Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sujet et citoyen

 | 
Michel Ganzin

La citoyenneté en débat à l’époque contemporaine

L’impératif de l’Éducation du citoyen : la République de Ch. Renouvier et d’E. Vacherot (1848-1860)

Michel Ganzin

Texte intégral

  • 1 Aristote Politique 1, 1275, a 22 et 1,1275, b 18.20.

1Dès l’Antiquité, l’émergence de la démocratie grecque suscite une interrogation de la pensée politique sur le concept de citoyen qu’Aristote définit comme « celui qui participe à un des pouvoirs de la Cité » qu’il soit délibératif ou judiciaire1. Dans le même temps, Socrate puis Platon soulèvent la question de la nécessité de l’éducation du citoyen, en déplorant le fait que la Cité soit confiée à des ignorants.

  • 2 A. Lefèbvre-Teillard, Citoyen, Droits, Révolution Française et le Droit, n. 17, p. 33-42, remarque (...)
  • 3 Encyclopédie, 1751 verbo citoyen t III, p 488-489.
  • 4 ibid., verbo : liberté politique, t IX, p 472.

2Dans les temps modernes, la structure de l’Ancien Régime englobe les trois ordres sous la qualité de sujet subissant directement la domination du politique. Quant au terme de citoyen, avec toute l’incertitude qui s’attache à ce concept, il est réduit à son acception civile2. Si les Lumières recherchent notamment le type de régime le mieux à même d’assurer la liberté, elles se bornent à préciser que le citoyen ne doit être ni un homme isolé ni un être subjugué3 et distinguent le citoyen du droit de vote. En fait, seuls l’Encyclopédie4 et Rousseau utilisent le concept dans son acception politique.

3La Révolution Française ressource avec enthousiasme l’acception Rousseauiste et la Déclaration des Droits de l’Homme, dans son article III, dispose que les citoyens constituent la nation. Il devient ainsi la source de la souveraineté donc de la légitimité démocratique.

  • 5 M. Walzer Citizenschip in T. Ball J. Farr & R.L. Hanson « Political innovation and conceptual chan (...)

4Le citoyen contemporain se définit en relation avec cette souveraineté dont il est un corrélat5 et dès 1791, les citoyens actifs, détenteurs d’une part de la souveraineté politique, choisissent par élection les gouvernants.

  • 6 Condorcet, Rapport et Projet de Décret sur l’Organisation Générale de l’Instruction Publique, 20 e (...)
  • 7 Rabaut Saint-Étienne, le 21 décembre 1792, Projet d’Éducation Nationale, flotte quelque peu sur la (...)

5Dès lors, la Révolution jacobine met logiquement à l’ordre du jour la question de la mission éducatrice de l’État. C’est ce que démontrent en 1792 le projet de Condorcet qui vise à former la raison du nombre6 et celui de Rabaut Saint-Étienne7, qui animé par l’ambition de faire « un peuple nouveau », distingue l’instruction publique éclairant l’esprit, de l’éducation nationale qui (grâce aux vertus) forme le cœur.

6En réalité, la longue bataille des droits politiques, en l’occurrence le droit de vote qui occupe la première partie du xixe siècle ne s’achève qu’en 1848 avec la proclamation du suffrage universel en tant qu’instrument privilégié de la souveraineté.

7En 1848, les républicains, en accordant le suffrage universel à tous les citoyens de sexe masculin, sont partagés entre l’esprit romantique et optimiste de 1848, la fierté d’avoir donné la parole au peuple et en même temps l’inquiétude sur l’usage que le nombre pourra faire de cette souveraineté. Dès lors une fièvre pédagogique s’empare du camp républicain et nombre de républicains abordent ou placent au centre de leur réflexion la question de l’éducation du suffrage universel.

8Or à une époque où les locuteurs de la pensée politique ne sont plus les juristes mais les philosophes, il est intéressant d’analyser les réflexions de deux philosophes républicains : Charles Renouvier (1815-1905) et Etienne Vacherot (1809-1897). Cet intérêt est accru par le fait qu’ils contribuent à façonner le socle de réflexion sur lequel la III République élaborera sa politique éducative.

  • 8 Cf. M.C. Biais, « Au principe de la République, le cas Renouvier », Gallimard, Paris, 2000 et Ch. (...)
  • 9 Etant donné que le gouvernement avait décidé de généraliser l’instruction primaire obligatoire, le (...)
  • 10 Manuel Républicain de l’Homme et du Citoyen, Slatkine, Reprints, Genève, 2000.

9Descendant d’un conventionnel, Charles Renouvier8 est un polytechnicien transmuté en philosophe qui révise le kantisme dans l’optique d’en faire une pensée applicable. Solidement engagé dans le camp républicain en 1848, il estime que la politique républicaine est une éthique. À la demande du ministre de l’instruction publique Hyppolite Carnot9, il écrit donc rapidement en mars 1848 son « Manuel républicain de l’homme et du citoyen »10. Cette œuvre de jeunesse et de commande ne sera jamais diffusée. En effet, le 5 Juillet, une interpellation qui vise la conception révolutionnaire et saint-simonienne de l’ouvrage contraint Carnot à la démission. Néanmoins, en décembre, Renouvier publie une seconde édition plus développée comportant un projet pédagogique de catéchisme du citoyen, à la manière de Volney (en 1793), sous forme de déclaration des droits.

  • 11 Librairie républicaine de la liberté de penser, Paris 1851.

10Le Manuel est suivi en 1851 d’un ouvrage collectif auquel il a largement contribué « L’organisation communale et centrale de la république »11 dans lequel il développe le thème d’une démocratie directe et décentralisée ainsi qu’un projet élaboré d’éducation de l’enfant et du citoyen. Mais cette date marque son retrait de la politique et désormais il se consacre à son œuvre philosophique en accentuant la liaison entre morale et politique républicaine.

  • 12 Agrégé en 1833, Docteur en 1836 avec une thèse consacrée à “la théorie des premiers principes suiv (...)
  • 13 Publiée par F. Chamerot, 1859. La 2e édition fut publiée par A. Lacroix, Van Meenen, Bruxelles, 18 (...)
  • 14 En dépit de la brillante défense d’Emile Ollivier, alors républicain, le tribunal correctionnel de (...)
  • 15 Sur l’appel interjeté par Vacherot, la Cour impériale de Paris le débouta dans un arrêt du 29 févr (...)

11Le républicain E. Vacherot est un philosophe de haute volée12, dont les maîtres à l’École Normale Supérieure furent Victor Cousin et Michelet. Directeur des études dans cette même école lors du coup d’État, il est révoqué en 1852 après avoir refusé de prêter serment à l’Empire. Il se consacre alors, dans une retraite laborieuse, à la rédaction d’ouvrages philosophiques. En 1855, il arrive à la conclusion que la philosophie n’a d’utilité que si elle s’intéresse au réel et à la politique. Il décide alors de se lancer dans l’action et dénonce dans L’Avenir la faille existant entre les principes de 1789 et le régime actuel. En 1859, poursuivant dans cette voie, il publie « La démocratie »13 qui lui attire les foudres de la justice impériale14. La peine de prison15 que Vacherot accomplit à Sainte-Pélagie renforça grandement son prestige auprès des républicains. En 1870, il manifesta à nouveau son intransigeance en refusant l’amnistie que lui offrait le régime. Elu député de la Seine en 1871, il soutint la politique républicaine jusqu’en 1875.

12- Une thématique similaire parcourt l’œuvre de ces deux philosophes. Toutefois il convient de ne pas occulter certaines divergences qui tiennent au contexte ainsi qu’à la prééminence qu’ils accordent dans leur pensée, le premier à l’instruction de l’enfant par l’école et à l’éducation du suffrage universel, le second à la formulation d’une république idéale dans laquelle ce thème est intégré.

13Renouvier et Vacherot représentent deux temps de réaction face à cette donnée nouvelle et incontournable qu’est le suffrage universel : l’espoir et la crainte pour le premier, la désillusion pour le second qui à l’image de bon nombre de républicains, considère que le Second Empire constitue un échec pédagogique pour la république.

14Ainsi émerge au premier plan l’immaturité politique du citoyen face au suffrage universel et la crainte toujours sous-jacente chez ces deux penseurs selon laquelle un citoyen non éclairé peut se muer en nouveau sujet. Il en résulte deux conséquences dans leur pensée : l’exigence d’un citoyen et d’une république nouvelle et une pédagogie de la raison qui englobe l’instruction et l’éducation de l’enfant et du citoyen.

***

I - L’IMMATURITÉ DU CITOYEN FACE AU SUFFRAGE UNIVERSEL

La seconde république et le suffrage universel

15La question de l’éducation du peuple est récurrente depuis la Révolution et la Constitution de l’an III subordonne dans son article XVI le droit de vote à un niveau d’instruction : savoir lire et écrire tout en laissant un délai aux adolescents.

  • 16 La politique rationnelle, œuvres complètes, Τ XXXVII, p 362 1830.
  • 17 G, Garonne, PH Buanarotti et les révolutionnaires du xix siècle, Paris, 1975, p, 139.

16A dire vrai, en 1848, le gouvernement provisoire dispose d’une série de réflexions et de doutes sur la question du niveau de l’instruction. Ainsi Lamartine en 1830 tout en soutenant le suffrage universel16 est ambigu. Par ailleurs, au lendemain de la Révolution de 1830, la gauche avec Teste et Buonarroti prépare un projet de constitution qui aurait temporairement privé de droit de vote ceux qui seraient opposés aux intérêts populaires17. Enfin à la veille de la révolution de février 1848, nombre de républicains se seraient contentés d’un abaissement du cens, d’un élargissement des capacités et de la suppression du cens d’éligibilité.

  • 18 Souvenirs, Gallimard, Paris, 1964, II partie, ch. IV, p. 158 « le matin de l’élection, tous les él (...)
  • 19 Adresse du 15 mars 1848 in Bulletin de la République, n°2.
  • 20 15 février 1849.
  • 21 Passé, Présent et Avenir de la République, p. 247-248.

17Le décret du 5 mars 1848 auquel est attaché le nom de Ledru-Rollin institue le suffrage universel et dès lors relance le débat sur l’immaturité du peuple, relatée par A de Toqueville18 dans ses Souvenirs, ainsi que la nécessité de son éducation comme préalable à l’exercice de ce droit. Le niveau d’instruction est à nouveau envisagé en 1848 par Blanqui, Cabet et Louis Blanc qui prônent l’ajournement des élections en attendant que « la lumière pénètre dans les derniers hameaux de la république »19, mais également en 184920 dans un projet (repoussé) de Charton qui fait dépendre le droit de vote de la maîtrise de la lecture et de l’écriture. Enfin en 1851 Lamartine affirme que l’instruction constitue « le cens spiritualiste »21.

