Version classiqueVersion mobile

Sujet et citoyen

 | 
Michel Ganzin

Du sujet d’ancien régime au citoyen révolutionnaire

Citoyen et nationalité dans la pensée politique de Melchiorre Gioia (1767-1829)

Giorgio La Rosa

Texte intégral

  • 1 Ettore A. ALBERTONI, « Aspetti del pensiero politico di Melchiorre Gioia », Melchiorre Gioia 1767- (...)

1Dans le panorama italien, sur le plan intellectuel et politique, Melchiorre Gioia a été l’une des figures les plus remarquables de la période historique qui va de l’entrée des années françaises dans la Péninsule, à la fin du xviiie siècle, jusqu’à l’époque de la Restauration. Essayiste, journaliste, polémiste, fonctionnaire napoléonien, Gioia a été aussi un savant spécialiste de la société : il a été, en effet, l’un des plus brillants pionniers de la statistique. Cependant, il ne faut pas penser à cette science selon l’acception actuelle du mot ; à l’époque, on entendait par “statistique” la description et le classement des aspects économiques et des phénomènes sociaux d’un territoire donné. Et avec plus de précision, “la ‘statistique’ était (...), pour le savant de Plaisance, la synthèse d’une somme importante de données ayant pour but une meilleure connaissance de la réalité d’une aire géographique en vue d’éventuelles interventions calculées et équilibrées”1. Dans ses nombreuses activités, Gioia garda toujours un esprit fortement individualiste et une nette indépendance de jugement. Afin de mieux comprendre les éléments intellectuels sur lesquels Melchiorre Gioia base sa conception politique du “Citoyen”, il ne sera pas inutile de parcourir rapidement les étapes principales de la vie de ce penseur et de faire allusion à ses ouvrages les plus significatifs.

  • 2 Cfr. Giorgio FIORI, « La famiglia e il periodo piacentino di Melchiorre Gioia : contributo biograf (...)
  • 3 Cfr. Robertino GHIRINGHELLI, Idee, società ed istituzioni nel Ducato di Parma e Piacenza durante l (...)
  • 4 Robertino GHIRINGHELLI, « La formazione di Melchiorre Gioia nella Piacenza di fine Settecento : gl (...)

2Gioia est né à Piacenza (Plaisance) en 1767. Orphelin dès son plus jeune âge, il embrasse la carrière ecclésiastique sous l’impulsion de son oncle maternel, Giovanni, qui était juriste2. Pour cette raison, il entre dans le séminaire da sa ville natale, le célèbre Collegio Alberoni, où il reste pendant neuf ans3. Cette longue période est extrêmement importante pour la formation intellectuelle de ce penseur. En effet, dans ce séminaire, foyer significatif de les Lumières catholiques, le corps enseignant s’efforçait de concilier la foi catholique avec les conquêtes les plus avancées de la culture laïque de l’époque. Les enseignants de Gioia ont laissé par écrit la définition de ce qu’ils entendait par “vero filosofare” (“philosopher véritablement”), c’est-à-dire “l’habitude à affronter les problèmes et les passions de l’homme en société ‘en ayant recours à la raison et à l’expérience’”4. Melchiorre Gioia hérite, donc, par ses études, d’un penchant net pour les sciences expérimentales, appliquées à la nature et à la vie de l’homme en société.

  • 5 Le texte de cette dissertation, avec ceux des autres participants au concours, a été republié en 1 (...)

3Lorsque les troupes françaises conquirent l’Italie du Nord, Gioia, désormais ordonné prêtre, eut l’occasion de mettre en évidence ses sympathies révolutionnaires et antimonarchistes. En 1797, il gagna, en effet, le concours que l’Administration Générale de la Lombardie avait annoncé, avec le mémoire intitulé “Quale dei governi liberi meglio convenga alla felicità dell’Italia” (“De tous les gouvernements libres, lequel convient mieux au bonheur de l’Italie”)5. Mis en prison par son souverain, le Duc de Parme et de Plaisance, Ferdinand de Bourbon, et libéré par intercession de Napoléon, Melchiorre Gioia se déplace à Milan et se défroque. À partir de ce moment et jusqu’à sa mort, qui eut lieu à Milan en 1829, il se consacrera avec passion et avec esprit critique à une activité intense de journaliste et d’essayiste.

