Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Penser la représentation

Représentation et souveraineté chez les Enragés (1792-1794)

« Pour tout être qui raisonne, gouvernement et révolution sont incompatibles »1

David Gilles

Texte intégral

  • 1 Jean-François Varlet, Gare l’Explosion, (s.l.), 15 vendémiaire de l’an III de la République frança (...)
  • 2 Marat, Le publiciste de la République française, par Marat, l’Ami du Peuple, Paris, n° 233, 4 juil (...)
  • 3 S’ajoute à ces trois personnages, une garde rapprochée, composée essentiellement de Pauline Léon e (...)
  • 4 Mouvement méconnu fort longtemps, les Enragés apparaissent le plus souvent à titre individuel dans (...)

1Marat, dans son journal Le Publiciste de la République française du 4 juillet 1793, décrivait les Enragés de la façon suivante : « Ces intrigants ne se contentent pas d’être les factotums de leurs sections respectives, ils s’agitent du matin au soir pour s’introduire dans toutes les sociétés populaires, les influencer et en devenir enfin les grands faiseurs. Tels sont les 3 individus bruyants qui s’étaient emparés de la section des Gravilliers, de la Société fraternelle et de celle des Cordeliers : je veux parler du petit Leclerc, de Varlet et de l’abbé Renaudi soi-disant Jacques Roux »2. Ces trois « individus » dont le portrait est ici dressé par « l’Ami du Peuple », ainsi que quelques autres3 forment ce que les historiens ont appelé les Enragés4. Mouvement né de la sans-culotterie parisienne, ces hommes et ces femmes, qualifiés d’Enragés, au discours extrémiste, vont constituer une opposition résolue mais fragile à la politique des Girondins, puis des Jacobins de 1792 à 1794.

  • 5 Pour cerner l’ensemble de cette pensée, il convient d’étudier les différents pamphlets, discours e (...)
  • 6 Jacques Roux fît des études chez les Lazaristes du séminaire d’Angoulême avant d’être tonsuré à 15 (...)
  • 7 Voir l’ouvrage de Jean Massin, qui tend à un rapprochement quasi systématique des idées de Marat e (...)
  • 8 Ainsi Marat parle des Enragés en ces termes peu flatteurs : « Varlet ne peut être qu’un intrigant (...)

2Les Enragés5 sont très proches, durant les années de radicalisation de la Révolution, des revendications sans-culottes et justifient ainsi le terme de « militants sans-culottes avancés » donné par A. Soboul. S’ils ont bénéficié dans leur ensemble d’une certaine éducation6, ils ne se posent pas en théoriciens de la Révolution, ni en penseurs politiques. Activistes révolutionnaires, simples porte-paroles bien souvent des milieux sans-culottes, les Enragés développent un discours qui se rapproche fréquemment de celui des autres leaders du mouvement populaire que sont Marat7 et Hébert, même si ceux-ci se révélèrent leurs ennemis les plus acharnés8.

  • 9 Cette virulence, le côté sanguinaire de leurs propos, bien dans l’air du temps, est toutefois parf (...)
  • 10 Selon l’expression de Patrice Rolland, « L’apprentissage de la liberté politique : les difficultés (...)
  • 11 Autre pôle de réflexion théorique et pratique des Enragés, c’est la question des subsistances. Les (...)
  • 12 Ce caractère mystique de leur quête les rapproche, paradoxe de l’histoire, de la mystique jacobine (...)

3Si la pensée enragée n’est pas une pensée originale, elle se caractérise par la virulence des propos tenus9 et, la constance, certains diront la fidélité, dans les prises de position. Cette opiniâtreté idéologique s’accompagne d’une permanence dans l’opposition au pouvoir en place. La question de la représentation forme la clé de voûte des réflexions en matière politique de ces hommes « précipités » dans l’univers politique10 par la Révolution11. Elle a le mérite d’avancer certains éléments originaux si on la confronte notamment avec celle des Jacobins. Cherchant à assouvir leurs revendications essentiellement économiques et sociales, ils développèrent une critique radicale de la représentation nationale et des représentants du peuple. Ces revendications en matière de démocratie directe vont se trouver confrontées à la réalité politique, sans jamais parvenir à une amorce de réalisation pratique. Pour les Enragés, l’idée que des délégués nantis d’un mandat représentatif, élus ou non au suffrage universel, soient aptes à exprimer authentiquement la volonté du Souverain, était inconcevable. Inévitablement la question de la compatibilité entre mouvements extrémistes révolutionnaires et l’idée même de représentation est posée par la « geste » enragée. Ils ont, par leurs propos et par leur action politique, à résoudre une contradiction flagrante dont ils ne semblent pas toujours conscients. En effet, au nom de la souveraineté du peuple, ils critiquent l’idée de représentation nationale développée par Sieyès. Critiquant les représentants, leur déniant toute légitimité à parler au nom du peuple, ils se posent en porte-parole de celui-ci. Or, si la légitimité de la représentation nationale est peut être critiquable aux yeux des sans-culottes, que dire de celle de Roux, Varlet et Leclerc, qui représentent au mieux leurs sections, au pire eux-mêmes ? Ce paradoxe criant, les Enragés feignent de l’ignorer, leur absence de légitimité pour parler au nom du peuple ne les empêchant aucunement d’attaquer les conventionnels. Ils se sentent investis d’une mission quasi-mystique, défendre ce qu’ils considèrent comme les revendications du peuple envers et contre tous12.

  • 13 Le professeur Pertué remarque que « ceux qu’on entend aujourd’hui par la désignation d’enragés est (...)
  • 14 Les rapprochements menés dans cette étude montre la très forte proximité des écrits des différents (...)
  • 15 Il provient selon Albert Mathiez, d’un terme utilisé pour des chevaux de louage qui aurait d’abord (...)
  • 16 Ce terme est d’ailleurs utilisé dans un pamphlet révolutionnaire anonyme, Les enragés, ou le rappr (...)
  • 17 À titre d’exemple, voir le Pamphlet de J.-F. Varlet, Pot Pourri National, 1791, 1791, BN YE-53552 (...)
  • 18 Jacques Roux emploie le terme à plusieurs reprises, soit pour qualifier le camp réactionnaire et a (...)
  • 19 Les femmes mêmes ne trouvent pas grâce aux yeux des Jacobins. Afin de pousser à la dissolution de (...)
  • 20 Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, T V, Paris, Éditions sociales 1986, p (...)
  • 21 Cité par Théophile Leclerc, L’Ami du peuple, (s.l.), n° XXI, 8 septembre 1793, B.N 8°Lc2 704.

4L’existence d’un véritable mouvement enragé, et l’utilisation de ce terme est contestée à juste titre par Michel Pertué13 ; il faut convenir que ce mouvement est une création d’historiens, et qu’à aucun moment les contemporains ne désignent Roux, Varlet, Leclerc et leurs consœurs des Républicaines Révolutionnaires sous le vocable d’Enragés. Néanmoins, comme les propos de Marat, et de Robespierre le démontre, ils étaient appréhendés par leurs contemporains comme un groupe, une mouvance qui menait objectivement la même politique, les mêmes revendications14. Cette mouvance est toutefois à géométrie variable, et intègre selon les « moments politiques » l’un ou l’autre des meneurs Enragés ainsi que d’autres sans-culottes. Le terme « Enragé » en lui-même15 évoque la défiance éprouvée à l’égard de ce mouvement16, et les propos « terroristes »17 qu’ils tiennent alimentent cette impression18. Les Enragés ont mauvaise presse, tant de leur vivant19 qu’aux yeux de la postérité. Ainsi Jaurès crédite Roux d’une « vie assez trouble et incertaine »20, relayant Marat qui parlait lui de « l’odieux Jacques Roux »21.

  • 22 Soboul, « Classes populaires et rousseauisme sous la révolution », Annales Historiques de la Révol (...)
  • 23 Il en est par exemple ainsi, selon Lucien Jaume, des Jacobins, pour qui « mettre la Terreur à l’or (...)

5Les écrits enragés sont proches des discours émanant de la sansculotterie parisienne. La dialectique de la lutte pour une plus grande égalité de fait et non plus la simple égalité de droit est commune, mettant la question des subsistances au premier plan. De même la revendication d’une démocratie populaire et d’un pouvoir populaire, voire d’un pouvoir de la rue, est un thème cher à la sans-culotterie et omniprésent dans les discours des Enragés. De l’idée d’une souveraineté populaire à une pratique du gouvernement direct, découlent un certain nombre de revendication ou de pratiques, telles que la sanction des lois par le peuple, la censure ou la révocabilité des élus22. Rien d’étonnant alors, à voir les Enragés vouer aux Gémonies la représentation nationale au profit de la démocratie sectionnaire. Ces idées que les Enragés vont porter au cœur de la Convention, bien que marquées par une faiblesse théorique évidente, n’en sont pas moins intéressantes par l’action qui tente de se développer concomitamment. À l’instar des autres mouvements révolutionnaires23, leur réflexion sur la question de la représentation suit le rythme des événements de la capitale.

  • 24 Ceci malgré le satisfecit publié par Jacques Roux au lendemain de la chute de la Gironde, « Aussi (...)
  • 25 À la différence de Marat qui lui, décidera de mettre sous le boisseau ses aspirations égalitaires (...)
  • 26 M. Pertué, Aux origines du gouvernement révolutionnaire, février-mars 1793 : démocratie et dictatu (...)
  • 27 Jean-François Varlet, Projet d'une caisse patriotique et parisienne, (s.l.n.d.), 1789, 12 p., BN M (...)
  • 28 Jacques Roux, L’Apôtre, martyr de la Révolution ou Discours d’un curé patriote qui vient d’être as (...)
  • 29 T. Leclerc, (référencé sous le nom de Le Clerc d’Oze pour ce discours), Discours prononcé aux Jaco (...)
  • 30 Sur les Républicaines Révolutionnaires, voir notamment D. Godineau, Citoyennes tricoteuses, Paris, (...)
  • 31 Claire Lacombe, Discours prononcé à la barre de l’Assemblée nationale par Mme Lacombe, le 25 juill (...)
  • 32 Selon les termes de Lucien Jaume, « La souveraineté montagnarde : République, peuple et territoire (...)

6Mêlés à cette bourrasque d’événements, provoqués, suivis mais rarement préparés, les Enragés vont accompagner de toutes leurs forces la Révolution vers une radicalisation qu’ils jugent indispensable. Ce n’est pas dans une approche juridique et constitutionnelle que se placent les Enragés. Ils n’envisagent les événements que par le prisme de la question sociale. La radicalisation est motivée, selon eux, par la question centrale des subsistances, qui accompagne leur réflexion vers une plus grande égalité, pour l’amélioration des conditions de vie des plus pauvres. Mais cette recherche d’une plus grande égalité, une fois les Girondins tombés, face à la crise tant économique que militaire, va les pousser à réclamer des mesures toujours plus terroristes, tout en se trouvant de plus en plus en opposition face à la Convention Montagnarde24. Ce qui caractérise le mouvement des Enragés, c’est son impatience effrénée, indomptable. Ils seront les premiers d’une longue liste à s’opposer à la dictature robespierriste, car ils n’accepteront pas25 de faire taire leur demande d’une avancée sociale26 face aux périls qui guettaient la Révolution. Cette position les mettra logiquement en porte-à-faux par rapport à la dictature de salut public dont l’essence même est de sauver la Révolution quel qu’en soit le coût pour les libertés. Cette opposition va d’ailleurs trouver sa catharsis dans le musellement des mouvements populaires à l’automne 1793 et au printemps 1794. La question de la représentation, du peuple ou de la Nation, réelle ou supposée, juridiquement limitée ou non, provoque alors un hiatus dans cette course à la radicalisation. Que ce soit dans la propagande de Varlet27, celle de Roux28, Leclerc29, ou celle des Républicaines Révolutionnaires30 comme Claire Lacombe31 et Pauline Léon, la référence au caractère populaire de la souveraineté, son exercice direct par le peuple est permanente. Cette aspiration à une démocratie populaire, corollaire dans la réflexion enragée d’une critique de la représentation nationale s’appuie sur une méfiance viscérale envers les représentants du peuple. Celle-ci s’accompagne naturellement de la volonté de contrôler fortement ces mandataires du peuple. La critique de la notion même de représentation, et notamment la représentation nationale chère à Sieyès, fait écho à celle développée par les Jacobins jusqu’à la chute de la Gironde. Mais les Jacobins vont chercher à annihiler le conflit entre souveraineté et représentation, entre démocratie pure et démocratie représentative32. C’est une réponse pragmatique à la question de la démocratie représentative qui est avancée par les Enragés, même s’ils s’arc-boutent sur la revendication théorique de la démocratie directe. Mais, là où les Jacobins sauront construire une conception de la représentation populaire permettant une quasi-indépendance des représentants « vertueux » (légitimant ainsi leur prise de pouvoir) en sauvegardant l’idée de souveraineté du peuple, les Enragés persévéreront dans leur lutte, cette fois-ci contre la Montagne, en tentant de rendre la parole au peuple par la revendication d’un mandat impératif et en rejetant l’idée de représentation.

I. LA CRITIQUE DE LA DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE

  • 33 « Le deuxième facteur d’ambiguïté réside dans la doctrine révolutionnaire de la représentation ; e (...)

7Les ambiguïtés inhérentes à l’idée même de représentation nationale33, apparues dès les premiers instants de la Révolution, poussent les Enragés à un radicalisme politique fort. Ne souhaitant ou ne pouvant pas s’engager dans les arcanes d’une doctrine représentative qu’ils laissèrent aux représentants élus du peuple, ils s’acharnèrent à porter le discrédit sur leur légitimité et à promouvoir une démocratie directe d’inspiration rousseauiste. La critique virulente par les Enragés de la représentation de la souveraineté populaire se trouve confrontée aux difficultés de l’expression de la volonté du peuple souverain. Ayant épousé la lutte jacobine contre la représentation nationale, incarnée par les conventionnels girondins jusqu’au 2 juin 1793, ils n’accepteront pas ce qui se révéla être pour eux l’opportunisme jacobin. Ceux-ci, au contact du pouvoir, vont choisir le réalisme politique du représentant vertueux, seul légitime à protéger le peuple contre les ennemis tant du dehors que du dedans.

La représentation nationale ou l’aliénation de la souveraineté populaire

  • 34 Roels, Le concept de représentation politique au dix-huitième siècle, coll. Anciens pays et assemb (...)
  • 35 « Déduisant de la souveraineté populaire au sens total du terme, l’autonomie et la permanence des (...)
  • 36 « Rousseau, dans un écrit divin, fait voir le peuple souverain, son livre est celui du destin : qu (...)
  • 37 J-J. Rousseau, Du contrat social, GF Flammarion, Paris, 1966, Liv. III, Chap. 15, Des Députés ou R (...)
  • 38 « Cette doctrine n’était pas nouvelle (en 1793). On se souvient que la revendication de la sanctio (...)
  • 39 Roels, Le concept de représentation politique au dix-huitième siècle, op. cit. p. 111.
  • 40 Keith Michael Baker, art. « souveraineté », (ss. dir.) François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire cr (...)
  • 41 Sur la question des attributs de la souveraineté du peuple, et notamment leur genèse, voir Marcel (...)

8Pour les Enragés, la question de la représentation du peuple souverain ne peut se poser qu’en terme d’une « impossible » représentation de la volonté générale. En « estimant que si les représentants ne se confondent pas avec le corps du peuple, leur volonté n’est plus la sienne »34, les Enragés reprennent la diatribe rousseauiste, marquant par là même leur proximité idéologique avec la sans-culotterie parisienne35. Ils affirment alors, en paraphrasant Rousseau36, que la « souveraineté consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point : elle est la même ou elle est autre ; il n’y a point de milieu »37. La souveraineté populaire, mise en exergue par les Enragés, et véritable leitmotiv pour les patriotes avancés dès 1790-9138, ne s’aliène donc point. Si la souveraineté ne s’aliène pas, les Enragés entendent tirer de la souveraineté populaire une série de conséquences affirmant un exercice total et permanent de la souveraineté par le peuple. Ce faisant, ils s’opposent à la conception représentative, et à celui que Mirabeau appelait « l’homme qui a révélé au monde les véritables principes du gouvernement représentatif »39 : Sieyès. Il ne s’agit pourtant pas, pour eux, de s’opposer théoriquement, doctrinalement au chef-d’œuvre de rhétorique politique qu’est l’ouvrage de Sieyès40 mais de trouver des solutions pragmatiques afin de représenter au mieux le souverain, le débat se portant alors sur les moyens d’expression de la souveraineté et les attributs de celle-ci41

  • 42 « L’exercice de la souveraineté des Nations se divise en 8 parties également distinctes les une de (...)
  • 43 « Les loix ne doivent point être le résultat des impressions que produisent des orateurs communéme (...)
  • 44 Sieyès, vis-à-vis des doctrines démocratiques, exprimait un mépris profond pour ceux qui opposaien (...)
  • 45 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)
  • 46 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)
  • 47 « il est des circonstances, où l’on doit tout dire, sans même craindre d’ouvrir les playes encore (...)
  • 48 La représentation nationale est d’ailleurs consciente de cette menace constante des mouvements pop (...)

9Les attributs de la souveraineté : Jean-François Varlet distingue, et encadre, dans son article 10 de sa Déclaration des droits l’exercice de la souveraineté populaire en huit parties distinctes. Dans cet article, il reconnaît au peuple souverain l’exercice plein de sa souveraineté42. Ce faisant, il tente d’apporter, dès 1792, un autre système propre à être opposé à la représentation nationale. Dans cet État social qu’il appelle de ses vœux, non seulement le pouvoir législatif appartient pleinement et directement au peuple mais aussi le pouvoir constituant, le peuple pouvant remettre en cause le contrat social sans passer par la représentation nationale. Varlet ne reconnaît comme loi qu’un texte qui aurait obtenu la sanction du peuple, ne réservant l’idée de représentation que lorsque les députés agissent par décret. Il va jusqu’à contester tout processus législatif dans les mains des mandataires, rejetant les débats parlementaires comme processus de rédaction des lois43. Possédant sans intermédiaires le monopole législatif, le peuple tout puissant choisit ses fonctionnaires, les contrôle sans cesse, veille à la bonne marche de l’administration mais aussi à la fixation et au recouvrement des impôts. Un tel système, pour permettre un bon fonctionnement de l’État et un respect de la souveraineté, doit néanmoins accepter une certaine dose de représentation politique, mais celle-ci reste juridiquement limitée, la souveraineté restant directement exercée par le peuple. Cette vision s’oppose totalement à celle de Sieyès qui prône quant à lui une représentation reposant sur un « mandat général à une fin spécialisée », selon l’expression de Jean Roels. Alors que pour Sieyès, la représentation est un signe de progrès, pour les Enragés, elle n’est qu’un pis-aller, justifié uniquement en raison d’une trop grande étendue du territoire et devant être étroitement encadrée44. La représentation ne s’entend, pour les Enragés, que limitée juridiquement par un mandat spécial et impératif, rejetant par là même les systèmes politiques initiés par la Révolution. Les Enragés ne sont pourtant pas toujours cohérents dans leur rejet de la représentation nationale. Confrontés à la réalité politique, ils se trouvent bien obligés d’accepter une représentation limitée de la volonté populaire. Ils sont parfois conscients des difficultés de mise en œuvre d’une démocratie directe, populaire, dans un État tel que la France : « Lorsque le territoire est trop étendu, la population immense, le Souverain, réduit à l’impossibilité de s’expliquer lui-même, communique ses idées à ses mandataires »45. Varlet, tout comme Rousseau, accepte, par exemple, que le miracle de la volonté générale s’opère par l’intermédiaire de ces « délégués subordonnés » : « Rassemblés en commun, ces fondés de procuration, chargés de développer les intentions de leurs commettants, recensent leurs vœux, et de ce recensement naît la volonté générale »46. Dans certains de leurs écrits, les Enragés acceptent même de reconnaître la légitimité de la souveraineté populaire incarnée dans les représentants élus de la Nation47. Ces amorces de compromis montrent que les Enragés se perdent par moment dans les amphigouris théoriques, terminologiques, et envisagent par instant les limites de leurs propres solutions. Néanmoins, ils restent constants lorsqu’ils refusent aux mandataires toute marge de manœuvre, ils ne leur accordent aucun pouvoir de décision. Les lois que les mandataires sont appelés à prendre doivent subir irrémédiablement la sanction des assemblées primaires pour recouvrir force exécutoire, et devenir l’expression du souverain. Ils ne souhaitent pas, après avoir combattu l’arbitraire royal, y substituer ce qu’ils appellent « l’arbitraire représentatif ». Ils lui préfèrent l’appel au peuple incessant, voire l’insurrection quasi permanente48.