  • 22 Cf. M David, Le printemps de la fraternité, 1830-1851, Aubier, Paris, 1992, p 261-265
  • 23 Article du 8 juin 1855 in Newe oder Zeitung.

18Pourtant la république romantique et socialiste de 1848 évacue les doutes, les réticences à l’égard d’un suffrage universel qui s’impose comme une évidence22 au point que Marx note : « le suffrage universel fut une arme de fraternité générale »23. De plus dans l’ensemble, si les républicains déplorent l’introduction trop brutale de ce suffrage, ils considèrent qu’un retour en arrière est impossible.

Renouvier : le suffrage universel n’est pas une panacée

  • 24 M David, La Souveraineté du peuple, PUF, Paris, 1996 ; p. 221-227
  • 25 Manuel républicain, op.cit., p. 65.
  • 26 Ibid., p. 64.
  • 27 Ibid. p. 242.
  • 28 Ibid., p. 66.

19Renouvier ne consacre logiquement que fort peu de développements dans son Manuel au suffrage universel alors même que l’éducation du citoyen et le sort de la république sont liés à ce dernier. De fait, ce républicain patenté éprouve de l’espoir24 face à cette arme qui constitue « un admirable moyen de combattre sans verser le sang »25. Toutefois le doute et la crainte l’assaillent immédiatement lorsqu’il note de manière réaliste que ce n’est « point une panacée dont la seule application suffise »26. Il espère encore que les citoyens qui voteront en avril 1848 rechercheront en conscience les hommes les plus dignes, les meilleurs et les amis du peuple27. Toutefois, au regard de la situation actuelle, il constate que le suffrage universel est apparent, « partiel et particulier »28 dans la mesure où le peuple est tout à la fois ignorant et divisé. Ce suffrage fausse donc le sens de la République notamment lorsqu’une assemblée hypocrite se retranche derrière le vote pour refuser les réformes nécessaires.

  • 29 Organisation Communale et Centrale de la république, Lacour, Montpellier, 2000, p. 2 « On s’aperço (...)
  • 30 ibid., p. 5.

20En 1851 la crainte s’amplifie dans « l’organisation communale et centrale de la République » puisqu’il déplore le fait que la représentation de la nation aboutisse à une usurpation29 et suggère de substituer des mandataires à la Rousseau aux représentants de manière à ce que le suffrage universel fonde la démocratie au lieu de la menacer. En effet, un peuple ignorant « divisé par ses ennemis... inorganisé » ne peut « émettre un vote unique et définitif autrement que pour la forme »30.

  • 31 M. Agulhon 1848, ou l’Apprentissage de la République, Seuil, Paris, 1973, p. 207.

21Bref, si l’espoir et la crainte de l’avenir sont enchevêtrés, la seconde l’emporte indéniablement en 1851. Au fond en affirmant que le suffrage universel n’était pas une panacée, Renouvier semble, dés 1848, craindre que « l’arme absolue »31 des républicains se retourne contre eux du moins tant que le peuple ne sera pas éduqué par la république.

Vacherot : le suffrage universel est actuellement impossible

  • 32 La démocratie, op.cit., p. 175. “Toutes ces libertés dont on veut le gratifier ne diminuent en rie (...)

22Vacherot, à l’instar des républicains de l’époque, médite sur les résultats décevants de ce suffrage et se montre prudent. Semblant reprendre le mot célèbre de Lacordaire, il affirme que le peuple se désintéresse nécessairement des questions politiques, du droit, de la morale et de la liberté alors que sa grande affaire est de survivre32. Quant au suffrage universel, il ne change rien à l’affaire, puisqu’il fait du citoyen “un roi esclave”.

  • 33 Ibid. p. 344.
  • 34 Ibid. op.cit., p. 343. Il admet toutefois que ce mode de suffrage est également un expédient ingén (...)
  • 35 Dans une monarchie absolue, le pouvoir législatif, à supposer même qu’il ait une origine populaire (...)
  • 36 La démocratie, op.cit., p. 342-343.
  • 37 Ibid. p. 343. Sur ce terrain, il reçoit le renfort de Spuller, de Gambetta et de Jules Ferry. Spul (...)
  • 38 La démocratie, op cit., p. 344.

23De manière novatrice, il réfléchit, à l’instar de Proudhon, sur la capacité politique des masses. À son sens, le suffrage connaît une loi de progrès. Ainsi le suffrage restreint a constitué un progrès sur le droit divin en permettant d’initier le pays à la vie politique33. De même, le suffrage censitaire à deux degrés, première application du principe démocratique de l’égalité, a marqué une avancée34. Toutefois Vacherot obscurcit cette idée incontestable en décidant de combiner de manière tout à fait arbitraire le mode et la portée du suffrage avec la nature du régime politique35 de manière à démontrer que seule la démocratie est à même de concilier la souveraineté de l’assemblée et le suffrage universel direct36. En conséquence, dans la logique démocratique37, tous les autres modes de suffrage apparaissent comme des précautions inadmissibles prises contre la capacité politique du peuple. Toutefois cet hymne républicain prend soudainement fin lorsqu’il se reporte à la situation actuelle et aux errements du suffrage universel38 qui lui apparaissent comme le fruit de l’in éducation du peuple.

Les propositions de Renouvier et de Vacheret : « suffrage universel réel »39 et suffrage universel graduel.

  • 39 Manuel, op.cit., p. 66.
  • 40 Ibid. p. 305, article 32 de la Déclaration des Droits et des Devoirs de l'Homme et du Citoyen.
  • 41 Ibid. op.cit., p. 248.
  • 42 Préface de l'Organisation Communale et Centrale de la République, op.cit. p. 1,
  • 43 Organisation Communale et Centrale de la République, op.cit., p. 2.

24Renouvier oppose au suffrage universel apparent qui se fonde sur le nombre, le suffrage universel réel qui fait appel à la raison et à l’éducation. Ce « suffrage universel positif, organique » implique un peuple formé de « citoyens éclairés et dévoués »40. En 1848, il place donc son espoir dans « la représentation du peuple éclairé, instruit de son vrai bien »41 grâce à une presse libre et à des sociétés populaires. En revanche, en 1851, le suffrage universel lui apparaît comme une menace pour la république puisqu’il s’élève contre des institutions anti-démocratiques42 et contre des représentants qui usurpent43 la souveraineté du peuple.

  • 44 Ibid. p. 412.

25La tâche qui incombe donc aux républicains consiste à éduquer le peuple pour l’émanciper : « quand le peuple saura être libre il suffit qu’il veuille et tout obstacle disparaîtra de lui-même »44. Toutefois, Renouvier se garde bien de fixer une échéance précise pour cet avènement.

  • 45 La démocratie, op.cit., p. 342.
  • 46 Ibid. p. 175.
  • 47 Ibid. p. 342.
  • 48 Ibid.
  • 49 La démocratie, op.cit., p. 345.

26Vacherot qui enregistre les déceptions procurées par le suffrage universel sous le Second Empire en arrive à la conclusion selon laquelle le suffrage universel est impraticable dans le présent. Tant que le peuple ne pourra pas juger sainement45, grâce à une éducation politique, et tant qu’il sera économiquement asservi46, il vaut mieux "ajourner le suffrage universel que de le fausser"47 en l’abandonnant à ce "souverain improvisé" baignant dans la misère et l’ignorance48. Vacherot se résout finalement au gradualisme et n’envisage de déboucher sur la démocratie que par "une adjonction continuelle d’électeurs" qui, à terme, finira par fusionner "le pays légal" et le pays réel49.

  • 50 Poème dramatique en vers, Bruxelles, 1853.
  • 51 Mémoires de ma vie, Paris, Plon 1962, tome 4, (1841-1851), p. 392 : "Il n'est pas vrai que sereine (...)

27Ces réticences les rapprochent de bon nombre de républicains de l’époque. Ainsi E. Quinet dans sa pièce « Les Esclaves »50 narre l’échec de la révolution de 1848 assassinée par les républicains et par un peuple non éduqué qui ne mérite pas encore la république. De même Jules Ferry est très dur en 1863 à l’égard de la France rurale et Jules Favre entend la même année subordonner le droit de vote à un niveau d’instruction. Enfin, Littré n’admet qu’à demi le suffrage universel. Quant à certains libéraux qui sont bien forcés de l’admettre, ils se montrent, à l’image de Rémusat, exigeants sur les conditions qu’il implique51.

28Somme toute, Renouvier et Vacherot, loin de se cantonner au suffrage universel, exigent d’une part des citoyens réellement souverains et une république moderne, d’autre part une éducation du peuple.

II - DEUX APPROCHES DE LA REPUBLIQUE NOUVELLE

Renouvier : Le citoyen en république

29L’ambition pédagogique de Renouvier et le fond de Kantisme revisité expliquent que ses réflexions soient centrées sur le citoyen en république.

  • 52 Manuel, op. cit., p. 311.
  • 53 Ibid., p. 125 & 304.
  • 54 IBID. p. 129.
  • 55 Ibid. p. 312.
  • 56 Manuel, op.cit, p. 151, sq. Elle comporte la liberté de conscience, d’écriture, d’impression, la l (...)
  • 57 Ibid. p. 96. « Si le fruit du travail de l’homme était à la république au lieu d’être à lui... l’h (...)
  • 58 Ibid. p. 204 « La république ne veut pas la parfaite égalité des conditions, parce qu’elle ne pour (...)
  • 59 Ibid. p. 205.

30Renouvier oppose de manière récurrente le citoyen caractérisé par la liberté et l’égalité et qui prend sa part de souveraineté puisque « tous gouvernent et sont gouvernés »52 au sujet qui caractérisait la monarchie53. Les devoirs du citoyen, éléments de la morale individuelle sont des « règles obligatoires dictées par la conscience ou par le cœur »54. En revanche, les devoirs du citoyen sous l’angle social découlent de l’obéissance à la loi que ce soit le service militaire, l’impôt ou le service politique55. Contre partie des devoirs, les droits du citoyen se ramènent à deux droits naturels inaliénables : la liberté et l’égalité. La liberté est une reprise de l’idée de Montesquieu enrichie par la Déclaration des Droits de l’Homme56. Conformément à l’idéologie libérale la propriété est liée à la liberté et la république doit garantir au citoyen le fruit de son travail, faute de quoi il se muerait en esclave de ce régime57. Quant à l’égalité, elle n’implique pas l’égalité des conditions qui priverait les citoyens de leur liberté58. Elle vise simplement à « s’approcher de cette parfaite égalité » sans pour autant faire du citoyen « l’esclave de la communauté »59.

