Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sujet et citoyen

 | 
Michel Ganzin

Du sujet d’ancien régime au citoyen révolutionnaire

Des sujets aux citoyens ? Pour une sémantique historique de quelques mots espagnols d’appartenance politique1

Javier Fernández Sebastián

Texte intégral

  • 1 Projets de recherche 1/UPV 00162.323-H-13819/2001 (Universidad del País Vasco) et BFF2002-01194 (M (...)

1Ma contribution à ce colloque s’inscrit dans un domaine —l’histoire des concepts politiques et sociaux— sur lequel je travaille depuis quelque temps et se bornera à tenter d’éclairer un peu l’usage de quelques termes relatifs au lien politique dans l’Espagne des derniers siècles. J’espère que cet exercice de sémantique rétrospective contribuera, dans une certaine mesure, à l’élucidation des processus de libéralisation et démocratisation dans le contexte hispanique et offrira également matière à la réflexion comparative avec d’autres domaines politico-culturels du monde occidental, en particulier avec le modèle français.

2On verra que de tels processus sont moins linéaires qu’on ne le suppose habituellement et que l’avènement du citoyen en tant que sujet de droit dans le cadre de l’État-Nation a dû forcément prendre appui sur une série de notions et sur une terminologie très ancienne, chargée de significations très diverses, pleine de chevauchements sémantiques et soumise à forte controverse dès les dernières décennies du xviiième siècle. En ce sens, il est fort peu exact (même si cela est didactique) d’affirmer catégoriquement que « la Révolution française et les autres révolutions libérales ont fait des sujets des citoyens ». En réalité, d’une certaine manière, il y avait déjà des citoyens sous l’Ancien Régime et il continua d’y avoir des sujets après la révolution.

3Nous serons ici certainement plus attentifs aux vocabulaires qu’aux pratiques, quoique, indubitablement, les mots et les faits soient entremêlés, à tel point que l’historien des idées, bien qu’il ne doive pas renoncer à l’étude des réalités extra-linguistiques, a aussi son mot à dire en ce qui concerne les expériences des auteurs à partir simplement de l’étude des discours.

4Outre les deux termes qui apparaissent dans le titre, j’étendrai mon enquête à une série de mots, quatre, fondamentalement : ciudadano (citoyen), vecino (bourgeois dans le sens médiéval du terme), súbdito (sujet) et vasallo (vassal), dont l’observation attentive sur le plan historico-sémantique (surtout la manière dont évolue chacun de ces termes au tournant des xviiième et xixème siècles, toujours par rapport aux autres, dans leurs interactions les uns avec les autres) nous apportera, nous l’espérons, quelques clés pour une meilleure compréhension des processus de modernisation politique, notamment en ce qui concerne l’implantation d’un nouveau concept libéral et démocratique de citoyenneté.

  • 1 Maria Inés Carzolio, “La construcción de identidades políticas en los siglos xvi y xvii. Súbditos (...)
  • 2 “La politique est l’art de bien gouverner la ville”, affirme catégoriquement, par exemple, un aute (...)

5Il convient de préciser, d’emblée, que les quatre termes que nous examinerons ici appartiennent au cours de l’époque moderne à deux domaines distincts : tandis que súbdito (sujet) et vasallo (vassal) se référaient surtout au cadre général de la monarchie et à la relation verticale avec le souverain, vecino (bourgeois) et ciudadano (citoyen) faisaient référence aux communautés locales (bourgs, villages, petites ou grandes villes) et évoquaient plutôt le lien horizontal entre les individus les plus proches. Il existe, cependant, une évidente connexion entre ces deux niveaux identitaires, puisque pratiquement la seule manière d’appartenir à la grande communauté des sujets/vassaux du roi des Espagnes passait par l’insertion dans le milieu local que nous appellerions aujourd’hui « micropolitique »1. En réalité, dans la perspective de l’époque, la véritable politique —en rendant honneur à l’étymologie du mot— était justement la politique urbaine/locale2, alors que le milieu « macropolitique » de la monarchie relevait de l’arbitrage du roi et de ses conseillers. Si nous laissons de côté les précédents classiques (res publica, civitas), nous dirons que ce n’est qu’après les révolutions libérales que l’on a pu comprendre la citoyenneté comme un lien avec cette entité collective supra locale, supra provinciale et supra urbaine qui était appelée à occuper le devant de la scène politique pendant au moins les deux siècles suivants : la nation.

  • 3 Ce fait socio-linguistique semble indiquer un rapide et profond renouvellement de la culture polit (...)

6Or, si, comme nous le soutenons, aucun des quatre termes que nous allons examiner ne peut être considéré à proprement parler comme un néologisme, il ne fait pas de doute, en revanche, qu’un de ces termes vient à disparaître pratiquement. En effet, l’usage de vasallo (vassal), acquiert une connotation nettement négative et même infamante À partir de 1810, vasallo disparaît pratiquement du langage politique pour n’être réservé qu’à la littérature historique3.

7Dès lors que l’on aborde l’étude de cette question dans une perspective comparative, une première constatation s’impose. Si nous comparons l’essentiel du vocabulaire castillan du domaine politico-territorial depuis le début de l’époque moderne à la terminologie analogue française, la difficulté pour établir une exacte correspondance de sens saute aux yeux :

  • 4 Les termes habitador et habitante semblent avoir été beaucoup moins utilisés.

8Note4

  • 5 Quant à burgés, burgense et, plus tard, burgués, bien qu’il s’agisse là d’un terme qui n’est pas a (...)

9La plupart de ces termes —sauf bourgeois et vassal/vasallo, dont les origines semblent remonter à des sources germaniques et celtes respectivement— ont clairement dans les deux langues romanes des racines latines et les premiers usages documentés de ceux qui apparaissent aux deux premières lignes du tableau nous renvoient en plein Moyen Âge (xième-xiiième siècles). Cependant, on peut s’étonner qu’il n’existe pas en français un équivalent exact du terme espagnol vecino, ni en espagnol du terme français bourgeois5. Mais il est moins surprenant de constater, lorsque l’on approfondit un peu l’étude de ce champ notionnel, qu’aux différentes époques historiques les limites du concept de civis/ciudadano/citoyen se sont contractés ou dilatés considérablement. Enfin, le lecteur pourrait être surpris d’apprendre que, selon tous les indices, le terme vasallo a survécu dans l’usage courant pendant plus longtemps que son équivalent français, que la seule traduction espagnole dont nous disposions, même aujourd’hui, pour le terme français ressortissant est súbdito et d’autres détails encore sur lesquels nous nous attarderons ensuite.

  • 6 Il s’agit là d’un schéma assez grossier. En premier lieu, il est évident que l’immense majorité de (...)

10Si nous tentions de représenter graphiquement cette discordance de sens pour ce qui est de la première ligne de termes et pour la période s’étendant approximativement jusqu’au milieu du xviiieme siècle, nous obtiendrions, en gros, le schéma suivant6 :

  • 7 Là où les Français étaient des bourgeois d’une ville ou des sujets du roi, les Espagnols étaient d (...)

11Il n’est pas dans mon propos, pour l’instant, de mener beaucoup plus loin cette réflexion comparative. Je souhaite seulement mettre en évidence l’existence d’un décalage politico-sémantique à l’intérieur de ce champ lexical de part et d’autre des Pyrénées7. Un manque de correspondance ou de concordance —appelée techniquement anisomorphisme sémantique ou relations anisomorphiques— terme qui, d’ailleurs peut, dans les traductions peu rigoureuses de textes, être la source de toute sorte de malentendus (et aussi d’anachronismes) et qui nous invite à opter dorénavant pour le maintien, la plupart du temps, des vocables castillans originaux.

  • 8 L’abbé Girard consacre une entrée à la série habitant, bourgeois, citoyen dans son ouvrage Synonym (...)

12En réalité, parallèlement à la quasi-synonimie bourgeois/citoyen8, on peut également remarquer dans l’Espagne moderne une grande proximité sémantique entre vecino et ciudadano (coïncidence qui explique la « confusion » entre ciudadano et vecino aux débuts du libéralisme espagnol et les débats que cela a suscités). C’est pourquoi il peut être éclairant d’identifier quelques éléments caractéristiques du sens ou des traits sémantiques distinctifs de ces items lexicaux.

  • 9 En accord avec de telles prémisses, la définition de ciudadano de Sebastián de Covarrubias dans so (...)
  • 10 Pendant le xviiiè siècle, les habitants d’une commune s’appellent eux-mêmes vecinos, indépendammen (...)

13A la lumière de ce schéma, il semble que nous pourrions accepter la définition apparemment tautologique de ciudadano (citoyen) comme vecino de la ciudad (habitant de la cité) que nous trouvons dans quelques dictionnaires de l’époque. On doit, cependant, comprendre que dans une société corporative, où le privilège était un des fondements du système, la condition de vecino et celle de ciudadano, loin d’être deux statuts homogènes et universels au sein de la Monarchie, englobaient tout un éventail de situations fort différentes qui dépendaient de la commune (en fonction, par exemple, des diverses formes de participation des vecinos/ciudadanos prévues par le droit particulier à la localité, à la province ou au royaume9). En tout cas, on dirait que le ciudadano, par rapport au simple vecino, jouit d’un supplément de dignité, d’une condition supérieure qui le rend plus apte que ce dernier à participer aux affaires publiques. C’est pourquoi, bien qu’elles puissent s’appliquer aux deux statuts, certaines qualités éthiques liées à l’honnêteté, à la loyauté, au patriotisme à toute épreuve relèvent le plus souvent de la ciudadanía (citoyenneté)10 : « buen ciudadano » (« le bon citoyen »), « celoso ciudadano » (« citoyen zélé »), « ciudadano benéfico » (« citoyen bienfaisant ») et, surtout, « honrado ciudadano » (« honnête citoyen ») deviendront des clichés rebattus pendant le dernier tiers du xviiième siècle. Vertu civique, dont la possession, presque toujours suivant des exemples classiques de la république romaine, rendrait les individus respectables et dignes d’imitation aux yeux de ses convecinos/conciudadanos (concitoyens) —parfois appelés aussi compatricios ou compatriotas (compatriotes), car il est évident qu’au plan politico-sémantique le ciudadano et sa patria sont étroitement apparentés— ou dont l’absence vouerait le « mauvais citoyen » à l’exécration publique.

14Mais pour comprendre pleinement l’importance des concepts de vecindad et de vasallaje (vassalité) et, en général, le substrat de la citoyenneté dans le discours politique du premier libéralisme espagnol, il faut remonter quelques siècles en arrière, au Moyen Age.

I - L’Espagne traditionnelle et le passage à la modernité politique. Vasallaje, vecindad, ciudadanía

15Si nous nous penchons sur ce moment crucial du passage conceptuel de l’Ancien Régime au monde moderne que Reinhart Koselleck a théorisé dans le concept de Sattelzeit (et que nous pouvons situer chronologiquement, grosso modo, dans le cas espagnol, entre le milieu du xviiième et le milieu du xixème siècle), nous rencontrerons plusieurs autres surprises.

  • 11 Il convient, néanmoins de signaler une différence de nature affective entre les deux mots : tandis (...)
  • 12 Diccionario de Historia de España, G. Bleiberg, dir., op. cit., vol. 3, s. ν. “vasallaje natural”.
  • 13 C’était là aussi le langage de la littérature politique du moment. Ainsi un des théoriciens les pl (...)

16Il est, en premier lieu, un trait particulièrement hispanique du langage à l’époque moderne, c’est l’usage indistinct des vocables vasallo et súbdito pour se référer aux personnes assujetties à l’autorité royale11. En effet, si déjà dans les royaumes de l’Espagne médiévale le lien de fidelitas entre les sujets nés dans chaque territoire et leur prince respectif commença à être appelé vasallaje natural —vassalité naturelle— (en le distinguant ainsi nettement du pacte de service et de protection connu comme vasallaje feudal —vassalité féodale)12, cet usage se perpétuera pendant les siècles modernes, de sorte que dans les documents officiels le nom le plus couramment employé pour se référer aux subditos —sujets— de la couronne espagnole sera presque toujours celui de vasallos —vassaux— (terme qui évoque le pactisme caractéristique des conceptions scolastiques du pouvoir politique dominantes en Espagne)13.

  • 14 Pour comprendre certaines différences politiques de l’Espagne du moment avec la France révolutionn (...)
  • 15 La sentence « Dieu ! Quel bon vassal s’il avait un bon seigneur », issue du Cantar de Mío Cid (poè (...)
  • 16 René Andioc, Teatro y sociedad en el Madrid del siglo xviii, Madrid, Castalia, 1976, pp. 390-394 ; (...)

17Et c’est que le vasallaje (la vassalité), un terme plein d’opprobre à partir des révolutions libérales, est très souvent empreint, dans l’Espagne moderne, de connotations positives. Des valeurs liées à la loyauté, à l’esprit chevaleresque et à la fidélité mutuelle qui ont éclipsé un peu la face la plus sombre du vocable, marquée par la dépendance et l’assujettissement associés à 1’« anarchie féodale »14. L’idéologie du « bon vassal », très présente dans la littérature de l’âge baroque15, pénètre largement le Siècle des Lumières. C’est ainsi que la tragédie néo-classique de thème médiéval Sancho García, Comte de Castille de José Cadalso, fugacement représentée à Madrid en 1771, montre que la vassalité, le patriotisme et la lutte contre la tyrannie pouvaient encore faire bon ménage dans l’Espagne du dernier tiers du xviiième siècle16.

  • 17 Le passage dans lequel un correspondant fictif évoque « ce qu’écrivent les Européens non espagnols (...)
  • 18 León de Arroyal, Cartas político-económicas al conde de Lerena [1786-1790], éd. Α. Elorza, Madrid, (...)

18En ce sens, quelques textes de cette époque ont pour le lecteur d’aujourd’hui une saveur archaïque et il est choquant, par exemple, de lire sous la plume de Cadalso —en 1789 !— que vasallaje (vassalité) est un terme « digne de respect »17. Cependant, cette même année, León de Arroyal loue dans ses Lettres la sauvegarde des droits du ciudadano —citoyen— et le rôle qu’il doit jouer dans la vie politique et se désole, dans un pamphlet anonyme Pan y Toros, qu’en Espagne « les citoyens ne soient que de simples locataires de leur ville »18.

  • 19 Sur les débuts de la Guerre d’Indépendance en Espagne et la formation de juntas (assemblées) provi (...)
  • 20 François-Xavier Guerra, Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, (...)
  • 21 Álvaro Flórez Estrada, Constitución para la Nación española, présentée à la Junta Central le 1er n (...)
  • 22 Diario de Sesiones de las Cortes Extraordinarias, Cádiz, Impr. Real, t. XI, député Leiva, 6-IX-181 (...)

19En effet, depuis 1780 approximativement, avait lieu en Espagne un débat constitutionnel accompagné d’un véritable séisme sémantique qui affectait de nombreuses notions fondamentales de la politique. Cependant, lorsque Napoléon, profitant de la crise de la branche espagnole des Bourbons, s’emparera, par des procédés malhonnêtes, de la couronne d’Espagne, le soulèvement populaire contre la tyrannie de l’usurpateur et contre l’intrus, Joseph Bonaparte, qui, deux ans plus tard, débouchera sur une révolution politique, commencera dans le monde hispanique non pas au nom de la ciudadanía (citoyenneté), mais au nom du vasallaje natural envers Ferdinand VII (considéré comme « prisonnier » de Napoléon). Et ce soulèvement partira, d’ailleurs, d’en bas, depuis les instances locales, municipales et provinciales19. C’est pourquoi, contrairement à ce qui s’est produit dans les révolutions française ou anglaise, « les révolutionnaires espagnols n’ont pas lutté contre un roi présent, mais au nom d’un roi absent »20. Cependant, le succès de l’insurrection populaire entraîna un changement rapide du langage des proclamations. Le terme ciudadano déplacera en peu de temps celui de vasallo, alors que les invocations à la nation remplacent, à la hâte, les références locales ou provinciales. L’année suivant le début du soulèvement, Álvaro Flórez Estrada proposera, dans son projet de constitution, qu’ « aucun Espagnol ne soit appelé vassal. Tous seront appelés citoyens espagnols »21. Depuis l’aube de la révolution libérale, la ciudadanía (citoyenneté) n’était pas seulement un nouveau statut : en tant que « premier degré de l’existence civile ou politique », elle constituait une nouvelle identité politique gagnée par les Espagnols et les manifestations d’enthousiasme pour l’avoir gagnée sont aussi évidentes que nombreuses22.

  • 23 On a très souvent souligné le caractère multifocal, dispersé, essentiellement local et plus ou moi (...)

20En résumé, les Espagnols ont réagi à l’invasion française en 1808 et se sont lancés dans la lutte contre Napoléon en tant que vasallos, vecinos et catholiques, beaucoup plus qu’en tant que súbditos et ciudadanos23, mais la prédominance du discours libéral dans l’espace public et la dynamique elle-même des événements les amènent à adopter très vite le langage du patriotisme, de la nation et de la citoyenneté (ce qui souvent donne une coloration plus ou moins républicaine, ou du moins républicanisante à leurs manifestations).

  • 24 Diario de Sesiones de las Cortes Extraordinarias, Cádiz, Imprenta Real, t. XI, 4-IX-1811. Deux aut (...)

21C’est pour cette raison que, à l’assemblée gaditane, le député Agustín de Argüelles se sentira obligé de faire la mise au point suivante : « Le mot citoyen », s’exclame-t-il, « ne peut plus être entendu dans le sens aussi vague et indéterminé qu’il a eu jusqu’ici. Bien qu’il s’agisse d’un terme ancien, il vient d’acquérir par la Constitution un sens connu, précis et exact. Il est nouveau dans la nomenclature légale et ne peut être confondu dorénavant avec le mot vecino. [...] L’article 23 lui donne la possibilité d’élire et d’être élu pour les emplois municipaux et l’article 91 lui confère la plus grande prérogative que puisse avoir un Espagnol, celle de nommer et d’être nommé représentant de la nation »24.

  • 25 Pablo Fernández Albaladejo, “Católicos antes que ciudadanos. Gestación de una ‘política española’ (...)
  • 26 Comme le démontre le fameux article 12 de la Constitution de 1812, qui consacre l’intolérance reli (...)