  • 49 Jacques Roux, Projet de Discours sur les causes des malheurs de la République Française, op. cit., (...)

10À cette critique de la représentation nationale s’ajoute une critique plus profonde, réfléchie, celle du système politique et des inégalités qu’il entraîne. Les Enragés s’insurgent en 1792 notamment contre la distinction entre citoyen actif et passif qui ne répond pas à la juste expression du souverain : « (La liberté) pourvoit-elle triompher, lorsque qu’on ne mettoit à la tête du gouvernement que les citoyens actifs, de ce temps-là, c’est-à-dire des assassins (…) »49. Le décret du 11 août 1792 consécutif à la prise des Tuileries, supprimera la distinction des Français en citoyens actifs et passifs, sans aboutir toutefois à une expression parfaite du souverain selon leurs vues.

  • 50 Marcel David, « Les attributs de la souveraineté du peuple avant et après 1793 », op. cit., p. 108
  • 51 T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VII, 4 août, l’an 2 de la République, op. cit.
  • 52 Jean François Varlet, Gare l’explosion !, op. cit. p. 8.
  • 53 « Celui qui fait les lois ne doit pas les faire exécuter, parce que l’exécution exige une obéissan (...)
  • 54 « S’il est une mesure dangereuse, impolitique et subversive de tout ordre social, c’est sans doute (...)

11Le rejet de la confusion des pouvoirs : Autre critique présente sous leurs plumes, c’est le refus de toute confusion des pouvoirs afin de protéger la souveraineté populaire. Cette prise de position est d’ailleurs dans la droite ligne de celle adoptée par la Constitution de 1793, qui distinguait les attributs de l’autorité suprême du Peuple de ceux du Corps législatif et du Conseil exécutif50. Pour Leclerc par exemple, faire du Comité de salut public un organe de gouvernement est le premier pas vers une dictature : « Je ne vois dans cette masse de pouvoirs réunis dans le Comité de salut public qu’une dictature effrayante »51. Chez Varlet, c’est le même combat, reprenant l’idée développée par Rousseau d’une subordination de la puissance exécutive, d’un gouvernement au sens strict, à la toute puissance de la volonté souveraine. Dans la droite ligne de cet activisme proprement « enragé », les Enragés en viennent à contester non seulement la représentation du peuple en révolution, mais également l’idée même de gouvernement révolutionnaire. Varlet, dans son pamphlet Gare l’explosion en 1794 affirme que « pour tout être qui résonne, gouvernement et révolution sont incompatibles, à moins que le peuple ne veuille constituer ses fondés de pouvoir en permanence d’insurrection contre lui-même, ce qu’il est absurde de croire »52. Pour Leclerc, c’est la peur de la dictature qui menace ; en stigmatisant les conventionnels jacobins il rejette la confusion des pouvoirs initiée en août 179353, il refuse que la Convention se perpétue par la suspension de la Constitution. Il voit le Comité de Salut Public54 comme un moyen de mener la Révolution vers une dictature, vers un mode de gouvernement révolutionnaire qui ne serait pas dans les mains du souverain, mais dans les mains de représentants.

12Paradoxalement, dans leurs diverses actions au sein des sections populaires et de la Commune, les Enragés, Jacques Roux en tête, n’ont de cesse d’appuyer leurs revendications sociales et politiques sur l’idée qu’ils incarnent eux-même la voix du peuple, alors qu’ils ne représentent juridiquement et sociologiquement qu’une faible partie de l’opinion, voire qu’une partie de leurs sections. D’ailleurs, mis en minorité dans leurs sections, ils n’accepteront pas cet acte de démocratie directe défavorable à leurs partisans, et tenteront de contourner la volonté de leurs sections, faisant ainsi fi de la légitimité de leur propre mandat. Les Enragés, s’ils renâclent à accepter l’idée d’une représentation légitime de la souveraineté populaire, nourrissent de plus une défiance permanente envers les représentants, qu’il s’agit de contrôler par la mise en application d’un système les privant de toute indépendance. Le seul représentant qui trouve alors grâce à leurs yeux est celui qui a sacrifié sa vie au peuple. Hors d’une nature exceptionnelle, d’une vertu antique, si les représentants ne sont des « Brutus », il ne doit pas y avoir de représentation de la souveraineté sans mandat.

« La fiction de l’homme d’État »55

  • 55 Lamartine, en parlant de Brissot, écrit « il méritait l’injure d’homme d’État que lui jetait ses e (...)
  • 56 Jacques Roux, Le Publiciste de la République française, n° 247, 25 juillet 1793, p. 4.

« Peuple ! Sous le règne de la liberté, tu dois avoir sans cesse les yeux fixés sur tes magistrats »56
Jacques Roux, Le Publiciste de la République française

  • 57 Robespierre lui-même rejetait le terme de représentant au nom d’une filiation rousseauiste. Pour l (...)
  • 58 Christine Peyrard, « Carabots et Jacobins à la conquête de l’opinion », La Révolution française et (...)
  • 59 Jacques Roux, Projet de Discours sur les causes des malheurs de la République Française, op. cit. (...)

13La souveraineté populaire affirmée par les Enragés, caractérisée par son inaliénabilité, entraîne chez ceux-ci une condamnation de la personne même du représentant. Ce rejet se retrouve dans la lexicographie qu’ils emploient pour les désigner. Ils préfèrent au terme de représentant celui de délégué, de mandataire…, ils n’emploient le terme de représentant que lorsque leur verve les porte à décrier le système, à salir les tenants du pouvoir ; « représentant » sonne bien souvent comme une flétrissure57. Dans leurs différents écrits, les Enragés développent une méfiance constante face à tout pouvoir qui ne serait pas celui du peuple directement exercé, et donc du gouvernement. Se positionnant en héritier de Marat, ils reprennent la méfiance de celui-ci face à la propagande des « Hommes d’État » que dénonçait déjà « l’Ami du Peuple »58. C’est tout d’abord la représentativité du représentant qui est attaquée. C’est ensuite sa conduite comme homme du gouvernement qui est mise à mal. L’homme de gouvernement est par essence perverti selon eux. S’opposant à tout pouvoir délégué, les Enragés, du moins dans leurs luttes communes contre la royauté et les Girondins, se présentent comme des alliés objectif de la Montagne jusqu’au printemps 1793. Pour détrôner les Girondins du perchoir de la Convention, Jacobins et Enragés développent dans l’opinion populaire, à travers leurs organes de presse et leurs pamphlets, la méfiance envers les représentants du peuple. Jacques Roux, dès le début de son activisme politique, se garde d’accorder sa confiance à des représentants dont il estime que la politique ne reflète pas celle du peuple. Ses critiques se portent d’abord sur les Constituants, puis sur les Girondins dont il met en relief les trahisons et les turpitudes affairistes : « Les ministres, les brigands décorés, les gens en place ont presque toujours échappé au supplice. Ils ont eu beau conspirer, allumer au-dedans le feu de l’intolérance et de la tyrannie [...]. La hache de la loi ne les aurait jamais atteints, si la justice du peuple n’eut supplée au silence affecté des tribunaux »59.

  • 60 La critique du représentant se trouve d’ailleurs être l’un des thèmes fondateurs de l’extrémisme, (...)
  • 61 Ainsi Leclerc, dans son numéro du 25 août de l’An II déclare : « Il existe un parti dans le sein d (...)
  • 62 « [Peuple !] Sous le règne de la liberté, tu dois avoir sans cesse les yeux fixés sur tes magistra (...)

14Critique de l’autorité : Les Enragés n’entendent pas reconnaître des représentants de la Nation, entité qu’ils jugent impalpable, mais des représentants du peuple, qui ne délègue alors plus sa souveraineté, mais qui use des représentants comme de porte-parole. Ce sont les Girondins qui incarnent le mieux, un temps, cette vision critique et négative du représentant. Mais les Enragés, en donnant à cette critique un caractère absolu, ne se limitent bientôt plus aux Girondins, mais englobent l’ensemble de la représentation nationale. Ce discours se trouve alors bien plus subversif, et dangereux que celui développé par les autres tribuns du mouvement populaire60. En effet, poursuivant cette critique jusqu’en 1794, Roux et les autres Enragés prennent une place atypique dans le mouvement populaire révolutionnaire. Contrairement à Hébert, tout en critiquant le gouvernement girondin, ils ne se rallient pas à la « Citadelle Montagnarde »61 selon l’expression d’Albert Mathiez. Roux, au contraire se trouve être encore plus exigeant envers des représentants qu’il considère comme naturellement plus proches du peuple62.

  • 63 « Après avoir franchi l’intervalle immense de l’esclave à l’homme, vous ne souffrirez pas que vos (...)
  • 64 Jacques Roux, Projet de Discours sur les Causes des Malheurs de la République Française, op. cit., (...)
  • 65 A contrario Roux, dans son Discours sur les moyens de sauver la France, estime « que l’obéissance (...)
  • 66 Jean-François Varlet, Mesures suprêmes de salut public proposées aux citoyens du département de Pa (...)
  • 67 Ils accompagnent en cela le Père Duchesne dans sa lutte contre la Gironde : « Nom d’un foutre, n’a (...)
  • 68 D. Guérin, La lutte des classes sous la première République, op. cit., tome 1, p. 43.
  • 69 Leclerc développe le même pessimisme sur la nature même de l’homme politique : « Mais je l’ai dit (...)
  • 70 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)
  • 71 « Législateurs ! Avez-vous à vous plaindre du peuple ? Vous lui avez dit que vous ne pouviez pas s (...)
  • 72 T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° X, 10 août An II, op. cit.
  • 73 « Il est donc vrai qu’il est des hommes qui, sacrifiant l’intérêt général à leur intérêt particuli (...)
  • 74 Patrice Rolland, « L’apprentissage de la liberté politique : les difficultés de l’année 1793 », op (...)

15Cette défiance envers les « représentants infidèles », faite au nom de la protection de la souveraineté du peuple63, ne se limite d’ailleurs pas à la représentation nationale. J. Roux voit dans l’avancée freinée de la Révolution un « plan d’oppression général »64 et il fustige tous les corps de l’État, ministres, généraux, magistrats, ministres du culte reprenant la théorie du complot chère aux mouvements extrémistes. Il comprend la complexité de la structure étatique, mais, loin de voir cette complexité comme une nécessaire adaptation et spécialisation de l’État, il y voit une dispersion de la souveraineté populaire, une déresponsabilisation des tenants du pouvoir, et il critique alors les divers représentants de l’autorité. C’est en cela que les accusations d’anarchistes qui ont été portées contre les Enragés se trouvent en partie alimentées, mais cela reste toutefois une extrapolation infondée65. Chez Varlet, c’est la même attitude ; il ne faut plus « d’accommodements avec les traîtres, lorsque, revêtus d’un caractère sacré, ils abusent des pouvoirs que le peuple leur a confiés »66. Il mettra cet antiparlementarisme virulent67 en action puisqu’il sera l’un des personnages très actifs lors des insurrections populaires organisées contre la représentation nationale, échouant le 10 mars mais participant au comité de l’Évêché68 et à la chute de la Gironde en mai. Il ira même jusqu’à parler de la « fiction de l’homme d’État ». Pour lui69, « l’homme par nature est pétri d’orgueil, dans les postes élevés il incline forcément au despotisme »70. Les critiquant, les Enragés n’ont pourtant de cesse d’en appeler à ces législateurs71 qu’ils considèrent comme inaptes à mener la politique voulue par le peuple. Pour Leclerc, « C’est aux législateurs à mériter les bénédictions des français »72. Il leur demande d’enfin faire primer l’intérêt général sur les intérêts particuliers73 rejoignant alors paradoxalement le mot d’ordre des Jacobins74.

  • 75 M. Dommanget, Enragés et curés rouges en 1793 : Jacques Roux, Pierre Dolivier, op. cit., p. 41.

16Cette méfiance envers la représentation nationale, chez Jacques Roux notamment, est sans doute influencée par les échecs successifs de celui-ci pour parvenir à de tels postes. Si ce n’est le mandat de sa section à la Commune, Jacques Roux a échoué dans sa conquête d’un siège à la Convention nationale à l’automne 1792, et il ne parviendra pas plus à se faire élire à l’assemblée départementale. Ces échecs dans l’arène électorale ne firent qu’accentuer la propension de Jacques Roux à la défiance et au combat vis-à-vis des hommes en place75, combat qu’il mènera de concert avec Varlet et Leclerc jusqu’à leur écrasement par la machine jacobine. On peut se demander si Roux, une fois établi de manière certaine dans le système révolutionnaire, n’aurait pas fait taire son appel au peuple comme tant d’autres au profit de son intérêt particulier. A contrario de cette hypothèse, un élément étaye l’idée d’une fidélité avérée des Enragés à leurs principes. Les Enragés, contrairement aux Hébertistes, ne firent pas preuve d’entrisme. Si l’on retrouve des fidèles d’Hébert dans de nombreux lieux de pouvoir, comme la Commune ou le ministère de la guerre, relayant un lobbying efficace, et nécessitant une véritable purge à l’automne de leur rayonnement, les Enragés privilégièrent la présence sectionnaire, et ne briguèrent pas ou peu, à l’exception de Roux, de postes officiels.

  • 76 « Le mouvement est hostile à tous les partis ; il est antiparlementaire, orienté contre la bourgeo (...)
  • 77 Ce faisant, il adopte une théorie qui est la théorie de la représentation qui « fonde le droit pub (...)
  • 78 Ce culte du représentant vertueux, entretenu par les Jacobins, accompagne celui des héros révoluti (...)
  • 79 J. Roux, Discours sur les moyens de sauver la France et la liberté prononcé par Jacques Roux, op.  (...)
  • 80 « Si le petit nombre d’hommes vertueux qui reste dans le sein de la Convention Nationale ne vient (...)
  • 81 Jacques Roux, Projet de Discours sur les Causes des Malheurs de la République Française, op. cit.
  • 82 Leclerc parle notamment dans son Ami du peuple, d’un Crussus, alors qu’il semble vouloir désigné C (...)
  • 83 « Nos mœurs sont encore plus dépravées que celles des Romains au temps où ils avaient des Marius, (...)
  • 84 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)

17Cette opposition à tout gouvernement représentatif76, selon les Enragés source d’un avilissement du peuple souverain, d’une dérive vers une dictature aux mains des représentants, est le reflet d’une filiation rousseauiste forte. Pour eux, la démocratie directe doit s’exprimer coûte que coûte, même si le peuple doit faire entendre sa voix par-dessus celle de ses représentants. Ils refusent l’idée développée par Robespierre d’une unicité entre la volonté exprimée par le représentant et le peuple77. Pour eux comme pour Rousseau, il y a dualité entre les deux expressions de la volonté. Ce mépris et cette méfiance du représentant s’accompagnent naturellement d’un panégyrique en faveur d’un représentant vertueux, quasi mythique78, fidèle à son mandat et au peuple : « Les fonctions administratives et judiciaires, l’écharpe municipale, le bâton de la République ne doivent être donnés qu’aux citoyens qui se sont constamment montrés avec l’autorité d’un vie pure, qui ont entouré de leur lumière et de leur vertu le berceau de la Révolution »79. Il est remarquable que le 25 août de l’an II, alors que les premières estocades ont été portées aux Enragés, Leclerc personnifie encore le représentant vertueux en la personne de Robespierre80, alors que celui-ci s’est toujours montré hostile à ceux qu’il considérait comme des fauteurs de troubles, agissant d’ailleurs en personne afin d’exclure Roux et Varlet du Club des Cordeliers. Malgré cette hostilité affichée, Jacques Roux n’entend pas « avilir les autorités constituées ». Il écrit dans son projet d’un Discours sur les Causes des malheurs de la République Française, « je sais que des mandataires temporaires et librement élus sont la sauvegarde de la liberté. Je sais que les loyx qui émanent de leur sagesse, sont des preuves vivantes de la souveraineté du peuple, et j’ay distribué plus d’une couronne civique aux représentants qui se sont pénétrés de la sainteté de leur devoir ». Les Enragés firent preuve à cette époque d’un aveuglement dramatique pour leur mouvement. En 1793, Roux remarque d’ailleurs, amer, que « depuis quatre ans, la vertu des vrais amis de l’égalité, s’est perdue dans la foule des traîtres, comme un petit ruisseau se perd dans un fleuve immense »81. Les références à la démocratie antique, dont ils parsèment parfois maladroitement82 leurs écrits, ne trouvent alors pas même grâce à leurs yeux, et s’ils cherchent un Brutus, un Catilina, ou en appellent aux mânes des Gracques, ils estiment la République encore plus malade que celle de la Rome de César83. Pleins de désillusions, les Enragés rejettent la démocratie représentative telle qu’ils l’ont vue pratiquée dans les premières années de la Révolution : « Trois fois nos députés ne se pénétrèrent pas assez de leur grande mission, l’insouciance, les prétentions à l’esprit, le goût de la domination, et par-dessus tout la soif de l’or les obsédèrent »84. C’est ici que la méfiance envers les représentants rejoint le thème essentiel des Enragés, la lutte contre les agioteurs, les accapareurs, les riches dans leur ensemble.

  • 85 « Depuis quatre ans, toujours sur la place publique dans les groupes du peuple, dans la sans-culot (...)
  • 86 J.-F. Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, op. cit., p. 4.
  • 87 « C’est de ce parti là (la Montagne), qu’est sorti [sic] l’infâme proposition d’ériger le Comité d (...)
  • 88 « Députés de la Montagne, que n’êtes-vous montés depuis le troisième jusqu’au neuvième étage des m (...)
  • 89 À l’automne 1793, éclate le scandale de cette Compagnie, auquel sont mêlés plusieurs députés danto (...)