  • 6 Carlo CAPRA, « Il giornalismo politico nella Repubblica Cisalpina e nel Regno Italiaco (1796-1814) (...)

4Il collabore à six journaux, tellement importants pour le débat culturel de l’époque qu’ils méritent d’être tous cités, en partant du premier, le “Monitore Italiano” (“Moniteur italien”), fondé par Gioia même avec le grand poète Ugo Foscolo, en janvier 1798 et interdit par les autorités au mois d’avril de la même année. Immédiatement après, au mois d’août 1798, Melchiorre Gioia fonde un nouveau journal, “Il Censore” (“Le Censeur”), qui sera interdit aussi, juste après quatre numéros et toujours à cause de l’attitude trop critique à l’égard des pouvoirs constitués et favorable à l’indépendance des “patriotes” italiens par rapport aux autorités françaises. Au mois de janvier 1799, Gioia, apparemment plus conciliant avec le gouvernement de la République, fonde la “Gazzetta nazionale della Cisalpina” (“Gazette nationale de la Cisalpine”), appuyée, en partie, même par les autorités, qui, malgré cela, ordonnèrent son interdiction le mois suivant et toujours à cause des mêmes critiques avancées par Gioia. Le jour de la suppression de ce journal, Gioia en fondait un autre, avec le soutien économique de quelques citoyens privés : le “Giornale filosofico politico” (“Journal philosophique politique”). Cette fois, cependant, le gouvernement ne se limita pas à faire fermer le journal, mais il fit aussi arrêter Mechiorre Gioia. Après la période napoléonienne, Gioia collaborera, de 1817 jusqu’à sa mort, à la “Biblioteca italiana” (“Bibliothèque italienne”) et, enfin, avec les prestigieux “Annali Universali di Statistica” (“Annales Universelles de Statistique”), périodique avec lequel il commence à collaborer en 1825, un an après sa fondation6.

5Bien que très proche des idées de la Révolution Française, Melchiorre Gioia fut toujours un collaborateur gênant, durant la période de la République Cisalpine ainsi que pendant l’époque napoléonienne. Malgré ses polémiques et ses critiques publiques vis-à-vis des autorités, il réussit quand même à obtenir, de temps à autre, des charges dans l’Administration : la plus importante fut sans aucun doute celle de directeur du bureau de Statistique auprès du Ministère de l’Intérieur du Royaume napoléonien d’Italie ; la nomination eut lieu en 1807. Il fut pourtant pareillement éloigné de cette charge et il fut même exilé en 1809, à cause d’un roman satirique où il critiquait la bureaucratie du Royaume.

  • 7 Franco DELLA PERUTA, « Per la storia della società lombarda nell’età della Restaurazione », Studi (...)
  • 8 Ettore A. ALBERTONI, « Aspetti del pensiero politico di Melchiorre Gioia », cit., p. 33 e p. 46.

6Après la chute du régime napoléonien et le retour des Autrichiens à Milan, l’activité et l’engagement intellectuel de Melchiorre Gioia ne connurent aucun ralentissement ; il publia des écrits allant de l’économie à l’étude de l’éthique et à celle de la société. Gioia parvint, au contraire, à s’assurer l’indépendance économique et, par conséquent, celle qui concerne le jugement aussi, en s’inventant ainsi un rôle d’écrivain-éditeur, figure à mi-chemin entre le pur intellectuel et l’entrepreneur7. Après avoir été emprisonné par les Autrichiens en 1820-1821, il retourna à ses études bien aimées, avec son dernier ouvrage, la “Filosofia della Statistica” (“Philosophie de la Statistique”), publié en 1826, juste trois ans avant sa mort. Ettore A. Alberoni distingue trois périodes dans l’œuvre de Melchiorre Gioia : “des débuts jusqu’à la fin du xviiie siècle ; l’Époque napoléonienne ; la Restauration.” Dans la dernière de ces trois étapes, la “philosophie civile, qui depuis le xviiie siècle transmigrait, avec bien des difficultés, vers le xixe, avait trouvé un véritable maître dans la figure de Gioia”8