22Cependant, si l’on veut appréhender la profondeur de ces changements politiques et culturels, il est nécessaire de revenir à l’Ancien Régime. Deux traits essentiels de la culture traditionnelle de la péninsule sont à prendre en considération : la très forte empreinte religieuse et le poids énorme du facteur local dans l’identité politique des Espagnols. Le premier, sans doute le plus important et le plus décisif, a fait des sujets du roi des Espagnes, comme l’a expliqué de façon convaincante Pablo Fernández Albaladejo, « des catholiques plutôt que d’être des citoyens »25. En raison du second, le poids du facteur local (qu’il faudrait situer dans le contexte d’une culture corporative), leur identité a reposé probablement davantage sur leur résidence dans telle ou telle commune ou province, que sur leur condition de membres du corps de la monarchie. Ces deux traits laisseront, à leur tour, leur empreinte dans le premier liberalisme espagnol : si d’un côté, la nation libérale de 1812 sera indubitablement une nation catholique26, de l’autre, ses ciudadanos (citoyens) ne parviendront à l’être à part entière que justement en leur qualité de vecinos.

  • 27 Pour la résurrection des valeurs républicaines dans l’Europe de la Renaissance, en particulier dan (...)
  • 28 Ainsi, Alonso de Castillo, qui réagit à chaud à la rébellion des Comunidades, consacre un chapitre (...)
  • 29 Pablo Fernández Albaladejo, “Católicos antes que ciudadanos”, art. cit., pp. 118-127. Le mot ciuda (...)
  • 30 Ibid., pp. 118-120.

23Ces deux caractéristiques, l’empreinte religieuse et le poids du facteur local, se trouvaient amalgamés dans la notion traditionnelle de citoyenneté. L’évolution de ce concept ne peut être comprise si l’on ne prend pas en compte le substrat d’une culture latine, fondement de l’éducation occidentale pendant des siècles. Cette longue tradition gréco-romaine avait connu d’importantes transformations. Ainsi, Thomas d’Aquin avait fait une lecture chrétienne de la théorie aristotélicienne de la polis et du polites, en l’adaptant à la nouvelle logique du regnum et du subditus (une adaptation pour laquelle il put compter sur un appui fondamental : la réception du droit romain compilé par Justinien). En outre, en traduisant le zoon politikon par animal social, Thomas d’Aquin et, trois siècles plus tard, ses sectateurs néo-scolastiques (parmi eux, à une place de choix, Francisco Suárez) avaient transmué la politicité en sociabilité, faisant de l’« animal civique » aristotélicien simplement un être qui, de manière naturelle, recherche la compagnie de ses semblables. On créait ainsi un langage dépolitisé dans une bonne mesure, qui souligne à plusieurs reprises la sociabilité naturelle des êtres humains, mais qui ignore l’ancien idéal de l’engagement civique et de la vita activa, ressurgi dans la littérature politique de la Renaissance et dont27 les échos se faisaient entendre aussi en Espagne, souvent mêlés aux postulats monarchiques28. Plus tard, l’école de Salamanque de Francisco de Vitoria, Juan Ginés de Sepúlveda et Juan de Mariana à Francisco Suárez, ferait un usage relativement fréquent du terme civis à l’intérieur des limites d’une anthropologie catholique, pour se référer à la communauté de citoyens administrée par le prince chrétien, qui, d’une certaine manière, apparaissait comme le « premier citoyen » menant une nouvelle politique résolument confessionnelle, fermée aux valeurs propres au civisme et à la vita activa29. Il est difficile de savoir si les Espagnols de ce temps-là se considéraient comme membres de la civitas Dei avant d’appartenir à la civitas terrena. Il ne fait guère de doute, en revanche, que, selon la politique dite espagnole qui, à partir de Francisco de Vitoria, faisait de la religion la pierre angulaire de tout l’édifice social, cette dernière citoyenneté demeurait complètement reléguée et subordonnée à la première30.

  • 31 J. G. A. Pocock, “The Ideal of Citizenship since Classical Times”, in Ronald Beiner, ed., Theorizi (...)
  • 32 « Un citoyen au sens plein » avait écrit Aristote « ne peut pas être mieux défini que par la parti (...)

24En tout cas, en raison des braises encore chaudes des textes classiques et de l’admiration que vouaient de nombreux hommes de lettres aux républiques de l’Antiquité, le feu de la citoyenneté pouvait être réactivé à tout moment. En effet, à la fin du xviiième siècle, on parlera et débattra à nouveau beaucoup autour de ce concept. Or, il est intéressant de souligner que les lectures les plus habituelles de la citoyenneté sont bien plus liées aux sources latines qu’aux sources grecques. En simplifiant beaucoup, on pourrait dire qu’être citoyen en Grèce revient à être membre actif et intéressé dans la cité-État, tandis que l’être à Rome -tout au moins selon la version dominante— consiste avant tout à être un membre de droit (même lorsque Cicéron fait l’éloge enthousiaste de la vita activa, de la carrière de la magistrature qui sert fidèlement l’idéal du service public). Parallèlement au débat du xviiième siècle entre la vertu et le commerce, nous pourrions dire qu’à la notion forte de citoyenneté de l’humanisme civique —aux racines profondément grecques, bien que des exemples de la République romaine n’aient pas manqué— s’opposerait une notion faible, propre au libéralisme et d’origine fondamentalement romano-impériale31. Si nous appliquons cette typologie à l’Espagne de l’époque, il ne fait aucun doute que le substrat classique réellement opérant est bien plus redevable aux références romaines qu’aux sources grecques. Il importait davantage de se regarder dans le miroir du civis cicéronien que dans celui du polites aristotélicien. Et non seulement en raison de problèmes d’espaces (regnum et imperium pouvaient certainement s’identifier plus facilement à civitas qu’à polis), mais surtout parce que l’idéal participatif d’un collectif de citoyens qui se donnent des lois à eux-mêmes, qui prennent en charge directement et alternativement les magistratures et l’administration de la justice32, pouvait difficilement séduire les élites émergentes d’une société commerciale, plus intéressées à assurer la jouissance tranquille de leur propriété et la prospérité sous la protection d’une raisonnable sécurité juridique.

  • 33 Comme l’a observé Michael Walzer, lorsque le Juif Paul de Tarse fait valoir devant le Sanhédrin sa (...)
  • 34 Le mythe de Sparte (et en particulier de Lycurgue) pèse à tout instant sur cette tradition du disc (...)

25De plus, cette vision de la citoyenneté en tant que sauvegarde de droits et protection placée sous la loi pouvait trouver son inspiration dans le Nouveau Testament. Le christianisme a, en effet, contribué à diffuser cette conception romaine de la citoyenneté et de la loi comme espace de sécurité et de protection, sensiblement plus passive et moins engagée que ses équivalents helléniques et dont Saint-Paul lui-même fut un propagandiste indirect33. Il s’agissait d’une lecture éclairée et libérale de la citoyenneté. Certes, lorsque la révolution espagnole commencera, plusieurs conceptions concurrentes apparaîtront et il est même possible d’identifier dans les discours une deuxième approche plus républicaine, la plupart des sources de l’époque nous transmettent une image libérale de la citoyenneté associée à la nécessité de défendre un cadre public capable d’assurer le libre développement des intérêts privés et le bien-être public en résultant éventuellement. L’autre tendance, de tendance jacobine et souvent inspirée de Mably et Rousseau, envisage la possibilité de ressusciter les vertus anciennes et aspire à faire du bien commun et des affaires publiques le noyau de la citoyenneté34.

  • 35 Juan Pablo Forner, Discurso sobre al amor a la patria [1794], in Obras, éd. de Luis Villanueva, Ma (...)
  • 36 Daniel Gordon, Citizens without Sovereignty. Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789 (...)
  • 37 La bibliographie sur ces sociétés est très abondante et a considérablement augmenté depuis que Pau (...)
  • 38 Capmany prend comme modèle, en particulier, la société de Paris, la seule, selon Capmany, « où le (...)

26Au tournant du siècle, plusieurs auteurs font une approche prudente du concept de citoyenneté parfois entendu d’une façon très réductrice. Ainsi, pour Forner, qui avance ses arguments effrayé par les excès de la Révolution française et au nom d’un patriotisme monarchiste frontalement opposé au républicanisme, le ciudadano doit aimer sa patrie de telle sorte que sous une « administration tranquille [...] il p[uisse] se consacrer non pas à la ruine de sa patrie dans des turbulences intestines mais à son élévation et son pouvoir par un labeur permanent et bien dirigé »35. Forner nous transmet ici le profil le plus modéré d’une citoyenneté politiquement insignifiante, qui laisse les affaires publiques entièrement entre les mains du gouvernement pour se consacrer au développement de ses intérêts privés, sans toutefois dédaigner la prospérité et l’utilité publiques. Nous trouvons une version atténuée de ses positions dans les groupes de citoyens sans souveraineté36 qui se réunissent et, sous la coordination du gouvernement, travaillent ensemble dans toutes les provinces à la diffusion des sciences utiles, au développement de l’économie provinciale et à l’élévation de la patrie. Ce réseau de sociétés économiques ont été établies à partir de 1774 par le ministre Campomanes, en suivant l’exemple de la Real Sociedad Bascongada37. Dans ce cas, il ne s’agit pas à proprement parler d’une citoyenneté passive : les membres de ces sociétés patriotiques (celle de Madrid [la Matritense] étant la plus importante) se sentaient pleinement partie prenante dans une entreprise collective orientée vers la divulgation des Lumières, l’amélioration des moyens de production et le renforcement de l’État. De telles sociétés, décrites par Antonio de Capmany comme des « sociétés de citoyens de tous états », qui se réunissent en suivant des règles de fonctionnement égalitaires « sans autre lien que celui du bien public »38, constituent, en quelque sorte, des écoles de citoyenneté. Ce modèle de citoyenneté est caractéristique des Lumières modérées espagnoles, qui se prolongent dans le libéralisme conservateur du milieu du xixème siècle.

  • 39 Pablo Fernández Albaladejo, “Dinastía y comunidad politica : el momento de la patria”, in P. Ferná (...)
  • 40 Idéaux irénistes que l’on retrouve très souvent chez Jovellanos, entre autres (voir, par exemple, (...)
  • 41 Juan Meléndez Valdés, Discursos forenses [1791-1809], Madrid, Fundación Banco Exterior, 1986, pp.  (...)

27L’insistance sur un idéal pédagogico-politique qui repose sur l’instruction pour créer des citoyens utiles à la nation sera une constante des Lumières espagnoles (et d’une bonne partie du libéralisme du xixème siècle). Par ailleurs, les discours centrés sur le « buen ciudadano », qui soulignent autant ou plus ses devoirs et obligations vis-à-vis du public que ses droits, remplacent rapidement dans ces foyers de sociabilité éclairée l’idéologie du « buen vasallo ». Selon cette nouvelle morale sociale, la conception de l’« l’honnête homme » s’exprime de plus en plus en termes de citoyenneté, plutôt que de vassalité, à un moment où le patriotisme commence à apparaître comme la plus grande vertu politique qui égale, et même surpasse, la fidélité au monarque39. Ainsi, bien que le discours sur la citoyenneté soit très présent dans les sociétés patriotiques, les exhortations à l’« amour patriotique » des citoyens n’expriment généralement pas une quelconque exigence d’auto-gouvernement ou de participation politique (à la grecque), mais plutôt une volonté de service et un appel au sacrifice au nom de l’utilité publique (à la romaine). L’appel répété à certains idéaux universalistes est aussi très « romain », ainsi que l’affirmation d’un concept projectif, inclusif et potentiellement niveleur de la citoyenneté40. « Tout citoyen est [selon nos lois] aux yeux de l’autorité publique un plébéien, égal aux autres », affirme, par exemple, le procureur Meléndez Valdés en 1798, qui, à de nombreuses reprises, soutient que l’objectif des lois n’est autre que la conservation de « la sécurité, de la vie, de l’honneur et de la liberté de chaque citoyen »41. On retrouve de semblables affirmations sous la plume de Cabarrús, Aguirre, Arroyal, Rentería et de plusieurs autres personnalités éclairées dans les dernières décennies du siècle.

  • 42 L’opposition frontale entre súbdito et ciudadano est un topique imprécis et relativement récent, q (...)
  • 43 Raymonde Monnier, “La notion de citoyen en France des Lumières à la Révolution : définitions, norm (...)
  • 44 Contrat Social (1762), I, vi. “Llamo Ciudadanos a los que participan por derecho de la Autoridad S (...)

28Cette idée très particulière de la citoyenneté, qui met l’accent sur la responsabilité sociale des individus et également sur l’assujettissement à la loi, permet de comprendre pourquoi les concepts de súbdito et de ciudadano (que l’on a trop souvent présentés comme antagonistes42) peuvent parfaitement être compatibles. Cette complémentarité sémantique n’est cependant pas l’apanage des Lumières espagnoles : l’article « sujet », rédigé par Jaucourt pour l’Encyclopédie (XV, 1765), donne pour acquise une étroite relation entre les deux notions, en dépit des distinctions qu’il s’efforce d’énoncer43. Rousseau considère que les deux conditions pouvaient concerner les mêmes personnes : les membres du peuple, contractants ou associés « s’appellent en particulier citoyens, comme participant à l’autorité souveraine, et sujets, comme soumis aux lois de l’État »44.

  • 45 Bien que, en accord avec cette tradition bien ancrée, les éditions sucessives du Dictionnaire de l (...)
  • 46 Pour l’auteur de “Cartas de Cosmosia”, le monopole de la propriété ou « monopole de la richesse » (...)

29Loin de ces conceptions républicaines, commençait aussi à se développer en Espagne un nouveau langage bientôt appelé libéral, qui commençait peu à peu à instaurer une certaine distance entre la politique et l’éthique, entre l’État et la société, entre le public et le privé. Le « bon citoyen » (bonus, optimus civis), après s’être maintenu, pendant des siècles (et selon les postulats bien connus de la tradition aristotélitienne) comme un équivalent sémantique de l’« homme bon », commence à s’en distinguer, lorsqu’il opère dans un discours politique et civil où il existait un divorce entre les deux instances ou conditions de l’homme moderne45. Même si l’on parle encore souvent du citoyen génériquement comme homme en société, « homme civil », ou, tout simplement, comme homme tout court46, quelques développements du concept envisagent déjà un sens différent.

  • 47 Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe de la Sociedad Económica de Madrid al Real y Supremo Consejo (...)

30Dans son Informe sobre la ley agraria (1794), Jovellanos suggère que la véritable citoyenneté doit être fondée sur le droit de propriété et sur le libre développement de l’intérêt privé. Ce n’est pas un hasard si c’est justement dans le contexte de son argumentation contre le droit de mainmorte et contre le majorat qu’il associe le plus étroitement la qualité de citoyen avec « le droit de disposer de son patrimoine », « le droit de transmettre sa fortune », « la faculté de tester », etc. Face à une société d’ordres, bloquée et rigide, l’illustre Asturien faisait l’éloge du citoyen-propriétaire. La citoyenneté apparaît, aux yeux de Jovellanos, comme la garantie d’une plus grande mobilité sociale : « Alors que tout citoyen peut aspirer à la richesse, les naturelles vicissitudes de la fortune la fait passer rapidement des uns aux autres ; par conséquent, elle ne peut jamais être immense ni en quantité ni en durée pour aucun individu »47.

  • 48 Il suffit de jeter un coup d’œil au CORDE (Corpus Diachronique de l’Espagnol) pour le vérifier. Ce (...)
  • 49 Cette tendance est déjà visible chez Feijoo, davantage comme horizon d’attente que comme champ de (...)
  • 50 aras Escolá remarque que le mot citoyen est un des concepts politiques les plus fréquents dans l’œ (...)
  • 51 La lettre datée du 8-X-1801 eut un large écho dans le pays grâce aux nombreuses copies manuscrites (...)

31Dans l’ensemble, il est manifeste que les occurrences du mot ciudadano augmentent considérablement dans les textes espagnols au cours du dernier tiers du xviiième siècle48 et que tout au long de ce siècle le terme « descend » peu à peu de la littérature lyrique à la presse, du théâtre au livres et brochures politiques, de l’historiographie à l’essai didactique49, en même temps qu’il cesse peu à peu de se référer au monde ancien pour s’appliquer au monde contemporain. Plus utilisé et de plus en plus en relation avec le présent, le mot ciudadano élargit ainsi son rayon d’action tout en se chargeant de nouvelles significations polémiques (ce qui est, selon R. Koselleck, un signe de sa transformation en un concept politique fondamental). Un bon exemple de cette amphibologie est fourni par l’œuvre de Jovellanos lui-même, qui utilise ce terme fréquemment dans plusieurs sens très différents50. Parmi ces différentes acceptions, je veux en souligner une : celle qui entend la notion de citoyenneté comme un lien social qui relie entre eux tous les membres de la nation, comprise dans son sens historico-juridico-politique, en tant que communauté d’individus porteurs de certains droits et qui a derrière elle une histoire plus ou moins longue. Un des textes où ce sens s’avère être le plus explicite est l’extrait suivant d’une lettre qu’il adresse au roi Charles IV, depuis son confinement arbitraire de Valldemosa, alors que la monarchie absolue en était à son déclin : « J’implore, Seigneur, justice de Votre Majesté, non seulement pour moi, mais pour toute ma nation, car il n’y est point d’homme de bien qui ne soit intéressé par la réparation de mon honneur. L’oppression de mon innocence menace la sienne et l’outrage fait à ma liberté met en danger et fait vaciller celle de tous mes concitoyens »51.

  • 52 Parlant de la liberté du citoyen, le Président avait, en effet, écrit que “quand l’innocence des c (...)
  • 53 Pablo Fernández Albaladejo, “Dinastía y comunidad política : el momento de la patria”, en P. Ferná (...)

32Ainsi, à partir du moment où la liberté et la sécurité personnelle de chacun apparaissent indissolublement liées à celles de l’ensemble de sa nation, les injustices et atteintes dont est victime un citoyen ont cessé d’être une affaire privée pour devenir un objet de dénonciation publique. Semblable approche pouvait avoir été inspirée par certains passages de l’œuvre de Montesquieu et se verra réitirée à des occasions similaires par différents représentants du libéralisme espagnol52. Dans ce bref texte de Jovellanos, l’attribution implicite de la citoyenneté à l’ensemble de la nation, ses membres étant titulaires de certains droits de façon solidaire et partagée, est vraiment nouvelle. De la monarchie et de l’État, on en est fondamentalement le sujet (subdito), même si on peut en être aussi le citoyen (ciudadano) ; de la nation, on en est essentiellement le citoyen (ciudadano). Surtout si le concept de nation est entendu dans son nouveau sens politique, et non pas ethnique. À l’image de la citoyenneté romaine, la citoyenneté espagnole pouvait être entendue au début du xixème siècle comme un statut qui éventuellement devait pouvoir garantir à ses porteurs certains droits inaliénables (et sur ce point, il ne sera pas inutile de souligner que le saut de la citoyenneté de l’espace de la ville à l’espace général de la nation devait forcément contribuer à estomper les sources d’inspiration grecque, au profit des auteurs latins). Tout comme d’autres concepts qui lui sont liés —constitution, représentation, opinion publique, souveraineté, individu, patrie...— celui de ciudadano occupe alors sa place dans un système sémantique constitué par autant de notions-satellites qui, selon P. Fernández Albaladejo, « gravitent autour de la planète-nation »53.