18Représentants et accapareurs : Car c’est une critique sociologique de la représentation que mènent également les Enragés, notamment contre les Girondins, qui sont trop éloignés de cette « guenille » qui leur est chère85. Varlet, par exemple, allant de concert avec Jacques Roux, fustige la collusion entre représentants du peuple et tenants du pouvoir économique, voyant dans l’appât du gain l’un des vices trop fréquent des représentants du peuple : « Trois fois nos députés ne se pénétrèrent point assez de leur grande mission, l’insouciance, les prétentions à l’esprit, le goût de la domination, et par dessus tout la soif de l’or, les obsédèrent. Ils commencèrent par être patriotiques, enragés, et finirent par se montrer traîtres et réfractaires à la cause du peuple »86. Les Enragés passent ainsi, durant les années 1791-1793, d’une critique du représentant infidèle, affilié aux tyrans et à Coblence, à celle de l’agioteur, le prévaricateur, l’affameur du peuple parisien, incarné par le représentant Girondin, « l’homme d’état » désigné par Marat. Leur dernière lutte, fatale celle-ci, contre les représentants, est celle contre les représentants tyrans, agissant contre le peuple (essentiellement contre eux-mêmes et les sociétés populaires), instigateurs du Comité de Salut Public87, les représentants de la Montagne88 qui vont provoquer leurs disparitions successives. Logiquement, c’est au moment où les Jacobins ouvrent le plus largement le flanc aux critiques de corruption, de tyrannie, notamment par le scandale de la Compagnie des Indes89 et la mise en place de la Terreur, qu’ils vont juguler la critique enragée.

  • 90 Denis Richet, art. « Enragés », F.Furet et M.Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution françai (...)
  • 91 Arno J. Meyer, Les Furies (1789-1917), Violence, Vengeance, Terreur, Paris, Fayard, 2002, pp. 171- (...)
  • 92 Ibid., p. 171
  • 93 L. Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 282.

19Cet antiparlementarisme, selon le terme de Denis Richet90, va entraîner les Enragés vers la recherche d’une solution juridiquement capable de protéger le peuple de ses représentants. La solution de la représentation mandatée, héritée du passé, leur semble alors la seule permettant au peuple souverain de garder un contrôle permanent sur la politique de la Nation. Cette revendication, qui débute dès 1792, va prendre place dans une problématique plus large, qui est celle du problème des subsistances d’un côté et celle de la mise en place de la Terreur de l’autre. Si les Jacobins, les sans-culottes et les Enragés exacerbèrent les crises et en imputèrent la responsabilité aux traîtres et aux conspirateurs, ils divergent néanmoins sur les réponses à apporter91. Les Enragés souhaitent, comme les sans-culottes, un recours général à la démocratie directe, en poursuivant « la radicalisation de la Révolution d’en bas »92. Les Jacobins entreprennent eux de renforcer le pouvoir représentatif, en contrôlant l’ensemble du politique, et sauver ainsi selon eux, la Révolution. Ce faisant, se pose entre le courant populaire et le courant jacobin la controverse de la localisation de la souveraineté93, qui va les entraîner vers une rupture définitive.

II. LA REPRÉSENTATION JURIDIQUEMENT LIMITÉE

  • 94 « Puisque vous avez le droit de faire massacrer les hommes, pourquoi ne leur assurez-vous pas le d (...)
  • 95 Varlet va même jusqu’à parodier les propos du marquis de La Fayette, dont il avait été l’un des pl (...)
  • 96 « Représentation qui s’exerce à distance des gouvernés, puisque c’est la Convention qui donne l’im (...)

20Les Enragés, dont la lutte s’oriente dans l’été 1793 vers des questions plus politiques, vont insister sur la nécessité pour le peuple, afin de conserver une souveraineté pleine et entière, de contrôler la démocratie et la représentation nationale. Ce n’est pas pour autant qu’ils abandonnent les thèmes économiques et sociaux qui ont fait leur popularité dans le milieu sans-culotte. Mais les réponses apportées par les Jacobins, et la reprise d’une partie du programme social commun aux Enragés et aux sans-culottes, va couper l’herbe sous le pied de Roux, Leclerc et Varlet. Le système jacobin, après les avoir privés d’une partie de leurs revendications sociales, va les priver de leurs tribunes habituelles, en expulsant notamment Roux et Varlet des Cordeliers, et enfin les priver de leurs soutiens sectionnaires en pourchassant leurs séides à travers leurs différentes sections. En réponse, les Enragés, vont se dresser en contempteurs du système jacobin. Mais la critique du représentant ne suffit plus. Les Jacobins, « l’incorruptible » en tête, prêtent moins le flanc aux accusations d’agioteurs et d’accapareurs que les Girondins. Les Enragés critiquent alors plus volontiers les faiblesses de la Montagne, sa tiédeur à l’égard des « tyrans du dedans »94 et renforcent leur appel à une Terreur aux mains des sans-culottes. Les Enragés appellent également de leurs vœux l’application pleine et entière de la Constitution de 179395. Afin de contrer les Jacobins, ils vont reprendre avec force le thème déjà ancien du mandat impératif, ceci afin d’obliger les représentants à protéger le peuple de la « tyrannie législative ». Dans leurs diatribes acides contre les Jacobins, ils vont répondre à la prise de contrôle de la Révolution par un appel incessant au peuple, par des pétitions à la Convention (dont ils seront les rédacteurs plus ou moins avoués) et par l’appel à l’insurrection et aux assemblées primaires, seules institutions aptes selon eux à aboutir à une représentation fidèle du peuple. Après avoir été les plus fervents terroristes, les Enragés refusent alors de voir dans la Terreur, selon les termes de Lucien Jaume, une nouvelle forme de représentation du peuple96.

Le joug nécessaire d’un « mandat spécial et impératif »

  • 97 Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 7.

« Point de députés sans pouvoirs, sans mandats.
Ce principe nous garantit de la Tyrannie législative ».
Varlet Jean-François, Projet d’un mandat spécial et impératif97

  • 98 Sur les ambiguïtés de la pensée du « divin Jean-Jacques », voir Ernst Cassirer, Le problème Jean-J (...)
  • 99 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)
  • 100 Sur les relectures de l’héritage rousseauiste, et plus précisément les critiques faites à la repré (...)
  • 101 A. Soboul, « Jean-Jacques Rousseau et le jacobinisme », Etudes sur le Contrat social de Jean-Jacqu (...)
  • 102 Cl. Courvoisier, « Rousseau en 1793 : un modèle démocratique dans la tourmente », (ss. dir.) J. Ba (...)
  • 103 Denis Richet, art. « Enragés », Dictionnaire critique de la Révolution française, op. cit., pp. 36 (...)
  • 104 « Jadis, sous une monarchie, on pouvait reconnaître des représentants investis de pouvoirs illimit (...)
  • 105 Jean François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)
  • 106 « Le souverain, qui n‘est qu‘un être collectif, ne peut être représenté que par lui-même (...). La (...)
  • 107 Lucien Jaume, Le discours Jacobin et la Démocratie, op. cit., p. 287.
  • 108 « Partout où le peuple n’exerce pas son autorité, et ne manifeste pas la volonté par lui-même, mai (...)

21Des mandataires dans les mains de leurs commettants : C’est Varlet qui se trouve être la cheville ouvrière de la « théorisation » du mandat au sein des Enragés. Il s’en fait l’ardent défenseur tant lors de ses harangues du haut de sa tribune roulante quand il personnifie « l’Apôtre de la Liberté », que dans ses pamphlets où sa plume ne fait que suivre le plus souvent les traces laissées par celle de Jean-Jacques Rousseau98. Il se réfère à la pensée rousseauiste expressément quand il rend hommage au citoyen de Genève pour avoir consacré la souveraineté du peuple : « Français des 85 départements, notre souverain reste encore à demi caché sous un voile épais, dont le divin Rousseau, tous les jours de sa vie, relevait un petit coin »99. Au jeu de l’héritage de la pensée rousseauiste auquel se livre Varlet comme tant d’autres durant la période révolutionnaire100, celui-ci ne se montre pas le plus habile ni le plus profond. Cette matrice rousseauiste, qui donnera à travers la réflexion de Robespierre entre autre le jacobinisme101, n’acquiert pas, loin s’en faut, une telle valeur ajoutée dans la réflexion de Varlet, même s’il faut reconnaître, à l’instar de Claude Courvoisier, que durant ces temps de Révolution, « il est particulièrement difficile d’être fidèle à Rousseau »102. Celui-ci, contrairement aux autres Enragés, bénéficie d’une certaine aisance financière qui ne l’exclut pas du système représentatif en 1792. Il se trouve pourtant être l’un des plus critiques contre le système, et notamment le suffrage universel à deux degrés103. Varlet part tout d’abord d’une critique des représentants tels que, selon lui, la monarchie les connaissait104. Ensuite, il dépeint le système représentatif tel que la République devrait le connaître : « Dans une République, le Régime change, les députés ne sont plus que des délégués subordonnés dont les pouvoirs expriment des vœux, des intentions »105. Cette vision de l’exercice de la souveraineté est celle de Rousseau106 telle qu’elle est reprise dans les milieux populaires durant la Révolution. La question du mandat impératif va permettre à Varlet d’étayer son discours et de construire un projet aboutissant au contrôle permanent des représentants. De manière paradoxale, l’abandon du principe du mandat impératif dans les débats s’était opéré concomitamment au développement de « l’idée du contrôle permanent des électeurs sur les élus »107, ce contrôle étant repris par Varlet. Ce renouveau du mandat impératif, après son abandon dans les premiers temps de la Révolution par les députés, reste d’ailleurs un thème prégnant dans les milieux sans-culottes. En affirmant le caractère absolu de la souveraineté du peuple, les Enragés accompagnent la réflexion des Jacobins durant les premiers temps de la Révolution.108

  • 109 « Quand [vos concitoyens] renoncent momentanément à l’exercice de leur souveraineté pour en laisse (...)
  • 110 Ibid., p. 6.
  • 111 Ibid. p. 9.
  • 112 « Les députés du peuple ne sont que ses commis (et) donc ne peuvent être ses représentants, ils ne (...)
  • 113 « Dans la Constitution de 1793, le peuple souverain, en tant qu’universalité des citoyens, délibèr (...)

22Dans son Projet d’un mandat spécial et impératif en 1792, Varlet, pour protéger la souveraineté populaire, veut donner aux mandataires un véritable « plan de conduite » dressé par le peuple109 qui se dessaisit temporairement de sa souveraineté par l’élection. Pour lui : « les lois doivent être le recensement des ordres intimés par les assemblées primaires. Dans un État où le peuple est tout, le premier acte de la souveraineté est d’élire, le second de rédiger des pouvoirs, des mandats à ses élus »110. Ce mandat est rendu nécessaire, car les prédécesseurs des législateurs « abusèrent de la confiance du peuple »111. Ce faisant, il ne fait que reprendre Rousseau112 et reprend les grands traits qui ont sous-tendu la rédaction de la Constitution du 24 juin 1793, mais qui n’avaient pas connu leur pleine expression juridique113.

  • 114 J.-R. Hébert, Le Père Duchesne, Septembre 1792, cité par A. Agostini, op. cit., p. 106.

23Par ce mandat, Varlet attend qu’enfin le législateur prenne en compte les demandes du peuple et que la misère sociale devienne enfin la priorité du gouvernement comme elle est celle des Enragés : « chacun de nous attend en suspens le bien être que vous devez nous faire éprouver ». Ce faisant ils ne parlent d’ailleurs pas autrement que les autres leaders de la sans-culotterie parisienne. Hébert, par exemple, en septembre 1792 écrit : « Il faut que les représentants du peuple se conforment à la volonté souveraine du peuple (…) quand ils se conduiront bien, il faudra approuver froidement leur conduite, s’ils rendent de bons décrets, ils recevront la sanction générale du peuple souverain (…). Réservons-nous le droit de les rappeler et de les livrer à Charlot aussitôt qu’ils broncheront »114.

  • 115 « Ainsi, le district des Prémontrés écrit le 18 novembre 1789 : « le mandat impératif est […] un p (...)
  • 116 A. Agostini, La pensée politique de Jacques-René Hébert, op. cit., p. 106.
  • 117 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premie (...)

24« Un plan de conduite » dressé par le Souverain : Jusqu’au 2 juin 1793, l’idée du rappel des représentants infidèles, ainsi que celle du mandat impératif avaient cheminé de concert dans les milieux populaires. Les districts notamment vont affirmer ces idées dès les premiers temps de la Révolution115. Les Enragés, eux, ne se contentent pas de réaffirmer le caractère révocable des représentants : ils dressent une liste de mesures que ceux-ci doivent prendre sous peine de se voir rappeler, revendiquant une application extensive de la souveraineté directe. Bien entendu, dans ces mesures que doivent prendre les nouveaux mandataires, la première est d’instituer le pouvoir pour le peuple de rappeler ses mandataires fautifs. Pour Varlet, l’expression de la souveraineté populaire doit se faire par l’établissement d’un mandat impératif, reprenant l’idée développée notamment par Robert116. Ce mandat accompagne toute une série de droits qu’a le peuple d’intervenir directement dans le gouvernement de la République, et qui, il faut le noter, se retrouvent pour une grande partie dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793. Ce sont notamment les droits : « d’élire sans intermédiaire à toutes les fonctions publiques, de discuter des intérêts de la Société, d’exprimer partiellement des vœux, des volontés, des intentions, collectivement des volontés, aux mandataires commis pour proposer des lois, et concourir ainsi personnellement à leurs formations, de rappeler et faire punir des délégués qui trahissent les intérêts de leurs commettants ; de constater la nécessité des contributions publiques, de les consentir librement, d’en suivre l’emploi, d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ; de demander compte à tout fonctionnaire public, administrateur, agent, dépositaire des deniers nationaux, de leur gestion, d’examiner, de refuser ou sanctionner les décrets que proposent les mandataires pour leur donner force de lois, et les rendre exécutables. » C’est enfin « le droit des citoyens pris en masse dans un État, de revoir, refondre, modifier, changer le contrat social quand il leur plaît »117.

  • 118 Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 17.
  • 119 Théophile Leclerc, L’Ami du peuple, op. cit., n° XX.
  • 120 Hébert de la même façon incite la peuple à demander des comptes à la Constituante puis à la Conven (...)

25Dans ce souci de bonne gestion du gouvernement mandé par le peuple, Varlet préconise également que « deux postes ne puissent être tenus par le même individu »118, refusant tout cumul de mandats. Sur ce point, il est rejoint dans son souci de protéger le peuple contre une toute-puissance des représentants par Leclerc qui, dans son numéro XX, déclare : « J’ai de tout temps regardé la non-réeligibilité aux places et aux magistratures importantes pour un temps limité, comme la sauvegarde du peuple et le boulevard de la liberté »119. Leclerc, entré en lutte ouverte avec la Convention dès les premiers numéros de son Ami du Peuple, mène la même lutte que Varlet contre la représentation nationale et interpelle les conventionnels comme de simples mandataires du peuple souverain, ce qu’ils refusent unanimement d’être120. Il se demande même quels sont les conventionnels qui n’ont pas rempli leurs obligations dans le cadre du contrat que Leclerc considère conclu entre le peuple et ses mandataires :

  • 121 Théophile Leclerc, L’Ami du peuple, op. cit., n° XI.

« Mandataires du peuple !
Lorsque le peuple vous a confié le soin de veiller à son salut, vous contractâtes tacitement un engagement mutuel. Vous, Mandataires, de faire tout ce qui était en votre pouvoir pour écraser les ennemis [...] quels sont ceux qui n’ont pas rempli les obligations qu’ils se sont imposées ? [...] Vous eûtes toutes la latitude nécessaire pour faire le bien ; cependant, à part la constitution, vous n’avez encore rien fait pour la prospérité de la République »121.

  • 122 Jacques Roux, « Pétition présentée devant la Convention nationale, 25 juin 1793 », Archives parlem (...)

26Même si un tel mandat est bien moins strict que celui de Varlet, puisqu’il résulte d’un engagement tacite et que les mandataires l’ont accepté, il n’en reste pas moins qu’on retrouve les mêmes revendications chez les deux hommes, celle de lier le législateur à la volonté du peuple, mais aussi cette volonté de voir les conventionnels rendre des comptes de leurs actions. Ces revendications sont en droite ligne les conséquences du dégoût provoqué dans le mouvement populaire parisien par les tergiversations de la Législative et de la Constituante. Pourtant, si Hébert notamment a pensé que la démocratie indirecte du système représentatif permettrait une adéquation entre les volontés des représentants et les revendications populaires, les Enragés ont toujours montré une forte défiance envers tout pouvoir délégué. Ces revendications, Jacques Roux ne sera pas le dernier à s’en faire le porte-parole, et il ira jusqu’à les porter au cœur de cette représentation nationale à laquelle il dénie sa légitimité. Le 25 juin 1793, Roux se rend à la Convention pour lire un texte qui admoneste la députation Nationale dans des termes jamais entendus jusqu’alors. Car ce sont des mandataires qu’interpelle Roux même s’il commence sa harangue par ces mots : « Délégués du peuple français, cent fois cette enceinte sacrée a retenti des crimes des égoïstes et des fripons ; toujours vous nous avez promis de frapper les sangsues du peuple. L’acte constitutionnel va être présenté à la sanction du souverain ; y avez vous proscrit l’agiotage ? NON ! [...] Eh bien ! Nous vous déclarons que vous n’avez pas tout fait pour le bonheur du peuple ! »122 Quand Roux conjure ainsi les mandataires, ces mots résonnent comme des coups de fouet aux oreilles des représentants de la Nation, et surtout des montagnards, qui se voient reprocher de ne pas être assez proches du peuple, et donc de détourner la Révolution à leur profit. Ce que veulent alors les Enragés, c’est constater la rupture du contrat entre les mandataires et le peuple, et légitimer ainsi la reprise en main de la démocratie par le peuple.

« Ce que nos mandataires ne peuvent ni ne veulent, faisons-le nous-mêmes ; donnons à ces messieurs une leçon de Républicanisme »123

  • 123 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, op. cit., p (...)
  • 124 Jean-François Varlet, Gare l’explosion !, op. cit., p. 7.
  • 125 R.R. Palmer remarque que « les idées empruntées à Rousseau n’étaient pas non plus susceptibles d’e (...)
  • 126 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, op. cit., p (...)
  • 127 J.J. Clère, « L’Emploi des Mots Nation et peuple dans le langage politique de la Révolution frança (...)
  • 128 « Le département de Paris, partie intégrante du souverain, est invité à s’emparer de l’exercice de (...)
  • 129 « Article 33. - La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme. Arti (...)
  • 130 T. Leclerc, L’Ami du peuple, N° IX, 8 août An II.
  • 131 Voir M. Morabito, « La résistance à l’oppression en 1793 », Revue d’Histoire du Droit, vol. 72, n° (...)
  • 132 Marat, dans L’Ami du Peuple du 12 juin 1791 dénonce à la foi l’interdiction des pétitions collecti (...)

