soit liberté est une évidence juridique, mais une certaine tradition laïque insiste plutôt sur la notion de « séparation » d’entre les cultes et l’État. Pour que la laïcité reste vivante et fidèle à elle-même, elle a justement besoin d’évoluer car la société change. C’est une évidence qui n’est pas toujours partagée par ceux qui voudraient « défendre » la laïcité comme un cristal immuable dans sa pratique. Les missions de l’Observatoire tournent autour de trois verbes : informer, transmettre, proposer et observer.

62Informer signifie la nécessité de former inlassablement sur un principe trop bien connu qui est de fait méconnu ; transmettre signifie notamment suivre le projet d’un enseignement de la morale laïque (auquel nous consacrerons plus loin une analyse approfondie) et rédiger une Charte de la laïcité pour les établissements scolaires à l’instar de celle pour les services publics ; proposer concerne notamment des solutions pour les cas comparables à celui de la crèche Baby Loup ; observer signifie que l’Observatoire rendra chaque année un rapport dressant l’état des lieux du respect du principe de laïcité.

C. La composition de l’Observatoire

63Nous ne donnerons pas cette liste aisément accessible, nous tenterons d’en discerner la philosophie qui l’inspire. Le président, Jean-Louis Bianco est un homme politique important et d’expérience proche de François Hollande, il est un gage de sérieux et n’est pas connu pour des prises de position passionnées sur la question de la laïcité. Le rapporteur général, Nicolas Cadène, proche de Jean-Louis Bianco, apporte ses compétences de juriste et de connaisseur du monde politique. Les parlementaires de la majorité sont connus pour leur engagement très « laïque », ceux de l’opposition sans doute plus de « sensibilité catholique ». Les membres de droit représentent les principaux ministères concernés : intérieur, justice, éducation nationale, affaires étrangères, Outre-mer, affaires sociales et santé, administration de la fonction publique. Dans les personnalités qualifiées on trouvera des personnes comme Alain Bergounioux et Laurence Loeffel du groupe de réflexion sur l’enseignement de la morale laïque, Patrick Kessel président du Comité Laïcité République, Abdennour Bidar ex chargé de la mission pédagogie de la laïcité du HCI et actuellement chargé de mission sur le même thème à la DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire), l’écrivain Daniel Maximin…

64La première remarque est qu’il n’y a aucun représentant des religions en France. Sans doute une façon d’éliminer le casse-tête du représentant-non représentatif de l’islam de France. La laïcité est présentée comme étant d’abord la liberté de conscience et de religion mais… tout cela, vu d’autres pays européens, peut faire penser que nous sommes bien en France. La deuxième remarque est qu’il n’y a aucun des membres de l’ancienne Commission Stasi par exemple et pas vraiment de ténors médiatiques sur la laïcité. Mais cela vaut peut-être mieux pour la tranquillité des débats et il est bon de renouveler les générations. Toutefois, il n’est pas certain que les débats seront si faciles et il est possible qu’il y ait de fortes oppositions, notamment sur la question de savoir s’il faut ou non légiférer à nouveau sur les questions de laïcité.

D. Le premier point d’étape sur les travaux de l’Observatoire

  • 300 www.gouvernement.fr › Premier ministre : le site web de l’Observatoire est accessible via celui du (...)

65L’Observatoire s’est rapidement mis au travail et a déjà fourni un travail dès le 25 juin 2013, téléchargeable sur le web300. Ce point d’étape réunit une foule de documents de diverses natures, points historiques, juridiques, revues de jurisprudence, avis etc. Mais sans préjuger de ce qui suivra, il se dégage tout de même une tonalité générale qui est finalement plutôt en décalage avec le contexte qui a précédé l’installation de l’Observatoire. Le style du Président de la République privilégiant « l’apaisement » semble prévaloir. Jean-Louis Bianco, avec d’autres membres (mais sans doute pas tous) paraissent trouver urgent de prendre du temps avant de légiférer à nouveau sur la laïcité. Quant à nous, nous ne portons notre attention que sur ce qui croise notre recherche. Nous analyserons plus loin le rapport sur l’enseignement laïque de la morale, présenté par Laurence Loeffel dans ce « point d’étape ». Le projet de Charte de la laïcité à l’école comporte deux articles qui devraient concerner l’enseignement des faits religieux. Art. 14 : « Les enseignements sont laïques. Afin de garantir aux élèves l’ouverture la plus objective possible à la diversité des visions du monde ainsi qu’à l’étendue et à la précision des savoirs, aucun sujet n’est a priori exclu du questionnement scientifique et pédagogique ». Art 15 : « Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une partie du programme ». Ces deux articles supposent que l’enseignement des faits religieux est naturellement inclus dans le propos. La formulation « … ouverture la plus objective possible à la diversité des faits religieux et des visions du monde… » aurait apporté une légitimité méritée à l’enseignement des faits religieux après beaucoup d’années de travail pour le définir et le mettre en œuvre.