II - L’époque contemporaine. Le XIXème siècle

  • 54 L’Américain David Ramsay interprète très tôt le changement révolutionnaire comme un passage « des (...)
  • 55 Simon Bolivar, dans Carta de Jamaica (1815), parle des « droits du citoyen ou du sujet ». Quelques (...)
  • 56 À juste titre, Juan Pro Ruiz a souligné, dans son commentaire pertinent à une intervention antérie (...)
  • 57 Si, d’un côté, le vieux sujet des monarchies absolues, devenu maintenant sujet de l’État, est rach (...)

33Les grandes révolutions atlantiques de la fin du xviiième et du début du xixeme siècles, particulièrement les révolutions américaine, française et hispanique, seront accompagnées de profonds changements sémantiques sur quelques concepts politiques fondamentaux, notamment celui de citoyenneté. Dès lors, le citoyen apparaîtra beaucoup plus fréquemment comme le porteur de droits inaliénables, participant au pouvoir souverain, alors que certains suggèrent déjà une nette opposition frontale entre les deux notions de sujet et de citoyen54. Il s’agit, cependant, d’une polarité toute relative et pleine de nuances : non seulement parce que le sujet pouvait aussi être sujet (sujeto) de droits55, mais parce que les deux figures politico-juridiques sont vues comme complémentaires par le courant dominant du libéralisme, à partir du moment où la régulation des relations mutuelles entre l’individu-propriétaire et le « gouvernement », dans une dynamique liant droits et devoirs, passe simultanément par les deux concepts. Le citoyen/sujet acccomplit, en effet, ses devoirs vis-à-vis de l’État et contrôle les institutions politiques à travers le suffrage et, à son tour, l’État exige l’accomplissement de telles obligations et protège les droits du sujet/citoyen56. En réalité, aucune de ces deux notions politiques jumelées ne pourra échapper à la formidable force d’attraction de la planète-nation : toutes deux tendront, d’une façon ou d’une autre, à confluer vers le lien plus proprement juridique de la nationalité57.

  • 58 Voir à ce sujet les raisons exposées par les constituants de Cadix pour justifier la représentatio (...)
  • 59 Il convient, cependant, de rappeler que, depuis la perspective constitutionnelle de 1812, ciudadan (...)
  • 60 Ainsi dans le dénommé Manifiesto de los Persas (12-IV-1814), souscrit par un groupe de députés con (...)

34Il ne fait pas de doute que ces nouveaux concepts de nation et de citoyenneté, présentés comme incompatibles favorisent, par leur diffusion, un type de société beaucoup plus égalitaire que celle de l’Ancien Régime58. La nation, entendue comme une communauté de citoyens, confère à une grande partie des Espagnols une nouvelle identité politique qui resserre les liens horizontaux entre tous59. La soumission aux autorités étatiques communes s’exprimera dorénavant presque exclusivement au moyen du terme súbdito (sujet). L’usage du vieux terme vasallo (vassal) demeurera circonscrit au terrain de la littérature historique, exception faite de quelques usages survivances dans les milieux ultras, carlistes ou traditionalistes60. Il est à peine besoin de préciser que cette expression ne parvient pas à franchir la barrière du constitutionnalisme moderne. Dans aucune des constitutions des xixème et xxème siècles n’apparaît le terme vasallo. Quant aux trois autres, comme on pouvait le supposer, le terme ciudadano est employé le plus souvent, bien que súbdito et vecino ne disparaissent pas tout à fait du lexique politique officiel, libéral ou démocratique.

  • 61 Dans le tableau, on a regroupé les occurrences de ciudadano/a (subst. et adj.) avec celles de “ciu (...)

“Ciudadano”, “súbdito” et “vecino” dans le constitutionnalisme espagnol61

“Ciudadano”, “súbdito” et “vecino” dans le constitutionnalisme espagnol61
  • 62 Il faut, cependant, souligner que les deux constitutions démocratiques du xxè siècle (entre lesque (...)
  • 63 Les occurrences de súbdito font essentiellement référence aux conditions pour le mariage et la suc (...)

35Au premier coup d’œil, quelques éléments attirent l’attention dans ce tableau. En premier lieu, il est évident que le langage constitutionnel de la citoyenneté, très présent dans le texte de 1812, connaît ensuite une longue éclipse et ne resurgit que très ponctuellement, pour n’être réservé presque exclusivement qu’aux régimes républicains62. Quant au lexique attaché à la vecindad (domiciliation dans un sens politique) il fait une entrée spectaculaire dans la Constitution de Cadix pour ne se maintenir, ensuite, qu’à un niveau très discret. (Les mentions résiduelles du mot súbdito méritent à peine d’être prises en compte63).

  • 64 Analyse qui conïncide avec les grands cycles de la « voie révolutionnaire » vers la citoyenneté, c (...)
  • 65 C’est, par exemple, ce qui se produit pendant le Trienio liberal, 1820-1823, pendant le Bienio pro (...)
  • 66 La surprenante « absence de citoyenneté » dans la Constitution démocratique de 1869, par exemple, (...)

36Sans entrer dans une analyse détaillée, l’observation attentive et soigneuse de ce décompte lexicométrique élémentaire corroborerait, grosso modo, l’existence de deux « vagues de citoyenneté » dans l’Espagne du xixème siècle (1812-1814 et 1868-1874) et de deux autres au xxème (1931-1936 et depuis 1978 jusqu’à aujourd’hui), séparées toutes deux par de longues périodes d’atonie civique64. Il serait, cependant, nécessaire d’apporter deux précisions. Naturellement, le tableau ne reprend pas les brèves étapes durant lesquelles la citoyenneté retourne sur le devant de la scène, si ce retour ne s’accompagne pas d’un nouveau code constitutionnel65, pas plus qu’il ne reflète ces changements politiques qui n’auraient pas de traduction linguistique immédiate dans les textes légaux66.

  • 67 Koselleck, “Three bürgerliche Worlds?”, art. cit., p. 216.
  • 68 Pour être exacts, sur les 22 fois où apparaît le mot citizen, 11 occurrences se trouvent dans le t (...)
  • 69 La recherche donne, globalement, les résultats suivants : dans l’ensemble de toutes les constituti (...)
  • 70 Le fait doit être interprété à la lumière du long contrecoup de la Grande Révolution. Le faible en (...)
  • 71 Un élément qu’il faut sans doute relier aux circonstances politiques particulières d’une républiqu (...)

37A titre de comparaison, en ce qui concerne le mode anglophone, tandis que « in Great Britain, the term ‘citizen’, a concept of expectation connoting democratic and natural rights, played [...] an entirely marginal role »67, dans la Constitution des Etats-Unis (1787) le mot citizen apparaît au total 22 fois, inhabitant, 5 fois, subject, 2 fois et resident, une seule fois68. Quant au constitutionnalisme français, une rapide enquête lexicale effectuée grâce à la base de données Marianne révèle que, une fois passée la décennie révolutionnaire et à l’exception de 1848, la citoyenneté ne fut pas à la mode dans le vocabulaire constitutionnel du xixème siècle69. Ni la Restauration, ni la Monarchie de Louis Philippe ne furent enclines à l’utilisation de ce terme70 et, dans la Constitution de la III République, elle n’est pas mentionnée une seule fois71.

  • 72 Évidemment, dans aucun de ces textes constitutionnels, n’apparaissent jamais les termes vassal ni (...)

“Citoyen” et “domicile” dans le constitutionnalisme français72

“Citoyen” et “domicile” dans le constitutionnalisme français72
  • 73 Pour une brève synthèse en français des débuts de ce processus, voir Marie-Danielle Démelas et Fra (...)
  • 74 La Constitution de 1812, base et point de départ du constitutionnalisme espagnol, a exercé une trè (...)

38Nous allons procéder à présent à une analyse un peu plus attentive de la Constitution de 1812 du point de vue de la ciudadanía (citoyenneté) et de la vecindad (résidence/domicile). L’intérêt de cette analyse réside dans l’importance transcendantale de la révolution de Cadix pour tout le monde hispanique73 (et même au-delà74).

  • 75 Dans ce premier texte constitutionnel, d’inspiration napoléonienne, la résidence (nombre d’habitan (...)
  • 76 Pour citer une référence de l’auteur que je connais le mieux, voir notre ouvrage La Ilustración po (...)

39Disons, d’emblée, que dans ce texte inaugural du contitutionnalisme espagnol, si nous laissons de côté ce que l’on appelle le statut de Bayonne (1808), imposé par Bonaparte75, les concepts de ciudadanía (citoyenneté) et de vecindad (résidence/domicile) sont intimement liés. En réalité, un secteur significatif des élites éclairées espagnoles manifestaient depuis les dernières décennies du xviiième siècle de claires inquiétudes municipalistes (inquiétudes qu’il faudrait, d’ailleurs, resituer dans une longue tradition espagnole d’origine médiévale). La dimension locale de la citoyenneté a été, en effet, un important sujet de préoccupation pour des auteurs comme Jovellanos, Enrique Ramos, Arroyal, Ibáñez de la Rentería et beaucoup d’autres esprits éclairés, qui accordent au gouvernement des municipalités un rôle essentiel dans l’articulation des « petites républiques » municipales qui couvrent l’ensemble du royaume, que León de Arroyal compare à une « grande ville »76.

  • 77 François-Xavier Guerra, “El soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en Ame (...)
  • 78 Des tentatives évidemment comparables à ce qui s’est passé pendant la révolution française, pour c (...)
  • 79 À ce sujet, nous pourrions dire que le processus espagnol d’implantation de la modernité politique (...)

40À l’aube des révolutions hispaniques, « la nation moderne est aussi conçue comme une vaste ville »77. Selon cet imaginaire traditionnel, les citoyens ne seraient rien d’autre que les vecinos (habitants) de cette immense cité. C’est pourquoi de nombreux constituants à Cadix ont ressenti le besoin d’établir une nette distinction entre le ciudadano et le vecino (on a considéré un peu plus haut une tentative d’établir clairement cette différence de la part d’un des pères de la révolution espagnole, Agustín de Argüelles). Ces tentatives visant à briser la synonymie vecino/ciudadano78 s’avéraient, cependant, relativement vaines, car elles avaient à contrecarrer la puissante inertie d’une politique localiste et corporative79. Démarche, d’ailleurs, d’autant plus difficile qu’alors que cette relation synonymique tend à s’estomper au plan théorique, la constitution elle-même venait renforcer le lien de ces deux concepts dans la pratique politique.

  • 80 Alfredo Gallego Anabitarte, “España 1812 : Cádiz, Estado unitario, en perpectiva histórica”, Ayer, (...)

41La Constitution de Cadix définit, en effet, un État unitaire décentralisé, composé de provinces et de municipalités dont les maires et les conseillers municipaux étaient nommés par des électeurs élus démocratiquement par les habitants (vecinos). De plus, les assemblées électorales de paroisse, à la base des élections indirectes à deux degrés (paroisses/districts/provinces) dont émanaient aussi bien les députés des Cortès de la nation que des diputaciones (assemblées) provinciales, étaient, de la même manière, constituées de vecinos (habitants)80.

  • 81 Francisco Martínez Marina est l’auteur, parmi d’autres ouvrages fondamentaux, d’une fameuse Teoria (...)
  • 82 Cit. par José María Portillo Valdés, “Nación”, in Diccionario político y social del siglo xix espa (...)
  • 83 Il convient d’observer que la logique basée sur la résidence/domicile prime sur l’origine ou la na (...)
  • 84 Vecindad (domicile) qui, d’après ce qui se dégage des documents de l’époque, peut correspondre à l (...)

42Si, pour Martínez Marina, un des idéologues les plus importants du constitutionnalisme espagnol81, la nation était « historiquement un ensemble de ‘vecindades [feux] ou chefs de famille’ réunis en villages et la révolution devait rétablir une nation d’une seule classe de citoyens’ »82, dans le texte constitutionnel de 1812 citoyenneté et domicile sont deux concepts politiques en claire corrélation. Le fort taux de occurrences des deux termes dans l’ensemble des articles met bien ce fait en relief : plus de 60 % des 24 occurrences du mot vecino sont en relation d’une manière ou d’une autre avec la citoyenneté. Le domicile n’est pas seulement une des bases essentielles de la nationalité (art. 53) et de la citoyenneté (art. 18, 21 et 22), c’est aussi la condition fondamentale pour être électeur (art. 45, 75), tout comme pour être député (art. 91)83, maire, conseiller municipal ou bien membre de l’administration provinciale (art. 317, 330). Et d’autre part, le vecino (habitant) est l’unité de compte pour établir le nombre d’électeurs de la paroisse (art. 38, 39, 40, 43), son concours étant également indispensable pour les processus électoraux (art. 35, 313). Condition nécessaire, quoique non suffisante, pour la citoyenneté et une des portes d’accès à la nationalité. Il ne fait pas de doute que, dans l’ensemble, aussi bien l’acquisition de la citoyenneté que son exercice passent inévitablement par la vecindad (le domicile)84 (outre certaines autres conditions en relation avec l’origine, le sexe, l’âge et les revenus, fondamentalement).

  • 85 Concepción de Castro, La Revolución liberal y los municipios españoles (1812-1868), Madrid, Alianz (...)
  • 86 Diario de Sesiones de Cortes, n° 69, 11-IX-1820, pp. 931-942. Une partie du débat a été repris dan (...)

43Justement, cette quasi équivalence entre vecindad et ciudadanía85 devait entraîner quelques curieux dysfonctionnements. L’un d’eux prit une forme pour le moins brutale au cours du Trienio liberal (1820-1823), lorsque la Constitution de 1812 fut à nouveau en vigueur. Puisque, pour pouvoir voter aux élections, il fallait, en plus d’être citoyen, être domicilié dans une commune (c’est-à-dire, entre autres choses, y avoir « maison ouverte »), cette condition excluait dans la pratique une grande partie des militaires du droit au suffrage, problème qui donna lieu à des débats parlementaires passionnés pendant la législature 1820-182186.

  • 87 Les premiers vecindarios connus datent du xviè siècle, mais il existait très certainement des docu (...)
  • 88 Luis García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones españolas, Madrid, Revista de (...)

44Or, il s’avère fort difficile de comprendre le rôle décisif du vecino (habitant) dans le discours politique du premier libéralisme espagnol, si les profondes racines historiques de cette institution sont méconnues. Ses origines, si les précédents romains sont ignorés, peuvent être rapprochés du Moyen Age espagnol, qui se distingue des autres espaces européens proches. La longue lutte des royaumes chrétiens du nord de la péninsule contre les musulmans, la Reconquête, qui se prolonge pendant une bonne partie du Moyen Age, rendit nécessaire le repeuplement de vastes territoires (surtout dans le royaume de Castille). Nous savons que les premiers conseils municipaux des bourgs, des villages et des villes castillans étaient constitués par lesdits vecinos. Or tous les moradores (habitants) n’étaient pas des vecinos87. « La vecindad [domicile ou domiciliation] provenait du fait d’être né dans la localité ou d’y résider pour un certain temps (en allumant un ‘feu’ dans la ville ou le village, c’est-à-dire en y créant un foyer), conditions qui devaient être assorties du fait d’être propriétaire dans le lieu de biens immeubles (y avoir ‘rayz’ ou bien-fonds) et d’être admis comme vecino par le Conseil, ce qui entraînait pour le propriétaire la protection du ‘fuero’ (droit) local, la jouissance des biens communaux et la participation au gouvernement municipal »88. Nous constatons donc que le mot castillan vecino, tout comme en allemand Bürger, recouvre une dimension à la fois territoriale et juridique. Il fait allusion autant à la résidence qu’au statut, c’est-à-dire aux prérogatives attachées à une telle condition, parmi lesquelles la participation au gouvernement local. Le faisceau de significations de vecino englobe donc divers traits sémiques partiels présents dans bourgeois et dans citoyen.

  • 89 Distinction qui, avant d’être consacrée juridiquement par la Constitution (chapitres II et IV), de (...)
  • 90 Il s’agit cependant d’une clause transitoire, en attendant que les progrès de l’éducation permette (...)
  • 91 En Guipúzcoa, le gouvernement des villas était traditionnellement régi par un système foral (exige (...)

45En dépit de la distinction introduite entre les simples Espagnols et les citoyens89, nous savons que la première constitution libérale fut très généreuse au moment de dispenser le droit de ville. En fait, dans un premier temps, les analphabètes90 n’en étaient même pas exclus et il semble évident que l’immense majorité des hommes adultes résidant sur le territoire espagnol avait le droit de vote. Il est, cependant, curieux de constater que, lorsque le libéralisme doctrinaire envisagera, plusieurs années plus tard, la nécessité de restreindre le droit de vote pour faire coïncider le statut de propriétaire et celui d’électeur, citoyen optimo iure, on aura recours de nouveau aux exemples extraits de l’institution de la vecindad. Ainsi, un certain propriétaire foncier basque propose à l’Assemblée en 1820 d’établir dans toute l’Espagne un système de suffrage censitaire limité aux propriétaires de biens immeubles, analogue au système qui garantissait le monopole du pouvoir municipal aux patriciens dans les villas (petites villes) basques91.

46À la mort de Ferdinand VII (1833), la victoire définitive du libéralisme sur l’Ancien Régime se produira sur la toile de fond d’un contexte européen marqué par l’hégémonie des conservateurs et des doctrinaires. Bien qu’avec une intensité différente et à un degré distinct d’ouverture vers les couches populaires, les deux principaux partis libéraux espagnols (modérés et progressistes) poursuivront la mise en équivalence de la citoyenneté avec la propriété. Au milieu du xixème siècle, on parvenait ainsi à imposer une conception restrictive de la citoyenneté, qui montre à plus d’un titre d’importants éléments de continuité avec la pensée de Jovellanos et, en général, avec les Lumières modérées espagnoles.

  • 92 La figure du citoyen contribuable semble avoir un certaine influence en France, depuis le milieu d (...)
  • 93 Antonio Panadero, Copia del sistema para la reforma de la Constitución de España que propuso a la (...)
  • 94 Agustín de Argüelles, Discurso preliminar a la Constitución de 1812, L. Sánchez Agesta, éd., Madri (...)