27« l’insurrection pure et simple »124 : Pour contrer les représentants trop facilement infidèles, les Enragés ont recours à la revendication d’un droit à l’insurrection permettant au peuple d’affirmer sa souveraineté. Cette revendication repose sur l’idée chère à Rousseau que le peuple est bon par nature, que sa volonté fait loi, qu’il constitue un ensemble solide, indivisible125. Les Enragés identifient alors « le peuple sans-culotte » au « peuple de la nature »126. Les imperfections de tout système représentatif paraissent entraîner aux yeux des Enragés un droit à l’insurrection, seul recours à la spoliation du pouvoir souverain opérée par des « représentants infidèles ». Idéologiquement, ils confrontent des représentants naturellement infidèles à un peuple naturellement bon. Ayant poussé fortement aux grandes journées insurrectionnelles, et notamment le 10 août, ils y voient une expression immédiate de la souveraineté du peuple directement exercée, le peuple s’incarnant alors véritablement dans la Nation127. Cette attitude, cet appel au peuple est d’ailleurs utilisé par les Jacobins dans leur lutte contre la Gironde. Varlet rédige à leur initiative, suite à l’insurrection manquée du 10 mars 1793, une motion reprise par plusieurs sections et le club des Cordeliers, et qui appelle le peuple à « s’emparer de l’exercice de la souveraineté »128. Les Enragés, trouvent dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 24 juin 1793 une expression de ce droit à l’insurrection et les articles 33 et 34129 leurs paraissent l’expression de la souveraineté directement exprimée. À défaut de l’existence d’un mandat impératif, ils reconnaissent au peuple le droit d’agir de lui-même, court-circuitant ainsi l’action de ses représentants qui ne suivent pas sa volonté souveraine, comme l’article 35 de la Déclaration de 1793 l’y invite : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » Leclerc, par exemple, dans son Ami du Peuple, au sujet d’une rumeur concernant une amnistie générale pour célébrer la nouvelle Constitution, appelle le peuple au soulèvement et à de nouveaux massacres de septembre : « D’ailleurs, si jamais la Convention nationale donnait cette preuve déshonorante de sa faiblesse, ce serait au peuple qu’il appartiendrait de se faire justice »130. Cet appel à l’insurrection s’affirme davantage lorsque les Enragés s’opposent à la dictature jacobine, puisqu’il se fait alors au nom d’une résistance à l’oppression131. Reprenant le flambeau laissé tombé par Marat132, les Enragés font également appel aux assemblées primaires, et ont recours aux pétitions collectives afin de faire entendre leur voix.

  • 133 « Quelle sera donc à jamais glorieuse l’époque ou l’éducation nationale élèvera les citoyens franç (...)
  • 134 J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, op. cit. Titre II, Chapitre 3.
  • 135 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, op. cit, p. (...)
  • 136 « Vous poserez la base, jusqu’ici si négligée, du bonheur social ; elle doit se trouver dans un pl (...)

28La démocratie sectionnaire : Cette aspiration à la représentation la plus parfaite possible du peuple, voire à son intervention directe dans le gouvernement, dans la droite ligne des thèses rousseauistes, sera un des points d’achoppement entre les différentes factions politiques au cours des années de radicalisation du processus révolutionnaire (1792-1793). L’affirmation des mouvements sectionnaires donnera toute son ampleur au mouvement populaire qui, mettant en scène de fortes personnalité telles que Marat, Hébert, ou Roux, s’appuiera plus ou moins efficacement sur des systèmes institutionnels créés de toutes pièces dans la tourmente révolutionnaire. Mais pour que le souverain puisse s’exprimer au sein des sections, les Enragés sont conscients, bénéficiant eux-mêmes d’une certaine éducation, de la nécessité d’éduquer133 le Souverain, reprenant une fois encore un aspect de la pensée de Rousseau134. Pour Varlet, « L’éducation, l’instruction, les prédications de morale publique, dettes sacrées des États envers tous les citoyens, peuvent seules leur rendre praticable la jouissance de leurs droits »135, et il va même jusqu’à en faire l’un des objectifs assignés aux mandataires du peuple. L’objectif n’est plus alors seulement, utile à l’expression des droits du Souverain, mais indispensable au bonheur social136.

  • 137 W. Markov, « Les Jacquesroutins », Annales Historiques de la Révolution Française, janvier-mars 19 (...)
  • 138 Pour plus de commodité, Varlet va même jusqu’à imaginer une section imaginaire, la section des hom (...)
  • 139 T. Leclerc, L’Ami du Peuple, N° X, 10 août An II.
  • 140 Pour le détail des soutiens, voir R. Monnier, Répertoire du personnel sectionnaire parisien en l’A (...)
  • 141 Les adversaires de Jacques Roux s’emparèrent dès juillet 1793, du bureau et des principaux comités (...)
  • 142 W. Markov, « Les Jacquesroutins », op. cit., p. 168.
  • 143 Ibid., p. 167.
  • 144 Pris à l’invitation de Danton, ce décret prévoyait une réduction des assemblées de section ainsi q (...)
  • 145 A. Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et gouvernement révolutionn (...)
  • 146 « Le despotisme a passé du palais des rois dans l’enceinte des Comités. », J.F. Varlet, Gare L’exp (...)

29Pour les Enragés, le choix de l’appui institutionnel se fait naturellement. Il faut voir dans le mouvement Enragé, non pas « les initiateurs ou les « inventeurs » du mouvement populaire, mais bien l’un de ses résultats les plus distincts »137. Toute évolution du mouvement hors du cadre sectionnaire se trouvera empêché par l’hostilité des factions concurrentes138. Néanmoins le soutien que trouvent Roux, Leclerc et Varlet au sein des sections se révèle particulièrement efficace pour ces hommes aspirant à la représentation du mouvement sans-culotte. Pour eux, le seul organe démocratique capable de faire entendre exactement la voix du peuple est l’organe sectionnaire. Leclerc, réclamant le vote d’une loi générale sur les subsistances, refusée jusqu’alors par les Jacobins déclare : « C’est aux sections de Paris, c’est aux commissaires des départements que j’en recommande l’examen. C’est à la masse du peuple de se porter à la barre de la Convention nationale pour en faire la demande »139. Il est d’ailleurs remarquable de voir que lorsque les Jacobins se décideront à détruire le mouvement Enragé devenu gênant, ils le feront en l’attaquant à la base140, au sein des sections des Gravilliers141 (où les Jacquesroutins, cette « clique infernale », seront débarqués du contrôle de la section sans ménagement142), des Droits-de-l’Homme (muselant Varlet) et enfin, pour abattre Leclerc, la dissolution des Républicaines Révolutionnaires sera décidée. Bien que trouvant leur appui et un soutien efficace essentiellement au sein de ces trois sections, « les Enragés s’étaient débarrassés de l’esprit exclusif de section. Jacques Roux surtout a de tout temps mené sa propagande à travers toute ‘la ville hospitalière’ »143. C’est dès les premières atteintes portées aux sociétés sectionnaires que les Enragés vont se porter au secours des patriotes des sections afin de promouvoir le recrutement populaire au sein des sections. Suite au décret du 9 septembre 1793144, qui réduisait le pouvoir des sections Varlet, par une pétition rédigée le 17 septembre, accuse les députés de vouloir « fermer l’œil du peuple, attiédir sa surveillance. Et dans quelle occasion ? Quand les dangers de la patrie l’obligent à remettre entre vos mains un pouvoir immense qui exige une surveillance active »145. Il entrevoit pourtant l’utilisation qui peut être faite de certains comités, afin de museler le peuple sans-culotte146.

  • 147 Selon Mathiez, l’influence de Jacques Roux ne faisaient que grandir à la Commune jusqu’à l’insurre (...)
  • 148 Jacques Roux recevant 46 voix soit 15 % des 300 votants aux Gravilliers. Nicole Bossut, Chaumette (...)
  • 149 Le 30 juin 1793 une délégation des Jacobins menée par Robespierre, Hébert et Collot d’Herbois sera (...)
  • 150 J. Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution Française, op. cit., tome V, p. 209.

30À la recherche de tribunes pour faire entendre leur voix, les Enragés, avant de se muer en journalistes révolutionnaires en revendiquant l’héritage de Marat, ont tenté de se faire une place au sein des organes multiples créés dans le Paris révolutionnaire. En 1792, Roux tentera vainement de se faire élire à la Convention et au Département, ce qui le privera d’une tribune essentielle pour son action, mais aussi pour sa postérité. Néanmoins, Roux s’appuiera sur la Commune de Paris147 où, bien qu’en opposition constante face à Chaumette, Pache et Hébert, il sera élu au Conseil Général le 30 novembre 1792 aux côtés de ceux-ci148. Il y tiendra admirablement son rôle de trublion révolutionnaire, en y étendant son influence jusqu’à sa chute. Muni de ce strapontin institutionnel, Roux n’en cherchera pas moins à se faire entendre de toutes les tribunes disponibles, se faisant élire délégué de sa section chaque fois qu’il veut lancer un brûlot au sein de la Convention, comme son manifeste du 25 juin. Il sera très actif aux Cordeliers notamment dont il sera membre jusqu’à son exclusion sous la pression des Jacobins149. Pour Jaurès qui est pourtant peu suspect de sympathie pour « le curé rouge », Jacques Roux se montre, dans l’utilisation des sections, sinon un habile politique, du moins un efficace meneur d’homme. Il « s’était dit, sans doute, que lorsqu’il aurait pénétré cette section (celle des Gravilliers) lentement, obscurément, de son influence et de sa pensée, il aurait, au cœur même de Paris, une force décisive »150.

  • 151 « he became a member of the Jacobin club, the Cordeliers club, and the Fraternal Society of both S (...)
  • 152 Lamartine classe Varlet parmi les agents secondaires de ce Comité avec, Maillard, Cerat, Gonchon, (...)

31Varlet, lui, sera un clubiste effréné dès le début de la Révolution. À partir de l’été 1790, il deviendra membre du club des Jacobins, des Cordeliers et de la Société Fraternelle des Deux Sexes151. Il se dépensera sans compter au sein de sa section pour imposer ses vues dans les Assemblées Générales. Il marquera l’influence enragée lors des coups de force, notamment ceux des 31 mai et 2 juin, par son activité au sein du Comité de l’Évêché152, comité plus ou moins piloté en sous-main par la Commune et la Montagne pour organiser les insurrections. Il y tiendra une place importante mais déclarera, après Thermidor, avoir été manipulé pendant cette période par les Jacobins. En effet, dès l’insurrection lancée, ceux-ci priveront l’Évêché, organe sectionnaire par excellence, et donc difficilement contrôlable, de tout pouvoir véritable. Leclerc, lui, restera moins actif à l’extérieur de la section des Républicaines Révolutionnaires où il étendra son influence jusqu’à marier l’une d’elles, et à se voir attribuer une relation avec Claire Lacombe. Il préférera se consacrer à son action aux Cordeliers et à la publication de son Ami du peuple. Néanmoins cette action au sein des sections se devait de trouver dans le peuple un relais plus large qu’au sein de la population sectionnaire. Dans cette volonté de démocratie « pure », les Enragés usent et abusent des institutions à vocation insurrectionnelle qui voient le jour dans le Paris révolutionnaire.

  • 153 « elle suspendit de ses fonctions le monarque surpris en flagrant délit et qui, pour jouir avec sa (...)
  • 154 Ibid.
  • 155 « la souveraineté du Peuple a retournée à sa source, nous nous sommes ressaisis de toute notre ind (...)
  • 156 Serge Aberdam, « soumettre la constitution au peuple », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courv (...)
  • 157 « To Varlet the first principle of politics was that the fundamental sovereignty of the General As (...)
  • 158 « Article 26. -Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaqu (...)
  • 159 J-F. Varlet, Projet d'un mandat spécial et impératif, aux mandataires du peuple, à la Convention n (...)
  • 160 C. Riffaterre, « Les revendications économiques et sociales des assemblées primaires de juillet 17 (...)
  • 161 S. Aberdam, « Soumettre la Constitution au peuple », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvois (...)
  • 162 J-F. Varlet, Projet d'un mandat spécial et impératif, aux mandataires du peuple, à la Convention n (...)
  • 163 Cl. Courvoisier, « Rousseau en 1793 : un modèle démocratique dans la tourmente », op. cit., p. 61.

32L’appel aux assemblées primaires : Les Enragés souhaitent une démocratie basée sur le rassemblement des assemblées primaires dans lesquelles, il faut bien le remarquer, ils trouvent leurs principaux soutiens. Les assemblées primaires constituent pour eux la seule solution pour pallier les insuffisances de la représentation nationale. « Il faut croire que les grands évènements électrisent les âmes. L’assemblée nationale se pénétra enfin, de la sainteté de ses devoirs. Elle décréta des mesures vigoureuses de sûreté générale153 (…) Et ce qui honorera les derniers existants de la législature, c’est l’aveu qu’elle fit de l’insuffisance de ses moyens pour sauver la chose publique, et de la nécessité qu’il y avoit de convoquer les assemblées primaires »154. Pour les Enragés, la souveraineté ne peut être déléguée et doit demeurer au sein de ces assemblées qui représentent la « source de la souveraineté du peuple »155. Cette idée était d’ailleurs présente dans de nombreux esprits à l’été 1793, le recours aux assemblées primaires s’imposant quasiment dans l’esprit de tous156. Pour les Enragés, la souveraineté des assemblées générales ne pouvait jamais être déléguée de façon permanente, même à des assemblées parlementaires élues par le peuple157, dans la droite ligne de l’article 26 de la Constitution du 24 juin 1793158 : « Presque toujours celui qui représente s’imagine être réellement, et il est de principe que notre aliénable souveraineté ne peut ni se déléguer, ni se représenter »159. Il est donc logique de trouver un instrument capable d’exprimer directement la volonté populaire. Cet appel aux assemblées primaires, seuls instruments institutionnels aptes à exprimer la volonté du souverain selon eux, est d’autant plus légitime pour les Enragés que les revendications de ces assemblées et les leurs sont proches160. Ils ont d’ailleurs bien compris que « l’appel au vote des assemblées primaires constitue un défi qui peut devenir mortel pour la Convention »161. Cette rétention de l’expression légitime de la souveraineté par les assemblées primaires est d’autant plus importante que ces assemblées possèdent une compétence générale, illimitée, égale à celle du souverain : « Tout ce qui intéressoit essentiellement l’organisation, l’ordre, l’harmonie, la reconstruction même de l’édifice social, étoit de notre compétence »162. Suivant cette idée, il est logique pour Varlet de reconnaître le droit pour les assemblées primaires de se réunir spontanément, préférant, au contraire de Robespierre, un tel « excès de démocratie » à une démocratie tempérée par les lois, même si ce tempérament est fait au nom du « bonheur général »163.

  • 164 Le droit de pétition avait été autrefois défendu par les Jacobins, et notamment le premier d’entre (...)
  • 165 Pétition des Citoyennes républicaines révolutionnaires du 26 août, Paris, BN LB40 2412.
  • 166 T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° XVII, 30 août, l’an 2 de la République.
  • 167 « Les femmes républicaines révolutionnaires, dont vous vous rappelez sans doute les services penda (...)
  • 168 Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 140.
  • 169 En 1791, « le pétitionnement est reconnu comme relevant du droit d’opinion, mais à condition qu’il (...)

33L’arme pétitionnaire : Pour Leclerc et Varlet, l’une des autres armes apte à exprimer la volonté souveraine est la pétition164, qui permet aux militants sans-culottes de faire entendre leurs voix en face de la Convention, et des représentants. Si besoin est, les pétitions permettent également aux leaders des Enragés de jeter leur gant aux Conventionnels, comme le fera Roux le 25 juin 1793. Leclerc instrumentalise également l’arme pétitionnaire en prenant le relais de la pétition des Républicaines Révolutionnaires165 dans son numéro XVII de L’Ami du peuple. Ce faisant, il apostrophe les représentants : « Approchez-vous souvent du peuple ; ne vous méconnaissez pas dans le poste où il vous a placé. Eh ! Pourquoi suis-je obligé de vous faire les leçons qu’on donnait aux tyrans ? »166. Il va jusqu’à rapporter les difficultés des patriotes pour faire entendre leur pétition167 afin de démontrer à ses lecteurs l’éloignement, voire le mépris des représentants pour les véritables patriotes. Varlet, quant à lui, se voit emprisonné à la suite de la pétition du 17 septembre 1793, qui entendait montrer la « conscience qu’avaient les militants sans-culottes de l’incompatibilité, prévisible, entre la centralisation impulsant la Terreur et les droits de la souveraineté populaire »168. Par la pétition relevant d’une section ou d’un groupe de patriotes, les Enragés affirment un véritable droit à la pétition en nom collectif, relevant du droit d’opinion, combat entrepris en 1791, et perdu par les démocrates lors de l’institution du décret des 10-18 mai 1791, interdisant les pétitions et affiches signées d’un nom générique169. L’utilisation à outrance de cet outil à partir du 2 juin, va obliger les Conventionnels à détacher les sections pétitionnaires de leurs porte-paroles enragés, ceux-ci se voyant désavoués, comme Roux le 30 juin, par la section dont ils se veulent les porte-paroles.

  • 170 « Article 31. - Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impun (...)
  • 171 T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VIII, 6 août, l’an 2 de la république, op. cit.
  • 172 « Pour connoître désormais de toutes les atteintes portées aux droits publics des citoyens, pour a (...)
  • 173 « Le salut de la République vous impose donc la tâche très honorable de citer devant les tribunaux (...)
  • 174 « À Rome, on ne créait des dictateurs que dans les circonstances extrêmement difficiles, et cette (...)
  • 175 « Peuple, debout ou ta souveraineté n’est plus qu’un mot dont on t’abuse ; si tu ne mets pas la Co (...)

34« Une loi de responsabilité » : Les Enragés, inquiets du déroulement de la Révolution durant l’été 1793, choisissent de proposer au peuple, afin d’échapper à une dictature des représentants accaparant le pouvoir exécutif, de rendre ceux-ci responsables devant le Souverain, conformément à l’esprit de l’article 31 de la Déclaration des droits de l’hommes et du citoyen de 1793170. Leclerc écrit ainsi que : « toute fausse interprétation, tout retard, effet de mauvaises intentions, doit leur coûter la vie ; et où serait la responsabilité chez les hommes dont la personne est inviolable et sacrée. Mais supposez que la Convention les rende responsables, je demande à tout homme de bon sens, si neuf des meilleurs têtes de la Convention composant ce comité n’auraient pas assez d’influence dans le sein du Sénat français pour conjurer l’orage, écarter même toute idée de suspicion, et se mettre à l’abri de la vengeance des lois »171. Varlet, afin de responsabiliser les mandataires, va jusqu’à demander la création de magistrats du souverain, composés de patriotes d’élites, afin de juger les mandataires172 et parle d’une loi de responsabilité. Roux lui aussi souhaite voir les mandataires du peuple cités devant les tribunaux173. Ils combattent l’idée d’une dictature bénéfique pour la Révolution, sur un modèle romain174, qu’ils estiment néfaste car un tel système politique accoutume le peuple « à souffrir quelquefois des maîtres », ce qu’il ne doit jamais souffrir en tant que Souverain. Toutefois, une telle solution est bénéfique que si les citoyens sont « des sectateurs de la vertu et les enfants de la nature », ce que les citoyens de 1793 ne sont pas. La crainte de voir que la « Convention serait la première à étouffer son enfant » a donc poussé les Enragés à s’opposer à la dictature jacobine, en cherchant à dresser le peuple souverain contre elle, afin de préserver sa souveraineté175.