  • 9 Gian Domenico ROMAGNOSI, « Elogio storico », Opere edite e inedite di G. D. Romagnosi, Milano, Per (...)

7Il me semble important, maintenant, de s’attarder sur la mentalité de Melchiorre Gioia, ou tout au moins sur certains éléments-clé, qui permettent de mettre en évidence les fondements théoriques et politico-philosophiques de sa conception de citoyen et de nationalité. En premier lieu, il affrontait chaque problème à l’aide d’une méthode mathématique, conséquence extrême d’une mentalité rigoureusement rationaliste. Il est intéressant de remarquer que le grand penseur Gian Domenico Romagnosi (1761-1835), maître de Carlo Cattaneo (1801-1869) et de Giuseppe Ferrari (1811-1876), dans son “Elogio Storico” (“Éloge Historique”), rédigé à l’occasion de la mort de Gioia prend, d’une certaine manière, ses distances de cette méthode, avec ces assertions explicites : “Peut-être que l’habitude à faire recours à la méthode mathématique –qu’il cultivait avec passion, et à laquelle il fit recours parfois mal à propos– rendit ses travaux pratiques non totalement adéquats pour les sciences où non seulement il n’est pas permis de raisonner à l’instant, comme il arrive pour les sciences mathématiques, mais où il convient avant tout de choisir et dépurer l’objet, et où il est impossible de réduire les choses et les forces à des mesures finies, mais où il convient plutôt de subordonner des moyens à des moyens, des fins à des fins, ainsi que l’on puisse finalement trouver les lois de la nécessité et de l’art”9. Au contraire, notre auteur base justement sur cette mentalité arithmétique –qui va l’amener à admirer et à imiter Jeremy Bentham (1748-1832)– un aspect fondamental de la citoyenneté : l’égalité absolue. Les citoyens sont tous rigoureusement égaux : cela dérive de la constatation, si l’on veut faire recours à un paradoxe, du fait que le numéro trente-sept est qualitativement égal au numéro soixante-quatre. Avec ce type de présupposés, il n’y a aucune place pour des différences civiles et pour des privilèges de naissance.

8Le deuxième aspect de la mentalité de Melchiorre Gioia, aspect qu’il faut bien garder en mémoire si l’on veut comprendre sa conception du citoyen, est son attitude expérimentale. Gioia ne cultive pas les sciences naturelles, mais il les connaît et les estime. L’attention aux faits le mène à reconnaître que les hommes ne sont pas tous doués des mêmes facultés par nature ; ces facultés se différencient même toujours davantage à cause des différentes éducations que les hommes reçoivent et qui favorisent ou défavorisent le développement de leurs potentialités naturelles. La conséquence de cette considération empirique n’est pas de la moindre importance : bien que les citoyens soient tous égaux devant la loi et qu’ils possèdent les mêmes droits, tous ne peuvent pas aspirer à certaines positions sociales. Tous ne peuvent pas, par exemple, entrer dans l’Administration Publique parce que, pour occuper ces charges, il faut des qualités spécifiques qui -si on les cultive de manière adéquate- donnent lieu aux compétences nécessaires.