47Cependant, quelques décennies auparavant, dans le constitutionnalisme espagnol se trouvaient en concurrence dans l’espace public plusieurs modèles de citoyenneté. Parmi ces discours rivaux, certains privilégiaient la figure du citoyen-propriétaire (on évoque parfois une variante spécifique de celui-ci : le citoyen-contribuable92), et d’autres celle du citoyen-patriote, ou même le citoyen-soldat, au centre du système. Ainsi, il en est qui cherchent à ressusciter chez les Espagnols l’ancienne vertu des Grecs et des Romains et font du citoyen-soldat le « germe de la nouvelle patrie »93. « Le soldat », dira Argüelles dans le Discours préliminaire à la Constitution de 1812, « est un citoyen armé seulement pour la défense de sa patrie ; un citoyen qui, suspendant le cours paisible et innocent de sa vie civile, va protéger et conserver par les armes, lorsqu’il est appelé par la loi, l’ordre public à l’intérieur et va faire respecter la nation toutes les fois que les ennemis de l’extérieur tenteront de l’envahir ou de l’offenser »94.

  • 95 À la vérité, pendant la période 1808-1814, ces deux “idiomes” apparaissent fréquemment amalgamés d (...)
  • 96 Cette distinction garde une indéniable ressemblance avec les modèles qu’expose Lucien Jaume dans s (...)
  • 97 Sans doute le conflit le plus acharné se produisit-il autour de la dissolution des Sociétés Patrio (...)
  • 98 « Le citoyen », lisons-nous dans un journal, « prend part à la législation par le biais de l’élect (...)
  • 99 L’influence des conceptions rousseauniennes se laisse percevoir surtout dans la profonde méfiance (...)
  • 100 Pour un rapide survol des avatars de la citoyenneté dans l’Espagne du xixè siècle, nous renvoyons (...)
  • 101 Ferrán Archilés y Manuel Martí, “Un país tan extraño como cualquier otro : la construcción de la i (...)
  • 102 « Rome elle-même, qui en arriva à étendre son empire sur presque toute la surface du monde alors c (...)

48Il va sans dire que la première interprétation discursive, celle du citoyen-propriétaire, correspond à un libéralisme tiède et conservateur, de tendance britannique, tandis que la seconde, celle du citoyen-patriote-soldat, peut aisément être intégrée dans le langage classiquement républicain qui apparaît très souvent dans la presse des libéraux exaltés espagnols de 1820-1823. À ces deux « idiomes politiques » sont attachées des conceptions divergentes de la citoyenneté et chacun d’entre eux attribue au citoyen un rôle très différent dans le système politique95. Tandis que les premiers comprennent que la fonction du citoyen se borne à servir de moyen pour qu’entre en action le mécanisme légitimateur de la représentation, les seconds proposent une formule forte de la citoyenneté qui intègre les valeurs d’égalité, de patriotisme et de participation directe96. C’est sous ce jour qu’il faut comprendre un grand nombre des conflits politiques qui se déroulent en Espagne pendant le Trienio liberal97. Ainsi, les modérés, depuis les pages de El Censor (1820-1822), font l’éloge du gouvernement représentatif et soulignent que les devoirs du citoyen consistent surtout à bien élire ses représentants et à déposer en eux la confiance et la légitimité nécessaires afin que les députés puissent délibérer et élaborer les lois (certes, le citoyen peut les aider et les critiquer, si besoin est, mais seulement par écrit98). Les libéraux exaltés, au contraire, appellent à plusieurs reprises à redoubler de vigilance au sujet des travaux législatifs des députés de l’Assemblée, dont ils se méfient ouvertement et plaident pour la mobilisation permanente des citoyens vertueux pour sauver la patrie des dangers de la contre-révolution99. C’est en ces termes que se posa le débat au sujet de la citoyenneté lors de l’étape inaugurale de l’Espagne contemporaine. Suivre, ne serait-ce que superficiellement, le développement des courants politiques du xixème siècle et de leurs mouvantes prises de position à propos des droits du citoyen et des devoirs du sujet, et vice-versa, déborderait amplement les limites raisonnables de cet article100. Contentons nous de deux observations. En premier lieu, des études récentes concernant le processus de nationalisation dans l’Espagne du xixème siècle mettent en avant l’importance des espaces local, municipal et provincial, dans la construction symbolique de la nation, et par conséquent de la citoyenneté, de la part des élites libérales101. On dirait même que, parfois, les libéraux espagnols semblent ressentir une certaine « nostalgie de la localité » et qu’ils aiment à rappeler combien les concepts de vecindad et de ciudadanía furent historiquement proches. Ainsi, l’anglophile Antonio Alcalá Galiano ébauche une histoire de la citoyenneté dans laquelle il souligne l’équivalence romaine entre cité et patrie et met sur un pied d’égalité « le droit de citoyenneté romaine » et le « vecindario » (i. e. la vecindad), tout en signalant que, pendant des siècles dans l’Espagne médiévale et moderne aussi, le patriotisme et le sens de la citoyenneté furent des sentiments dirigés vers les villes102.

  • 103 À côté de liberté, république, peuple et nation, ciudadano est sans aucun doute l’un des termes de (...)
  • 104 Le Dictionnaire de la Real Academia de 1843 introduit, pour la première fois, -très tardivement co (...)
  • 105 Ainsi, le Code Civil (1889), dans le chapitre “De los españoles y extranjeros”, consacre plusieurs (...)

49En deuxième lieu, nous souhaiterions souligner le profond attachement du républicanisme au concept de citoyen, attachement qui se fait jour au long de ces deux siècles103 et qui a été observé dans notre petite statistique concernant le lexique du constitutionnalisme espagnol. Par ailleurs, au fil du temps, ce terme, qui, au début du xixème siècle, avait une connotation résolument révolutionnaire, a perdu peu à peu de sa radicalité. Son entrée dans le Dictionnaire officiel de l’Académie au milieu du xixème siècle contribue à banaliser le terme104. À cette époque, le concept de nationalité commençait aussi à être diffusé en tant que face « externe » de la citoyenneté et en tant que lien qui unit l’individu à l’État, à tel point que, dans le langage juridique, on confond fréquemment les deux concepts105.

***

50En conclusion, je voudrais exposer quelques réflexions.

  • 106 Bien qu’il existe déjà quelques travaux très prometteurs en histoire comparée des concepts (je pen (...)

51En premier lieu, j’aimerais insister sur la nécessité d’avancer sur le terrain d’une histoire socio-politique du langage qui nous permette, entre autres choses, de mettre en lumière les différences et similitudes entre les concepts fondamentaux autour desquels gravite la vie politique dans les différents pays et espaces linguistiques européens106. Ainsi, pour le cas qui nous occupe, nous pourrions tenter de mettre en parallèle les expériences, les vocabulaires et imaginaires relatifs à l’appartenance et à l’identité politique dans l’Europe moderne, tant du point de vue social (bourgeois/citoyen), que du point de vue territorial (habitant/sujet) et proprement juridique (vassal/sujet/citoyen).

  • 107 En fait, dans la Constitution de 1978, le mot vecino figure uniquement à l’art. 140, appartenant a (...)

52En ce qui concerne l’Espagne, le temps critique des Lumières tardives et de la Révolution libérale correspond à certains changements lexico-sémantiques de grande importance dans ce domaine terminologique. Les Espagnols cessèrent d’être des sujets du roi (ou du seigneur ou de l’évêque) pour le devenir de la nation-État (le nouveau souverain) et, en dépit de la racine étymologique du terme, ils cessèrent d’être citoyens de leur ville pour le devenir également de la nation (ou de la société tout entière). Les relations politiques devinrent beaucoup plus abstraites et perdirent, dans une bonne mesure, de leur caractère personnel pour élargir leur rayon territorial de référence et adopter une allure plus juridico-administrative. Pour ce qui est de la vecindad et du vasallaje, il semble qu’en principe les Espagnols auraient pu également se convertir en vecinos et en vasallos de la nation (comme ils l’avaient été du village ou de la province et du seigneur ou du roi, respectivement). Cependant, il n’en fut pas ainsi. Pour quelque raison, ce transfert s’avéra inacceptable pour les locuteurs. Le terme vasallo fut rapidement abandonné et, quant à vecino, certes le mot survécut et aujourd’hui encore c’est ainsi que nous appelons celui qui habite et paye des impôts dans une commune. Cependant, la centralité politique qu’avait ce terme dans la première Constitution libérale espagnole (celle de 1812), à une époque de transition entre systèmes, déclina dans les textes constitutionnels suivants pour finalement être circonscrit à son lieu naturel : l’administration locale107.

  • 108 Dans une de ses plus importantes contributions à l’histoire intellectuelle de la démocratie en Fra (...)
  • 109 Quelques travaux historiques récents présentent, à ce sujet, un bilan désolant : María Jesús Gonzá (...)

53Mais, au-delà des mots : que s’est-il réellement passé avec la citoyenneté108 ? Les Espagnols devinrent-ils réellement des citoyens au cours du xixème siècle ? L’esprit civique s’est-il enraciné dans la population ? Sur ce point, à la lumière de l’excellente historiographie actuelle sur le dernier quart du siècle, qui a permis de beaucoup mieux connaître les dessous du régime appelé Restauration, il est difficile d’être optimiste109. Si, à la fin du xviiième siècle, les Espagnols pénétraient peu à peu dans la modernité non sans certains handicaps (catholicisme intolérant et localisme, fondamentalement), cent ans plus tard, en dépit du suffrage universel masculin légalement reconnu, la pratique d’une citoyenneté authentiquement nationale continuait d’être problématique. La population, majoritairement rurale, souffrait d’un fort taux d’analphabétisme et le clientélisme ainsi que les pratiques électorales corrompues dessinaient un paysage bien peu flatteur. Si on y ajoute que les conservateurs ressentaient en général une méfiance instinctive vis-à-vis de la participation populaire en politique et que les partis de gauche naissants avaient ignoré le langage de la citoyenneté pour adopter celui de classe, on comprendra que la situation était bien loin d’être satisfaisante de ce point de vue. L’enthousiasme citoyen des élites de 1812 semblait s’être évanoui.

  • 110 Les publications se sont considérablement multipliées dans ces dix ou quinze dernières années, tan (...)

54Depuis lors, un siècle s’est écoulé. Et bien que personne ne doute que dans l’Europe actuelle nous soyons tous formellement des citoyens, les sujets d’inquiétude et de mécontentement ne manquent pas. Aux problèmes liés à la faible participation politique, aux demandes des nouveaux mouvements sociaux et aux tensions nées de l’immigration massive, sont venus s’ajouter les grands défis émanant de la nécessaire adaptation de la citoyenneté aux nouveaux cadres politiques transnationaux. Autant de facteurs qui expliquent assez l’essor actuel des études sur la citoyenneté110.

55Aujourd’hui, alors que l’on débat de plus en plus cette question et qu’on observe un nouveau changement d’échelle qui, n’en déplaise à certains, peut nous conduire à une citoyenneté européenne, il n’est peut-être pas inutile de tourner nos regards vers le passé. Un passé vieux d’un peu plus de deux siècles, au cours desquels quelques esprits éclairés, des libéraux et des républicains transformèrent profondément le contenu de ce concept. En donnant l’impulsion à cette transformation sémantique et en laissant de côté des usages plus traditionnels tels que citoyen romain, citoyen de Genève ou bien ciudadano de Toledo, ils ont complètement modifié les repères temporels et spatiaux pour commencer à parler, au grand dam de certains secteurs bien-pensants, de citoyens français ou de ciudadanos españoles.

Notes

1 Maria Inés Carzolio, “La construcción de identidades políticas en los siglos xvi y xvii. Súbditos y vecinos en la Castilla de los siglos xvi y xvii”, in Actas. Primeras Jornadas de Historia Moderna y Contemporánea, J. Casali de Babot et Ε. Bezián de Busquets, Tucumán (Argentina), Universidad Nacional de Tucumán, 1999, vol. I, pp. 143-163. L’incidence du facteur local sur l’identité socio-politique des sujets de la Monarchie de l’Espagne a pu se voir renforcée pendant les xviiè et xviiiè siècles, puisque les critères d’appartenance, tant dans l’Espagne péninsulaire que dans les Indes espagnoles, étaient de plus en plus basés sur la résidence et sur le ius soli (et de moins en moins sur la nature dérivée de l’origine ou le ius sanguinis) : José María Pérez Collados, Una aproximación histórica al concepto jurídico de nacionalidad, Zaragoza, Instituto Fernando el Católico, 1993, pp. 26-37. L’obtention de la « lettre de naturalisation » pour les étrangers dans le monde hispanique s’avérait, en tout cas, plus facile si les candidats étaient catholiques, un traitement différentiel qui montre jusqu’à quel point la communauté de foi constituait un lien politico-identitaire de la plus haute importance (Tamar Herzog, “’A Stranger in a Strange Land’ : the Conversion of Foreigners into Community Members in Colonial Latin America (17th-18th Centuries)”, Social Identities, 3/2 (1997), pp. 247-263, pp. 256 y 259).

2 “La politique est l’art de bien gouverner la ville”, affirme catégoriquement, par exemple, un auteur bien connu à la fin du xviè siècle, réédité à plusieurs reprises aux xviiè et xviiiè siècles (Jerónimo Castillo de Bovadilla, Política para corregidores y señores de vasallos en tiempo de paz y de guerra, Madrid, Luis Sánchez, 1597, t. I, livre I, cap. 28). Javier Fernández Sebastián, “Política”, in Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes, dirs., Diccionario político y social del siglo xix español, Madrid, Alianza Editorial, 2002, p. 539.

3 Ce fait socio-linguistique semble indiquer un rapide et profond renouvellement de la culture politique des élites au cours de ces années cruciales. Il est certes surprenant qu’en si peu de temps disparaisse presque complètement du langage politique —avec les exceptions qu’on verra ensuite— un terme aux racines si profondément hispaniques (de provenance médiévale, de toute évidence, mais très utilisé par les néo-scolastiques), déplacé par le nouvel imaginaire libéral-révolutionnaire. Au milieu du xixe siècle, Ramón Joaquín Domínguez, auteur d’un fameux Diccionario nacional (Madrid, R. J. Domínguez, 1846-1847), apostille ainsi la définition de vasallo du Dictionnaire de la Real Academia : « L’Académie devrait remarquer qu’une telle définition ne convient qu’aux serviteurs d’un roi ou d’un système de gouvernement absolu ; tant et si bien que dans notre Espagne, depuis que le système représentatif et constitutionnel est en vigueur, le mot vassal a été supprimé, car il offense la dignité espagnole, et qu’il a été remplacé par le mot sujet, non seulement dans le style familier et dans le langage savant, mais jusque dans les documents officiels eux-mêmes émanant directement de l’autorité suprême (...) ; et nous devons ajouter que nous considérons le terme en question comme marginal, propre aux temps où l’Espagne était régie par un pouvoir arbitraire et despotique ; et, par conséquent, comme périmé sur notre sol, tant il est peu en accord avec les mots actuels. ».

4 Les termes habitador et habitante semblent avoir été beaucoup moins utilisés.

5 Quant à burgés, burgense et, plus tard, burgués, bien qu’il s’agisse là d’un terme qui n’est pas absent, bien au contraire, du lexique espagnol depuis le Moyen Âge jusqu’au milieu du xviiie siècle, il ne fait pas de doute que son usage ait été assez limité (en tout cas, beaucoup moins fréquent que le terme français bourgeois). Il est certain que déjà Gonzalo de Berceo au xiiie ou l’archiprêtre de Hita au xive siècle consignent dans leurs œuvres, à plusieurs reprises le mot burgés (et, dans tous les textes juridiques castillans, on oppose nettement les quasi synonymes « çibdadano o burgés », d’une part, à la condition de « Cavallero », d’autre part : Fuero Viejo de Castilla [1356], éd. de A. Barrios García et G. del Ser Quijano, Salamanca, CILUS, 1999, p. 171, de sorte que dans l’Espagne wisigothique et médiévale cives et burgenses apparaissent comme des synonymes : Diccionario de Historia de España, Germán Bleiberg, dir., Madrid, Revista de Occidente, 1968-1969, 2a edic, s. v. “ciudadanos”, t. I, p. 842), et que même le père Isla parle occasionnellement dans son roman satirique Fray Gerundio de Campazas (1758) de « burgueses » ; cependant, durant les deux premiers tiers du xixe siècle, le secteur social compris entre l’aristocratie et les classes subalternes apparaîtra dans le discours socio-politique de préférence sous la dénomination de clase media : le terme burguesia ne sera incorporé à la langue espagnole qu’au cours du Sexenio democrático (1868-1874), calqué sur le mot français bourgeoisie (Juan Francisco Fuentes, “Clase media”, in Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes, dirs., Diccionario político y social del siglo xix español, op. cit., pp. 164-166). Dans le passage du vieux burgés des époques médiévale et moderne au nouveau burgués du xixe (passage qui, comme nous l’avons vu, ne s’est pas opéré sans solution de continuité) un changement substantiel s’est produit. Un changement que l’on saisit mieux si l’on considère le concept opposé qui lui sert de contrepoint dans chaque cas : tandis que, jusqu’au xviiiè siècle, burgés se définissait par opposition au noble, le burgués du xixe siècle s’opposait surtout au proletariado.

6 Il s’agit là d’un schéma assez grossier. En premier lieu, il est évident que l’immense majorité des vecinos sont également des moradores et que tous les ciudadanos sont aussi des vecinos (et moradores), mais cette relation d’inclusion ou d’appartenance n’est pas représentée sur le tableau. En outre, la période historique de référence étant très longue, nous faisons abstraction de la dimension diachronique de ces processus, ce qui masque l’instabilité intrinsèque de telles notions. D’autre part, il est non moins évident que le sens des mots bourgeois ou citoyen dépend aussi en partie du sens que l’on donne aux racines sur lesquelles il sont formés : bourg ou cité (et plus tard ville) tout comme civis dépend de civitas ou ciudadano de ciudad—, sens qui a connu d’importantes variations au cours des siècles. La bande grisée entre bourgeois et citoyen tente de mettre en relief la grande synonymie existant entre les deux termes, tandis que la contiguïté entre les cases correspondant à bourgeois et ciudadano tente de montrer l’équivalence entre les deux termes dans un grand nombre de cas et de contextes. Du côté de la langue française, nous aurions pu intégrer une autre bande, plus petite, pour citadin, superposée, en partie, à citoyen et contigu à ciudadano. En ce qui concerne l’évolution du concept de ciudad on peut consulter la récente conférence de Juan Eloy Gelabert, “Idea de ciudad : de ‘vinculo societatis’ a ‘statitical entity’”, présentée au V Congrès du groupe HPSCG (History of Political and Social Concepts Group), qui s’est tenu à Vitoria et Bilbao du 30 juin au 2 juillet 2003 et dont les actes seront prochainement publiés (revue Historia Contemporánea, Bilbao, Universidad del País Vasco). Nous avons également connaissance de la soutenance d’une thèse de doctorat de Joan-Antón Sánchez de Juan, à l’Université Européenne de Florence, dirigée par le professeur Rafaelle Romanelli, intitulée Civitas et Urbs. The Idea of the City and the Historical Imagination of Urban Governance in Spain, 19th-20th Centuries (Florence, 2001).