  • 176 Robespierre, (février1794) : « Si le ressort du gouvernement populaire dans la paix est la vertu, (...)
  • 177 Saint Just, Discours à la Convention du 26 février 1794, cité par Daniel Guérin, La lutte des clas (...)
  • 178 S. Aberdam, « Soumettre la constitution au peuple », op. cit., p. 152.
  • 179 « Croyez-vous que tel prêtre qui, de concert avec les Autrichiens, dénonce les meilleurs patriotes (...)
  • 180 J.-F. Varlet, Gare l’explosion !, op. cit., p. 4.

35C’est l’action politique qui va provoquer leur perte, car en s’opposant ainsi, non seulement en théorie, mais surtout en pratique, à une représentation nationale en quête de soutien populaire pour mettre en place son projet politique, ils vont se voir acculés de toutes parts et précipités du haut de la roche tarpéienne. La chute des Enragés naît de l’incompatibilité entre la démocratie populaire dont ils se sont fait les défenseurs et la naissance du gouvernement révolutionnaire, tout à la fois « vertueux » et « terroriste », voulu par les Jacobins176. En 1793-1794, les nécessités de la défense nationale et révolutionnaire semblaient difficilement conciliables avec les pratiques de la démocratie directe. Pour ne pas avoir compris qu’ils luttaient trop tôt pour des revendications qui risquaient de mettre en péril la Révolution, pour ne pas avoir compris que la « Terreur est une arme à double tranchant »177, les Enragés subirent de la main des Jacobins la Terreur qu’ils avaient poussé eux-mêmes à instaurer. La Terreur s’est révélée un régime d’exception légitimé par une représentation populaire élue178, et la suspension de la Constitution de 1793, qui répond à un grand nombre de revendications enragées, n’est que le prélude à la fin politique de ceux qui ne « composent pas avec les principes de la liberté » selon l’expression de Jacques Roux. Apparaissant à l’été 1793 comme des ennemis de la Révolution car ennemis de la représentation nationale, contre-révolutionnaires au même titre que Pitt, les Brissotins ou les aristocrates179, ils vont être les premières victimes populaires de la Terreur jacobine. Varlet écrit en 1794 « On m’accuse de contre-révolution (…). Je me regarde comme convaincu, si par contre révolu-tionnaire l’on entend l’opposition au gouvernement révolutionnaire »180.

  • 181 Il faut remarquer, au détriment d’une cohésion toujours fragile, qu’une certaine atonie, voire une (...)
  • 182 « Le plus cruel des fléaux que nous ayons à combattre pour faire triompher la liberté, ce n’est po (...)
  • 183 M. Pertué, « Les luttes de classe et la question de la dictature au début de 1793 », A.H.R.F., op. (...)
  • 184 « Républicains, ne cherchons pas ailleurs que dans le gouvernement révolutionnaire l’origine de l’ (...)
  • 185 S. Aberdam, « soumettre la constitution au peuple », op. cit., p. 146.

36Perdant leurs soutiens sectionnaires, peut-être victime de leurs excès, plus sûrement de leurs divisions181 et de l’absence de véritable plan politique, ils assistent impuissants à leur déchéance. Ces représentants honnis se liguent alors contre eux, faisant soudain de ces patriotes avancés, les ennemis les plus dangereux de la Révolution182. Ce que la Montagne était parvenue à faire, suite aux mouvements de février 1793, c’est-à-dire refaire « l’unité à gauche contre la Gironde pour cristalliser la colère du peuple sur le côté droit », n’est plus possible à l’automne 1793 face aux Enragés, aux « militants sans-culottes avancés ». Pourquoi ? En raison du succès de la manœuvre politique des Jacobins de février à septembre 1793. Il sont parvenus à replacer la question économique, centrale, « raison d’être » des Enragés, derrière la question politique dans le processus révolutionnaire183. Ce faisant, ils ont obligé les Enragés à accentuer leurs critiques quant à la représentation même. Critiquant l’essence de la dictature jacobine, l’idée même d’un représentant vertueux incarné par le conventionnel jacobin, les Enragés rendent toute conciliation impossible. Ne servant plus les intérêts de la Montagne, leurs revendications sociales sont alors intégrées en partie dans le programme politique jacobin, notamment par Billaud-Varenne. C’est le cas de la loi du 9 août sur les greniers d’abondance. Il ne reste alors plus, à l’automne 1793, qu’à les annihiler, avant d’écraser les hébertistes. Le refus de la prise de pouvoir de la représentation jacobine184 rendait impossible toute acceptation par les Enragés du système politique de la Terreur. Appelant à une représentation des assemblées primaires, des sections qu’ils considéraient comme une émanation directe du souverain assemblé, les Enragés tentaient de court-circuiter la Représentation nationale185 qu’était la Convention, s’attirant logiquement les foudres de celle-ci.

  • 186 Jacques Roux, Le Publiciste de la République de la République française, par l’ombre de Marat, n°  (...)

« Qui ne voit pas que la plupart de ceux qui se sont popularisés depuis 89, et qui sont chargés de nos destinées, ont conçut dessein d’envahir le pouvoir suprême ? Qui ne voit pas qu’ils exercent une inquisition dictatoriale envers ceux qui ne composent pas, comme eux, avec les principes de la liberté ? Les tartufes !…ils se sont servi des Leclerc, des Varlet, des Jacques Roux, des Bourgouin, des Gonchons, etc. Ils se sont servi des femmes révolutionnaires, des Lacombe, des Colombe, des Champion, des Ardoin, et tant d’autres républicaines, pour briser le sceptre du tyran […] »186.

  • 187 Arrêté le 5 septembre, Jacques Roux fût jugé le 12 janvier 1794 par le tribunal correctionnel, qui (...)
  • 188 Leclerc, échappe à l’arrestation à l’automne 1793 au prix d’un enrôlement dans le bataillon de réq (...)
  • 189 Voir notamment l’article de J. Zacker, « Varlet pendant la réaction thermidorienne », Annales Hist (...)
  • 190 Jean-François Varlet, Plan d’une nouvelle organisation de la société-mère des Amis de la Constitut (...)
  • 191 Daniel Guérin, La lutte des classes sous la Première République, op. cit., tome 2, p. 390.
  • 192 Sur les réflexions menées par les babouvistes sur la question de la démocratie populaire, voir D. (...)
  • 193 A. Mathiez, « L’affaire Legray », Annales Historiques de la Révolution Française, 1947, p. 305.
  • 194 Jean-François Varlet, Tête chaude et bon cœur, Paris, 1795, (Archives Nationales F477540).
  • 195 En témoigne les deux pamphlets rédigés pour partie en prison (depuis la prison Du Plessis, où se t (...)
  • 196 « J’aime beaucoup le modérantisme qui me rend humain, tolérant, réfléchi. Hé bien soit, je suis un (...)
  • 197 Jean-François Varlet, Magnanimité de l’Empereur des français envers ses ennemis, à l'occasion de l (...)
  • 198 Jean-François Varlet, Nantes, l’an deux de l’héroïsme parisien, Nantes, Septembre 1831, BN P89/895 (...)
  • 199 Y. Blanier, « Jean-François Varlet après la Révolution », Annales Historiques de la Révolution Fra (...)

37Jacques Roux mort187, Leclerc, Pauline Léon et Claire Lacombe retirés de la vie publique188, seul Varlet va persévérer dans l’engagement politique189. Il continue d’œuvrer au sein du mouvement social190, même si, par haine du régime robespierriste, il emboîte le pas à la réaction thermidorienne191. Il se trouve fiché comme sympathisant du mouvement babouviste192 et il participe avec Dobson, Babeuf et Legray à la fondation du club électoral193. Mais les années aidant, cet engagement, s’éloigne de la démocratie directe, pour se rapprocher du pouvoir. Celui qui se présentait lui-même comme « une tête chaude »194, dont les emprisonnements successifs ont vraisemblablement fragilisé l’esprit195, renie en effet une partie de ses actions et va se présenter comme un chantre du modérantisme196. Ceci l’empêcha vraisemblablement de devenir pour les Enragés, ce que Buonarroti fut pour les babouvistes, et annihila toute relecture du parcours enragé. En 1814, Varlet, retiré dans la région nantaise, use de son passé sans-culotte afin de légitimer l’héritage révolutionnaire de l’Empereur197. On est alors bien loin du représentant devant être fidèle à son mandat impératif, et soumis aux injonctions du peuple. Mais un tel jugement serait un peu sévère car les vieilles aspirations sommeillent, la fibre révolutionnaire est toujours sensible, et c’est l’héritier de la Révolution que Varlet respectait dans Napoléon Bonaparte. La Révolution de 1830, l’appel des barricades va trouver en Varlet un admirateur sincère, et les différents écrits198 qu’il écrit alors, s’ils sont le fait d’un patriote et d’un républicain sincère, n’expriment pourtant plus le même antiparlementarisme, même s’il est encore surveillé par la police pour sa conduite contraire au bon ordre199.

  • 200 S. Lazarus, « À propos de la politique et de la terreur », op. cit., p. 83.
  • 201 « La révolution française a fait germer des idées qui mènent au-delà des idées de tout l’ancien ét (...)
  • 202 St Just : « Un gouvernement républicain a la vertu pour principe ; sinon la terreur. Que veulent c (...)

38Grain de sable, les Enragés sont vite effacés par les Jacobins qui sont guidés « par la volonté de défendre et de poursuivre l’esprit de la Révolution et son cœur, c’est-à-dire la Convention telle qu’ils la conçoivent et telle qu’ils la pratiquent »200. Or, c’est bien là que se situe le point d’achoppement fatal aux Enragés. Ils ne veulent pas voir dans la Convention une représentation du souverain, ils ne veulent pas d’une Convention comme cœur de la Révolution, qui prendrait trop facilement le pas sur l’âme de celle-ci, le peuple. Terroristes, les Enragés ne souhaitaient pas la Terreur conçue comme système politique de gouvernement. Si Marx voyait chez Roux et Leclerc l’émergence de « l’idée du Nouvel état du Monde »201, ceux-ci ne croyaient ni à la vertu, ni à la Terreur des Jacobins. Ils périrent, politiquement, d’avoir tenté d’apporter une réponse à la question que St Just posait aux représentants de la Convention : « Que veulent ceux qui ne veulent ni vertu ni terreur ? »202.

Notes

1 Jean-François Varlet, Gare l’Explosion, (s.l.), 15 vendémiaire de l’an III de la République française, BN 8-Lb41-1330 ou NUMM- 41206, p. 8.

2 Marat, Le publiciste de la République française, par Marat, l’Ami du Peuple, Paris, n° 233, 4 juillet 1793.

3 S’ajoute à ces trois personnages, une garde rapprochée, composée essentiellement de Pauline Léon et de Claire Lacombe, toutes deux membres des Républicaines Révolutionnaires, ainsi que les séides de ces différents personnages au sein de leurs sections, W. Markov, « Les Jacquesroutins », Annales Historiques de la Révolution Française, 1960, n° 32, pp. 163-182. Georges Lefebvre et Albert Mathiez ont rapproché de ce mouvement Taboureau, « l’enragé orléanais » ; A. Mathiez, « Un enragé inconnu, Taboureau de Montigny », Annales Historiques de la Révolution Française, 1930, n° 7, pp. 209-230 ; Lefebvre Georges, « Quelques notes sur Taboureau, “l’enragé” d’Orléans », Annales Historiques de la Révolution Française, 1931, n° 8, pp. 140-148.

4 Mouvement méconnu fort longtemps, les Enragés apparaissent le plus souvent à titre individuel dans les ouvrages traitant de la Révolution. Voir notamment Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, réed. Messidor, Editions Sociales, 1986, T.V, et VI essentiellement ; Albert Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris, Bibliothèque Payot, 1973 ; R.B. Rose, The Enragés : socialist of the French Révolution ?, Melbourne, 1965 ; C. Guillon, Deux Enragés de la Révolution : Leclerc de Lyon et Pauline Léon, éd. La Digitale, 1993, Le Guillou Jean-Marc, Jacques Roux, l’annonce faite à la gauche, Paris, éd. des Ecrivains, 2000. Les historiens « marxistes », pour des raisons de proximité idéologique, s’intéressèrent notamment à ces personnages en tant que mouvement social et politique : M. Dommanget, Enragés et curés rouges en 1793 : Jacques Roux, Pierre Dolivier, Paris, Les amis de Spartacus, 1993 ; id., Les Enragés dans la Révolution française, Paris, Spartacus, 1987 ; D. Guérin, La lutte des classes sous la première République, Gallimard, coll. la suite des temps, 2 tomes, 1968, W. Markov, Scripta et acta, Berlin, éd. Akademie-Verlag, 1969 ; Exkurse zu Jacques Roux, Berlin, éd. Akademie-Verlag, 1970, 371p. ; id., Die Freiheiten des Priesters Roux, Berlin, éd. Akademie-Verlag, 1967, 430 p. ; Zakher Iakov Mikhailovitch, Les Enragés, éd. originale en russe, trad. partielle, (s.l.n.d.), 21 p., doc. polytypé, BN 4- LB41- 5636.

5 Pour cerner l’ensemble de cette pensée, il convient d’étudier les différents pamphlets, discours et journaux publiés et rédigés par les principaux meneurs de ce mouvement (cf. note 22-24). Voir notamment les deux journaux publiés par Roux et Leclerc à la mort de Marat, L’Ami du peuple écrit par T. Leclerc, Paris, n° I du 20 juillet 1793 au n° XXIV, du 15 septembre 1793, BN 8°Lc2 704, (réed. par Claude Guillon, Deux Enragés de la Révolution, op. cit., pp. 137-238), et le Publiciste de la République française à l’ombre de Marat, écrit par J. Roux, et rééd. par W. Markov dans Scripta et Acta, op. cit..

6 Jacques Roux fît des études chez les Lazaristes du séminaire d’Angoulême avant d’être tonsuré à 15 ans et d’enseigner la philosophie, puis la physique expérimentale à partir de 1772, Dommanget, Enragés et curés rouges en 1793 : Jacques Roux, Pierre Dolivier, op. cit., p. 21 ; Varlet, lui, bénéficia d’études au collège d’Harcourt de l’Université de Paris, R.B. Rose, op. cit., p. 10. Leclerc, quant à lui rapporte que : « l’étude des belles lettres m’a occupé jusqu’à l’âge de dix-huit ans chez mon père, qui sacrifiant à notre éducation le peu de bien que ma mère lui avait apporté en dot, eut le bon esprit de penser que les connaissances étaient au-dessus de la fortune », T. Leclerc, Extraction, profession avant et depuis la Révolution ; carrière politique et Révolutionnaire et état présent des affaires de Théophile Leclerc, Paris, 1794, AN F747749.

7 Voir l’ouvrage de Jean Massin, qui tend à un rapprochement quasi systématique des idées de Marat et de celles des Enragés, Marat, Edition Alinéa, 1988.

8 Ainsi Marat parle des Enragés en ces termes peu flatteurs : « Varlet ne peut être qu’un intrigant sans cervelle, mais le petit Leclerc paraît un fripon très adroit. Je l’ai vu dans la même semaine changer trois fois de costume pour se travestir, et mieux en imposer. On assure (…) qu’il a fait quelques mois de noviciat à Coblentz, et qu’il est un des principaux auteurs des désordres qui ont éclaté à Lyon depuis plusieurs mois », Le publiciste de la République française, par Marat, l’Ami du Peuple, n° 233, 4 juillet 1793.

9 Cette virulence, le côté sanguinaire de leurs propos, bien dans l’air du temps, est toutefois parfois plus supposé que vrai. Il en est certainement ainsi de l’anecdote de la présence de Jacques Roux à l’exécution de Louis XVI. Celui-ci aurait refusé, à un monarque mené vers la mort, de prendre son testament, et aurait déclaré : « Je ne suis chargé que de vous conduire à l’échafaud » à quoi Louis XVI répondit simplement : « C’est juste », Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, T.V, op. cit., p. 210. Jacques Roux va même jusqu’à revendiquer cet aspect sanguinaire, violent de ses prises de positions. Il s’enorgueillit de son caractère extrémiste, et combat le modérantisme : « des modérés, dont l’âme est glacée par la noirceur de leurs crimes, allument dans toutes les parties de l’empire, le flambeau des furies … », J. Roux, Discours sur les moyens de sauver la France, op. cit., p. 4.

10 Selon l’expression de Patrice Rolland, « L’apprentissage de la liberté politique : les difficultés de l’année 1793 », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvoisier, M. Verpeaux, La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, Actes du colloque de Dijon, 16 et 17 septembre 1993, éd. Universitaire de Dijon, 1997, pp. 65-95, p. 66

11 Autre pôle de réflexion théorique et pratique des Enragés, c’est la question des subsistances. Les Enragés préconiseront afin de résoudre les difficultés économiques un fort dirigisme économique, une taxation des denrées, une limitation de la propriété. Pour appliquer ces mesures, les Enragés préconisèrent une terreur sans-culotte fondée sur une purge de l’administration, une lutte contre les « ennemis du dedans » et de l’extérieur. Voir C. Guillon, Deux Enragés de la Révolution : Leclerc de Lyon et Pauline Léon, op. cit., pp. 47-62.

12 Ce caractère mystique de leur quête les rapproche, paradoxe de l’histoire, de la mystique jacobine, qui souhaitant défendre la Révolution envers et contre tous, va briser les Enragés aussi sûrement qu’elle s’attaquera aux aristocrates et aux ennemis de l’extérieur au nom d’une République fondée sur la vertu. Pour Robespierre, la République, c’est « la vertu, non pas au sens politique que lui donnait Montesquieu, mais bien en un sens purement moral (…) ; Patrice Rolland, « L’apprentissage de la liberté politique : les difficultés de l’année 1793 », op. cit., p. 70.

13 Le professeur Pertué remarque que « ceux qu’on entend aujourd’hui par la désignation d’enragés est une création d’historien : Jacques Roux, Varlet, Leclerc, Pauline Léon et Claire Lacombe. Cette erreur est fâcheuse, car elle neutralise un terme excellent et d’usage général sous la Révolution. » ; M. Pertué, « Les luttes de classe et la question de la dictature au début de 1793 », Annales Historiques de la Révolution Française, 1977, pp. 454-462, p. 456 note 1.

14 Les rapprochements menés dans cette étude montre la très forte proximité des écrits des différents protagonistes de ce mouvement.