  • 60 Ibid. p. 110-111 « La fraternité est un sentiment qui nous porte à ressentir tous les mêmes joies (...)
  • 61 Ibid. p. 30.
  • 62 Ibid. p. 206.

31Bref, la formule ternaire de la république « liberté, égalité, fraternité »60 place au premier plan la fraternité qui seule est à même de concilier les abus de la liberté ou de l’égalité (l’indépendance individuelle ou l’assujettissement complet61) et d’aboutir à une république parfaite en faisant des citoyens « des hommes libres et ...autant qu’il est possible des égaux »62.

  • 63 Ibid. p. 125.
  • 64 Ibid. p. 126.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid. Article 33 de la Déclaration des Droits, p. 305.
  • 67 Ibid, Article 32 de la Déclaration des Droits de Renouvier.

32La notion de souveraineté, principe de la république donne lieu à une définition curieuse « commandement absolu qui ne doit des comptes qu’à Dieu »63 qui pourtant retrouve Sieyès dans la mesure ou si chaque homme a sa part de souveraineté, en revanche « le seul souverain с’est la nation dans son ensemble et dans son unité le peuple »64 qui exerce sa puissance par ses représentants65. La république implique donc la loi de la majorité et dans l’hypothèse où cette majorité favoriserait l’injustice, il table sur un peuple instruit pour constituer une nouvelle majorité. Dans le cas contraire, à l’instar de Locke, il admet, de manière ultime le droit à l’insurrection66 à la double condition que ce recours ultime soit le fait d’un grand nombre de citoyens éclairés67 et que tous les moyens pacifiques aient été épuisés.

  • 68 Ibid. p. 61.
  • 69 Ibid. p. 123.
  • 70 Ibid., p. 126
  • 71 Ibid., ρ 304, article 23 de la Déclaration des Droits de Renouvier.
  • 72 Ibid article 25, p. 304.
  • 73 Ibid. p. 127.
  • 74 Ibid. p. 121 « L’autorité la plus visible est celle qui gouverne l’État, cependant au-dessus de ce (...)

33En fait, il semble, tout en notant que l’idée de souveraineté populaire a fait des progrès immenses et décisifs68, distinguer un peuple sociologique « с’est-à-dire tout le monde »69 et un peuple politique qui choisira ses représentants dans son intérêt70. En effet, le peuple est souverain sur deux plans. Si sociologiquement il est constitué par « l’ensemble des citoyens, des femmes et des mineurs composant la république »71 sur le plan politico juridique il est également souverain puisque les hommes âgés de plus de vingt ans sont les « délégués naturels de tous les membres de la république pour la détermination de la loi »72. La réponse de Renouvier à la fin du chapitre est beaucoup plus claire lorsqu’il précise que la souveraineté du peuple uni s’analyse en réalité comme l’exercice de la force de tous dans « les bornes de la justice et suivant un esprit de fraternité »73. De fait, cette ambiguïté de la souveraineté se dissipe dès qu’elle est articulée avec celle de l’autorité qui concerne l’organisation des pouvoirs, en l’occurrence le gouvernement, qui obéit à l’autorité qui fait les lois. Il apparaît alors clairement que gouvernement et législatif dépendent en dernière analyse du peuple souverain74.

  • 75 Ibid. p. 123.
  • 76 Ibid. p. 124.

34Il résulte de cette approche politiquement ambiguë que Renouvier donne une définition Kantienne de la république dans la mesure où toutes les formes d’organisation ont leur fondement dans l’individu qui constitue la finalité morale de l’institution. « L’instituteur » précise que la république politique est « l’État du peuple qui n’obéit qu’à des hommes qu’il s’est choisi » ; c’est au fond la republica, la « chose de tous »75. Cette définition simplement négative selon laquelle une république est un régime non-monarchique est toutefois infléchie dans la mesure où il précise que les gouvernants demeurent les égaux des autres hommes et doivent rendre compte au terme fixé de leur autorité76. Par ailleurs cette république démocratique a vocation à se transformer en république sociale.

La démocratie idéale de Vacherot

35Au sens large, « La démocratie » est un ouvrage qui s’insère dans un courant de renaissance de l’idée de liberté sous l’Empire. Cette réflexion philosophique austère, fondée sur la raison et la science, inséparables de la notion centrale de liberté, a le mérite de poser la question de la démocratie dans toute son ampleur puisqu’il aborde aussi bien sa définition que ses implications et ses finalités.

  • 77 Encore à la fin du régime, le républicanisme qui progressivement fait preuve de sa vitalité. Il se (...)
  • 78 l’Empereur avait déclaré que le propre de la démocratie était de s’incarner dans un homme cf. M. G (...)

36Vacherot, à l’instar des républicains77 du Second Empire, est gêné pour s’exprimer librement du fait que le terme même de république est interdit comme étant une incitation à la révolution. Il en est donc réduit à recourir à un terme tel que la démocratie qui lui-même est suspect puisque le régime affirme reposer sur un fondement démocratique78.

  • 79 La démocratie, op.cit., p. 9.
  • 80 Ibid.
  • 81 Ibid. p. 20. "S’il est vrai que les grands révolutionnaires qui, en 1793, ont fait un si terrible (...)
  • 82 Ibid. p. 344.
  • 83 Vacherot ne pouvait donc éviter de la situer dans l’histoire. De ce fait, il était forcé de s’inté (...)
  • 84 La démocratie, op.cit., p. 164, 165 et 251.
  • 85 Des conditions nécessaires à la légalité des États généraux, s.l., 1788, in Œuvres, Paris, Fayard, (...)

37Conscient de l’abus79 auquel ce terme a donné lieu, Vacherot entend préciser ce concept et se montre exigeant sur la définition et la nature de ce régime. La démocratie ne saurait signifier simplement la fin de la féodalité et la suppression des privilèges80. De même, elle n’a rien à voir avec la république moderne de 1793 qui, par ses excès, constitue un repoussoir81 ou avec celle de 1848 car l’égalité politique et le suffrage universel méconnaissent la situation morale, sociale et économique du peuple. Enfin, elle ne peut définir le bonapartisme qui prostitue le nom même de démocratie par son égalité dans la servitude82. La démocratie politique n’est pas davantage un produit de l’histoire83 du temps long et à maintes reprises, Vacherot insiste sur le fait qu’elle n’a aucun rapport avec la démocratie antique84. Elle n’est donc pas un résultat fatal de l’histoire dans la mesure où elle remonte tout au plus à l’événement fondateur de la modernité, la Révolution de 1789. Ce refus de l’histoire et de sa philosophie qui est courant chez les républicains découle de l’assertion célèbre de Rabaut Saint Etienne selon laquelle "notre histoire η’est pas notre code"85

  • 86 Ibid. p. 39.
  • 87 Ibid. p. 35.

38Vacherot avoua ultérieurement que La démocratie était une glose de la devise républicaine. Il estime, au terme de son analyse que c’est la philosophie des Lumières qui a donné sa formule à la démocratie. En fait, la liberté, dernier mot de la politique "suffit pleinement à la définition de la démocratie et à l’explication de toutes les institutions"86. Cette formule qui est à la fois la plus simple et la plus complète87 exprime et englobe les autres termes de la devise républicaine. En ce sens, il dépasse Renouvier qui pourtant après 1848 sacrifia sans état d’âme l’idée de fraternité.

  • 88 Ibid. p. 56.
  • 89 Ibid. p. 64.
  • 90 Ibid. p. 55.
  • 91 Ibid. p. 53.
  • 92 Ibid. p. 378.
  • 93 Ibid. p. 19.
  • 94 Ibid. p. 18.

39Si Vacherot ne donne aucune définition du citoyen, il est clair que la source du pouvoir réside comme chez Renouvier dans le peuple, c’est-à-dire dans le suffrage universel. Dès lors la démocratie suppose des citoyens égaux88 qui, grâce au suffrage universel89, exercent une part égale de souveraineté dans le gouvernement du pays90 en concourant à l’élection des pouvoirs et à la confection de la loi91. Ainsi, fidèle au légicentrisme révolutionnaire, il fait de la démocratie, expression de la volonté générale, de la justice et de la raison92, le régime de la loi93 : "la démocratie ne voit dans l’ordre politique d’autre souverain que la loi, d’autre loi que la volonté générale"94.

  • 95 Ibid. pp. 367 et 377.
  • 96 Ibid. p. 377.
  • 97 Ibid. pp. 337 et 339.
  • 98 E. Laboulaye, Questions constitutionnelles, reprints Université de Caen, 1993, préface, pp. IV à V (...)

40L’organisation des pouvoirs présente de fortes similitudes avec celle de Renouvier. Dans une démocratie moderne, le gouvernement est simple parce que le peuple est la "source de tous les pouvoirs"95, et que chacun des pouvoirs détient "une fonction spécifique : l’assemblée règne, le président gouverne"96. En bon républicain, il se montre partisan d’un législatif monocaméral97 issu du suffrage universel. En réalité, Vacherot qui est fortement influencé par l’histoire constitutionnelle française, et qui est beaucoup plus « publiciste » que Renouvier, s’attache à édifier un système dans lequel l’exécutif est commis conformément à la théorie rousseauiste. Il fait donc sien ce que Laboulaye98 appelle le « credo révolutionnaire » : une assemblée unique (dont la compétence est illimitée) exerce la souveraineté par délégation du peuple souverain. En définitive, la simplicité, la rationalité et l’excellence de la démocratie ainsi que ses finalités qui consistent à réaliser la dignité de la personne humaine, libre et raisonneuse le persuadent de la justesse de l’idée kantienne à laquelle Gambetta souscrit également : la république est le seul régime capable d’assurer le libre exercice de la souveraineté nationale.

La république démocratique et sociale de Renouvier et de Vacherot

41En dépit d’une approche différente, Renouvier et Vacherot partagent la même vision : la république moderne doit s’élargir naturellement en république sociale.

  • 99 Manuel, op.cit., p. 63.
  • 100 Ibid, et p 250.
  • 101 Ibid. p. 249.
  • 102 Ibid., p. 286 et 312.
  • 103 Ibid., p. 260.
  • 104 Ibid., p. 251.
  • 105 Ibid., p. 251.