7 Là où les Français étaient des bourgeois d’une ville ou des sujets du roi, les Espagnols étaient des vecinos d’un village ou d’une ville, ou des vasallos du roi. Une différence culturelle que l’on peut parfois rapprocher, semble-t-il, de ce qui se passe sur les deux rives du Rhin : Au jardin des malentendus. Le commerce franco-allemand des idées, Jacques Leenhardt et Robert Picht, ed., Arles, Actes Sud, 1997 (2è ed.).

8 L’abbé Girard consacre une entrée à la série habitant, bourgeois, citoyen dans son ouvrage Synonymes français (1736, 3a edic. 1741), où il met en rapport le premier terme avec la “résidence ordinaire”, le deuxième avec “une résidence dans les villes, & un degré de condition qui tient le milieu entre la noblesse & le paysan”, et le troisième avec “un rapport particulier à la société politique” qui fait du citoyen “un membre de l’État”, apte à recevoir “des charges & des emplois”. De son côté, Diderot rédige dans l’Encyclopédie (1753) une entrée sur le même thème (Bourgeois, Citoyen, Habitant), où, après avoir exposé les différences entre ces “termes relatifs à la résidence”, conclut que “l’habitation suppose un lieu ; la bourgeoisie suppose une ville ; la qualité de citoyen, une société dont chaque particulier connaît les affaires & aime le bien, & peut se promettre de parvenir aux plus hautes dignités”.

9 En accord avec de telles prémisses, la définition de ciudadano de Sebastián de Covarrubias dans son Tesoro de la lengua castellana o española (1611) inclut une clause où il est dit que pour “repartir los oficios [i. e., les charges municipales et les magistratures] [habrá de guardarse] la costumbre y fuero de Reino o tierra”.

10 Pendant le xviiiè siècle, les habitants d’une commune s’appellent eux-mêmes vecinos, indépendamment de la taille de l’agglomération où ils habitent (alors que ciudadano est un terme aux résormances classiques, nimbé d’une aura de prestige, et essentiellement littéraire, des mots comme villanos, lugareños ou aldeanos sont trop péjoratifs). Cependant, le Recensement d’Ensenada (1756) établit une distinction, à des fins statistiques, en fonction de la taille de l’agglomération, entre ciudadanos, villanos et lugareños : Millán Urdiales, “Sobre el léxico de la administración en el siglo xviii”, Cuadernos de Estudios del Siglo xviii, n° 8 et 9 (1998-1999), pp. 187-208, p. 201.

11 Il convient, néanmoins de signaler une différence de nature affective entre les deux mots : tandis que “súbdito n’implique que soumission et obéissance”, “vasallo, plus affectif et traditionnel, parle d’obéissance, fidélité et adhésion” (Rafael Lapesa, “Ideas y palabras : Del vocabulario de la Ilustración al de los primeros liberales”, Asclepio, Madrid, XVIII-XIX (1966-1967), pp. 189-218, p. 207).

12 Diccionario de Historia de España, G. Bleiberg, dir., op. cit., vol. 3, s. ν. “vasallaje natural”.

13 C’était là aussi le langage de la littérature politique du moment. Ainsi un des théoriciens les plus connus de l’Espagne baroque, Saavedra Fajardo, parle indistinctement de súbditos et de vasallos (et aussi, occasionnellement, de ciudadanos), même si, conformément à une tradition antiabsolutiste d’empreinte scolastique bien ancrée, ce même auteur rappelle souvent qu’un prince juste doit respecter chez ses vassaux ces libertés “fueros y privilegios que justamente poseen” : Diego de Saavedra Fajardo, Idea de un principe politico-cristiano, representada en cien empresas [1640], in Obras, Madrid, Atlas, 1947, Biblioteca de Autores Españoles, tome XXV, Empresa XX, pp. 54-55.

14 Pour comprendre certaines différences politiques de l’Espagne du moment avec la France révolutionnaire, on peut se reporter à El Espectador Sevillano (1809) où il est écrit “les privilèges féodaux n’ont jamais été aussi absurdes et injustes chez nous qu’en France”. Le débat sur l’absence de féodalisme en Espagne (ou du moins son caractère relativement bénin par rapport au féodalisme européen) —et aussi sur la paradoxale survivance post mortem de certains traits féodaux— était déjà posé il y a deux siècles et n’a pas cessé jusqu’à aujourd’hui (pour une brève synthèse du débat au xixè siècle : Juan Francisco Fuentes, “Feudalismo”, in Diccionario político y social del siglo xix español, op. cit., pp. 310-313). Par ailleurs, dans le français actuel nous trouvons également quelques termes juridico-politiques d’usage courant dont les racines médiévales sautent aux yeux, c’est le cas du terme allégeance, en rapport avec la nationalité, qui, à l’origine, renvoie à un lien personnel d’allure indéniablement féodale (voir, en ce sens, Henry Lévy-Ullmann, Droit international privé, Paris, Les Cours du Droit, 1932, p. 304).

15 La sentence « Dieu ! Quel bon vassal s’il avait un bon seigneur », issue du Cantar de Mío Cid (poème épique du milieu du xiiè siècle), est un dicton très commun en Espagne et a très souvent été utilisé dans la littérature et la satire politique, presque toujours pour dénoncer la tyrannie ou le mauvais gouvernement.

16 René Andioc, Teatro y sociedad en el Madrid del siglo xviii, Madrid, Castalia, 1976, pp. 390-394 ; Juan Luis Alborg, Historia de la literatura española. Siglo xviii, Madrid, Gredos, 1972, t. III, p. 616.

17 Le passage dans lequel un correspondant fictif évoque « ce qu’écrivent les Européens non espagnols au sujet de la conquête de l’Amérique », fait remarquer que « si du côté des Espagnols on n’entend que religion, héroïsme, vassalité et autres termes dignes de respect, du côté des étrangers ne résonnent que cupidité, tyrannie, perfidie et autres mots non moins épouvantables » (José Cadalso, Cartas Marruecas, Madrid, Cátedra, 1993, carta IX, pp. 110-111 ; plus tard, il mentionne à nouveau, entre autres “choses sérieuses”, le patriotisme, la vassalité et les progrès de la philosophie : ibid., p. 304) ; il convient de préciser que, bien que ces lettres aient été publiées pour la première fois dans la presse en 1789, le texte en avait été rédigé en 1773-1774. Son auteur, militaire et écrivain, très connu en Espagne, fait souvent l’apologie de l’“hombre de bien” (une figure analogue à l’honnête homme en France).

18 León de Arroyal, Cartas político-económicas al conde de Lerena [1786-1790], éd. Α. Elorza, Madrid, Ciencia Nueva, 1968, et, du même auteur, Cartas económico-políticas [1792-1795], éd. de J. Caso González, Oviedo, Cátedra Feijoo, 1971. La citation, dans Pan y Toros y otros papeles sediciosos de fines del siglo xviii, A. Elorza, éd., Madrid, Ayuso, 1971, p. 18.

19 Sur les débuts de la Guerre d’Indépendance en Espagne et la formation de juntas (assemblées) provinciales la bibliographie est très abondante. Voir, en français, la récente publication de Richard Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-1812, Paris, la Boutique de l’Histoire, 2001, pp. 140ss. Par ailleurs, le juntismo représente la voie révolutionnaire par excellence dans l’Espagne du xixè siècle : Antonio Moliner Prada, Revolución burguesa y movimiento juntero en España, Lérida, Ed. Milenio, 1997.

20 François-Xavier Guerra, Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, México, FCE, 2000, 3è éd., p. 334. Le mot vasallo est, en effet, très souvent employé dans les premiers bans et proclamations des débuts de la Guerre d’Indépendance. Ainsi, une circulaire de la Junta de Murcia adressée aux autres Juntas du royaume évoque la fidélité et la réciprocité des serments “entre el Rey y sus vasallos” (Sabino Delgado, Guerra de la Independencia. Proclamas, bandos y combatientes, Madrid, Editora Nacional, 1982, p. 47).

21 Álvaro Flórez Estrada, Constitución para la Nación española, présentée à la Junta Central le 1er novembre 1809, in Obras, Madrid, Atlas, 1958, Biblioteca de Autores Españoles CXIII, p. 334. Peu après, et dans un sens similaire, Valentín de Foronda, écrit en paraphrasant Rousseau : “J’appelle citoyens (ciudadanos) ceux qui participent de droit à l’Autorité Souveraine et sujets (súbditos) les mêmes citoyens soumis aux Lois ; mais de mon Dictionnaire est banni le mot vassaux (vasallos) ainsi que l’expression Seigneur de vassaux (Señor de vasallos), parce qu’ils sont entachés par la féodalité inique » (El Patriota Compostelano, n° 17, 17-VII-1811, à présent in Valentín de Foronda, Escritos políticos y constitucionales, éd. de Ignacio Fernández Sarasola, Bilbao, Universidad del País Vasco, 2002, p. 219). Dans leur souci de « gouverner le dictionnaire » politique, les Cortès de Cadix émirent, très tôt, plusieurs dispositions en accord avec ces objectifs. Dans son décret d’abolition des seigneuries (señoríos) (6-VIII-1811), concrètement, il est précisément ordonné : “Sont abolies les dénominations de vassal et vassalité” (Semanario Patriótico, n° 71, 15-VIII-1811, p. 90). Il semble, cependant, qu’en l’Amérique hispanophone ce mot n’a pas disparu des écrits officiels ; Maria Teresa García Godoy évoque en particulier le cas mexicain : Las Cortes de Cádiz y América. El primer vocabulario liberal español y mejicano, 1810-1814, Sevilla, Diputación de Sevilla, 1998, p. 325). En revanche, súbdito apparaît comme plus neutre, exempt de la connotation dégradante contenue dans vasallo (María Cruz Seoane, El primer lenguaje constitucional español (las Cortes de Cádiz), Madrid, Moneda y Crédito, 1968, pp. 117-118). Sans doute ce rejet expéditif de la vassalité a-t-il été facilité par la rapide diffusion dans la Cadix des Cortès des dénominations péjoratives servil et servilismo employées pour dénigrer les partisans de l’Ancien Régime, au point que les deux termes ne tardent pas à devenir les antonymes de liberal et liberalismo (deux substantifs qui, on le sait, apparaissent aussi à Cadix en 1811 pour désigner spécifiquement le “parti” ou le courant politique des partisans des réformes : Juan Francisco Fuentes et Javier Fernández Sebastián, “Liberalismo”, in Diccionario político y social del siglo xix español, op. cit., pp. 415-418).

22 Diario de Sesiones de las Cortes Extraordinarias, Cádiz, Impr. Real, t. XI, député Leiva, 6-IX-1811. la lecture de la proclamation connue sous le nom de El Labrador de Reus permet de se faire une idée de la satisfation avec laquelle est reçu dans les milieux libéraux « le manteau sacré de la CITOYENNETÉ » (« el sagrado manto del CIUDADANATO » [sic]), que cet anonyme paysan catalan tient pour un suprême titre de noblesse (voir d’autres exemples d’une « euphorie civique » similaire, quelques années plus tard dans le pays péninsulaire voisin in Telmo Dos Santos.Verdelho, As palavras e as ideias na Revoluçao Liberal de 1820, Coimbra, Instituto Nacional de Investigaçao Científica, 1981, pp. 248-259). Un titre que la patrie a décerné aux Espagnols en récompense de leurs sacrifices contre le despotisme intérieur et la tyrannie extérieure (voir le texte de cette proclamation repris dans mon édition de El « Correo de Vitoria » (1813-1814), Vitoria, Ayuntamiento de Vitoria-Gasteiz, 1993, in fine). « Le sang de cinq cent mille victimes sacrifiées sur l’autel de la patrie aimée n’a-t-il pas suffi [...] pour qu’on nous accorde le titre honorable de citoyens (ciudadanos) ? », s’interroge un journal libéral à la veille du retour en Espagne de Ferdinand VII (El Tribuno del Pueblo Español, 20-11-1814). C’est pourquoi, lorsque ce monarque s’adressera, en mars 1814, aux Espagnols en les appelant « mes chers vassaux », une vague d’indignation parcourra la presse libérale doceañista et plusieurs députés s’élèveront devant les Cortès contre cette dénomination infamante. Outre-Atlantique, des sentiments similaires se sont également fait jour (ainsi, José Faustino Carrion, dans son Discours préliminaire au projet de 1823, évoque la citoyenneté comme étant « l’attribut le plus glorieux et le plus respectable » cité par F.-X. Guerra, Modernidad e independencias, op. cit. p. 357), mais il ne faut pas négliger le poids des communautés traditionnelles dans ces pays, dans la pratique probablement, comme l’a écrit François-Xavier Guerra, « les seuls citoyens dans le sens moderne du mot sont les membres des élités qui ont intériorisé leur condition de citoyen, c’est-à-dire, la culture démocratique moderne » (ibid., p. 361). Une caractérisation que l’on pourrait étendre non seulement aux pays de l’Amérique espagnole, mais dans une bonne mesure aussi à la métropole. Sur l’introduction de la notion de citoyenneté dans l’aire latino-américaine, depuis les débuts de l’émancipation, il existe de nombreux travaux. Voir, en particulier, l’intéressante contribution de Vicente Oieni, “El imaginario de la ciudadanía en el proceso de emancipación del Río de la Plata”, in Los múltiples desafios de la modernidad en el Río de la Plata (Actas del VII Congreso Internacional del CELCIRP), Göteborg, Göteborgs Universitet, 2001, pp. 81-90. Oieni souligne que dans les espaces hispano-américains « l’institution de la citoyenneté ne fut pas le produit d’un lent développement depuis l’époque coloniale jusqu’à l’époque moderne, mais elle fut implantée par les élites, par le haut, chez des communautés immatures pour assimiler les formes de représentation nées de la Révolution française » (ibid., p. 89). Voir également la review essay de Hilda Sàbato, “On Political Citizenship in Nineteenth-Century Latin America”, in The American Historical Review, 106/4 (2001), pp. 1290-1315).

23 On a très souvent souligné le caractère multifocal, dispersé, essentiellement local et plus ou moins populaire du soulèvement du peuple espagnol contre les Français au printemps 1808 ainsi que l’importance du facteur religieux (pour une vision d’ensemble, l’excellente synthèse de Jean-René Aymes, La Guerra de la Independencia en España (1808-1814), Madrid, Siglo xxi, 1980, reste indispensable). Les documents et proclamations de première heure regorgent d’invocations à cette relation bilatérale entre le roi et ses vassaux, à ce devoir de loyauté mutuelle. Ce n’est pas un hasard si, comme on a pu l’observer, le cri qui ouvre le soulèvement populaire du 2 mai 1808 à Madrid est “¡ Vasallos, a las armas !”, en même temps que Napoléon est qualifié de tyran, dans une bonne mesure parce qu’il est vu comme un perfide usurpateur, coupable de trahison et infidèle à la parole donnée (F.-X. Guerra, Modernidad e independencias, op. cit., pp. 151 y 154). Les postulats pactistes de cette cosmovision politique sont également visibles, lorsque nous lisons, dans un Catecismo politico cristiano publié à Santiago de Chile en 1810, que « les habitants et les provinces d’Amérique ont juré fidélité aux souverains d’Espagne, qu’ils n’ont juré fidélité ni ne sont vassaux des habitants et des provinces d’Espagne » (ibid., pp. 187 ; voir aussi un texte mexicain similaire, p. 209). Et quant à la prééminence des corps municipaux en tant que véritable incarnation du corps politique, il ne faut pas perdre de vue que lors de l’effondrement du pouvoir légitime de la Monarchie, le pouvoir revient aux communautés politiques de base, aux villages, provinces et villes qui l’intègrent. De sorte que « le ‘peuple’ qui réassume la souveraineté est, dans la pratique, les ‘peuples’«  auxquels il revient de reconstruire la nation ; voir l’explication que donne fray S. Teresa de Mier dans le prologue de son Historia de la Revolución de Nueva España (1813) des expressions telles que « consejo municipal », « ayuntamiento », « junta », « cabildo », « ciudad » ou « villa » (ibid., pp. 124, 338 y 339). Un court résumé de la séquence du soulèvement dans les provinces péninsulaires in R. Hocquellet, Résistance et Révolution, op. cit., pp. 74-84.

24 Diario de Sesiones de las Cortes Extraordinarias, Cádiz, Imprenta Real, t. XI, 4-IX-1811. Deux autres définitions : « N’est pas citoyen dans le dictionnaire des hommes libres celui qui habite une cité, mais celui qui partage la jouissance de la souveraineté » (Abeja Española, núm. 15, 26-IX-1812, p. 114). « Q. Eh bien, que veut dire citoyen espagnol ?/ R. Cela signifie homme libre et partie constitutive du Peuple Espagnol Souverain » (« P. Pues ¿qué quiere decir : ciudadano español ?/ R. Significa hombre libre, y parte constitutiva del Soberano Pueblo Español ») (El Robespierre Español, n° 11, 1811, pp. 164-165). Les deux citations in M. T. García Godoy, Las Cortes de Cádiz y América, op. cit., p. 329.

25 Pablo Fernández Albaladejo, “Católicos antes que ciudadanos. Gestación de una ‘política española’ en los comienzos de la Edad Moderna”, in Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la corona de Castilla (s. xvi-xviii), José Ignacio Fortea Pérez, éd., Santander, Universidad de Cantabria, 1997, pp. 103-127.

26 Comme le démontre le fameux article 12 de la Constitution de 1812, qui consacre l’intolérance religieuse de la nation espagnole, en proclamant la religion catholique, apostolique et romaine “unique véritable”, et en interdisant « l’exercice de n’importe quelle autre ». José Maria Portillo Valdes, Revolución de Nación : orígenes de la cultura constitucional en España, 1780-1812, Madrid, CEPC, 2000, en particulier le ch. 2 de la 1ère partie et la 3ème partie, pp. 33ss. et 259ss. Voir également du même auteur La Nazione cattolica. Cadice 1812 : una costituzione per la Spagna, Manduria-Bari-Roma, Piero Lacaita Editore, 1998.

27 Pour la résurrection des valeurs républicaines dans l’Europe de la Renaissance, en particulier dans les villes italiennes, voir Quentin Skinner, Los fundamentos del pensamiento politico moderno. I. El Renacimiento, México, FCE, 1985, pp. 164ss.