9Le troisième et dernier aspect de l’attitude générale de Melchiorre Gioia vis-à-vis du problème politique de la citoyenneté est l’élément de réflexion éthique. Dans la perspective que nous avons rapidement dessinée jusqu’ici, le citoyen poursuit un but individualiste : Gioia se préoccupe de concilier cette quête de l’intérêt personnel avec la création d’un système de valeurs collectives. Dans cette entreprise, il est aidé par son éducation et par sa foi chrétienne : il faut rappeler que Gioia, bien qu’il ait rudement critiqué la superstition religieuse et bien des positions politiques du Clergé, mourut avec les derniers sacrements en déclarant qu’il ne s’était jamais éloigné de la foi. Cette inspiration sociale d’origine évangélique est d’ailleurs témoignée par l’ouvrage “La causa di Dio e degli uomini difesa dagli insulti degli empi e dalle pretese dei fanatici” (“La cause de Dieu et des hommes défendue des insultes des impies et des prétentions des fanatiques”), publié en 1800. De même, pendant toute sa vie, Melchiorre Gioia fut, de tout temps et de toute manière, intéressé à une perspective de vie sociale, à une dimension d’action même désintéressée, qui atténue l’excessive vision égocentrique du nouveau modèle du citoyen.

10Après avoir analysé dans leurs grandes lignes les aspects principaux de la mentalité et de la manière de se poser face à la réalité de Melchiorre Gioia, il est possible de définir avec une plus grande précision les contours du modèle politique du citoyen qu’il propose. Il faut quand même se souvenir que les préoccupations éthiques de Gioia entraînent que sa conception tourne plutôt autour de la figure du bon citoyen, c’est-à-dire autour d’un modèle qui, s’il n’est pas parfait, penche de toute façon du côté de la perfection.

  • 10 Stuart J. WOOLF, « Melchiorre Gioia (1767-1829): interprete dei suoi tempi », Melchiorre Gioia 176 (...)
  • 11 Cfr. Massimo VIGLIONE, Le insorgenze. Rivoluzione e controrivoluzione (1792-1815), Milano, Ares, 1 (...)

11Nous avons dit que, pour Melchiorre Gioia, les citoyens sont tous rigoureusement égaux face à la loi. Mais dans l’évolution de sa pensée, on rencontre presque tout de suite l’apparition d’un dualisme, lié aux expériences ambivalentes de la Révolution Française. Ces expériences “poussent Gioia à chercher et à approfondir une approche adéquate pour la compréhension du peuple (approche qu’il appliquera, par la suite, à tous les individus) ; d’ailleurs, ces expériences le mèneront à cristalliser sa vision de la société dans un schéma nettement dichotomique. Loin d’être original, ce contraste entre les élites et le peuple s’avère le patrimoine commun de toute la classe dirigeante napoléonienne, du Consulat aussi bien que de l’Empire”10. Pendant l’occupation française de l’Italie du Nord, notre auteur s’aperçut que les couches les plus basses de la société étaient, pour la plupart, rétives à accepter les nouvelles idées révolutionnaires : elles préféraient demeurer fidèles à l’horizon mental de l’Ancien Régime, en se révoltant et en se battant contre les Français aussi bien que contre les Italiens leurs amis et leurs alliés11. Gioia commença aussi à mépriser les nobles propriétaires terriens à cause de leur ignorance : selon lui, les rentes de ces derniers sont injustes et illégales parce que ces propriétaires fonciers ne gagnent pas par leur compétence ce qui constitue leurs revenus.

  • 12 Melchiorre GIOIA, Del merito e delle ricompense. Trattato storico e filosofico, Lugano, Tipografia (...)

