Version classiqueVersion mobile

Vers une laïcité d’intelligence ?

 | 
Philippe Gaudin

Troisième partie. Depuis 2002, enracinement et difficultés d’une politique éducative laïque

Depuis 2002, enracinement et difficultés d’une politique éducative laïque

Texte intégral

  • 266 Il faut prendre cet adjectif au sens le plus large du terme. Sur la réaction des différentes famill (...)

1Nous avons montré dans la première partie la pertinence qu’il y avait à parler, au sujet de l’enseignement des faits religieux, d’un problème politique266. Cet enseignement s’est petit à petit mis en place au sein de l’École laïque selon les modalités que nous avons expliquées, comme un prisme révélateur de la manière de concevoir et de pratiquer la laïcité en France et comme une réponse à la question du « vivre ensemble ».

2C’est en tant que politique éducative que nous aborderons l’enseignement du fait religieux dans cette dernière partie, politique qui, en tant que telle, ne peut être indépendante de la décision politique qui l’a finalement consolidée. Comme la question de l’École et de la laïcité est au cœur du pacte républicain, c’est donc le sommet même de l’État qui a été concerné, et nous l’aborderons à travers l’analyse des discours présidentiels – ceux de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy – nombreux à concerner la laïcité et par conséquent, directement ou indirectement, la question de l’enseignement des faits religieux à l’École publique. En contrepoint, le discours du Président Obama au Caire nous permettra de mettre en perspective le point de vue politique français. Par ailleurs, le point d’observation privilégié pour comprendre l’enracinement de cette politique sera l’IESR, dont l’une des missions essentielles a été et reste justement d’aider à sa mise en œuvre. Nous réfléchirons à la signification et à la fonction de cet Institut, créé au sein de l’EPHE à la suite d’une recommandation du rapport Debray.

3Quels ont été les succès et les difficultés d’une telle politique éducative ? Via une mise en perspective européenne de cette question, la France apparait-elle différente ou « à la traîne de l’Europe » ? Cette question se pose, puisque l’Union poursuit une forme d’union politique et qu’il existe à la fois une certaine laïcité européenne et des défis communs à relever pour les sociétés et les systèmes éducatifs européens. Les similitudes n’excluent pas les différences et la singularité du choix français en matière d’enseignement des faits religieux se comprend mieux dans le cadre de l’Europe. Par ailleurs, les difficultés de cette politique sont aussi propres à l’organisation de la formation des professeurs en France, qu’elle soit initiale ou continue. Ayant été chargé de mettre en œuvre, de 2005 à 2011, le module « Laïcité et enseignement des faits religieux » – une des préconisations centrales du rapport Debray – pour l’IUFM de Créteil, nous tenterons de tire des leçons de cette expérience de formation. Nous nous appuierons également sur l’opinion avertie de diverses personnalités interviewées pour l’occasion, qui font apparaître des difficultés structurelles, liées à l’actualité ou encore à la mise en œuvre technique de cet enseignement.

Notes

266 Il faut prendre cet adjectif au sens le plus large du terme. Sur la réaction des différentes familles politiques à la question de l’enseignement des faits religieux, on trouvera des éléments de réponse récents dans un numéro hors-série réalisé par les magazines « Marianne » et « l’Histoire » (L’École de la République, septembre octobre 2011). Pour l’occasion, IPSOS a réalisé un sondage d’un échantillon représentatif de 1000 personnes en juillet 2011. Joutard Ph. commente ce sondage où il apparaît que des cours sur les faits religieux à l’École ne sont pas considérés par deux tiers des personnes interrogées comme une atteinte au principe de laïcité de l’École publique. Par ailleurs, « des gens de sensibilité d’extrême gauche les soutiennent à plus de 70 %, au même titre que les écologistes, l’UMP ou le Modem. Seul le FN y est le moins favorable, à 10 points en dessous de la moyenne nationale » p. 16. Ce n’est donc pas une question qui clive la droite et la gauche et qui fait plutôt consensus. La réticence du FN est sans doute à mettre au compte du fait que sa nouvelle ligne politique est plutôt sur le mode d’une « défense de la laïcité » qui recoupe de fait une hostilité à l’islam.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search