Version classiqueVersion mobile

Vers une laïcité d’intelligence ?

 | 
Philippe Gaudin

Deuxième partie. 1996-2004, constitution d’un dispositif institutionnel complexe

1996-2004, constitution d’un dispositif institutionnel complexe

Texte intégral

1Nous avons vu dans la première partie comment a pu s’inventer dans un contexte historique, social, éducatif et intellectuel ce que nous avons appelé un « problème politique », tant cette question déborde largement le domaine strictement pédagogique. La question émerge au début des années 1980 d’une manière presque refoulée via la question de la pluralité culturelle dont on ne consent que du bout des lèvres à reconnaître qu’elle peut avoir une dimension religieuse. Puis le début des années 1990 concentre des prises de parole explicites autour de la réponse possible, dans le cadre de l’École, à ce problème posé. Ces prises de parole sont ensuite relayées par ce que nous avons appelé des initiatives nouvelles. La deuxième partie retrace la manière dont cette prise de conscience va se traduire dans tel ou tel type de dispositif institutionnel : quels seront les principaux acteurs, comment cet enseignement se mettra en place en France dans ses grands principes, quelles réactions cela va-t-il provoquer ? Les nouveaux programmes d’histoire qui entrent en vigueur à partir de 1996, le rapport Debray début 2002 et le colloque (ou « séminaire national » plus exactement) de la Direction de l’enseignement scolaire (Desco) sur l’enseignement du fait religieux fin 2002 sont les moments fondateurs sur le plan institutionnel : cet enseignement va se mettre en place en France selon des modalités qui seront analysées. Un premier bilan sera fait de cette politique éducative, à l’intersection entre un contexte et des acteurs politiques, intellectuels et administratifs. Et, puisque la marque française est le fait d’enseigner les faits religieux dans les disciplines, nous réfléchirons à cette solution, tout en nous demandant quelle sont les disciplines concernées et comment. Seront ensuite examinées les réactions, aussi bien dans les milieux « laïques » que religieux, pour prendre conscience de la complexité et de la profondeur des enjeux : puisque cet enseignement se justifie en profondeur, en-deçà ou au-delà du souci de la transmission culturelle et de l’accès au patrimoine, par le souci du « vivre ensemble » c’est toute la question du rôle éducatif de l’École et de la signification de la laïcité qui est reposée à nouveaux frais. Nous tenterons donc à l’issue de cette mise en perspective historique, une réflexion sur les relations qui peuvent exister aujourd’hui entre éducation, morale, religions et laïcité.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search