12Bref, les citoyens se retrouvent finalement divisés en deux groupes et l’élément qui détermine cette division est l’aspect culturel. Le bon citoyen doit cultiver ses dons intellectuels (s’il en a évidemment) par l’étude et par l’approfondissement constant des sciences utiles. De cette façon, Melchiorre Gioia définit comme idéale une société de notables, qui ont les capacités intellectuelles (et, donc, également le mérite) de produire des richesses ou d’occuper des charges publiques. Il n’est pas difficile d’entrevoir, dès maintenant, une évidente prééminence morale des purs intellectuels, comme Melchiorre Gioia même le dira très clairement dans son ouvrage le plus connu : “l’esprit humain est la somme des pensées de tous les hommes instruits ; c’est le génie ajouté au génie dès le début des siècles jusqu’au présent. Il marche en compagnie du temps ; et pendant que ce dernier détruit les œuvres matérielles, il recueillit les méthodes avec lesquelles on les avait bâties. Le labeur intellectuel, en effet, ne se réalise pas momentanément sur un objet pour disparaître aussitôt, comme le labeur manuel ; mais, tout en restant dans la mémoire, il se fait lumière et guide pour ce qui veulent en profiter : et si les machines qu’emploient les artisans se cassent, et deviennent inutiles après très peu d’années, bien au contraire, les méthodes, les règles, les procès, loin de s’user à cause de l’emploi, deviennent plus solides, plus parfaits et ils s’étendent”12.

  • 13 Melchiorre GIOIA, Del merito e delle ricompense, cit., vol. I, p. 49 ; c’est l’auteur qui souligne (...)

13Notre penseur envisage de devoir corriger, si ainsi puis-je m’exprimer, cette société de notables, où les instances d’utilitarisme et de productivisme dominent, par une habile forme de dosage entre éthique publique et méritocratie. Dans son ouvrage “Del Merito e delle Ricompense. Trattato storico e filosofico” (“Du Mérite et des Récompenses. Traité historique et philosophique”), publié entre 1818 et 1819, Melchiorre Gioia écrit juste au début de cet ouvrage : “les idées qui, dans l’esprit humain correspondent au mot mérite sont, comme chacun le sait, infiniment variées : elles changent d’objet, de degré, de but, de mesure non seulement d’un peuple à l’autre, mais d’une classe à l’autre de la même ville (...). Cependant, parmi tant de notions variées, comme chacun le sait aussi, celle qui obtient le plus grand nombre de suffrages est celle qui réunit ces quatre idées : 1) difficulté surmontée ; 2) utilité produite ; 3) fin désintéressée ; 4) intérêt social. C’est ainsi que l’on considère les actions où ces quatre éléments apparaissent unis au plus haut degré comme des actions extrêmement dignes, c’est-à-dire dignes de l’estime universelle13.

14Les quatre éléments ne démentent pas le productivisme de fond, mais ils atténuent la poursuite de l’utilité individuelle pure et simple par une perspective de valeurs civiles qui devraient mettre les capacités et les efforts de l’individu au service de tout le monde.

15Le citoyen idéal de Gioia ne demeurerait pas, selon cette vision, un atome isolé dans le tissu de la société, poussé uniquement par un mobile égoïste, mais il serait plutôt un individu moralement méritoire, qui cherche, en même temps, son bonheur et celui de la collectivité. Cependant, d’après les quatre éléments qu’on a indiqués auparavant, le mérites intellectuels sont supérieurs à tous les autres, surtout pour ce qui concerne l’extension, l’intensité et la durée des œuvres produites par l’esprit.

  • 14 Pour ce qui est de la position de Melchiorre Gioia économiste et de son opposition aux théories li (...)

16Les remarques que l’on a jusqu’ici avancées se relient de manière efficace aux deux autres aspects du modèle du citoyen idéal : l’attitude éthico-politique des administrateurs publics et l’esprit patriotique de toute la citoyenneté. Pour ce qui est du premier aspect, selon Melchiorre Gioia, l’État doit garder une fonction importante dans le domaine économico-social : son but est celui de favoriser le bonheur de tout le monde. Et pour faire cela, notre auteur n’hésite pas à proposer et à défendre les tarifs protectionnistes, nécessaires pour défendre les manufactures naissantes du Royaume Lombard-Vénitien14.