15 Il provient selon Albert Mathiez, d’un terme utilisé pour des chevaux de louage qui aurait d’abord englobé tous les patriotes et aurait été employé par les aristocrates pour désigner ceux-ci. Si le terme désigne des patriotes, les Enragés pourraient s’en enorgueillir, mais cette origine donnée par Mathiez est contestée par R.B. Rose et Claude Guillon. « L’emplacement de la salle où l’assemblée s’établit à Paris, après avoir quitté celle de l’archevêché, était auparavant un manège. C’est ce qui donne l’idée de dénomination d’Enragés que les aristocrates donnèrent aux patriotes [...]. C’est ainsi qu’on nommait à Paris des chevaux de louage dont on se servait communément pour les voyages de Versailles, afin d’éviter les frais de la poste royale », A. Mathiez « Noirs et enragés. Origine de ces dénominations », Annales Historiques de la Révolution Française, 1929, p 501.

16 Ce terme est d’ailleurs utilisé dans un pamphlet révolutionnaire anonyme, Les enragés, ou le rapprochement des extrêmes, dialogue relatif aux circonstances entre un jacobin, un royaliste et un patriote, (s.d.), Paris, BN P45/7890.

17 À titre d’exemple, voir le Pamphlet de J.-F. Varlet, Pot Pourri National, 1791, 1791, BN YE-53552 ou MFICHE YE- 53552, 8p., p. 8. « Des Rois ligués les projets, sont bâtis sur des sables, Nous répondrons par boulets, sabres, piques et mousquets ! Aux diables ! Aux diables ! Aux diables ! »

18 Jacques Roux emploie le terme à plusieurs reprises, soit pour qualifier le camp réactionnaire et aristocratique, ce qui éclaire peut-être certaines accusations portées par les Jacobins au moment de l’hallali du mouvement, soit dans un sens positif et allégorique. C’est le cas positivement dans Le Triomphe des braves Parisiens sur les ennemis du bien public : « un peuple tyrannisé […] se réveille subitement d’un sommeil profond, et rompe en enragé les fers qu’il mordait en frémissant ». Négativement, il qualifie d’« enragés » les contre-révolutionnaires dans son Discours sur les moyens de sauver la France : « Avoir de la douceur pour des enragés, de la générosité envers des rebelles, c’est partager leurs forfaits. », Claude Guillon, Deux Enragés de la Révolution : Leclerc de Lyon et Pauline Léon, op. cit., p. 15. Dans son Discours sur les moyens de sauver la France, il utilise le terme négativement pour désigner les ministres du culte : « Il me semble voir les suppôts orgueilleux de la tiare, des ministres enragés, sonnant le tocsin de la mort, déployant l’étendard du carnage, portant le fer, la flamme, la désolation de toute part, et faisant couler des ruisseaux de sang jusque sur la marche des autels. », op. cit., p. 6.

19 Les femmes mêmes ne trouvent pas grâce aux yeux des Jacobins. Afin de pousser à la dissolution de la Société des Républicaines Révolutionnaires, qui soutenait objectivement les actions des Enragés, on attaque conjointement Leclerc et Lacombe devant les Jacobins le 16 septembre 1794. On critique Lacombe, car « elle est dangereuse en ce qu’elle est fort éloquente ; elle parle bien d’abord, et attaque ensuite les autorités constituées. », cité par Daniel Guérin, La lutte des classes sous la première République, op. cit., tome 1, pp. 269-273.

20 Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, T V, Paris, Éditions sociales 1986, p. 209. Il rend également ce jugement définitif sur l’action des Enragés. Selon lui, ils développent « des erreurs, bien des tendances dangereuses, un arrière fond de perfidie et de venin que la contre-révolution pouvait aisément exploiter », ibid., tome VIII, p. 158.

21 Cité par Théophile Leclerc, L’Ami du peuple, (s.l.), n° XXI, 8 septembre 1793, B.N 8°Lc2 704.

22 Soboul, « Classes populaires et rousseauisme sous la révolution », Annales Historiques de la Révolution Française, 1962, p. 425.

23 Il en est par exemple ainsi, selon Lucien Jaume, des Jacobins, pour qui « mettre la Terreur à l’ordre du jour » se révèlent être « une réponse, imprévue, aux circonstances. » Il ajoute que ce n’est « qu’après coup que les têtes les plus théoriciennes, comme Robespierre ou Billaud-Varenne, tentent de rationaliser la politique ainsi engagée, pour montrer qu’elle répond à la vision morale que le jacobinisme radical avait défendue dans les premiers temps. » Le discours jacobin et la démocratie, Fayard, 1989, p. 112 ;c’est de ces têtes théoriciennes que manquèrent vraisemblablement les Enragés pour pousser plus avant leur réflexion, étant plus prolixes en « têtes chaudes » qu’en têtes réfléchies.

24 Ceci malgré le satisfecit publié par Jacques Roux au lendemain de la chute de la Gironde, « Aussi la Montagne de la Convention qui a écrasé de sa chute la tête du Tyran, et qui a expulsé de son sein les scélérats, les hommes d’état, qui voulaient nous donner un roi et des fers a-t-elle des droits éternels à la reconnaissance des français (…). Ah ! La conduite que tient la Convention, depuis qu’elle est purgée des chefs de la faction scélérate des hommes d’état, les mesures vigoureuses qu’elle a adoptées pour le salut de la République, attestent qu’elle a voulu dès sa première séance, mais qu’elle n’a pu opérer le bien qui était dans son cœur. », Le Publiciste de la République Française, n° 243, 6 août 1793, pp. 3-5.

25 À la différence de Marat qui lui, décidera de mettre sous le boisseau ses aspirations égalitaires pour ne pas affaiblir la Révolution en proie à tous les dangers. Il préférera la poursuite d’un objectif lointain à la satisfaction de revendications immédiates mais dangereuses ; L. Giani, « Le réalisme politique de Jean-Paul Marat, député à la Convention », Annales Historiques de la Révolution Française, oct.-déc. 1996, n° 306, pp. 675-692.

26 M. Pertué, Aux origines du gouvernement révolutionnaire, février-mars 1793 : démocratie et dictature en Révolution, Thèse d’Histoire du Droit, Paris II, 1976, 527 p.

27 Jean-François Varlet, Projet d'une caisse patriotique et parisienne, (s.l.n.d.), 1789, 12 p., BN MFICHE LB39- 11657 ; L’Apôtre de la liberté, prisonnier, à ses concitoyens libres, (s.l.n.d.), 19p., BN 8-LN27-20065 ; Aux mânes de Marat (aux mânes de Pelletier), (s.d.), Paris, impr. De Vezard et Le Normant, 6 p., BN P89/1521 ou YE-53551 ; Vœux formés par des Français libres, ou Pétition manifeste d'une partie du souverain à ses délégués pour être signée sur l'autel de la patrie et présenté [sic] le jour où le peuple se lèvera en masse pour résister à l'oppression avec les seules armes de la raison (s.l.n.d), 8 p., BN NUMM- 40901 ; Projet d'un mandat spécial et impératif, aux mandataires du peuple, à la Convention nationale, Paris, chez les directeurs de l'imp. du cercle social, 1792, BN LB 41-109 ou [Document électronique], BN NUMM 40138 ; Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, impr. Didot, (s.l.), 1793, 24 p., BN 8-LB41-2979 ou numérisé NUMM 6699, rééd. EDHIS, 1967 ; Du Plessis : le malheur, quelle Ecole ! Ce que j’écris la nuit, à la lueur obscure d’une lampe de prison en est peut-être une preuve. Tyrans et ambitieux, lisez…, (s.l.), 1794, 6p., BN 8-LN27-20066 ; L’Explosion, (s.l.), L’an III de la République française, 15p., BN 8-LB41-4090, Gare l’Explosion, (s.l.), L’an III de la République française, op. cit. ; À ses chers concitoyens des tribunes et des Jacobins, impr. de la société typographique, 7p., BN 16-LN27-20067 ; Mesures suprêmes de salut public proposées aux citoyens du département de Paris, (s.l.n.d.), 7p., BN P89/1520.

28 Jacques Roux, L’Apôtre, martyr de la Révolution ou Discours d’un curé patriote qui vient d’être assassiné par 18 aristocrates, Paris, Imprimerie Henri IV, 1793, 24 p., BN 8-LB39-5568 ; Discours prononcé dans l’Eglise des Cordeliers, le 19 avril dernier, par M. Jacques Roux, qui vient d’être assassiné…, Paris, Veuve Petit, 1793, BN 8-LN27-18058 ; Discours sur le jugement de Louis-le-Dernier, sur la poursuite des agioteurs, des accapareurs et des traîtres, prononcé par Jacques Roux, (s.l.), 1792, 16 p., BN 8-Lb40-2014 ; Discours sur les moyens de sauver la France et la liberté prononcé par Jacques Roux, Paris, (s.d.), 48p., BN 8-LB39-10782 ; réed. par les éditions d’Histoire sociale, Paris, 1967 ; Jacques Roux à Marat, Paris, Impr. de la Société typographique, 1795, 16 p., BN 8-LN27-18057 ; Le Triomphe des braves parisiens, sur les ennemis du Bien Public…par Jacques Roux, (s.l.n.d.), BN 8-Lb39-8638 ; « Pétition présentée devant la Convention nationale, 25 juin 1793 », Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises. Première série, 1787 à 1799. Tome LXVII, Du 20 juin 1793 au 30 juin 1793, BN-Gallica N049582, Reprod. de l'éd. de Paris, P. Dupont, 1905, 792 p., pp. 457-458, rééd. (extraits), (ss. dir.) Antoine de Baecque, « Vous n’avez pas tout fait pour le bonheur du peuple », Pour ou contre la Révolution, Paris, Bayard Compact, 2002, pp. 20-22 ; Projet de Discours sur les causes des malheurs de la République Française, publié par W. Markov, Scripta et Acta, op. cit., pp. 102-160, réed. du manuscrit des Archives Nationales, AN W20 d. 10733.

29 T. Leclerc, (référencé sous le nom de Le Clerc d’Oze pour ce discours), Discours prononcé aux Jacobins, séance du 1er avril 1792, Paris, imp. Henri IV, 7 p., BN LB 40-2260 ou BN 8- LB40- 2260, rééd. C. Guillon, Deux Enragés de la Révolution : Leclerc de Lyon et Pauline Léon, op. cit., pp. 131-135 ; Extraction, profession avant et depuis la Révolution ; carrière politique et révolutionnaire, et état présent des affaires de Théophile Leclerc, Archives Nationales, fonds : Comité de sûreté générale, F47749, rééd. C. Guillon, Deux Enragés de la Révolution : Leclerc de Lyon et Pauline Léon, op. cit., pp. 240-242.

30 Sur les Républicaines Révolutionnaires, voir notamment D. Godineau, Citoyennes tricoteuses, Paris, Alinéa, 1988 ; M. Cerati, Le club des citoyennes révolutionnaires, Paris, éd. Sociales, 1966.

31 Claire Lacombe, Discours prononcé à la barre de l’Assemblée nationale par Mme Lacombe, le 25 juillet 1792, l’an 4e de la liberté, (s.l.n.d.), 3 p., BN P92/1099 ou BN MFICHE Le33-3 (X, 63), Rapport fait par la citoyenne Lacombe à la société des républicaines révolutionnaires, de ce qui s’est passé le 16 septembre à la Société des Jacobins, 17 septembre 1793, (s.l.n.d.), 15 p., BN 4-FM-35160 ou BN MFICHE 4-FM-35160.

32 Selon les termes de Lucien Jaume, « La souveraineté montagnarde : République, peuple et territoire », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvoisier, M. Verpeaux, La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, op. cit., pp. 115-139, p. 116.

33 « Le deuxième facteur d’ambiguïté réside dans la doctrine révolutionnaire de la représentation ; entre les individus-citoyens, qui élisent leurs représentants, et ces représentants eux-mêmes, il ne doit exister aucun intermédiaire qui, à un titre ou à un autre, représenterait des groupes ou des intérêts particularisés. En d’autres termes, à côtés de la représentation institutionnelle, il ne peut y avoir des instances de représentativité-comme aujourd’hui un syndicat, un parti, un groupe d’intérêt, voire un leader d’opinion. », Lucien Jaume, « Les Jacobins : une organisation dans le processus de la Révolution 1789-1794 », F. Bluche et S. Rials (ss. dir.), Les Révolutions, pp. 243-257, p. 246.

34 Roels, Le concept de représentation politique au dix-huitième siècle, coll. Anciens pays et assemblées d’états, éd. Béatrice-Nauwelaerts, Paris, 1969, p. 41.

35 « Déduisant de la souveraineté populaire au sens total du terme, l’autonomie et la permanence des sections comme le droit à la sanction des lois, au contrôle et à la révocabilité des élus, ils tendaient vers la pratique d’un gouvernement direct et l’instauration d’une démocratie populaire. », A. Soboul, Mouvement populaire et Gouvernement révolutionnaire, Paris, Thèse, Librairie Clavreuil, 1958, p. 505.

36 « Rousseau, dans un écrit divin, fait voir le peuple souverain, son livre est celui du destin : qu’on le révère, car c’est la père du genre humain. », Jean-François Varlet, Pot Pourri National, op. cit., p. 3.

37 J-J. Rousseau, Du contrat social, GF Flammarion, Paris, 1966, Liv. III, Chap. 15, Des Députés ou Représentants et J.-F. Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 5.

38 « Cette doctrine n’était pas nouvelle (en 1793). On se souvient que la revendication de la sanction des lois avait été formulée par les deux animateurs du mouvement démocratique, Bonneville et Robert, dès l’hiver 1790-91 », A. Agostini, La pensée politique de Jacques-René Hébert (1790-1794), op. cit., p. 105.

39 Roels, Le concept de représentation politique au dix-huitième siècle, op. cit. p. 111.

40 Keith Michael Baker, art. « souveraineté », (ss. dir.) François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution Française, Flammarion, pp. 888-903, p. 895.

41 Sur la question des attributs de la souveraineté du peuple, et notamment leur genèse, voir Marcel David, « Les attributs de la souveraineté du peuple avant et après 1793 », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvoisier, M. Verpeaux, La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, Actes du colloque de Dijon, 16 et 17 septembre 1993, éd. Universitaire de Dijon, 1997, pp. 95-115.

42 « L’exercice de la souveraineté des Nations se divise en 8 parties également distinctes les une des autres ; c’est le droit qu’ont les hommes dans l’État social : 1 d’élire sans intermédiaire à toutes les fonctions publiques ; 2 de discuter des intérêts de la société ; 3 d’exprimer partiellement des vœux des intentions, collectivement des volontés, aux mandataires commis pour proposer des lois, et concourir ainsi personnellement à leur formation ; 4 de rappeler et faire punir des délégués qui trahissent les intérêts de leurs commettans ; 5 de constater la nécessité des contributions publiques, de les consentir librement, d’en suivre l’emploi, d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ; 6 de demander compte à tout fonctionnaire public, administrateur, agent, dépositaire des deniers nationaux de leur gestion ; 7 d’examiner, refuser ou sanctionner les décrets que proposent les mandataires pour leur donner force de lois, et les rendre exécutables ; 8 le droit des citoyens pris en masse dans un État, de revoir, refondre, modifier changer le contrat social quand il leur plait » ; Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, op. cit., art. 10, pp. 14-15.

43 « Les loix ne doivent point être le résultat des impressions que produisent des orateurs communément plus captieux que sincères, mais bien le recensement des ordres intimés par les assemblées primaires. », J.-F. Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 6.

44 Sieyès, vis-à-vis des doctrines démocratiques, exprimait un mépris profond pour ceux qui opposaient représentation et démocratie : « Dans leur ignorance crasse, ils croyaient le système représentatif incompatible avec la démocratie, comme si un édifice était incompatible avec sa base naturelle ; ou bien ils voulaient s’en tenir à sa base, imaginant sans doute que l’état social doit condamner les hommes à bivouaquer toute leur vie. Je voulais prouver qu’il y a tout à gagner pour le peuple à mettre en représentation toutes les natures de pouvoir dont se compose l’établissement public, en se réservant le seul pouvoir de commettre tous les ans des hommes sensés et immédiatement connus de lui pour renouveler la portion sortante de ses représentants », Sieyès, Convention nationale. Opinion de Sieyès, sur plusieurs articles des titres IV et V du projet de constitution, prononcée à la Convention le 2 thermidor de l'an IIIe de la République..., Paris, impr. Nationale, An III, 23 p., BN P89/508.

45 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit, p. 5. « Tout bien examiné, je ne vois pas qu’il soit désormais possible au souverain de conserver parmi nous l’exercice de ses droits si la cité n’est très petite », J.-J. Rousseau, Du contrat social, op. cit., livre III, chapitre XV, p. 136.

46 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 5.

47 « il est des circonstances, où l’on doit tout dire, sans même craindre d’ouvrir les playes encore saignantes : une main audacieuse a violé la souveraineté du peuple, le sang d’un représentant, le sang de Le Pelletier a coulé par le fer assassin des esclaves des roys. » Jacques Roux, Projet de Discours sur les causes des malheurs de la République Française, op. cit., p. 109.

48 La représentation nationale est d’ailleurs consciente de cette menace constante des mouvements populaires, appuyés, voire instrumentalisées par la Montagne durant le printemps 1793. Ainsi Isnard n’hésite pas à menacer les séditieux dont les Enragés font partie : « Si par des insurrections toujours renaissantes, il arrivait qu’on portât atteinte à la représentation nationale, je vous déclare au nom de la France entière [Les Montagnards : non ! non ! ; Les Girondins : oui ! oui !], Paris serait anéanti ; et bientôt on chercherait en vain sur les rives de la Seine s’il a existé. » A. Agostini, La Pensée politique de Jacques-René Hébert, op. cit., p. 111.

49 Jacques Roux, Projet de Discours sur les causes des malheurs de la République Française, op. cit., p. 122.

50 Marcel David, « Les attributs de la souveraineté du peuple avant et après 1793 », op. cit., p. 108.

51 T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VII, 4 août, l’an 2 de la République, op. cit.

52 Jean François Varlet, Gare l’explosion !, op. cit. p. 8.

53 « Celui qui fait les lois ne doit pas les faire exécuter, parce que l’exécution exige une obéissance passive, aveugle, de la part de ceux à qui elle est confiée, aux ordres des hommes que le peuple a chargés de veiller à son salut ; » T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VIII, 6 août, l’an 2 de la République, op. cit.

54 « S’il est une mesure dangereuse, impolitique et subversive de tout ordre social, c’est sans doute celle qui a été proposée à la Convention nationale d’ériger le Comité de salut public en Comité de gouvernement. (….) peut-être tous les membres qui le composent sont-ils purs et inaccessibles à la corruption (…) [mais] c’est un capet à neuf têtes qu’on crée à la place de celui qui n’est plus. », T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VII, 4 août, l’an 2 de la République, op. cit.

55 Lamartine, en parlant de Brissot, écrit « il méritait l’injure d’homme d’État que lui jetait ses ennemis. » Roux, comme Marat et les Montagnards, utilisait ce terme pour désigner les Girondins. Marat, face à la Tribune de la Convention, s’adressant aux Girondins s’exclame : « Il n’y a ici ni justice ni pudeur ! (…) Oui ! Décrétez-moi d’accusation, mais en même temps décrétez de démence ces hommes d’État. », A. de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie-W. Coquebert, 1868, tome V, p. 329 et tome IV p. 498.