42Si selon Renouvier, la république démocratique « chose de tous a été un trait de lumière »99, dans l’avenir elle doit comporter un aspect social de type saint-simonien. Elle a en effet vocation à se transformer en « chose de tous, par tous et pour tous »100. Cette « république sociale » dont le but est la justice101 a mission de pallier les excès du capitalisme par le recours aux institutions sociales de crédit102, de favoriser l’association des travailleurs103 en promouvant une organisation du travail et de diviser davantage la propriété. La République doit donc intervenir de manière à prévenir les abus fâcheux dans les relations de travail, d’échange, de prix, de salaires104 et de propriété105.

  • 106 Ibid., p 248.
  • 107 Ibid., p. 260. Cet impôt introduira conformément à la fraternité, l'égalité dans le sacrifice.
  • 108 Ibid., p 288.

43Il est manifeste que le suffrage universel possède, dans sa pensée, une vertu réformatrice, il « doit être et sera l’instrument de toutes les réformes sociales »106. Ces réformes concernent, outre l’enseignement, l’impôt qui sera progressif107, le service militaire qui devra être universel108 et la justice qui sera démocratisée.

  • 109 Ibid. p.304.

44Il apparaît donc clairement que Renouvier conformément à l’esprit des républicains de 1848 a l’ambition de prolonger la Révolution française sur un terrain nouveau. Pourtant, force est de constater que cette république sociale n’est qu’une trame empruntée au fond républicain et vise à étayer sa république démocratique. En dépit de son côté utopique, elle est essentiellement raisonnable par l’ampleur des réformes et par les butoirs qu’il pose : « la justice pour règle et la fraternité pour fin »109.

45En fait l’apport de Renouvier réside surtout dans sa priorité : la fraternité qui implique un impératif : l’instruction et l’éducation puisque cet État moral est un État enseignant diffusant les principes de la république.

  • 110 La democratie, op.cit., p. 10 et p. 18.
  • 111 Ibid. p. 372.
  • 112 Ibid. p. 10.
  • 113 Ibid. p. 32.
  • 114 La démocratie, op.cit., p. 64.
  • 115 En effet, le capitalisme et le patronat se sont montrés impuissants à modifier l’état de choses ex (...)
  • 116 Ibid., p. 369.
  • 117 Ibid., p. 176.

46A l’inverse de Renouvier, Vacherot assigne une place essentielle à la république sociale en en faisant une condition essentielle de la démocratie. Selon Vacherot, le principe de la démocratie ne peut résider que dans la liberté pour tous et toutes les conditions110. Toutefois, réduit à lui-même, ce principe incontestable serait inopérant. Par ailleurs la souveraineté du citoyen ne peut se contenter du suffrage universel et de la souveraineté nationale. Il exige donc, dans une conception originale, l’existence d’un substrat social démocratique traduisant le primat du social. En effet, dès 1855, il avait diagnostiqué un mal de la société démocratique : "la démocratie η’est qu’une fiction dans la loi tant qu’elle n’a pas passé dans la société."111. Si donc la démocratie veut passer au stade de la réalité, elle se doit de prévoir "les conditions"112 morales, sociales et économiques qui en feront "la seule forme vraie de la politique"113. Elle nécessite donc la réunion de trois impératifs qui permettent de l’établir et de la maintenir : l’intelligence, la moralité et la liberté114. Le principe de liberté qui se développe par le loisir et par l’aisance qui en est la source se double donc de conditions sociales et économiques qui poursuivent l’objectif de former l’homme et de rendre le citoyen digne de la démocratie. Sensible aux conditions intellectuelles et économiques d’un peuple asservi dont la liberté et l’égalité sont encore formelles, il s’efforce de cerner et de réaliser les fondements nécessaires à une société démocratique. Dès lors, la reforme économique et sociale115 qui délivrera le peuple de la fatalité116 devient un impératif117 dont l’objectif est de fournir aux citoyens, grâce à l’aisance et aux loisirs, une liberté dans l’égalité.

  • 118 Ibid., p. 106.

47Dans la mesure où les conditions de réussite, de stabilité et de durée de ce régime dépendent de son adéquation avec la société, la démocratie idéale implique une conjonction de la démocratie politique avec la démocratie sociale. La modernité de Vacherot réside donc dans cette appréhension globale de la démocratie. Toutefois, il rejoint Renouvier lorsqu’il juge qu’il est inconcevable que l’individu ne bénéficie pas d’une liberté, d’une dignité et d’une égalité de droits réelle. Exigence qui suppose qu’il reçoive par ailleurs une instruction ainsi qu’une éducation morale et intellectuelle118.

III - UN IMPÉRATIF COMMUN : L’INSTRUCTION ET L’ÉDUCATION DE L’HOMME ET DU CITOYEN

48Renouvier fait de l’éducation de l’enfant du citoyen et du suffrage universel la clef de voûte de son système alors que Vacherot les conçoit simplement comme une des conditions de la démocratie idéale.

49Dans un contexte différent de celui de la Révolution de 1789, les hommes de la Seconde République et du Second Empire reprennent la distinction révolutionnaire dans la mesure où l’inquiétude face au suffrage universel dont on n’attend rien de bon, puis le coup d’État rend urgente la nécessité de concilier le nombre et la raison.

  • 119 Les deux penseurs ne font aucune référence à la loi Guizot du 28 juin 1833 qui crée une école prim (...)

50Il convient donc pour ces deux penseurs qui ont lu et annoté Condorcet, d’organiser de manière complémentaire l’instruction et l’éducation des enfants119 ainsi que l’éducation du peuple en parlant à la raison et en touchant les cœurs. Cette démarche républicaine repose sur deux convictions. L’ignorance qui constitue la plus grande servitude est l’ennemie principale du peuple. D’autre part, la viabilité de la république moderne qui repose sur le suffrage universel est liée à la maturité de ce peuple c’est-à-dire à son instruction et à son éducation.

  • 120 Manuel, op.cit., p. 66.
  • 121 Organisation Communale et Centrale, op. cit., p. 38.
  • 122 La démocratie, op.cit., p. 104.
  • 123 Ibid., p. 112.

51Or le constat que les deux auteurs dressent aussi bien en 1848 qu’en 1859 est négatif. En 1848 un peuple ignorant120 demeure sous l’emprise de l’église. En 1851, Renouvier déplore le fait que l’enseignement du peuple n’existe qu’à l’état rudimentaire et que l’enseignement secondaire se borne à former des professions libérales qui en réalité sont des parasites121. Vacherot se livre à un constat similaire. Actuellement, l’instruction souffre de deux tares, d’une part, son fondement réside dans la religion, et non dans la science et la raison122 ; ce qui constitue un hiatus entre l’ambition de la révolution et le réel, d’autre part, elle laisse le peuple "toujours ignorant et pauvre", conscient à la fois "de son droit et de son impuissance"123.

  • 124 Ibid., p. 65.

52En d’autres termes, dans la pensée de Renouvier, le suffrage universel exige la capacité de voter et doit donc s’accompagner d’une éducation de la démocratie conciliant le respect de l’individu et la nécessité d’éclairer ce suffrage de manière à ce qu’il serve de pilier à la république. Quant à Vacherot, il considère que l’intelligence se développe par l’instruction qui fait l’homme et la moralité par l’éducation124 du citoyen. L’école a la fonction d’instruire et d’éduquer l’enfant, la religion, la science et la philosophie, celles de former l’homme et de rendre le citoyen digne de la démocratie.

L’instruction publique nationale

  • 125 Manuel, op.cit., p. 207 et 216.
  • 126 La démocratie, p. 106 ; Vacherot remarque que cet enseignement coûtera cher à l’État mais dans une (...)
  • 127 Ibid., p. 285.
  • 128 Ibid., p. 106.

53L’instruction constitue selon Renouvier un droit pour le citoyen125. Vacherot, qui ne s’intéresse pas fondamentalement au citoyen, constate après les surprises du suffrage universel, que cette formation du citoyen est vitale, ce qui l’entraîne à reprendre le mot de Proudhon "démocratie, c’est démopédie"126. En effet, la plus belle constitution demeure lettre morte sans cette instruction, berceau de la cité127 qui fait du peuple le souverain128.

  • 129 Organisation Communale et Centrale, op.cit., p. 139.
  • 130 Ibid., p. 215.
  • 131 Les divergences républicaines résident simplement dans l’étendue des obligations reconnues au pouv (...)
  • 132 La démocratie, op.cit., p. 262. Ainsi sur le terrain moral il protège le libre exercice du culte, (...)
  • 133 La démocratie, op.cit., p. 273. En effet l’État ouvre les écoles publiques, rend l’instruction obl (...)
  • 134 Ibid., p. 279.
  • 135 Ibid.

54- Renouvier129 et Vacherot estiment au fond que la république doit être, pour reprendre la formule de J. Barni, « l’institutrice du peuple ». Ils considèrent donc que l’instruction incombe à l’État et Renouvier précise qu’il s’agit d’un devoir de la république130. Elle est libre pour les adultes, mais implique un contrôle de l’État dès lors qu’il s’agit d’enfants. Comme tous les républicains et nombre de libéraux, Vacherot considère que la marche vers la démocratie rend l’instruction indispensable et qu’elle implique, de ce fait, à défaut de monopole, l’intervention de l’État131. La formation de l’enfant appartient à la fois à la famille et à l’État. L’État ne saurait donc légitimement détenir un monopole de l’enseignement, toutefois, la plupart du temps, cette mission légitime lui incombe dans la mesure ou il a la mission d’agir sur la société dans toutes les grandes questions morales132, sociales et politiques et au premier chef en matière d’instruction publique133 en imprégnant les âmes honnêtes134 des idées de justice, d’égalité morale et de "moralité civique"135.

  • 136 Ibid., p. 269. Dans l’esprit de Vacherot, la laïcité est une arme de philosophie républicaine, mai (...)
  • 137 Manuel, op.cit., p. 314.

55Conformément aux républicains qui, dès la Monarchie de Juillet, estiment que l’école, lieu d’éducation civique, doit être débarrassée de la tutelle de la religion, ils préconisent une instruction laïque136. Renouvier précise dans son contre catéchisme qui résulte de la pesanteur sociale du clergé catholique que la république ne doit embrasser aucun dogme religieux137. Quant à Vacherot, il juge nécessaire la laïcité de l’État et au premier chef de l’école qui fournit l’instruction, transmet les valeurs communes et forme la conscience politique du citoyen.