66En conclusion, il est trop tôt pour porter une appréciation sur la politique de François Hollande en matière de laïcité et apprécier la relance ou la mise de côté de l’enseignement des faits religieux comme politique publique d’enseignement. Mais on peut déjà rendre compte du fait que les questions de laïcité sont devenues très embarrassantes, non seulement parce qu’elles sont complexes et difficiles en elles-mêmes, mais parce qu’elles ne passent plus par le clivage droite/gauche. La gauche est prise entre deux « logiciels » concurrents et passablement contradictoires. L’un, très « laïque », « républicaniste », discerne dans la société française de nombreuses atteintes à la laïcité, auxquelles il faut opposer une sorte de résistance ferme en n’hésitant pas à avoir recours à la loi. L’autre, plus « muticulturaliste », craint de fait la stigmatisation des Musulmans de France, plutôt défavorisés sur le plan social et économique, votant majoritairement à gauche et dont la défense vaut pour être membre du parti du bien contre celui de l’exclusion, de l’islamophobie, du racisme etc. (voir nos analyses à partir de celles de M. Gauchet au début de notre ouvrage). Il y a fort à parier que ces tensions ne vont pas se dissiper par enchantement et que l’Observatoire de la laïcité y sera soumis mais s’attachera courageusement à naviguer entre les deux écueils que nous venons de décrire.

Notes

267 http ://www.jacqueschirac-asso.fr/fr/les-grands-discours-de-jacques-chirac?post_id=2539

268 http ://www.jacqueschirac-asso.fr/fr/les-grands-discours-de-jacques-chirac?post_id=2371

269 Entretien du 13/01/10.

270 Les discours de Nicolas Sarkozy ont d’ailleurs fait l’objet d’analyses également nombreuses. Parmi celles-ci, on pourra citer : « Nicolas Sarkozy et la laïcité - néo-cléricalisme ou ultra-modernité ? » Analyse de Philippe Portier du 15 Mar 2008, http ://religion.info/french/articles/article_369.shtml. Chelini-Pont B., « Vers une laïcité transatlantique ? analyse croisée France-États-Unis et comparaison européenne », in Le fait religieux comme fait politique. Mélange en l’honneur de Bruno Étienne, Franck Fregosi (ed), Éditions de l’Aube, 2009, p. 185-195. On consultera aussi l’entretien que Philippe Portier a accordé au journal le Monde du 13 décembre 2009 où il développe l’idée que Nicolas Sarkozy défend une « laïcité d’intégration ». Willaime J.-P., « Pour une sociologie transnationale de la laïcité dans l’ultramodernité contemporaine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 146 | avril-juin 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012. URL : http ://assr.revues.org/21290: dans cet article Willaime J.-P. revient sur le débat qu’il eut avec Jean Baubérot sur la laïcité vue par Nicolas Sarkozy. Baubérot J., La laïcité expliquée à Nicolas Sarkozy et à ceux qui écrivent ses discours, Albin Michel, 2008. Schlegel J.-L., « Nicolas Sarkozy, la laïcité et les religions », Revue Esprit, février 2008.

271 Sarkozy N., La République, les religions, l’espérance, éd. du Cerf, 2000. Dans ce livre il est bien question de l’enseignement du fait religieux, mais Nicolas Sarkozy n’a, à cette époque, pas vraiment de point de vue affirmé, dans un sens ou dans un autre, et il reste dans un certain scepticisme sur la façon idéale de s’y prendre. Cela reflète sans doute plus les réserves de son interlocuteur, le dominicain Philippe Verdin.

272 media.education.gouv.fr/file/41/3/6413.pdf

273 Par exemple : Lettre de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation nationale, aux instituteurs et institutrices - 12 juin 1985.

274 Dans le discours dit du Latran du 20 décembre 2007 sur lequel nous donnerons plus loin des explications sous le titre « L’affirmation d’une laïcité positive ».