56 Jacques Roux, Le Publiciste de la République française, n° 247, 25 juillet 1793, p. 4.

57 Robespierre lui-même rejetait le terme de représentant au nom d’une filiation rousseauiste. Pour lui, « le mot de représentant ne peut être appliqué à aucun mandataire du peuple parce que la volonté ne peut pas se représenter. Les membres de la législature sont les mandataires à qui le peuple a donné la première puissance ; mais dans le vrai sens, on ne peut pas dire qu’ils le représentent. », Archives Parlementaires, tome LXVI, p. 578, cité par Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 333.

58 Christine Peyrard, « Carabots et Jacobins à la conquête de l’opinion », La Révolution française et les processus de socialisation de l’homme moderne, Colloque International de Rouen (octobre 1988), IRED/Université de Rouen, éditions Messidor, 1989, pp. 123-131.

59 Jacques Roux, Projet de Discours sur les causes des malheurs de la République Française, op. cit. p 106.

60 La critique du représentant se trouve d’ailleurs être l’un des thèmes fondateurs de l’extrémisme, qu’il soit de droite ou de gauche. Sur les permanences des mythes fondateurs communs aux extrémismes de droite et de gauche, voir notamment la thèse de M. Crapez, La gauche réactionnaire : mythes de la plèbe et de la race dans le sillage des Lumières, Thèse d’histoire du droit, Berg International, 1997.

61 Ainsi Leclerc, dans son numéro du 25 août de l’An II déclare : « Il existe un parti dans le sein de la Convention, parmi les montagnards mêmes, qui veut nous rendre nos anciens fers ou nous en donner d’autres, en se perpétuant à la tête du gouvernement. », T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XV, p. 1.

62 « [Peuple !] Sous le règne de la liberté, tu dois avoir sans cesse les yeux fixés sur tes magistrats. Combien n’as-tu pas été trahi par des municipaux sans pudeur, par des commandants sans vertu ? Combien ne le seras-tu pas encore si tu ne jettes un regard vraiment républicain sur tes mandataires... si tu ne fais éclater la foudre de la loi sur les hypocrites et les fripons qui t’entourent. », Jacques Roux, Le Publiciste de la République Française, n° 247, 25 juillet 1793.

63 « Après avoir franchi l’intervalle immense de l’esclave à l’homme, vous ne souffrirez pas que vos mandataires portent la moindre atteinte à la légitimité de vos droits ; qu’ils s’écartent de l’opinion publique, qui seule dicte des lois et qui est toujours droite et toute puissante », Jacques Roux, cité par A. Mathiez, La Vie chère et le Mouvement Social sous la Terreur, Paris, Payot, 1973, p. 135.

64 Jacques Roux, Projet de Discours sur les Causes des Malheurs de la République Française, op. cit., p. 115.

65 A contrario Roux, dans son Discours sur les moyens de sauver la France, estime « que l’obéissance à la loi » est une « condition pour empêcher l’explosion de la guerre civile. (…) Le triomphe de la liberté dépend du règne de la loi, et c’est du respect qu’on lui porte que naît cette force, cette indépendance, cette harmonie qui prépare le bonheur du monde. », op. cit., p. 17.

66 Jean-François Varlet, Mesures suprêmes de salut public proposées aux citoyens du département de Paris, op. cit.

67 Ils accompagnent en cela le Père Duchesne dans sa lutte contre la Gironde : « Nom d’un foutre, n’avons-nous donc plus de sang dans les veines de nous voir ainsi trahis par une poignée de scélérats qui mordront la poussière quand nous voudrons donner le moindre signe de vie ? », Hébert, Le Père Duchesne, N° 235, p. 5.

68 D. Guérin, La lutte des classes sous la première République, op. cit., tome 1, p. 43.

69 Leclerc développe le même pessimisme sur la nature même de l’homme politique : « Mais je l’ai dit et le répéterai mille fois au peuple, l’habitude de gouverner corrompt les hommes, ils s’accoutument à se considérer comme des êtres pétris d’un différent limon, ils deviennent insolents avec leurs concitoyens, et semblables aux valets parvenus sous le régime despotique, traitent avec une hauteur ridicule, une morgue insoutenable, ceux qui ont affaire à eux. », Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XX, 6 septembre de l’an II.

70 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 5 ; J. Roux nourrit la même méfiance « l’homme, dès qu’il voit le jour est abandonné à des pensées d’ambition et d’orgueil. », J. Roux, Discours sur les moyens de sauver la France, op. cit., p. 9.

71 « Législateurs ! Avez-vous à vous plaindre du peuple ? Vous lui avez dit que vous ne pouviez pas sauver la patrie sans lui, il a prêté son bras ; qu’il était temps de se lever, et il l’a fait ; que les Brissotins entravaient vos opérations, et il les a écrasés. Peuple, as-tu à te plaindre de tes législateurs ? Tu leur a demandé la taxation de toutes les denrées de première nécessité, on te l’a refusé ; l’arrestation de tous les gens suspects, elle n’est pas décrétée ; l’exclusion des nobles et des prêtres de tous les emplois civils et militaires, on n’y a pas accédé. » T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° IX, 8 août An II, op. cit.

72 T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° X, 10 août An II, op. cit.

73 « Il est donc vrai qu’il est des hommes qui, sacrifiant l’intérêt général à leur intérêt particulier, voudraient perpétuer la guerre afin de se perpétuer eux-mêmes à la tête du gouvernement », T. Leclerc, L’Ami du Peuple, op. cit., n° XIX.

74 Patrice Rolland, « L’apprentissage de la liberté politique : les difficultés de l’année 1793 », op. cit., p. 86.

75 M. Dommanget, Enragés et curés rouges en 1793 : Jacques Roux, Pierre Dolivier, op. cit., p. 41.

76 « Le mouvement est hostile à tous les partis ; il est antiparlementaire, orienté contre la bourgeoisie, sa domination sociale, le régime juridique qui la permet et le personnel politique qui l’incarne. » M. Pertué, « Les luttes de classe et la question de la dictature au début de 1793 », A.H.R.F, op. cit., p. 456.

77 Ce faisant, il adopte une théorie qui est la théorie de la représentation qui « fonde le droit public français : celui qui fait la loi est présumé exprimer la volonté générale. », Michel Troper, « Débats », La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, op. cit., pp. 90-95, p. 91.

78 Ce culte du représentant vertueux, entretenu par les Jacobins, accompagne celui des héros révolutionnaires qui s’implante puis triomphe durant les années 1793 et 1794. D’abord culte des « martyrs de la République », dans lequel s’inscrivent les écrits de Roux et Leclerc concernant Michel Le Peletier de Saint Fargeau et Marat., il va se transformer en culte institutionnalisé du héros révolutionnaire sous la férule de Robespierre (panthéonisant ainsi Chalier et Bara, notamment). M.Ganzin, « Le héros révolutionnaire : 1789-1794 », Revue historique de droit français et étranger, Sirey, 1983, vol. 61, pp. 371-392, p. 378-381.

79 J. Roux, Discours sur les moyens de sauver la France et la liberté prononcé par Jacques Roux, op. cit.

80 « Si le petit nombre d’hommes vertueux qui reste dans le sein de la Convention Nationale ne vient pas à bout de faire restituer aux autres comités les fonctions que celui dit de Salut Public a usurpées sur eux, nous verrons, comme je l’ai dit, Robespierre et deux ou trois hommes purs encore qui en sont membres, remplacés au premier renouvellement […] », Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XV, p. 1.

81 Jacques Roux, Projet de Discours sur les Causes des Malheurs de la République Française, op. cit.

82 Leclerc parle notamment dans son Ami du peuple, d’un Crussus, alors qu’il semble vouloir désigné Crassus, le malheureux triumvir, T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° IX, 8 août de l’an II de la République, commenté par Claude Guillon, Deux enragés de la Révolution, op. cit.,p. 171.

83 « Nos mœurs sont encore plus dépravées que celles des Romains au temps où ils avaient des Marius, des Sylla, des Césars et des Pompée ; défions-nous de nous mêmes, surveillons et n’idolâtrons pas les gens en place, mais surtout ne les y perpétuons pas », T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XX, 6 septembre de l’an II. Sur la réminiscence de l’antiquité durant la révolution, voir notamment Jacques Bouineau, Les Toges au pouvoir, 1789-1799 ou la Révolution de droit antique, Toulouse, Association des publications de l’Université Toulouse-Le Mirail, 1986, 544 p.

84 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 4.

85 « Depuis quatre ans, toujours sur la place publique dans les groupes du peuple, dans la sans-culotterie, dans la guenille que j’aime, j’appris naïvement et sans contrainte ; les pauvres diables raisonnaient plus sûrs, plus hardiment que les beaux messieurs, les grands parleurs, les savants tatonneux », Jean François Varlet, Le malheur, quelle Ecole ! Ce que j’écris la nuit, à la lueur obscure d’une lampe de prison en est peut-être une preuve. Tyrans et ambitieux, lisez…, op. cit. ; « Trois heures de temps passé à la porte d’un boulanger formerait plus d’un législateur que quatre années de résidence sur les bancs de la Convention. », T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° XVII, 30 août 1793.

86 J.-F. Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, op. cit., p. 4.

87 « C’est de ce parti là (la Montagne), qu’est sorti [sic] l’infâme proposition d’ériger le Comité de Salut Public en comité de gouvernement (il vise alors les dantonistes) ; (…) c’est par ce parti là qu’adroitement et pour la forme exclue du Comité de salut public, Danton et Lacroix ont eu la facilité de lui faire accorder 50 millions, bien sûrs d’y être reportés au premier renouvellement. », T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XV, 25 août de l’an II.

88 « Députés de la Montagne, que n’êtes-vous montés depuis le troisième jusqu’au neuvième étage des maisons de cette ville révolutionnaire, vous auriez été attendris par les larmes et les gémissements d’un peuple immense sans pain et sans vêtements, réduit à cet état de détresse et de malheur par l’agiotage et les accaparements, parce que les lois ont été cruelles à l’égard du pauvre, parce qu’elles n’ont été faites que par les riches et pour les riches », Jacques Roux, Pétition devant la Convention, du 25 juin 1793, in Dommanget, Enragés et curés rouges en 1793 : Jacques Roux, Pierre Dolivier, op. cit., p. 21.

89 À l’automne 1793, éclate le scandale de cette Compagnie, auquel sont mêlés plusieurs députés dantonistes ( Delaunay, Chabot, Basire…) et certains hébertistes. Ce scandale va servir à l’aile robespierriste pour faire chuter successivement leurs rivaux dantonistes à la Convention et hébertistes dans les milieux populaires. Cette lutte sera engagée au nom d’un supposé complot entre étrangers de Paris (Anacharsis Cloots, Guzman…) et les campagnes hébertistes. F. Furet et D. Richet, La Révolution française, coll. Pluriel, Paris, Hachette, 1973, pp. 241-243.

90 Denis Richet, art. « Enragés », F.Furet et M.Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, op. cit., p. 360.

91 Arno J. Meyer, Les Furies (1789-1917), Violence, Vengeance, Terreur, Paris, Fayard, 2002, pp. 171-174.

92 Ibid., p. 171

93 L. Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 282.

94 « Puisque vous avez le droit de faire massacrer les hommes, pourquoi ne leur assurez-vous pas le droit à la vie ? Puisque vous déclarez la guerre aux tyrans du dehors, pourquoi laissez vous en paix les tyrans du dedans ? », Jacques Roux, Discours à la Convention du 25 juin 1793, A.P., op. cit., p. 458.

95 Varlet va même jusqu’à parodier les propos du marquis de La Fayette, dont il avait été l’un des plus farouche opposant, en réclamant « La Constitution, toute la Constitution, rien que la Constitution. » Voir également J.-M. Zacher, « Jacques Roux et la Constitution de 1793 », Conférence universitaire sur l’histoire de la dictature jacobine, Odessa, 1958, pp. 43-46.

96 « Représentation qui s’exerce à distance des gouvernés, puisque c’est la Convention qui donne l’impulsion (à travers le Comité de salut public ) ; mais représentation qui fait aussi corps avec eux puisqu’elle répond à leur demande, qu’elle exerce la « vengeance nationale » (selon l’expression fréquemment employée), qu’elle traduit dans le cerveau du colosse les nécessités vécues par les cellules de l’organisme. », Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 114.

97 Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 7.

98 Sur les ambiguïtés de la pensée du « divin Jean-Jacques », voir Ernst Cassirer, Le problème Jean-Jacques Rousseau, Paris, Hachette, 1987.

99 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 6.

100 Sur les relectures de l’héritage rousseauiste, et plus précisément les critiques faites à la représentation analysée par Rousseau, voir notamment Roger Barny, L’éclatement révolutionnaire du rousseauisme, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Les Belles Lettres, Paris, 1988, pp. 121-128, ains que la thèse de J. Boudon, Les Jacobins : une traduction idéologique et institutionnelle des principes de Jean-Jacques Rousseau, 1789-1794, Thèse, Paris II, 2002, pp. 272-332.

101 A. Soboul, « Jean-Jacques Rousseau et le jacobinisme », Etudes sur le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, Paris, Les belles lettres, 1964, p. 405 et svt. ; M. Revault d’Allonnes, « Rousseau et le jacobinisme, pédagogie et politique », A.H.R.F., 1978, p. 584 et svt.

102 Cl. Courvoisier, « Rousseau en 1793 : un modèle démocratique dans la tourmente », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvoisier, M. Verpeaux, La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, op. cit., pp. 49-65, p. 49.

103 Denis Richet, art. « Enragés », Dictionnaire critique de la Révolution française, op. cit., pp. 360-365, p. 360.

104 « Jadis, sous une monarchie, on pouvait reconnaître des représentants investis de pouvoirs illimités, substituant sans cesse leurs systèmes, leurs volontés particulières à la volonté générale et infaillible : cela n’étonne pas ; sous un roi le peuple est Sujet », Jean François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 5.

105 Jean François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 5.

106 « Le souverain, qui n‘est qu‘un être collectif, ne peut être représenté que par lui-même (...). La souveraineté ne peut être représentée pour la même raison qu’elle ne peut être aliénée », J.-J. Rousseau, Considération sur le gouvernement de la Pologne, cité par Robert Dérathé, J-J Rousseau et la science politique de son temps, Paris, PUF, 1950, p. 269.

107 Lucien Jaume, Le discours Jacobin et la Démocratie, op. cit., p. 287.

108 « Partout où le peuple n’exerce pas son autorité, et ne manifeste pas la volonté par lui-même, mais par des représentants, si le corps législatif n’est pas pur et presque identifié avec le peuple, la liberté est anéantie. », Robespierre, Discours du 18 mai 1791, Archives Parlementaires, tome XXVI, du 12 mai au 5 juin 1791, pp. 203-207.

109 « Quand [vos concitoyens] renoncent momentanément à l’exercice de leur souveraineté pour en laisser l’usufruit à leurs mandataires, ils entendent désormais que ce soit à des conditions prescrites : vous ne serez plus nos représentants, vous serez nos mandataires, nos organes : vous verrez tracée devant vous, la ligne que vous devrez suivre. » Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 5.

110 Ibid., p. 6.

111 Ibid. p. 9.

112 « Les députés du peuple ne sont que ses commis (et) donc ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le peuple n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi », J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, op. cit., Livre III, Chapitre XV.

113 « Dans la Constitution de 1793, le peuple souverain, en tant qu’universalité des citoyens, délibère sur les lois (article 7 et 10). Mais déjà, il n’est habilité lui, à le faire qu’au second degré. C’est initialement le Corps législatif qui propose les lois « en tant qu’elles émanent de lui ». le Peuple n’intervient effectivement sur la dite proposition que si le 1/10 des Assemblées primaires de la moitié des départements le réclament. », Marcel, David, « Les Attributs de la souveraineté du peuple avant et après 1793 », op. cit., p. 101.

114 J.-R. Hébert, Le Père Duchesne, Septembre 1792, cité par A. Agostini, op. cit., p. 106.

115 « Ainsi, le district des Prémontrés écrit le 18 novembre 1789 : « le mandat impératif est […] un principe de droit naturel qui assujettit le mandataire à son commettant, selon la teneur et la lettre du pouvoir que le premier a reçu du souverain. » (…) Saint-Nicolas du Chardonnet affirme le 4 septembre : « Chaque représentant appartenant à son district avant d’appartenir à la Commune, où il n’est que son constitué, sera révocable à la volonté du district. », Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 289.

116 A. Agostini, La pensée politique de Jacques-René Hébert, op. cit., p. 106.

117 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social, l’an premier de la vérité, op. cit., p. 14.

118 Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 17.

119 Théophile Leclerc, L’Ami du peuple, op. cit., n° XX.

120 Hébert de la même façon incite la peuple à demander des comptes à la Constituante puis à la Convention : « Demandez-lui surtout de quelle manière elle entend que le peuple sanctionnera ses décrets et comment nous pourrons rappeler les députés qui ne marcheront pas droit », Jacques-René Hébert, Le Père Duchesne, n° 181, cité par A. Agostini, La pensée politique de Jacques-René Hébert, op. cit., p. 105.

121 Théophile Leclerc, L’Ami du peuple, op. cit., n° XI.

122 Jacques Roux, « Pétition présentée devant la Convention nationale, 25 juin 1793 », Archives parlementaires, op. cit., p. 458.

123 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, op. cit., p. 6.

124 Jean-François Varlet, Gare l’explosion !, op. cit., p. 7.

125 R.R. Palmer remarque que « les idées empruntées à Rousseau n’étaient pas non plus susceptibles d’encourager les révolutionnaires à la conciliation. […] Que le peuple puisse se partager et adopter des positions divergentes, c’était là une perspective qu’avait négligée Rousseau. Les adeptes du Contrat Social avaient ainsi une vision tout à fait simplifiée des réalités politiques. » R.R. Palmer, Le gouvernement de la Terreur, l’année du Comité de Salut Public, Armand Colin, 1989, p. 31.

126 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, op. cit., p. 4.

127 J.J. Clère, « L’Emploi des Mots Nation et peuple dans le langage politique de la Révolution française (1789-1799) », Actes du colloque de Dijon des 6 et 7 avril 1994, Nation et République, AFHIP, 1995, Tome X, pp. 51-65.

128 « Le département de Paris, partie intégrante du souverain, est invité à s’emparer de l’exercice de la souveraineté ; le corps électoral de paris est autorisé à renouveler les membres [de la Convention] traîtres à la cause du peuple. », D. Guérin, La lutte des classes sous la première République, op. cit., p. 43.

129 « Article 33. - La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme. Article 34. - Il y a oppression contre le corps sociallorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé. » Constitution du 24 juin 1793, op. cit.

130 T. Leclerc, L’Ami du peuple, N° IX, 8 août An II.

131 Voir M. Morabito, « La résistance à l’oppression en 1793 », Revue d’Histoire du Droit, vol. 72, n° 2, avril-juin 1994.