  • 138 Manuel, op.cit., p. 217 et 314, « La République ne sera pas nécessairement chargée de la totalité (...)
  • 139 Ibid., p. 215.
  • 140 L’enseignement général, qui fait une large place à la morale, repose sur une école primaire dans c (...)
  • 141 Ibid. p. 113. Vacherot précise, p. 120, que cet enseignement professionnel comporte dans chaque co (...)
  • 142 Il valorise les sciences, les langues vivantes, l’économie, la morale, la philosophie et l’éducati (...)
  • 143 Organisation Communale et Centrale, op.cit., p. 109.
  • 144 Ibid., p. 136- p. 144, L’enseignement est ventilé entre un enseignement général et un enseignement (...)
  • 145 La démocratie, op.cit., p. 369.
  • 146 Ibid., p. 369, 372-375, 131, 129. Ainsi le corps le plus démocratique, l’université, respecte bien (...)
  • 147 Le plan de Renouvier prévoit des bourses pour aider les familles pauvres ainsi qu’une formation pe (...)

56Renouvier distingue, après avoir précisé qu’elle n’implique pas l’égalité, une instruction élémentaire qui confère un ensemble de connaissances nécessaires à l’homme et au citoyen, assortie d’éducation civique, gratuite et obligatoire138 d’un enseignement professionnel139. Vacherot expose des idées similaires. Une société démocratique moderne a besoin, d’une part, d’un enseignement général plus complet et plus riche, réalisant l’égalité morale grâce à l’unité140, d’autre part, d’un enseignement spécial, correspondant à la diversité, pour assurer les services et les professions141. En 1851, Renouvier est beaucoup plus précis en exposant un véritable plan d’instruction très moderne142 avec un enseignement public (financé par l’impôt143), obligatoire, gratuit, dans le cadre du chef-lieu de la commune canton144. Par ailleurs les deux penseurs jugent nécessaire sa démocratisation. Or, dans la mesure où la capacité dépend de l’éducation reçue, l’égalité théorique posée par la Révolution française145 tourne, en fait, au privilège146. La démocratisation de l’éducation, qui pose ainsi le débat entre l’héritier et le boursier, consiste, d’une part, à instaurer la gratuité des inscriptions pour les familles pauvres, d’autre part, à instituer un système de bourses réservé à l’élite des classes populaires147 de manière à universaliser l’instruction et à instaurer une égalité intellectuelle et morale réelle.

Une éducation indissociable de l’instruction

  • 148 Manuel, op.cit., p 218-219.
  • 149 Les jacobins qui souhaitent à l’image de Robespierre « saisir les enfants à l’époque où ils reçoiv (...)
  • 150 Cf. supra.

57A la différence de l’instruction, l’éducation « élévation de l’âme, formation du cœur »148 doit être, selon Renouvier, la même pour tous. Elle repose sur la morale qui englobe la vie privée et publique de l’individu. Conception qui évoque, il est vrai de manière lointaine, la politique de la Convention149. Il s’agit en effet de former à la fois les hommes et les citoyens car morale et politique relèvent du même domaine. Cette éducation consiste à enseigner rationnellement à l’enfant les devoirs et les droits du citoyen et à élever l’enfant en formant son jugement de manière à ce qu’il accède à l’autonomie correspondant à une société et un État libre. L’éducation doit donc s’attacher à apprendre à l’individu la distinction du public et du privé tout en prenant conscience de leur interaction. Le citoyen sujet volontaire de la loi (à la différence du sujet forcé dans une monarchie) doit comprendre la supériorité morale de l’obéissance volontaire aux lois sur l’obéissance forcée ainsi que la supériorité contraignante des lois civiles et politiques qui s’imposent du dehors (par rapport aux lois morales) du fait qu’elles sont établies pour garantir la liberté et la sécurité de tous. On ne peut donc différencier la morale individuelle du civisme dans la mesure où l’autonomie de l’individu et l’obéissance volontaire aux lois constituent les deux faces d’une même démarche. Alors s’ouvre pour le futur citoyen l’enseignement d’éléments d’instruction civique. Le Manuel étant lui-même un manuel républicain d’instruction civique, définit dans un dialogue socratique les concepts essentiels : la citoyenneté et ses droits, la souveraineté et la République150. Par ailleurs, l’analyse les trois pouvoirs démontre la suprématie du pouvoir législatif qui émane de la nation par l’intermédiaire de ses représentants.

  • 151 ibid., p 100.
  • 152 Manuel, op.cit., p 311 « la vertu de la morale républicaine, morale qui n’est autre que la forme s (...)
  • 153 Ibid. p. 299-300., « Nous fonderons la Sparte chrétienne, la Jérusalem chrétienne... dont le Chris (...)
  • 154 Ibid., p. 104.
  • 155 Ibid., p. 119.
  • 156 Ibid., Manuel, op.cit., p. 120.

58Somme toute, l’éducation, tel est le thème du chapitre XII est tout à la fois le moyen de salut du peuple et de l’établissement de la république. Cette philosophie de la république, régime inéluctable151 de droit, de raison et de liberté est exigeante par son objectif : la félicité. Néanmoins cette république idéale sous-tendue par des principes moraux et politiques n’implique pas un pouvoir spirituel de type Kantien. En fait, la finalité de ce programme se rapproche, par l’idée de morale républicaine152 et de félicité du christianisme social153. Le mot d’ordre de Renouvier : « perfectionnez-vous. Vous ne deviendrez vraiment heureux qu’en devenant meilleur »154 tend à démontrer que les hommes doivent « s’approcher toujours plus prés de la fraternité »155 et que précisément la république a pour finalité de « marcher...à leur perfectionnement et pratiquer la fraternité »156.

  • 157 La démocratie, op.cit, p. 134.
  • 158 Ibid., p. 118.
  • 159 La démocratie, op.cit., p. 88.
  • 160 Ibid., p. 94, 95, cf. infra.
  • 161 La démocratie, op.cit., p. 55 et p. 113. Gambetta partage le même point de vue en 1869 et note l’i (...)
  • 162 La démocratie, op.cit., p. 54.
  • 163 Ibid., p. 165.
  • 164 Ibid., p. 56.
  • 165 Ibid., p. 64.

59A l’instar de Renouvier, Vacherot estime que "l’homme et le citoyen ne font qu’un"157. L’éducation, fondée sur la philosophie et sur la morale, est donc capitale, car elle assure l’éducation spirituelle des citoyens. Ainsi, comme Renouvier ou Quinet, il se pose en moraliste et fait de la morale laïque, ou du moins d’une morale détachée des dogmes religieux, le fondement de la politique. Dans une société démocratique, la morale, "base et esprit de tout l’enseignement"158, exige des livres de morale populaires et élémentaires159 pour former le citoyen. Il s’agit donc, dans son optique, d’instaurer un enseignement rationnel, reposant sur une base solide de principes moraux, permettant d’imprimer une égalité morale160. Ainsi, le rêve qu’il poursuit consiste à assurer l’homogénéité de la société, en établissant une égalité morale entre citoyens161. Cette égalité s’analyse comme une certaine communauté d’idées et de sentiments qui permettent aux citoyens de se rapprocher, de se comprendre, de se respecter même dans les conditions les plus inégales162, et ceci sans l’intervention de la loi. Seule cette égalité morale reposant sur la "généralisation de l’éducation"163, constitue le principe de la démocratie164 et ne nuit en rien à la liberté165.

  • 166 Ibid., p. 146-147.
  • 167 Lettre du 16 juin 1848, de Michelet à Béranger, J. Michelet, Journal, Tome I p. p. 928-929, texte (...)
  • 168 « L’enseignement du peuple », Hachette, Paris, 2001.

60Sous cet éclairage, l’instruction et l’éducation fondées sur la morale laïque et la raison assurent au citoyen, désormais pourvu de la dignité du caractère, une indépendance d’esprit et l’égalité morale lui permettant d’échapper à la servitude. Elles rendent le citoyen digne de son rang de souverain et fournissent au régime une armature conforme à ses ambitions166. – Ce souci d’un État enseignant et dispensateur de l’éducation est partagé à l’époque par certains républicains qui éprouvent la nécessité de concilier le nombre et la raison. Ainsi, Michelet souhaite, en 1848, que la république « agisse sur les masses », grâce à la propagande et qu’elle tente de les mobiliser167. De même, en 1849, E. Quinet dans « L’enseignement du peuple »168 démontre que la république ne peut exister qu’à la condition de créer une religion nationale.

  • 169 Manuel, op.cit., p. 305.

61En réalité la politique de Renouvier qui n’a rien de commun avec le programme jacobin vise à établir, grâce à des principes rigoureux, le rapport entre le droit de suffrage et le niveau intellectuel. Dans sa pensée, l’instituteur doit être un éducateur diffusant une conception du monde fondée sur la raison et compréhensible par tous. Toutefois, en 1848, il n’ignore pas que ce sont encore les pères qui votent et il verrait bien l’instituteur commenter son Manuel aux adultes. L’instruction et l’éducation, à la fois droit du citoyen et devoir de la république permettront à cette dernière de réaliser son principe d’égalité, condition concrète de la fraternité. Finalement, la hantise de Renouvier est de mettre un terme à l’ignorance en formant des « citoyens éclairés »169. En cela ce républicain de l’avenir ne peut entièrement se départir d’une conception capacitaire de la citoyenneté.

  • 170 E. Pouthas, Démocratie et capitalisme, in Histoire générale, tome XVI, Paris, 1961, PUF, p. 430.
  • 171 Simple philosophie de l’histoire pour Quinet, elle est un idéal perdu pour J. Simon.
  • 172 Discours de J. Ferry, du 30 août 1885, op.cit., tome 7, p. 55 : "Messieurs, quand on vit sous la s (...)
  • 173 Il consiste à incorporer au républicanisme certaines idées socialistes et l’essentiel de l’idéolog (...)
  • 174 La démocratie, op.cit., p. 19.
  • 175 En 1860, cette stratégie s’avère novatrice puisqu’elle annonce l’Union Libérale, point de rencontr (...)