275 Entretien du 30/03/10.

276 On pourra trouver aisément tous les discours de l’actuel Président sur le site web de la présidence : www.elysee.fr/

277 C’est à Charles Péguy (1873-1914) en effet que revient la paternité de l’expression « hussards noirs » à l’usage des enseignants dans L’Argent, 6e Cahier de la Quinzaine de la 14e série en 1913, lorsqu’il parle de ses souvenirs d’écolier en culotte courte à l’école primaire, annexe de l’École normale de garçons d’Orléans qu’il fréquenta de 1879 à 1885. École annexe où venaient enseigner, en uniformes noirs, les Élèves-maîtres en formation professionnelle qu’il décrit en ces termes : « Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs. Sveltes, sévères, sanglés, sérieux et un peu tremblants de leur précoce, de leur soudaine omnipotence ».

278 On retrouve une notion assez classique en sociologie des religions, celle de « virtuose » qui vit totalement un idéal spirituel et religieux que la foule ne peut vivre que par procuration et via les pratiques dévotionnelles. On consultera, pour cette relation très contemporaine au religieux, l’ouvrage de Hervieu-Léger D., Le pèlerin et le converti, la religion en mouvement, champs Flammarion, 2003.

279 Voir ses Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil, 1983.

280 Qui est en fait un pèlerinage à Lourdes pour les 150 ans de ce que l’Église catholique considère comme des apparitions de la Vierge.

281 Habermas J. et Ratzinger J., Raison et religion. Dialectique de la sécularisation, Salvator, 2010. Ce livre est une illustration particulièrement parlante d’un dialogue fructueux qui eut lieu en 2007 entre un philosophe de la modernité contemporaine et un théologien qui allait devenir le Pape Benoît XVI.

282 Ferry J.-M., La religion réflexive, Cerf, 2010.

283 Circulaire NOR/IOC/D11/21246C du 29 juillet 2011 « Édifices du culte : propriété, construction, réparation et entretien, règles d’urbanisme, fiscalité ».

284 www.america.gov/st/.../2009/June/20090604162956eaifas0.5829126.html

285 Rappelons que sur ces 7 millions, tous ne sont pas issus de l’immigration, un nombre non négligeable d’entre eux sont des Afro-américains convertis à l’islam.

286 Voir sur ce point, Chelini-Pont B., « Vers une laïcité transatlantique ? Analyse croisée France-États-Unis et comparaison européenne », déjà cité, p. 185-195.

287 Entretien du 8/12/09.

288 Entretien du 16/12/09.

289 Entretiens des 13/01/10 et 19/04/10.

290 La consultation du site web de l’IESR (www.iesr.fr) permet de suivre l’actualité de ses activités.

291 La rubrique « laïcité » de la bibliothèque virtuelle de l’IESR contient près d’une centaine de d’ouvrages référencés, alors qu’il s’agit de travaux récents et d’une sélection de notre part parmi l’ensemble des publications contemporaine sur le sujet.

292 Les formations en question sont consultables sur le site internet de l’IESR.

293 www.blogs.mediapart.fr/blog/claude.../vers-lenseignement-du-fait-laique

294 L’Observatoire assiste le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France. Il réunit les données, produit et fait produire les analyses, études et recherches permettant d’éclairer les pouvoirs publics sur la laïcité. Il peut saisir le Premier ministre de toute demande tendant à la réalisation d’études ou de recherches dans le domaine de la laïcité. Il peut proposer au Premier ministre toute mesure qui lui paraît permettre une meilleure mise en œuvre de ce principe, notamment pour assurer l’information des agents publics et privés, des usagers des services publics, des élus et des représentants des cultes. Enfin, il est consulté par le Premier ministre ou les ministres sur des projets de textes législatifs ou réglementaires. L’Observatoire qui a été institué en 2007 a été renouvelé pour une durée de 5 ans à compter du 5 avril 2013. Un décret a été publié en ce sens au Journal officiel du jeudi 4 avril 2013.

295 www.hci.gouv.fr

296 Haut Conseil à l’Intégration, Laïcité dans la fonction publique, de la définition du principe à son application pratique, La documentation française, mai 2012.

297 Ibid., p. 129-132.

298 Haut Conseil à l’Intégration, Ministère de l’éducation nationale, Abdennour Bidar, préface Vincent Peillon, Pour une pédagogie de la laïcité, La Documentation française, novembre 2012.

299 Ibid., p. 94.

300 www.gouvernement.fr › Premier ministre : le site web de l’Observatoire est accessible via celui du Premier ministre.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search