28 Ainsi, Alonso de Castillo, qui réagit à chaud à la rébellion des Comunidades, consacre un chapitre de son Tractado de República (Burgos, 1521) à expliquer “qué cosa sea ciudadano y qué cosa sea república”. Quelques années plus tard, Juan Ginés de Sepúlveda, dans le sillage d’Aristote, identifie “la virtud que caracteriza al buen varón” à celle du “buen ciudadano” et écrit que seul est citoyen « celui qui a le pouvoir de juger et de délibérer », bien qu’il s’éloigne du Stagirite en comprenant la capacité de juger d’une façon plus large, qui ne se limite pas au pouvoir juridictionnel, mais, d’une certaine manière, seraient juges également « ceux qui par leur vote désignent les magistrats » (José A. Fernández-Santamaría, El Estado, la guerra y la paz. El pensamiento político español en el Renacimiento, 1516-1559, Madrid, Akal, 1988, pp. 36-39 y 194-197).

29 Pablo Fernández Albaladejo, “Católicos antes que ciudadanos”, art. cit., pp. 118-127. Le mot ciudadano est également employé par des poètes et dramaturges comme Garcilaso ou Lope de Vega, par des polygraphes comme Gracián ou par des historiens comme Mariana (le jésuite Mariana, par exemple, en dépit de sa réputation en tant que théologien du tyrannicide, fait une lecture monarchiste de la tradition républicaine de salus populi : partant de l’image rex comme caput reipublicae, Juan de Mariana écrit que « le salut de la République consiste en l’amour et la bienveillance des citoyens envers leur tête ».

30 Ibid., pp. 118-120.

31 J. G. A. Pocock, “The Ideal of Citizenship since Classical Times”, in Ronald Beiner, ed., Theorizing Citizenship, New York, State University of New York Press, 1995. On peut voir un bref passage en revue de cette tradition, qui définit l’homme essentiellement en tant que citoyen et qui défend une morale politique basée sur la vertu face à l’exaltation de l’intérêt privé, in Helena Béjar, El corazón de la república. Avatares de la virtud política, Barcelona, Paidós, 2000.

32 « Un citoyen au sens plein » avait écrit Aristote « ne peut pas être mieux défini que par la participitation à une fonction judiciaire et à une magistrature » (La Politique, III, 1, 1275a).

33 Comme l’a observé Michael Walzer, lorsque le Juif Paul de Tarse fait valoir devant le Sanhédrin sa condition de citoyen romain (Actes des Apôtres, 23, 27), il ne s’imaginait pas lui-même comme le membre actif et engagé d’une communauté politique, mais plutôt comme un simple récepteur passif de droits ou d’immunités légales très concrètes (Michael Walzer, “Citizenship”, in Terence Ball, James Farr y Russell L. Hanson, éds., Political Innovation and Conceptual Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, pp. 214-215).

34 Le mythe de Sparte (et en particulier de Lycurgue) pèse à tout instant sur cette tradition du discours. Voir, entre autres, Claude Mosse, L’Antiquité dans la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1989, pp. 87ss. Et pour le cas particulier de Rousseau, Denise Leduc-Fayette, Jean-Jacques Rousseau et le mythe de l’Antiquité, París, J. Vrin, 1974, pp. 71 ss.

35 Juan Pablo Forner, Discurso sobre al amor a la patria [1794], in Obras, éd. de Luis Villanueva, Madrid, Impr. de la Amistad, 1843, t. I, p. 204.

36 Daniel Gordon, Citizens without Sovereignty. Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1994. Il conviendrait d’envisager ici d’intéressants parallélismes et divergences existant entre ces citoyens sans souveraineté des académies et des cercles de sociabilité espagnols et français du xviiiè siècle et le modèle conceptuel émergent de la société civile dans le monde germanique (Bürgergesellschaft), définie par A. L. Schlözer comme une societas civiles sine imperio (Staatsanzeingen 17 [1792], p. 354, cit. Reinhart Koselleck, “Three bürgerliche Worlds? Preliminary Theoretical-Historical Remarks on the Comparative Semantics of Civil Society in Germany, England, and France”, in The Practice of Conceptual History. Timing History, Spacing Concepts, Stanford, California, Stanford University Press, 2002, pp. 208-217, p. 211).

37 La bibliographie sur ces sociétés est très abondante et a considérablement augmenté depuis que Paule Demerson, Jorge Demerson et Francisco Aguilar Piñal ont publié, il y a bientôt trois décennies, leur ouvrage Las Sociedades Económicas de Amigos del País. Guía del investigador, San Sebastián, Gráficas Izarra, 1974.

38 Capmany prend comme modèle, en particulier, la société de Paris, la seule, selon Capmany, « où le paysan est assis à côté du prince » (ms. cit. Jean Sarrailh, La España ilustrada de la segunda mitad del siglo xviii, México, Fondo de Cultura Económica, 1974, p. 232 et n., où sont proposés des exemples expressifs de ces pratiques égalitaires. D’autres exemples dans mon étude “The Awakening of Public Opinion in Spain. The Rise of a New Power and the Sociogenesis of a Concept”, in Opinion, Peter-Eckhard Knabe, éd., Berlin, Berlin Verlag-European Science Foundation, 2000, pp. 45-79, p. 52.

39 Pablo Fernández Albaladejo, “Dinastía y comunidad politica : el momento de la patria”, in P. Fernández Albaladejo, éd., Los Bortones. Dinastia y memoria de nación en la España del siglo xviii, Madrid, Marcial Pons/Casa de Velázquez, 2001, pp. 485-532.

40 Idéaux irénistes que l’on retrouve très souvent chez Jovellanos, entre autres (voir, par exemple, “Memoria sobre Educación Pública, o sea Tratado teórico-práctico de enseñanza”, in Obras Escogidas, Madrid, Espasa-Calpe, 1996, II, pp. 120-121). Le topique démocratisant qui fait de la citoyenneté romaine (qui s’étend progressivement à tous les peuples et culmine dans l’édit de Caracalla, en 212), couronnée ensuite par le christianisme, une étape fondamentale sur le chemin vers l’intégration du genre humain, est répété d’innombrables fois dans les discours historiques et politiques à partir des dernières années du xviiiè siècle et tout au long du xixè. Un exemple du milieu du siècle : Emilio Castelar, dans un discours lu à l’Universidad Central en 1853 sur “Lucain, sa vie, son génie, son poème”, vante l’ouverture montrée par Rome qui fut capable d’outrepasser son enfermement dans les sept collines, en faisant que « le droit de citoyenneté [...] soit étendu à toute la terrre, à tous les hommes, créant ainsi l’humanité, faisant d’elle un seul corps, afin que le souffle du christianisme lui confère un seul esprit », Discursos políticos y literarios, Madrid, Impr. de J. A. García, 1861, p. 129.

41 Juan Meléndez Valdés, Discursos forenses [1791-1809], Madrid, Fundación Banco Exterior, 1986, pp. 41 et 138-139. Nous rencontrons très souvent dans les écrits de cette époque le dictum cicéronien qui signale que seule la soumission à la loi rend possible la liberté : Legum idcirco omnes servi sumus, ut liberi esse possimus (“Nous sommes esclaves des lois pour pouvoir être véritablement libres”) : ibid., p. 41 ; José Agustín Ibáñez de la Rentería, Reflexiones sobre las formas de gobierno (1783), in Javier Fernández Sebastián, éd., La Ilustración política, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1994, pp. 131, 163 et 189).

42 L’opposition frontale entre súbdito et ciudadano est un topique imprécis et relativement récent, que l’on ne trouve pas exprimé avec cette radicalité dans l’Europe moderne, où les deux termes sont souvent présentés comme complémentaires. Il n’est que de penser à Jean Bodin qui définit le citoyen comme“un sujet libre dépendant de la souveraineté d’un autre“ (Thomes Hobbes écrira également dans son De cive [1646] que ”tout citoyen s’appelle sujet de celui qui a le pouvoir suprême”). Pour Bodin c’est justement l’attention, la justice et la défense exercées à l’endroit du sujet par le prince et la reconnaissance et l’obéissance du premier envers le second, ce qui fait le citoyen (Les six livres de la République, 1576, I.6). Outre cette conception générique de citoyen, circulent également dans l’Espagne du xvie siècle d’autres conceptions de nature socio-juridique, qui définissent le citoyen —en particulier dans certaines villes de la Couronne d’Aragon— pratiquement comme une classe ou un statut social, faisant référence par ce terme au patriarcat urbain qui, bien que n’appartenant pas à la noblesse, contrôlait les institutions locales (dans le Tesoro de la lengua castellana o española de Covarrubias [1611] on caractérise le citoyen comme « un état intermédiaire entre les chevaliers ou hidalgos et [...] les artisans ». Selon d’autres sources juridiques, le statut de citoyen est simplement identifié au roturier urbain, par opposition à la basse noblesse des chevaliers et des écuyers (v. citation de la Nueva Recopilación dans une des acceptions du terme “Civil” dans le Diccionario de Autoridades de la Real Academia, 1729). Une analyse attentive de quelques entrées du dictionnaire de Covarrubias et d’autres documents de l’époque fait apparaître d’autres oppositions sémantiques (par exemple, entre ciudadano et villano) et permet de déduire la hiérarchie socio-lexiacle suivante, selon le lieu de résidence : cortesano, ciudadano, villano et aldeano. À Barcelone et dans d’autres villes catalanes, les ciutadans honrats en vinrent à posséder une partie substantielle du gouvernement municipal. Il y a plus encore : des auteurs castillans de la fin du xve siècle et du début du xvie, comme Pedro Martínez de Osma et Fernando de Roa, commentateurs de l’œuvre d’Aristote, conçoivent le roi lui-même comme un homme bon et un vertueux citoyen qui, avant d’accéder au pouvoir, aurait déjà démontré ses qualités en tant que citoyen excellent : les conditions de princeps, bonus vir, subditus et civis se trouveraient ainsi réunies dans la personne du monarque (Fernández Albaladejo, “Católicos antes que ciudadanos”, art. cit., pp. 116-117).

43 Raymonde Monnier, “La notion de citoyen en France des Lumières à la Révolution : définitions, normes et usages”, communication présentée au V Congreso du groupe HPSCG (History of Political and Social Concepts Group), Vitoria et Bilbao 30 juin-2 juillet 2003, texte mécanographie, p. 4 (aimablement communiqué par l’auteur).

44 Contrat Social (1762), I, vi. “Llamo Ciudadanos a los que participan por derecho de la Autoridad Soberana, y subditos a los mismos Ciudadanos como sometidos a las Leyes“, traduit un liberal éclairé espagnol dans El Patriota Compostelano, n° 17, 17-VII-1811 (Valentín de Foronda, Escritos políticos y constitucionales, éd. de Ignacio Fernández Sarasola, op. cit., p. 219).

45 Bien que, en accord avec cette tradition bien ancrée, les éditions sucessives du Dictionnaire de la Real Academia continuent de définir, jusqu’au milieu du xixe siècle, le citoyen, dans l’une de ses acceptions, simplement comme un « homme bon », la littérature politique de la fin du xviiie siècle accuse déjà la possibilité d’un divorce entre les deux conditions. « Tu reconnaîtras que même s’il est un homme bon », écrit José Cadalso dissertant sur le patriotisme, « il doit être un mauvais citoyen » (Cartas Marruecas, LXX, op. cit., p. 256). Et León de Arroyal, dans une lettre de 1792, où il met l’accent sur la nécessité de « vertueux citoyens », souligne que « l’homme, considéré en tant qu’homme, a certaines obligations, en tant que citoyen, il en a d’autres et d’autres encore, en tant que religieux ; les confondre entraîne nécessairement la confusion dans le gouvernement et le bouleversement du monde » (Cartas económico-políticas [1792-1795], éd. de J. Caso González, Oviedo, Cátedra Feijoo, 1971, p. 171).

46 Pour l’auteur de “Cartas de Cosmosia”, le monopole de la propriété ou « monopole de la richesse » possédé par quelques-uns (i. e., le régime économique pré-capitaliste) imposait aux Cosmosiens une situation « d’énorme inégalité » et d’injustice radicale qui creusait « entre homme et homme, entre Citoyen et Citoyen, une différence plus grande [...] que celle qui existait dans les anciennes nations entre l’homme libre et l’esclave » (El Censor, t. V, discurso CVI, 25-V-1786, p. 713, voir les commentaires de José Maria Portillo Valdés, Revolución de Nación : orígenes de la cultura constitucional en España, 1780-1812, op. cit., pp. 34-38).

47 Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe de la Sociedad Económica de Madrid al Real y Supremo Consejo de Castilla en el expediente de Ley Agraria [1795], J. Lage, éd., Madrid, Cátedra, 1982, p. 211.

48 Il suffit de jeter un coup d’œil au CORDE (Corpus Diachronique de l’Espagnol) pour le vérifier. Cette base de données est consultable en ligne sur le site Web de la Real Academia Española : www.rae.es.

49 Cette tendance est déjà visible chez Feijoo, davantage comme horizon d’attente que comme champ de l’expérience : ainsi, le regard tourné vers l’avenir, le bénédictin va jusqu’à augurer que si la vertu et le mérite de chacun constituaient le seul moyen « pour parvenir à l’estime commune », si chacun était estimé pour ses œuvres et non pour celles de ses aînés, il y aurait de « bons citoyens » dans la République (Teatro Crítico, IV, 2, 37). De ce fait, remarque Alvarez de Miranda, le citoyen « en tant que modèle social vers lequel tendront les aspirations des esprits éclairés, se fraye résolument un chemin dans le vocabulaire à l’époque de Feijoo » (Pedro Alvarez de Miranda, “Aproximación al estudio del vocabulario ideológico de Feijoo”, Cuadernos Hispanoamericanos, n° 347 (1979), pp. 367-393, p. 378). Ce processus s’affirme à l’époque de Charles III, lorsque Campomanes consacrera à ce monarque son Tratado de la regalia de amortización, il imprimera en lettres capitales le mot citoyen, en déclarant que « le devoir de CITOYEN m’anime à désirer la prospérité de la Nation » (Rafael Lapesa, “deas y palabras : Del vocabulario de la Ilustración al de los primeros liberales” Asclepio, Madrid, XVIII-XIX (1966-1967), pp. 189-218, p. 207). Il y a, cependant, une étape de transition où les mots ciudadano et vasallo apparaissent dans quelques textes avec une fréquence similaire : voir, dans ce sens, quelques données lexicométriques révélatrices dans mon étude introductive à l’œuvre politique de Rentería (1779-1783) : La Ilustración política. Las « Reflexiones sobre las formas de gobierno » de J. A. Ibáñez de la Rentería y otros discursos conexos, op. cit., p. 70.

50 aras Escolá remarque que le mot citoyen est un des concepts politiques les plus fréquents dans l’œuvre de Jovellanos, jusqu’au point de constituer une sorte de « mot-thème tant par la fréquence d’emploi que par la diversité de significations » (Fernando Baras Escola, El reformisme político de Jovellanos. Nobleza y Poder en la España del siglo xviii, Zaragoza, Universidad de Zaragoza, 1993, p. 212). Entre autres sens, ce même auteur signale les significations de habitant d’une ville, homme en société, compatriote et, surtout, citoyen-propriétaire.

51 La lettre datée du 8-X-1801 eut un large écho dans le pays grâce aux nombreuses copies manuscrites qui circulèrent parmi les Espagnols (Obras publicadas e inéditas, C. Nocedal, ed., Biblioteca de Autores Españoles XLVI, Madrid, Rivadeneyra, 1865, II, p. 581).

52 Parlant de la liberté du citoyen, le Président avait, en effet, écrit que “quand l’innocence des citoyens n’est pas assurée, la liberté ne l’est pas non plus” (De l’esprit des lois, XII, 2), et l’on sait bien que, lorsque ”la puissance de juger est associée a une autre, la liberté est perdue“ (ibid., XI, 6). Et, quant à la réitération de cette approche, on peut voir, par exemple, l’extrait d’une Exposición dirigida a S.M. la Reina Gobernadora par Romero Alpuente en 1834, dans laquelle il se plaint de certaines offenses du gouvernement à son endroit, et où ce magistrat écrit que « l’injustice faite à un sujet espagnol menace tous les Espagnols » (Juan Romero Alpuente, Historia de la Revolución española y otros escritos, éd. de A. Gil Novales, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1989, 2 vols., II, p. 450).

53 Pablo Fernández Albaladejo, “Dinastía y comunidad política : el momento de la patria”, en P. Fernández Albaladejo, éd., Los Borbones. Dinastia y memoria de nación en la España del siglo xviii, op. cit., pp. 485-532, p. 531. Voir également notre travail “El momento de la nación. Monarquía, Estado y nación en el lenguaje político del tránsito entre los siglos xviii y xix”, in 1802 : España entre dos siglos y la devolución de Menorca, Actes du Congrès International de Ciudadela (Minorque), 23-25 septembre 2002 (sous presse).

54 L’Américain David Ramsay interprète très tôt le changement révolutionnaire comme un passage « des sujets aux citoyens », en entendant par sujet « celui qui est sous le pouvoir d’un autre » et par citoyen « une unité dans l’ensemble du peuple libre » (A Dissertation on the Manner of Adquiring the Carácter and Privileges of a Citizen in the United States, Charleston, 1789, cit. Manuel Pérez Ledesma, “Ciudadanos y ciudadanía. Un análisis introductorio”, in Manuel Pérez Ledesma, comp., Ciudadanía y democracia, Madrid, Editorial Pablo Iglesias, 2000, pp. 1-35, p. 11).

55 Simon Bolivar, dans Carta de Jamaica (1815), parle des « droits du citoyen ou du sujet ». Quelques années plus tard, le jeune Donoso Cortès, dans sa critique doctrinaire du principe de souveraineté (qu’elle soit divine ou populaire), proclame que le sujet peut également être réduit en esclavage ou tyrannisé au nom du peuple : « le principe de souveraineté populaire, qui est un principe athée, est aussi un principe tyrannique, car où il y a un sujet qui n’a pas de droits et un souverain qui n’a pas de devoirs, il y a tyrannie ». Donoso —qui, comme tous les doctrinaires, souhaite harmoniser la liberté avec l’ordre—, se déclare favorable à un équilibre entre les droits du sujet et le pouvoir su souverain : « Lorsque l’école théocratique proclame l’ordre, ce mot signifie la toute-puissance d’un roi. Lorsque l’école démagogique proclame la liberté, ce mot signifie la liberté des factions ; et la liberté des factions et la toute-puissance d’un roi se traduisent en esclavage du sujet et en despotisme du souverain et le despotisme du souverain et l’esclavage du citoyen se traduisent en dégradation pour la société, en deuil pour les familles et en catastrophe pour les peuples » (Juan Donoso Cortès, Lecciones de Derecho Politico [1836-1837], éd. de J. Álvarez Junco, Madrid, CEC, 1984, pp. 23-24 et 55-56). Une décennie plus tard le libéral « modéré » Nicomedes-Pastor Díaz qualifie, dans Los problemas del socialismo (1848), Malthus de “très honnête citoyen” et de “sujet soumis à la loi et au gouvernement de sa patrie” (Obras políticas, J. L. Prieto Benavent, éd., Barcelone, Fundación Caja de Madrid/Editorial Anthropos, 1996, p. 596).