62En définitive, l’idéalisme qui sature la pensée politique de Vacherot subordonne, à l’instar de Kant et de Renouvier, la politique à l’exigence morale en formulant un républicanisme de caractère éthique. Il est vrai qu’à l’époque l’idée républicaine apparaît comme une "doctrine"170 sur la défensive maniée de manière plus ou moins innocente171 ; ce qui incite Vacherot à théoriser la démocratie de manière abstraite en rêvant à un régime parfait. D’ailleurs quelques décennies plus tard, J. Ferry légitime cette quête d’absolu par le contexte politique de l’époque172. Sur le terrain de l’histoire des idées politiques, le syncrétisme de Vacherot173 qui le conduit à affirmer qu’il appartient à "l’école démocratique libérale"174 fait de lui un éclectique de la liberté dont la pierre de touche est la légitimité démocratique. La liaison qu’il préconise avec les libéraux monarchistes dès 1860 était prometteuse175 puisque ce fut la conjonction des centres orléaniste et républicain qui permit de fonder la république.

***

  • 176 Biais « Renouvier » in Dictionnaire de la République op.cit., p 1526 « Renouvier tente de dégager (...)
  • 177 Vacherot est beaucoup plus critique à l’égard du socialisme, cf. Ganzin, la République sous l’Empi (...)

63Somme toute, il est parfaitement légitime de rapprocher ces deux penseurs ne serait-ce que parce que ces deux philosophes de type kantien, qui par moments cèdent à l’utopie, déduisent le politique de leur idéal philosophique et imbriquent la morale dans la politique. Qui plus est, l’œuvre de ces deux éclectiques de la liberté176 qui conjugue à des degrés variables libéralisme et socialisme177 est parcourue par une thématique similaire : l’éducation du citoyen. D’ailleurs, le leitmotiv de l’impératif d’une instruction inséparable de l’éducation de l’homme et du citoyen laisse penser que Vacherot a lu, médité, voire même intégré le Manuel de Renouvier.

  • 178 À propos de l’élection de Louis Napoleon Bonaparte à la présidence de la République in (Questions (...)

64On ne saurait toutefois occulter les divergences indéniables qui résultent notamment du moment historique dans lequel s’inscrit leur œuvre. En effet, un abîme sépare la république triomphante du Manuel, de La démocratie de Vacherot qui révèle une idée républicaine en exil intérieur, sur la défensive. Par ailleurs, l’apport essentiel de Vacherot tient à une réflexion neuve sur le rôle de l’État démocratique ainsi qu’à l’analyse souvent pertinente des conditions intellectuelles, sociales et économiques permettant de greffer la démocratie sociale sur une démocratie politique. Or si Renouvier fait sa part à cette démocratie, son ambition avant tout pédagogique l’incite à concentrer ses réflexions sur le citoyen. Toutefois les deux démarches se complètent et leurs divergences qui, le plus souvent, résultent de cette différence d’approche éclairent le bouillonnement d’idées ainsi que les avancées idéologiques qui parcourent la mouvance républicaine vers le milieu du xix siècle. On est donc loin du constat désabusé auquel se livrait, en décembre 1848, G. Sand qui écrivait « il est jeune l’enfant roi ; il a les travers de son age »178.

65A la suite de Hume, qui avait critiqué dans la démocratie antique la distinction entre homme libre et esclave excluant en fait la majorité de la population de la pratique démocratique, les deux philosophes, littéralement dominés par cette dialectique sujet- citoyen éprouvent l’obsession de former des citoyens éclairés, dignes et libres par opposition à des sujets préparés à la soumission politique par la morale religieuse.

  • 179 Organisation Communale et Centrale, op.cit., p. 100.

66Tous deux ont l’objectif de parachever la Révolution en rejetant clairement la violence à laquelle était liée l’idée révolutionnaire mais leurs préoccupations sont différentes. Renouvier qui accorde la priorité à l’instituteur en fait la pièce maîtresse de son système et centre logiquement sa réflexion sur la réalisation des promesses de la Révolution par l’éducation laïque. À cet égard, la référence à Lakanal, qui, à la Convention déclarait « jusqu’au jour où vous aurez organisé l’instruction publique, ne regardez pas la Révolution comme sauvée179 » est révélatrice.

  • 180 S. Bernstein et O. Rudelle, Le modèle républicain, P. U. F., Paris, 1992.
  • 181 L. Gambetta, Discours T I, op.cit., pp. 422-423, 5 avril 1870.

67L’ambition de Vacherot de parachever la grande espérance de 1789 est différente : la fondation de la démocratie idéale implique tout à la fois l’éducation du citoyen et la démocratie sociale. Républicain de l’avenir, toute sa thématique participe à ce qui deviendra "le modèle républicain"180. En cela il ouvre la voie aux préoccupations des pères fondateurs de la république et à la célèbre formule de Gambetta "la république est une forme qui emporte et résout le fond"181

  • 182 M. Agulhon, 1848, Greaphis, Paris, 2002, p. 25 « La panacée c’est le suffrage universel plus la co (...)
  • 183 J. Barni, Manuel Républicain, Baillière, Paris, 1872

68En définitive, les deux philosophes se rejoignent en estimant que l’instruction et l’éducation fondées sur la raison ont vocation à faire de l’école la « panacée »182, l’instrument fondamental de la modernité républicaine. En établissant un lien entre l’instruction, l’éducation et la souveraineté nationale, ils conçoivent, par strates, entre 1848 et 1860, cette instruction et cette éducation comme les conditions de la réalisation de cette souveraineté nationale. Ils annoncent ainsi le manuel de J. Barni183 et le credo de la Troisième République selon lequel ce droit du citoyen et ce devoir de la république suffit pour mettre le peuple en état de faire bon usage de cette souveraineté nationale.

Notes

1 Aristote Politique 1, 1275, a 22 et 1,1275, b 18.20.

2 A. Lefèbvre-Teillard, Citoyen, Droits, Révolution Française et le Droit, n. 17, p. 33-42, remarque que si le droit romain attachait à la qualité de citoyen des droits civils et politiques, sous l’Ancien Régime, ce terme, devenu synonyme de regnicole, est réduit à son acception civile aussi bien par Bodin que par d’Aguesseau ou par Pothier. Seuls l’Encyclopédie (citoyen) et Rousseau envisagent l’acception politique qui va triompher sous la Révolution et occulter l’acception civile.

3 Encyclopédie, 1751 verbo citoyen t III, p 488-489.

4 ibid., verbo : liberté politique, t IX, p 472.

5 M. Walzer Citizenschip in T. Ball J. Farr & R.L. Hanson « Political innovation and conceptual change », Cambridge university press, 1989, définit le citoyen comme le « Membre d’une communauté politique doté de prérogatives et chargé de responsabilités attachées à cette appartenance ». Il convient d’ajouter que ce sujet de droit, doté du droit de vote s’inscrit dans une communauté nationale, légitime, et démocratique.

6 Condorcet, Rapport et Projet de Décret sur l’Organisation Générale de l’Instruction Publique, 20 et 21 avril 1792.

7 Rabaut Saint-Étienne, le 21 décembre 1792, Projet d’Éducation Nationale, flotte quelque peu sur la distinction entre instruction et éducation.

8 Cf. M.C. Biais, « Au principe de la République, le cas Renouvier », Gallimard, Paris, 2000 et Ch. Renouvier in « Dictionnaire critique de la République », V. Duclert & C. Prochasson, p.p. 1255-1257, Flammarion, Paris, 2002.

9 Etant donné que le gouvernement avait décidé de généraliser l’instruction primaire obligatoire, le ministre demanda aux recteurs de « courts manuels par demandes et par réponses sur les droits et les devoirs des citoyens ».

10 Manuel Républicain de l’Homme et du Citoyen, Slatkine, Reprints, Genève, 2000.

11 Librairie républicaine de la liberté de penser, Paris 1851.

12 Agrégé en 1833, Docteur en 1836 avec une thèse consacrée à “la théorie des premiers principes suivant Aristote”. Il remplace V. Cousin à la Sorbonne en 1839. Il publie “la métaphysique et la science”, Paris, Chamerot, 1858 ; 2 vols, “La religion”, Paris, Chamerot, 1869 ; “La science et la conscience”, Paris, Bailliere, 1870.

13 Publiée par F. Chamerot, 1859. La 2e édition fut publiée par A. Lacroix, Van Meenen, Bruxelles, 1860. Toutes les références se rapportent à cette seconde édition.

14 En dépit de la brillante défense d’Emile Ollivier, alors républicain, le tribunal correctionnel de Paris le condamne en janvier à 1000 francs d’amende et à un an de prison pour ses attaques contre la constitution, la propriété et pour sa prédiction selon laquelle le gouvernement despotique ferait nécessairement place à la démocratie. Gazette des tribunaux, 6 janvier 1860 : “En ce qui touche le délit d’attaque contre les droits et l’autorité que l’Empereur tient de la Constitution, et d’excitation à la haine et au mépris du gouvernement... attendu que la pensée constante de l’auteur est de décrier le gouvernement monarchique et spécialement le gouvernement impérial en le représentant comme un système de despotisme qui n’aura qu’un temps et fera place à la démocratie pure... attendu que le dit écrivain... excite à la haine et au mépris de son gouvernement en disant que... l’élection populaire cessant d’être libre n’est plus qu’une vaine fiction... attendu en conséquence que sur ce premier chef la prévention est suffisamment établie ; en ce qui touche le délit d’attaque contre le principe de la propriété... attendu que quelques absurdes et insensées que puissent être de pareilles théories, elles n’en contiennent pas moins des attaques contre le principe de la propriété qui peuvent être dangereuses pour l’ordre social. En conséquence attendu que sur ce second chef, la prévention est suffisamment établie... par ces motifs condamne Vacherot...”.

15 Sur l’appel interjeté par Vacherot, la Cour impériale de Paris le débouta dans un arrêt du 29 février 1860 mais réduisit la peine de prison à trois mois.

16 La politique rationnelle, œuvres complètes, Τ XXXVII, p 362 1830.

17 G, Garonne, PH Buanarotti et les révolutionnaires du xix siècle, Paris, 1975, p, 139.

18 Souvenirs, Gallimard, Paris, 1964, II partie, ch. IV, p. 158 « le matin de l’élection, tous les électeurs...se réunirent devant l’église...se mirent à la file deux par deux... Nous étions en tout 170. Arrivés au haut de la colline qui domine Tocqueville, on s’arrêta un moment ; je sus qu’on désirait que je parlasse... Je rappelai à ces braves gens la gravité et l’importance de l’acte qu’ils allaient faire ; je leur recommandai ... de rester ensemble, chacun à son rang, jusqu’à ce qu’on eut voté...Ils crièrent qu’ainsi ils feraient et ainsi ils firent. Tous les votes furent donnés en même temps, et j’ai lieu de penser qu’ils le furent presque tous au même candidat »

19 Adresse du 15 mars 1848 in Bulletin de la République, n°2.

20 15 février 1849.