17Pour ce qui est de l’esprit patriotique, au contraire, celui-ci doit faire partie du patrimoine moral de chaque citoyen. La raison, lorsqu’on l’emploie de manière correcte, montre clairement que, pour jouir des bénéfices qui dérivent de l’égalité, la société ne doit pas se transformer en une réalité de factions en lutte entre elles. Celle-ci est aussi la raison pour laquelle, dans le mémoire avec lequel il emporte le concours de 1797 qu’on a déjà évoqué, Melchiorre Gioia prévoyait pour l’Italie une République unitaire, comme la République française. La raison pousse donc vers une attitude vertueuse, qui parvient à enseigner le sacrifice de sa propre vie pour un plus haut et un plus grand bien.

  • 15 Paolo BOSISIO, « Melchiorre Gioia e il Teatro (con il testo del “Caligola”, tragedia inedita) », S (...)

18Mais un très grave problème demeure : si les populations rurales sont incultes et demeurent attachées aux anciennes superstitions et aux anciennes idées politiques, comment pourront-elles comprendre ce qui est évident pour le citoyen doué de culture ? Melchiorre Gioia propose de faire appel aux sentiments et à l’imagination pour éduquer les citoyens incultes à l’amour de la Patrie. Cette éducation publique (qui est aussi et surtout une quête de consentement) doit se baser principalement sur des spectacles théâtraux écrits et créés exprès pour être compris par la sensibilité du peuple. D’ailleurs, Melchiorre Gioia a rédigé des pièces dès l’époque du séjour au séminaire. Du point de vue théorique, un texte s’avère particulièrement intéressant. Il s’agit de “Memoria” (“Mémoire”), que Gioia présenta, en 1798, à la Commission du Gouvernement de la République Cisalpine, qui était chargée de réorganiser les théâtres publics15.

  • 16 Pour ce qui est de la nouvelle considération sociale concernant les classes émergentes et les affa (...)

19Donc, même dans la question du patriotisme et du sentiment d’appartenance à la Nation, fait son apparition la séparation, typique chez Gioia, entre deux niveaux de citoyens : les bourgeois cultivés et actifs, qui aspirent à devenir classe politique et classe dirigeante, et ceux qui doivent être gouvernés et éduqués presque malgré eux-mêmes. Cette distinction, extrêmement claire dans l’esprit de notre auteur, le pousse même à écrire et à réimprimer plusieurs fois (1802, 1820, 1822, 1827) “Il nuovo galateo” (“Le nouveau galateo”) : dans cet ouvrage, les bonnes manières de la bourgeoisie émergente servent à faire relever, même publiquement, la distance des nouveaux gouvernants par rapport aux anciennes mœurs de la Noblesse vaincue et mise de côté, ainsi que par rapport à la grossièreté de ceux qui n’arrivent pas à s’élever au niveau de la nouvelle classe au pouvoir16.

  • 17 Giorgio, LA ROSA, « La représentation dans la pensée politique d’un jacobin italien : Luigi Angelo (...)

20Pour conclure, il convient de s’attarder sur certains traits fondamentaux des idées de Melchiorre Gioia autour de la figure et du profil politico-social du ‘citoyen’. L’égalité des citoyens et la souveraineté populaire qui en découle sont les bases théoriques de la légitimation du système politique créé en France par la Révolution et qui s’est établi en Italie grâce à l’invasion napoléonienne. Gioia, cependant, s’occupe d’améliorer cette égalité rationnelle (et abstraite) avec le critère, “historique et philosophique” cette fois-ci, de la méritocratie : de cette manière, Gioia légitimait la distinction entre citoyens (les cultivés et les ignorants, les bien élevés et les grossiers, les entrepreneurs et les ouvriers, les gouvernants et les gouvernés), autour de laquelle idéalement pivotait le système politique libéral et bourgeois du xixe siècle, qui se basait sur une attitude de fond théoriquement ‘aristocratique’ (littéralement, c’est-à-dire ‘gouvernement des meilleurs’) et pratiquement oligarchique (c’est-à-dire concernant l’ensemble des notables). Comme l’avait déjà fait Luigi Angeloni (1759-1842), son contemporain17, Melchiorre Gioia aussi finit par se présenter lui-même comme modèle du citoyen idéal de l’ère nouvelle : bourgeois, cultivé, doué d’un ‘esprit d’entrepreneur’ de manières courtoises, politiquement vertueux et engagé, digne d’estime et de “récompenses”.