56 À juste titre, Juan Pro Ruiz a souligné, dans son commentaire pertinent à une intervention antérieure de Manuel Pérez Ledesma, qu’il ne faut pas négliger le rôle des devoirs en tant que « créateurs de citoyenneté » (Manuel Pérez Ledesma, comp., Ciudadanía y democracia, op. cit., pp. 150-151).

57 Si, d’un côté, le vieux sujet des monarchies absolues, devenu maintenant sujet de l’État, est racheté grâce à la nationalité, de l’autre, ce dernier concept va être confondu, à moyen terme, avec la citoyenneté (quelques réflexions sur cette fusion conceptuelle, qui est, de toute évidence, renforcée par l’extension progressive du ius sufragii, in Saïd Bouamama, Albano Cordeiro et Michel Roux, La citoyenneté dans tous ses états. De l’immigration à la nouvelle citoyenneté, Paris, CIEMI-L’Harmattan, 1992, pp. 40-41 y 153ss.). Notons que, dans l’Ancien Régime, súbdito était un terme qui s’appliquait habituellement à toute sorte de relation de subordination (non seulement vis-à-vis du roi : on pouvait être aussi sujet d’un noble ou d’un prélat. Ainsi, le Père Isla, dans son Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas alias Zotes [1758] présente Fray Gerundio comme sujet d’un certain ecclésiastique (José Jurado, éd., Madrid, Gredos, 1992, p. 734). À partir du xixè siècle, le sujet le sera exclusivement des lois et des pouvoirs de l’État.

58 Voir à ce sujet les raisons exposées par les constituants de Cadix pour justifier la représentation unique de la nation en une seule chambre : « Les grands, nobles, prélats, etc. n’ayant plus aujourd’hui de droits ni de privilèges exclusifs qui les placent en dehors de la communauté de leus concitoyens ou qui leur donnent des intérêts différents du bien commun de la nation, la raison qui était à l’origine des ordres [... ] n’existait plus » (Agustín de Arguelles, Discurso preliminar a la Constitución de 1812, L. Sánchez Agesta, éd., Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1981, p. 83).

59 Il convient, cependant, de rappeler que, depuis la perspective constitutionnelle de 1812, ciudadano et español ne sont pas précisément des synonymes. Comme l’a observé F.-X. Guerra, la citoyenneté, en dépit de sa grande amplitude de critères et de sa vaste extension en termes de pourcentage, ne laissait pas de se référer à un cercle restreint, résultant d’une série d’exclusions successives. Guerra signale les « cercles concentriques suivants » 1) ensemble de la population (esclaves et hommes libres) ; 2) hommes libres (titulaires de droits civils, nationaux et étrangers ; 3) nationaux (“espagnols” : hommes libres y compris les femmes et les enfants, « nés ou résidant dans les domaines des Espagnes et les enfants de ceux-ci », les étrangers qui aient obtenu leur « lettre de naturalisation » ou qui « aient dix ans de résidence ») ; 4) citoyens (de sexe masculin, majeurs, titulaires de droits politiques, à l’exclusion des « castes », i. e., originaires d’Afrique) (F.-X. Guerra, “El soberano y su reino”, art. cit., p. 44).

60 Ainsi dans le dénommé Manifiesto de los Persas (12-IV-1814), souscrit par un groupe de députés contre-révolutionnaires à la veille du retour de Ferdinand VII, où est revendiquée la monarchie absolue en tant que régime légitime, nettement différencié du despotisme, ses rédacteurs y parlent encore indistinctement des droits des súbditos et des vasallos. Quelques années plus tard, le général Zumalacárregui et un groupe de ses partisans s’adressent à Carlos Maria Isidro en tant que ”buenos subditos y fieles vasallos del señor don Carlos V“ (Antonio Pirala, Historia de la guerra civil y de los partidos liberal y carlista [1868], Madrid, Turner, 1984, I, pp. 88 et 145).

61 Dans le tableau, on a regroupé les occurrences de ciudadano/a (subst. et adj.) avec celles de “ciudadanía” et celles de vecino, avec ses dérivés “avecindado”, “vecindad” et “vecindario

62 Il faut, cependant, souligner que les deux constitutions démocratiques du xxè siècle (entre lesquelles s’étend, come on le sait, une sanglante guerre civile et une longue dictature) renferment des références bien explicites à la citoyenneté. Non seulement la Constitution de la république de 1931, mais aussi celle de 1978 (actuellement en vigueur en Espagne), où, à côté d’allusions à la citoyenneté civile et politique, sont consignés de nouveaux droits relatifs à la citoyenneté sociale (je reprends ici, bien entendu, le célèbre et contesté classement de T. H. Marshall : “Ciudadanía y clase social” [1949], in T. H. Marshall et Tom Bottomore, Ciudadanía y clase social, Madrid, Alianza, 1998, pp. 13-82). Il faut également souligner que, dans la première de ces deux constitutions, un nouveau pas décisif est franchi avec la reconnaissace de l’égalité politique entre hommes et femmes (art. 36 :“Los ciudadanos de uno y de otro sexo, mayores de veintitrés años, tendrán los mismos derechos electorales conforme determinen las leyes”). La citoyenneté féminine était objet de débat depuis plus d’un siècle. Vers 1820, le publiciste Minano avait écrit d’un ton moqueur « j’ai entendu qu’on appelait la bonne citoyenne et qu’on lui disait quelle ne pouvait plus supporter son asservissement » (Sebastián de Minano, Lamentos políticos de un pobrecito holgazán, in Satiras y panfletos del Trienio Constitucional (1820-1823), éd. de C. Morange, Madrid, CEC, 1994, p. 130). Un quart de siècle plus tard, le lexicographe Ramón J. Domínguez reproche au dictionnaire de l’Académie de ne pas avoir encore inclus la variante féminine dans l’entrée correspondante : « pour l’Académie, les citoyennes n’existent pas, bien que l’Académie en soit une » (Diccionario nacional, 1846, t. I). Dans ce long cheminement vers le suffrage féminin, l’inclusion de cette revendication dans le programme du Partido Socialista Obrero de 1918 fut plus décisive, on y demandait, en effet, la réforme électorale comprenant « le suffrage universel pour les deux sexes à l’âge de vingt et un ans et avec seulement six mois de résidence » (Miguel Artola, Partidos y programas políticos, 1808-1936, Madrid, Aguilar, 1977, II, p. 277).

63 Les occurrences de súbdito font essentiellement référence aux conditions pour le mariage et la succession du roi (Const. 1812, art. 208 ; Const. 1837, art. 48.5, etc.) et aux qualités requises pour les Espagnols pour être membres des chambres représentatives, en particulier il était exigé de « ne pas être sujets (súbditos) d’une autre puissance (Estat. Real, art. 5.6 et 8.6 ; Const. 1876, art. 21.2) ; à l’exception de la Constitution de 1845, dans la clause de ratification de laquelle la reine Isabelle II demande directement à ses sujets de respecter « la presente Constitution en tant que loi fondamentale de la Monarchie » (“la presente Constitución como ley fundamental de la Monarquía”).

64 Analyse qui conïncide avec les grands cycles de la « voie révolutionnaire » vers la citoyenneté, comme l’a exposé Manuel Pérez Ledesma dans un article très éclairant : “La conquista de la ciudadanía política : el continente europeo”, in Manuel Pérez Ledesma, comp., Ciudadanía y democracia, op. cit., pp. 115-147, pp. 117-128.

65 C’est, par exemple, ce qui se produit pendant le Trienio liberal, 1820-1823, pendant le Bienio progresista, 1854-1856, ou encore pendant les deux décennies qui suivent le rétablissement du suffrage universel masculin, en 1890, un moment où la rhétorique de la citoyenneté, qui insiste à satiété sur l’urgente nécessité de mobiliser la masse silencieuse, atteint de hauts sommets (par exemple, dans un secteur des régénérationnistes et, surtout, avec Antonio Maura : Maria Jesús González Hernández, Ciudadanía y acción. El conservadurismo maurista, 1907-1923, Madrid, Siglo xxi, 1990 ; et, du même auteur, El universo conservador de Antonio Maura. Biografia y proyecto de Estado, Madrid, Biblioteca Nueva, 1997).

66 La surprenante « absence de citoyenneté » dans la Constitution démocratique de 1869, par exemple, est simplement une omission de vocabulaire. La consécration du suffrage universel masculin eut pour effet que le mot españoles remplaça dans le texte le terme ciudadanos. (L’article 16 de cette Constitution universalisait le droit au suffrage à tous les Espagnols qui fussent en possession de leurs droits civils).

67 Koselleck, “Three bürgerliche Worlds?”, art. cit., p. 216.

68 Pour être exacts, sur les 22 fois où apparaît le mot citizen, 11 occurrences se trouvent dans le texte constitutionnel et tout autant dans les amendements. Les cinq inhabitant, se répartissent ainsi : trois dans la Constitution et deux dans les Amendments. Subject, dans le sens de sujet, apparaît une fois dans la Constitution et une autre dans les amendements. Resident, une seule fois, dans la Constitution.

69 La recherche donne, globalement, les résultats suivants : dans l’ensemble de toutes les constitutions, (y compris les projets, les lois constitutionnelles et les amendements), il y a au total 219 occurrences du mot citoyen et de ses dérivés, pour 28 occurrences du mot domicile. D’autres termes sémantiquement associés à ce dernier, comme résident o habitant -substantif et/ou forme verbale y compris-, totalisent 6 et 16 occurrences, respectivement (www.legisnet.com/marianne.html.

70 Le fait doit être interprété à la lumière du long contrecoup de la Grande Révolution. Le faible engagement citoyen que laissent entrevoir ces chiffres ne se borne pas aux cas de l’Espagne et de la France. Dans d’autres pays européens, la citoyenneté n’était pas non plus un concept qui éveillât de grands enthousiasmes avant 1848. Dans la Constitution belge de 1831, généralement considérée comme progressiste très avancée pour son époque, citoyen n’apparaît que trois fois, alors que les références liées au domicile sont plus nombreuses : six occurrences pour le mot domicile ou ses dérivés (en outre, le mot habitant est mentionné une fois et une autre fois, il est fait référence à la résidence).

71 Un élément qu’il faut sans doute relier aux circonstances politiques particulières d’une république qui, en septembre 1870, est déjà “fort peu républicaine”, elle finira par s’établir en tant que telle constitutionnellement entre février et juin 1875, plutôt “par défaut” (Serge Bernstein et Michel Winock, dir., L’Invention de la démocratie, 1789-1914, Paris, Seuil, 2002, pp. 257 et 268-271).

72 Évidemment, dans aucun de ces textes constitutionnels, n’apparaissent jamais les termes vassal ni bourgeois. Quant à sujet (dans le sens strict de súbdito), nous ne le trouvons qu’une seule fois dans la Charte de 1814. par ailleurs, dans quelques-uns de ces textes il y a d’autres expressions concernant la résidence. Les mots habitant et résident, tant dans leur forme de substantif que dans leur forme verbale apparaissent respectivement dans les Constitutions de 1791 (une et deux fois, respectivement), 1795 (huit fois et une fois), 1799 (seul habitant, une fois), 1848 (idem) y 1958 (idem).

73 Pour une brève synthèse en français des débuts de ce processus, voir Marie-Danielle Démelas et François-Xavier Guerra, “La révolution de Cádiz. Un processus révolutionnaire méconnu : l’adoption des formes représentatives modernes en Espagne et en Amérique (1808-1810)”, La Pensée politique. Situation de la démocratie, in M. Gauchet, P. Manent et P. Rosanvallon, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1993, pp. 152-173.

74 La Constitution de 1812, base et point de départ du constitutionnalisme espagnol, a exercé une très grande influence pendant les premières décennies du xixè siècle, non seulement dans l’ensemble du monde hispanique, mais aussi dans une bonne partie de l’Europe transpyrénénne, particulièrement en Italie et en Allemagne (Antonino de Francesco, “La Constitución de Cádiz en Napoles”, et Horst Dippel, “La significación de la Constitución española de 1812 para los nacientes liberalismo y constitucionalismo alemanes”, tous deux in José Maria Iñurritegui et José María Portillo, eds., Constitución en España : orígenes y destinos, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1998, pp. 273-286 et 287-307 et, surtout, Ignacio Fernández Sarasola, “La Constitución española de 1812 y su proyección europea e iberoamericana”, Fundamentos, 2 (2000), pp. 359-466).

75 Dans ce premier texte constitutionnel, d’inspiration napoléonienne, la résidence (nombre d’habitants) est déjà établie comme base du système électoral (art. 68.1), en reconnaissant que « les étrangers qui rendront ou ont rendu des services importants à l’État [...] pourront jouir du droit de résidence » (art. 125).

76 Pour citer une référence de l’auteur que je connais le mieux, voir notre ouvrage La Ilustración política. Las « Reflexiones sobre las formas de gobierno » de J. A. Ibáñez de la Rentería y otros discursos conexos, op. cit., pp. 99-102. Rentería a prononcé devant la Real Sociedad Bascongada un discours substantiel Sobre el gobierno municipal (1780), où il mettait l’accent sur l’importance de la politique municipale pour créer des citoyens (ibid., 191ss.). Ce n’est pas en vain, comme le rappelle alors Cadalso, que « Politique vient du mot grec qui signifie ville, d’où l’on déduit que son véritable sens est la science du gouvernement des communes » (Cartas Marruecas, op. cit., LI, p. 116).

77 François-Xavier Guerra, “El soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en America Latina”, in Hilda Sàbato, coord.., Ciudadanía política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina, México, El Colegio de México-Fondo de Cultura Económica, 1999, pp. 33-61, p. 47.

78 Des tentatives évidemment comparables à ce qui s’est passé pendant la révolution française, pour ce qui concerne les termes bourgeois et citoyen (R. Monnier, “La notion de citoyen en France des Lumières à la Révolution”, art. cit., p. 3).

79 À ce sujet, nous pourrions dire que le processus espagnol d’implantation de la modernité politique, bien que semblable, au premier abord, au modèle français, dans le sens où le citoyen moderne se serait imposé subitement par le biais d’une révolution égalitaire, présente, cependant, de nombreuses coïncidences avec le modèle gradualiste anglais, dans la mesure où les libéraux invoquent des arguments historicistes et s’appuient sur un imaginaire nettement ancré dans l’Espagne traditionnelle.

80 Alfredo Gallego Anabitarte, “España 1812 : Cádiz, Estado unitario, en perpectiva histórica”, Ayer, 1 (1991), pp. 125-166, p. 163.

81 Francisco Martínez Marina est l’auteur, parmi d’autres ouvrages fondamentaux, d’une fameuse Teoria de las Cortes (1813) dans laquelle il interprète les institutions castillanes du Moyen Age comme des précédents de la citoyenneté moderne, tout en exaltant les anciens fueros et les communes médiévales qui empêchaient que le roi puisse priver ses vassaux de leurs droits et de leurs propriétés. En dépit de son originalité, l’ouvrage de Marina s’avère très représentatif de la mentalité historiciste de la grande majorité des libéraux espagnols du moment, qui représentaient la révolution comme une restauration des « libertés médiévales » (une forme d’historicisme « libéral-nationaliste » qui rapproche, d’ailleurs, de ce point de vue, l’expérience péninsulaire plus des révolutions anglaises que de la révolution française de 1789), ainsi que du substrat moral et religieux sur lequel repose le premier constitutionnalisme espagnol (Joaquín Varela Suanzes-Carpegna, La Teoría del Estado en los orígenes del constitucionalismo hispánico (Las Cortes de Cádiz), Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1983 ; du même auteur, Tradición y Liberalismo en Martínez Marina, Caja Rural de Asturias/Facultad de Derecho, Oviedo, 1983 et “La doctrina de la Constitución histórica : de Jovellanos a las Cortes de 1845”, Revista de Derecho Político, núm. 39 (1994), pp. 45-79 ; José María Portillo Valdés, Revolución de Nación : orígenes de la cultura constitucional en España, 1780-1812, op. cit.). En raison de cette vision historiciste, la souveraineté ne résiderait pas uniquement dans la nation, mais serait assumée à la fois par le roi et la nation, qu’il faudrait comprendre, d’autre part non seulement comme un agrégat d’individus et de citoyens, mais aussi de provinces, villes et autres « parties intégrantes du corps politique » (Francisco Martínez Marina, Teoría de las Cortes o grandes Juntas nacionales de los reinos de León y Castilla [1813], éd. de José Antonio Escudero, Oviedo, Junta del Principado de Asturias, 1996).

82 Cit. par José María Portillo Valdés, “Nación”, in Diccionario político y social del siglo xix español, op. cit., pp. 468-476, p. 471.

83 Il convient d’observer que la logique basée sur la résidence/domicile prime sur l’origine ou la naissance. Ainsi, au moment de désigner les députés aux Cortès, l’article 94 établit que « s’il se trouve qu’une même personne est élue dans sa province de naissance et dans celle de sa résidence, son élection dans son lieu de résidence prévaudra, et, pour sa province de naissance, son suppléant siégera ». Cette idéologie où le domicile et la citoyenneté l’emportent sur les liens de naissance pouvait trouver des précédents chez Feijoo lui-même, qui avait écrit trois quarts de siècle auparavant : « celui qui légitimement est transféré dans un domaine différent de son lieu de naissance et y élit domicile, contracte vis-à-vis de cette République les mêmes obligations que celles qui étaient les siennes dans celle où il vit le jour et il doit la considérer comme sa Patrie » (Teatro Critico, III, 10, 42 : cit. Pedro Álvarez de Miranda, “Aproximación al estudio del vocabulario ideológico de Feijoo”, Cuadernos Hispanoamericanos, núm. 347 (1979), pp. 367-393, p. 372). Cependant, et sans doute en raison de la conjoncture politique et de la situation de guerre, la Constitution interdit expressément qu’aucun étranger puisse devenir député, président de tribunal, secrétaire ou conseiller d’État (art. 96, 193, 223 et 231).

84 Vecindad (domicile) qui, d’après ce qui se dégage des documents de l’époque, peut correspondre à la paroisse, au district, à la province, au pays et même au royaume (mais non à la nation).