132 Marat, dans L’Ami du Peuple du 12 juin 1791 dénonce à la foi l’interdiction des pétitions collectives et celle des coalitions par la Loi le Chapelier : « N’osant les dissoudre (les sociétés fraternelles ou clubs), ils (les députés) ont pris le parti de les rendre nulles en interdisant toute délibération ou plutôt toute pétition faite par une association quelconque, sous prétexte que le droit de se plaindre est un droit individuel (…) ils ont enlevé à la classe innombrable des manœuvres et des ouvriers le droit de s’assembler pour délibérer en règle sur leurs intérêts, sous prétextes que ces assemblées pourraient ressusciter les corporations qui ont été abolies. Ils ne voulaient qu’isoler les citoyens et les empêcher de s’occuper en commun de la chose publique. », Marat, L’Ami du Peuple, 18 juin 1791, « Usurpation des droits de la souveraineté du peuple par ses représentants », cité par Jean Bart, « Le prolétaire, présent/absent », La Révolution française et les processus de socialisation de l’homme moderne, Colloque International de Rouen (octobre 1988), IRED/ Université de Rouen, éditions Messidor, 1989, pp. 397-407.

133 « Quelle sera donc à jamais glorieuse l’époque ou l’éducation nationale élèvera les citoyens français au niveau de la justice éternelle, où ils seront amenés à la liberté parla conscience de leurs droits, le sentiment vertueux de l’amour du bien général », Jacques Roux, Discours sur les Causes des Malheurs de la République Française, op. cit.

134 J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, op. cit. Titre II, Chapitre 3.

135 Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social, op. cit, p. 8.

136 « Vous poserez la base, jusqu’ici si négligée, du bonheur social ; elle doit se trouver dans un plan d’éducation nationale, calqué en tout sur des principes de liberté, d’égalité, soigné dans son exécution. » J.-F. Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 15.

137 W. Markov, « Les Jacquesroutins », Annales Historiques de la Révolution Française, janvier-mars 1960, p. 164.

138 Pour plus de commodité, Varlet va même jusqu’à imaginer une section imaginaire, la section des hommes libres, réunie en assemblée primaire, qui rédige son Projet de mandat impératif. J.-F. Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 11.

139 T. Leclerc, L’Ami du Peuple, N° X, 10 août An II.

140 Pour le détail des soutiens, voir R. Monnier, Répertoire du personnel sectionnaire parisien en l’An II, Publications de la Sorbonne, Paris, 1988.

141 Les adversaires de Jacques Roux s’emparèrent dès juillet 1793, du bureau et des principaux comités de la section des Gravilliers. L’un de ces comités, le 7 juillet, ouvrit une enquête contre Jacques Roux et interrogea sa compagne, Daniel Guérin, La lutte des classes sous la première République, op. cit., tome 1, p. 263.

142 W. Markov, « Les Jacquesroutins », op. cit., p. 168.

143 Ibid., p. 167.

144 Pris à l’invitation de Danton, ce décret prévoyait une réduction des assemblées de section ainsi qu’une rémunération de quarante sous. « Outre la rémunération, qui fut jugée insultante par les sections, le décret donnait l’impression de reprendre à la souveraineté du peuple ce que lui avait reconnu la Législative le 25 juillet 1792 : la permanence des assemblées générales. » Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 141.

145 A. Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire, 2 juin 1793-1799 thermidor an II, op. cit., p. 189.

146 « Le despotisme a passé du palais des rois dans l’enceinte des Comités. », J.F. Varlet, Gare L’explosion !, op. cit.

147 Selon Mathiez, l’influence de Jacques Roux ne faisaient que grandir à la Commune jusqu’à l’insurrection du 31 mai. À cette date, il sera même nommé historiographe de la Révolution qui s’opérait ; il sera par ailleurs chargé le 1er juin de la rédaction du Bulletin officiel de la Commune ; A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., tome 2, p. 6.

148 Jacques Roux recevant 46 voix soit 15 % des 300 votants aux Gravilliers. Nicole Bossut, Chaumette porte parole des sans-culottes, Paris, Éditions CTHS, 1998, p. 171.

149 Le 30 juin 1793 une délégation des Jacobins menée par Robespierre, Hébert et Collot d’Herbois sera envoyée au club des Cordeliers pour en obtenir l’exclusion de Jacques Roux et de Leclerc et la suspension de Varlet.

150 J. Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution Française, op. cit., tome V, p. 209.

151 « he became a member of the Jacobin club, the Cordeliers club, and the Fraternal Society of both Sexes », R.B. Rose, The Enragés: socialist of the French Revolution?, op. cit., p. 11.

152 Lamartine classe Varlet parmi les agents secondaires de ce Comité avec, Maillard, Cerat, Gonchon, Malard, Siret, Gibon…, A. de Lamartine, Histoire des Girondins, op. cit., Tome V, p. 332.

153 « elle suspendit de ses fonctions le monarque surpris en flagrant délit et qui, pour jouir avec sa famille du plaisir barbare de marcher sur les cadavres, avoit pris asile parmi les représentants du peuple qu’on devoit égorger… », Jacques Roux, Projet de Discours sur les Causes des Malheurs de la République Française, op. cit.

154 Ibid.

155 « la souveraineté du Peuple a retournée à sa source, nous nous sommes ressaisis de toute notre indépendance ». J.-F. Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 4.

156 Serge Aberdam, « soumettre la constitution au peuple », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvoisier, M. Verpeaux, La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, op. cit., pp. 139-159, p. 143.

157 « To Varlet the first principle of politics was that the fundamental sovereignty of the General Assemblies could never be permanently delegated, even to a populary elected parliamentary assembly », R.B. Rose, The Enragés: socialist of the French Revolution?, op. cit. p. 18.

158 « Article 26. -Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa volonté avec une entière liberté. » La Constitution du 24 juin 1793, consultable sur le site internet du Conseil Constitutionnel http://www.conseil-constitutionnel.fr/constitution/c1793.htm.

159 J-F. Varlet, Projet d'un mandat spécial et impératif, aux mandataires du peuple, à la Convention nationale, op. cit., p. 3.

160 C. Riffaterre, « Les revendications économiques et sociales des assemblées primaires de juillet 1793 », Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, 1906, n° 4, pp. 321-380.

161 S. Aberdam, « Soumettre la Constitution au peuple », (ss. dir.) J. Bart, J.-J. Clère, Cl. Courvoisier, M. Verpeaux, La Constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français ?, op. cit., pp. 139-159, p. 140.

162 J-F. Varlet, Projet d'un mandat spécial et impératif, aux mandataires du peuple, à la Convention nationale, op. cit., p. 3.

163 Cl. Courvoisier, « Rousseau en 1793 : un modèle démocratique dans la tourmente », op. cit., p. 61.

164 Le droit de pétition avait été autrefois défendu par les Jacobins, et notamment le premier d’entre eux, Robespierre. Dans un discours du 9-10 mai 1791, il avait défendu avec vigueur le droit de pétition face aux constituants modérés : « Le droit de pétition est le droit imprescriptible de tout homme en société. Les français en jouissaient avant que vous fussiez assemblés. (…) Et vous, législateurs d’un peuple libre, vous ne voudrez pas que des Français vous adressent des observations, des demandes, des prières comme vous les appeler. (…) Le droit de pétition n’est autre chose que la faculté accordée à un homme, quel qu’il, soit, démettre un vœu, de demander ce qui lui paraît plus convenable, soit à son intérêt particulier, soit à l’intérêt général. Il est évident qu’il n’y a point là de droits politiques parce qu’en adressant une pétition, en émettant un vœu, son désir particulier, on ne fait aucun acte d’autorité, on exprime à celui qui a l’autorité en main ce que l’on désire qu’il vous accorde. », « Discours de Robespierre à l’Assemblée constituante, des 9 et 10 mai 1791 », Robespierre, Pour le bonheur et pour la liberté, discours, rééd., La fabrique éditions, 2000, pp. 101-104.

165 Pétition des Citoyennes républicaines révolutionnaires du 26 août, Paris, BN LB40 2412.

166 T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° XVII, 30 août, l’an 2 de la République.

167 « Les femmes républicaines révolutionnaires, dont vous vous rappelez sans doute les services pendant le temps de l’insurrection, demandent l’entrée de la barre, le président la leur refuse. Une autre députation, venue après elles, est admise avant elles. Révoltées d’une injustice aussi criante, elles parviennent cependant à la barre malgré l’opposition des huissiers, et lisent leur pétition ; quel était le but de cette pétition ? De demander qu’un ministre rende ses comptes. », Pétition des Citoyennes républicaines révolutionnaires du 26 août, Paris, op. cit.

168 Lucien Jaume, Le discours jacobin et la démocratie, op. cit., p. 140.

169 En 1791, « le pétitionnement est reconnu comme relevant du droit d’opinion, mais à condition qu’il soit chaque fois le fait d’un signataire individuel, explicite. » Cette question avait essentiellement comme enjeu la reconnaissance des clubs comme instruments politiques, et opposait lors d’un débat à l’Assemblée le 9 mai 1791 Pétion, Buzot et Robespierre à Le Chapelier. Ce dernier agitait la figure de l’hydre corporationniste afin de restreindre le droit de pétition. Lucien Jaume, « Les Jacobins : une organisation dans le processus de la Révolution 1789-1794 », op. cit., p. 245 et 246.

170 « Article 31. - Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis.Nul n'a ledroit de se prétendre plus inviolable que les autrescitoyens. », Constitution du 24 juin 1793, op. cit.

171 T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VIII, 6 août, l’an 2 de la république, op. cit.

172 « Pour connoître désormais de toutes les atteintes portées aux droits publics des citoyens, pour appliquer la loi de responsabilité aux députés ou fonctionnaires infidèles, vous créerez une nouvelle institution composée de patriotes d’élite, éprouvés dans les fonctions de législateur ou d’officiers municipaux. Ces citoyens respectables seront nommés les magistrats du souverain », J.-F. Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif, op. cit., p. 19.

173 « Le salut de la République vous impose donc la tâche très honorable de citer devant les tribunaux les mandataires infidèles et les conspirateurs. », J. Roux, Projet de Discours sur les Causes des malheurs de la République Française, op. cit., p. 125.

174 « À Rome, on ne créait des dictateurs que dans les circonstances extrêmement difficiles, et cette institution ne fut jamais funeste à la liberté tant que les Romains, sans luxe, sans arts inutiles, sans besoins superflus, furent les sectateurs de la vertu, et les enfants de la nature, mais ils n’en contractèrent pas moins l’habitude de plier de temps en temps sous cette magistrature effrayante, et lorsque, chargés des dépouilles de leurs ennemis, ils héritèrent de leur noblesse et de leurs vices. » T. Leclerc, L’Ami du peuple, n° VIII, 6 août, l’an 2 de la république, op. cit.

175 « Peuple, debout ou ta souveraineté n’est plus qu’un mot dont on t’abuse ; si tu ne mets pas la Constitution à sa place, et les préposés à la leur, sais-tu ce que peut une autorité provisoire qui ne gouverne pas d’après les loix établies, mais d’après sa volonté », T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XIX, 4 septembre de l’an II.

176 Robespierre, (février1794) : « Si le ressort du gouvernement populaire dans la paix est la vertu, le ressort du gouvernement populaire en révolution est à la fois la vertu et la terreur : la vertu sans laquelle la terreur est funeste, la terreur sans laquelle la vertu est impuissante. La terreur n’est autre que la justice prompte, sévère, inflexible ; elle est donc une émanation de la vertu, elle est moins un principe particulier qu’une conséquence du principe général de la démocratie politique appliquée aux plus pressants besoins de la patrie », S. Lazarus, « À propos de la politique et de la terreur », (ss. dir.) C. Kintzler et H. Rizk, La République et la Terreur, Paris, éd. Kimé, 1995, p. 85.

177 Saint Just, Discours à la Convention du 26 février 1794, cité par Daniel Guérin, La lutte des classes sous la Première République 1793-1797, op. cit., p. 267.

178 S. Aberdam, « Soumettre la constitution au peuple », op. cit., p. 152.

179 « Croyez-vous que tel prêtre qui, de concert avec les Autrichiens, dénonce les meilleurs patriotes, puisse avoir des vues bien pures, des intentions bien légitimes ? (…) Croyez-vous qu’on puisse d’un coup surmonter l’Autriche, l’Espagne, Pitt, les Brissotins, et Jacques Roux ? », Robespierre, Discours aux Jacobins du 28 juillet 1793, cité par Daniel Guérin, La lutte des classes sous la première République, op. cit., tome 1, p. 261.

180 J.-F. Varlet, Gare l’explosion !, op. cit., p. 4.

181 Il faut remarquer, au détriment d’une cohésion toujours fragile, qu’une certaine atonie, voire une hostilité, se font jour chez Leclerc confronté aux arrestations de Roux et Varlet. Il dénonce ainsi Varlet, dans son Ami du Peuple dans la personne « d’un homme, au milieu du jardin des Tuileries, » disant « qu’il existe dans le sein de la sainte montagne des fripons des intrigants, des ambitieux, comme partout ailleurs », T. Leclerc, L’Ami du Peuple, n° XXII, 11 septembre 1793. Cette fracture entre Leclerc et les autres Enragés, vraisemblablement motivée par la peur, n’efface pourtant pas la solidarité dont font preuve les autres Enragés face à leurs déboires communs.

182 « Le plus cruel des fléaux que nous ayons à combattre pour faire triompher la liberté, ce n’est point les aristocrates, les royalistes, les contre-révolutionnaires, mais les faux patriotes exaltés qui se prévalent de leur masque de civisme pour égarer les bons citoyens, et les jeter dans des démarches violentes, hasardées, téméraires et désastreuses. » Marat, Le Publiciste de la République française, tome IV, n° 233, 4 juillet 1793.

183 M. Pertué, « Les luttes de classe et la question de la dictature au début de 1793 », A.H.R.F., op. cit., p. 457.

184 « Républicains, ne cherchons pas ailleurs que dans le gouvernement révolutionnaire l’origine de l’oppression sous laquelle la République a gémi. […] Quelle monstruosité sociale, quel chef d’œuvre de machiavélisme que ce gouvernement révolutionnaire ! […] Il faut à ses auteurs un prétexte pour légitimer le dictatoriat. Au nom du salut public, ils créent une infinité de dictature. » Jean-François Varlet, Gare l’explosion !, op. cit., p. 7 et 8.

185 S. Aberdam, « soumettre la constitution au peuple », op. cit., p. 146.

186 Jacques Roux, Le Publiciste de la République de la République française, par l’ombre de Marat, n° 268, op. cit.

187 Arrêté le 5 septembre, Jacques Roux fût jugé le 12 janvier 1794 par le tribunal correctionnel, qui le renvoya devant la Tribunal révolutionnaire. Sans espoir, il tenta de se suicider une première fois, et y parvient le 10 février 1794. Daniel Guérin, La lutte des classes sous la Première République, op. cit., tome 1, pp. 267-268.

188 Leclerc, échappe à l’arrestation à l’automne 1793 au prix d’un enrôlement dans le bataillon de réquisition de la section Marat. Il se trouve à La Fère depuis décembre 1793 quant Pauline Léon, sa femme, le rejoint en mars 1794, vraisemblablement afin de fuir les mesures prises contre les hébertistes. Ils sont arrêtés et conduit à la prison du Luxembourg le 6 avril 1794. Claire Lacombe, elle, est arrêtée le 2 avril. Après la chute de Robespierre, Pauline sera libérée le 6 août, et Théophile le 22. Ils vont ensuite vivre de divers emplois, notamment instituteurs, sans plus participer à la vie politique. Voir notamment C. Guillon, Deux enragés de la Révolution, op. cit., pp. 81-91 ainsi que pp. 125-128.

189 Voir notamment l’article de J. Zacker, « Varlet pendant la réaction thermidorienne », Annales Historiques de la Révolution Française, 1961, pp. 19-34 ainsi que M. Slavin, (Jean Varlet as defender of direct democracy », The Journal of Modern History, Yorkstown, déc. 1967, pp. 387-404.

190 Jean-François Varlet, Plan d’une nouvelle organisation de la société-mère des Amis de la Constitution, suivi de la religion du philosophe, dédié aux indigents, Paris, Palais-Royal, l’an quatre de la Liberté, 58 p., BN 8-LB40-2278.

191 Daniel Guérin, La lutte des classes sous la Première République, op. cit., tome 2, p. 390.

192 Sur les réflexions menées par les babouvistes sur la question de la démocratie populaire, voir D. Guérin, Ibid., pp. 393-396.

193 A. Mathiez, « L’affaire Legray », Annales Historiques de la Révolution Française, 1947, p. 305.

194 Jean-François Varlet, Tête chaude et bon cœur, Paris, 1795, (Archives Nationales F477540).

195 En témoigne les deux pamphlets rédigés pour partie en prison (depuis la prison Du Plessis, où se trouvèrent enfermés de nombreux vaincus de prairial) en 1794 et 1795 et qui font montre d’une certaine incohérence rédactionnelle, Jean-François Varlet, Du Plessis : le malheur, quelle Ecole ! Ce que j’écris la nuit, à la lueur obscure d’une lampe de prison en est peut-être une preuve. Tyrans et ambitieux, lisez…, op. cit., et Le Panthéon Français, Paris, impr. Laurens jeune, an III 1795, 8p., BN MFICHE LB41-1695.

196 « J’aime beaucoup le modérantisme qui me rend humain, tolérant, réfléchi. Hé bien soit, je suis un modéré ! » J.-F. Varlet, Gare l’explosion !, op. cit.

197 Jean-François Varlet, Magnanimité de l’Empereur des français envers ses ennemis, à l'occasion de la nouvelle déclaration des Puissances.. ; Gazette de France, 5 janvier 1814, [S.l.] : impr. Chaigneau jeune, 8p. BN P89/889 ou MFICHE LB46- 116.

198 Jean-François Varlet, Nantes, l’an deux de l’héroïsme parisien, Nantes, Septembre 1831, BN P89/895 ; Le pater noster d’un libre penseur, Paris, 1830, BN P89/901 ; Le Phénix, le hibou et les oiseaux de proie, Nantes, octobre 1831, BN P90/789.

199 Y. Blanier, « Jean-François Varlet après la Révolution », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 284, avril-juin 1991, pp. 227-231.

200 S. Lazarus, « À propos de la politique et de la terreur », op. cit., p. 83.

201 « La révolution française a fait germer des idées qui mènent au-delà des idées de tout l’ancien état du monde. Le mouvement révolutionnaire qui commença en 1789 au Cercle social, qui, au milieu de sa carrière, eut pour représentants principaux Leclerc et Roux, et finit par succomber provisoirement avec la conspiration de Babeuf, avait fait germer l’idée communiste que l’ami de Babeuf, Buonarroti, réintroduisit en France après la révolution de 1830. Cette idée, développée avec conséquence, c’est l’idée du Nouvel état du monde. », K. Marx et F. Engels, La Sainte Famille, éditions Sociales, Paris, 1972, p. 145.

202 St Just : « Un gouvernement républicain a la vertu pour principe ; sinon la terreur. Que veulent ceux qui ne veulent ni vertu ni terreur ? », S. Lazarus, « À propos de la politique et de la terreur », op. cit., p. 83.

Auteur

ATER à la Faculté de Droit de la Rochelle

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540