Notes

1 Ettore A. ALBERTONI, « Aspetti del pensiero politico di Melchiorre Gioia », Melchiorre Gioia 1767-1829. Politica, società, economia tra riforme e rivoluzione. Actes du Colloque (Plaisance 5-7 avril 1990), Piacenza, Tip. Le.Co., 1990, p. 45. Les traductions sont personnelles. Cfr. Francesca SOFIA, Una scienza dell’amministrazione. Statistica tra età rivoluzionaria e Restaurazione, Roma, Carocci, 1988.

2 Cfr. Giorgio FIORI, « La famiglia e il periodo piacentino di Melchiorre Gioia : contributo biografico », Melchiorre Gioia 1767-1829. Politica, società, economia, cit., p. 49-61.

3 Cfr. Robertino GHIRINGHELLI, Idee, società ed istituzioni nel Ducato di Parma e Piacenza durante l’Età Illuministica, Milano, Giuffrè, 1988.

4 Robertino GHIRINGHELLI, « La formazione di Melchiorre Gioia nella Piacenza di fine Settecento : gli anni del Collegio Alberoni (1784-1793) », Melchiorre Gioia 1767-1829. Politica, società, economia, cit., p. 79.

5 Le texte de cette dissertation, avec ceux des autres participants au concours, a été republié en 1964 par Armando Saitta. Très récemment cet ouvrage a connu deux nouvelles éditions : Melchiorre GIOIA, Quale dei governi liberi meglio convenga alla felicità dell ’Italia, Firenze, Centro Editoriale Toscano, 1997, introduction par Salvo Mastellone « Come la Dissertazione di Gioia è divenuta celebre » ; en Appendice à l’ouvrage : Manlio PAGANELLA, Alle origini dell’Unità d’Italia. Il progetto politico-costituzionale di Melchiorre Gioia, Milano, Edizioni Ares, 1999, p. 99-242.

6 Carlo CAPRA, « Il giornalismo politico nella Repubblica Cisalpina e nel Regno Italiaco (1796-1814) », Napoleone e l’Italia. Actes du Colloque (Rome 8-13 octobre 1969), Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, I, p. 335-353.

7 Franco DELLA PERUTA, « Per la storia della società lombarda nell’età della Restaurazione », Studi storici, n° 16, 1975, p. 305-339 ; Marino BERENGO, Intellettuali e librai nella Milano della Restaurazione, Torino, Einaudi, 1980.

8 Ettore A. ALBERTONI, « Aspetti del pensiero politico di Melchiorre Gioia », cit., p. 33 e p. 46.

9 Gian Domenico ROMAGNOSI, « Elogio storico », Opere edite e inedite di G. D. Romagnosi, Milano, Perelli e Mariani, 1844, vol. II, parte II, p. 860 : “forse l’abitudine prima contratta nell’usare del metodo matematico, da lui coltivato con passione, e del quale egli fece anche uso non sempre a proposito, rese i suoi lavori pratici non del tutto adatti a quelle scienze nelle quali non solamente non è permesso come nelle matematiche di ragionare all’istante, ma conviene prima di tutto trascegliere e depurare l’oggetto, e non è pur possibile di ridurre le cose e le forze a misure finite, ma conviene subordinare mezzi a mezzi, fini a fini, onde ricavare finalmente le leggi della necessità e dell’arte”.

10 Stuart J. WOOLF, « Melchiorre Gioia (1767-1829): interprete dei suoi tempi », Melchiorre Gioia 1767-1829. Politica, società, economia, cit., p. 380. Cfr. aussi : Stuart J. WOOLF, « La storia politica e sociale », Storia d’Italia, vol. III, Torino, Einaudi, 1973.