85 Concepción de Castro, La Revolución liberal y los municipios españoles (1812-1868), Madrid, Alianza, 1979, p. 73. Équivalence qui alla si loin qu’on en vint à proposer de conserver le vieux terme vecino comme alternative hispanique à un terme comme ciudadano/citoyen, plein de connotations révolutionnaires (Sencillas reflexiones a varios artículos de la Constitución de la Monarquía española publicada en Cádiz, a 19 de marzo de 1812. Por las que se prueba lo confusa, inútil y perjudicial que es a los pueblos, Madrid, 1814, pp. 15-16, cit. J. M. Portillo Valdés, Revolución de nación, op. cit.., p. 424).

86 Diario de Sesiones de Cortes, n° 69, 11-IX-1820, pp. 931-942. Une partie du débat a été repris dans le volume édité par Alberto Gil Novales et Juan Romero Alpuente, Historia de la Revolución española y otros escritos, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1989, 2 vols., I, pp. 250-252 : Romero Alpuente explique que la raison pour laquelle la Constitution établit l’obligation de domicile est que seul celui qui est domicilié « peut connaître les personnes les plus dignes d’être élues » parmi les candidats qui se présentent aux élections et que ce sont justement les domiciliés qui ont véritablement un intérêt direct et immédiat à élire les meilleurs.

87 Les premiers vecindarios connus datent du xviè siècle, mais il existait très certainement des documents de ce type avant. Il s’agissait d’une sorte de dénombrement de population (en réalité des listes de noms de chefs de famille) pour déterminer le nombre d’habitants résidant et recensés dans chaque localité en vue des repartimientos (i. e., dans le but de faciliter une distribution équitable des impôts).

88 Luis García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones españolas, Madrid, Revista de Occidente, 1973, 3a edic, p. 543. Outre les vecinos, tous chefs de famille, de sexe masculin, adultes, chrétiens et propriétaires, il y avait des nobles et des membres du clergé, des femmes, des enfants, des domestiques et des gens d’autres provinces (et parfois dans les mêmes agglomérations, il y avait aussi des minorités allogènes de Francs, musulmans et juifs, qui avaient souvent leurs propres lois et autorités). Voir aussi J. M. Pérez Collados, Una aproximación histórica al concepto jurídico de nacionalidad, op. cit., pp. 26-30.

89 Distinction qui, avant d’être consacrée juridiquement par la Constitution (chapitres II et IV), devait être objet de débat journalistique et parlementaire. Ainsi, sur les traces de Sieyès, le député Espiga invoque, lors de la session des Cortès du 7-IX-1811, la distinction entre Espagnols et citoyens (ou, comme il le dit à une autre occasion, entre simples citoyens et citoyens actifs), les premiers jouissant de droits civils et les seconds de droits politiques également, distinction qu’avait établie un mois auparavant le rédacteur du Semanario Patriótico, en soulignant la différence entre l’individu (membre de la nation) et le citoyen (qui participe en plus au pouvoir souverain) (n° 79, 10-X-1811).

90 Il s’agit cependant d’une clause transitoire, en attendant que les progrès de l’éducation permettent un recul de l’illétrisme. L’art. 25.6 prévoit, dans ce sens, qu’« à partir de l’année 1830 ceux qui acquerront l’exercice des droits de citoyens sachent lire et écrire ».

91 En Guipúzcoa, le gouvernement des villas était traditionnellement régi par un système foral (exigence d’hidalguía, outre le paiement d’un impôt appelé millares) beaucoup plus oligarchique que le nouveau système constitutionnel : les vecinos concejantes ou millaristas du système foral basque, qui élisaient ceux qui devaient occuper les charges municipales ou des « emplois de la république », étaient donc beaucoup moins nombreux que les citoyens constitutionnels ayant droit de suffrage dans ces mêmes communes (Javier Fernández Sebastián, La génesis del fuerismo. Prensa e ideas políticas en la crisis del Antiguo Régimen (País Vasco, 1750-1840), Madrid, Siglo xxi, 1991, pp. 277 et 324-328). On trouve exprimées dans le Mexique des années 1830 les mêmes intentions de réserver le droit de suffrage aux « citoyens honnêtes », c’est-à-dire aux propriétaires (F.-X. Guerra, Modernidad e independencias, op. cit., pp. 373-374).

92 La figure du citoyen contribuable semble avoir un certaine influence en France, depuis le milieu du xviiiè siècle jusqu’à la Révolution (R. Monnier, “La notion de citoyen en France des Lumières à la Révolution”, art. cit., p. 7).

93 Antonio Panadero, Copia del sistema para la reforma de la Constitución de España que propuso a la Suprema Junta Central en 2 de febrero de 1809, cit. par J. M. Portillo Valdés, Revolución de nación, op. cit., p. 338.

94 Agustín de Argüelles, Discurso preliminar a la Constitución de 1812, L. Sánchez Agesta, éd., Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1981, p. 100. Ces affirmations rappellent le pari de Machiavel dans les Discorsi (I, 6) pour la défense armée de la république face aux ennemis (voir les commentaires de J. G. A. Pocock in El Momento maquiavélico. El pensamiento politico florentino y la tradición republicana atlántica, Madrid, Tecnos, 2002, pp. 267-300) et se situent, bien évidemment, aux antipodes de Quevedo, lorsque, deux siècles avant Argüelles, il soulignait que la cause de la défaite des Romains à Cannes devant les troupes d’Hannibal résidait dans le fait qu’ils n’avaient pas compris combien « sont différents le métier de citoyen et celui de soldat » (Francisco de Quevedo, Política de Dios, gobierno de Cristo, tiranía de Satanás [1626-1635], J. O Crosby, éd., Madrid, Castalia, 1966, p. 288). L’idéologie du citoyen-soldat sera défendue en Espagne au xixè siècle surtout par les exaltés/progressistes (voir l’article de Juan Francisco Fuentes “Milicia Nacional”, dans le Diccionario político y social del siglo xix español, op. cit., pp. 443-448). À l’époque de la Restauration borbonique (dernier quart du xixe siècle), cet idéal civico-militaire semble avoir définitivement disparu. Cependant, cent ans après la Constitution de Cadix, dans une loi du 27-11-1912 sur “Enrôlement et le renouvellement de l’armée”, nous lisons encore que « le service militaire est obligatoire pour tous les Espagnols aptes à manier les armes » et qu’il « constitue un titre honorifique de citoyenneté » (art. 1). La question du citoyen-soldat présente un autre versant non moins intéressant, que nous ne pouvons pas aborder ici et qui -de M. Weber à Ch. Tilly- a été l’objet de remarquables analyses et réflexions historiques et sociologiques. Je veux parler de la grande corrélation, que l’on peut suivre depuis l’Antiquité jusqu’au xxè siècle, entre la participation de secteurs plus ou moins nombreux de la population dans les grands conflits armés et l’extension de la citoyenneté.

95 À la vérité, pendant la période 1808-1814, ces deux “idiomes” apparaissent fréquemment amalgamés dans un langage mixte libéral-républicain, pas toujours congruent (que nous retrouvons, par exemple, dans le Semanario Patriótico de Quintana). Ce n’est que dans la deuxième période constitutionnelle, 1820-1823, que la séparation (et l’affrontement) entre les deux idéologies s’affirmera de façon plus tranchée et plus concluante.

96 Cette distinction garde une indéniable ressemblance avec les modèles qu’expose Lucien Jaume dans son travail “Le citoyen et l’État sous la Révolution française”, qui sera prochainement publié dans le volume Citizenship : A Millenium (Cambridge University Press), sous la direction de Quentin Skinner et de Bo Strath (aimablement communiqué par l’auteur). Bien que les sources théoriques des uns et des autres puissent être très variées, il est évident que la première position est habituellement nourrie par l’œuvre de Montesquieu, tandis que la seconde s’apparente très souvent aux théories de Rousseau.

97 Sans doute le conflit le plus acharné se produisit-il autour de la dissolution des Sociétés Patriotiques (sorte de clubs révolutionnaires). Au sujet de cette question, voir mon article “Reina del mundo, impetuoso torrente, espíritu del siglo. El imperio de la opinion publica según Flórez Estrada”, contribution à l’ouvrage La coherencia liberal. Política, economía y sociedad en Álvaro Flórez Estrada, Joaquín Varela Suanzes-Carpegna, coord., Oviedo, Junta General del Principado de Asturias, 2003, 50 p., paragraphe 6 (sous presse).

98 « Le citoyen », lisons-nous dans un journal, « prend part à la législation par le biais de l’élection et de l’opinion publique ». Ainsi, grâce au rôle éducatif de la presse périodique, « l’opinion publique se formera peu à peu [...] de sorte qu’elle produira, sans troubler l’ordre ni causer les violentes commotions qui déchirèrent la France, l’effet désiré d’instruire tous et chacun des citoyens de leurs droits et obligations » (El Español Constitucional, n° XVI, décembre 1819, pp. 562 et 566). C’est dans cette « savante » combinaison de droits et de devoirs, de confiance (accordée aux représentants au moyen du suffrage) et de méfiance (sereinement exercée par la presse et l’opinion publique) que consistait essentiellement la citoyenneté selon les doctrinaires espagnols.

99 L’influence des conceptions rousseauniennes se laisse percevoir surtout dans la profonde méfiance que montre un large secteur du premier libéralisme vis-à-vis de la représentation. Ainsi, un certain journaliste demande : « Le peuple se dépouille-t-il, par hasard, de la Souveraineté pour en investir exclusivement ses représentants ?, Les délibérations d’un congrès qui s’opposeraient à la volonté générale des autres citoyens seront-elles valables ? » (Correo de Vitoria, núm. 21, l-III-1814, pp. 164-165).

100 Pour un rapide survol des avatars de la citoyenneté dans l’Espagne du xixè siècle, nous renvoyons à notre article “Ciudadanía”, Diccionario político y social del siglo xix español, op. cit., pp. 139-143.

101 Ferrán Archilés y Manuel Martí, “Un país tan extraño como cualquier otro : la construcción de la identidad nacional española contemporánea”, en M. C. Romeo e I. Saz, éds., El siglo xx. Historiografía e historia, Valencia, Universitat de Valencia, 2002, pp. 245-278 ; Irene Castells Olivan y María Cruz Romeo Mateo “Espacios de poder durante la Revolución liberal española : las patrias de los liberales”, en Alberto Gil Novales, ed., La Revolución liberal, Madrid, Ediciones del Orto, 2001, pp. 373-390. Un indice significatif : même la dénommée Milice Nationale, si appréciée par le libéralisme progressif, était en fait une fédération de milices provinciales.

102 « Rome elle-même, qui en arriva à étendre son empire sur presque toute la surface du monde alors connu, demeura une ville et non pas un empire dans l’esprit [...] de ses fils et, lorsque [...] elle concédait, par privilège, à plusieurs des peuples soumis le droit de citoyenneté romaine, c’est-à-dire, celui de la résidence [vecindario], ainsi, par une sorte de fiction, les habitants de lointaines provinces étaient comme domiciliés [avecindados] dans la capitale » (Antonio Alcalá Galiano, Lecciones de Derecho Politico [1843-1844], Á. Garrorena Morales, éd., Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1984, p. 248). En outre, Galiano rappelle que « au Moyen Age, le patriotisme fut celui des villes également » et qu’avant que cette « pensée ou [cet]attachement qui fait d’un grand territoire une patrie commune » puisse se référer aux « grandes monarchies » et aux nations modernes, c’étaient les « villes avec leurs habitants (vecinos) qui inspiraient ces sentiments, de sorte que « lorsque mourut Juan Padilla, il ne crut pas mourir pour l’Espagne, mais pour Tolède » (ibid., pp. 248-249).

103 À côté de liberté, république, peuple et nation, ciudadano est sans aucun doute l’un des termes de prédilection du langage républicain. Après le renversement de la dynastie des Bourbons, lors des débats aux Cortès Constituantes de 1869, Emilio Castelar essaie même d’établir une certaine synonymie entre citoyenneté et républicanisme (Diario de Sesiones de tas Cortes Constituyentes, Madrid, Impr. J. A. Garcia, 1870, II, 7-IV-1869, p. 903, cit. in Maria Paz Battaner Arias, Vocabulario politico-social en España (1868-1873), Madrid, Real Academia Española, 1977, p. 326).

104 Le Dictionnaire de la Real Academia de 1843 introduit, pour la première fois, -très tardivement comme presque toujours- le terme ciudadanía (“la qualité et le droit du citoyen, Civitatis jus”) et dès l’édition suivante (celle de 1852) on définit le citoyen (dans son acception la plus récente) comme « celui qui est en possession des droits de la citoyenneté ».

105 Ainsi, le Code Civil (1889), dans le chapitre “De los españoles y extranjeros”, consacre plusieurs paragraphes à « la légalité applicable à la vecindad (domiciliation), aux effets de l’acquisition de la citoyenneté » et emploie indistinctement les deux termes nacionalidad et ciudadanía : Código civil, Madrid, Hijos de Tello, 1916, pp. 8-10. Remarquons aussi, en passant, que dans l’histoire du constitutionnalisme espagnol le mot nacionalidad apparaît pour la première fois dans la Constitution de la II République (1931). La “confusion” entre nationalité et citoyenneté se produit également en France. Il convient de préciser que, tandis que la citoyenneté se réfère ordinairement surtout à la participation des gens à la vie publique, la nationalité fait référence aux relations de dépendance qui lient les « nationaux » à leur État respectif (Gérard Noiriel, “Socio-histoire d’un concept. Les usages du mot ‘nationalité’ au xixe siècle”, Genèses, 20 (1995), pp. 4-24, p. 16). Dans ce sens, comme l’a observé tout à fait pertinemment le sénateur espagnol Moran López dans nos dernières Cortès Constituantes, « la citoyenneté est ‘un degré de plus’ de la nationalité et, ainsi, un enfant est national, mais n’est pas un citoyen, car il n’a pas de droits politiques » (Diario de Sesiones del Senado. Comisión de Constitución, n° 42, 23-VIII-1978, p. 2397, cit. in José Carlos Fernández Rozas, Derecho español de la nacionalidad, Madrid, Tecnos, 1987, p. 22). Bien que sa première apparition dans une Constitution date de 1848, le mot nationalité est très peu employé dans les textes constitutionnels français. Pour une histoire du droit français de la nationalité, voir Patrick Weil, Qu’est-ce qu ‘un français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, París, Bernard Grasset, 2002 (aux pp. 398-399, cet auteur reprend quelques éléments sur l’histoire du mot nationalité et sa progressive insertion dans le langage juridico-administratif, d’autres informations sur le sujet dans l’art, cit. de G. Noiriel, pp. 7-13).

106 Bien qu’il existe déjà quelques travaux très prometteurs en histoire comparée des concepts (je pense, en particulier, à plusieurs monographies de Pim den Boer et d’autres professeurs hollandais) et que Reinhart Koselleck lui-même ait proposé quelques brèves mais substantielles considérations sur le sujet (“Three bürgerliche Worlds ? Preliminary Theoretical-Historical Remarks on the Comparative Semantics of Civil Society in Germany, England, and France”, in The Practice of Conceptual History. Timing History, Spacing Concepts, Stanford, California, Stanford University Press, 2002, pp. 208-217), le projet d’un Diccionario europeo de historia de los conceptos politicos y sociales n’en est encore qu’à ses prémices. Un dictionnaire de ce type devrait tenir compte, en premier lieu, des discordances et anisomorphismes sémantiques existant entre les différentes cultures politiques (et leur traduction linguistique), comme ceux que nous évoquions au début de ce travail. Lucian Hölscher a insisté dernièrement sur la nécessité de mener à bien ce projet (voir, par exemple, son texte “The Theory and Method of German Begriffsgeschichte and its Impact on the Construction of an European Political Lexicon”, conférence presentee au Convegno Internazionale di Studi “Per la Storia del Concetti Politici e Giuridici Europei” (Naples, 20-22 février 2003), dont la version espagnole sera bientôt publiée dans la revue Ayer). Je me permets, à ce sujet, de renvoyer à mes propres réflexions dans “Historia de los conceptos. Nuevas perspectivas para el estudio de los lenguajes políticos europeos”, Ayer. Revista de Historia Contemporánea, n° 48 (2002), pp. 331-364, pp. 359-364.

107 En fait, dans la Constitution de 1978, le mot vecino figure uniquement à l’art. 140, appartenant au ch. II (De la Administración local) du titre VIII (De la organización territorial del Estado) ; on y dit que les conseillers municipaux « seront élus par les habitants (vecinos) de la commune au suffrage universel ».

108 Dans une de ses plus importantes contributions à l’histoire intellectuelle de la démocratie en France, Rosanvallon affirme que, si l’on veut construire une histoire du suffrage et de la citoyenneté, il convient d’intégrer une triple perspective —juridico-institutionnelle, épistémologique et culturelle— : Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, París, Gallimard, 1992, pp. 445ss.

109 Quelques travaux historiques récents présentent, à ce sujet, un bilan désolant : María Jesús González en est venue à parler d’“illibéralisme” (dans le sens d’une “faible pénétration d’une politique libérale dans la population”) et d’« une société de ‘non-citoyens’«  (“Arbitristas y reformistas, o los diagnósticos y tratamientos de un ciudadano ‘seriamente enfermo’”, en Silvana Casmirri, éd., Intorno al 1998. Italia e Spagna nella crisi di fine secolo, Milán, Franco Angeli, 2001, pp. 275-295, p. 276). Le conservateur Antonio Maura, qui parlait de citoyenneté à tout moment dans les deux premières décennies du xxè siècle (ce qui ne manquait pas d’être nouveau), insistait à plusieurs reprises sur le fait que la citoyenneté était « la science et la sève de toute la politique espagnole, la clé de ses maux et de ses remèdes » (ibid., p. 287).

110 Les publications se sont considérablement multipliées dans ces dix ou quinze dernières années, tant dans le domaine de l’historiographie que dans celui de la philosophie et de la science politique. Un panorama bibliographique succinct par Florencia Peyrou, “Ciudadanía e historia. En torno a la ciudadanía”, Historia Social, n° 42 (2002), pp. 145-166. Parmi la bibliographie espagnole sur la question, outre le volume coordonné par Manuel Pérez Ledesma cité plus haut, signalons, depuis la perspective philosophico-politique, l’ouvrage de José Maria Rosales Política cívica. La experiencia de la ciudadanía en la democracia liberal, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1998.

Notes de fin

1 Projets de recherche 1/UPV 00162.323-H-13819/2001 (Universidad del País Vasco) et BFF2002-01194 (Ministerio de Ciencia y Tecnología).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puam/docannexe/image/1643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/puam/docannexe/image/1643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/puam/docannexe/image/1643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre “Ciudadano”, “súbdito” et “vecino” dans le constitutionnalisme espagnol61
URL http://books.openedition.org/puam/docannexe/image/1643/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre “Citoyen” et “domicile” dans le constitutionnalisme français72
URL http://books.openedition.org/puam/docannexe/image/1643/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540