21 Passé, Présent et Avenir de la République, p. 247-248.

22 Cf. M David, Le printemps de la fraternité, 1830-1851, Aubier, Paris, 1992, p 261-265

23 Article du 8 juin 1855 in Newe oder Zeitung.

24 M David, La Souveraineté du peuple, PUF, Paris, 1996 ; p. 221-227

25 Manuel républicain, op.cit., p. 65.

26 Ibid., p. 64.

27 Ibid. p. 242.

28 Ibid., p. 66.

29 Organisation Communale et Centrale de la république, Lacour, Montpellier, 2000, p. 2 « On s’aperçoit, et la chose est évidente de soi, que le peuple qui délègue ses pouvoirs les perd, que des représentants investis d’une autorité vague, immense, et cela pour un temps très long ou même indéfini... dont les intérêts sont nécessairement distincts de l’intérêt général, sont ou deviennent fatalement des usurpateurs. Nous avons eu sous les yeux deux assemblées... qui avouaient nominalement la souveraineté du peuple et qui cependant se disaient souveraines et qui agissaient comme tel. ».

30 ibid., p. 5.

31 M. Agulhon 1848, ou l’Apprentissage de la République, Seuil, Paris, 1973, p. 207.

32 La démocratie, op.cit., p. 175. “Toutes ces libertés dont on veut le gratifier ne diminuent en rien la servitude qui est la conséquence de la fatalité économique [...] Donc les amis de la démocratie n’ont rien fait tant que la science économique n’aura pas mis le peuple en mesure d’exercer sa souveraineté”.

33 Ibid. p. 344.

34 Ibid. op.cit., p. 343. Il admet toutefois que ce mode de suffrage est également un expédient ingénieux permettant d’atténuer ou de corriger l’incapacité du corps électoral, La démocratie, op.cit., p. 342.

35 Dans une monarchie absolue, le pouvoir législatif, à supposer même qu’il ait une origine populaire, se borne à enregistrer les volontés du prince. Inversement, dans un régime aristocratique, l’assemblée est bien souveraine, mais elle est élue au suffrage restreint, ibid., p. 341.

36 La démocratie, op.cit., p. 342-343.

37 Ibid. p. 343. Sur ce terrain, il reçoit le renfort de Spuller, de Gambetta et de Jules Ferry. Spuller note que le suffrage universel est passé à l’état de fait, Histoire parlementaire de la seconde république, Paris, 1891, Alean, p. 20.
L. Gambetta, Discours et plaidoyers, Paris, 1881, Τ I, p. 254. Discours du 19 avril 1870 : "C’est pourquoi je dis que le suffrage universel, émancipé, devenu majeur, éclairé par la raison, est seul capable de constituer le gouvernement qui s’imposera au respect de tous" ; J. Ferry, La lutte électorale en 1863, in Robiquet, Discours et opinions de J. Ferry, Paris, A. Colin, tome 1, 1893, p. 44 : "le suffrage universel n’est pas seulement une institution sacrée et souveraine. C’est toute une politique et presque un symbole. Il n’est pas seulement le fait, le droit et la justice, il est aussi inévitable. Il est tout le présent, il est tout l’avenir. Le suffrage universel est l’honneur des multitudes, le gage des déshérités, la réconciliation des classes, la vie légale pour tous".

38 La démocratie, op cit., p. 344.

39 Manuel, op.cit., p. 66.

40 Ibid. p. 305, article 32 de la Déclaration des Droits et des Devoirs de l'Homme et du Citoyen.

41 Ibid. op.cit., p. 248.

42 Préface de l'Organisation Communale et Centrale de la République, op.cit. p. 1,

43 Organisation Communale et Centrale de la République, op.cit., p. 2.

44 Ibid. p. 412.

45 La démocratie, op.cit., p. 342.

46 Ibid. p. 175.

47 Ibid. p. 342.

48 Ibid.

49 La démocratie, op.cit., p. 345.

50 Poème dramatique en vers, Bruxelles, 1853.

51 Mémoires de ma vie, Paris, Plon 1962, tome 4, (1841-1851), p. 392 : "Il n'est pas vrai que sereinement entendu, sagement organise il dégénère nécessairement en simulacre d'élection. Quand le suffrage universel est libre, quand il est entoure de garanties suffisantes, il est au contraire, parmi les divers modes d'élections un des moins expose a de mesquins résultats".

52 Manuel, op. cit., p. 311.

53 Ibid., p. 125 & 304.

54 IBID. p. 129.

55 Ibid. p. 312.

56 Manuel, op.cit, p. 151, sq. Elle comporte la liberté de conscience, d’écriture, d’impression, la liberté individuelle, politique et d’association.

57 Ibid. p. 96. « Si le fruit du travail de l’homme était à la république au lieu d’être à lui... l’homme ne serait pas loin d’être l’esclave de la République. Il lui devrait sa subsistance et n’aurait la liberté de vivre que par elle ».

58 Ibid. p. 204 « La république ne veut pas la parfaite égalité des conditions, parce qu’elle ne pourrait l’établir qu’en dépouillant les citoyens de leur liberté ».

59 Ibid. p. 205.

60 Ibid. p. 110-111 « La fraternité est un sentiment qui nous porte à ressentir tous les mêmes joies et les mêmes peines comme si les hommes ne faisaient qu’un. Ainsi ceux-là sont des frères qui veulent partager les souffrances des uns et des autres et qui dirigent leur force à se rendre heureux mutuellement. Soulager de leurs fardeaux, les travailleurs dont la vie, est la plus dure, instruire les ignorants, ramener au sentiment du bien les coupables que la misère ou l’injustice ont égarés, voilà des actes de fraternité ».

61 Ibid. p. 30.

62 Ibid. p. 206.

63 Ibid. p. 125.

64 Ibid. p. 126.

65 Ibid.

66 Ibid. Article 33 de la Déclaration des Droits, p. 305.

67 Ibid, Article 32 de la Déclaration des Droits de Renouvier.

68 Ibid. p. 61.

69 Ibid. p. 123.

70 Ibid., p. 126

71 Ibid., ρ 304, article 23 de la Déclaration des Droits de Renouvier.

72 Ibid article 25, p. 304.

73 Ibid. p. 127.

74 Ibid. p. 121 « L’autorité la plus visible est celle qui gouverne l’État, cependant au-dessus de cette autorité, il y en a une autre : c’est celle qui fait les lois. Je voulais vous désigner ces deux autorités sous un seul nom. Toutes deux viennent du peuple et commandent au peuple ».

75 Ibid. p. 123.

76 Ibid. p. 124.

77 Encore à la fin du régime, le républicanisme qui progressivement fait preuve de sa vitalité. Il se décompose en une série de strates dont les objectifs sont très divergents. De fait, l’hétérogénéité du camp républicain, partagé entre extrémistes et modérés, est la règle sous l’Empire. Si les républicains retrouvent une unité sur le pilier du futur régime : le suffrage universel, c’est l’idée de liberté qui leur assure une certaine homogénéité et les rapproche des libéraux. C’est sur cette toile de fond que s’insère E. Vacherot.

78 l’Empereur avait déclaré que le propre de la démocratie était de s’incarner dans un homme cf. M. Ganzin, "La monocratie Bonapartiste : une idéologie ?", in Actes du Colloque de Bastia, AFHIP-III, Aix-en-Provence, PU AM, 1985, pp. 77-78.

79 La démocratie, op.cit., p. 9.

80 Ibid.

81 Ibid. p. 20. "S’il est vrai que les grands révolutionnaires qui, en 1793, ont fait un si terrible abus de la souveraineté populaire... nous répudions énergiquement cette dangereuse tradition et nous nous séparons sans retour de cette fraction de l’école démocratique qui, tout en flétrissant les excès, et les crimes de la révolution, acceptent la théorie de l’omnipotence de l’autorité populaire".

82 Ibid. p. 344.

83 Vacherot ne pouvait donc éviter de la situer dans l’histoire. De ce fait, il était forcé de s’intéresser au régime impérial ainsi qu’aux régimes qui l’avaient précédé. Scindant l’histoire en périodes, il précise que la monarchie ou l’aristocratie correspondent à l’enfance de l’humanité et représentent des formes dépassées se débattant dans l’alternative anarchie servitude. Quant aux autres régimes tels que la monarchie tempérée ou le régime mixte, ce sont, en vertu de la loi de progrès, des formes nécessairement transitoires qui n’ont que la fonction de préparer l’avènement inéluctable du peuple.

84 La démocratie, op.cit., p. 164, 165 et 251.

85 Des conditions nécessaires à la légalité des États généraux, s.l., 1788, in Œuvres, Paris, Fayard, 1989, t. I, p. 70.

86 Ibid. p. 39.

87 Ibid. p. 35.

88 Ibid. p. 56.

89 Ibid. p. 64.

90 Ibid. p. 55.

91 Ibid. p. 53.

92 Ibid. p. 378.

93 Ibid. p. 19.

94 Ibid. p. 18.

95 Ibid. pp. 367 et 377.

96 Ibid. p. 377.

97 Ibid. pp. 337 et 339.

98 E. Laboulaye, Questions constitutionnelles, reprints Université de Caen, 1993, préface, pp. IV à VI.

99 Manuel, op.cit., p. 63.

100 Ibid, et p 250.

101 Ibid. p. 249.

102 Ibid., p. 286 et 312.

103 Ibid., p. 260.

104 Ibid., p. 251.

105 Ibid., p. 251.

106 Ibid., p 248.

107 Ibid., p. 260. Cet impôt introduira conformément à la fraternité, l'égalité dans le sacrifice.

108 Ibid., p 288.

109 Ibid. p.304.

110 La democratie, op.cit., p. 10 et p. 18.

111 Ibid. p. 372.

112 Ibid. p. 10.

113 Ibid. p. 32.

114 La démocratie, op.cit., p. 64.

115 En effet, le capitalisme et le patronat se sont montrés impuissants à modifier l’état de choses existant. Etant donné, par ailleurs, qu’on ne peut indéfiniment fragmenter la propriété immobilière, la solution réside du côté de l’association.

116 Ibid., p. 369.

117 Ibid., p. 176.

118 Ibid., p. 106.

119 Les deux penseurs ne font aucune référence à la loi Guizot du 28 juin 1833 qui crée une école primaire dans chaque commune, une école primaire supérieure dans chaque chef-lieu de département et dans chaque ville de plus de 6000 habitants. La loi crée par ailleurs une école normale dans chaque département.