11 Cfr. Massimo VIGLIONE, Le insorgenze. Rivoluzione e controrivoluzione (1792-1815), Milano, Ares, 1999.

12 Melchiorre GIOIA, Del merito e delle ricompense. Trattato storico e filosofico, Lugano, Tipografia della Svizzera Italiana, 1848, vol. I, p. 263 : “lo spirito umano è la somma de’ pensieri di tutti gli uomini istrutti ; è il genio aggiunto al genio dal principio de’ secoli sino al presente. Egli cammina in compagnia del tempo ; e mentre questi distrugge le opere materiali, quegli raccoglie i metodi con cui furono costruite. I travagli intellettuali infatti non si realizzano momentaneamente sopra un oggetto per sparire bentosto, come i travagli manuali ; ma sussistendo nella memoria, servono di luce e di guida a quelli che vogliono profittarne : e se le macchine impiegate dagli artisti si spezzano, e divengono inservibili dopo pochi anni, all’opposto, i metodi, le regole, i processi, lungi di consumarsi coll’uso, si rinforzano, si perfezionano, si estendono”.

13 Melchiorre GIOIA, Del merito e delle ricompense, cit., vol. I, p. 49 ; c’est l’auteur qui souligne : “le idee che nella mente degli uomini corrispondono alla parola merito sono, come tutti sanno, infinitamente diverse : esse cambiano d’oggetto, di grado, di scopo, di misura non solo tra popoli e popoli, ma anco tra classi e classi nella stessa città (...). Tra tante nozioni diverse, però, come è parimenti noto, quella ottiene maggiori siffragi che riunisce in sé le quattro seguenti idee : 1) difficoltà vinta ; 2) utilità prodotta ; 3) fine disinteressato ; 4) convenienza sociale. Cosicché le azioni in cui questi quattro elementi compariscono uniti in sommo grado, sono riguardate, almeno tra i popoli inciviliti, come sommamente meritevoli, cioè degne della stima universale”.

14 Pour ce qui est de la position de Melchiorre Gioia économiste et de son opposition aux théories libéristes qui dominaient à cette époque, cfr. Luigi PUCCI, « Un assertore della ’ forza industriale’ : Melchiorre Gioia tra Chaptal e List », Melchiorre Gioia 1767-1829. Politica, società, economia, cit., pp. 331-342.

15 Paolo BOSISIO, « Melchiorre Gioia e il Teatro (con il testo del “Caligola”, tragedia inedita) », Studi di lingua e letteratura lombarda offerti a Maurizio Vitali, Pisa, Giardini, 1983, I, p. 469-529 ; Paolo BOSISIO, La parola e la scena. Studi sul teatro italiano tra Settecento e Novecento, Roma, Bulzoni, 1987, I, p. 290-325.

16 Pour ce qui est de la nouvelle considération sociale concernant les classes émergentes et les affairistes lombards, cfr. Stefano LEVATI, « La stagione dei negozianti e la nuova sociabilità », Storia della Lombardia, Roma-Bari, Laterza, 2003, vol. II, pp. 68-83 ; pour ce qui est de la contribution théorique de Gioia concernant cet aspect de la nouvelle vie sociale, cfr. Inge BOTTERI, « Dalla ‘grazia’ alla ‘ragion sociale’ : il “Nuovo galateo” di Melchiorre Gioia », Melchiorre Gioia 1767-1829. Politica, società, economia, cit., pp. 157-201; Inge BOTTERI, « Cosmogonia civile e sciabilità borghese : il “Nuovo galateo”, Cheiron, n° 5, 1988, pp. 87-113.

17 Giorgio, LA ROSA, « La représentation dans la pensée politique d’un jacobin italien : Luigi Angeloni (1759-1842) », AFHIP XV. Le concept de représentation dans la pensée politique. Actes du Colloque d’Aix-en-Provence (mai 2002), Aix-en-Provence, P.U.A.M., 2003, p. 313-320.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search