120 Manuel, op.cit., p. 66.

121 Organisation Communale et Centrale, op. cit., p. 38.

122 La démocratie, op.cit., p. 104.

123 Ibid., p. 112.

124 Ibid., p. 65.

125 Manuel, op.cit., p. 207 et 216.

126 La démocratie, p. 106 ; Vacherot remarque que cet enseignement coûtera cher à l’État mais dans une démocratie, le budget de l’éducation a le pas sur tous les autres.

127 Ibid., p. 285.

128 Ibid., p. 106.

129 Organisation Communale et Centrale, op.cit., p. 139.

130 Ibid., p. 215.

131 Les divergences républicaines résident simplement dans l’étendue des obligations reconnues au pouvoir social. Sorre, "Les pères du radicalisme", RFSP, 1951, n°1, p. 489 et Cl. Nicolet, L’idée républicaine en France, Paris, 1982, NRF, pp. 155-156.

132 La démocratie, op.cit., p. 262. Ainsi sur le terrain moral il protège le libre exercice du culte, la liberté de conscience et la libre activité de la personne, ibid., p. 268.

133 La démocratie, op.cit., p. 273. En effet l’État ouvre les écoles publiques, rend l’instruction obligatoire, dispense un enseignement qui ne doit choquer ni les croyances ni les sentiments des familles, détient la collation des grades enfin, surveille et inspecte les établissements privés, ibid. p. 263.

134 Ibid., p. 279.

135 Ibid.

136 Ibid., p. 269. Dans l’esprit de Vacherot, la laïcité est une arme de philosophie républicaine, mais ce n’est pas un concept agressif puisqu’il précise qu’il s’agit de ne pas choquer les croyances et les sentiments des familles.

137 Manuel, op.cit., p. 314.

138 Manuel, op.cit., p. 217 et 314, « La République ne sera pas nécessairement chargée de la totalité de l’enseignement public ; mais elle sera tenue d’offrir l’instruction gratuite... aux enfants qui ne la reçoivent point d’ailleurs, et l’éducation civique à tous sans distinction. ».

139 Ibid., p. 215.

140 L’enseignement général, qui fait une large place à la morale, repose sur une école primaire dans chaque commune, de manière à être à la portée de tous. Il se poursuit jusqu’à la majorité avec un enseignement primaire supérieur qui se situe dans le cadre du canton. Toutefois, la démocratie reconnaît les supériorités naturelles : la véritable aristocratie a besoin d’une élite intellectuelle destinée à occuper les fonctions supérieures. Il est donc nécessaire d’installer dans chaque chef-lieu de département un enseignement classique dispensé par un collège ou un lycée, de manière à dégager une aristocratie de vertu qui pourra, enfin, accéder aux Facultés, incontestablement plus démocratiques que les grandes écoles, La démocratie, op.cit., p. 116, 126, 122, 121, 129.

141 Ibid. p. 113. Vacherot précise, p. 120, que cet enseignement professionnel comporte dans chaque commune une école d’agriculture, une école d’arts et métiers par canton, une école d’industrie au chef lieu du département.

142 Il valorise les sciences, les langues vivantes, l’économie, la morale, la philosophie et l’éducation civique.

143 Organisation Communale et Centrale, op.cit., p. 109.

144 Ibid., p. 136- p. 144, L’enseignement est ventilé entre un enseignement général et un enseignement spécial. L’enseignement général ou primaire est ouvert à tous les futurs citoyens de 9 à 12 ans et se poursuit dans les collèges d’enseignement général. La république organise par ailleurs dans des collèges d’enseignement spécial une instruction alliant théorie et pratique.

145 La démocratie, op.cit., p. 369.

146 Ibid., p. 369, 372-375, 131, 129. Ainsi le corps le plus démocratique, l’université, respecte bien l’égalité formelle en recrutant par concours mais, dans la réalité, les frais d’éducation avantagent outrageusement la bourgeoisie et pénalisent les enfants du peuple. Il en est de même du recrutement des écoles spéciales créées par la révolution qui s’opère essentiellement dans un vivier bourgeois ; ce qui, d’ailleurs, prive les facultés des meilleurs éléments et révèle la centralisation de l’éducation.

147 Le plan de Renouvier prévoit des bourses pour aider les familles pauvres ainsi qu’une formation permanente pour les adultes. Quant à Vacherot, La démocratie, op.cit., p. 370, il préconise la suppression des frais d’inscription pour les enfants du peuple dans les Ecoles de droit qui préparent à la magistrature.

148 Manuel, op.cit., p 218-219.

149 Les jacobins qui souhaitent à l’image de Robespierre « saisir les enfants à l’époque où ils reçoivent des impressions décisives », tentèrent d’éduquer le peuple en s’attachant à inculquer au futur citoyen une morale républicaine notamment à l’aide d’une histoire revue par les révolutionnaires et de catéchisme. Cf. P. Beurdeley « les catéchismes révolutionnaires », Paris, 1893. Il cite (p. 47-48) : « Le Manuel républicain, ouvrage destiné à l’éducation des enfants... enrichi... des exemples d’héroïsme, de désintéressement et de vertu pris dans la Révolution française ». Présenté à la Convention au nom du Comité d’instruction publique par L. Bourdon, député du Loiret Paris, an II de la République, B.N. LN’ 39. Cet ouvrage est composé de cinq numéros adoptés par la Convention. N°1, A.P., t 88, p. 99, (3 avril 1794) ; n°2, t. 89, p. 557 (2 mai 1794) ; n°3, t 90, p. 166 (8 mai 1794) ; n°4, t 90, p. 482 (20 mai 1794) ; n°5, t 91, p. 203 (1er juin 1794).

150 Cf. supra.

151 ibid., p 100.

152 Manuel, op.cit., p 311 « la vertu de la morale républicaine, morale qui n’est autre que la forme sociale de la morale chrétienne... »

153 Ibid. p. 299-300., « Nous fonderons la Sparte chrétienne, la Jérusalem chrétienne... dont le Christ ne dédaignerait pas de se dire citoyen » ; ibid., p. 231 « Vous avez tellement élevé mes idées en me parlant de la république et de la morale républicaine que je crois sortir des ténèbres et voir le jour pour la première fois. ».

154 Ibid., p. 104.

155 Ibid., p. 119.

156 Ibid., Manuel, op.cit., p. 120.

157 La démocratie, op.cit, p. 134.

158 Ibid., p. 118.

159 La démocratie, op.cit., p. 88.

160 Ibid., p. 94, 95, cf. infra.

161 La démocratie, op.cit., p. 55 et p. 113. Gambetta partage le même point de vue en 1869 et note l’incompatibilité entre la démocratie et les classes sociales, Discours et plaidoyers politiques, publiés par J. Reinach, Paris, 1881, tome 1, lettre du 28 juillet 1869, p. 428-436.

162 La démocratie, op.cit., p. 54.

163 Ibid., p. 165.

164 Ibid., p. 56.

165 Ibid., p. 64.

166 Ibid., p. 146-147.

167 Lettre du 16 juin 1848, de Michelet à Béranger, J. Michelet, Journal, Tome I p. p. 928-929, texte publié par P. Viallaneix, Gallimard, Paris 1959. « Je disais, en décembre 1847 : la presse n’atteint pas le peuple. En effet vous le voyez, elle est en ce moment d’un côté et les masses de l’autre...Les masses ne savent pas lire...Il faut que la république agisse sur ces masses pour exiger la lecture...Les journaux, bibliothèques circulatoires, écoles d’adultes etc. agiront mais à la longue ».
Michelet propose alors un plan de propagande politique : des clubs de lecture publique, l’affichage de bulletins en gros caractères et coloriés ainsi que le colportage de chansons d’inspiration patriotique.

168 « L’enseignement du peuple », Hachette, Paris, 2001.

169 Manuel, op.cit., p. 305.

170 E. Pouthas, Démocratie et capitalisme, in Histoire générale, tome XVI, Paris, 1961, PUF, p. 430.

171 Simple philosophie de l’histoire pour Quinet, elle est un idéal perdu pour J. Simon.

172 Discours de J. Ferry, du 30 août 1885, op.cit., tome 7, p. 55 : "Messieurs, quand on vit sous la servitude et je vois ici des jeunes gens qui ne savent pas, qui ne sauront jamais ce que c’est que la servitude comme nous l’avons su nous, que le despotisme impérial avait saisi au sortir du collège, quand on vit, je le répète sous la servitude, on se laisse aller aisément à rêver d’un gouvernement idéal, on se console dans la recherche de l’absolu.".

173 Il consiste à incorporer au républicanisme certaines idées socialistes et l’essentiel de l’idéologie politique libérale.

174 La démocratie, op.cit., p. 19.

175 En 1860, cette stratégie s’avère novatrice puisqu’elle annonce l’Union Libérale, point de rencontre de tous les amis de la liberté. Ce rapprochement entre républicains et libéraux monarchistes, (perceptible dans les œuvres de De Broglie (1859) ou de Laboulaye (1863).

176 Biais « Renouvier » in Dictionnaire de la République op.cit., p 1526 « Renouvier tente de dégager une voie médiane, à distance des dérives de l’individualisme libéral comme du socialisme autoritaire en prenant partie pour une république sociale et décentralisée »

177 Vacherot est beaucoup plus critique à l’égard du socialisme, cf. Ganzin, la République sous l’Empire : La Démocratie idéale de E. Vacherot, CERHIIP XII, PUAM, Aix, 1997.

178 À propos de l’élection de Louis Napoleon Bonaparte à la présidence de la République in (Questions politiques et sociales, Paris, 1879, p. 291

179 Organisation Communale et Centrale, op.cit., p. 100.

180 S. Bernstein et O. Rudelle, Le modèle républicain, P. U. F., Paris, 1992.

181 L. Gambetta, Discours T I, op.cit., pp. 422-423, 5 avril 1870.

182 M. Agulhon, 1848, Greaphis, Paris, 2002, p. 25 « La panacée c’est le suffrage universel plus la conscience politique, le suffrage universel plus l’éducation du peuple, en un mot le suffrage universel plus l’école de J. Ferry. Quoiqu’on en dise c’est bien de la seconde République qu’est sortie la IIIe en ce qu’elle eut d’essentiel ».

183 J. Barni, Manuel Républicain, Baillière, Paris, 1872

Auteur

Professeur à la Faculté de Droit et de Science Politique d’Aix-Marseille

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540